A

Abzac de Laserre, vicomte Jean Louis Paul d’ ● Né à Poitiers (Vienne) le 8 mars 1838 [fils de Gabriel Alexis, comte d’Abzac, et de Jeanne Élisabeth d’Auxion de Lavaysse] ; marié à Françoise Octavie Alfrède Jeanne Aimée de Lobel Mahy (née en 1869) ; mort à Paris, 31, rue Pergolèse, le 4 décembre 1904. ● En Russie de 1876 à 1879. Diplomate ; consul de 2nde classe à Riga (1er mai 1876) ; consul de 1re classe à Riga (10 mars 1878) ; en fonctions à Riga à Riga jusqu’au 18 février 1879 ; ministre plénipotentiaire. ● Chevalier de la Légion d’honneur (10 février 1880). ● Arch. nat., LH/4/66 ; MAE, Pers., 1re série cartons n° 11. Annuaire diplomatique 1879-1890.

Aconin, Maurice, Félix ● Né le 30 décembre ; fiancé le 3 février 1913 à Suzanne Giraud [fille de Paul Giraud, président de la Société française]. Présent en Russie en 1912-1713. ● Docteur en droit. Banquier, arrivé à Moscou en 1912, fondé de pouvoirs de la Banque de l’Union à Moscou. ● Décoré des Palmes académiques. ● MAE, Nantes, 598PO/2/576.

Adam, Adolphe Charles ● Né à Paris le 24 juin 1803 ; mort à Paris le 3 mai 1856. ● En Russie en 1839. Compositeur lyrique ; élève au conservatoire de Paris (1820) ; chef de chœur au théâtre du Gymnase (1823) ; 1824, prix de Rome, élève de Boieldieu ; en voyage en Hollande, Allemagne et Suisse (1826) ; 1832, à Londres ; revenu en France, ses œuvres furent jouées à l’Opéra de Paris (1836) ; à Saint-Pétersbourg, représentation de trois de ses œuvres, La Fille du Danube, L’Écumeur de mer, Le Brasseur de Preston (1839) ; auteur d’une cinquantaine d’opéras comiques (dont Le Postillon de Longjumeau et Le Chalet) et de ballets (parmi lesquels Gisèle) ; auteur du cantique de Noël Minuit chrétien. ● Membre de l’Académie des beaux-arts (1844). Chevalier (30 avril 1836) et cfficier de la Légion d’honneur (19 avril 1847). ● Arch. nat., LH/6/20. Vladimir Somov.

Adam, Edmond ● En Russie vers 1834-1835. ● Ingénieur, auteur du projet et de la direction des travaux du pont métallique Demidov, dans l’axe de la rue Grivtsov à Saint-Pétersbourg. ● Les ponts de Saint-Pétersbourg, p. 110.

Adam, voir Lambert

Agis, Pierre Marie Louis ● Né en France 1752 ou 1753 [fils de Pierre Agis] ; marié à Oustinia Gar (née vers 1759) [fille de Johann Christian Gar, Autrichien] ; mort à Saint-Pétersbourg le 10 mars 1828. ● En Russie jusqu’en 1828. Sculpteur d’ornement, fondeur et ciseleur ; agréé à l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg (1787) où il devint en 1796 professeur de ciselure, dorure et travail sur cuivre (jusqu’en 1828). Auteur de : Portrait de Pierre le Grand (médaillon d’albâtre) ; Catherine II en Minerve (1781) ; buste de Catherine II (1781) ; buste de Pierre le Grand ; fondeur d’une partie des éléments de la grande cascade de Peterhof. Franc-maçon, membre de la loge La Palestine, à Saint-Pétersbourg. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, p. 7.

Albert, Pierre ● Médecin à l’hôpital militaire de Mayence, envoyé en Russie en 1799 comme observateur par le Directoire. ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, Paris, Didier, 1967, p. 232.

Alglave, Émile (1842-1928) ● Né à Valenciennes (Nord) le 27 avril 1842 [fils de Pierre François Alglave, notaire, et d’Émilie Zelmire Bécar] ; marié (1) le 19 juillet 1871 à Westminster, Londres (Royaume-Uni) avec Sophie Taquet, dont deux filles et un fils Paul (1874 ; mort au début des années 1920), avocat et maître de conférences à la faculté de droit de Paris, et (2) le 2 mars 1901 à Paris avec Berthe Senez ; mort à Paris (7e) le 13 juillet 1928. ● Juriste. Études au collège de Valenciennes, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris ; fondateur avec Yung de la Revue des cours scientifiques qui deviendra Revue scientifique, et de la Revue des cours littéraires qui deviendra Revue politique et littéraire (1864) ; archiviste paléographe (9 janvier 1865) ; docteur en droit (1868) ; agrégé des facultés de droit (1870) ; chargé des cours de droit administratif et de droit romain à la faculté de droit de Douai (Nord) et d’un cours d’économie politique à la faculté des sciences de Lille ; suspendu à cause des tendances libérales des revues qu’il dirigeait (1873) ; directeur de la Bibliothèque scientifique internationale (1874) ; réintégré comme chargé de cours de science financière à la faculté de droit de Paris (20 décembre 1878) ; professeur titulaire de la chaire de science financière (1885) ; chargé d’un cours de droit commercial au Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM) (1894-1922) ; admis à la retraite et à l’honorariat (1912) ; membre de nombreuses sociétés savantes (voir base du Comité des travaux historiques et scientifiques). ● Homme de terrain impliqué dans la popularisation de la science et la lutte contre l’alcoolisme, il aurait été en contact avec l’historien russe et ukrainien Nicolas Kostomarov dans le cadre de ses revues ; il accomplit de nombreuses missions officielles dont deux en Russie : mission du ministère du Commerce à Stockholm, Saint-Pétersbourg et Vienne pour étudier diverses questions relatives au monopole de l’alcool (1887) ; mission du ministère de l’Instruction publique en Russie pour étudier le développement de l’industrie, particulièrement dans le sud, et l’organisation du travail agricole dans les campagnes (1896). ● Chevalier de la Légion d’honneur (31 décembre 1895). ● Arch. nat., F/17/22184/A (dossier de carrière) ; AJ/16, 201 et 933 (dossier administratif) ; F/17/2933 (dossier individuel de missions scientifiques en Russie) ; LH/18/78 ; base du CTHS, La France savante (en ligne). Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers…, vol. 1, 1994 ; Armelle Le Goff « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe ». Notice Armelle Le Goff.

Allemagne, Henry-René d’ (1863-1950) ● Né à Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine) le 30 juillet 1863 [fils d’Auguste Henry d’Allemagne, propriétaire et de Zélie Victoire Thoureau] ; marié à Troyes (Aube) le 21 novembre 1893 avec Marie Louise Félicie Macé dont une fille Berthe et deux fils Maurice et Jacques ; mort à Marnes-la-Coquette le 25 décembre 1950. ● Historien de l’art ; bibliothécaire ● Archiviste paléographe (promotion 1887) ; bibliothécaire à la bibliothèque de l’Arsenal (1887) ; retraité (1943). ● Important spécialiste des arts décoratifs de la fin du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle ; il se rendit en mission, à la demande du ministère de l’Instruction publique, en Perse et au Turkestan russe et y étudia du point de vue archéologique les monuments de la région du Transcapien et du Turkestan (1899) ; les collections ethnographiques et artistiques étaient envoyées au ministère de l’Instruction publique ; il repartit en Perse, à la demande du ministère de l’Instruction publique, en compagnie d’un étudiant en médecine, Jean Vinchon, pour constater l’état de monuments endommagés au cours des récentes guerres et de la révolution de 1907 ; membre de nombreuses sociétés savantes (base du CTHS). ● Auteur Du Khorassan au pays des Backhtiaris. Trois mois de voyage en Perse (Paris, Hachette, 1912, 4 vol.). ● Membre de la Légion d’honneur. Arch. nat. : F/17/2933 (dossier individuel de missions scientifiques) ; LH, 19800035/371/49808 (dossier non communicable) ; base du CTHS La France savante (en ligne) ; base de l’INHA Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale (en ligne) ; Armelle Le Goff « Les missions scientifiques du ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe » ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale. Notice Armelle Le Goff.

Allier, Joseph, Gabriel, Raphaël ● Professeur de littérature, demeurant à Saint-Pétersbourg, rue Neuve Michel, maison Rogov au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/658.

Allongue, Antoine Maximin ● Né à Tourrettes (Var) le 2 août 1857 [sans doute apparenté à Jacques Allongue (né à Tourrettes le 8 janvier 1787 ; mort le 28 février 1848), capitaine d’artillerie de marine, chevalier de la Légion d’honneur le 1er mars 1831, lui-même fils de François Allongue et de Marie-Magdeleine Gairaud] ; mort à Tourrettes le 13 janvier 1900. ● Cuisinier en Russie au début du xixe siècle. ● Arch. nat., LH/24/53 (Jacques Allongues) ; notice Nicolas de La Bretèche.

Allou Albéric ● Né à Limoges (Haute-Vienne) le 13 novembre 1821 [fils de Charles Nicolas Allou, ingénieur des mines, et de Marie Anne Lucie Foulliard]. ● Diplomate ; présent du 13 mai 1821 jusqu’au 3 septembre 1873 à Riga ; nommé consul de seconde classe à Riga le 16 mars 1861, puis consul de première classe à Riga le 2 août 1871 ; consul général à Gênes. ● Chevalier (12 août 1860), officier (19 janvier 1881) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/24/68 ; MAE, Pers. 1re série, carton n° 59 ; Annuaire diplomatique, 1879-1881 ; Anne Mézin, « Les consulats français en Russie au xixe siècle ».

Almeida, voir Camena d’Almeida

Aloïsi, J. ● Enregistré au Turkestan russe de 1889 à 1894, il pratiquait une activité commerciale d’élevage du vers à soie et était le distributeur officiel de vers dans le gouvernorat ; il participa à l’exposition agricole de Tashkent (1890), publia un manuel pour les éleveurs de vers à soie en langue russe, ouzbèke, arménienne et géorgienne ; il monta un atelier exemplaire de culture de vers à soie en 1891 et fonda une école spécialisée à Kokand ; il reçut en 1894 une médaille d’or du ministre de l’agriculture. ● Auteur de : Instruction populaire de sériculture (1897, 2e éd.) ; Petit manuel pratique pour l’éducateur du ver à soie (Bourg, impr. de Villefranche, 1893). ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, Genève, Olizane, 2003, p. 347.

Alquié, Jules Adolphe ● Né à Lille (Nord) le 19 octobre 1825 [fils de Jean François Jérôme Alquié et de Marie Joséphine Iwanousky] ; marié à Paris, XVIe arrondissement, le 21 septembre 1892 à Alice Héloïse Marie Courtines (née à Paris le 16 février 1852) [fille de Jacques Antoine Courtines et de Marie Anne Couturié], divorcée de Guillaume Frommel ; mort à Paris, XVIe arrondissement, 54, rue Mozart, le 2 janvier 1900. ● Ingénieur civil au service de la Russie ; chef du mouvement du chemin de fer de Saint-Pétersbourg-Eydtkuhnen (actuel Tchernychevskoïe) ; directeur des trains impériaux, mort en fonctions. ● Membre du comité de l’association française de bienfaisance de Saint-Pétersbourg ; chevalier (20 décembre 1863) et officier (17 mai 1875) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/26/8 ; MAE, Nantes, 598PO/2/353. Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à 1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 132.

Amoudru, Maurice Félix Marie, en religion frère Jean-Baptiste ● Né à Dole (Jura) le 31 août 1878 ; mort à Rouen (Seine-Maritime) le 12 octobre 1961. ● Religieux dominicain catholique ; entré en 1895 dans l’ordre dominicain ; ordonné prêtre en 1901 ; à Jérusalem de 1897 à 1903, pour y étudier et enseigner ; professeur d’apologétique puis de théologie à Ottawa, Canada de 1903 à 1907) ; curé de Notre-Dame de France à Saint-Pétersbourg de décembre 1907-août 1935 ; professeur de français à l’Académie impériale de théologie jusqu’en 1918 ; en charge de neuf paroisses lors de la persécution religieuse à partir de 1920 ; nommé évêque titulaire de Pyrgos et administrateur apostolique de Léningrad le 14 août 1934 ; sacré évêque le 30 avril 1935 ; expulsé de Russie le 25 août 1935. ● Dictionnaire biographique des frères prêcheurs (notice Nathalie Viet-Depaule) ; La France et les Français en Russie, p. 215.

Ampère, André Marie ● Né à Lyon (Rhône) le 20 janvier 1775 [fils de Jean Jacques Ampère, bourgeois de Lyon, négociant en soie, et de Jeanne Antoinette de Sutières-Sarcey] ; marié (1) à Lyon le 6 août 1799 à Julie Carron (morte en 1803), dont il eut un fils, Jean Jacques Ampère, et (2) le 1er août 1806 à Jeanne-Françoise Potot, dont il eut une fille, Albine Ampère (née en 1807) ; mort à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 10 juin 1836. ● Physicien et mathématicien ; professeur de mathématiques, de chimie et de physique dans des lycées lyonnais à partir de 1796 ; professeur de physique à l’École centrale du département de l’Ain (15 décembre 1801) ; professeur de mathématique au lycée de Lyon (13 mai 1803) ; répétiteur d’analyse à l’École polytechnique à Paris (22 novembre 1804) ; membre en qualité de secrétaire du Bureau consultatif des arts et manufactures (24 mars 1806-13 janvier 1810), puis membre honoraire ; inspecteur général de l’Université (21 septembre 1808) ; instituteur d’analyse à l’École polytechnique (28 décembre 1809) ; membre de l’Institut (28 novembre 1814) ; membre de l’Académie royale des sciences (21 mars 1816) ; professeur d’analyse et de mécanique à l’École royale polytechnique (5 septembre 1816). ● Auteur de la théorie de l’électromagnétisme. ● Membre d’honneur de l’Académie des sciences de Russie (1830). Chevalier de la Légion d’honneur (20 décembre 1814). ● Arch. nat., LH/32/1.

Andrault-1, comte de Langeron, marquis de La Coste, baron de Cougny, de La Ferté-Langeron et de Sassy, Louis Alexandre (en Russie, Alexandre Fiodorovitch Langeron) ● D’une famille originaire du Nivernais dont le premier auteur connu est Laurent Andrault, écuyer, seigneur de Langeron, vivant au début du XVe siècle. Armes : « D’azur à trois étoiles d’argent posées 2 et 1, qui est d’Andrault ; écartelé d’argent à trois fasces de gueules vivrées, et une bande d’azur semée de fleurs de lys d’or, et brochant sur le tout, qui est de Gencien ». La seigneurie de Langeron fut érigée en comté par lettres datées du mois d’août 1656, enregistrées au Parlement le 30 juillet 1660. Né le 13 janvier 1763 à Paris [fils de Louis Théodore Andrault, 3e comte de Langeron, marquis de La Coste, baron de La Ferté-Langeron, lieutenant général (2 mai 1744), puis l’un des directeurs du corps de la noblesse et commandant en chef de la province de Guyenne, et de sa deuxième épouse Marie Thérèse de Damas de Crux (née en 1742 ; morte le 5 février 1763) ; petit-fils au paternel de Joseph Andrault, 2e comte de Langeron (né le 28 mai 1711), lieutenant général des armées navales et gouverneur de La Charité, et de Jeanne Madeleine de Gouray de La Coste ; au maternel de Louis Alexandre, comte de Damas de Crux et de Marie -Louise de Menou] ; marié (1) le 22 mai 1784 à Thérèse-Diane Maignard de La Vaupalière (morte en 1790 ou 1791) [fille du marquis Pierre Maignard de La Vaupalière et de Diane de Clermont d’Amblise], dont : Alphonse de Langeron (né et mort en 1785) ; Diane Andrault de Langeron, mariée à un comte Traczenski ; (2) en 1804 avec Natalia Petrovna Troubetskaïa (morte le 19 janvier1806) [fille naturelle du prince Piotr Nikititch Troubetskoï], mariée en premières noces au major Kachintsev, dont il n’eut pas de postérité ; (3) en 1819 avec Louise-Élisabeth von Brümmer [fille d’Adolf Hermann von Brümmer et de Katharina de Dofinée] ; père avec Angelina Dzunkovsky d’un fils naturel, Théodore Fiodor Alexandrovitch Andrault, appelé Andrault de Langeron (né à Brecezterski, Pologne, en 1804 ; mort au château de Langeron, Nièvre, 1885) ; mort du choléra à Saint-Pétersbourg le 2 juillet 1831, enterré dans la cathédrale catholique d’Odessa. ● Militaire. Engagé au régiment du comte de Damas (1780), présenté au grand-duc héritier de Russie et à son épouse lors de leur voyage en France ; sous-lieutenant au régiment de Bourbonnais, sous le commandement du comte de Laval-Montmorency, passé en Amérique à bord de la frégate l’Aigle (1782) ; engagé dans la campagne de 1783 sous les ordres de Houx de Vioménil à Caracas et à Saint-Domingue ; revenu en France avec la paix ; capitaine au régiment de Condé-dragons ; colonel en second du régiment de Médoc (1786) ; colonel surnuméraire au régiment d’Armagnac (1788) ; admis au service de la Russie (1790), grâce à la protection du prince de Nassau-Siegen avec le grade de colonel au régiment 1er Sibirski des grenadiers de l’armée du prince Grigori Alexandrovitch Potemkine sur le Danube, parti de Paris en mai 1790 pour se rendre à Saint-Pétersbourg où il arriva le 10 août suivant ; sous les ordres du prince de Nassau-Siegen dans l’escadre de la Baltique, commandant de la 2e division de la flotte russe dans la guerre contre les Suédois ( croix de Saint-Georges pour le combat de Biorek) ; ayant voulu rejoindre son épouse malade en France (automne 1790), tombé malade à Vienne sur la route de France, o. Apprenant la maladie de son épouse restée à Paris à l’automne 1790, il quitta l’armée russe et chercha à rejoindre la France, ayant appris le décès de son épouse à Vienne, il y rencontra le jeune duc de Richelieu chez le prince Charles de Ligne, et partit le 12 novembre 1790 avec deux rejoindre Potemkine en Bessarabie ; engagé dans l’assaut d’Ismaïl (décembre 1790), puis dans la bataille de Matchine (mai 1791), récompensé d’une épée d’or ; colonel dans l’armée russe ; volontaire dans l’armée de Saxe Teschen aux Pays-Bas (1792), membre de l’expédition du duc de Brunswick ; de retour fin 1792 à Saint-Pétersbourg, il y il prêta le serment de fidélité de 1793 ; renvoyé avec le duc de Richelieu à l’armée autrichienne sous le prince de Saxe-Cobourg ; officier au service de la Russie pendant les campagnes de l’Autriche de 1793 et 1794 contre les armées françaises révolutionnaires, muté le 30 juillet 1794 au régiment des grenadiers Malorossiski ; revenu en Russie au printemps 1795 en compagnie du duc de Richelieu, mais ils ne furent plus admis à la cour ; renvoyé dans son régiment près de Dubno en Volhynie ; brigadier (28 juin 1796) ;, général-major (22 mai 1797) ; commandant honoraire des mousquetaires d’Oufa (10 octobre 1797) ; lieutenant général (28 novembre 1798) ; chevalier de Sainte-Anne 1re classe (1799) ; inspecteur d’infanterie, comte d’empire (oukase impérial du 29 mai 1799) et commandeur de l’ordre de Malte ; quartier-maître général d’un corps de 25 000 hommes dans la Courlande et la Samogitie (1799) ; en Moravie (1805), il participa à la bataille d’Austerlitz (2 décembre 1805), à la guerre de 1806-1807 entre la Russie et la Turquie et fut l’un des défenseurs de la Valachie ; décoré des ordres de Saint-Vladimir 2e classe et de Saint-Georges 3e classe ; chef des réserves des troupes en Moldavie (1809) ; général de cavalerie (1811), il commanda pendant la campagne de 1812 un corps de l’armée du général Tchitchagov ; engagé dans les campagnes d’Allemagne contre Napoléon en 1813, puis à la campagne de France de 1814 ; présent aux portes de Paris en janvier 1814, il reçut des mains propres d’Alexandre Ier l’ordre de Saint-André ; il prit part à la bataille de Waterloo ; gouverneur militaire de la province de Kherson, gouverneur civil des provinces de Kherson, d’Ekaterinoslav et de Tauride, gouverneur de la ville d’Odessa, des cosaques de la mer Noire et de ceux du Boug (novembre 1815) ; gouverneur général à Novorossisk (1816) ; gouverneur de la Nouvelle Russie en 1822 ; il fit d’Odessa un port franc, fut l’un des initiateurs du lycée Richelieu (ouvert en 1817) ainsi que de l’École publique des jeunes filles et de l’École grecque de commerce. Le premier journal francophone à Odessa, et initia Le Messager de la Russie méridionale ; démissionnaire de tous ces emplois le 11 mai 1823, avec la permission de garder ses émoluments, ilt partit vivre à l’étranger ; de retour en Russie qu’en 1826, à l’avènement de l’empereur Nicolas Ier ; membre du tribunal suprême, chargé de juger les participants à l’insurrection de décembre 1825 ; Nicolas Ier lui remit les insignes en diamants de l’ordre de Saint-André ; engagé, aux côtés de l’empereur, à la campagne de 1828 contre les Turcs, ilreçut le commandement des deux Valachie ; retiré de l’armée en 1829 ; résidant à Saint-Pétersbourg (1829-1830), puis installé à Odessa, où une rue porte son nom. ● Auteur de : Le Duel (Paris, 1789), pièce de théâtre ; collaborateur aux Actes des Apôtres avec Peltier et Champcenetz ; « Détails sur la composition des armées russes et des armées turques et projets de guerres offensives contre les Turcs » (MAE, MD Russie, vol. 20) ; « Journal des campagnes faites au service de la Russie, par le comte de Langeron » (MAE, MD Russie, vol. 20, 1790-1793, in-fol., 12 planches, 432 fol.) ; « Journal des campagnes faites au service de la Russie, par le comte de Langeron » et « Mémoires divers du comte de Langeron, sur l’organisation intérieure de la Russie » (MAE, MD Russie, vol. 21, 1790-1801, in-fol., 6 planches, 252 fol.) ; « Journal des campagnes faites au service de la Russie, par le comte de Langeron », suite (MD Russie, vol. 22, 1805, in-fol., 6 planches, 228 fol.) ; « Journal des campagnes faites au service de la Russie, par le comte de Langeron », suite (MAE, MD Russie, vol. 23, 1806-1809, in-fol., 403 fol.) ; « Journal des campagnes faites au service de la Russie, par le comte de Langeron », suite (MAE, MD Russie, vol. 24, in-fol., 353 fol.) ; « Journal des campagnes faites au service de la Russie, par le comte de Langeron », suite (MAE, MA Russie, vol. 25, 1812-1814, in-fol., 19 planches, 392 fol.) ; « Mémoires du comte de Langeron. Austerlitz. Campagne de Russie. Bataille de Paris » (publiés par M. le vicomte de Grouchy, Paris, Nouvelle revue rétrospective, 10 mai 1895, in-12, 72 p.) ; « L’Invasion austro-prussienne, 1792-1794 », documents publiés pour la Société d’histoire contemporaine, par Léonce Pingaud (Mémoires sur les guerres de la première coalition, 1792-1794, par le comte de Langeron. Campagne du comte Wurmser en Alsace. 1793], Paris, A. Picard et fils, 1895, in-8°, XVI-319 p., portr. et carte ; La Bataille de Leipzig : souvenirs d’un émigré par le comte de Langeron (Paris, H. Gautier, [1897], p. 321-352, Bibliothèque de souvenirs et récits militaires) ; Mémoires de Langeron, général d’infanterie dans l’armée russe, campagnes de 1812, 1813, 1814 (publiés, d’après le manuscrit original, pour la Société d’histoire contemporaine, par L.G. F. [Fabry], Paris, A. Picard et fils, 1902, in-8°, CXX-524 p. et carte) et en russe : « Русская армия в год смерти и устройства русской армии », Русская Старина, 1895, III, с. 145-166 ; IV, с. 145177 ; V, с. 185-202). ● Franc-maçon, il était membre de plusieurs loges à Odessa et à Saint-Pétersbourg (notamment Élisabeth à la Vertu, Des Amis Réunis et le Chapitre du Phénix). ● Ordre de Saint-André. ● Son portrait est reproduit dans Rousskié portrety, t. II, partie 4, n° 168. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 14-16.

Andrault-1.1 de Langeron, Théodore Fiodor Alexandrovitch ● Né à Brecezterski (Pologne) en 1804 [fils naturel de Louis Alexandre Andrault, 3e comte de Langeron, et d’Angelina Dzunkovsky] ; marié à Anna Alexeïevna Olenina (née en 1808 ; morte au château de Derajno, Russie, en 1889) [fille d’A. N. Olenine, directeur de la Bibliothèque impériale publique, écrivain], dont descendance ; mort au château de Langeron, Nièvre, en 1885. ● Anobli par lettres patentes du 2 avril 1822, sans jouir du titre de comte comme sa descendance ; colonel, commandant le 5e régiment de cosaques du Don ; conseiller privé actuel ; sénateur (28 juillet 1861) ; président du Conseil de Varsovie. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 14.

André ● Né à Paris en 1871. ● Artiste dramatique ; parti de Paris le 4 avril 1895 pour se rendre à Moscou. ● MAE, Nantes, 598PO/2/474.

André, baron Jean Marie Armand d’ ● Né le 11 mai 1804. ● Diplomate ; secrétaire à l’ambassade de Saint-Pétersbourg (1831-1844) ; collaborateur à La Russie (1839) et aux Mystères de la Russie de Frédéric Lacroix (1844-1845) ; secrétaire d’ambassade à Turin, cité en 1844 ; ministre à La Haye, cité en 1859 ; ministre plénipotentiaire, chef du cabinet du ministre des Affaires étrangères. ● Chevalier (18 mai 1835), officier (27 mars 1744), commandeur (27 août 1759) et grand officier de la Légion d’honneur (décret du 14 août 1863). ● Arch. nat., LH/34/109 ; Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française…, p. 151-152.

André, Charles Henri ● Ingénieur. Ingénieur des salines de l’Est ; désigné par les statuts du 12 avril 1882 comme ingénieur-directeur de la société Montgenet et Cie. ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie

Andrieu, Charles Nicolas ● Né à Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle) le 10 novembre 1845 ; mort à Saint-Pétersbourg le 17 décembre 1910. ● Artiste lyrique et dramatique, venu en Russie, demeurant 20 Karavannaïa à Saint-Pétersbourg où il mourut. ● MAE, Nantes, 598PO/2/353.

Andrieux, Edgard Jean ● Né à Paris le 21 mars 1875 [fils de Jean Andrieux et de Palmyre Joséphine Justine Thorel]. ● Industriel ; de la classe de 1895 dans le XVIIIe arrondissement de Paris ; en activité à Buenos-Aires (certificat de la Légation de France, 30 novembre 1894 ; employé à la Société franco-russe des ciments de Guelendjik, Caucase, à partir du 16 juillet 1895 ; attesté en 1909 directeur de cette société. ● Archive historique d’État de Russie ; MAE, Nantes, 598PO/2/84 ; Tatiana Morozova.

Anet, Claude ● Journaliste ; 1905 correspondant permanent du Figaro (1905), il effectua un périple automobile à travers la Russie méridionale, la Crimée et le Caucase en 1907. ● Paul Gerbod, Revue des études slaves, 1985, vol. 57, p. 605-648.

Anginieur, Fernand ● Né en 1868 ; mort en 1914. ● Militaire : promu capitaine en 1900 pour avoir participé à l’intervention des troupes militaires françaises en Chine ; auteur en 1903 d’un voyage expéditionnaire en Inde en passant par le Turkestan, En Asie centrale, Turkestan, Thibet, Cachemir. ● ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 235.

Anglade, Bosseront d’Anglade

Appert, Félix Antoine ● Né à Saint-Remy-de-Bussy (Marne) le 12 juin 1817 [fils d’Augustin Appert (né en 1790), cultivateur, et de Marie Rosalie Camuset] ; marié à Élinor Recha Hoskiær [fille de Christian Hoskiær], dont il eut quatre enfants ; mort à Paris, XVIe arrondissement, le 18 avril 1891, inhumé au cimetière Notre-Dame à Versailles. ● Militaire ; diplomate. Attaché à l’état-major du général Bugeaud en Algérie, engagé dans la bataille d’Isly ; chef de bataillon (1853) ; aide de camp du maréchal Pélissier pendant la guerre de Crimmée ; chef d’état-major de la garde impériale ; colonel (12 mars 1862) ; général de brigade (14 juillet 1870) ; commandant de la subdivision de Seine-et-Oise (1871-1875) et chargé de diriger la justice militaire contre les Communards à Versailles ; général de division (3 mai 1875) ; commandant du 17e corps d’armée ; ambassadeur de France en Russie (1882) ; admis à la retraite militaire le 31 juillet 1884. Membre du conseil général de la Marine. Chevalier (18 septembre 1844), officier (16 avril 1856), commandeur (12 mars 1866), grand officier (16 décembre 1870) et grand-croix (26 février 1886) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/44/15.

Arago, Dominique François Jean ● Né à Estagel (Pyrénées-Orientales) le 26 février 1786 ; marié en 1811 à Lucie Carrier-Desombes, dont il eut trois fils ; mort à Paris le 2 octobre 1853. ● Astronome, physicien et homme politique ; polytechnicien (X 1803) ; professeur-adjoint de Monge à l’École polytechnique (1809-1830) ; chevalier de la Légion d’honneur (30 septembre 1818), officier (19 mars 1825), commandeur (31 mars 1837) ; il mena parallèlement une carrière à l’Observatoire de Paris dont il assura la direction à partir de 1843 ; grand officier (10 septembre 1849) ; membre de l’Académie des sciences de Paris (1809), secrétaire perpétuel (1849) ; membre d’honneur de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg (1829) pour des travaux en optique. ● Arch. nat., LH/44/56.

Arbel, voir : Marin d’Arbel.

Arlincourt ● Voyageur en Russie au milieu du xixe siècle. ● Hélène Henry, « Paul de Julvécourt (1807-1855), entre la France et la Russie ».

Armand, Amédée ● Marié à Nadejda N. (née vers 1829). ● Ingénieur cité à Saint-Pétersbourg en 1854. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Arnaud, Léonard ● Né à Castres (Tarn). ●Médecin dans la marine ; ancien adjoint à la commission sanitaire de l’armée russe à la fin de la campagne contre les Turcs ; membre de l’ordre de Saint-Stanislas de 2e classe (sans la plaque). ● MAE, Nantes, 598PO/2/82.

Arnaud, Louis ● Marié à Lydie N. (née vers 1827), dont au moins une fille, Lydie Arnaud (née vers 1846). ● Ingénieur des mines, cité à Saint-Pétersbourg, district quartier Moscovsky, en 1851. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Arnaud, Vincent Marius ● Né à Digne (Alpes-de-Haute-Provence) le 10 août 1861 [fils d’Honoré Arnaud (né vers 1825), douanier à la division de Digne, et de Cécile Magdeleine Verdonlin (née vers 1824)]. ● Entré « avec le n° 8 » à l’École polytechnique (1882) ; sorti dans les ponts et chaussées (1883), classé le premier à la fin de chaque année d’école, sorti premier en 1886 ; attaché au conseil général des ponts-et-chaussées (1886-1887) ; Ingénieur ordinaire des ponts et chaussées à Grenoble, Arles puis Nice (1803), il travailla sur des voies de chemin de fer, des routes nationales et des chemins de grande communication, de même que sur des cours d’eau, dirigea des travaux d’irrigation, de dessèchement et d’assainissement ; ingénieur en chef des ponts et chaussées, demeurant à Saint-Pétersbourg, 12, Grande rue des écuries. ● Chevalier de la Légion d’honneur (18 juillet 1903). ● Arch. nat., LH/53/76 ; MAE, Nantes, 598PO/2/682.

Aron, Gustave Maurice ● Né à Strasbourg (Bas-Rhin) le 8 décembre 1850 ; marié à Marie Cousin (née en Russie) ; mort le 27 décembre 1918), catholique. ● Directeur d’une société à Moscou de l’automne 1904 à décembre 1918. ● MAE, Nantes, 598PO/2/653.

Aron, Jules ● Né à Marmoutier (Bas-Rhin) le 18 mai 1844 [fils de Léopold Aron (né en 1817), marchand de bois, et de Rosine Levi (née en 1821)] ; mort à Paris le 29 juin 1913, en son domicile 20, avenue de Wagram, Paris, VIIIe arrondissement. ● Ingénieur civil de mines ; breveté de l’École des mines (1868) ; engagé volontaire pendant la guerre de 1870 ; lieutenant d’artillerie territoriale jusqu’en 1884 ; ingénieur conseil à la banque Rothschild (1872) ; ingénieur conseil de la Société française de Boléo (mines et fonderies de cuivre en Basse-Californie, Mexique) ; ingénieur conseil de la Société française de nickel (mines et fonderies de nickel en Nouvelle-Calédonie) ; ingénieur conseil de la Société française de Penanoya (mines et fonderies de Plemlo en Espagne) ; ingénieur conseil de la Société austro-hongroise de Fiume (raffineries de pétrole) ; ingénieur consultant de la Société russe de Bnilo (mines et usines de pétrole au Caucase), en mission à Bakou (1884), ayant contribué à la formation de la Société de naphte caspienne et mer Noire qui exploita les terrains de Bakou de la Société Mazout (distribution de résidus pour le chauffage et d’huile lampante pour toute la Russie du Standard russe qui développa l’étude des terrains pétrolifères d’abord à Ilsky puis à Grosny) ; ingénieur conseil des raffineries de pétrole en Espagne (Séville, Alicante, Barcelone, Santander) ; ingénieur conseil de l’affinage des métaux précieux (13, rue de Lagny à Paris) ; ingénieur conseil de l’usine à plomb et argent du Havre ; membre de la commission d’expériences pour la transmission de la force par l’électricité. ● Chevalier de la Légion d’honneur (1er janvier 1887). ● Arch. nat., LH/56/79 ; ANMT (Archives nationales du monde du travail, Roubaix), 132 AQ, vol.840-849 (notes Elena Razvozzhaeva). La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 397, 409.

Arsit, voir Carbonnier d’Arsit de Gragnac

Artaud de La Ferrière, Hector Charles Claude Marie, comte La Ferrière (1809-1896) ● Né à Lyon (Rhône) le 29 juillet 1809 [fils de et Claude Arthaud de La Ferrière et de Margueritte de La Salle] ; marié à Ronfeugerai (Orne) le 26 juillet 1842 avec Marie Isabelle de Percy de Northumberland ; mort à Paris le 1er mai 1896. Protestant. ● Homme politique français, essayiste et historien ● Membre de la Société des antiquaires de Normandie (1855) ; député au Corps législatif (1859-1860) ; correspondant du ministère de l’Instruction publique demeurant à Ronfeugerai (Orne) ● En mission pour l’Instruction publique avec pour objet de rechercher dans les bibliothèques et archives de Saint-Pétersbourg, Varsovie, Berlin et Bruxelles, les documents qui pouvaient intéresser l’histoire politique et diplomatique de la maison de Valois jusqu’à la fin du xvie siècle (1860) ; mission ayant pour objet de rechercher et de transcrire les lettres de Catherine de Médicis qui peuvent se trouver dans les bibliothèques de Turin, Milan, Gênes, Florence, Mantoue, Rome, Venise, Vienne, Saint-Pétersbourg (1862-1863). ● Auteur de : Histoire de France en Russie. Richelieu et Louis XIII, d’après des documents inédits (Paris, Imprimerie impériale, 1866) ; Deux années de mission à Saint-Pétersbourg, manuscrits, lettres et documents historiques sortis de France en 1789 (Paris, Imprimerie impériale, 1867). ● Arch. nat., F/17/2980/A (dossier de missions). Armelle Le Goff. « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe ». Notice Armelle Le Goff.

Artaud de La Ferrière, voir La Ferrière (Artaud de)

Artois, Jean-Baptiste ● » Arap » puis « arap senior » de 1824 à 1849 à la cour de Russie. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Aspic, voir du Croissy d’Aspic

Aubert, Victor Gustave ● Ingénieur en Russie au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/160.

Aubry, Paul (1858-1899) ● Né à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) le 22 avril 1858 [fils de François Aubry et de Louise Urvard] ; marié à Guigamp (Côtes d’Armor) le 12 novembre 1888 à Anna Mahé-Villeblanche née en 1864 dont deux filles Suzanne (1889-1964) et Louise (1896- ?) ; mort le 30 octobre 1899 à Saint-Brieuc. ● Médecin ● Docteur en médecine ; médecin psychiatre ; collaborateur de la Revue internationale des sciences médicales, la Revue d’hygiène, le Progrès médical et Les Annales d’hygiène ; criminologue, auteur de plusieurs ouvrages dont La contagion du meurtre : étude d’anthropologie criminelle (Paris, Félix Alcan, 1887) ; il participa au Congrès international d’anthropologie criminelle à Bruxelles (1892). ● Après avoir étudié l’aliénation mentale en Grèce, en Turquie et en Égypte (1886), il partit en mission scientifique en Russie pour étudier l’organisation des hôpitaux (9 juillet 1887-septembre 1887) ; son domicile légal en France était situé 14, rue Soufflot à Paris ; il se présenta au consulat de France à Tiflis le 20 août 1887. ● Auteur d’Un Hôpital d’enfants à Moscou, (Paris, Revue d’hygiène thérapeutique, 1890). ● MAE, Nantes, 598PO/2/141 ; Arch. nat., F/17/2934 (dossier de mission scientifique). « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe ». Notice Armelle Le Goff.

Augier ● Voyageur en Russie vers 1845. ● Hélène Henry, « Paul de Julvécourt (1807-1845), entre la France et la Russie », La Revue russe, a. 1993, 5, p. 15-26.

Aunay, voir Lepeletier d’Aunay

Aunet, voir Biard d’Aunet

Azir, voir Mure d’Azir

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search