Les Français en Russie (1810-1917) : base de données nominative

© lebigdata.fr

La base que nous présentons est le résultat de programmes de recherche sur les relations scientifiques et intellectuelles entre la France et la Russie menés sous la direction de Francine-Dominique Liechtenhan d’abord dans le cadre de l’ANR Frasciru puis poursuivis par le groupe de recherche Eurus. Les colloques et séminaires organisés ont donné lieu à de nombreuses contributions de spécialistes des relations franco-russes dans tous les domaines et des publications en sont issus (voir bibliographie jointe). À partir ces travaux et de recherches et de dépouillements complémentaires dans différents centres d’archives et bibliothèques (voir tableau des sources), nous avons voulu recenser les Français qui ont contribué, de façon diverse, à développer les relations économiques, intellectuelles et scientifiques sur une chronologie restreinte soit de 1810 à 1917.

En effet, avant le déclenchement de la Première Guerre et la Révolution bolchevique, la Russie a été, au xixe siècle, pour de nombreux Français, en particulier les ingénieurs, mathématiciens et physiciens, un pays où l’on pouvait tester les derniers acquis de la technique grâce à la construction des routes, des rails de chemins de fer, des stations hydroélectriques ; l’électrification du pays donna lieu à une industrialisation croissante associée à la création de nombreuses entreprises. L’intérêt commercial, associé à des spéculations sur les investissements de capitaux en Russie, a été primordial pour des entrepreneurs français. Il faut nommer les investissements pour promouvoir la technologie russe, la construction du transsibérien et autres rails, les expéditions scientifiques permettant de cerner le pays et d’en mesurer l’envergure. L’empire russe ayant connu une forte expansion vers l’Est et le Sud-est (Caucase, Sibérie, Oural, Asie centrale), a aussi offert des champs d’investigation inédits. Ces régions attiraient particulièrement les chercheurs. Plusieurs banques françaises ont eu aussi un rôle important dans la modernisation des infrastructures russes et ont créé des filiales en Russie. Le crédit mobilier s’est impliqué dans la Grande Compagnie des chemins de fer de Russie (années 1850), et il a participé à la construction de nouveau quartiers à Pétersbourg. La banque Rothschild a investi dans les champs pétrolifères de la région de Bakou. Certaines sociétés ont eu une part active dans la construction d’infrastructures ; ainsi l’on doit à la société de construction des Batignolles le pont Troïtski à Pétersbourg, alors que la Société Creuzot-Loire fournissait locomotives et ponts métalliques et que le groupe Schneider (Volga-Vichera, Paratoff, Poutiloff) fabriquait entre autres des matériaux de guerre (artillerie, obusiers). D’autre part, les échanges artistiques et intellectuels entre les deux pays se sont aussi considérablement développés pendant cette période, avec la découverte de la littérature puis des arts russes. Pour ce qui est des échanges musicaux entre les deux pays, on note qu’en Russie le théâtre Marinski de Saint-Pétersbourg a connu une période florissante grâce aux succès des grandes créations du chorégraphe français Marius Petipa.

Ont pu ainsi être identifiés des Français qui ont été des acteurs de ces échanges, soit qu’ils aient fait des séjours temporaires soit qu’ils se soient installés durablement en Russie. On a ainsi répertorié : des archéologues, des architectes, des artistes, des banquiers, des diplomates, des économistes, des enseignants, des ethnologues des explorateurs, des historiens, des ingénieurs, des libraires, des linguistes, des médecins, des naturalistes, des négociants, des orientalistes, des scientifiques etc. (voir liste des professions). En revanche, nous n’avons pas recensé tous les précepteurs français ou francophones ou domestiques trop nombreux et toujours très demandés en ce pays, ceci bien au-delà de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Cependant, certains qui se sont écartés de leur vocation première pour faire fortune figurent dans la base. Ainsi, Eugène Rallet, professeur de langue française à Moscou en 1846, y fonda une fabrique de parfums qui existait toujours à la fin du siècle. Henri Mongault, éminent traducteur des grands écrivains russes, en assurait alors la direction.

Les notices que nous avons rédigées sur chacune de ces personnes qui ont joué un rôle de médiateurs scientifiques, culturels, économiques et politiques entre la France et la Russie ne constituent pas des biographies complètes car nous nous sommes concentrés sur leurs liens avec la Russie et leurs œuvres et publications qui ont fait connaître la Russie.

Dans la mesure du possible, les notices renseignent sur : les noms, prénoms, date et lieu de naissance, mariage, descendance, date et lieu de décès, appartenance religieuse, profession, carrière avant l’arrivée en Russie, période de séjour en Russie, carrière en Russie, relations, fréquentations, adresse en Russie, biens immobiliers, décorations, œuvres et productions relatives à la Russie, bibliographie, sources d’archives à consulter, nom de l’auteur de la notice.

Nous tenons à remercier toutes les personnes, particuliers nous ayant donné des éléments sur leur famille, universitaires et étudiants sans lesquels ce travail n’aurait pu être réalisé, nous ne pouvons le citer tous, la plupart des noms se retrouvent dans les notices et la bibliographie mais n’oublions pas Aline Bourgninaud qui initia la mise en forme de la première base et Boris Vinogradov qui l’a mise en ligne

En l’état actuel de ce travail, il manque forcément de nombreux Français qui auraient pu entrer dans notre sélection et nos notices doivent être enrichies. Cette base n’est donc pas exhaustive et elle a vocation à évoluer. En dépit de ses manques et lacunes, notre premier objectif est de fournir un support qui pourra aider les chercheurs et autres personnes intéressées par l’histoire de la Russie entre 1810 et 1917 dans l’identification des Français qui y ont contribué. Nous souhaitons la compléter au fur et à mesure que de nouvelles recherches feront apparaître de nouveaux noms ou nous permettront de compléter les notices existantes et nous remercions dès maintenant tous ceux qui se joindront à nous dans ce travail.

Armelle Le Goff, conservateur général du patrimoine (h). Membre du comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS)

Anne Mézin (Archives nationales, membre associée de l’Académie des Sciences morales, des Lettres et des Arts de Versailles)

 

Boris Vinogradov (chercheur postdoctoral à l’Université de Nantes).

 

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

Z


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search