B

Baccarat, voir Gaillard de Baccarat

Badleau, Émile ● Mort et enterré à Tsaritsyno (Moscou). ● Parfumeur vivant à Tsaritsyno, créateur en Russie au xixe siècle de l’eau de Cologne « Lilas fleuri ». ● Daria Gridiaïeva, « Comment les Français ont-ils offert à la Russie un Siècle d’or de la parfumerie ? », Histoire, 16 janvier 2019 (https://fr.rbth.com/histoire/82200-parfumeurs-francais-empire-russe).

Bague ● Diplômé de l’école des mines de Saint-Étienne (1877) ; adjoint à partir de 1895 d’Étienne de Manziarly dans la Société des sels gemmes et houilles de la Russie méridionale. ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à 1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 140-141.

Bahier, Eugène ● Marié. ● Ingénieur de l’École centrale à Paris ; collaborateur d’Andrieux, directeur de la Société franco-russe des ciments Portland de Guelendjik (passeport délivré à Guelendijk en 1902), directeur de la compagnie (1906), remplacé par Louis Laurans, attesté en 1912 ; curateur honoraire de l’École primaire de Guelendijk. ● Chevalier de 1re classe de l’ordre de Saint-Stanislas (1909). ● MAE, Nantes, 598PO/2/71, 598PO/2/100.

Baillaud, Édouard Benjamin ● Né à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), rue de l’Obélisque, le 14 février 1848 [fils de Joseph Désiré Baillaud (né en 1811), employé à la sous-préfecture, et d’Anne Antoinette Rosalie Zoé Jouvenot (née en 1821)] ; mort à Toulouse (Haute-Garonne) le 8 juillet 1934. ● Astronome ; élève à l’École normale supérieure, sciences (1866) ; agrégé de l’Université (1869) ; professeur au lycée Montaigne à Paris (1869), au lycée de Saint-Quentin, Nord (1871) ; élève astronome à l’Observatoire (1872) ; professeur au lycée Saint-Louis à Paris (1873-1874) ; répétiteur d’analyse à la faculté des sciences de Paris (1873-1877) ; aide-astronome (1874-1875) ; professeur à Louis-le-Grand (1875) ; docteur ès-sciences mathématiques (1875) ; professeur à Charlemagne (1875-1876), Condorcet (1876-1878) ; suppléant de Le Verrier (1877-1878) ; professeur à la faculté des sciences de Toulouse (1878-31 octobre 1907) ; directeur de l’observatoire de Toulouse (1878-31 octobre 1907), il publia cinq volumes d’Annales de l’observatoire de Toulouse ; auteur d’un Cours d’astronomie à l’usage des étudiants de la faculté des sciences (2 vol.) ; directeur de l’observatoire de Paris (2 janvier 1908) ; membre de l’Institut et du Bureau des longitudes (1908) ; président du comité international permanent de la carte photographique du Ciel (1909) ; président du congrès des éphémérides (1911) ; directeur du Bureau international de l’heure (1912) ; directeur honoraire de l’Observatoire de Paris en 1927, demeurant 4, place Saint-Georges à Toulouse. Médaille Bruce (1923) ; membre de l’Académie des sciences de Paris (1908) ; membre de l’Académie des sciences russe spécialiste de la mécanique céleste (1913). ● Chevalier (15 octobre 1886), officier (23 juillet 1901), commandeur (11 janvier 1913), et grand officier (29 janvier 1927) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/91/61.

Baillon, Ernest Henri ● Né à Calais (Pas-de-Calais) le 30 novembre 1827 ; mort à Paris le 19 juillet 1895. ● Médecin et botaniste ; professeur à la faculté de médecine de Paris (1863) ; professeur à l’École centrale des arts et manufacture ; auteur de nombreuses publications. ● Chevalier (14 août 1867) et officier de la Légion d’honneur (13 juillet 1788) ; membre de la Société botanique de France (1854) ; membre de l’Académie des sciences de Russie (1889). ● Arch. nat., LH/93/5.

Baillot, Pierre Marie François de Salles ● Né à Paris (Passy), le 1er octobre [fils de Nicolas Baillot (mort à Bastia), procureur du roi de la prévôté d’Ajaccio, avocat au Parlement, et d’Antoinette Perreau] ; marié le 17 mai 1809 à Louise Raincour (1781-1843), dont René Paul Baillot (1813-1889), pianiste et compositeur, professeur au Conservatoire de Paris de la classe d’ensemble instrumental de 1848 à sa retraite en 1887, marié à Paris le 28 août 1845 à Marie Léonie Beyerman-Savalete ; mort à Paris le 15 septembre 1842. ● Violoniste et compositeur ; recueilli par Mr de Boucheporn, intendant du roi de Corse, à la mort de son père, en 1783 ; après des études à Rome, il arriva à Paris, où il fut l’élève de Giovanni Baptista Viotti, il fut employé comme violoniste au théâtre de Monsieur ou Opéra-Comique (1791-1795) ; professeur au conservatoire de Paris (1799) ; membre de la Chapelle impériale (1802) ; en tournée en Russie en 1805-1808 ; chef d’orchestre à l’Opéra de Paris (1821-1831) ; professeur de violon à l’École royale de musique (1824) ; chef d’orchestre à la Chapelle royale (1827) ; ami de Pierre Rode et Rodolphe Kreutzer. ● Compositeur de : Airs russes ; Air russe varié pour violon solo, 2 violons, alto et basse. Pierre Baillot fut portraituré par Ingres (dessin, 1829). ● Chevalier de la Légion d’honneur (9 août 1824). ● Arch. nat., LH/93/21 ; notes Vladimir Somov. Wikipédia.

Balas, Antoine ● Né à Saint-Chamond (Loire) en 1861. ● Ingénieur ; mentionné en 1891 à Saint-Pétersbourg, demeurant rue Liteinaya, n° 15. ● MAE, Nantes, 598PO/2/57 ; 598PO/2/622.

Balivet ● Entrepreneur de travaux ; en poste en Russie de 1859 à juin 1861, au service de la Grande société des chemins de fer russes, en qualité d’entrepreneur de travaux et d’arpenteur pour la construction de l’ancienne ligne de chemin de fer Moscou-Théodosie (employé à la 3e division de la construction de cette ligne) ; licencié en 1861 à cause de l’abandon de la construction de la ligne de chemin de fer. ● MAE, Nantes, 598PO/2/276.

Balzac, Honoré de ● Né à Tours (Indre-et-Loire) le 20 mai 1799 ; marié à Tours le 14 mai 1850 à la comtesse Hanska ; mort à Paris le 18 août 1850. ● Écrivain et romancier ; élèves chez les oratoriens de Vendôme, puis au lycée Charlemagne à Paris ; étudiant en droit ; en voyage à Saint-Pétersbourg, demeurant 16, rue Millionaïa (1843) ; en séjour en Ukraine chez la comtesse Hanska (1747-1748). ● Auteur notamment de : La Comédie Humaine (œuvres complètes, Paris, éditions Furne, 1842-1848) ; Lettres à Mme Hanska, 1832-1844 (Paris, éd. Robert Laffont, 1990).

Barante, voirBrugière de Barante

Barbier ● Ingénieur ; directeur du charbonnage du Rutcenko, où il fit construire des logements, une école et un hôpital pour le personnel. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 374.

Bardet, Charles ● Marié à Alexandrine. ● Comptable à Saint-Pétersbourg, district quartier Kalomensky au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Barnier, Aristide Louis Clément ● Né à Nîmes (Gard) en 1836. ● Ingénieur ; en séjour en Russie en 1892 et 1893. ● MAE, Nantes, 598PO/2/57.

Barral, Étienne Victor (1860-1938) ● Né à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône) le 12 août 1860 [fils de Luc Charles et de Madeleine Gontelle] ; marié à Lyon le 21 octobre 1901 à Vera Gorvitz-Rubinstein (née à Mobilen, Russie, le 23 avril 1873) dont il eut trois enfants parmi lesquels un fils Philippe Barral, médecin ; mort à Lyon (Rhône) le 24 mars 1938 ● Médecin ● Études secondaires au lycée Saint-Rambert à Saint-Foy-lès-Lyon et au lycée Ampère de Lyon ; études à la faculté mixte de Lyon ; pharmacien de première classe (1889) et docteur en médecine (1890) ; il découvrit avec Raphaël Lépine « le ferment glycolytique » (1891) ; agrégé de chimie (1895) et docteur ès-sciences physiques de la faculté des sciences de Paris (1895) ; chargé de cours à la faculté de médecine et de pharmacie de Lyon ; agrégé libre « chargé d’un cours complémentaire de chimie minérale et analytique appliqué à la pharmacie » (1910) ; professeur sans chaire (1921) ; admis à la retraite (1930) ; auteur de nombreux travaux scientifiques. ● Il dut renoncer à une mission dans la Russie méridionale en 1905-1906, le ministère ne jugeant pas le moment opportun en raison des troubles politiques que connaissait la Russie ; pendant les vacances de 1913 il partit étudier les limans de la mer Noire, « surtout ceux d’Odessa » ; il remit son rapport à la veille d’être incorporé dans le service de santé, le 6 août 1914, et signala qu’il avait publié les analyses des eaux des limans d’Odessa dans le Bulletin de la société chimique de France, à la Société de médecine de l’Université d’Odessa et au congrès du Havre de l’Association française pour l’avancement des sciences ; son épouse russe fit ses études de médecine en France. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/24118 (dossier de carrière) ; F/17/17266 (dossier de mission scientifique) ; LH/119/29 (dossier de Légion d’honneur). Armelle Le Goff, « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe » ; « Le Professeur Étienne Barral (1860-1938). Notice Armelle Le Goff.

Barrère, Pierre Edmond de ● Né à Morlaix (Finistère) le 7 octobre 1819 ; mort à Paris le 14 février 1890. ● Élève consul à Jérusalem en 1845 ; gérant intérimaire du consulat d’Erzeroum ; consul de 2e classe à Tiflis, en conflit avec la communauté française en 1851 ; auteur d’un « Tableau de la domination russe sur le Caucase en 1852 » (MD, Russie, vol. 38, fol. 13-44) ; gérant du consulat de Damas (1853), puis consul de Damas ; consul général à Jérusalem ; consul général à Smyrne en 1861 ; en inactivité (1873). ● Chevalier (27 avril 1845), officier de la Légion d’honneur (13 août 1861). ● Arch. nat., LH/122/15. Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », p. 57.

Barrey, Joseph ● Né à Chatenois (Haut-Rhin) le 21 avril 1821 ; marié à Catherine Nikolsky. ● Professeur à Tiflis (passeport russe délivré à Tiflis le 14 octobre 1864). ● MAE, Nantes, 598PO/2/49.

Barth, Étienne Auguste Marie ● Né à Strasbourg (Haut-Rhin), 42, quai des bateliers, le 22 mars 1834 [fils d’Étienne Barth (né en 1807), négociant, et de Marie Wilhelmine Stoeber] ; mort à Paris VIIe arrondissement, 19, rue Oudinot, le 15 avril 1916. ● Indianiste et épigraphiste ; licencié ès lettres de la faculté de Strasbourg (1856) ; professeur de rhétorique et de philosophie au collège de Bischwiller (Bas-Rhin) de 1857 à 1861 ; membre de la Société asiatique de Paris (1862) ; membre honoraire de la Société asiatique de Batavia (1886) ; membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1893) ; membre honoraire de la Société asiatique de Londres (1895) ; membre du bureau du Journal des savants (1895) ; fondateur de l’École française d’Extrême-Orient (1898) ; membre de l’Académie des sciences de Russie (1902). ● Auteur de : Les Religions de l’Inde (1879) ; « Bulletin des religions de l’Inde », Revue de l’histoire des religions (1880-1902) élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1893). ● Chevalier de la Légion d’honneur (31 décembre 1895). ● Arch. nat., LH/125/67.

Bartholin, Pierre Jean Marie Léon ● Né à Saint-Didier-sous-Rochefort (Loire) le 26 mars 1871 [fils de Jean Marie Bartholin (né en 1842), cultivateur à Saint-Didier-sous-Rochefort, et de Marie Béal (née en 1845)] ; mort à Saint-Didier-sous-Rochefort (Loire) le 5 septembre 1918. ● Ingénieur des mines (Saint-Étienne), élève en 1891 ; membre de la mission Bouvalot de Bonchamps en Éthiopie et vers le Nil blanc (10 février 1897-14 juillet 1798), chargé en qualité d’ingénieur de relever l’itinéraire de Djibouti à Addis-Abeba jusqu’à Nasser, sur la rivière Sabah (2 500 km) ; envoyé par le Crédit Lyonnais en Chine (juin 1900), chargé de l’exploration industrielle d’une partie des province du Kouang-Toun et Kouang-Si, où le gouvernement français venait d’obtenir la concession de mines et le chemin de fer Paktaï-Narming ; volontaire le 28 mai 1900 dans les expéditions organisées en Chine pour le secourir le personnel du chemin de fer de Chang Tin Tien, puis dans deux autres expéditions pour secourir les missionnaires et les sœurs réfugiées à l’église de Nan Tang à Pékin, cernés par les Boxers, puis les chrétiens chinois ; (10 février 1897) ; lors du siège par les Boxers, volontaire le 20 juin 1900 pour la défense de la légation de France, et pour la délivrance le 16 août 1900 de Pei Tang ; ingénieur-conseil au Crédit lyonnais, rue Grande Morskaya, n° 18, Saint-Pétersbourg, y demeurant en mai 1902 ; capitaine à titre temporaire territorial au 250e régiment d’artillerie pendant la guerre de 1914-1918. ● Chevalier (14 décembre 1900) et officier de la Légion d’honneur (3 janvier 1918). ● Arch. nat., LH/128/48 ; MAE, Nantes, 598PO/2/622.

Barthon, Victor ● Directeur de l’école Berlitz à Petrograd, cité en 1917 ; en sursis provisoire au titre de la mission de Chevilly en 1917. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24.

Bashenri, Stéphane ● Représentant délégué et agent de la société anonyme en commandite par actions, sous la dénomination de Compagnie générale des Industries textiles (Allard et Cie), de 1888 à 1904. ● Archive historique d’État de Russie. Tatiana Morozova

Batta ● Diplomate. ● Agent consulaire à Kertch de 1877 à 1887. ● Annuaire diplomatique, 1877-1887.

Battut, Michel Adolphe ● Né en 1834 ; marié ; un fil âgé de quinze mois en mars 1863. ● Comptable, il se rendit en Russie avec sa famille en 1863 (passeport fait à Boulogne le 17 mars 1863). ● MAE, Nantes, 598PO/2/218.

Batz, Maurice-Guillaume René, baron de (1865-1928) ● Né à Réalville (Tarn-et-Garonne) le 5 mai 1865 [fils de Philibert Marie Joseph, baron de Batz, et de Marie Eugénie Valentine Courtès-Lapeyrat] ; mort à Paris le 16 août 1928 ● Ingénieur des mines ● Ingénieur civil, membre de l’American Institute of Mining Engineers ; il travailla sur divers exploitations minières aux États-Unis, en Mongolie, et en Serbie et également sur la construction du transsibérien ; membre de la société minière franco-russe . ● Auteur de : Les gisements aurifères de Sibérie. Notes sur leur condition actuelle et leur avenir (Paris, typographie Chamerot et Renouard, 1898). ● Notice Armelle Le Goff.

Baud, Claude Antoine Ulysse ● Né à Arbois (Jura) le 6 novembre 1871 [fils de Jean François Eugène Baud et de Julie Magnin] ; marié à la mairie du Luxembourg à Paris le 8 juin 1901 à Joséphine Jeanne Angèle Dusseris. ● Banquier. Diplômé de l’École des Hautes études commerciales ; banquier ; directeur de l’agence du Crédit lyonnais de Saint-Pétersbourg en 1917, « reste courageusement à son poste malgré des difficultés continuelles, à défendre les intérêts financiers français avec constance et adresse et limite au minimum les pertes que le régime bolchevique leur a fait subir » (LH/19800035/1469/70088, pièce 5) ; encore à Pétrograd en avril 1719 ; arrêté en 1919, détenu pendant seize mois ; demeurant à Paris, 8, rue Michel-Ange, en novembre 1920. ● Chevalier de la Légion d’honneur (9 mai 1919). ● Arch. nat., LH/19800035/1469/70088. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 385.

Baudier de Croizier de Sainte Segraux, Edme Casimir, comte puis marquis de Croizier de Sainte Segraux ● Né à Paris, 29, rue Caumartin, le 16 novembre 1846 [fils d’Edmond Baudier (né en 1812 ; mort le 3 mai 1876), marquis de Croizier de Sainte Segraux (par adoption des 19 octobre et 11 novembre 1854 par Pierre Marc Jules, marquis de Croizier de Sainte Segraux), notaire, et d’Angélique Marie Camille Noël (née en 1825), mariés à Paris ; petit-fils au maternel de Victoire François Casimir Noël (né en 1790), notaire à Paris, chevalier de la Légion d’honneur, demeurant 13, rue de la Paix ; cousin paternel d’Edme Naulot (né à Semur-en-Auxois le 22 février 1781 ; mort le 2 septembre 1857), sous-directeur au ministère des Finances, officier de la Légion d’honneur, demeurant 22, rue de l’Échiquier à Paris] ; marié à Paris, IIe arrondissement, le 3 décembre 1874 à Marie Louise Marguerite Agnéty ; mort en son domicile, quartier Saint-Étienne, château Joandin, à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) le 21 juin 1921. ● Voyageur ; venu en 1890 voyage au Turkestan russe pour y faire des observations sur les monuments et sur la politique ; président de la Société académique indo-chinoise de France en 1895 ; propriétaire rentier. ● Chevalier de la Légion d’honneur (31 décembre 1895). ● Arch. nat., LH/140/28. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 286.

Baudouin, François Jean ● Né en 1758 [fils de Pierre Antoine Baudouin et de Marie Émilie Boucher ; petit-fils du peintre François Boucher] ; confié à l’âge de trois ans à Marie Nicole Baudouin, épouse de l’imprimeur Lambert ; père de neuf enfants, parmi lesquels Alexandre, François Charles et Hyppolite Baudouin, imprimeurs à sa suite sous le nom Imprimerie Baudouin et frères ; mort à Meudon (Hauts-de-Seine) en 1835. ●Imprimeur ; associé à l’imprimeur Lambert ; imprimeur des assemblées révolutionnaires (1789) ; député du tiers état ; fondateur du Logographe (1791) ; imprimeur de l’Institut (1796) ; en contrat conclu avec Bonaparte d’un contrat de vingt ans comme imprimeur de l’Institut des sciences ; fondateur d’une imprimerie impériale à Saint-Pétersbourg à la demande du tsar Alexandre (1805-1809) ; de retour en France (1810), fondateur d’une nouvelle imprimerie avec Garnerie ; nommé directeur de la police générale de la libraire (1814). ●Franc-maçon, membre de la loge Les neufs sœurs, comme La Harpe. En correspondance avec le comte Sylvestre de Sacy. ● Élisabeth Liris.

Bauman, Lucien ● Ingénieur chimiste ; administrateur de la fabrique de coton Zundel à Moscou à la fin du xixe siècle ; attaché comme ingénieur chimiste à la commission internationale de ravitaillement à Londres (1914). ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Baux, Adolphe ● Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 5 juin 1855. ● Ingénieur civil ; en mission en Russie (passeport délivré par le préfet des Bouches du Rhône le 15 novembre 1881) ; ingénieur civil, à Novorossisk (Caucase), jusqu’au5 juin 1882. ● MAE, Nantes, 598PO/2/63 ; 598PO/2/164.

Baye, voir Berthelot de Baye

Bazaine, Pierre Dominique ● Né à Scy-Chazelles (Moselle) le 13 janvier 1786 ; marié (1) à Marie Madeleine Vasseur, dont il eut trois enfants, dont : une fille, Mélanie Bazaine (1808-1852), mariée en 1834 à l’ingénieur Émile Clapeyron ; Pierre Dominique Bazaine (1809-1893), ingénieur des travaux publics et des chemins de fer, et François Achille Bazaine, maréchal de France sous le Second Empire ; remarié en Russie à une demoiselle Senovert-Ostroviski, dont il eut une fille, Mathilde Élisabeth Pauline Bazaine (1819-1899), mariée à Pépin Lehalleurmort à Paris en 1838. ● Ingénieur des ponts et chaussées ; savant, inventeur, pédagogue ; élève de l’École polytechnique (X, 1803), corps des ponts et chaussées ; envoyé en Russie par Napoléon à la demande d’Alexandre Ier en Russie vers 1810 ; exilé en Sibérie (1812-1815) ; envoyé en Russie en 1810, avec les ingénieurs Fabre, Potier et Destrem, à la demande faite fin 1809 par le prince Alexandre Kourakin, ambassadeur extraordinaire de Russie ; arrivé à Saint-Pétersbourg ; engagé par le prince Georges de Holstein-Oldenburg, directeur général du Génie des communications intérieures, avec un grade correspondant à celui de France ; lieutenant-colonel en Russie, envoyé en 1810 en mission à Odessa avec le duc de Richelieu, gouverneur général des trois gouvernements de Kherson, de Tauride et d’Ekaterinostov (1810) ; chargé dans un premier temps de plusieurs missions : construire la route allant de Kherson à Odessa ; concevoir des machines pour nettoyer des alluvions les ports d’Odessa et de Kherson ; créer les routes allant de l’intérieur de l’Empire russe avec la Bessarabie, d’une part, et la Crimée d’autre part, ce qui impliquait de rectifier la montée de Beritsov auprès du Dniepr (passage emprunté chaque année par les cent mille chariots transportant le sel extrait des lacs situés près de Pericop à l’intérieur de l’Empire russe), de créer un pont mobile et submersible sur l’Ingoulitz à Davidovbrod (en raison de crues violentes de ce cours d’eau), et de prévoir un autre pont sur l’Ingoutatz à Élisabethgrad (pour la communication avec la Bessarabie, projet confié à Destrem le jeune qui proposa un pont en bois d’une seule travée d’environ 40 mètres) ; également chargé de travailler à l’embellissement de la ville d’Odessa ; chargé au début de 1812 de nouveaux projets : un port de commerce à Eupatosie, une route à travers les montagnes de la partie méridionales de la Russie, la conduite des eaux douces venant du Dniestr à l’intérieur d’Odessa et l’érection des fontaines qu’elles devaient alimenter ; mis à la disposition du comte de Lauriston, ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg, en mars 1812 ; arrivé à Saint-Pétersbourg le 28 avril 1812, démissionnaire de ses fonctions sur ordre transmis par le comte de Lauriston le même jour ; décoré de la croix de Sainte-Anne 2e classe (28 mai 1812) ; ayant quitté l’uniforme russe le 23 juin 1812, à la suite de la déclaration de guerre de la France à la Russie ; faute de passeport pour sortir de Russie, conduit avec les trois autres ingénieurs français sur ordre de l’Empereur Alexandre à Iaroslavl, en captivité avec maintien des appointements versés par la Russie et une gratification de 1 000 roubles pour le voyage (11 juillet 1812) ; logé à Iaroslavl dans un logement de la Couronne russe, ayant « la ville pour prison » ; transféré à Pochetzhugne (10 août 1812) ; de nouveau transféré le 31 août 1812, arrivé à Irkoutsk le 3 novembre 1812 et emprisonné dans des conditions très rudes ; sans appointements ni ressources jusqu’au 4 mai 1813 ; libéré le 17 février 1815 grâce à l’ordre de rappel en France obtenu par le général de Bétancourt ; parti à pied avec les trois autres ingénieurs prisonniers le 20 février 1815, arrivé à Kazan le 12 mars 1815 et à Saint-Pétersbourg le 17 avril 1815 où il se mit sous la protection du comte de Noailles, ambassadeur de Louis XVIII ; ayant repris l’uniforme russe pendant les Cent-Jours et resté en Russie ; employé aux fortifications d’Odessa ; au service de la Couronne Impériale, directeur du Corps des ingénieurs des voies de communication, grade de général (1824-1834) ; président du comité pour les constructions et les travaux hydrauliques à Saint-Pétersbourg ; directeur de la Commission pour la construction des écluses de Schlusselbourg ; membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg ; auteur de nombreux ouvrages scientifiques, dont le pont Novo-Moskovski (1808), le pont de l’Annonciation (1833), le pont Demidov (1834-1835), le pont Nijni-Lebiajy (1836), le creusement et aménagement du canal Obvodny ; également auteur des constructions des planchers du Palais d’Hiver, du théâtres Alexandrinski et de la cathédrale de la Sainte-Trinité, de même que de centaines de projets. De retour en France en 1834. Créateur du Journal des voies de communication ; membre du cercle d’Augustin Bettancourt. ● Auteur notamment de : Mémoire sur l’état actuel du système de Vychni-Volotchok, ou de la principale communication artificielle établie entre la mer Caspienne et la Baltique ; Mémoire sur la théorie du mouvement des barques à vapeur et sur leur application à la navigation des canaux, des fleuves et des rivières (Saint-Pétersbourg, 1817) ; Mémoire sur l’impossibilité de ramener par un simple approfondissement le niveau du canal de Ladoga, à la même hauteur, que celui du lac du même nom ; Notice sur un nouvel artifice propre à diminuer la dépense d’eau des canaux en général et sur un nouveau système de petite navigation. ● Franc-maçon membre de la loge La Palestine. ● Officier de la Légion d’honneur (12 février 1826). ● Arch. nat. : LH/150/16 ; F1d IV F1, « Mémoire succinct sur la mission en Russie de quatre ingénieurs français Fabre, Bazaine, Potier et Destrem » ; RGIA et RGVIA. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approche …, p 101-138 (Dimitri et Irina Gouzévitch).

Bazin, Jean Baptiste ● Pharmacien des armées françaises ; prisonnier de guerre en Russie (1813). ● MAE, Nantes, 598PO/2/214.

Beauharnais, Maximilien Eugène Joseph Napoléon de, duc de Leuchtenberg, prince Romanovsky ● Né à Munich (Bavière, Allemagne) le 2 octobre 1817 [fils d’Eugène de Beauharnais (1781-1824), vice-roi d’Italie et grand-duc de Francfort, et de d’Auguste Amélie de Bavière (1788-1851) ; petit-fils au paternel du vicomte Alexandre de Beauharnais (1760-1794) et de l’impératrice Joséphine (1763-1814), et au maternel du rois Maximilien Ier de Bavière (1756-1825) et de la princesse Wilhelmine de Hesse-Darmstadt (1756-1825)] ; marié à Saint-Pétersbourg le 2 juillet 1839 avec la grande-duchesse Maria Nikolaïevna de Russie [fille du tsar Nicolas Ier de Russie (1795-1855) et de la princesse Charlotte de Prusse (1798-1860], dont il eut sept enfants ; mort à Saint-Pétersbourg le 1er novembre 1852, de la tuberculose. Militaire et entrepreneur. Parti en voyage en Russie en 1836 ; engagé au service de la Russie ; collectionneur, passionné de minéralogie ; président de l’Académie impériale des beaux-arts (1843) ; directeur de l’Institut du corps des ingénieurs miniers ; fondateur en 1847 d’une entreprise dans son domaine e Serguievka, il y fit construire les premières locomotives russes. Richard Diener, » Maximilian Eugene Josephe Napoleon de Beauharnais, der 3. Herzog von Leuchtenberg, Fürst von Eichstätt », Historischer Verein Eichstätt, Eichstätt, no 100,‎ 2008, p. 7-47.

Beaulieu, voir Leroy-Beaulieu

Beauvoir : voir Hébert de Beauvoir

Beaux-1, Hyppolite Édouard (1835-1899) ● Né à Lille (Nord) le 9 août 1835 [fils de Jeanne Cléophe Beaux, modiste] ; marié (1) à Moscou (Russie) le 1er septembre 1877 avec Adelaida Fiurt (1842-1879) ; (2) à Moscou en décembre 1879 avec Augustina Wilgemina dite Marie Missfeld (née à Moscou en 1843) ; père de douze enfants ; mort à Moscou le 3 juillet 1899 ● Parfumeur dit “Nez”, Parfumeur en chef, membre du conseil d’administration de A.Rallet & Cie à Moscou. ● http://www.perfumeprojects.com/museum/perfumers/ErnestBeaux.php ; Notice Armelle Le Goff.

Beaux-1.2, Ernest Henri (1881-1961) ● Né à Suschevo-Moscou (Russie) le 8 décembre 1881 [fils d’Hyppolite Édouard Beaux, parfumeur et d’Augustina Wilgemina dite Marie Missfeld] ; marié (1) à Moscou en 1912 avec Iraide de Schoeneich dont un fils Édouard (né en 1913) et divorcé en 1921 ; remarié à Cannes (Alpes maritimes) le 25 novembre 1922 avec Yvonne Girodon ; mort à Paris le 8 mai 1961. Catholique ● Parfumeur. En 1898, il entra dans l’entreprise dirigée par son frère aîné, la société Rallet (qui fournissait notamment la cour impériale de Russie), pour apprendre la savonnerie et le métier de parfumeur ; deux ans après, il quitta l’entreprise de parfumerie pour effectuer son service militaire en France ; en 1902, il revint chez Rallet, et commença une brillante carrière ; en 1907, il lança son premier parfum (nom inconnu), mais son grand succès arriva en 1912, avec l’apparition de son eau de Cologne « Bouquet de Napoléon », à l’occasion du centenaire de la bataille de la Moskova ; en 1914, il était directeur technique et membre du conseil d’administration de la société Rallet ; pendant la guerre de 1914-1918, il fut interprète au service de renseignement de l’état-major du général Tabouis à la mission française à Kiev (1917) ; il fut ensuite détaché comme officier de liaison auprès des forces anglaises pour le compte des Alliés à Arkhangelsk (section des renseignements du grand quartier général du corps expéditionnaire du nord de la Russie) sous le commandement du colonel Thornhill et participa à la prise d’Onega où sa conduite lui valut la Military cross et la croix de Saint-Vladimir ; il resta ensuite à Arkhangelsk au service de renseignements en qualité de chef du service des prisonniers ; il fut le créateur et l’organisateur du bataillon russe formé avec les prisonniers de guerre ; après 1919, il rentra en France et poursuivit sa carrière de parfumeur, notamment avec la création du numéro 5 de Chanel. ● Chevalier de la Légion d’honneur (18 octobre 1919). ● Arch. nat., 19800035/388/52061 ; http://www.perfumeprojects.com/museum/perfumers/ErnestBeaux.php. Notice Armelle Le Goff.

Beckers, Alexandre (1823-1893) ● Né à Moscou en 1823 [fils de Carlo Beckers et d’Emma Mayor] ; marié avec Giuliana Foennisokn Tonnisohn ; beau-frère d’Adolphe Bouis ; mort à Saint-Dalmas-Tende (Alpes-Maritimes) le 16 août 1893. ● Industriel (industrie sucrière). Diplômé de l’École Centrale (1845) ; fondateur-administrateur des Sociétés sucrières de Trostianetz (gouvernement de Podolie, district de Brazlav, Russie) ; il fonda en 1869 la Société de la fabrique de sucre à Trostianetz, avec un capital de 1,5 million de roubles à Trostianetz ; il employa Adrien Castillon de 1886 à 1890. ● Archives de la famille Giraud ; http://hisdoc.ru/papers/21086/ (action de la société de sucre de Trostianetz). Notice Armelle Le Goff et Olga Melnichenko.

Belin, Joseph Denis Eudes (1856- ?) ● Né à Péra-lès-Constantinople (Turquie) le 16 juillet 1856 [fils de François Alphonse Belin, secrétaire interprète de l’ambassade de France à Constantinople, et de Virginie Victoire Restitue Delaporte, son épouse] ● Médecin ; diplomate. Docteur en médecine ; attaché à la direction des consulats (1875) ; commis de chancellerie (1877) ; chancelier à Odessa (10 avril 1883-5 juin 1885) ; vice-consul chargé de la chancellerie à Saint-Pétersbourg (23 juillet 1892-23 juin 1897) ; envoyé en mission en Russie pour étudier l’organisation des hôpitaux de Saint-Pétersbourg et de Moscou (1891). ● Membre de la Légion d’honneur. ● MAE ; AD, 1901 ; Arch. nat. : F/17/2937 (dossier de mission scientifique) ; LH, 19800035/0241/32093 (dossier de Légion d’honneur). Notice Armelle Le Goff.

Bellet, François Louis Félix ● Né à Amiens (Somme), place de l’Impératrice, le 15 juillet 1876 [fils de Jan Félix Bellet (né zn 1851), marchand de peaux, et de Célestine Brunel (née en 1856)]. ● Banquier. Diplômé de l’École des Hautes études commerciales ; chef de service du Crédit lyonnais à Saint-Pétersbourg, secrétaire-trésorier du Home français de Saint-Pétersbourg entre 1904 et 1906 ; fondé de pouvoirs du Crédit lyonnais à Odessa ; mobilisé le 2 août 1914 au 12e régiment territorial d’infanterie à Amiens, en qualité de sergent ; sous-lieutenant (1er novembre 1914) ; lieutenant (1er mai 1916) ; attaché au commissaire générale des affaires de guerre franco-américaines (direction des transports et blocus) ; en activité jusqu’au 25 novembre 1918 ; capitaine (1er janvier 1919) ; directeur du Crédit Lyonnais à Constantinople (cité en 1922) ; directeur de la Banque ottomane à Paris, 7 rue Meyerbeer ; demeurant 8 rue Picot, Paris XVIe en 1938. ● Décoré des palmes académiques ; croix de guerre ; commandeur de l’ordre de la Couronne de Yougoslavie ; officier de l’ordre de la Croix de Saint-Georges de Grèce ; chevalier (19 avril 1919), puis officier de la Légion d’honneur (28 juillet 1939). ● Arch. nat., LH, 19800035/1480/71815 ; MAE, Nantes, 598PO/2/576.

Bellissen-Bénac, baron Cyprien Emmanuel Marie de ● Né à Toulouse (Haute-Garonne), 11, rue d’Astorg le 7 octobre 1840 [fils de Marie Grégoire Éloi de Bellissen, propriétaire, et d’Amélie Candie de Saint-Simon] ; mort le 11 janvier 1925. ● Officier d’ordonnance des généraux d’Aurelle de Paladines et Bourbaki (1870), officier de garde mobile hors cadres, attaché à l’état-major général de première armée (1871) ; consul à Riga (27 janvier 1894-6 septembre 1898) ; consul général de France à Francfort (Allemagne) ; fondateur d’une section de l’Alliance française à Francfort (mars 1903). ● Chevalier (10 février 1871), puis officier de la Légion d’honneur (22 novembre 1903). ● Arch. nat., LH/172/52 ; Annuaire diplomatique, 1895-1901 ; Anne Mézin.

Bellizard, Fernand ● Né à Paris le 27 février 1799 ; marié, père d’au moins une fille, Stéphanie Bellizard ; mort à Saint-Pétersbourg le 28 août 1865. ● Libraire et journaliste. Brevet de libraire pour Paris (15 janvier 1834) ; propriétaire d’une imprimerie vendue le 21 février 1862 ; collaborateur du libraire pétersbourgeois Saint-Florent avant de lui succéder, puis associé à S. Dufour, fournisseur de la cour impériale ; associé à la Revue étrangère de littérature des sciences et des arts (janvier 1832-1863), dont le travail préparatoire se faisait à Paris et à laquelle collaborèrent de grands écrivains français, ce qui contribua à une meilleure connaissance de la culture française en Russie ; directeur du Journal de Saint-Pétersbourg (1854) ; demeurant Glaukhoi percoula, maison Dusseaux, logement n° 7, à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/605. Petr Zaborov.

Bénard, Eléna Pétrovna, dite Eléna Pétrovna Samokich-Soudkovskaïa ● Née à Saint-Pétersbourg en 1863 [fille de Pierre Bénard, ingénieur militaire] ; mariée (1) en 1883 au peintre académicien Soudkovski (mort en 1885) et (2) en 1889 au peintre N. Samokich (elle prit comme nom de famille Samokich-Soudkovskaïa) ; morte à Paris en 1924. ● Après avoir terminé avec succès l’Institut de Pavlovsk, elle étudia pendant deux ans à l’école de dessin d’Helsingfors, puis fit des études à l’École artistique d’Helsinki chez V. Vérechtchaguine, elle s’installa à Saint-Pétersbourg et illustra avec ses dessins le magazine Niva, de même que des livres (par exemple, Eugène Onéguine, 1911), des affiches et des originaux pour cartes postales ; partie en 1885 à Paris où elle étudia à l’Académie Bastien-Lepage ; à partir de 1889, elle monta des expositions personnelles et participa à des expositions académiques. Elle s’installa à Paris après la révolution russe. Ses œuvres picturales, des portraits et des scènes de genre, étaient exposées à côté de celles des maîtres de la peinture russe comme Chichkine, Répine ou Vérechtchaguine ; ses œuvres sont conservées au Musée d’art de la ville de Gorki, au Musée régional d’art de Kirov et à la Galerie de peinture de Koursk. Elle reçut en 1896 la médaille au ruban bleu, la plus haute distinction artistique. ● Moscou-Paris, 1900-1930.

Benois, Anne François ● Né à Saint-Ouen-sur-Morin (Seine-et-Marne) le 9 janvier 1761 [fils de Nicolas Benois, maître d’école, et de Marie-Catherine Lorin (née à Rebais, en Brie) ; petit-fils de Nicolas-Denis Benois (mort à Saint-marié à l´église catholique Sainte-Catherine-d´Alexandrie de Saint-Pétersbourg le 22 mai 1795 à Jeanne Mélanie Bodart (né à Saint-Ouen-sur-Morin le 16 janvier 1771) [fille d´Anne-François Bodart (né àLiège ; mort à Saint-Ouen-sur-Morin le 4 février 1782) et d’Anne Catherine Duquesne ], dont : Louis Nicolas Anne Benois (né à Saint-Pétersbourg le 15 mars 1796) ; Marie Zénon Prudent Benois (né en 1802) ; mort à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) le 9 février 1835. Cuisinier et pâtissier, habitant de Saint-Pétersbourg où il était arrivé vers 1793 ; revenu en France à la fin de la Révolution, son arrivée à Saint-Ouen-sur-Morin étant signalée le 23 mai 1801 ; passé par la suite au service du prince de Galles (futur George IV) vers 1807. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 66-67.

Benois, Louis Jules César Auguste, dit Leonti Nikolaïevitch ● Né à Saint-Ouen-sur-Morin (Seine-et-Marne) le 20 janvier 1770 [fils de Nicolas Benois, maître d’école, et de Marie-Catherine Lorin (née à Rebais, en Brie) ; petit-fils de Nicolas-Denis Benois (mort à Saint-Ouen-sur-Morin le 13 avril 1748) et de Marie Leroux, fille d’un tailleur de pierre ; frère d’Anne-François Benois] ; marié à Saint-Pétersbourg le 28 décembre 1794 avec Anna Katarina Christina Concordia ou Ekaterina Andreïevna Gropp ou Groppe (née à Saint-Pétersbourg le 4 décembre 1777 ; morte à Saint-Pétersbourg le 21 décembre 1863), d’une famille du Hanovre, sage-femme à la cour impériale, dont il eut dix-huit enfants parmi lesquels onze survécurent, dont : Jeannette Benois (née à Saint-Pétersbourg en 1798), mariée en 1819 à Saint-Pétersbourg avec Auguste Robert (né à Paris en 1793), maître d’hôtel de l’impératrice mère ; Anne Louis Michel Benois (1799-1867), dont descendance ; Charles Louis Marie ou Leonti Benois (1801-1885), dont descendance ; Elisaveta Benois (1806-1876) ; Nicolas Benois (né à Saint-Pétersbourg le 1/13 juillet 1813 ; mort le 11/23 décembre 1898), qui suit ; Alexandre Benois (1817-1875), dont descendance ; Louis-Jules-Auguste ou Ioulia Benois (1820-1898), dont descendance. Louis Jules César Auguste Benois mourut à Saint-Pétersbourg le 8 janvier 1822 ; enterré au cimetière Volkovo à Saint-Pétersbourg. ● Cuisinier à la cour. Il reçut les premiers rudiments de son instruction dans l’école que son grand-père avait fondée à Saint-Ouen-sur-Morin. Il entra ensuite comme pâtissier chez le duc de Montmorency qu’il suivit en 1783 à Bruxelles puis à Liège. En 1793, il passa au service de l’envoyé de Prusse et l’accompagna en Russie à Saint-Pétersbourg en 1794. Il y rejoignit son frère Anne-François Benois. Il devint chef cuisinier de la légation hollandaise, passa au service des Golitsyne et des Narychkine, puis fut nommé maître de bouche, cuisinier et confiseur de l’empereur Paul Ier, puis de sa veuve, l’impératrice Marie Fiodorovna, et resta à la cour jusqu’à 1822. Il fut témoin au mariage Benois-Bodart le 22 mai 1795 à Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg. Il écrivit en 1794 un journal manuscrit qui fut conservé dans sa famille. Un tableau du peintre Olivier daté de 1817 et conservé au Musée Russe (où il entra en 1933) représente la famille de Louis Benois. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 67 ; notes Nicolas de La Bretèche.

Benois-1, Louis Jules César Auguste, dit Leonti Nikolaïevitch ● Né à Saint-Ouen-sur-Morin (Seine-et-Marne) le 20 janvier 1770 [fils de Nicolas Benois, maître d’école, et de Marie-Catherine Lorin (née à Rebais, en Brie) ; petit-fils de Nicolas-Denis Benois (mort à Saint-Ouen-sur-Morin le 13 avril 1748) et de Marie Leroux, fille d’un tailleur de pierre ; frère d’Anne-François Benois] ; marié à Saint-Pétersbourg le 28 décembre 1794 avec Anna Katarina Christina Concordia ou Ekaterina Andreïevna Gropp ou Groppe (née à Saint-Pétersbourg le 4 décembre 1777 ; morte à Saint-Pétersbourg le 21 décembre 1863), d’une famille du Hanovre, sage-femme à la cour impériale, dont il eut dix-huit enfants parmi lesquels onze survécurent, dont : Jeannette Benois (née à Saint-Pétersbourg en 1798), mariée en 1819 à Saint-Pétersbourg avec Auguste Robert (né à Paris en 1793), maître d’hôtel de l’impératrice mère ; Anne Louis Michel Benois (1799-1867), dont descendance ; Charles Louis Marie ou Leonti Benois (1801-1885), dont descendance ; Elisaveta Benois (1806-1876) ; Nicolas Benois (né à Saint-Pétersbourg le 1/13 juillet 1813 ; mort le 11/23 décembre 1898), qui suit ; Alexandre Benois (1817-1875), dont descendance ; Louis-Jules-Auguste ou Ioulia Benois (1820-1898), dont descendance. Louis Jules César Auguste Benois mourut à Saint-Pétersbourg le 8 janvier 1822 ; enterré au cimetière Volkovo à Saint-Pétersbourg. ● Cuisinier à la cour. Il reçut les premiers rudiments de son instruction dans l’école que son grand-père avait fondée à Saint-Ouen-sur-Morin. Il entra ensuite comme pâtissier chez le duc de Montmorency qu’il suivit en 1783 à Bruxelles puis à Liège. En 1793, il passa au service de l’envoyé de Prusse et l’accompagna en Russie à Saint-Pétersbourg en 1794. Il y rejoignit son frère Anne-François Benois. Il devint chef cuisinier de la légation hollandaise, passa au service des Golitsyne et des Narychkine, puis fut nommé maître de bouche, cuisinier et confiseur de l’empereur Paul Ier, puis de sa veuve, l’impératrice Marie Fiodorovna, et resta à la cour jusqu’à 1822. Il fut témoin au mariage Benois-Bodart le 22 mai 1795 à Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg. Il écrivit en 1794 un journal manuscrit qui fut conservé dans sa famille. Un tableau du peintre Olivier daté de 1817 et conservé au Musée Russe (où il entra en 1933) représente la famille de Louis Benois. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 67 ; notes Nicolas de La Bretèche.

Benois-1.1, Nicolas ● Né à Saint-Pétersbourg le 1/13 juillet 1813 [fils de Louis Jules César Auguste Benois (né à Saint-Ouen-sur-Morin, Seine-et-Marne, le 20 janvier 1770 ; mort à Saint-Pétersbourg le 8 janvier 1822), cuisinier à la cour impériale, et de Anna Katarina Christina Concordia ou Ekaterina Andreïevna Gropp ou Groppe (née à Saint-Pétersbourg le 4 décembre 1777 ; morte à Saint-Pétersbourg le 21 décembre 1863), d’une famille du Hanovre, sage-femme à la cour impériale, mariés à Saint-Pétersbourg le 28 décembre 1794] ; marié à Camilla Cavos [fille d’Albert Cavos et petite-fille de Catterino Cavos (mort à Saint-Pétersbourg, inhumé au cimetière de la Laure Alexandre Nevski), compositeur et directeur du Théâtre impérial de Saint-Pétersbourg ; arrière-petite-fille de N. Cavos, 1er danseur du théâtre Fenice à Venise, et de Camilla Baglioni, chanteuse d’opéra à Venise], dont descendance ; mort le 11/23 décembre 1898. ● Architecte de la cour en 1858 ; premier architecte de l’empereur en 1863 ; anobli en Russie ; auteur notammnet du théâtre Maly, de l’église du Christ ressuscité à Moscou, de nombreuses constructions à Peterhof, etc. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 67.

Benois-1.2, Jeannette ● Née à Saint-Pétersbourg en 1798 [fille de Louis Jules César Auguste Benois (né à Saint-Ouen-sur-Morin, Seine-et-Marne, le 20 janvier 1770 ; mort à Saint-Pétersbourg le 8 janvier 1822), cuisinier à la cour impériale, et de Anna Katarina Christina Concordia ou Ekaterina Andreïevna Gropp ou Groppe (née à Saint-Pétersbourg le 4 décembre 1777 ; morte à Saint-Pétersbourg le 21 décembre 1863), d’une famille du Hanovre, sage-femme à la cour impériale, mariés à Saint-Pétersbourg le 28 décembre 1794] ; mariée en 1819 à Saint-Pétersbourg avec Auguste Robert (né à Paris en 1793), maître d’hôtel de l’impératrice mère. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 67.

Benoist-Méchin, Stanislas Lucien Alfred Gabriel, baron Benoist-Méchin ● Né à Chinon (Indre-et-Loire) le 6 avril 1854 [fils d’Alfred Benoist (1814-1872), receveur des finances, et de Marie Élisabeth Berthe Méchin (1832(1873)] ; marié (1) en Russie le 23 novembre 1887 à Vera de Zaltza, baronne de Zaltza, divorcé le 15 avril 1897, et (2) à Bordeaux, Gironde, le 6 juillet 1898 à Marie Louise Pauline Gatel, dont il eut : Jacques Benoist-Méchin (né et mort en 1899) ; Jacques Michel Gabriel Paul Benoist-Méchin (né à Paris le 1er juillet 1901 ; mort le 24 février 1983), historien ; mort à Paris le 6 mai 1923, inhumé au Père-Lachaise. ● Explorateur. En voyage dans l’Asie du sud avec Gouy d’Arsy et G. Jeannel, entre Ceylan et Pékin (1873-1874) ; en Chine et au Japon (1879-1883) avec le comte de Mailly-Chalon, en passant par l’Indochine, la Sibérie (1880), la Mandchourie (1881), la Sibérie (1882), le Turkestan russe (1882-1883), puis la Perse ; attaché à la légation de France à Pékin, où il acheta à Monseigneur Favier, archevêque de Pékin une collection d’objets d’arts (collection Grandidier, musée Guimet, Paris). Autorisé à relever le nom de Méchin par décret du 27 juin 1874. ● Auteur du « Voyage à travers le Turkestan », Bulletin de la Société de géographie, 1885, p. 25-55. ● Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècle, II, Asie, p. 23 ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, Genève, Olizane, 2003, p. 278, 281-282.

Benoît ● Ingénieur électricien de l’École des mines de Saint-Étienne ; électricien à l’usine Grammont de Lyon ; attesté en Russie en 1902 ; ingénieur-électricien société des tramways et éclairage électriques de Vladicaucase ; candidat à l’agence consulaire non rémunérée de Vladicaucase. ● Médaille d’argent au cours d’électricité de l’Hôtel de ville à Paris. ● MAE, Nantes, 598PO/2/63, doss. 409.

Bensengre, Basile ● Médecin ; secrétaire général de la Société des médecins de Moscou, cité en 1874. ● Notice Armelle Le Goff.

Berenger, Louis Joseph ● Né à Toulon (Var) le 26 septembre 1845 ; marié à Eulalie Tuleau ou Thuleau le 13 juin 1870 au Mans (Sarthe) ; mort à Paris, Ier arrondissement, le 22 mai 1899. « Kamer » fourrier ou fourrier de la chambre de l’empereur avant 1888 ; président de la Société des cuisiniers français ; nommé en 1889 délégué correspondant en France de la direction générale des haras impériaux de Russie. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Bérenger, Paul Marcellin ● Né à Paris, 39, rue Jacob, le 26 janvier 1838 [fils d’Alphonse Marie Marcellin Thomas Bérenger (né à Valence, Drôme, le 31 mai 1785 ; mort le 8 mars 1866), membre de la Chambre des députés, député de la Drôme, conseiller puis président à la Cour de cassation, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, grand officier de la Légion d’honneur (12 août 1857), et d’Étiennette Lucrèce Sophie Rigaud de Lisle (née en 1803) ; petit-fils au paternel de Marcellin René Bérenger, avocat, conseiller procureur du Roi à l’élection de Valence, et de Marie Marthe Hery] ; mort le 9 mars 1916. ● Surnuméraire à la Direction des consulats (22 juillet 1857) ; élève consul, attaché au consulat général de Varsovie (11 mai 161), puis au consulat général de New York (1865-1866) ; consul de seconde classe à Honolulu, îles Sandwich (24 mars 1866) ; consul de seconde classe à Stettin (3 février 1869) ; consul de première classe (2 août 1871) ; appelé de nouveau au consulat de Stettin (13 novembre 1871) ; maître des requêtes au Conseil d’État (septembre 1872) ; demeurant 106, rue de l’Université à Paris en 1915. ● Chevalier de la Légion d’honneur (11 avril 1877). ● Arch. nat., LH/186/7 ; Annuaire diplomatique, 1862-1865 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 343.

Bergé, Adolphe ● Né à Saint-Pétersbourg en 1828 [fils de Pierre Bergé, originaire de Besançon, émigré en Russie en 1805, précepteur de français et de littérature française chez les Doldoroukine, Stroganov et Galitsyne, et d’une Allemande du Mecklembourg] ; marié à une Russe dont deux enfants ; mort en 1886. ● Archéologue. Luthérien. Placé dans une institut pour orphelins (1838) ; après des études d’histoire et de philologie, il reçut un diplôme de langue iranienne à faculté de Saint-Pétersbourg ; envoyé par Nicolas Ier à Tiflis (1851), où il intégra la chancellerie de la vice-royauté du Caucase ; membre de l’administration du département caucasien de la Société impériale de géographie (1856-1859) ; membre de l’administration de la Bibliothèque publique (1857) ; président de la Commission archéo-graphique du Caucase (1864-1886) ; membre de la Société asiatique et de la Société orientale de France (1864) ; membre de la Société des amateurs d’archéologie du Caucase (1873) ; membre correspondant du Caucase et de la Transcaucasie au congrès international des orientalistes à Saint-Pétersbourg (1876). ● Auteur de 1867 à 1885 de la publication des actes de la commission archéo-graphique du Caucase (dix volumes sous sa direction) ; auteur de travaux personnels d’ethnologie, de linguistique, d’histoire littéraire et politique, et d’un Dictionnaire français-persan (1868). Sa petite-fille a écrit trois volumes sur son grand-père, conservés à l’Institut des manuscrits orientaux de Saint-Pétersbourg. ● Notice Édith Ybert.

Bergeron, Pierre Abel ● Né à Paris, 9, rue Saint-Lambert à Vaugirard, le 4 août 1855 [fils de Pierre Gabriel Bergeron (né le 24 mai 1822 ; mort à Cancale, Ille-et-Vilaine, le 6 novembre 1916), chef de bureau au ministère des Affaires étrangères, chevalier de la Légion d’honneur (13 août 1851), et de Joséphine Céleste Arnout]. ● Consul. Attaché aux Affaires étrangères (24 juillet 1875) ; sous-chef de bureau (22 novembre 1883) ; vice-consul de 1re classe (1er janvier 1888) ; vice-consul de 1re classe à Bourgas, non installé, à Batoum (18 juin 1888), à Erzeroum (10 septembre 1891) ; consul de 2e classe à Erzeroum (10 août 1893), s’y trouvant pendant les événements d’Arménie, ayant effectué son voyage de retour d’Erzeroum à Trébizonde au moment des massacres, ayant assure près du village de Varzahn la protection de plus de deux cents femmes arméniennes dont les maris et les frères venaient d’être massacrés ; consul de 2e classe à Tauris (14 avril 1897), puis consul de 1re classe à Tauris (15 octobre 1906), présent lors de l’épidémie de choléra de 1904 et des troubles de 1897-1899 ; consul de 1re classe à Tiflis (7 juillet 1907-13 juin 1916), arrivé en pleine période révolutionnaire, ayant failli être tué dans les rues de Tiflis en août 1908, et assuré un service très chargé depuis la mobilisation jusqu’au 13 juin 1916 ; consul général honoraire (28 janvier 1916) et admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite. Demeurant en 1920, 4, rue du Filet à La Charité-sur-Loire (Nièvre). ● Chevalier (25 juillet 1898) et officier (9 juillet 1921) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH, 19800035/0241/32108 (Pierre Abel Bergeron) ; LH/190/9 (Pierre Gabriel Bergeron). Annuaire diplomatique, 1890-1901 ; MAE, La Courneuve, Pers 1re série cartons n° 347 ; 2e série, n° 145 (Henri Gabriel Bergeron) et 146 (Pierre Abel Bergeron).

Bérier, Edmond ● Assistant-comptable (1897-1903) ; assistant du comptable du chantier du pont Troitski à Saint-Pétersbourg. SPB 27, Kronverksky prospekt ; Bibliothèque Nationale de Saint-Pétersbourg. Archive historique d’État de Russie. Notice Tatiana Morozova.

Berlioz, Hector ● Né à La Côte-Saint-André (Isère) le 11 décembre 1803 ; marié en 1833 à Harriet Smithson ; mort à Paris le 9 mars 1869. ● Compositeur, écrivain, critique ; prix de Rome (1830) ; parti à Constantinople muni d’un passeport délivré le 30 janvier 1847 ; arrivé à Saint-Pétersbourg le 28 février 1847, reparti en juin suivant ; de nouveau en Russie pendant l’hiver 1867-1868 pour donner des concerts à Moscou et Saint-Pétersbourg ; le comte Iouriévitch Wielhorski le mit en rapport avec le général Alexis Lvov directeur de la chapelle Impériale, et il fut logé chez la grande-duchesse Hélène ; il influença l’école russe des Cinq. ● Chevalier (5 mai 1839) et officier (12 août 1864) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/192/74. Mémoires comprenant ses voyages en Italie, en Allemagne, en Russie et en Angleterre de 1803 à 1865 (Paris, 1878). Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 117-119 ; notes Vladimir Somov.

Berlioz, Hector, Mémoires comprenant ses voyages en Italie, en Allemagne, en Russie et en Angleterre de 1803 à 1865 (Paris, 1878)

Bernard, Claude ● Né à Saint-Julien (Rhône) le 12 juillet 1813 ; mort à Paris le 10 février 1878. ● Médecin et physiologiste, fondateur de la médecine expérimentale ; diplômé de la Faculté de médecine (1843) ; professeur au Collège de France, à la Sorbonne et au Museum national d’histoire naturelle ; membre de l’Académie des sciences de Russie (1860) ; membre de l’Académie française (1868) ; auteur de nombreuses publications ; ami de Balzac. ● Commandeur de la Légion d’honneur (14 août 1867). ● Arch. nat., LH/194/69.

Bernard, Jean ● Originaire de Metz (Moselle). ● Médecin ; arrivé à Minsk en 1802 ; médecin en chef ou inspecteur de l’administration médicinale du gouvernement de Minsk. ● Chevalier de Légion d’honneur pour les services rendus aux prisonniers français malades et blessés en 1816 (pas de dossier conservé aux Archives nationales). ● Auteur d’un Mémoire sur le choléra-morbus. ● MAE, Nantes, 598PO/2/2, doss. 22.

Bernard, Marc ● En Russie de 1897 à 1903 ; ingénieur du chantier du Pont Troitski à Saint-Pétersbourg ; demeurant à Saint-Pérersbourg 14 avenue Bolshaya Dvorianskaya. ● Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg ; Archive historique d’État de Russie. Notice Tatiana Morozova.

Bernard, Pierre Jules ● Né à Paris le 23 novembre 1873 [fils d’Auguste Bernard et d’Eugénie Daguet] ; marié, père d’un enfant, vivant en 1912 ; mort le 21 février 1912. ● Comptable à Saint-Pétersbourg ; un passeport lui fut délivré à Constantinople en novembre 1910 pour regagner la Russie. ● MAE, Nantes, 598PO/2/331.

Berne, Étienne, dit Bellecour ● Né en 1807 ; marié à Marie Louise Janard ; mort à Saint-Pétersbourg le 25 janvier 1861. Catholique. ● Artiste dramatique travaillant à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/656.

Bernex, Henri Eugène ● Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 24 juillet 1858 ; marié à Tiflis le 19 mai 1882 une demoiselle Estibal. ● Ingénieur à Kislorodsk et à Piatigorski. ● MAE, Nantes, 598PO/2/59.

Berthelot de Baye, Amour Auguste Louis Joseph de, baron de Berthelot (1853-1931) ● Né à Paris le 31 janvier 1853 [fils de Auguste, Amédée, Alexandre Berthelot de Baye et de Georgina Willkinson, d’origine britannique, son épouse] ; marié à Paris le 6 septembre 1877 à Marie Anne Beatrix Oppenheim (née à Constantinople, Turquie, le 19 avril 1889 ; morte à Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine, le 3 novembre 1928), dont une fille Yolande de Berthelot de Baye ; mort à Paris le 20 mai 1931 ● Archéologue ; anthropologue ; ethnologue ● Archéologue correspondant du ministère de l’Instruction publique puis membre non résidant du comité des travaux historiques, il effectua de nombreux séjours dans l’Empire russe pour participer aux congrès d’archéologie russe et à ceux d’anthropologie et d’archéologie préhistorique et pour des missions gratuites octroyées par le ministère de l’Instruction publique ; il est désigné à la demande de la comtesse Ouvarov comme délégué français avec Émile Cartailhac au huitième congrès archéologique de Moscou ouvert le 8 janvier 1890, à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de la fondation de la Société archéologique impériale (arrêté du 24 décembre 1889) ; il participa au congrès international des sciences anthropologiques de Moscou (1892) puis à la mission archéologique et ethnographique en Russie avec de Cuverville, particulièrement entre la Volga et l’Oural et la Sibérie occidentale (1895-1897) ; il assista en mai 1896 au couronnement de Nicolas II ; il se fit de nombreux amis parmi la noblesse russe comme le comte Serge Cheremetiev qui l’hébergea dans sa résidence de Mikhaïlovskoe ou parmi les savants russes comme Anatole Bogdanov (1834-1896) zoologiste et anthropologue russe, président de la Société impériale des amis des sciences naturelles, d’anthropologie et d’ethnographie de Moscou ; il fut nommé membre permanent du Musée impérial historique de Moscou (1897) ; il participa à la mission archéologique et ethnographique au Caucase (1901), aux missions gratuites en Russie pour poursuivre des études historiques, archéologiques et ethnographiques (1902-1914) ; membre du musée de Borodino (1909), il fut nommé membre de la délégation officielle lors de la visite du président français Raymond Poincaré (1914) ; bloqué à Moscou pendant la guerre de 1914-1918, il recueillit de nombreux tracts, affiches et textes de propagande soviétique, mais fut arrêté par les bolcheviks ; il fut libéré grâce à l’intervention de Nathalie Sedova, l’épouse de Trotski et ne peut regagner la France qu’en 1920 ; au retour de chacune de ses missions, il organisa des expositions et des conférences, rédigea des articles dans la presse et publia de nombreux ouvrages ; ses missions ont permis aux bibliothèques et aux musées français de constituer ou d’enrichir leurs collections d’ouvrages et d’objets russes ● Auteur de : Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique de Moscou en 1892 (1893) ; Compte-rendu des travaux du neuvième congrès russe d’archéologie précédé d’une étude historique sur la Lithuanie et Vilna (Paris, Nilsson, 1894) ; De la Volga à l’Irtych (Paris, 1896) ; De Moscou à Krasnoïarsk (Paris, 1897) ; En Géorgie (Paris, 1899) ; En Géorgie (1898) ; Au nord de la chaîne du Caucase, souvenirs d’une mission (1899) ; Au sud de la chaîne du Caucase, souvenirs d’une mission (1899) ; Tiflis, souvenirs d’une mission (1898) ; En Iméréthie, souvenirs d’une mission (1902) ; Les Juifs des montagnes et les Juifs Géorgiens, souvenirs d’une mission (1902) ; Smolensk (1902) ; En Abkhasie, souvenirs d’une mission (1904) ; Chez les Tatars de Crimée (Paris, 1906) ; Les Icônes russes (1925). ● Décoré de la grand-croix de l’ordre de Saint-Stanislas de Russie. ● Archives des Affaires Étrangères à la Courneuve ; Arch. nat. : F/17/2936/B ; F/17/17266 ; F/1717267 (dossiers de missions scientifiques) ; LH/209/79 (dossier de Légion d’honneur) ● Ana Cheishvili, Jean-Jacques Charpy, « Le baron de Baye, un ami français de la Georgie », Istoriani, Tbilissi, décembre 2013, p. 56-61 ; Isabelle Homer (dir.), Joseph de Baye, de la Marne au Caucase, Éd. conseil général de la Marne, Châlons-en-Champagne, 2013, 38 pages ; Armelle Le Goff « Les relations entre scientifiques russes et français au prisme des archives françaises : l’exemple des anthropologues » ; Armelle Le Goff « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe » Notice Armelle Le Goff.

Berthelot de Baye, Berthelot de Baye, Amour Auguste Louis Joseph de, baron de Berthelot

Berthelot, Pierre Eugène Marcellin ● Né à Paris le 25 octobre 1827 [fils de Jacques Martin Berthelot, médecin à Paris, et d’Ernestine Sophie Claudine Biard ; petit-fils de Berthelot, maréchal-ferrant] ; marié à Sophie Caroline Niaudet (morte le 18 mars 1907) [nièce de Louis Breguet], calviniste, dont il eut : Philippe Berthelot, diplomate et juriste ; André Berthelot, homme politique et professeur de sciences humaines et sociales ;Daniel Berthelot, chimiste ; René Berthelot, philosophe ; Marie-Hélène Berthelot, Madame Georges Lyon ; une fille, mariée à Charles-Victor Langlois, directeur des Archives nationales ; mort à Paris, 23, quai Conti, le 18 mars 1907. ● Chimiste et homme politique. Élève au lycée Henri IV puis à la Faculté des sciences de Paris ; professeur à l’École supérieure de pharmacie (1859) ; professeur au Collège de France (1865) ; inspecteur général de l’instruction publique (1876) ; sénateur inamovible (1881-1907) ; ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts (11 décembre 1886-17 mai 1887) ; ministre des Affaires étrangères (1er novembre 1895-25 avril 1896). Membre de l’Académie de médecine (1863), de l’Académie des sciences (1873), de l’Académie des sciences de Russie (1876), de l’Académie française (1900). Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences. Auteur de nombreuses publications ; ami de Renan et de Balzac. Chevalier (13 août 1861), officier (14 août 1867), commandeur (15 janvier 1879), grand officier (30 avril 1886) et grand-croix (26 juillet 1896) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/209/76.

Berthier, Raymond ● Directeur de la Société des Usines Benois et Paratoff, en Russie ; cité en 1918. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24.

Bertolio Delahaye, Louis Edmond, dit Davelouis ● Marié à Saint-Pétersbourg le 16 mars 1860. ● Artiste dramatique au théâtre français de Saint-Pétersbourg, place du Théâtre Alexandre à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/655.

Berton, Francisque ● Petit-fils de Berton, compositeur et membre de l’Institut ; marié, père un fils (resté en France avec sa mère). Artiste dramatique au théâtre français de Saint-Pétersbourg, à partir de 1845. MAE, Nantes, 598PO/2/575.

Bertren, Alexis ● Marié à d’Alexandrina Zacharievna, princesse Kerleoulidzé, dont il eut Gabriel Bertren (né à Salov le 27 janvier 1869). ● Propriétaire terrien à Salov ; agent consulaire à Théodosie (1897-1901). ● Annuaire diplomatique, 1897-1901. Arch. nat., LH, 19800035/1276/47121 (Gabriel Bertren).

Bertren, Gabriel ● Né à Salov, district de Théodosie, Crimée, le 27 janvier 1869 [fils d’Alexis Bertren, propriétaire, et d’Alexandrina Zacharievna, princesse Kerleoulidzé]. ● Militaire, entré au service le 12 octobre 1883 ; brigadier (29 juillet 1889) ; brigadier fourrier (1er mai 1890) ; maréchal des logis (24 septembre 1890) ; élève officier (1er avril 1991) ; sous-lieutenant (1er avril 1995) ; lieutenant (1er avril 1897) ; démissionnaire (9 mars 1905), affecté à la territoriale ; instructeur à l’école des officiers de cavalerie de Saint-Pétersbourg (1905-1918) ; engagé pendant la guerre dans l’armée russe ; capitaine de la garde (20 août 1914) ; lieutenant-colonel (2 octobre 1914) ; colonel (31 janvier 1916) ; général de brigade (28 septembre 1920) ; membre de la mission militaire française au Caucase (1er avril 1919-7 avril 1921) ; inspecteur de la société des transports de la région parisienne (1823) ; demeurant 193, rue de l’Université à Paris 7e en 1923. ● Chevalier du Mérite agricole ; chevalier de Saint-Georges ; chevalier de la Légion d’honneur (24 mai 1923). ● Arch. nat., LH, 19800035/1276/47121.

Bess, Georges ● Né à Valenciennes (Nord). ● Fabricant chimiste, négociant de la 1re guilde à Saint-Pétersbourg ou Moscou, cité en 1806 ; naturalisé russe en 1819. ● MAE, Nantes, 598PO/2/536.

Beylié, Léon Marie Eugène de ● Né à Strasbourg (Bas-Rhin) le 26 novembre 1849 [fils de Jacques Laurent de Beylié (mort en 1881), propriétaire, domicilié à Strasbourg, et d’Aimée Charlotte Delphine Eugénie Wilhelmine Dumoulin] ; mort accidentellement dans le naufrage de la canonnière la Grandière, à Luang Probang, dans les rapides du Mékong, le 15 juillet 1910. Élève à l’École spéciale militaire (22 octobre 1869) ; sous-lieutenant (14 août 1870), sous-lieutenant élève 1er octobre 1871), et sous-lieutenant (1er février 1872) au 4e régiment d’infanterie de ligne ; lieutenant (3 mars 1873) au 42e régiment d’infanterie de ligne ; breveté de l’École militaire supérieure (1876) ; capitaine (16 décembre 1879) au 124e régiment d’infanterie de ligne ; mis hors cadres pour être employé au service d’état-major, 13e corps d’armée (24 décembre 1880) et 15e corps d’armée (28 mars 1883) ; nommé au 2e régiment d’infanterie de marine (1er juillet 1884), au 1er régiment d’infanterie de marine (3 octobre 1884) ; nommé à l’état-major hors-cadres au Tonkin (10 janvier 1885) ; en campagne au Tonkin (1884-1886) ; chef de bataillon au 1er régiment d’infanterie de marine (19 juin 1886) ; aide de camp du préfet maritime à Toulon (23 août 1886), à Lorient (30 novembre 1886) ; membre de la mission politico-archéologique dans le Caucase au Turkestan russe, auteur d’observations sur l’archéologie et sur les travaux d’irrigation du gouvernement russe au Turkestan (1888), passé à l’aller par Vladicaucase et Bakou jusqu’à Samarcande (mi-juillet 1888), et revenu par la mer Noire, Yalta, Odessa et Vienne, de retour à Paris en août 1888. ; chef de bataillon hors-cadre à l’état-major au Tonkin (2 décembre 1889) ; lieutenant-colonel (29 septembre 1891) ; cité le 12 mai 1891 à l’ordre du jour des troupes de l’Indochine ; nommé au 4e régiment d’infanterie de marine (14 avril 1892) ; en campagne au Tonkin (1890-1892) ; nommé à l’état-major général à Paris (23 juillet 1892) ; en mission secrète à Madagascar (septembre-décembre 1893) ; colonel (14 janvier 1896) ; général de brigade de l’infanterie coloniale (24 mars 1902) ; en séjour à Grenoble (1902) : commandant la brigade de Cochinchine, commandant de la défense du point d’appui de Saïgon-cap Saint-Jacques (24 décembre 1903) ; membre du Comité technique des troupes coloniales au ministère de la Guerre en 1905. Son épouse demeurait 1, rue du Général Marchand à Grenoble, Isère, lors de son décès en 1910. Amateur d’art oriental, il laissa sa collection au musée de Grenoble. ● Auteur de : Mon journal de voyage, de Lorient à Samarcande (Grenoble, impr. F.Allier père et fils, 1889). ● Chevalier (28 octobre 1870), officier (11 juillet 1892) et commandeur (29 décembre 1903) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH/229/71. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, Genève, p. 283.

Biard d’Aunet, Georges ● Né à Paris, 8, place Vendôme, le 24 août 1844 [fils d’Auguste François Thérèse Biard (né à Lyon en 1800 ; mort le 4 juin 1882), artiste peintre, chevalier de la Légion d’honneur (9 juin 1838), et de Léonie Denise Marie Thevenot d’Aunet (née en 1820 ; morte le 21 mars 1879), première femme à s’être rendue au Spitzberg, maîtresse de Victor Hugo pendant sept ans, mariés en juillet 1840] ; marié le 3 décembre 1879 avec Annunziata de Lestang-Parade (née en 1850) [fille de Roland, marquis de Lestang-Parade (1810-1887) et de Françoise Cécile Simonier (née en 1827) ; mort en 1934. Officier de marine, entré au service en 1861 ; aspirant de 2e classe à Toulon (1er août 1863) ; enseigne de vaisseau (1er septembre 1867) ; lieutenant de vaisseau (19 avril 1873) ; détaché, en congé sans solde (6 décembre 1876) ; cadre de réserve du port de Cherbourg (10 janvier 1882) ; vice-consul à Algésiras, Aden et Bizerte ; consul de 2e classe à Saint-Pétersbourg (19 février 1885-1887) ; premier consul de France en Australie (1893-1905). Ministre plénipotentiaire honoraire et consul général (1905) ; demeurant à La Filandière, par Châteaudun, Eure-et-Loir (1905). Auteur de « La Société australienne » (Revue des Deux Mondes, n° 35, 1906) ; L’aurore australe (Paris, Plon, 1908) ; La Politique et les Affaires après la guerre (Paris, Payot, 1918) ; ses ouvrages furent récompensés par le prix Fabien de l’Académie française. Chevalier (30 décembre 1886), officier (25 juillet 1905) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH/232/45 ; LH/232/50 ; Annuaire diplomatique, 1887-1901 ; ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_biard_georges.htm ; Geneanet, généalogie Anne et Francis de Stordeur.

Bioncourt, voir Catoire de Bioncourt

Birlé, Ernest Charles ● Né à Milan (Italie) le 18 avril 1866 [fils d’Albert François Birlé, chevalier des Saints-Maurice et Lazare, ingénieur civil, et d’Élisabeth Pauline Defly-Dieudé] ; marié à Paris, IXe arrondissement, le 25 août 1910 à Berthe Aimée Isabelle Marceline Chameau ; mort après 1921. ● Licencié en droit ; élève chancelier à Cardiff (3 mars 1890), à Saint-Pétersbourg (30 juin 1890), à Vienne (30 mars 1893) ; chancelier de 2e classe à P¨Porto-Rico (20 février 1895) ; détaché à Port-au-Prince (8 février-13 novembre 1897) ; gérant de la légation (13mar-24 juin 1897) ; chancelier à Quito (2 mars 1898), non installé ; officier d’académie (14 juin 1898) ; chancelier à Moscou (10 octobre 1898) ; vice-consul (30 septembre 1899) ; chargé de mission (20 mars 1901) ; admis à participer aux travaux de la direction des consulats (23 mars 1901) ; chargé de la chancellerie de Barcelone (9 juillet 1902) ; vice-consul à Rhodes (25 août 1905) ; consul de 2e classe (30 juillet 1909) ; chargé du vice-consulat de Cadix (31 janvier 1910), non installé ; chargé du vice-consulat de Palma de Majorque (25 mai 1912) ; consul de 1re classe (21 février 1917) ; gérant du consulat de Bruxelles (3 avril-8 décembre 1918), du consulat de Malaga (9 avril 1919) ; consul à Porto (19 mai 1920). ● Chevalier de la Légion d’honneur (20 janvier 1921). ● Arch. nat., LH, 19800035/723/82251 ; Annuaire diplomatique, 1898.

Blache, Adrien ● Ingénieur, demeurant 14, rue Tchatchavadzé à Tiflis. ● MAE, Nantes, 598PO/2/173.

Blache, Alexis ● Maître de ballet et chorégraphe à Saint-Pétersbourg, il remplaça Didelot en 1832 et monta quatorze ballets, mais fut remplacé la même année par Antoine Titus (Charles Antoine Titus Dauchy). ● Dictionnaire de la danse.

Blanc, Édouard (1858-1923) ● Né à Paris le 15 avril 1858 [fils de Louis Blanc et de Thérèse Bentzon, ou Marie-Thérèse de Solms-Blanc journaliste et essayiste] ; mort à Paris le 21 février 1923. ● Ingénieur ; géographe ● Polytechnicien ; études à l’École militaire de Saint Cyr et à l’École normale forestière de Nancy ; entre au service des eaux et forêts (1876) ; entré au service des ponts et chaussées (1885) ; membre de la Société de géographie et de l’Association française pour l’avancement des sciences où il fit de nombreuses communications ● Spécialiste de la mise en valeur des déserts, il s’intéressa, à partir de 1890, à l’Asie centrale et au chemin de fer transcapien ; envoyé par la Société de géographie de Paris comme représentant à l’exposition de Tachkent (1890) ; engagé par l’administration du gouverneur général du Turkestan pour l’étude du projet du chemin de fer transcapien (1890-1892) ; les résultats de son voyage sont présentés au Congrès international d’anthropologie à Moscou où il représente la Société de géographie (juin 1892) ; deuxième voyage au Turkestan (1894-95) ; il représenta la France à l’exposition internationale d’art et d’industrie de Nijni-Novgorod (1896) et en rapporta différentes collections ethnographiques et d’histoire naturelle réparties dans les différents établissements scientifiques français (Muséum d’histoire naturelle, musée du Trocadéro, musée Guimet etc.), collections provenant de différents donateurs russes (fonctionnaires, exposants, particuliers et cabinet de l’empereur de Russie pour une importante collection de minéraux) ; ses nombreuses notes et lettres ont été publiées à la société de Géographie de Paris ; à Moscou, il séjourna chez le comte Oukhtomsky ; il eut de nombreux contacts avec des explorateurs russes lors de ses expéditions tels que Bronislav Grombchevsky et Nikolai Petrovsky. ● Auteur de : « Répertoire des poissons d’eau douce de la Russie » (Paris, Masson, s. d., extrait des Annales des sciences naturelles. Zoologie, t. XI, 8e série, p. 251-275) ; L’Exposition géographique de Moscou en 1892 (Paris, Société de géographie, 1893, 54 p.) ; « Notes de voyage en Asie centrale », Revue des Deux Mondes, 1-15, 1893, p. 827. ● Arch. nat., F/17/2939/B (dossier de mission scientifique). Svetlana Gorshenina, La route de Samarcande : l’Asie centrale dans l’objectif des voyageurs d’autrefois ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 285 ; Armelle Le Goff « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe Notice Armelle Le Goff.

Blanchard de Farges, Albert Henri ● Né à Châteaurenard (Loiret) le 22 mars 1833 [fils de Charles Blanchard de Farges (né à Versailles le 29 janvier 1793), chef d’escadron de cavalerie, brigadier des gardes du corps de Louis XVIII et Charles X, chevalier de la Légion d’honneur (23 mai 1825) et de l’ordre militaire de Saint-Ferdinand, et de Marie Cornélie Leschevin de Précourt (morte à Briare, Loiret, le 11 janvier 1869), dame d’atours de la duchesse d’Angoulême, mariés le 22 décembre 1822 ; petit-fils au paternel de Louis Nicolas Antoine Blanchard, et de Charlotte Marie Lemoine, et au maternel de Philippe Xavier Leschevin de Précourt et d’Élisabeth Delaporte] ; célibataire ; mort à Pau (Pyrénées-Atlantiques) le 3 mai 1919. ● Consul. Licencié en droit ; 1855 attaché à la Direction des consulats et affaires commerciales (1855) ; élève consul à Londres (1860) ; consul de 2nde classe à Tiflis (4 juillet 1868-4 septembre 1872) ; consul à Saint-Pétersbourg (9 avril 1877) ; consul général à Calcutta ; consul général à Amsterdam (24 octobre 1881) ; consul général à Londres (1883) ; envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Caracas et Mexico (1889) ; domicilié à Pau lors de son décès. ● Chevalier (11 août 1869) et officier (27 décembre 1885) de la Légion d’honneur. ● Annuaire diplomatique, 1879-1892 ; Arch. nat., LH/251/18, LH/251/103 ; MAE,La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 443.

Blaramberg, voir Moretde Blaramberg

Blocqueville, voir Coulibeuf de Blocqueville

Blot, Léon ● Agent commercial ; en voyage en Russie pour acheter des fourrures pour la maison Revillon Frères (1905), il y rencontra un certain Zabieha, un des agents du Turkestan de cette maison, qui achetait des peaux d’Astrakan à Boukhara et les exportait en France ; il réunit une collection de photos de son voyage. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie centrale, p. 385.

Blum, Isaac Auguste ● Né à Dijon (Côte-d’Or) en 1813. ● Ingénieur civil ; demeurant à Paris, 68 rue Caumartin, titulaire d’un passeport fait à Paris le 18 mai 1857 pour se rendre à Leipzig et Saint-Pétersbourg, en qualité d’employé de la Société des chemins de fer russes. ● MAE, Nantes, 598PO/2/218 ; 598PO/2/403.

Bodé, Émile ● Né en 1846 ; célibataire. ● Propriétaire d’une fabrique d’extraits colorants à Saint-Pétersbourg, 3 district quartier Narvsky. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Bodé-Kolytchev, Mikhaïl Livovitch ● Né en 1824 ; mort en 1888. ● Archéologue ; il fit son service militaire dans le régiment des pages (1843) ; adjoint du palais des Armes à Moscou ; vice-président du comité de construction de la cathédrale du Saint-Sauveur ; créateur d’un musée de l’histoire de la Russie dans sa propriété proche de Moscou. ● Archives de la Fédération de Russie. Les sources de l’histoire de France en Russie, p.

Bodin, Paul Joseph ● Né à Saumur (Maine-et-Loire), rue de la Fidélité, le 20 septembre 1847 [fils de Camille Bodin (né à Saumur en 1821), architecte, et de Zoé Euphrasie Augustine Legendre (née à Samblançay, Indre-et-Loire, en 1822), mariés à Saumur le 5 avril 1845] ; mort à Paris 17e, 50, rue Saint-Ferdinand, le 16 février 1926. ●Bachelier-ès-sciences (1866) ; ingénieur des arts et manufactures de l’École Centrale (1871) ; lieutenant au 7e régiment des mobiles du Tarn, campagne de 1870-1871 ; ingénieur en chef du service des études et des travaux des ponts, des charpentes et des ouvrages métalliques à la Société de construction des Batignolles, entré en 1874 ; attaché à la construction des chemins de fer de l’Hérault, ayant participé à l’établissement du grand viaduc de Visur, sur la ligne de chemin de fer de Carmaux à Rodez ; répétiteur puis professeur à l’École Centrale des arts et manufactures (1883-1918), puis professeur honoraire ; envoyé à Saint-Pétersbourg pour élaborer un projet du pont Troitski (1892-1897) ; envoyé à Varsovie pour la construction d’un pont sur la Vistule (1902-1903) ; président de la Société des ingénieurs civils de France (1903) ; membre du conseil d’administration de la Compagnie des Batignolles (1903) ; membre du Conseil supérieur des travaux-publics. ● Chevalier (7 mai 1895) et officier (1er décembre 1920) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/265/27.

Bogusz, Valéry Michel de ● Né à Iassy (Moldavie) le 13 novembre 1841 [fils de Jean de Bogusz et de Caroline Wild]. Chancelier puis consul. Commis de chancellerie à Bucarest (1er janvier 1863) ; secrétaire-archiviste (17 avril 1876) ; gérant de la chancellerie de Perth (1er juillet-31 décembre 1880) ; chancelier de 3e classe à Galatz (19 juillet 1882), à Philippopoli (9 novembre 1883), non installée ; chancelier à Odessa (1er mars 1884) ; gérant du consulat d’Odessa (31 août 1884-19 septembre 1885) ; chancelier à Philippopoli (7 juin 1887), à Moscou (18 juin 1888) ; chancelier de 2e classe (30 janvier 1890) ; chancelier à Malte (13 octobre 1890), à Zürich (14 août 1895) ; consul honoraire (5 février 1898) ; consul de 2e classe (5 août 1900) ; admis à faire valoir ses droits à la retraite (9 octobre 1900) ; résidant à Zürich, Suisse, en 1905. Chevalier de la Légion d’honneur (31 décembre 1905) ; Arch. nat., LH/267/37 ; Annuaire diplomatique, 1887-1892.

Boieldieu, François Adrien ● Né à Rouen (Seine-Maritime), 61, rue des Ours, le 16 décembre 1775 [fils de Jacques François Boieldieu (1746-1822), secrétaire à l’archevêché de Rouen, et d’Anne Marguerite Dumouchle (née vers 1755 ; morte à Rouen le 8 juin 1833), mariés à Rouen le 10 mars 1772 ; petit-fils au paternel d’Adrien Boieldieu (1712-1762) et de Barbe Rose Manoury (née vers 1725), mariés à Rouen le 21 juillet 1744] ; marié (1) le 19 mars 1802 à Clotilde Augustine Mafleuray (née en 1776 ; morte le 15 décembre 1826), danseuse à l’Opéra, sous le nom de Clotilde, et (2) le 23 janvier 1827 à la cantatrice Jeanne dite Jenny Phillis de Soyres (1785-1853) [fille de Jean-Baptiste Phillis de Soyres, artiste compositeur et de Martine Pujol] dont il eut Louis Boieldieu ; père de plusieurs enfants naturels : Hélène Boieldieu (née en 1797), d’Élisabeth Demeul (née vers 1775) ; Adèle Adrienne Boieldieu (née en 1805) ; Adrien Louis Victor Regnault, dit Boieldieu (né à Paris, IIIe arrondissement, 17, rue des Filles-Saint-Thomas, le 3 novembre 1815), de Thérèse Louise Antoinette Regnault née vers 1790), compositeur de musique, chevalier de la Légion d’honneur (1erjanvier 1853) ; mort à Varennes-Jarcy le 8 octobre 1834, inhumé à Paris, au Père-Lachaise, mais son cœur fut déposé le 13 novembre 1834 au cimetière monumental de Rouen. ● Musicien et compositeur. Élève de Charles Broche, organiste de la cathédrale de Rouen ; parti à Paris en 1789, revenu à Rouen en 1791 ; auteur de son premier opéra-comique, La Fille coupable (2 novembre 1793), sur un texte de son père ; revenu à Paris en 1796, d’abord installé comme accordeur de piano, puis nommé professeur de piano au conservatoire de Paris (1797) ; il composa à cette époque diverses œuvres dont Zoraime et Zulmare (1797) et Le Calife de Bagdad (1800) ; parti à Saint-Pétersbourg à l’invitation du tsar Alexandre Ier, compositeur de la cour de Russie et directeur de la troupe française de l’Opéra (1804-1810). ● Auteur en Russie d’une dizaine d’opéras : Ma tante Aurore, ou le Roman impromptu (1803) ; Le Baiser et la Quittance, ou Une aventure de garnison (1803) ; Aline, reine de Golconde (1804) ; La Jeune Femme en colère (1805) ; Abderkan (1805) ; Un Tour de Soubrette (1806) ; Télémaque (1806) ; Amour et Mystère, ou Lequel est mon cousin ? (1807) ; La Dame invisible (1808) ; L’Athalie (1808) ; Les Voitures versées (1808) ; de retour en France en 1811, il poursuivit sa carrière musicale ; professeur de composition au Conservatoire de Prias ; il composa en 1825 son chef-d’œuvre La Dame Blanche, et en 1829 Les Deux Nuits. ● Franc-maçon, initié à la loge Les Arts et l’Amitié du Grand-Orient de France à Paris à Paris, puis membre de la loge La Palestine en Russie et membre d’honneur de la loge Les Amis réunis. ● Membre de l’Académie des beaux-arts (1817) ; chevalier de la Légion d’honneur (1820). ● Arch. nat., LH/268/23 (Adrien Louis Victor Regnault, dit Boieldieu). Geneanet, Alain Garric, Essai de généalogie ; notes Vladimir Somov.

Boileau, Charles ● Ingénieur, mentionné à Simferopol. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Boisdeffre, voir Le Mouton de Boisdeffre

Bojanus, Carl Heinrich ● Né le 23 août 1818 [fils de Charles Louis Bojanus (né à Bouxwiller, Bas-Rhin, le 5 janvier 1785 ; mort à Saint-Pétersbourg en 1829), représentant d’une maison de négoce de Hesse, arrivé à Saint-Pétersbourg en 1810, et d’Anna Guth ; petit-fils de Jean Jacques Bojanus (né à Westhoffen, Bas-Rhin, le 23 février 1740 ; mort à Darmstad, Allemagne, le 25 novembre 1820), et de Marie Éléonore Magdeleine Kromayer (née à Bouxwiller le 20 juin 1749 ; morte à Darmstadt le 1er mai 1823, mariés à Bouxwiller le 18 janvier 1774 ; neveu de Louis Henri Bojanus]; marié (1) à Charlotte Mollenhauer, dont il eut : Maximilian Karlovitch Bojanus (1847-1886), médecin homéopathe à Moscou ; Nikolai Karlovitch Bojanus (1853-1916), médecin, président de la Société homéopathique de Moscou (1896), cofondateur et trésorier de la section de Moscou de la Société théosophique de Russie (1910), traducteur des premiers ouvrages de Rudolf Steiner en russe ; Karl Karlovith Bojanus (né le 27 mai 1860 ; mort à Odessa en 1928), médecin homéopathe, cofondateur et premier secrétaire de la Société homéopathique d’Odessa, membre de la Société Hahnemanienne d’Odessa ; remarié le 11 novembre 1867 à Olga Semenovna Khlustina (1837-1910) [nièce de la comtesse de Circourt], dont il eut : Aleksej Karlovitch Bojanus (1867-1926), fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, auteur d’un ouvrage de référence sur les zemstvos (1911) et d’un autre sur le crédit populaire (1914) ; Alexander Karlovitch Bojanus (mort en 1917), fonctionnaire à Samara ; Semen Karlovitch Bojanus (né à Moscou le 8 juillet 1871 ; mort à Londres le 19 juillet 1952), linguiste, spécialiste de la phonétique anglaise et russe, auteur de plusieurs dictionnaires et manuels, fondateur de la Boyanus School of Russian à Londres ; Lubov Karlovna Bojanus (née vers 1874 ; morte célibataire à Samara en 1918), gestionnaire de l’exploitation agricole du domaine de Klutchi, district de Samara et cavalière sportive de compétition, et Vera Karlovna Bojanus (née à Moscou en 1876 ; morte à Kinel-Cherkassky, Russie, le 13 octobre 1953), moniale, puis higoumène (mère abbesse) du monastère Saint-Sauveur et Sainte-Euphrosyne de Polotsk ; mort à Kinel-Cherkassky (Russie) le 29 mai 1897. Protestant. ● Médecin homéopathe à Saint-Pétersbourg ; inscrit à l’école allemande de Saint-Pétersbourg, à l’Académie médico-chirurgicale de Saint-Pétersbourg, puis à la faculté de médecine de Moscou ; docteur en médecine (1845) ; médecin personnel du comte Perovski au nord de l’Ukraine ; engagé comme médecin homéopathe à l’hôpital de Nijni Novgorod ; installé en libéral à Moscou (1863) ; anobli par le tsar ; conseiller de la Cour ; membre de la société homéopathique de Saint-Pétersbourg ; représentant de la Russie à Chicago à un des premiers congrès d’homéopathie (1893). ● Auteur de nombreux articles et brochures sur l’homéopathie dans différentes langues, de l’Histoire de l’homéopathie en Russie (1880), en allemand et en russe. ● Geneanet, Foro’s Family tree. Notice Philippe Edel.

Bojanus, Louis Henri ● Né à Bouxwiller (Bas-Rhin) le 16 juillet 1776 [fils de fils de Jean Jacques Bojanus (né à Westhoffen, Bas-Rhin, le 23 février 1740 ; mort à Darmstadt, Allemagne, le 25 novembre 1820), greffier de la chambre forestière du comté de Hanau-Lichtenberg, puis receveur général des finances (1790-1792), conseiller à la cour des comptes du grand-duché de Hesse à Darmstadt, et de Marie Éléonore Magdeleine Kromayer (née à Bouxwiller le 20 juin 1749 ; morte à Darmstadt le 1er mai 1823, mariés à Bouxwiller le 18 janvier 1774 ; petit-fils d’Ambroise Bojanus (né à Colmar, Haut-Rhin, le 10 novembre 1690 ; mort en 1766), receveur bailliager et des revenus ecclésiastiques du comté de Hanau-Lichtenberg à Westhoffen, et d’Ursule Gochnat (née à Colmar, Haut-Rhin, le 21 mars 1702, morte en 1762), mariés à Gunsbach, Haut-Rhin, le 24 septembre 1725] ; marié à Wilhelmine Roose (née à Copenhague, Danemark, le 22 avril 1777 ; morte à Darmstadt le 22 mai 1826), sans descendance ; mort à Darmstadt, Allemagne, en 1827. Protestant. ● Médecin-vétérinaire ; après des études au Gymnase protestant de Bouxwiller, il partit en émigration à Darmstadt avec son père (1793) ; docteur en médecine à l’université d’Iéna (1797) ; exerçant d’abord la médecine et la chirurgie à Darmstadt, il se spécialisa en science vétérinaire et effectua pendant deux ans un voyage pour visiter les écoles vétérinaires d’Europe ; professeur à l’université impériale de Vilnius (1804) où il enseigna l’art vétérinaire ; fondateur de la première chaire d’anatomie comparative en Russie (1814) ; élu membre correspondant de l’Académie impériale des sciences (1814) ; conseiller de collège ; conseiller d’État (1821) ; recteur de l’Université et inspecteur de l’enseignement (1822) ; fondateur de l’école vétérinaire de Vilnius (1823) ; démissionnaire pour raison de santé. ● Auteur d’études sur les tortues en Europe (Vilnius, 1819), sur les mollusques bivalves et les vers intestinaux, et de nombreuses publications scientifiques sur l’anatomie, dont Anatome Testudinis Europaeae (1819-1821) ; en relation avec les anatomistes européens dont Georges Cuvier. ● Titulaire de l’ordre de Saint Wladimir et de l’ordre de Sainte Anne ; anobli (1816). ● Geneanet, Foro’s Family tree ; Dictionnaire biographique des protestants français, de 1787 à nos jours, t. 1, p. 365 (notice Christian Wolf) ; www.alsacemonde.org/bojanus (notice Louis Henri Bojanus) ; notice Philippe Edel.

Bompard ● Chimiste, préparateur chimiste dans la société de parfumerie Brocard et Cie à Moscou à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Bompard, Louis Maurice ● Né à Metz (Moselle) le 17 mai 1854 [fils d’Auguste Joseph Victor Bompard (né en 1823), avocat et banquier à Metz et de Marie Sextilie Curé ; petit-fils de Barthélemy Bompard, maire de Metz et député de la Moselle, et au maternel de Louis Curé (né en 1804), négociant] ; marié à une Blignières [fille d’Ernest de Blignières] ; mort à Grasse (Alpes-Maritimes) le 7 avril 1935. ● Diplomate ; homme politique. Chef de la divisiton du conseiller de préfecture dans le département du Nord (1880) ; attaché auprès de Paul Cambon, résident général de France en Tunisie (1882) ; secrétaire d’ambassade (1882) ; secrétaire général du gouvernement tunisien (4 février 1883-2 novembre 1886) ; chef du bureau d’Afrique au ministère des Affaires étrangères (1887), secrétaire d’ambassade de 1e classe ; résident général à Madagascar (12 décembre 1889-11 octobre 1890) ; ministre plénipotentiaire au Monténégro (1892) ; sous-directeur au ministère des Affaires étrangères (1893) ; directeur des consulats et des affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères (1894) ; après la conclusion de l’Alliance franco-russe, nommé ambassadeur de France en Russie (1902), négociateur de la Triple Entente ; ambassadeur à Constantinople (1909-1914) ; retiré en 1919 ; sénateur de la Moselle (1920, 1924) ; délégué à la conférence de Lausanne (1923) ; retiré à Grasse (1932). ● Auteur de Mon ambassade en Russie (Paris, Plon, 1937, in-8°). ● Chevalier (16 juillet 1887), officier (16 juillet 1895), commandeur (30 décembre 1898) et grand officier (13 juillet 1908) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/276/30. Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940.

Bonat ● Ingénieur agronome, cité en 1890 au Turkestan. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 342.

Bondon, Pierre Émile ● Ingénieur ; de la classe 1901 ; affecté au service automobile du ministère de la Guerre (1916) ; ingénieur directeur des Ateliers de mécanique de la société des automobiles Brasier à Petrograd en 1919, ayant bénéficié de plusieurs sursis d’appel à l’armée ; parti de Moscou le 20 octobre 1920 avec un convoi de rapatriés civils, sous la conduite de Lucien Bourgues, co-directeur de l’Institut français de Petrograd, passé par Cologne et arrivé à Paris le 26 octobre 1920. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24. La Dépêche, 27 octobre 1920.

Bonin, Charles Jules Joseph, dit Eudes ● Né à Poissy (Yvelines) le 26 juin 1865 [fils de Jean Joseph Bonin (né en 1830), docteur en médecine, et d’Amélie Julie Henriette Mathis (née en 1844) ; sans postérité de son mariage avec Geneviève Jeanne Valentine Camescasse (1881-1934) [fille de Jean Louis Ernest Camescasse (né à Brest, Finistère le 23 septembre 1838 ; mort à Paris XVIIe le 8 juin 1897), préfet, et de Valentine Luce-Delegorgue (1854-1927), mariés à Douai, Nord, le 30 juillet 1879] ; mort à Barcelone en 1929. ● Archiviste-paléographe, diplômé de l’École des Chartes (1888) ; chef de cabinet du préfet de l’Ille-et-Vilaine (1er avril 1888-31 mai 1889), du Calvados (9 juin-30 septembre 1889) ; commis de résidence de 1re classe au Tonkin (10 décembre 1889) ; commissaire adjoint du gouvernement pour le pays Muong (23 septembre 1891) ; chancelier de résidence au Tonkin (1er janvier 1893) où il effectua plusieurs missions scientifiques dont une mission de reconnaissance le long de la rivière d’Attopeu (1895-1896) ; vice-résident de 2e classe (1er janvier 1895) ; vice-résident en Annam et au Tonkin (2 janvier 1898) ; en expédition dans le Turkestan russe (1898-1900), ayant produit des rapports sur la situation politique du Turkestan russe et sur la nécessité de créer dans l’Empire russe une série de consulats français ; en mission scientifique en Chine (1901), ayant reconnu les cours supérieurs du Mékong, de l’Irraouaddi, du Yang tsé Kiang et du Houang Ho (1898-1899) ; secrétaire d’ambassade (1901), en poste à Pékin (1902) ; chargé d’affaires au Caire (1904-1905) ; consul général à Montréal (7 janvier 1912-3 juillet 1918) ; ministre plénipotentiaire à Téhéran (1918-1921), à Lisbonne (1921-1924) ; ministre plénipotentiaire de 1re classe ; chef du service des archives au ministère des Affaires étrangères en 1927. ● Auteur de : « De Tourane à Stong Treng par la rivière d’Attopeu », Bulletin de la Société de géographie, 1894 ; « De Tourane au Mékong », Bulletin de la Société de géographie, 1896 ; « Notes sur les sources du fleuve Rouge », Bulletin de la Société de géographie, 1897 ; articles dans L’Illustration, 1897 et 1917, Autour du Monde, et La Géographie, 1929. Il donna ses clichés photographiques à la Société de géographie de Paris. Chevalier (2 janvier 1898), officier (2 février 1921), et commandeur (11 janvier 1927) de la Légion d’honneur ; médaille d’honneur de 1re classe en argent du ministère de la Marine (18 mai 1893) ; médaille d’or de la Société de géographie de Paris (1897). ● Arch. nat., LH/280/52 ; MAE, La Courneuve, PA/AP 26 (fonds Charles Bonin). N. Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècle, II, Asie ; Des photographes en Indochine ; Photographies d’Asie (1844-1940), en ligne ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 228 ; Vincent Wright, Les préfets de Gambetta, p. 115-116.

Bonnafont, Jean-Pierre (1805-1891) ● Né à Plaisance (Gers) le 22 janvier 1805 [fils de Laurent Bonnafont, instituteur, et de Françoise Moyrie, d’une famille de milieu modeste] ; marié à Paris le 8 mai 1845 avec Anne Louise Petiet, née le 22 octobre 1817 dont : Marie Bonnafont (1846-1892) ; Albert Bonnafont (1849-1929), ingénieur centralien ; mort à Paris le 19 mai 1891. ● Médecin ; spécialiste de la mesure de l’acuité auditive et de la différenciation des surdités ; novateur dans le domaine de l’otologie et inventeur de l’otoscope ● Il entra comme simple soldat dans la garde royale en 1827 ; admis quelque temps après dans la chirurgie militaire ; il fit partie de l’expédition d’Alger en 1830 et resta douze années en Afrique pendant lesquelles il assista à vingt-deux combats. ; en 1834, il fut reçu docteur en médecine à Montpellier avec une thèse sur les plaies d’armes à feu observées en Afrique ; il devint ensuite médecin principal de l’École d’état-major. En 1874, il fit un séjour dans le nord de l’Europe à l’occasion du congrès préhistorique de Stockholm, puis à Moscou aidé par Basile Bensengre, médecin, secrétaire général de la Société des médecins de Moscou ; membre correspondant de l’académie de médecine de Moscou. ● Auteur d’un certain nombre de mémoires, la plupart insérés dans les bulletins de l’Académie de médecine dont il était correspondant depuis 1836, en particulier de : « Notice sur quelques établissements scientifiques et de bienfaisance de Moscou » (Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, Paris, impr. de Hennuyer, 1876, 12 p.) ; « Voyage dans le nord de l’Europe à propos du Congrès préhistorique de Stockholm en 1874 » (L’Union médicale, 3e série, a. 1874, 1875 et 1876, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1876, 60 p.). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/281/49. Notice Armelle Le Goff.

Bonnet, François ● Agent consulaire à Berdiansk en 1858-1863 et 1879-1887. ● Annuaire diplomatique, 1858-1863 et 1879-1887.

Bonnevet, Eugène ● Ingénieur sur le chantier du pont Troitski à Saint-Pétersbourg (1897-1903), demeurant 3, avenue Divenskaya à Saint-Pétersbourg. ● Bibliothèque Nationale de Saint-Pétersbourg ; Archive Historique d’État de Russie. Notes Tatiana Morozova

Bonvalot, Pierre Gabriel Édouard (1853-1933) ● Né à Épagne (Aube) le 14 juillet 1853 [fils de Pierre Bonvalot, commis à cheval, et de Louise-Félicie Congniasse des Jardins] ; marié à Lyon le 9 juillet 1895 à Jeanne Lucie Élisabeth Alix Ollier ; mort le 9 décembre 1933 à Paris (16°) ● Orientaliste ; Explorateur ; Géographe ; Député de la Seine ● Voyageur. Études à Brienne-le-Château puis à Troyes (Aube) ; député (1902-1906) ; maire de Brienne-le-Château (1912-1920). Il effectua plusieurs voyages dans l’Empire russe à la demande du ministère de l’Instruction publique pour étudier les nouveaux territoires asiatiques conquis par la Russie (1880, 1882, 1889) ; accompagné en 1889 par le prince Henri d’Orléans, l’artiste A. Pépin et le scientifique Guillaume Capus ● Auteur de : En Asie centrale, de Moscou en Bactriane (Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1884) ; En Asie centrale du Kohistan à la mer Caspienne (Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1885) ; Du Caucase aux Indes à travers le Pamir, (Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1888). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/3011 (dossier de mission scientifique avec Ujfalvy) ; LH/292/22. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale. Notice Armelle Le Goff. 

Bord, Émile Alexandre ● Né à Paris le 23 juillet 1877. ● Ingénieur ; de la classe de 1897 ; diplômé de l’École des arts et métiers (1897) ; ingénieur à la Société industrielle et métallurgique du Caucase à Allah-Verdi (1911-1916) ; ingénieur à l’usine D. A Fraisse à Khavsisk (1916). ● MAE, Nantes, 598PO/2/100 ; 598PO/2/109 ; 598PO/2/126.

Borde, Jacques, Joseph, Louis ● Marié, père d’une fille ; mort à Saint-Pétersbourg le 8 septembre 1851. ● Professeur, maître de langue française ; assesseur de collège ; demeurant à Saint-Pétersbourg, maison Kroutitsky, n° 17, près de l’École des porte-enseignes de la garde. ● Décoré des ordres de Sainte-Anne et Saint Stanislas. ● MAE, Nantes, 598PO/2/630.

Bordeaux, Albert François Joseph (1865-1937) ● Né à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) le 12 mai 1865 [fils de Lucien Michel Bordeaux et de Marie Joseph Françoise Flechet] ; marié à Saint-Jean-de-la-Porte (Savoie) le 31 décembre 1895 avec Augusta Marie Joséphine Valérie Clothilde Perrier de La Bathie (née en 1871), dont six enfants ; mort le 29 décembre 1937 à Thonon-les-Bains. ● Ingénieur civil des mines qui avait étudié en Californie et en Sibérie l’impact de l’exploitation minière sur les pays neufs ; en mission en Sibérie pour étudier la géologie de certains secteurs miniers (1902), il participa à la construction du Transsibérien (1902-1903) ● Auteur de : Les Gisements de quartz aurifère en Sibérie (Annales des mines, décembre 1902) ; Les placers aurifères de la Sibérie, (Liège, Institut national de l’industrie charbonnière, 1903, tiré à part issu de la Revue universelle des mines, de la métallurgie, des travaux publics, des sciences et des arts appliqués à l’industrie, t. 1, 1903) ; Sibérie et Californie. Notes de voyage et de séjour. Janvier 1899-décembre 1902 ; Sibérie : notes de voyage et de séjour, 1902-1903 (Paris, Plon, 3e éd., 1904). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/2940/B (dossier de mission scientifique) ; LH/292/22. Notice Armelle Le Goff. 

Bordier ● Médecin, cité à Saint-Pétersbourg en 1831-1832 ; auteur de travaux sur le choléra. ● Chevalier de la légion d’honneur (15 avril 1831). ● MAE, Nantes, 598PO/2/236.

Bordier, Paul ● Directeur des usines de Makiïvka pour la société l’Union minière et métallurgique de Russie dans les années 1900. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Borgström Charles Émile ● Négociant à Helsingsfors ; vice-consul de France à Helsingsfors (1873). MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 521.

Borne, Pierre ● Né au Creusot (Le Creusot, Saône-et-Loire) le 31 janvier 1877. ● Ingénieur aux Ateliers russo-baltique à Revel, puis à l’usine russo-baltique à Taganrog ; de la classe militaire 1897 (Autun), venu en Russie en vertu d’une autorisation ministérielle en date du 24 février 1915 sans indication de durée, avec renouvellement de sursis en 1917. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24 ; 598PO/2/131.

Bosse, voir Coudert de Bosse

Bosselet, L. ● Chef pâtissier sous les ordres d’Eugène Krantz, il faisait partie depuis 1885 de la maison impériale. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Bosseront d’Anglade, François Antoine René ● Né à Paris, 23, rue du Cirque, le 19 septembre 1853 [fils d’Arnaud Gustave Bosseront d’Anglade (né à Agen, Lot-et-Garonne, le 13 novembre 1817 ; mort en avril 1879), chef de bureau aux Affaires étrangères, chevalier (9 décembre 1850) et officier (11 août 1862) de la Légion d’honneur, et de Catherine Gabrielle Judicis, mariés à Tonneins, Lot-et-Garonne] ; marié à Paris VIIIe arrondissement le 23 juin 1886 à Marie Fouques Duparc (1860-1926) [fille d’Eugène Fouques Duparc (1811-1886) et de Fortunée de Lagau (née vers 1826) ; petite-fille de Charles de Lagau (1796-1870), consul général, et de Fortunée de Lesseps (1798-1845)], dont il eut deux filles, Marguerite Bosseront d’Anglade (né à Agen le 17 octobre 1881 ; mort à Toulouse, Haute-Garonne, le 17 février 1927), capitaine de cavalerie, mariés le 14 décembre 1919 à Gabriel de Marcelier de Gaujac (née vers 1887) et Germaine Bosseront d’Anglade (née en 1889), mariée le 2 avril 1913 à André Abrial (né en 1884), colonel de cavalerie ; mort en 1942. ● Licencié en droit, auteur des Règles générales sur la preuve (thèse de licence en droit, Paris, F. Pichon, 1877, 70 p.) ; entré au ministère des Affaires étrangères ; attaché aux archives (3 décembre 1872), à la direction politique (1ovembre 1874), à Munich (27 mars 1878) ; attaché payé à la direction des archives, chancellerie (1er mai 1879), au contention, droit privé (1er février 1880), à la direction des affaires commerciales (15 février 1882) ; commis principal (9 mars 1885) à la sous-direction des affaires de chancellerie au ministère des Affaires étrangères en 1891 ; consul à Tiflis (27 janvier 1898-27 mars 1900) ; consul général à New York. ● Chevalier de la Légion d’honneur (11 juillet 1891). ● Annuaire diplomatique, 1898-1900 ; ● Arch. nat., LH/301/42, 19800035/133/16807 ; MAE, La Courneuve, Pers. 2e série, vol. 222.

Bouchacourt ● Peut-être Emmanuel Antoine Désiré Bouchacourt (né à Paris le 17 janvier 1853 ; mort à Fouchambault (Nièvre) le 29 décembre 1914) ; marié à Paris le 5 août 1882 à Louise Joriaux (née à Paris le 14 novembre 1860) ; morte à Fourchambault le 19 novembre 1941). ● Industriel. Il posa la première pierre en 1897 d’une grande usine métallurgique fondée par la Société métallurgique de l’Oural-Volga à Tsaritsyne (puis Stalingrad et Volgograd) sur ordre de Nicolas II (dépôt des statuts le 28 avril 1896, chez Dufour, notaire à Paris, 15 boulevard Poissonnière), dont il devint le directeur ; en même temps furent fondés un château d’eau, un hôpital, une église et une cité d’ouvrier nommée « Grand France », une autre cité pour les employés nommée « Petite France », et un « palais » pour le directeur de l’usine. Des usines Bouchacourt étaient situées à Fourchambault, Nièvre. ● Archives départementales de la Nièvre, 66 J 1-40, fonds Jacques Bouchacourt.

Bouchard ● Originaire de Compiègne (Oise). ● Chimiste et négociant à Moscou puis Simbersky à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/239.

Boucher de Crèvecoeur de Perthes, Jacques ● Né à Perthes près de Rethel (Ardennes) le 10 septembre 1788 [fils de Jules Armand Guillaume Boucher de Crèvecoeur (né le 26 juillet 1757 ; mort le 24 novembre 1844), directeur des douanes d’Abbeville, botaniste et naturaliste, auteur de la Flore d’Abbeville (1803), et de Marie Stéphanie de Perthes (1767-1827), mariés le 15 novembre 1787] ; mort à Abbeville (Aisne) le 5 août 1868. ● Géologue, l’un des fondateurs de la science préhistorique, publiciste. Commis des douanes à Abbeville (1804) ; lieutenant (avril 1805) ; attaché à la direction des douanes à Marseille, puis à Gênes ; vérificateur des douanes à Livourne (1808) ; sous-inspecteur des douanes à Foligno ; inspecteur des douanes à Boulogne (1811) ; sous-chef de la direction des douanes à Paris (1812) ; inspecteur des douanes à La Ciotat (1815) ; inspecteur des douanes à Morlaix (11 juillet 1816-août 1824) ; autorisé à relever le nom de sa mère, devenu Boucher de Crèvecoeur de Perthes (ordonnance royale du 16 septembre 1818) ; directeur des douanes à Abbeville (1825), retiré du service et mis à la retraite en 1853 ; fondateur de la Société d’émulation d’Abbeville, dont il devint par la suite le directeur ; auteur de fouilles et de recherches archéologiques, s’intéressant à la préhistoire et à la recherche de l’origine de l’être humain, il parcourut l’Europe à partir de 1853 pour ses recherches, notamment la Russie, Lituanie et Pologne ; devenu le spécialiste de l’homme antédiluvien. ● Auteur notamment de : La Création. Essai sur l’origine et la progression des êtres (5 vol., 1838-1841) ; Voyage en Russie, retour par la Lithuanie, la Pologne, la Silésie, la Saxe et le duché de Nassau, séjour à Wisebade, en 1856, par M. Boucher de Perthes (Paris, Treuttel et Würtz, 1859, In-12, 580 p) ; De l’Homme antédiluvien et de ses œuvres (Paris, Jung-Treuttel, 1860, in-8°). ● Chevalier (29 avril 1731), puis officier (14 août 1863) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH/306/6. Claudine Cohen et Jean-Jacques Hublin, Boucher de Perthes. Les Origines romantiques de la Préhistoire ; Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 310.

Boucher, Alexandre ● Né en 1841 ; marié à Alexine N ; dont il eut deux filles, Marie et Jeanne Boucher. ● Vice-directeur des usines franco-russes à Saint-Pétersbourg ; demeurant à Saint-Pétersbourg, 2e district, quartier Kolomensky à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Bougeault, Louis Alfred ● Né à Roissy (Seine-et-Marne ou Val-d’Oise) le 4 juillet 1817 ; marié à Saint-Pétersbourg en 1848 à Églantine Pascal (1830-1915), dont il eut : Eugène Bougeault (né en 1849) ; Marie Bougeault (née en 1851), Geneviève Bougeault (née en 1853) ; Angèle Bougeault (née en 1857) ; mort à Paris, 17, rue Michel-Ange, le 16 mai 1893. ● Professeur de littérature au Lycée impérial de Saint-Pétersbourg et au Corps du génie (1847-1860) ; médaille d’argent au concours Raymond (1873) ; membre de la Société des études historiques (1875), président de cette société en 1882. ● Auteur de : Krilof ou le La Fontaine russe (1852) ; Difficultés et finesses de la langue française (1853) ; Histoire des littératures étrangères (Paris, Plon, 3 vol., 1875-1876) ; Précis historique et chronologique de la littérature française (1877) ; Étude sur l’état mental de Jean-Jacques Rousseau (1883). ● Dictionnaire des dictionnaires. Lettres, sciences, arts, encyclopédie universelle, t. 2 ; Angelo de Gubernatis, Dictionnaire international des écrivains du jour, vol.1, p. 384.

Bouillane de Lacoste, Émile Antoine Henri de ● Né à Montélimar (Drôme) le 14 janvier 1867 [fils d’Henri Louis de Bouillane de Lacoste (1821-1888), négociant domicilié 1, place du Chapeau-rouge à Montélimar, et de Mathilde Émilie Morin (née en 1825)] : mort à Glandage (Drôme) le 25 septembre 1937. ● Officier d’infanterie ; engagé volontaire, élève à l’école spéciale militaire (29 octobre 1885) ; sous-lieutenant (1er octobre 1887) ; lieutenant (1er mai 1891) ; envoyé au Tonkin (1894-1897), placé hors cadre comme officier de renseignement du territoire militaire en Tonkin (1er janvier 1896) ; capitaine (9 octobre 1896) ; envoyé en Indochine, membre d’une expédition au Yunnan (12 février 1899-17 janvier 1900) ; membre du corps d’expédition de Chine (12 août 1900-6 mai 1901) ; attaché à la personne du Président de la République (21 octobre 1903) ; chef de bataillon (30 mars 1904) ; membre (avec Hippolyte Marie Joseph Antoine Anselme) d’une expédition au Turkestan pour suivre la frontière de l’Afghanistan fermée aux Européens (1906) ; membre de la mission scientifique dans l’Allaï Mongol (1er février 1909-4 décembre 1909) ; admis à la retraite (8 décembre 1911) ; passé dans l’armée territoriale et affecté au service des chemins et des étapes de la 6e région (28 mai 1812) ; chef de bataillon au 130e régiment d’infanterie quand il fut reçu officier de la Légion d’honneur, demeurant 75, rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris VIIIe en 1912. ● Auteur de : Autour de l’Afghanistan : aux frontières interdites (Paris, Hachette, 1908). Chevalier (20 septembre 1901) puis officier (7 juin 1912) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/312/77. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 236.

Boulanger, Maurice Emilievitch ● Représentant délégué et Agent de la Société des Charbonnages de Nikitowka (1900). ● Archive Historique d’État de Russie. Notes Tatiana Morozova.

Boulangier, Marie Auguste Edgar (1850-1899) ● Né à Luxeuil (Haute-Saône) le 24 juin 1850 [fils d’Auguste Boulangier, principal de collège, et de Julie Augustine Anne Fauchon son épouse] ; mort le 29 novembre 1899. ● Ingénieur au ministère des Travaux publics, spécialiste de la construction des voies ferrées ; chargé de mission en Indochine (1880-1881) ; consultant en Afrique pour la ligne du chemin de fer transsaharien (1885) puis en mission dans l’Empire russe (1886-1894) ; en voyage au Turkestan russe pour étudier les particularités de la construction du transcapien (1886) ; il y fit des remarques sur la colonisation russe, la construction du système d’irrigation du Mourgab et les ruines de Merv et évalua le potentiel commercial de Bakou ; en voyage en Sibérie pour étudier les projets de construction du Transsibérien jusqu’à Irkoutsk (1890) ; en négociation avec le cabinet impérial pour l’exploitation du bassin de Kouznetsk (1892-1893) ; il créa avec l’ingénieur Rolland la Société métallurgique et minière de Sibérie (1894). ● Auteur de : Chemin de fer transcapien. Rapport adressé à Monsieur le Ministre de l’Instruction publique (Paris, Berger-Levrault, 1887) ; Voyage à Merv. Les Russes dans l’Asie centrale et le chemin de fer transcapien (Paris, Hachette, 1888) ; Notes de voyage en Sibérie. Le chemin de fer transsibérien et la Chine (Paris, Société d’éditions scientifiques, 1891). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., F/14/11464 (dossier de carrière), LH/316/30 (dossier de Légion d’honneur) ; MAE Nantes 598PO/2/540. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 177. Notice Armelle Le Goff.

Boulfroy Camille Alfred ● Né à Oresmaux (Somme) le 9 avril 1864. ● Industriel à Bakou, Caucase ; classe militaire de 1884 ; travaillant aux usines à vapeur pour les huiles et graisses végétales et animales (Clichy et Marseille) ; attesté en 1888 comme industriel à Bakou pour la distillation et la rectification des huiles de naphte à graisser (fabrique Boulfroy) ; candidat au poste d’agent consulaire français à Bakou en janvier 1889 (réponse favorable de l’administration générale, mais selon le lettre du 7 avril 1889 sa candidature semblait compromise. ● MAE, Nantes, 598PO/2/61, doss. 238 ; 598PO/2/63, doss. 164.

Bouliech, Georges Marie Adrien François Louis ● Né à Mèze (Hérault) le 17 novembre 1843 [fils de Pierre François Gratien Léonce Bouliech (né vers 1809), propriétaire à Mèze, et de Marie Thérèse Victorine Guasco (née vers 1809)] ; mort à Montauban (Tarn-et-Garonne), 6, rue Villenouvelle, le 27 novembre 1904. ● Consul. Engagé volontaire au 4e régiment de hussards (21 décembre 1867) ; brigadier (8 mai 1863) ; brigadier élève fourrier (24 mai 1868) ; maréchal des logis (8 janvier 1869) ; maréchal des logis fourrier (3 février 1870) ; maréchal de logis chef (30 juillet 1870) ; prisonnier de guerre (1er septembre 1870-9 avril 1871)incorporé comme maréchal des logis chef au 2e régiment de hussard (11 avril 1871) ; passé au 3e régiment de spahis (31 mai 1873) ; renvoyé dans ses foyers (29 avril 1874) ; commis de chancellerie attaché au consulat général d’Égypte (15 mai 1877) ; libéré avec certificat de bonne conduite (21 décembre 1874) ; lieutenant en premier au 2e escadron du 16e régiment territorial de cavalerie (27 novembre 1877) ; chancelier de 3e classe à Sydney (9 avril 1881) ; chancelier de 2e classe ay consulat de Tiflis (26 décembre 1889) ; vice-consul de 1re classe (26 septembre 1892) ; consul honoraire (25 juillet 1895), chargé de la chancellerie de Varsovie (25 juillet 1895-2 novembre 1898) ; consul de 2e classe (17 février 1903) ; consul de France aux Dardanelles. ● Chevalier de la Légion d’honneur (21 juillet 1903). ● Arch. nat., LH/317/69 ; Annuaire diplomatique, 1889-1901.

Boume, Barthélemy ● Cité en 1840 comme parfumeur à Saint-Pétersbourg, district quartier Vassilievsky. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Bouquillon, Charles ● Né à Lille (Nord). ● Cité dans les années 1790 comme professeur de français à Moscou ; résidant à Saint-Pétersbourg dans le premier quart du xixe siècle ; franc-maçon, il fréquentait les réunions de la loge Élisabeth à la Vertu de Saint-Pétersbourg (1818-1822) ; membre-fondateur de la loge Orphée, également à Saint-Pétersbourg (fondée en 1818). ● Notice Vladislav Rjéoutski.

Bourdaret, voir Chantre

Bourdaret-Chantre, Jeanne Bellonie (1866-1952) ● Née à Lyon (Rhône) le 21 août 1866 [fille d’Antoine Bourdaret et d’Émilie Mettra] ; mariée à Lyon, IVe arrondissement, le 13 avril 1866 avec Benoît Jean Paul Ernest Chantre, anthropologue ; morte à Lyon le 2 juin 1952. ● Elle parlait le russe, l’allemand et l’anglais, et s’initia aux méthodes de mensurations anthropologiques et à la photographie ; elle accompagna son époux dans ses missions et s’y montra une véritable collaboratrice ; sa qualité de femme lui permit de pénétrer dans les harems et d’y recueillir des documents et témoignages sur la partie féminine de la population ; elle se passionnait pour la cause arménienne. ● Auteur de : Le Tour du monde. À travers l’Arménie russe – Karabagh, vallée de l’Araxe, massif de l’Ararat (Paris, Hachette, 1892, 192 p., fig.) ; À travers l’Arménie russe… (Paris, Hachette, 1893, in-4°, 368 p., fig. et cartes). ● Notice Armelle Le Goff.

Bourdier, Raoul ● Écrivain ; en voyage en Sibérie en 1850, il participa à la construction du transsibérien. ● Auteur du « Voyage en Sibérie » qui forme la 4e partie du Voyage pittoresque en Russie, de Charles de Saint Julien (Paris, Belin-Leprieur et Morizot, 1853) ; également traducteur de romans et de récit de voyages anglo-saxons. ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 297-298.

Bourdon, voir Ujfalvy-Bourdon

Bourdon-Ujfalvy, Marie Clarisse Virginie (1845-1904) ● Née à Chartres (Eure-et-Loir) le 13 janvier 1842 [fille d’Adolphe Bourdon, horloger-bijoutier, et de Claire Clémentine Ducray] ; mariée à Paris le 28 avril 1868 à Charles Ujfalvy ; morte à Florence (Italie) le 31 août 1904 à Florence. ● Écrivain. ● Elle suivit son époux dans ses expéditions notamment en Sibérie à partir de 1881. ● Auteur de : De Paris à Samarkand. Le Ferghanah, le Kouldja et la Sibérie occidentale. Impressions de voyage d’une Parisienne (Paris, Hachette, 1880). ● Notice Armelle Le Goff.

Bourgeois ● Chancelier à Odessa (1897). ● Annuaire diplomatique, 1897 ; MAE, Pers 1re série, carton n° 576.

Bourgeois de Nogent, Nicolas ● Marié ; mort le 9 décembre 1823. ● Vice-consul et chancelier de France à Saint-Pétersbourg, cité en 1823. ● Annuaire royal, 1823 ; MAE, Nantes, 598PO/2/592.

Bourgeois, Pierre Mériadec ● Cousin de Nicolas Bourgeois de Nogent. ● Consul général de France à Saint-Pétersbourg (1816-1819). ● Annuaire royal, 1816-1819 ; MAE, Nantes, 598PO/2/592.

Bourgoing, Paul Charles Amable de, baron de Bourgoing ● Né à Hambourg, Allemagne, le 19 décembre 1791 [fils de Jean François de Bourgoing, baron de Bourgoing (1746-1811), ministre plénipotentiaire, et de Marie Benoîte Joséphine Prévost de La Croix (née vers 1769), surintendante de la maison de Saint-Denis sous la Restauration ; petit-fils au paternel de Philippe de Bourgoing (né vers 1710) et de Marie Anne Marcellin (née vers 1725)] ; marié (1) le 20 mai 1834 à Louise Clarisse de Montbrun (1812-1835) [fille de Louis Pierre, général comte de Montbrun (1770-1812) et de Marie Madeleine Anatole Morand (1790-1870), et (2) le 15 septembre 1836 à Ida de Lotzbeck de Weyhern (née vers 1815), dont il eut : Othon Othelin Fabien Honoré Paul de Bourgoing (né en 1839 ; mort à Reichenau, Autriche, le 8 septembre 1908), diplomate (dont descendance), et Inès de Bourgoing (née en 1839), mariée en 1856 à Godefroi, comte de Waldner de Freundstein (né en 1824), général d’infanterie, dont descendance ; mort à Paris le 15 août 1864. ● Diplomate. Entré à l’École militaire de Saint-Cyr (15 mai 1809) ; sous-lieutenant (21 mars 1811) ; lieutenant (28 février 1813) ; capitaine (23 décembre 1813) ; aide de camp du maréchal Adolphe Édouard Mortier, duc de Trévise (30 mars 1814) ; ayant fait les campagnes de Moscou (1812), Dresde (1813 et France (1814) ; attaché d’ambassade à Berlin, Munich et Vienne ; inventeur de la lithophanie, procédé qui annonçait la photographie, pour lequel il reçut un brevet d’invention le 12 janvier 1827, pour quinze ans ; premier secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg (1825) ; engagé dans la guerre russo-turque (1828-1829) ; chargé d’affaires à Saint-Pétersbourg (1830) ; ministre plénipotentiaire en Saxe (1832) ; ministre de France en Bavière (1835) ; ambassadeur à Madrid (1849) ; pair de France (25 décembre 1841) et sénateur (31 décembre 1852). ● Auteur de : Le Prisonnier en Russie (Paris : Maradan, 1815, in-12, 275 p.) ; Tableau de l’état actuel et des progrès probables des chemins de fer de l’Allemagne et du continent européen, comparés avec ce qui existe et ce qui se prépare en France à cet égard ; avec une carte indiquant les réseaux de fer qui sont établis ou qui seront construits (Paris, Carilian-Goeury, Victor Dalmont, 1842, in-8°, XX-393 p. et carte) ; Politique et moyens d’action de la Russie, impartialement appréciés… (Paris, impr. de Gerclès, 1849, in-8°, 27 p.) ; Carte ethnographique, historique et stratégique des contrées hongroises, slaves, moldo-valaques et allemandes de l’empire autrichien impliquées dans la guerre actuelle, jointe aux tableaux d’histoire contemporaine de M. Paul de Bourgoing,.. (Paris, impr. de Gerclès, 1849, in-fol., plano) ; Les Guerres d’idiome et de nationalité, tableaux, esquisses et souvenirs d’histoire contemporaine,… seconde partie, septembre 1849, La pacification du Danemark.. (Paris, G.-A. Dentu, 1849, 2 vol., 119, 32 p., pl., in-8) ; Aperçus nouveaux de politique internationale (Paris, Garnier, 1852, in-8°, 48 p.) ; Épisode d’histoire contemporaine. Casimir Périer en 1830 et 1831 (Paris, impr. de Dubuisson, 1857, in-fol., 16 p.) ; Itinéraire de Napoléon Ier de Smorgoni à Paris, épisode de la guerre de 1812, premier extrait des Mémoires militaires et politiques inédits du baron Paul de Bourgoing (Paris, E. Dentu, 1862, 138 p., in-18) ; Souvenirs d’histoire contemporaine. Épisodes militaires et politiques (Paris, E. Dentu, 1864, in-8°, IV-599 p.) ; Souvenirs militaires du baron de Bourgoing, sénateur, ancien ambassadeur en Espagne, ancien pair de France, ministre plénipotentiaire en Russie et en Allemagne.. 1791-1815, publiés par le baron Pierre de Bourgoing (Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1897, XVI-342 p., portr., in-18). ● Chevalier (14 septembre 1813), officier (22 mai 1825) et commandeur (30 octobre 1829) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/330/45. MAE La Courneuve, CP Russie, t. 180, fol.284 ; CP Russie, t. 181, fol.7, fol. 58-59. Geneanet, Alain Garric, « Essai de généalogie » ; notes Véra Milchina.

Bouroz, Auguste ● Né à Villefranche-sur-Saône (Rhône) le 7 novembre 1868 ; marié à Désirée Florence Dumont (née à Liège, Belgique), dont il eut Marguerite Victoire Bouroz (née à Ekaterinoslave, Ukraine, le 15 mai 1905 ; morte à Nanterre, Hauts-de-Seine, en 1992), mariée à Jean Gérard Roberdte (1899-1988), dont descendance ; mort à Villefranche-sur-Saône en 1937. ● Ingénieur civil des mines ; diplômé de l’école des mines de Saint-Étienne ; ingénieur des Houillères de Rive-de-Gier, Loire (juillet 1892) ; créateur en février 1895, avec un groupe d’ingénieurs français, du charbonnage d’Ekaterinovska, réuni avec le charbonnage de Rykovska en 1905, ce qui en fait la société de charbonnage la plus importante houillère du Donetz ; désigné par le gouverneur de Taganrog comme membre de la commission de répartition des impôts ; élu membre du conseil permanent du congrès des industries minières et métallurgiques (1901) ; ingénieur-conseil dans plusieurs sociétés minières (société industrielle et métallurgique du Caucase, de la société Ekaterinovska en 1903) et administrateur de la société métallurgique nouvelle de Tambow, de la société des produits réfractaires de Vladimirovska et de la société pour le commerce des combustibles du bassin du Donetz (1911). ● Auteur de travaux sur les gisements houillers du sud de la Russie, et de la traduction du Règlement russe pour la conduite des travaux miniers en vue d’assurer leur sécurité (publié dans la circulaire n° 272 du Comité pour l’étude des questions d’intérêt commun des mines et usines du midi de la Russie, 22 avril 1909, Paris, 57, rue de Châteaudun, 1909, in-4°, 77 p.). ● Décoré de la croix de Saint-Stanislas (1901) et de la croix de Sainte Anne (1905). ● MAE, Nantes, 598PO/2/425. Geneanet, Généalogie Jean-Marie de Chausse ; Kharkov, Tchernycheoskaia, n° 28.

Bouteiller, Pierre Guillaume Marie Joseph Eustache de ● Né le 6 juillet 1842 [fils de Jean-Baptiste Joseph de Bouteiller (mort en 1858) et de Jacqueline Louise Le Roy de Lisa (née en 1807) ; petit-fils au paternel de Charles François Bouteiller (1760-1845) et de Marie Henriette Drouin (née en 1768), et au maternel de François Louis Le Roy de Lisa (1764-1847) et de Marie Louise Guilhelmine de La Roque (1782-1865)] ; mort à Malte le 19 octobre 1894. ● Militaire puis consul. D’abord engagé dans l’armée, où il atteignit le grade de capitaine ; chancelier à Varsovie (1881) ; vice-consul (3 mai 1890) ; chargé du vice-consulat d’Helsingfors ou Helsinski, Finlande (12 mars 1890-27 janvier 1894) ; consul (16 juillet 1892) ; consul à Malte (27 janvier 1894), mort en fonctions. ● Annuaire diplomatique, 1890-1894 ; MAE, La Courneuve, Personnel 1re série, cartons, n° 591. Unio Sarlin, Suoment Sukutukimusseuran Julkaisuja Genealogiska Samfundets i Finlande Skrifter, p. 55, n° 263 ; Geneanet, base collaborative Pierfit.

Bouvard, Paul ● Né à Auxerre (Yonne) le 21 janvier 1835 [fils d’Alexandre Paul Amédée Bouvard (né vers 1802), chef de bureau à la préfecture de l’Yonne, et de Marie Antoine Anne Magnot-Dumas (née vers 1815) ; mort à Paris VIIIe arrondissement le 6 octobre 1907. ● Ingénieur centralien (1857) ; chef des Aciéries au Creusot (1863-1871) ; chef de service aux usines du Creusot en 1877 ; démissionnaire de chez Schneider (1897) ; directeur (1904-1905) de l’usine sidérurgique de Makiïvka, contrôlée par l’Omnium crée par la Société générale en 1897. ● Chevalier de la Légion d’honneur (10 mars 1877). ● Arch. nat., LH/341/100. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 375.

Bouzon, Louis Bernard (1840-1893) ● Né le 31 mars 1840 à Marennes (canton de Saint-Symphorien-d’Ozon, Isère) [fils de Louis Bouzon et d’Henriette Drevon] ; marié en 1867 à Anne Bonin, dont un fils Louis Jean-Baptiste Bouzon (né le 18 novembre 1871), industriel ; mort à Klin (Russie) vers 1893. ● Industriel (secteur textile). Il commença sa carrière comme ouvrier-passementier à Lyon ; il fonda une fabrique de rubans de soie à Maidanovo, district de Klin, gouvernement de Moscou (1881) ; après sa mort, son fils Louis Jean-Baptiste reprit l’affaire. ● Archives historiques de Moscou ; Arch. municipales Lyon, 2E902, p. 265v. Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Armelle Le Goff et Olga Melnichenko.

Boyard, Henry Jean Marie ● Né à Paris, 11, rue du Cherche-Midi, le 24 juin 1836 [fils d’Antoine Louis Boyard (né vers 1798), propriétaire, chevalier de la Légion d’honneur, et de Flavie Fortunée Auffray (née en 1814), mariés à Paris en 1824] ; marié ; mort à Paris, 27, rue Montaigne, le 16 septembre 1913. ● Consul de 2nde classe à Saint-Pétersbourg (3 octobre 1873) ; consul de 1re classe à Saint-Pétersbourg (9 novembre 1877) ; consul général à Varsovie (29 juin 1882 à 1897) ; ministre plénipotentiaire. Chevalier (9 mai 1874) et officier (3 janvier 1888) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/345/52 ; Annuaire diplomatique, 1890-1901 ; MAE, La Courneuve, PA/AP 17.

Boyer ● Chancelier au consulat de Riga (1883-1885). ● Annuaire diplomatique, 1883-1885.

Boyer, Paul Jean Marie Gabriel ● Né à Cormery (Indre-et-Loire) le 11 mars 1864 [fils de Jules François Boyer (né vers 1819), propriétaire, et d’Anne Gabrielle Lobeau (née vers 1827), mariés à Vallières-les-Grandes le 15 septembre 1845] ; marié le 26 août 1867 à Rebecca Grünberg dont il eut un fils Georges Boyer ; mort à Paris le 1er octobre 1949. Linguiste et grammairien, spécialiste des langues slaves. Élève au lycée de Tours puis au lycée Louis-le-Grand à Paris ; se forma à la linguistique à la Sorbonne et à l’École pratique des hautes études (1885-1888) ; licencié-ès-lettres (1886) ; présent à l’exposition d’Ekaterinbourg (1887) ; agrégé de grammaire (1888) ; ayant fait plusieurs séjours à l’université de Leipzig et de Moscou (1886-1890) ; professeur de français en classe de troisième au lycée Condorcet à Paris (1886-1887) ; chargé de cours de russe à l’École des langues orientales (21 janvier 1891) ; professeur titulaire de la chaire de russe (6 janvier 1894) ; à Nijni-Novgorod il est à l’origine de la fondation de l’Institut français de Saint-Pétersbourg (1896) ; membre du Comité des travaux historiques et scientifique (9 février 1897) ; chargé de l’inspection de l’enseignement de la langue russe dans les lycées et collèges pendant l’année scolaire 1898-1899 (2 juin 1898) ; président de la Société de linguistique (1901) ; chargé d’un cours facultatif et gratuit de langue russe à l’École des ponts et chaussées (21 novembre 1904) ; organisateur d’études universitaires et d’échanges internationaux (avril 1905) ; professeur de langue russe au cercle nationale des armées de terre et de mer (7 décembre 1906) ; membre du conseil de perfectionnement de l’École des langues orientales (12 juin 1908-1937) ; administrateur honoraire de l’école nationale des langues orientales et président d’honneur de l’Institut d’études slaves, et demeurant 19, rue de Lille, Paris 7e en 1937 ; il passa ses vacances en Russie jusqu’en 1914. Auteur de : De l’accentuation du verbe russe (Paris, Imprimerie nationale, 1895, 46 p., in-fol.) ; Les populations finnoises des bassins de la Volga et de la Kama (en collaboration avec le professeur Smirnov, 1898) ; Simples conseils aux élèves du cours de russe de l’École des langues orientales (Paris, A. Chevalier-Marescq, 1898, 10 p., in-8°) ; Vocabulaire français-russe de la fin du xvie siècle (1905) ; Manuel pour l’étude de la langue russe (1906) ; collaborateur de périodiques français et russes comme le Temps, le Bulletin de Russie ; fondateur et directeur de la Revue d’études slaves. Ami de Milioukov, de Kotlarevskij, de Maksim Kovalevskij, de Kareev ; décoré de l’ordre de Sainte Anne, 3e classe (13 avril 1905), de l’ordre de Saint-Stanislas 2e classe (mars 1914) ; chevalier (6 décembre 1910), officier (29 mars 1925) puis commandeur (6 août 1937) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH/348/1. ANF62/AJ/67 ; ANF62/AJ/3. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 341-359 ; notice Pavel Milûkov, Vasilij Maklakov.

Boysset, Auguste Émile ● Né à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), rue au Change, le 8 juin 1848 [fils de Charles Guillaume Boysset (né en 1817), procureur de la République, et de Louise Amélie Quesnot (née en 1824)] ; mort le 19 septembre 1914. Consul de 2nde classe à Riga (29 juin 1882-19 mai 1885) ; consul de seconde classe à Philippopoli (1886). Chevalier de la Légion d’honneur (30 décembre 1886). Annuaire diplomatique, 1890-1892. Arch. nat., LH/348/67.

Braly ● Directeur de la Société industrielle et métallurgique du Caucase dans les années 1910. ● MAE, Nantes, 598PO/2/125.

Bras, voir Gildebrat

Bréau, voir Quatrefages de Bréau

Brébant ou Brabant, André ● Ingénieur ; élève à l’École d’électricité et de mécaniques industrielle à Paris ; élève ingénieur dans cette école ; bachelier ès-sciences et ès-lettres ; ingénieur des tramways de Kiev, 26, Proreznaïa lg. 10. ● MAE, Nantes, 598PO/2/169 (voir n° 169).

Brice, René ● Banquier. Administrateur du Crédit lyonnais ; membre fondateur de la Banque Russo-Chinoise les 10 décembre 1895 et 17 janvier 1896, à qui 100 actions furent attribuées. ● Thierry Claeys, Wen Wen, « Autour de la genèse de la Banque Russo-Chinoise : les ambitions contradictoires d’une alliance franco-russe », p. 59.

Brimont, voir Ruinart de Brimont

Broca, Paul Pierre (1824-1880) ● Né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) le 28 juin 1824 [fils de Jean-Benjamin Broca, docteur en médecine, et d’Anne Thomas [fille d’un pasteur protestant, maire de Bordeaux sous la Révolution] ; marié le 6 juillet 1857 avec Augustine Lugol [fille du médecin qui a donné son nom à la solution iodo-iodurée], dont : Pauline Broca ; Benjamin et Élie Broca, professeurs de la Faculté de médecine de Paris ; mort à Paris le 9 juillet 1880. ● Protestant puis libre penseur fondateur en 1848 de la Société des libres-penseurs. ● Médecin ; anatomiste ; anthropologue ● Ses travaux suscitèrent beaucoup d’intérêt en Russie ; en contact avec de nombreux savants et anthropologues russes, correspondants russes actifs de la Société d’anthropologie de Paris qu’il avait fondée en 1859 avec Alexei Fedchenko (décédé accidentellement dans le massif du Mont-Blanc en 1873), Basile Benzengre (admis correspondant le 16 octobre 1873), Anatolij Bogdanov (admis correspondant le 16 juillet 1874), Wladimir de Maïnof (admis le 4 novembre 1875) et Dmitri Anoutchine (admis le 3 mai 1877) ; invité d’honneur au congrès international des sciences anthropologiques de Moscou (1879). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Archives de la Société d’anthropologie de Paris ; Arch. nat., LH/369/64 ; Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN). Armelle Le Goff, « Les relations entre scientifiques russes et français au prisme des archives françaises : l’exemple des anthropologues » ; Philippe Monod-Broca (son arrière-petit-fils), Paul Broca : un géant du xixe siècle. Notice Armelle Le Goff.

Brocard, Émile ● Fils d’Henri Brocard (1839-1900) et de Charlotte Raway. ●Parfumeur ; directeur de la parfumerie Brocard et Cie à Moscou, en charge de la partie technique ; mobilisé en France en 1914. ●MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Brocard, Henri ● Né à Paris le 23 juillet 1839 [fils d’Atanas Brocard, directeur d’une fabrique de parfumerie] ; marié le 7 septembre 1862 à Charlotte Raway (née en Belgique), dont il eut trois enfants : Alexandre Brocard, Émile Brocard et Eugénie Brocard ; mort à Cannes (Alpes-Maritimes) le 16 décembre 1900, inhumé à Provins (Seine-et-Marne). ● Parfumeur ; parti en voyage à Philadelphie pendant cinq ans (1856-1861) ; parti rejoindre son père à Moscou (1861), engagé par la maison Guique comme chef laborantin ; fondateur en 1863 de son entreprise à Moscou de fabrication de savons puis de parfums qu’il dirigea pendant quarante ans, d’abord implantée dans le quartier Ramov, puis dans le quartier Serpakov à Moscou (1869), il y développa des parfums et des produits de beauté pour la classe moyenne ; en suivant les conseils de son épouse, il développa un savon à un kopeck « en forme de lapins, oursons et lettres de l’alphabet pour les enfants » et « en forme de fleurs, fruits et légumes pour les adultes » ; il prit en 1871 comme raison sociale Brocard et Cie, fournisseur de la Cour ; il fabriqua ensuite d’autres produits comme des pâtes dentifrice ; à l’Exposition industrielle et artistique de Moscou de 1882, il installa dans son stand une fontaine de parfum avec son « Eau florale » et remporta un vif succès ; lors d’une visite de la sœur de l’empereur, Brocard lui offrit un bouquet de fleurs de cire, qui avaient chacune leur parfum naturel, et en récompense, il reçut de l’empereur un « cachet avec les armoiries de l’État » ; à l’exposition universelle de 1889 à Paris il présenta le parfum Lilas perse et à celle de 1890 il reçut le grand prix dans sa catégorie. Collectionneur dès 1870 d’objets et d’art, sa collection fut exposée à partir de 1890 dans les grands magasins du Goum, puis en 1903 à l’initiative de sa veuve dans un musée privé, l’ancienne demeure du comte Cheremetev, rue Nikolskaïa à Moscou. Après son retour en France, sa femme et ses enfants reprirent l’affaire familiale et, en 1913, à l’occasion du 300e anniversaire des Romanov, leur parfumeur Auguste Michel présenta à l’impératrice le parfum « Le Bouquet », qui devint son parfum préféré. L’entreprise fut nationalisée après la révolution d’Octobre et fut appelée Novaïa Zaria ou Nouvelle étoile. ● Archives d’histoire de la ville de Moscou ; Archives de l’industrie de l’économie et des finances. Tatiana Bondareva-Koutarenkova, « Henri Brocard, le roi français de la parfumerie russe », Histoire, 8 avril 2016 ; notice Nicole Cherpitel ; (https://fr.rbth.com/art/histoire/2016/04/08/henri-brocard-le-roi-francais-de-la-parfumerie-russe_582989).

Brochet, Jean-Baptiste ● Né en1766 ; marié, sans enfant de son mariage ; mort veuf à Tsarkoïé Selo le 3 juin 1849. ● Catholique ; directeur de la fabrique impériale de papiers peints établie à Tsarkoïe Selo (de 1817 environ à 1849) ; conseiller de la Cour ; à sa mort, sa fortune fut estimée à 400 000 roubles argent et son héritier fut son cousin, Léonard Honoré Gautier. ● MAE, Nantes, 598PO/2/3.

Brosset, Marie Félicité (1802-1880) ● Né à Paris le 24 janvier 1802 [fils de Jean Philippe François Brosset, commerçant originaire de l’Orléanais et de d’Henriette Becker] ; marié à Paris le 15 novembre 1826 avec Julie Martin ; mort à Châtellerault (Vienne) le 22 septembre 1880 ● Historien et orientaliste, spécialiste de la Géorgie, précurseur de l’archéologie en Géorgie ● Il abandonna des études ecclésiastiques et se consacra aux langues en particulier le géorgien et l’arménien ; ayant fait connaissance avec le prince Theimouraz, fils du dernier roi de Géorgie, il devint un spécialiste de la Géorgie, précurseur de l’archéologie en Géorgie. Présent en Russie de 1836 à 1880, connu sous le nom de Марий Иванович Броссе (Marius Ivanovitch soit fils de Jean Brosset) ; invité par le comte Sergueï Ouvarov, il sollicita une chaire d’adjoint pour les littératures arméniennes et géorgiennes à l’Académie impériale de Saint-Pétersbourg (1836) ; membre de l’Académie impériale des sciences (1836) ; il s’installa à Saint-Pétersbourg avec sa famille en juin 1837 ; vice-président de l’Académie impériale des sciences (1841) ; inspecteur des écoles primaires de Saint-Pétersbourg (1842) ; bibliothécaire à la Bibliothèque impériale (1842) ; conseiller d’État (1846) ; il effectua un voyage dans le Caucase et recueillit des documents sur la Géorgie (1847-48) ; membre de la Société russe d’archéologie (1851) ; conservateur des monnaies orientales du palais de l’Ermitage (1851-1879) ; il quitta la Russie en mai 1880 et s’installa chez sa fille Henriette Boutin à Châtellerault. ● Auteur de nombreuses publications sur la Géorgie recensées par son fils (voir Laurent Brosset, Bibliographie analytique des ouvrages de Monsieur Marie-Félicité Brosset (1824-1887), Saint-Pétersbourg, Imprimerie de l’Académie impériale des Sciences, 1887, 704 p.), parmi lesquels : Rapports sur un voyage archéologique dans la Géorgie et dans l’Arménie exécuté en 1847-48. 1849-58 ; Histoire de la Géorgie depuis l’Antiquité jusqu’au 19e siècle. ● Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française ; notice Olga Iodko et Armelle Le Goff.

Brugière de Barante, Amable Guillaume Prosper, baron de Barante ● Né à Riom (Puy-de-Dôme) le 10 juin 1782 [fils de Claude Ignace Brugière de Barante (1745-1814), écuyer, lieutenant particulier criminel en la sénéchaussée d’Auvergne, préfet de l’Aude, et de Suzanne Tassin de Villepion ; petit-fils au maternel de Guillaume Prosper Tassin de Villepion, écuyer, intendant des domaines et finances du duc d’Orléans] ; marié le 26 novembre 1809 à Césarine d’Houdetot (1794-1877) [fille de César Louis Marie François Ange d’Houdetot], dont il eut : Prosper Claude Ignace Constant de Brugière de Barante (1816-1889), préfet de l’Ardèche (1845), député, sénateur ; mort au château de Barante à Dorat (Puy-de-Dôme) le 21 ou 22 novembre 1866. ● Diplomate. Admis à l’École polytechnique (1798) ; en poste à Carcassonne (1800) ; attaché au ministère de l’Intérieur (1801), collaborateur au Publiciste et à la Décade philosophique ; auditeur au Conseil d’État (12 mars 1806) ; envoyé extraordinaire en Espagne (9 août 1806) ; intendant à Dantzig (8 novembre 1806), chargé d’une mission à Varsovie (9 décembre 1806) ; sous-préfet de Bressuire, Vendée (8 juillet 1807) ; préfet de la Vendée (1er février 1809) ; préfet de la Loire-Inférieure (12 mars 1813-20 mars 1815) ; conseiller d’État et secrétaire général du ministère de l’Intérieur (14 juillet 1815), exclu du Conseil d’État le 17 février 1820 ; élu député de la Loire-Inférieure et du Puy-de-Dôme (22 août 1815), siégeant à parti du 5 septembre 1815 comme commissaire du gouvernement ; directeur général des contributions indirectes (18 octobre 1815) ; pair de France (5 mars 1819) ; baron pair (15 novembre 1819) ; baron pair héréditaire (25 juin 1828) ; membre de l’Académie française (20 novembre 1828), au fauteuil 33 ; ambassadeur à Turin (28 avril 1830) ; ministre plénipotentiaire ; ambassadeur à Saint-Pétersbourg (14 novembre 1836), rappelé en 1842 à la suite d’un incident diplomatique, resté titulaire du poste jusqu’en 1848. ● Membre de l’Académie des sciences russe (1836). Chevalier (30 juin 1811), officier (18 décembre 1814), commandeur (19 décembre 1834), grand officier (15 décembre 1835) et grand-croix (19 avril 1846) de la Légion d’honneur. ● Auteur notamment de : Tableau de la littérature française au xviiie siècle (1809) ; Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (Paris, 1826, 13 vol.) ; Notes sur la Russie, 1835-1840 (Paris, 1875) ; Souvenirs du baron de Barante, de l’Académie française, 1782-1866 (éd. Claude de Barante, 6 t., Paris, 1896-1897, dont les tomes. V et VI sur la Russie). ● Arch. nat., LH/378/52 ; MAE, CP, Russie, t. 192, fol. 144. Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française, Paris, Fayard, 1967, p. 141-144.

Brun de Sainte Catherine, Jacques Balthazar ● Né à Antibes (Alpes-Maritimes) le 3 juillet 1759 [fils de Balthazar Brun de Sainte Catherine (né à Toulon, Var, paroisse Sainte-Marie, le 7 octobre 1721 ; mort guillotiné à Toulon le 1er avril 1794), commissaire de la marine, qui participa au soulèvement des royalistes à Toulon, et de Marguerite Saurin (morte à Toulon, paroisse Sainte-Marie, le 29 juillet 1785), mariés à Toulon, Sainte-Marie, le 30 juin 1745 ; petit-fils au paternel de Jean Brun de Sainte Catherine (né vers 1681 ; mort à Toulon, paroisse Sainte-Marie, le 4 mai 1730), écrivain de la marine, et de Marie-Magdeleine Castinel, et au maternel de Joseph Jean Saurin, recteur des hôpitaux de Toulon, et de Marguerite Clavel] ; marié (1) le 16 mai 1789 à Élisabeth Marie Chauvin, dont il eut Marie Élisabeth Blanche Brun de Sainte Catherine (née à Toulon, paroisse Sainte-Marie, le 7 novembre 1789 ; morte à Munich le 28 janvier 1856), mariée à Saint-Pétersbourg le 5 décembre 1810 à Hercule Joseph Barbara de Labelotterie de Boisséson (né à Louveciennes le 9 février 1784 ; mort à Alexandrovka, Russie, le 22 décembre 1822), colonel au régiment de la garde, ordre de Saint-Georges, 4e cl., commandeur de Saint-Vladimir, chevalier de Saint-Louis [fils de Paul Mathieu Barbara de Labelotterie de Boisséson, maréchal des camps et armées du roi, chevalier de Saint-Louis, et de Marie Joseph Bécu, cousine germaine de Mme du Barry) ; dont postérité ; Balthazar Hippolyte Brun de Sainte Catherine (né en 1791), officier au régiment des lanciers de la garde, sans alliance ; Louis François Brun de Sainte Catherine (mort d’hydropisie à Saint-Pétersbourg, âgé de sept ans, et inhumé le 27 septembre 1800 dans le cimetière de l’île Vassilievski en présence de Germain Klostermann) ; Marie Brun de Sainte Catherine (morte à Vilnius en novembre 1860), sœur de la Visitation ; remarié après 1799 avec Caroline Petrovna Duvernoy (morte en 1860), dont il eut Adélaïde Brun de Sainte Catherine (morte à Saint-Pétersbourg le 8 août 1862), mariée à Dimitri Ievgrafovitch Saltykov (mort le 7 septembre 1885, inhumé à Kaliazinsk, province de Tver), conseiller d’État actuel, ordre de Sainte-Anne, 2e cl., de Saint-Vladimir, 3e cl., de Saint-Stanislas, 1re cl ; Aline Brun de Sainte Catherine (née le 22 août 1816 ; morte et inhumée à Saint-Pétersbourg le 10 mars 1898), mariée à Michel Grünwald, du régiment des chevaliers de la garde ; Jacques Balthazar Brun de Sainte Catherine mourut à Saint-Pétersbourg le 3 août 1835. ● Ingénieur et constructeur naval, lieutenant général, inspecteur général du corps des ingénieurs navals, membre honoraire du Comité scientifique maritime. Élève à l’école de marine de Toulon, il fut reçu à l’École royale des ingénieurs de Marine de Paris, située au Louvre. Il y suivit l’enseignement de Duhamel du Monceau et de Laplace. Il commença sa carrière en France en qualité de sous-ingénieur puis, en 1781, d’ingénieur de la marine à Toulon, où il construisit en onze ans près de dix bateaux militaires, dont notamment la goélette le Galibi, un navire de 120 canons, un autre de 80 canons, deux de 74 canons et deux frégates de 44 canons. Il fut nommé en août 1792 en mission de coopération en Turquie pour remplacer l’ingénieur en chef Le Roy. Il fut accompagné de Jean-Baptiste Benoît, maître de construction, d’Alexis Guez, maître calfat, de Louis Desulier, perceur et d’Honoré Benoît fils, charpentier. La mission n’arriva à Constantinople que le 21 mai 1793. Il participa à une réunion à Constantinople, chez Florenville, le 1er août 1793, sous la houlette d’Hénin, en vue de former la Société populaire de Constantinople qui fut créée le 11 août 1793. Les nombreuses commandes reçues incitèrent Brun de Sainte Catherine à demander à son beau-frère François Chauvin, demeurant à Marseille, de venir le rejoindre en tant que charpentier. Il habitait en 1793, avec sa femme, ses enfants et ses domestiques, au palais de France. Son frère François Brun de Saint Hippolyte le rejoignit en 1796 et fut également engagé au service de la marine turque. Sainte Catherine construisit dans les chantiers navals turcs trente-huit vaisseaux de ligne, dont notamment le Sélim III, vaisseau de 120 canons, trois vaisseaux de 80 canons, cinq de 74 canons, et cinq frégates de 50 canons. Le Moniteur universel du 28 août 1798 annonça que Brun de Sainte Catherine avait été congédié par la Porte, de même que son frère arrivé de Sinople où il y avait d’autres constructions navales ; les frères Brun ne furent cependant pas emprisonnés, contrairement à la plupart des Français. Fiodor Fiodorovitch Ouchakov, venu en mission à Constantinople en 1798, les ramena en Russie où ils entrèrent au service de la Russie (oukase de Paul Ier du 16 janvier 1799). Jacques Balthazar eut le rang de maître de construction navale (korabelny master) et des appointements égaux à ceux qu’il touchait en Turquie (10 800 piastres, soit 7 344 roubles), en plus de son salaire. Il fut élevé au 7e rang (conseiller aulique), puis en 1803 au 6e rang (conseiller de collège) et entra comme maître de construction navale à l’Expédition principale de contrôle. En 1804, il fut nommé directeur des constructions navales, puis inspecteur de l’École d’architecture navale (1807) et directeur du 2e département de l’Expédition exécutive. Du 22 décembre 1826 à 1835, il remplit les fonctions d’inspecteur du Corps des ingénieurs navals et de membre du Comité scientifique de construction navale. Promu major général en 1811 et lieutenant général en 1829, il fut nommé membre honoraire du département de l’Amirauté et membre du collège de l’Amirauté le 15 avril 1826. Sous sa surveillance furent construits à Saint-Pétersbourg onze bateaux, quatre frégates et deux bateaux de transport de troupes. Il fut l’auteur du plus grand navire militaire russe du début du xixe siècle, un bâtiment de 120 canons nommé le Khrabry (Courageux), et furent préparés les bateaux de Bellingshausen, de Lazarev, de Vassiliev et de Chichmarev, qui partirent explorer les confins de l’Arctique et de l’Antarctique. Il reçut le 2 janvier 1820, en gratification pour ses services, la jouissance pour douze ans du domaine d’Altona en Courlande ainsi que l’Oberhauptmanstvo de Zelburg. Il reçut le 22 août 1829 la médaille d’excellence pour trente années de services ininterrompus. ● Il reçut l’ordre de Saint-Vladimir de 4e classe le 4 septembre 1807, de 3e classe en 1808 et de 2e classe en 1830, l’ordre de Sainte-Anne de 2e classe en 1808, de 1re classe avec diamants, en 1814, et la médaille de diamant le 14 octobre 1826. ● Il fut l’auteur de plusieurs œuvres sur la construction navale, publiées en russe. ● Catherine Boppe-Vigne, « Émigrés français de Constantinople en Russie » ; E. de Marcère, Une ambassade à Constantinople…, p. 56 ; Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p. 123-124.

Brun, Auguste Ferdinand ● Né à La Grande Combe (Gard) le 1er mai 1868. ● Ingénieur des mines, il obtint un passeport délivré le 28 octobre 1899 à Paris pour se rendre en Russie. ● MAE, Nantes, 598PO/2/59.

Bruno, Louis Joseph ● Né à Autry (Ardennes) le 12 septembre 1881. ● Ingénieur aux Chantiers Bocker & Cie à Revel sous le Second Empire ; maintenu en sursis à la demande du ministère impérial de la Marine sans indication de durée. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24.

Brusati, Victor ● Médecin à Moscou ; mobilisé en 1914, ne répondit pas à l’appel et déclaré insoumis. ● MAE, Nantes, 598PO/2/542.

Budelot, Gaston ● Né à Paris le 9 mars 1873 [probablement fils d’Eugène Émile Budelot (né à Paris le 24 avril ; mort le 24 août 1882), vétérinaire militaire, chevalier de la Légion d’honneur (31 mai 1871), et petit-fils de Simon Nicolas Budelot et d’Emma Labart (Arch. nat., LH/388/43)]. ●Licencié en sciences naturelles ; conférencier agricole de l’Association philomathique (1904-1912), ayant étudié les races bovine, ovine et caprine ; parti en voyage en Russie en 1905 pour poursuivre les études d’ordre économique qu’il avait entreprises en 1904, il se rendit à Boukhara pour le compte de MM. Révillon frère (1905), et demanda autorisation de se rendre au Turkestan. ●Décoré des palmes d’académie et chevalier du Mérite agricole. ●Arch. nat., LH/388/43 ; MAE, Nantes, 598PO/2/585. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 347.

Bugeaud de La Piconnerie, Jean Ambroise Charles, duc d’Isly ● Né à Excideuil (Charente) le 19 décembre 1834 [fils de Thomas Robert Bugeaud de La Piconnerie, duc d’Isly, dit le père Bugeaud (né à Limoges, Haute-Vienne, le 15 octobre 1784 ; mort à Paris le 10 juin 1849), maréchal de France (31 juillet 1843), gouverneur général de l’Algérie française (22 février 1841), et d’Élisabeth Jouffre de Lafaye (née en 1799 ; morte en 1874), mariés le 30 mars 1818] ; marié le 24 avril 1860 à Marie Valentine Calley Saint-Paul de Sinçay (née en 1838 ; morte en 1916) [fille d’Adrien Charles Calley Saint-Paul de Sinçay (1808-1873), banquier, et de Joséphine Éléonore Gay-Lussac (née en 1811 ; morte en 1891)] ; mort à Paris le 26 octobre 1868. ● Consul. Lieutenant de chasseurs dans la garde impériale ; conseiller général de la Dordogne ; consul à Tiflis (1866-1868). ● Annuaire diplomatique, 1866-1868 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, cartons, n° 680. Geneanet, Essai de généalogie par Alain Garric,.

Bureau, Ferdinand (vers 1820-1893) ● Né vers 1820 [parenté non identifiée ; personnage peut-être lié à la famille du photographe Stanislas Bureau (1806-1888), né en 1806 à Angerville (Essonne), ainsi qu’à ses fils, nés dans les années 1830 à Vendôme (Loir-et-Cher), Victor Stanislas Bureau (né en 1833), Palmyre Stanislas dit Léon Bureau (né en 1838)] ; il épousa à Moscou (Russie), vers 1866, Xaverine Henriette Octavie de Saint Clair [fille d’un colonel militaire de carrière d’origine écossaise] ; mort en 1893 ● Photographe ● Il s’établit en Russie au début des années 1860 ; fin observateur de la vie quotidienne, il réalisa en particulier un album sous forme de reportage photographique publié entre 1859 et 1861 dans lequel il s’attachait à immortaliser la ligne de chemin de fer reliant Moscou à Nijni-Novgorod ; il produisit également un brillant témoignage sous forme de vues stéréoscopiques documentant quelques aspects de la vie quotidienne en Russie sous le règne d’Alexandre II (portraits, paysages, scènes de genre, chroniques de la vie familiale, etc.) ; il pratiquait le négatif-verre et le tirage sur papier salé recouvert d’une fine couche d’albumine. ● La Bibliothèque nationale de France conserve un album de douze photographies coloriées de Moscou, cet album est honoré d’une récompense par l’impératrice Maria Alexandrovna. http://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&query=%28dc.creator%20all%20%22Bureau%2C%20Ferdinand%22%20or%20dc.contributor%20all%20%22Bureau%2C%20Ferdinand%22%20%29%20and%20dc.creator%20all%20%22bureau%20%2C%20ferdinand%20.%20photographe%22&rk=85837 ; 2 ● Marc Durand et Armelle Le Goff.

Burgraff, Louis Frédéric de ● Né à Auch (Gers), rue des Jacobins, le 11 septembre 1817 [fils de Jean Frédéric de Burgraff (né à Strasbourg, Bas-Rhin, le 13 février 1778 ; mort à Maisoncelles-en-Brie, Seine-et-Marne, le 22 janvier 1855, inhumé au Père-Lachaise), lieutenant-colonel de dragons de l’Hérault, chevalier (14 juin 1804) et officier (1er mars 1815) de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, et de Marie Victorine Bayard, mariés le 4 décembre 1811 ; petit-fils au paternel de Jean Burgraff, négociant, et de Madeleine Pressler] ; marié en mai 1854 à Charlotte Alix de Maupas (morte en janvier 1895) [fille de Pierre Jacques Marie de Maupas et de Marie Charlotte Antoinette Zoé Tarteron de Montiers], dont trois enfants ; mort le 9 juin 1884. ● Consul à Moscou (1863-1868) ; consul à Dublin ; consul à Smyrne ; chevalier (16 juin 1856), puis officier (9 mai 1874) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/395/4, LH/395/5 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, cartons n° 689 ; Annuaire diplomatique, 1863-1868. Geneanet, Base collaborative Pierfit ;.

Butet, Antoine Amédée, chevalier de ● Né à Versailles (Yvelines) le 4 mars 1760, baptisé à Notre-Dame le 5 [fils de François Alexandre Butet (né à Paris, Saint-Sulpice, le 16 octobre 1722 ; mort après 1793), commis de la marine au bureau des consulats de 1743 au 28 février 1793, et d’Anne Catherine Jolly (morte en 1771), mariés à Versailles, Notre-Dame, le 13 février 1754 ; petit-fils au paternel de Pierre François Butet (mort au Havre le 2 avril 1757 dans un incendie), écrivain de la marine, et de Jeanne Quétier, et au maternel d’Antoine Alexandre Jolly, perruquier privilégié, et de Catherine Louise Jacquelin] ; marié à Coron, Morée, le 19 juin 1787 à Marie Cécile Victoire Taitbout de Marigny (née à Naples) [fille de Victor Taitbout de Marigny (né à Paris en 1732 ; mort à Caffa, Crimée, en 1806), consul de France, et de Cécile Nicole Boin (née à Lyon ; morte à Naples en 1766), dont il eut : Jeanne Alexandrine Cécile Olympe de Butet (née à Alexandrie le 4 août 1788) ; Élisabeth Louise de Butet (baptisée à Alexandrie le 13 mars 1791, Madame Guillaume ; Adèle Marie Aimée de Butet, mariée en 1833 à Étienne Claude de Malivoire (né à Versailles en octobre 1767 ; mort le 6 septembre 1840), jeune de langue, drogman puis consul ; Amédée de Butet (mort vers 1840) ; mort à Paris, 38, rue Caumartin, le 24 mai 1833. ● Consul. Lieutenant d’infanterie ; vice-consul à Coron (brevet du 28 janvier 1779) ; vice-consul à Rosette (brevet du 27 août 1787), gérant le consulat d’Alexandrie du 17 mai 1789 à 1793 ; émigré en août 1793, venu à Constantinople où il assista Chalgrin, agent des princes ; chargé des officiers du Roi à Constantinople (1797), il ne semble pas avoir été fait prisonnier en 1798 ; il passa ensuite au service de la Russie et fut nommé en 1802 conseiller de Cour, attaché au collège des Affaires étrangères, demeurant à Saint-Pétersbourg ; nommé consul à Malte (15 décembre 1815) ; mis en disponibilité le 2 août 1826. Chevalier de la Légion d’honneur (1er mai 1821). Il écrivit des Mémoires (inédits), dans lesquels il décrivit toute l’activité du peintre, dessinateur et architecte, Antoine Ignace Melling, qui édifia le palais de Hadidgé Sultane, sœur de Sélim III, à Defterdar Burnou, dans le village d’Ortakeuï. ● Arch. nat., LH/397/122. Auguste Boppe, Les Peintres du Bosphore… (1989), p. 234 ; Anne Mézin, Les consuls de France…, p. 173-174.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search