C

Cabantous, Alexandre ● Ingénieur civil, arrivé en Russie vers 1844, employé par Zénon Golowinski dans sa fabrique au domaine de Stebev ou Stebov, bourg situé dans le district de Kanev, gouvernement de Kiev, chez le propriétaire Zénon Golowinski. ● MAE, Nantes, 598PO/2/281.

Cadesnius ● Agent consulaire à Kotka et Fredrikshamn, Finlande (1884-1901). ● Annuaire diplomatique, 1884-1901.

Cahen, Armand ● Comptable-interprète de la société des Tramways et éclairages électriques de Vladicaucase, présent en Russie en 1902. ● MAE, Nantes, 598PO/2/63, doss. 407.

Cahen, Gaston Samuel (1877-1944) ● Né à Versailles (Yvelines) le 2 février 1877 ; [fils de Merville Cahen, capitaine, et de Maria Neumark] ; marié à Épinal (Vosges) à Margueritte Lazard (née en 1893), institutrice, dont Pierre-Louis Cahen (né vers 1921), engagé alors dans la Résistance, dans un maquis près de Toulouse ; arrêté avec son épouse à Beauvais le 5 janvier 1944 dans le cadre d’une rafle de cinquante et un « juifs » en Picardie ; internés à Drancy ; déportés vers Auschwitz par le convoi n° 66 du 20 janvier 1944 ; leur mort, certainement par gazage, est enregistrée le 25 janvier 1944. ● Historien. Libre-penseur et socialiste. Licencié ès lettres ; diplômé de l’École des hautes études et des langues orientales en chinois et en russe ; pensionnaire de l’École française d’Extrême-Orient pour un an (1905) ; rapatrié pour raison de santé après quatre mois de séjour en Indochine ; professeur de lettres ; directeur-fondateur de l’Institut français de Sofia ; professeur au lycée de Beauvais (1926) ; mis à la retraite anticipée pour cause de cécité (1934) ; auteur de nombreux articles dans des revues et journaux progressistes comme la Grande Revue. Spécialiste des relations de la Russie et de la Chine au xviiie siècle, il obtint sur la recommandation de Paul Boyer une mission scientifique dans les bibliothèques et collections de l’Empire russe pour ses études sur les relations de la Russie et de la Chine au xviiie siècle (1901) ; il découvrit en particulier aux archives des Affaires étrangères des documents sur la caravane russe à Pékin en 1727 et réunit de nombreux matériaux nécessaires à ses thèses de doctorat ; il poursuit ses recherches à son retour en France et joignit à son rapport final trois photographies de cartes manuscrites ayant servi de base aux traités de Kiakhta fixant la frontière entre la Sibérie russe et les territoires Qing de Mongolie et de Mandchourie signé en 1727 entre la Russie et la Chine (1909) ; ses thèses ont été publiées : Les Relations de la Russie avec la Chine et les peuplades limitrophes à la fin du xviie siècle et dans le premier quart du xviiie (Nogent-le-Rotrou, impr. de Daupeley-Gouverneur, 1907 ; extrait de la Revue historique, tome XCIV, année 1907) ; Les cartes de la Sibérie au xviiie siècle, essai de bibliographie critique (Paris, Imprimerie nationale, 1911) ; Histoire des relations de la Russie avec la Chine sous Pierre le Grand (1689-1730) ; Le Livre de comptes de la caravane russe à Pékin en 1727-1728, texte, traduction, commentaire. Thèse pour le doctorat ès-lettres, présentée à la Faculté des lettres de l’Université de Paris (Paris, F. Alcan, 1911) ; Deux ambassades chinoises en Russie au commencement du xviiie siècle (Paris, impr. de Daupeley-Gouverneur, 1920 ; extrait de la Revue Historique, t. CXXXIII). ● Arch. nat. : F/17/24291 (dossier de carrière) ; AJ/16/995 (dossier administratif) ; F/17/17269 (dossier de mission). Armelle Le Goff. « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe ». Notice Armelle Le Goff.

Caillet, Ferdinand Louis Félix ● Né à Tournai-sur-Dive (Orne) le 3 décembre 1818 ; marié à une demoiselle Cheylus [fille de Louis Cheylus (vivant en 1875)] ; père de Ferdinand, Charles, Henri et Albert Caillet (vivants en 1875) ; mort à Paris, 9, rue Tronchet, le 3 décembre 1875. ● Ingénieur civil ; parti en Russie avec un passeport délivré à Paris le 3 mai 1862, pour se rendre à Saint-Pétersbourg et Moscou ; directeur d’ateliers de construction à Fives (Nord) en 1867. ● Chevalier de l’ordre d’Isabelle la catholique ; chevalier de la Légion d’honneur (7 septembre 1867). ● Arch. nat., LH/406/61 ; MAE, Nantes, 598PO/2/413.

Calle, Antoine Claude Jean ● Ingénieur civil au service de la Russie, parti en Belgique, Angleterre, Hambourg et Saint-Pétersbourg, avec un passeport délivré le 7 juin 1838. ● MAE, Nantes, 598PO/2/5.

Calley de Saint-Paul de Sinçay, Alfred Edgar ● Né à Angleur le 29 août 1858 [fils de Louis Alexandre Calley de Saint-Paul de Siçay (né à Paris le 2 juillet 1815 ; mort à Angleur le 28 juillet 1890), administrateur directeur général de la Société de la Vieille-Montagne] ; mort à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), 63, boulevard Victor Hugo, le 8 mai 1935, demeurant alors 46, rue Bassano, Paris VIIIe arrondissement. ● Ingénieur civil de l’École des mines de Liège ; administrateur de la Société anonyme des mines et fonderies de zinc de la Vieille Montagne ; coadministrateur délégué de la Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale ; administrateur de plusieurs sociétés après 1918. ● Chevalier de la Légion d’honneur (30 décembre 1925). ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à 1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 127, 144.

Calmann-Lévy, Gaston Michel (1864-1948) ● Né à Paris, Ier arrondissement, le 11 décembre 1864 [fils de Kalmus dit « Calmann Lévy » (1819-1891), éditeur, et de Pauline Lévy] ; marié à Paris le 15 février 1899 avec Hélène de Koenigswarter (1876-1922), dont : Nicole Calmann-Lévy ; Robert Calmann-Lévy (1899-1982) ; Pierre Calmann-Lévy ; divorcé le 14 janvier 1920 ; mort le 28 juin 1948. Juif, interné en 1940 ● Éditeur. Il obtint une autorisation du ministère des Affaires étrangères pour voyager dans un but scientifique mais sans fouilles archéologiques dans le Caucase et en Transcaspie, jusqu’à Tachkent (19 juillet 1890) ; arrivé à Saint Pétersbourg (16 août 1890) puis à Tiflis (19 août 1890) ; pas de renseignements sur la suite de son voyage. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : LH 19800035/60/7385 (dossier de Légion d’honneur) ; MAE, Nantes, 598PO/2/60, doss. 257. Notice Armelle Le Goff.

Calmann-Lévy, Gaston Michel ● D’une famille originaire de Phalsbourg en Moselle. Né à Paris le 31 décembre 1864 [fils de Kalmus dit Calmann Lévy (1819-1891) et de Pauline Lévy (1825-1908)] ; marié à Paris le 14 mai 1895 à Helena de Koenigswarter (1873-1922) [fille de Jules Louis Maximilian de Koenigswarter (1844-1919) et d’Angelika Francheti (1849-1936), dont il eut : Germaine Nicola Angelica Calmann-Lévy (1896-1977), Madame Albert Émile Jose Oulman ; Robert Paul Michel Calmann-Lévy (1899-1982), éditeur ; mort le 28 juin 1948. ● Voyageur. Ayant reçu une autorisation du gouvernement français pour un voyage à but scientifique dans le Caucase (sans fouilles archéologiques dans le Caucase et en Transcaspie (jusqu’à Tachkent), accordée le 19 juillet 1890 par le ministère des Affaires étrangères ; arrivé le 16 août 1890 à Saint Pétersbourg et le 19 août 1890 à Tiflis ; cité comme commissaire de 2e classe auxiliaire, chargé du chiffre, et interprète de la marine en 1918 ; demeurant 94, avenue d’Iéna, Paris XVIe en 1941. ● Chevalier de la Légion d’honneur (23 décembre 1918). ● Arch. nat., LH, 19800035/0060/7385 ; MAE, Nantes, 598PO/2/60, doss. 257. Geneanet, généalogie arielc1.

Cambay, Paul ● Ingénieur des mines, il se rendit en Russie, en passant par la Grande-Bretagne, pour se mettre au service de la société minière d’Ekaterinowska ; mobilisé comme sous-lieutenant en 1914, attaché à la 4e brigade russe. ● MAE, Nantes, 598PO/2/542.

Camena d’Almeida, Pierre Joseph (1865-1943) ● Né à Saint-Félix-de-Sorgues (Aveyron) le 14 juin 1865 [fils d’Émile Camena, employé au chemin de fer et de Marie Nathalie Durand] ; marié à Toulouse (Haute-Garonne) le 16 avril 1898 avec Marie Louise Amélie Beatrix Dupuy, dont : Jean Henry Camena d’Almeida (né le 8 avril 1901) et Lucien Camena d’Almeida ; mort au Fousseret (Haute-Garonne) le 25 septembre 1943 ● Géographe. ● Études au lycée de Bordeaux puis au lycée Henri IV ; admis à l’École normale supérieure (1883-1886) ; agrégé d’histoire-géographie (1886) ; doctorat d’État (1891) ; professeur au lycée de Bayonne (1886-1887), de Poitiers (1887-1888) ; maître de conférences puis professeur de géographie à l’université de Caen (1889-1895) ; professeur à l’université de Bordeaux (1899-1935). ● Envoyé en mission scientifique du ministère de l’Instruction publique en Russie du Nord pour des études de géographie physique (1894) ; en mission scientifique en Sibérie occidentale et au Turkestan pour y poursuivre des recherches de géographie physique et économique (1910-1911) ; il a énormément œuvré pour la connaissance de la géographie de la Russie ; parlant parfaitement russe, il se créa très vite des réseaux sur place et il fut reçu au sein de la Société impériale de géographie ; il collabora aux Annales de géographie et à de nombreuses revues en France comme en Russie . ● Auteur de : L’Armée russe, d’après les photographies instantanées exécutées par MM. de Jongh frères…texte et notices historiques par MM. P. Camena d’Almeida et F. de Jongh, Paris, impr.de Lemercier, 1896 ; Rapport sur une mission en Sibérie et au Turkestan, 1910 ; États de la Baltique. Russie (Paris, Hachette, Géographie universelle publiée sous la direction de Paul Vidal de La Blache et Lucien Gallois, t. 5, 1932). ● Arch. nat. : F/17/24435 (dossier de carrière) ; F/172944 et F/17/17269 (dossiers de mission ; 19800035/725/82401 (dossier de Légion d’honneur). Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale ; Armelle Le Goff « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe » ; Dictionnaire biographique de géographes français du xxe siècle, aujourd’hui disparus. Notice Armelle Le Goff.

Camuset, Alphonse ● Né à Lons-le-Saunier (Jura) en 1829. ● Ingénieur civil, il se rendit en Russie, avec un passeport délivré le 8 février 1837. ● MAE, Nantes, 598PO/2/5.

Capdeville, Jean Henri Albert ● Né à Layrac (Lot et Garonne) le 13 septembre 1874 [fils d’Antoine Capdeville (né en 1844), propriétaire à Layrac, et de Françoise Marie Bousquet (née en 1854)] ; mort à Paris XIVe arrondissement, 120, boulevard du Montparnasse, le 15 septembre 1959. ● Ingénieur des arts et manufactures ; parti en Russie avec un passeport délivré le 18 octobre 1902 pour une mission militaire et économique au Turkestan, à la demande du ministère français des Affaires étrangères ; affecté au 28e régiment d’infanterie territoriale (1914) ; sous-lieutenant (4 mars 1916) ; ingénieur à la Société des Rizières du Pacifique à Binh Dong Cholon, Cochinchine (1924) ; parti en mission en Russie le 15 décembre 1916, directeur de la société des tramways et éclairages électriques de Vladicaucase, il rédigea un rapport dans lequel il proposait des analyses de l’évolution du bolchevisme en Russie et au Turkestan ; revenu en France le 13 mai 1920 ; sous-lieutenant d’infanterie territoriale, à l’inspection des forges de Paris en 1924. ● Chevalier de la Légion d’honneur (3 juillet 1924). ● Arch. nat., LH, 19800035/0301/40467 ; MAE, Nantes, 598PO/2/68, 598PO/2/141, 598PO/2/354. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 406.

Capus, Jean Guillaume (1857-1931) ● Né à Esch-sur-Alzette (Luxembourg) le 25 août 1857 [fils d’André Capus, receveur de l’enregistrement, et Élise Schneider son épouse] ; marié à Hanoï (Tonkin) le 19 février 1908 à Sophie Marquet ; mort à Boulogne-sur- Mer (Pas-de-Calais) le 27 avril 1931 ; non croyant : enterrement civil. ● Naturaliste. Il fit à Paris des études de sciences naturelles et de botanique ; élève au Muséum d’histoire naturelle du professeur Decaisne et de Julien Vesque ; doctorat ès sciences à la Sorbonne (1875) ; naturalisé français (1882) ; professeur d’histoire naturelle à Paris jusqu’en 1885 ; il effectua plusieurs missions scientifiques pour le ministère de l’Instruction publique (1880-1887) ; il fit deux voyages d’études en Bosnie et dans l’Herzégovine, envoyé en mission par le ministère de l’Instruction publique (1895) ; appelé par Paul Doumer, gouverneur de l’Indochine, nommé directeur de l’agriculture, des forêts et du commerce en Indochine (1897) ; responsable de la direction du commerce en Afrique et enseignant à l’École coloniale ainsi qu’à l’Institut national d’agronomie coloniale à Nogent-sur-Marne (1907). ● Il effectua plusieurs missions scientifiques dans l’empire russe ; lors de la première mission, il visita la Sibérie occidentale et le Turkestan russe en compagnie de G. Bonvallot (1880-1882) ; il se rendit au Turkestan avec Bonvallot et le peintre Pépin (1886-1887) pour sa seconde mission ; il parcourut la Sibérie occidentale, le Turkestan, la Boukharie et la région de l’Amou-Daria (1907) ● Auteur de : « Souvenirs de voyage. 1886-1887 », L’Asie française, s.d. (16 fol.) ; À travers le Royaume de Tamerlan (Asie centrale). ; Voyage dans la Sibérie occidentale, le Turkestan, la Boukharie, aux bords de l’Amou-Daria, à Khiva, et dans l’Oust-Ourt (Paris, A. Hennuyer, 1892). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/2944 (dossier de missions) ; F/17/22777 (dossier de carrière) ; LH/423/12 (dossier de Légion d’honneur). Paul Gerbod, « D’une révolution à l’autre : les Français en Russie de 1789 à 1917 ». Notice Armelle Le Goff.

Caraffe, Armand Charles ● Né à Paris en 1762 ; mort à Paris le 18 août 1822. ● Peintre et dessinateur. Élève de Louis Lagrenée (1725-1805), puis de Jacques Louis David, titulaire d’un prix à l’Académie royale de peinture et de sculpture (1780), Caraffe débuta au salon de la Correspondance en 1783 ; ayant sans succès tenté de remporter le grand prix de Rome en 1784 et 1785, il partit pour Rome à ses frais et remplaça Drouais, qui venait de mourir, comme pensionnaire de l’Académie de France, d’avril à septembre 1788, puis repartit sans prévenir son directeur, Ménageot, qui se plaignit que « de son chef et sans lui en rien dire », il eût entrepris « un voyage de cette importance » ; il se rendit à Naples, en Calabre, en Sicile, en Grèce où le vice-consul Gaspary signala son arrivée à Athènes par une lettre à son ministre le 11 février 1789 en compagnie d’un capitaine de cavalerie, le comte de Domangeville, et pour finir séjourna à Constantinople ; de retour à Paris au début de la Révolution, il la soutint avec ardeur ; en 1792, une société populaire fut fondée à Constantinople, Caraffe, qui connaissait certains de ses membres, voulut obtenir pour eux l’affiliation à la société des Jacobins ; sur sa proposition, le club de Péra fut admis à correspondre avec la société mère ; mais à l’une des séances suivantes, on jugea nécessaire de reprendre la question, car il fallait éviter une rupture avec la Porte et, en dépit de l’insistance de Caraffe, l’affiliation fut refusée par Paris, et le n° 180 du Moniteur universel publia le 20 mars 1794 la lettre adressée à la société des Jacobins par les citoyens composant la société populaire de Péra pour annoncer la dissolution de leur club. Resté jacobin après le 9 thermidor, Caraffe fut emprisonné en 1794. Libéré au bout de quelques mois, il prit part au Salon dès 1795 et y réapparut régulièrement jusqu’en 1802, notamment des sujets antiques et orientaux, faits à la suite de son voyage en Turquie et destinés à illustrer un ouvrage sur les mœurs des peuples de l’Orient : en 1796, il exposa trois dessins d’Orient dont Extérieur d’un café turc, en 1799, treize dessins parmi lesquels : Tournois turcs, Turc à cheval, Voitures de Turcs à Constantinople, en 1800, dix autres dessins orientaux et enfin en 1802 dix dessins dont le Portrait de Sélim III, Des Femmes cultivant des fleurs sur les tombeaux, intérieur d’un harem, qui furent publiés dans l’Atlas pour servir au voyage dans l’Empire ottoman, l’Égypte et la Perse de G. A. Olivier (Paris, 1801) ; il résidait alors à Paris, 19 rue du Théâtre Français. En 1802, il fut appelé par la cour de Russie où il passa une dizaine d’années. « MM. de Blancmesnil, de Montesquiou et Séguier s’étaient mis en route pour visiter la Russie, y faire des observations, en dessiner les vues, les costumes des habitants, et en décrire les mœurs. À entendre M. de Blancmesnil, ils allaient faire un voyage pittoresque qui porterait leur nom à la postérité. Ils avaient, à cet effet emmené avec eux M. Caraffe, homme très remarquable par son esprit et son grand talent de dessinateur. Cet artiste estimable avait déjà beaucoup voyagé et il avait rapporté de l’Orient qu’il avait parcouru, une collection de dessins du plus grand prix… » (Alexandre Duval, Œuvres complètes, Bruxelles, 1825, vol. 11, p. 87). Le séjour de Caraffe à Saint-Pétersbourg s’inscrivit dans ce mouvement d’artistes qui se développa à Saint-Pétersbourg pendant l’ambassade Hédouville. Reimers écrivit à son sujet en 1807 : « Caraffe, Français, est au service de la Cour et placé à l’Hermitage comme peintre d’histoire… Il a acquis de la réputation comme excellent dessinateur. On voit à l’Hermitage un de ses tableaux, qu’il a vendu peu de temps après son arrivée à Saint-Petersbourg à S. M. l’Empereur, de même qu’un de ses dessins ». À son retour à Paris en 1811, on perdit la trace de Caraffe. ● La Bibliothèque Gennadius, American School of Classical Studies at Athens, conserve une série de dessins de Caraffe, BA 1025, dont les Danseuses devant des Turcs (dessin, encre de chine, 15 x 20,5 cm, Gennadius Library, BA 1025) ; Mariage grec (dessin, encre de chine, 15 x 20,5 cm, Gennadius Library, BA 1025) ; Procession de janissaires (dessin, encre de Chine, 22,5 x 35 cm, ill. catalogue d’exposition Magie du Bosphore ou le rêve d’Orient, p. 85). ● AE/B/I/174, CC Athènes, fol. 177. Irini Apostolou, L’orientalisme des voyageurs français au 18e siècle, une iconographie de l’Orient méditerranéen ; Auguste Boppe, Les Peintres du Bosphore au 18e siècle ; DBF, t. 7, col. 1098 ; Correspondance des directeurs de l’académie de France à Rome avec les surintendants des bâtiments, t. XV, p. 245, 283, 295, 299-300, 307, 310 ; Paul Gerbaud, « D’une révolution l’autre : les Français en Russie de 1789 à 1917 » ; Jean-François Heim, Claire Béraud, Philippe Heim, Les Salons de peinture de la Révolution française (1789-1799), p. 159-160 ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917) ; Magie du Bosphore ou le rêve d’Orient, p. 85 ; Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français moderne, le monde slave et l’Orient ; Heinrich Christoph von Reimers, St. Petersburg am Ende seines ersten Jahrhunderts…

Caran d’Ache, voir Poiré

Carbonnier d’Arsit de Gragnac, Louis Barthélemy de ● Né en 1770 ; mort en 1836. ● Ingénieur hydraulicien, au service de la Couronne impériale ; général du Corps des ingénieurs des voies de communication ; membre du Corps des ingénieurs des constructions maritimes ; membre cercle d’Augustin Bettancourt ; franc-maçon, membre fondateur de la loge Les Amis Réunis créée le 10 juin 1802. ● Membre honoraire de l’Académie des sciences de Russie et de plusieurs universités. ● RGIA et RGVIA. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 101-138. Notes Dimitri et Irina Gouzévitch.

Carême, Marie Antoine, dit Antonin ● Né à Paris le 8 juin 1784 ; marié vers 1808 à Henriette Sophie Mahy de Chitenay (née vers 1780 ; morte vers 1852) [fille de Mahy de Chitenay, officier de marine] ; mort à Paris, rue Neuve-Saint-Roch, le 12 janvier 1833, inhumé au cimetière de Montmartre. ● Premier cuisinier qui porta le titre de « chef ». Abandonné par ses parents en 1792 à l’une des barrières de Paris, il fut d’abord employé comme garçon de cuisine chez un cabaretier parisien ; apprenti chez le pâtissier Sylvain Bailly, rue Vivienne à Paris (1797) ; premier tourier sous les ordres de Jean Avice, pâtissier à l’hôtel de Galliffet pour Talleyrand, ministre des Relations extérieures (1801), il ouvrit peu après une pâtisserie, rue de la Paix, qu’il conserva jusqu’en 1813, et se rendit célèbre par ses pièces montées inspirées de l’architecture de l’Antiquité, qu’il exposait dans la vitrine de la boutique, ce qui lui permit de devenir le fournisseur des tables du Premier consul Bonaparte et de Talleyrand ; après la chute de Napoléon en 1815, il se rendit à Londres, séjourna brièvement à Saint-Pétersbourg, puis à Vienne où il se fit connaître de l’Europe entière lors du congrès de Vienne comme cuisinier du représentant français Talleyrand, puis comme cuisinier en 1821 du lord Charles Stewart ; de retour à Paris, il passa au service du banquier James de Rothschild. Il fut le premier à éditer un livre de cuisine indiquant la quantité des ingrédients à utiliser et le temps et les températures de cuisson, en plus de la recette proprement dite. ● Auteur d’une classification des sauces, il vulgarisa le port de la toque en cuisine. Auteur de : Le Pâtissier royal parisien (1815) ; Le Pâtissier pittoresque (1815) ; Le Maître d’hôtel français (1822) ; L’Art de la cuisine au xixe siècle ou traité élémentaire des bouillons en gras et en maigre, des essences, fumets, des potages français et étrangers, grosses pièces de poisson, des grandes et petites sauces, des ragoûts et des garnitures, grosses pièces de boucherie, de jambon, de volaille et de gibier, suivi des dissertations culinaires et gastronomiques utiles au progrès de cet art, achevé par Plumerey (1re éd., 1828 ; 2de éd., 1833, avec Plumerey) ; L’Art de la cuisine française au xixe siècle (auteur des trois premiers volumes, 5 vol., 1833-1834) ; La Cuisine ordinaire, édité par Beauvilliers (1848). ● Philippe Alexandre et Béatrix de L’Aulnois, Le Roi Carême ; notes Nicolas de La Bretèche.

Carl ● Chancelier au consulat de Riga (1867-1868). ● MAE, La Courneuve, Pers 1re série, cartons n° 749 ; Annuaire diplomatique, 1867-1868.

Carra de Vaux ● Consul à Tiflis (1882-1883). ● MAE, Pers 1re série cartons, 757.

Carraby, Calixte Antoine ● Né à Paris, 72, rue de la Madeleine, Ier arrondissement, le 7 décembre 1843 [fils de Calixte Carraby (mort en 1874), propriétaire, et de Marie Louise Ophélie Blanchard de La Bretesche (née vers 1820 ; morte en 1882) ; mort à Paris, XVIIe arrondissement, 114, avenue de Wagram, le 1er avril 1926. ● Banquier. Directeur du Crédit lyonnais à Saint-Pétersbourg puis administrateur du Comptoir national d’Escompte à Paris (1903). Chevalier (23 janvier 1890) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/432/91 ; MAE, Nantes, 598PO/2/413.

Casenave ● Militaire ; parti avec le comte Armand Pierre de Cholet au Turkestan en 1887-1888. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 161.

Cassas, Eugène Auguste ● Né à Rome (Italie) le 10 juin 1845 [fils de Charles Hippolyte Cassas (né à Paris en février 1800), artiste peintre, et d’Eugénie Costé (née vers 1815), mariés à Paris le 22 juillet 1735 ; petit-fils du peintre orientaliste Louis-François Cassas (né à Azay-le-Ferron, Indre, le 3 juin 1756-1827 ; mort à Versailles, Yvelines, 22, rue de l’Orangerie, le 2 novembre 1827), et de Maria Serafina Corsetti (1769-1825), mariés à Rome par contrat chez A. C. Pellegrini le 26 décembre 1790 et à Sant’Andrea delle Fratte le 1er janvier 1791] ; mort le 18 août 1895. ● Consul de 1re classe à Odessa (19 mai 1887-1892). Chevalier de la Légion d’honneur (6 juillet 1886). ● Arch. nat, LH/442/59 ; Annuaire diplomatique, 1887-1892. Anne Mézin, Catherine Vigne, Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, p. 158-161.

Cassas, Louis Auguste Armand ● Né à Paris le 25 août 1793 [fils du peintre orientaliste Louis-François Cassas (né à Azay-le-Ferron, Indre, le 3 juin 1756-1827 ; mort à Versailles, Yvelines, 22, rue de l’Orangerie, le 2 novembre 1827), et de Maria Serafina Corsetti (1769-1825), mariés à Rome par contrat chez A. C. Pellegrini le 26 décembre 1790 et à Sant’Andrea delle Fratte le 1er janvier 1791 ; petit-fils d’Honoré Cassas (mort à Meslay, Mayenne, en 1788), ingénieur architecte, et de Françoise Marie Blondeau, mariés à Tours, Indre-et-Loire, Saint-Symphorien, le 22 novembre 1746] ; marié le 4 mai 1835 à Eugénie Henriette Augusta Soulange-Bodin (1811-1880) ; mort en 1837. ● Vice-consul à Moscou (1823) ; vice-consul à Kronstadt (1826-1828). ● Annuaire diplomatique, 1823-1828. Anne Mézin, Catherine Vigne, Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, p. 158-161.

Castagné, Joseph Antoine ● Né à Gaillac (Tarn) le 26 novembre 1875 [fils de Jean Castagné (né en 1841), garde-barrière, et de Julie Plantade (née en 1840)] ; marié à la fille d’un colonel russe ; mort le 19 janvier 1958. ● Licencié ès lettres (1899) ; parti enseigner le français dans le Caucase russe à Pjatigorsk ; nationalisé russe (1902) ; vice-président de la commission scientifique des archives d’Orenbourg et conservateur du musée (1899-1920) ; ayant atteint le grade de conseiller, qui lui conféra la noblesse ; installé à Tachkent (1912) ; membre du Cercle turkistanais des Amateurs d’archéologie ; chargé d’une mission consulaire (1915), afin de veiller à la sécurité des prisonniers de guerre ; membre de la Commission pour la conservation des monuments historiques à Samarcande (1918) ; de retour en France (1920), engagé dans le Service de l’information et de la presse ; traductur au service d’études de la presse étrangère au ministère des Affaires étrangères en 1925, et demeurant 68, rue Lemercier à Paris, XVIIe arrondissement. ● Auteur de : Notes de voyage en Asie centrale (Rouen, L. Guy, 1908, 17 p.) ; Antiquités des steppes kirghizes et du pays d’Orenbourg (Orenbourg, impr. de Karimov, Khousaïnov et Cie, 1910,in-fol., XVIII-332 p., planches et carte) ; « Les Tamgas des Kirghizes » (Revue du monde musulman, vol. 47, octobre 1921, p. 28-59) ; Le Turkestan depuis la Révolution russe, 1917-1921 (Paris, E. Leroux, 1922, in-8°, 48 p., pl.) ; « Liste de ses explorations au Turkestan russe, 1910-1920 » (3 feuillets dactylographiées) et « La Vie scientifique au Turkestan de 1917 à 1922 », s.d. (27 feuillets) ; Les Basmatchis : le mouvement national des indigènes d’Asie centrale depuis la Révolution d’octobre 1917 jusqu’en octobre 1924 (Paris, E. Leroux, 1925, VIII-88 p.) ; Les Musulmans et la politique des Soviets en Asie centrale. Les Indes et l’Égypte vues de Russie (Paris, E. Leroux, 1925, 125 p.-[1] f. de dépl., carte) ; Le Congrès de Turkologie de Bakou (mars 1926) (Tours, impr. Arrault et Cie, et Paris, éditions Ernest Leroux, 28, rue Bonaparte, 1926 (15 octobre), in-8°, 90 p.) ; « Le droit coutumier familial des montagnards du Caucase et des tcherkesses en particulier » (Revue des études islamiques, c. 2, 1929, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, p. 246-275). ● Chevalier de la Légion d’honneur (23 septembre 1925). ● Arch. nat., LH, 19800035/0160/20547 ; BnF, Catalogue. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 314.

Castelbajac marquis Barthélemy Dominique Jacques de ● Né à Ricaud (Hautes-Pyrénées) le 12 juin 1787 [fils de Jean-Baptiste Gaston, marquis de Castelbajac (1753-1816), et de Louise Anne de Cazalès (1759-1842)] ; marié (1) en mai 1816 à Caroline de Mac Mahon (née vers 1797 ; morte en 1816) [fille de Jacques de Mac Mahon et de Pauline de Percin de Montgaillard], et (2) le 27 octobre ou 3 novembre 1824 à Blanche Sophie Charlotte de La Rochefoucauld (1799-1877) [fille de François de La Rochefoucauld (1765-1848) et de Marie Françoise de Tott (1770-1854)], dont il eut Gaston de Castelbajac (né vers 1830 ; mort en 1921) et Pauline de Castelbajac (1825-1902), mariée à Charles Oudinot, 3e duc de Reggio ; mort à Ricaud (Gers) le 3 avril 1864. ● Militaire et diplomate ; engagé dans l’armée en 1806, ayant participé aux campagnes de la Grande Armée en 1807, 1808, 1809, 1812-1814 ; maréchal de camp titulaire (29 octobre 1826) ; inspecteur de cavalerie (1841-1847) ; envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de France en Russie (décembre 1849-1854) ; sénateur (1856) ; président du conseil général du Gers. ● Chevalier (15 décembre 1808), officier (4 décembre 1813), commandeur (14 juin 1820) et grand officier (22 avril 1847) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/445/51 ; MAE, PA/AP 45. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 76.

Castelnau, baron puis marquis d’Auros, Gabriel de ● Né en 1757 [fils de Pierre de Castelnau, baron d’Auros (mort en 1789), et d’Anne de Bouquier d’Auros] ; célibataire ; mort en 1826. ● Conseiller au parlement de Bordeaux (1780) ; secrétaire de la noblesse de la sénéchaussée de Bazas (1789) ; émigré dès 1791, arrivé en Russie en 1797, venu à Saint-Pétersbourg, secrétaire « intime » de Paul Ier ; installé à Odessa en 1803, où il aurait été éleveur de moutons. ● Chargé par le duc de Richelieu d’écrire l’histoire d’Odessa et auteur de : Essai sur l’histoire ancienne et moderne de la Nouvelle Russie. Statistique des provinces qui la composent. Fondation d’Odessa; ses progrès, son état actuel; détails sur son commerce. Voyage en Crimée, dans l’intérêt de l’agriculture et du commerce (Paris, Rey et Gravier, 1820, 3 volumes) ; revenu en France avec le duc de Richelieu en 1815. ● Chaix d’Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables…, t. 9, p. 19 ; Pierre Coudroy de Lille, « Un émigré du Bazadais en Russie, Gabriel de Castelnau, baron d’Auros », conférence du 13 novembre 2003, Société des Bibliophiles de Guyenne, Actes, année 2004, p. 65-66. Notes Elena Polevchtchikova.

Castillon ● Agent consulaire à Kertch (1896-1901). ● Probablement Jean Marie Eugène de Castillon de Saint-Victor (né à Beaumont, Tarn-et-Garonne, le 28 décembre 1835, fils de Louis Edmond Victorien de Castillon-de Saint-Victor (né en 1809), demeurant à Boutenac, Aude, et d’Antoine Françoise Zoé Villiers des Ondes de Giron ; marié à Caroline Philomène Marie Stampa (née en 1838), dont il eut Odon de Castillon de Saint-Victor (1870-1949) ; mort à Milan, Italie, le 10 août 1894 ; chancelier de 1re classe près le consulat de France à Lisbonne en 1880 ; chevalier de la Légion d’honneur (12 juillet 1880). ● Arch. nat., LH/448/15 ; Annuaire diplomatique, 1896.

Castillon, Gustave Pierre Antoine, vicomte de ● Né à Altona (Danemark) le 18 janvier 1811 ; mort à Paris le 30 novembre 1869. ●Engagé comme surnuméraire au ministère des Affaires étrangères (1829) ; consul à Tiflis (1842), retiré pour raisons de santé en 1847, laissant une partie de sa famille en Russie méridionale après son départ ; consul à Elseneur, Varsovie, Newcastle, Belgrade ; chargé d’affaires à Tanger ; consul général (1858) ; mis à la retraite sur sa demande (1862). ● Chevalier (27 avril 1845), officier (14 août 1858) et commandeur (10 octobre 1862) de la Légion d’honneur. ●Arch. nat., LH/448/5. Annales maritimes et coloniales, vol. 32, 1857, p. 675 ; Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger » ; A. Bennigsen, « Un témoignage français sur Chamil et les guerres du Caucase », Cahiers du Monde russe et soviétique, VII-3, 1966, p. 311-322 ; Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 57.

Castillon, Léon ● Né à Lorgues (Var) le 6 avril 1826 [fils de Dominique Castillon (né en 1787), cordier, et d’Henriette Guigues] ; marié à Louise Élisabeth Simonin (morte avant 1908) ; mort à Marseille, 156, chemin de la Corniche, le 25 juin 1908. ● Industriel et négociant ; cité à Saint-Pétersbourg en 1877 ; président de la Société de secours mutuels des résidents français de Saint-Pétersbourg, en 1901. ● Décoré de l’ordre impérial de Sainte-Anne de 3e classe ; chevalier (1er janvier 1890), officier (1er août 1901) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/448/12 ; MAE, Nantes, 598PO/2/347.

Castillon, Louis Adrien (1855-1941) ● Né à Nans-les-Pins (Var) le 13 février 1855 [fils d’Antoine Castillon, instituteur public, et de Paule Françoise Paulian] ; marié en 1891 à Florence Marie Bouis (née à Moscou), dont cinq enfants : Henri Castillon ; Anne Marie Castillon ; Yvonne Castillon ; Marguerite Castillon ; Robert Castillon ; mort à Saint-Laurent-du-Var (Var) le 4 décembre 1941. ● Conducteur des ponts et chaussées (secteur construction). Il participa à divers chantiers de construction (pont métallique de la Tarde avec Eiffel, chemins de fer en Grèce ; écluses Eiffel du canal de Panama en 1889) ; il tenta d’exploitation d’un ranch au Nouveau Mexique ; promoteur et réalisateur du canal de la rive droite du Var (1905). ● Il travailla à l’usine de sucre de Trostianetz (gouvernement de Podolie, district de Brazlav, Russie) de 1886 à 1890 ; de nouveau autorisé à résider en Russie, selon une dépêche du ministère des Affaires étrangères à l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg, du 10 août 1891, pour travailler pour la société sucrière de Trostianetz Podolsk. ● Archives de la famille Giraud. MAE, Nantes, 598PO/2/260. Notice Olga Melnichenko.

Catoire-0 de Bioncourt, famille. Originaire de Lorraine, venue à Moscou en 1817. Les hommes Catoire étaient membres du Conseil de la paroisse catholique de Saint Louis des Français, à partir de 1855, et élus depuis 1859 à la direction des associations de bienfaisance françaises de Moscou. ● Famille Catoire de Bioncourt, © Copyright 2000 Catoire (catoiredebioncourt.free.fr/russie.htm).

Catoire-1 de Bioncourt, Jean-Baptiste Marie Auguste ● Né à Moyenvic (Moselle) le 14 octobre 1789 [fils de Jean-Baptiste Louis César Catoire de Bioncourt (né le 25 août 1757 ; mort à Paris le 9 octobre 1825), avocat au parlement de Metz, avocat du roi au bureau des finances de Metz (1786), directeur de la saline de Moyenic, administrateur général des salines de l’Est, et de Marie Andrée Germaine Vincent, marié en 1780] ; marié sans doute à Moscou le 19 février 1821 à Anne Julie Levé (née en Angleterre en 1789 ; morte à Moscou en 1873) [fille de Jean Levé, important négociant en vins], dont il eut : Charles Jean-Baptiste Catoire de Bioncourt (né à Moscou le 3/5 avril 1822) ; Jules Constantin Catoire de Bioncourt (né à Moscou en 1823 ; mort à Moscou le 15/27 décembre 1876) ; Aimé Léon Catoire de Bioncourt (né à Moscou le 3/15 janvier 1827 ; mort en 1899) ; Henri Auguste André Catoire de Bioncourt (né à Moscou le 22 juin 1829 ; mort à Assorino, près de Moscou, le 24 septembre 1887) ; Jean-Baptiste Marie Auguste Catoire de Bioncourt mourut à Moscou le 30 mai 1834 ; enterré avec son épouse et ses descendants au cimetière Vesdenskoïé. ● Chef d’entreprise ; émigré en 1817, naturalisé russe par décret du 4 mars 1825 ; faisant le commerce des vins (1817-1834) ; membre de la première guilde des marchands à Moscou (1825) ; en 1869, Madame Catoire de Bioncourt et ses fils créèrent la société commerciale « Veuve A. I. Catoire et Fils », sise au 8, boulevard Pétrovsky ; elle était propriétaire de plusieurs immeubles à Moscou, dont le n° 8 Boulevard Pétrovsky et n° 3 à 8 passage Krapivenski, faisant la vente en gros et en détail de vins étrangers, d’indigo, de thé, d’huile, de droguerie, de soieries ; reçue citoyenne d’honneur héréditaire (1860) ; intéressée avec ses fils dans les raffineries sucrières Ialgoukovsky, Borovsky, Skomorodaky et Mezenovsky dans le district de Podol, faisant partie des raffineries de la région de Kiev ; ayant acquis vers 1870 une briqueterie située à Verkhnié Kotly, district de Moscou (fondée vers 1825 ; devenue en 1995 la Société Anonyme de l’usine Kotelsky, 16, passage Electrolitéiny), qui fournit les briques utilisées pour la partie supérieure du Goum de Moscou et pour la construction du musée des Beaux-arts de Moscou. ● Arch. nat., BB/11/23 dossier 2633B.

Catoire-1.1 de Bioncourt, Charles Jean-Baptiste ● Né à Moscou le 3/15 avril 1822 [fils de Jean-Baptiste Marie Auguste Catoire de Bioncourt (1789-1834) et d’Anne Julie Levé (1789-1873), mariés le 19 février 1821] ; marié le 3/15 octobre 1843 à Cécile Depret [fille de Philippe Depret et d’Adélaïde Anne Riss], dont il eut plusieurs enfants ; mort après 1876. ● Fondateur en 1869 avec sa mère et son frère André de la société commerciale « Veuve A. I. Catoire et Fils », sise au 8, boulevard Pétrovsky ; directeur de la firme familiale à partir de 1870 ; président de la députation de Moscou (1870-1876), chargée de l’inspection générale du commerce et de l’industrie ; membre de la chambre de commerce et de la Société des Hypothèques de la Banque Nationale (1873).

Catoire-1.2 de Bioncourt, Jules Constantin ● Né à Moscou en 1823 [fils de Jean-Baptiste Marie Auguste Catoire de Bioncourt (1789-1834) et d’Anne Julie Levé (1789-1873), mariés le 19 février 1821] ; marié le 8-10 avril 1852 à Marie Louise Urbain [fille de Charles Urbain et de Caroline Riss], dont descendance ; mort à Moscou le 15/27 décembre 1876.

Catoire-1.3 de Bioncourt, Aimé Léon ● Né à Moscou le 3/15 janvier 1827 [fils de Jean-Baptiste Marie Auguste Catoire de Bioncourt (1789-1834) et d’Anne Julie Levé (1789-1873), mariés le 19 février 1821] ; marié le 26 novembre 1855 à Élisabeth Anne Sophie Levé [fille de Georges Thomas Levé et de Marie Forbes], dont il eut douze enfants, parmi lesquels : Georges Lvovitch Catoire (1861-1926), compositeur de musique ; Léon Lvovitch Catoire (1864-1922) ; André Henri Lvovitch Catoire (1865-1929) ; mort à Tarassoua en 1899. ● Directeur des entreprises Catoire à la suite de son frère Charles, à la fin des années 1870 ; directeur de la raffinerie sucrière commerciale de Moscou ; membre du Conseil de la Banque des Comptes de Moscou ; membre des comités des comptes et des crêts et cypothèques de la Banque d’État de Moscou (1877-1879) ; conseiller du conseil cunicipal (1877-1885) ; membre de la civision du conseil du commerce et de l’industrie de Moscou (1881) ; conseiller du commerce (1887) ; il s’occupa de faire construire pour sa famille une filature de soie dans le bourg Verkhnié Kotly, d’après les plans de l’architecte Kreine une filature de soie filature La Fileuse Rouge, devenue en I995 Krounit, Société anonyme, 3, rue Nagornaïa, Verkhnié Kotly). ● Chevalier de la Légion d’honneur (1881, sans dossier conservé) ; chevalier de Saint-Stanislas (1886).

Catoire-1.3.1, Georges Lvovitch ● Né à Moscou en 1861 [fils d’Aimé Léon Catoire de Bioncourt (1827-1899) et d’Élisabeth Anne Sophie Levé, mariés le 26 novembre 1855] ; marié, dont descendance Catoire, Messner ; mort à Moscou en 1926. ●Compositeur et musicologue ; professeur au conservatoire Tchaïkovski de Moscou (1917), il eut pour élève Dmitri B. Kabalevski. ●Auteur de trente œuvres musicales et d’ouvrages de musicologie, dont le Cours théorique d’harmonie (1924-1925) et de La Forme musicale (1934-1936).

Catoire-1.3.2, Léon Lvovitch ● Né à Moscou en 1864 [fils d’Aimé Léon Catoire de Bioncourt (1827-1899) et d’Élisabeth Anne Sophie Levé, mariés le 26 novembre 1855] ; mort à Paris en 1922. Membre du Conseil de la Banque des Comptes de Moscou ; directeur de la société A. Arabaki et Cie ; conseiller à la douma municipale de Moscou (1901-1918), il contribua au développement de l’enseignement général primaire dans Moscou ; président du conseil d’administration des établissements commerciaux Héritiers A. F. Dutfoy (l912) ; élu maire de Moscou (1913), son élection ne fut pas confirmée par le conseil des ministres car il était français et catholique ; venu en France lors de la révolution russe.

Catoire-1.3.3, André Henri Lvovitch ● Né à Moscou en 1865 [fils d’Aimé Léon Catoire de Bioncourt (1827-1899) et d’Élisabeth Anne Sophie Levé, mariés le 26 novembre 1855] ; mort à Moscou en 1929. ● Directeur de la raffinerie sucrière V. Hénert et Cie ; directeur de la Raffinerie sucrière commerciale de Moscou ; directeur de la compagnie d’assurances L’Ancre ou la Rohr ; membre de l’administration de la firme Vassili Perlov et Fils, vente en gros et en détail ; co-président au tribunal de Commerce (1901-1908, 1912-1917) ; membre du tribunal d’État de Moscou (1908-l916).

Catoire-1.4 de Bioncourt, Henri Auguste André ● Né à Moscou le 22 juin 1829 [fils de Jean-Baptiste Marie Auguste Catoire de Bioncourt (1789-1834) et d’Anne Julie Levé (1789-1873), mariés le 19 février 1821] ; marié le 27 avril 1862 à Marie Sophie Demoncy [fille d’Alexandre Demoncy et de Sophie Hirsch], dont il eut Alexandre Andreïevitch Catoire de Bioncourt ; mort à Assorino, près de Moscou, le 24 septembre 1887. ● Propriétaire terrien ; inventeur, ayant déposé des brevets sous le nom Catoire de Bioncourt. ● Chevalier du Saint-Sépulcre (1881) ; chevalier de Saint-Grégoire-le-Grand (1883).

Catoire-1.4.1 de Bioncourt, Alexandre Andréïévitch ● Fils d’Henri Auguste André Catoire de Bioncourt (né à Moscou le 22 juin 1829 ; mort à Assorino, près de Moscou, le 24 septembre 1887) et de Marie Sophie Demoncy, mariés le 27 avril 1862] ; marié à Gilonne Henriette d’Harcourt. ● Propriétaire terrien, ayant hérité de son père une fortune d’1,2 million de roubles ; membre de la noblesse héréditaire russe par oukase du tsar (1891) ; chasseur et collectionneur d’armes, ayant fait don au Musée national historique russe en 1909 de sa collection de 300 fusils et 200 pistolets ; membre bienfaiteur de la Société des Arts de Moscou (1900-1910). ● Almanach du Gotha, t. 3, p. 7.

Cauchois ● Inventeur avec Aristide de Seran d’un d’un procédé de cémentation des fers bruts et du cuivre cité en Russie en 1859-1860. ● MAE, Nantes, 598PO/2/449.

Caulaincourt, Armand Augustin Louis de, duc de Vicence ● Né à Caulaincourt (Aisne) le 9 décembre 1772 [fils de Gabriel Louis, comte de Caulaincourt, colonel au régiment de Péronne, chevalier de Saint-Louis, et d’Anne Joséphine de Barandier de La Chaussée d’Eu ; frère d’Auguste Jean Gabriel de Caulaincourt (né à Caulaincourt le 16 septembre 1777 ; tué d’un coup de boulet à la bataille de la Moskova le 7 septembre 1812), également aide de camp du général Aubert Dubayet (28 mars 1795)] ; marié à Adrienne Hervey Louise de Carbonne de Canisy, dont il eut : Armand Alexandre Joseph Adrien de Caulaincourt, 2e duc de Vicence, sénateur (1852), président du conseil général de la Somme ; Hervey Anne Olivier Henry Adrien de Caulaincourt (né à Paris le 23 mars 1819), engagé volontaire et élève à Saint-Cyr (1837), officier des chasseurs d’Afrique, démissionnaire (1843), engagé dans la Garde nationale (1848), colonel de la Garde nationale (1852), président du conseil général du Calvados (1859), commandeur de la Légion d’honneur (13 août 1861) ; mort à Paris le 19 février 1827. ● Officier de cavalerie et diplomate. Cavalier au 7e régiment (8 décembre 1788) ; sous-lieutenant de remplacement surnuméraire (7 juillet 1789) ; sous-lieutenant en pied (4 novembre 1789) ; aide de camp du général Caulaincourt (23 décembre 1791) ; officier d’état-major de la division du général Harville (20 mai 1792-juin 1793) ; capitaine (1792) ; volontaire au 17e bataillon de Paris (24 août 1793) ; incorporé dans le 1er bataillon de Paris, à Cambrai (novembre 1793) ; passé aux grenadiers, au 6e régiment de chasseurs (11 février 1794) ; brigadier (11 avril 1794) ; maréchal des logis (5 mai 1794) ; maréchal des logis en chef (20 mai 1794) ; réintégré capitaine dans les troupes à cheval et nommé aide de camp du général Aubert Dubayet (28 mars 1795) ; chef d’escadron au 8e régiment (26 décembre 1795) ; attaché à la légation française à Constantinople et passé en Turquie avec le général Aubert Dubayet, où ils arrivèrent le 10 décembre 1796 ; ne s’entendant pas avec lui, Aubert Dubayet s’en débarrassa en le donnant comme maréchal des logis à l’ambassadeur turc que la Porte envoyait à Paris, tout en expliquant au ministre de la Guerre Petiet qu’il voulait « rendre à la Patrie un jeune militaire dont les facultés donne trop d’espérance pour n’être pas utilement employées » (SHD, doss. pers., Aubert Dubayet à Petiet, 21 mars 1797) ; Caulaincourt quitta Constantinople dès le 24 mars 1797 à bord du Fiore del Levante avec l’ambassadeur turc Ali Efendi et sa suite de dix-huit secrétaires et domestiques, et remplit les fonctions de nismandar auprès de cet ambassadeur ; aide de camp de son oncle le général d’Harville (juin 1797) ; employé à l’inspection générale des troupes à cheval aux armées de Sambre et Trève, et de Mayence (juillet 1797) ; chef de brigade au 2e régiment de carabiniers (29 juillet 1797), il se battit sur le Rhin ; chargé par Talleyrand d’une mission à Saint-Pétersbourg ; aide de camp de Bonaparte, Premier consul (31 juillet 1802) ; général de brigade (29 août 1803), envoyé à Strasbourg en mars 1804 organiser l’enlèvement du duc d’Enghien à Ettenheim ; général de division (2 février 1804), servant dans l’état-major de la Grande Armée jusqu’en 1807 ; ambassadeur en Russie et duc de Vicence (1808-1811) ; revenu avec la Grande Armée en Russie, qu’il quitta dans la berline de l’Empereur ; sénateur (avril 1813) ; grand écuyer calvalcadour de l’Empereur, il remplit les fonctions de grand maréchal du Palais par décret du 24 mai 1813 ; ministre plénipotentiaire au congrès de Prague (juillet 1813) ; ministre des Relations extérieures (20 novembre 1813-3 avril 1814 et 21 mars-8 juillet 1815) ; en demi-solde (20 mars 1815) ; ministre des Relations extérieures (1er juillet 1815) ; lieutenant général des armées du roi. ● Chevalier (11 décembre 1803), commandeur (14 juin 1804), grand officier (1er février 1805) et grand-croix de la Légion d’honneur (2 février 1805). Son nom est inscrit sur le pilier ouest de l’Arc de triomphe. ● Arch. nat., LH.451/80 ; LH/451/60 ; SHD, doss. pers. DBF, t. 7, col. 1446-1447 ; Frédéric Masson, « Du Consulat à l’Empire, Lettres d’une mère à sa fille ».

Cavelier de Cuverville, Jules Marie Armand, vicomte de Cuverville (1834-1912) ● Né à Allineuc (Côtes-d’Armor) le 28 juillet 1834 [fils de Louis Paul Marie propriétaire rentier et de Marie Rose Pauline Suasse de Kervégan] ; marié à Langueux (Côtes-d’Armor) le 11 septembre 1860 avec Cécile Marie Latinier du Clézieux, dont quatre fils ; mort à Paris le 14 mars 1912. ● Écrivain ; voyageur ; collectionneur. ● École navale (1850) ; combat à Sébastopol en 1854 ; missions en Afrique et en Crimée ; vice-amiral (1893) ; membre du Conseil supérieur de la marine ; chef d’état-major de la marine (1898-1899) ; sénateur du Finistère (1901-1912). ● Mission ethnographique, économique et géographique en Russie et Sibérie avec le baron de Baye (1895), il fit des observations dans le domaine ethnographique, des recherches géographiques et économiques sur les grands espaces sibériens et une étude à propos de la voie du chemin de fer transsibérien ; membre de la Société de géographie ; il rapporta des collections ethnographiques sur les Kazakhs et les Kirghizes. Auteur de : Visions, poème patriotique, par Jules de Cuverville, qui devait être dit par l’auteur au théâtre de Toulon en l’honneur de l’escadre russe, octobre 1893, Paris, imp. de Dumoulin, 1893. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/2951 (dossier de mission scientifique) ; LH/455/50 (dossier de Légion d’honneur). ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 295 Notice Armelle Le Goff.

Cellerier, Élisée Auguste ● Originaire de Suisse ; né à Paris le 30 août 1852 [fils d’Isaac Élisée Charles Cellerier, professeur, et de Louise Eugénie Martin]. ● Citoyen suisse. Banquier, il ouvrit en 1878 une agence du Crédit Lyonnais à Saint-Pétersbourg ; directeur des agences étrangères du Crédit Lyonnais (1894) ; chargé à plusieurs reprises de la négociation d’emprunts nationaux et municipaux au Danemark, Norvège, Russie et Finlande ; demeurant 20, rue de Prony, Paris 17e en 1909. Chevalier de la Légion d’honneur (15 janvier 1909). ● Arch. nat., LH/460/70. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 382.

Césari ● Correspondant au Journal français de Saint-Pétersbourg pendant quelques mois en 1899 ; hébergé par les Reveillon à Ashkhabad. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 309.

Chabrières, Auguste François Ferdinand ● Né à Oullins (Rhône) le 8 avril 1854 [fils de Paul Mathieu Auguste Maurice Chabrières (né à Crest, Drôme, le 19 janvier 1829), marchand puis trésorier payeur général à Lyon, administrateur des hospices civils de Lyon, officier de la Légion d’honneur, et d’Adélaïde Arlès ; petit-fils au paterl de Mathieu Augustin Chabrières (né en 1779)négociant, et au maternel de François Barthélemy Arlès Dufour (né en 1798)]. ● Filateur et négociant en soie à Lyon ; président de Chabrières, Morel et Cie, administrateur de la Banque Russo-Chinoise en 1896, à qui 100 actions furent attribuées ; président des comités d’admission, d’installation et du jury de la classe 83 à l’exposition universelle de 1900 ; président des chambres syndicales lyonnaises en 1900 ; membre du conseil d’administration de l’office national du commerce extérieur. Chevalier (2 avril 1894) et officier (14 août 1900) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : LH/467/2 ; 19800035/0158/20209. Thierry Claeys, Wen Wen, « Autour de la genèse de la Banque Russo-Chinoise : les ambitions contradictoires d’une alliance franco-russe », p. 59.

Chabrol, François Wilbrod ● Né à Paris le 7 novembre 1835 [fils de Pierre Prosper Chabrol (né en 1810), architecte du gouvernement et membre fondateur de la Société centrale des architectes, et d’Ève Rosine Cabaillot (née en 1816)] ; marié en 1867à Lucie Goüin (1848-1915) [fille d’Ernest Alexandre Goüin (1815-1885), régent de la Banque de France, directeur de la société Ernest Goüin et Cie, et de Mathilde Rodrigues Henriques (1824-1884)], dont il eut six enfants parmi lesquels Maurice Chabrol (1868-1942), avocat au Conseil d’État et à la cour de Cassation ; mort au Vésinet le 2 août 1919. ● Architecte ; diplômé de l’École des beaux-arts (1855) ; second grand prix de Rome (1861), premier grand prix de Rome (1862) ; en résidence à la Villa Médicis (1863-1867) ; prix d’Athènes ; inspecteur des grands travaux de reconstruction du ministère de la Guerre (1868-1874) ; architecte diocésain de Tulle (1875) ; architecte du Palais-Royal et de la Manufacture des Gobelins (1875), ayant fait exécuter, sous sa direction, les grands travaux d’installation du Conseil d’État au Palais-Royal ; administrateur de la Société de construction des Batignolles (1877) ; chargé des décorations du pont Gargit hid à Budapest 1876) ; architecte de l’hôpital Goüin à Clichy, fondé par son beau-frère Jules Goüin (1895) ; auteur du revêtement architectural en style Art nouveau du pont de la Trinité à Saint-Pétersbourg d’une longueur de 582 m et d’une largeur 23,6 m (1897) ; architecte de logements sociaux à Paris. Auteur de l’Histoire et description du Palais-Royal et du Théâtre-Français (Paris, 1883). ● Collectionneur d’art et membre du Syndicat des Propriétaires de Paris ; chevalier de la Légion d’honneur (13 juillet 1878). ● Arch. nat., LH/467/7. Les ponts de Saint-Pétersbourg, p. 38.

Chaffanjon, Jean (1854-1913) ● Né à Arnas (Rhône) le 7 novembre 1854 [d’une famille de viticulteurs, fils de Philibert Chaffanjon et de Marie Descombes, petit-neveu de Claude Bernard et frère de Philibert Chaffanjon] ; marié (1) à Lyon le 29 juillet 1880 à Claudine Madeleine Deroin (1861-1882) puis le 16 février 1888 à Romainville avec Blanche Louise Moreau, dont trois enfants ; mort à Putau Tjitlim (îles Riau, Indonésie) le 5 septembre 1913. Issu d’une famille catholique ; franc-maçon jusqu’en 1903. ● Géographe ; naturaliste ● École normale de Villefranche (1873-1876) ; études à la faculté des sciences naturelles de Lyon ; naturaliste au Muséum des sciences historiques de Lyon ; professeur au lycée Saint-Pierre de la Martinique ; expéditions scientifiques en Amérique du Sud aux sources de l’Orénoque (1884-1890). En mission scientifique au Turkestan, financée par le ministère de l’Instruction publique et par Lucien Mangini, grand industriel et homme politique, avec Henri Mangini (fils de Lucien), naturaliste qui réunit une collection ethnologique et zoologique, et Louis Gay, artiste-paysagiste et photographe, qui rassembla également une collection botanique (1894-1898) ; il fit de nombreuses observations dans les domaines de la géographie, l’archéologie, l’anthropologie, l’ethnologie, la zoologie, la botanique, la géologie et la minéralogie ; il fut aidé par les autorités militaires russes et les autorités consulaires ; il disposa, sur l’ordre du général A. N. Kouropatkine, d’un wagon spécialement équipé et obtint le droit de circuler librement tout au long de la voie ferrée transcaspienne, muni de cartes de la région, élaborées par les topographes de l’état-major général ; il obtient également l’autorisation de sortir ses collections du pays ; le général N. L. Kaštalinskij, collectionneur passionné d’antiquités, lui montra les ruines de la ville antique de Men ; le capitaine Korol’kov commandant l’artillerie de Pre/evalsk lui révéla les résultats de près de trente ans d’observation de la dynamique du flux et du reflux des eaux du lac Issyk-Kul ; le général-gouverneur de la ville Vernvj ‘actuelle Almaty), Ivanov,, mit à la disposition de la mission des statistiques sur la colonisation et des observations astrologiques ; avec N. L. Pantusov et l’ingénieur Gourdet il étudia le cimetière nestorien du faubourg de Vernyj ; nommé conseiller en commerce extérieur de la France à Vladivostok (1898) ; il ouvrit une série de maisons de commerce à Port-Arthur, Vladivostok et Harbin (1900) ; il établit des relations amicales avec le commandant de la flotte russe en Extrême-Orient, l’amiral Alekseev, ainsi qu’avec le
général-gouverneur de Voblast, Duhovskij ; il vécut un certain temps à Saint-Pétersbourg mais la guerre russo-japonaise ruina ses maisons de commerce et il interrompit ses activités commerciales dans l’empire russe ; les nombreuses collections qu’il rapporta et remit aux musées français sont aujourd’hui disparues ● Auteur de : « Rapport sur une mission scientifique ans l’Asie centrale et la Sibérie », Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires (Paris, Imprimerie nationale, 1894, 9. pp. 55-56, 61, 63, .64, 69, 72, 77, 82). ● Arch. nat. :, F/17/2946/B et F/17/17270 (dossiers de missions). ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 290 ; Svetlana Gorshenina, Yvette Lambert, « Premiers pas des archéologues russes et français dans le Turkestan russe (1870-1890) ». Notice Armelle Le Goff.

Chaillot, Paul Carl ● Il habitait en 1891-1899 dans le khanat de Boukhara, après avoir travaillé dans l’usine à vin appartenant au général Annenkov à Kara-Koul. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 389.

Challaye, André Adolphe ● Né à Paris, rue de la Verrerie, le 30 juillet 1787, baptisé à Saint-Jean-en-Grève le même jour (parrain : André Anne Durant, ancien munitionnaire général des vivres de la marine et receveur général des fermes du Roi, oncle paternel de l’enfant, demeurant rue et hôtel de Bretonvilliers, paroisse Saint-Louis-en-l’Île ; marraine : Élisabeth Marie Force, épouse d’Augustin Thomas Guiller de Nonac, écuyer, conseiller secrétaire du Roi, maison, couronne de France et de ses finances, tante maternelle de l’enfant) [fils d’Alexandre Aubrin Challaye (mort vers 1816), avocat en Parlement et Conseils du Roi, et de Marie Augustine Françoise Force (née en 1763 ; morte vers 1826), mariés à Paris le 23 juillet 1782 ; petit-fils au maternel de Louis François Force et de Marie Élisabeth Guiller] ; mort le 26 décembre 1857. ● Militaire et consul. Engagé dans le 10e régiment de chasseurs (1er octobre 1803) ; brigadier fourrier (21 avril 1804) ; retiré pour cause de blessure (29 octobre 1807) ; adjoint provisoire aux commissaires des guerres (8 septembre 1809) à l’armée d’Espagne, licencié le 1er septembre 1814 ; entré aux Affaires étrangère le 15 décembre 1815 ; consul à Theodosie (1815-1822) ; affecté à Odessa comme gérant intérimaire (1817), puis consul à Odessa (1821-1832) ; en congé pour raison de santé, muté à Corfou (1832) ; de nouveau consul à Odessa (1835) ; retiré en 1846 ; demeurant 86, rue Saint-Antoine à Paris en 1825. Chevalier (22 mai 1825), officier (7 novembre 1849) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/470/42 ; MAE, Pers 1re série cartons n° 839-842 ; Annuaire royal, 1816-1819 ; Annuaire royal, 1821-1843. Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX-1-2, janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 57, 59 ; Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger » ; Elena Polevchtchikova, « Espoirs et déceptions d’Odessa dans le premier quart du xixe siècle », Cahiers slaves, 2016, vol. 14, n° 1, p. 91-104.

Chamarande, Henri de ● Né à Vinnytsia (Podolie, Ukraine) le 27 juillet 1817. ● Médecin ; après des études en Russie à l’université de Vilna, il souhaita entrer dans le corps des ingénieurs des ponts et chaussées. MAE, Nantes, 598PO/2/358.

Chamblant, Pierre Marie Joseph ● Né à Paris en 1800. ● Chimiste ; bénéficiaire d’un passeport délivré le 10 juin 1862 à Paris, pour se rendre à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/413.

Champoiseau, Charles François Noël ● Né à Tours (Indre-et-Loire), 18 place du docteur Arnoud, le 1er mai 1830 [fils de Noël Champoiseau (né en 1796), industriel, conseiller municipal, maire, président de la chambre de commerce de Tours, et président de la Société archéologique de Touraine, et d’Aglaé Émilie Fourier] ; mort à Paris, 42, rue La Boétie, le 29 juin 1909. ● Consul. Agent consulaire à Redout Kale (mars 1855), sur recommandation du comte d’Ornano ; en voyage d’agrément en 1850, il envoya à Napoléon III un mémoire sur les installations de Sébastopol ; auteur de la découverte d’une statue dans l’île de Samothrace en 1862, la Victoire de Samothrace ; il échoua dans sa mission au Caucase puis devint consul à Philippopoli, Janina, La Canée, Roustchouk, Bilbao, Galatz, Bâle, Messine, Livourne, Smyrne ; consul général à Naples ; il reçut un blâme pour avoir cédé sans autorisation le terrain de l’hôpital français de Smyrne (1888) et fut mis en disponibilité ; de retour à Samothrace en 1891 pour y rechercher en vain la tête et les bras de la statue de la Victoire. ● Membre correspondant de l’Institut et de l’académie de Marseille ; officier de l’Instruction publique ; décoré de la médaille de Crimée ; chevalier (10 août 1867) et officier (13 juillet 1888) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/476/51. Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 63.

Chantereau, Robert Achille ● De la classe militaire 1896 ; banquier, directeur de la Banque russo-asiatique à Petrograd. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24 (classe 1896).

Chantre, Benoît Jean-Paul Ernest (1843-1924) ● Né à Lyon (Rhône) le 14 janvier 1843 [fils de Jacques Auguste propriétaire et de Jeanne Claudine Hilaire Nelly Rolle] ; marié à Lyon, IVe arrondissement, le 13 avril 1886 à Jeanne Bellonie Bourdaret ; mort à Écully (Rhône) le 24 novembre 1924. ● Anthropologue ; archéologue ● Sous-directeur du Museum d’histoire naturelle de Lyon ; il participa au congrès des sciences anthropologiques de Moscou (1879) ; missions anthropologique et zoologique dans les régions voisines de la mer Caspienne et dans le massif du Mont Ararat (1881) ; invité au congrès archéologique russe de Tiflis (1881) ; fouilles dans deux nécropoles préhistoriques dont la grande nécropole de Koban, mesures anthropométriques chez les Ossètes (1881) ; il rapporta en France une sépulture complète, celle de « la petite dame de Koban », conservée au Musée des Confluences, à Lyon ; mission dans le Caucase avec Adrien de Mortillet (1883) ; officier de l’ordre de Saint-Stanislas de Russie (1888) ; mission ethnologique et anthropométrique au Caucase avec son épouse Bellonie Chantre (1889), qui parlait le russe, l’allemand et l’anglais, et s’était initiée aux méthodes de mensurations anthropologiques et connaît la photographie ; membre honoraire de la Société d’anthropologie de Moscou ; médaille d’honneur de la Société d’anthropologie de Moscou (1890) ; mission anthropologique et archéologique avec Bellonie Chantre dans la Russie méridionale (1892) ; délégué du ministère de l’Instruction publique aux congrès internationaux d’anthropologie et de zoologie à Moscou (1892). ● Auteur de : « Rapport sur une mission scientifique dans l’Asie occidentale, et spécialement dans les régions de l’Ararat et du Caucase » (Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e s., t. 10, 1883) ; Notes anthropologiques. Recherches paléo-ethnologiques dans la Russie méridionale et spécialement au Caucase et en Crimée (Lyon, H. Georg, 1881) ; Recherches anthropologiques dans le Caucase (Paris, C. Reinwald, 1885-1887). ● Officier de l’ordre de Sainte-Anne de Russie (1890) ; grand officier de l’ordre de Saint-Stanislas de Russie (1893) ; membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., F/17/2946/C (dossier de missions), LH/481/59 (dossier de Légion d’honneur) ; MAE Nantes 598PO/2/74 ; Archives du musée des Confluences qui a repris les fonds du Muséum d’histoire naturelle de Lyon ; Archives du musée d’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye (92). Capitaine Barry, Mission scientifique d’Ernest Chantre dans la haute Mésopotamie, le Kurdistan et le Caucase (mars-septembre 1881). Photographies, 5 vol., 1881 ; Catherine Bodet et Julien Mathieu, «Autour des sources relatives à l’anthropologue et préhistorien Chantre, un exemple de coopération entre institutions patrimoniales» ; F. Delaporte « Éloge funèbre de M. Ernest Chantre, correspondant de l’Académie » ; E. Gran-Aymerich, Dictionnaire biographique d’archéologie 1798-1945 ; Armelle Le Goff, « Les relations entre scientifiques russes et français au prisme des archives françaises : l’exemple des anthropologues ; Armelle Le Goff, « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe » ; Christine Lorre, « L’origine de la collection archéologique d’Ernest Chantre au Musée des Antiquités nationales ». Notice Armelle Le Goff.

Chanzy, Antoine Eugène Alfred ● Né à Nouart (Ardennes) le 18 mars 1823 [fils de Bernard Nicolas Chanzy (1789-1849), sous-officier de cavalerie puis receveur des contributions directes, chevalier de la Légion d’honneur, et de Marie Marguerite Aurore Nicaise (1798-1865) ; petit-fils au paternel de Bertrand Chanzy (1770-1841), maire de Givry-Loisy, et de Marie Antoinette Bouqueau (morte en 1838) et au maternel de Jean Étienne Nicaise 51768-1856) et de Marie Élisabeth Lefrique (1770-1835)] ; marié à Oran, Algérie, le 8 mai 1854 à Hermine Alexandrine Jeanne Gérard (1836-1927), dont : Georges Canzy (1855-1909) ; Gabrielle Chanzy (1857-1938) ; Lucien Chanzy (1866-1873) ; Jeanne Chanzy (1869) ; Louis Chanzy (1871-1920) ; mort à Châlons-en-Champagne (Marne) le 5 janvier 1883 (dossier de Légion d’honneur), inhumé à Buzancy (Ardennes). Militaire puis diplomate. D’abord engagé comme timonier dans la marine (1839), puis passé dans l’artillerie et admis au concours de Saint-Cyr en 1839 ; sous-lieutenant (1841), passé chez les zouaves de Blida et resté en Algérie jusqu’en 1859 ; lieutenant (1843) ; capitaine (1851) ; chef de bataillon(1856), engagé dans la guerre d’Italie ; lieutenant-colonel, passé en Syrie en 1860 ; membre du corps d’occupation à Rome (1861-1864) ; colonel (1864), revenu en Algére ; général de brigade (1868) ; général de division (20 octobre 1870) ; chef du 16e corps la première armée de la Loire, engagé au combats de Coulmiers et de Loigny, battu au Mans et retiré à Laval le 16 janvier 1871 ; député des Arennes (1871) ; gouverneur général civil et commandant des forces de terre et de mer en Algérie (1873-1879) ; sénateur inamovible (1875) ; ambassadeur en Russie (13 février 1879), démissionnaire en 1882 ; membre du conseil supérieur de la guerre (1882) et nommé commandant du 6e corps d’armée à Châlons-sur-Marne. Chevalier (16 juillet 1852), officier (26 décembre 1860), commandeur (2 juin 1870), grand officier (2 décembre 1870) et grand-croix (22 août 1878) de la Légion d’honneur ; médaille militaire (17 février 1872). Arch. nat : LH/482/32 ; 270AP (papiers Alfred Chanzy) ; Geneanet, généalogie des Ardennes. Dictionnaire des parlementaires français, dir. Adolphe Robert et Gaston Cougny, notice Edgar Bourloton.

Chappedelaine, comte Charles Marie Olivier de ● Né le 8 mai 1817 ; marié le 17 novembre 1841 à Barbe Holynska (née en 1820), dont il eut quatre enfants, parmi lesquels Marie Olivier de Chappedelaine (né à Damblainville le 5 mai 1857 ; mort à Saint-Mandé (Val-de-Marne) le 29 décembre 1921), capitaine de dragons ; le comte de Chappedelaine mourut au château du Mesnil-Soleil, Damblainville (Calvados), le 5 janvier 1895. ● Agent vice-consul en 1867 ; consul de France à Tiflis (13 mai 1877-11 mai 1880) ; consul général, admis à la retraite le 18 mai 1884. Chevalier de la Légion d’honneur (10 août 1867). Arch. nat., LH/484/67 ; Annuaire diplomatique, 1879-1892 ; MAE, Pers 1re série cartons, n° 870.

Charles-Roux, Charles François Jules ● Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 19 novembre 1879 [fils de Jules Charles Théodore Roux (né à Marseille, 63, rue Silvabelle, le 14 novembre 1841 ; mort à Paris, 12, rue Pierre Charron, le 6 mars 1918), fabricant de savons, armateur, président et administrateur de société, conseiller municipal de Marseille (1886-1888), député (1889-1898) et conseiller général (1895-1898) des Bouches-du-Rhône, délégué du ministère des Affaires étrangères à l’exposition universelle de 1900, commandeur de la Légion d’honneur (17 juillet 1908, et de Claire Edmonde Canaple (1849-1888), mariés à Marseille le 30 mars 1870 ; petit-fils au paternel de Jean-Baptiste Charles Roux (8 juin 1806-11 décembre 1870), fabricant de savons, et de Marie Anne Louise Antoinette Arnavon (1814-1844)] ; marié à Marseille le 26 janvier 1914 à Sabine Virginie Sophie Gounelle (d’une famille de négociants marseillais), dont il eut : Cyprienne Charles-Roux, princesse Marcello del Drago ; Jean-Marie Charles-Roux (né en 1914), prêtre ; Edmonde Charles-Roux, Madame Gaston Deferre ; mort à Paris, 7 bis, rue des Saints-Pères, le 26 juin 1961. ● Diplomate et écrivain. Né Roux, autorisé par jugement du tribunal civil de Marseille du 26 octobre 1910 suivant un décret présidentiel du 3 juin 1909 à faire précéder son nom patronymique de celui de « Charles » pour s’appeler légalement à l’avenir François Jules Charles-Roux ; licencié en droit et en lettre, diplômé d’études supérieures d’histoire et de géographie, et de l’école libre des sciences politiques ; diplomate ; attaché d’ambassade (28 avril 1902) ; à la direction des consulats (30 avril 1902) ; à Saint-Pétersbourg (3 juin 1902) ; à la direction des consulats (26 novembre 1903) ; à Constantinople (1er février 1905) ; secrétaire de 3e classe (11 janvier 1906) ; au Caire (3 décembre 1906) ; secrétaire de 2e classe (27 mars 1911) ; à Londres (27 janvier 1912) ; à Rome (4 février 1916) ; chargé de l’intérim des fonctions de 1er secrétaire (11 janvier 1917) ; secrétaire de 1re classe (29 septembre 1917) ; chargé des fonctions de conseiller de l’ambassade à Rome (21 octobre 1917) ; ministre plénipotentiaire de 2e classe, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de France à Prague, Tchécoslovaquie (octobre 1926) ; ministre plénipotentiaire de 1re classe (26 décembre 1931) ; ambassadeur auprès du Saint-Siège (6 mai 1932-1940) ; membre de l’Institut, Académie des sciences morales et politiques (8 décembre 1934) ; secrétaire général du ministère des Affaires étrangères (17 mai 1940), en disponibilité sur sa demande (27 octobre 1940) ; à la retraite (18 juin 1942) ; président du Comité central de la France d’outre-mer (1944-1956) ; président du conseil d’administration de la Compagnie universelle du canal de Suez (1948) ; président du Secours catholique. ● Auteur de nombreux ouvrage sur l’histoire des relations de la France avec le Levant et des Souvenirs diplomatiques d’un âge révolu, Saint-Pétersbourg, 1902-1904, Paris, 1904, Constantinople, 1905-1907, Le Caire, 1907-1912, Londres, 1912-1914 (Paris, A. Fayard, 1956, 287 p.). ● Croix de guerre (1914-1918) ; chevalier (20 janvier 1919), officier (21 janvier 1924), commandeur (8 janvier 1930) et grand-officier (1er septembre 1948) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/2412/26, 19800035/0384/51487.

Charleville, voir Raucourt de Charleville

Charmoy, François Bernard (1797-1868) ● Né à Soultz (Haut-Rhin) le 14 mai 1797 [fils de François Charmoy, propriétaire de Colmar, vérificateur de l’enregistrement, et de Magdeleine de Simon] ; marié à Toulon (Var) le 4 mars 1830 avec Louise Adélaïde Morin de Louvigné (1803-1858) dont Francisque Charmoy ; mort à Aouste-sur Sye (Drôme) le 9 décembre 1868. ● Orientaliste. Études d’hébreu et d’arabe au collège impérial de Phalsbourg ; double cursus en droit à Paris et aux langues orientales auprès du baron Sylvestre de Sacy (1810-1817) ; licencié en droit ; avocat à la cour royale. Venu avec Demange à Saint-Pétersbourg à la demande du comte Ouvarov nsur la recommandation de Sylvestre de Sacy (1818) ; chargé de l’enseignement du persan et du turc à la chaire de langues orientales de Saint-Pétersbourg au sein de la faculté d’histoire et de philosophie (1818-1821), il travailla occasionnellement comme précepteur privé chez le comte Nesselrode et dans la famille Moltchanov ; fondateur des études persanes à Saint-Pétersbourg ; traducteur et commentateur des textes persans anciens ; il quitta l’Université en 1821 pour enseigner le persan et travailler à la section orientale du département asiatique du ministère des Affaires étrangères ; il rédigea avec Frähn et son élève Senkovsky, un projet visant à créer « une faculté indépendante des langues et littératures orientales » (1829) ; membre correspondant à l’Académieimpériale des sciences (1829) ; de retour à l’Université (1831) ; nommé assistant académique en charge de la littérature orientale à l’Académie (1832) ; membre d’honneur de l’Académie et correspondant étranger (1835-1868) ; conseiller d’État ; il regagna la France pour raison de santé, avec une pension de Nicolas Ier (1835) ; lié avec de nombreux savants russes et compta, parmi ses élèves russes, P. S. Saveliev (1814-1859), P. Y. Petron (1814-1875), V. V. Grigoriev (1816-1881). ● Il fit notamment imprimer le début de l’Iskander Nameh, du poète persan Nizâmy, qui traitait d’une prétendue expédition d’Alexandre le Grand contre les Russes. Auteur de : Sur l’utilité des langues orientales pour l’histoire de la Russie (Saint-Pétersbourg, 1834). Chevalier des ordres de Sainte-Anne et de Saint-Vladimir. ● Arch. nat., BB/11/127/2, dossier 8422B3. Lorraine de Meaux, La Russie et la tentation de l’Orient ; Lorraine de Meaux, « Histoire de l’Orientalisme en Russie au xixe siècle » ; Lorraine de Meaux « L’engagement de François-Bernard Charmoy (1793-1868) en faveur d’un orientalisme à usage impérial » ; Dictionnaire des orientalistes de langue française, p. 212-213 (notice Timur Beisembiev). Notice Armelle Le Goff.

Charnacé, comte de ● En voyage avec le sieur du Pille en Russie en 1835, passé par Moscou, Tiflis, Taman et Odessa il traversa traversé l’Imérétie. ● Il s’agit peut-être de Charles Guy Girard de Charnacé (1800-1884), officier de la garde royale, démissionnaire en 1830, maire de Chambelley (Maine-et-Loire), marié à Hortense Girard de Charnacé, dont Guy de Girard de Charnacé (1825-1909), littérateur. ● Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 57.

Charnacé, voir Girard de Charnacé

Charon, Gabriel Olivier ● Né à Paris le 9 mars 1851 [fils d’Edme Viala Charon (né à Paris le 29 juillet 1794 ; mort à Paris le 26 novembre 1880), baron Charon, général de division, gouverneur général de l’Algérie, président du comité des fortification, sénateur (1852-1870), grand-croix de la Légion d’honneur (31 décembre 1857), et de Thérèse Catherine Elfride Schneider, mariés le 16 avril 1850 ; petit-fils au maternel du général Antoine Virgile Schneider (1779-1847), chevalier de l’Empire, et de la comtesse Catherine Zalinska (née vers 1795 ; morte en 1832)] ; mort à Paris, 13, rue Montaigne, le 11 décembre 1922. ● Officier d’infanterie ; élève à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr (1870) ; sous-lieutenant (27 janvier 1871), lieutenant (21 février 1874) ; détaché en qualité d’officier d’ordonnance auprès du général Chanzy, ambassadeur de France en Russie (18 mars 1879) ; capitaine (10 novembre 1880) ; capitaine d’état-major (26 février 1881) ; instructeur à l’École normale de tir à Châlons-en-Champagne (27 avril 1885) ; retiré avec le grade de lieutenant-colonel ; domicilié 9, rue d’Artois à Paris lors de son décès. ● Chevalier de la Légion d’honneur (20 décembre 1886). ● Arch. nat. : LH/493/21 (Gabriel Olivier Charon) ; LH/493/25 (Viala Charon). La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 473.

Charpentier, Léonoff Adolphe ● Né en 1841. ● Pharmacien à Tiflis. ● MAE, Nantes, 598PO/2/50.

Charrière, Ernest ● Né à Grenoble (Isère) en 1805 ; mort en 1870 ; apparenté à Ferry de Pigny ; ami de Michelet. ● Historien et publiciste ; gouverneur (précepteur ?) de V. A. Sollogoub pendant une dizaine d’années. ● Auteur de : Considérations sur l’avenir de l’Europe (1836) ; La politique de l’histoire (Paris, 1841-1842, 2 vol. in-8°). ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 188-189, 302-303, 327-328 ; Hoefer, Nouvelle biographie générale, 1854, t. 10, Charpentier-Cochran, col. 13-14.

Chasseloup-Laubat, Charles François Gaston Louis Prosper de, comte puis marquis de Chasseloup-Laubat ● Né à Paris, hôtel de la Marine, 1 bis, rue Saint-Florentin, le 7 juin 1866 [fils de Justin Napoléon Samuel Prosper, marquis de Chasseloup-Laubas (né à Alexandrie, Italie, le 29 mars 1805 ; mort à Paris, 7, rue de la Bienfaisance, le 29 mars 1873), ministre de la Marine et des Colonies, sénateur, grand-croix de l’ordre impérial de la Légion d’honneur (18 septembre 1860), grand-croix de l’ordre du Christ de Portugal, grand-croix des Saint-Maurice et Lazare, grand-croix de la Couronne de chêne de Hollande, et de Marie Louise Pilié] ; mort en 1903. ● Ingénieur civil, spécialisé dans l’industrie automobile ; membre du Conseil de la Société d’encouragement pour le développement de l’industrie automobile en France ; coureur automobile recordman de vitesse en 1891 ; inventeur du règlement des tournois d’escrime ; co-fondateur de la fédération internationale d’escrime ; en voyage au Turkestan russe (1890) ; membre de la Commission centrale des machines à vapeur, dépendant du ministère des Travaux publics (avril 1899) ; membre du jury de la classe 30 (carrosserie, charronnage, automobiles et cycles), lors de l’expositions universelle de 1900. ● Chevalier de la Légion d’honneur (14 août 1900). ● Arch. nat., LH/500/38 ; LH/500/41. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 349.

Château, Pierre Jacques ● Né à Sussargues (Hérault) le 3 janvier 1784 ; marié, père de deux enfants : Henri Jacques Château (né à Paris, Ier arrondissement, le 4 septembre 1843) ; Maurice Léon Château (né à Paris, 2e arrondissement, le 16 janvier 1847) ; mort à Saint-Pétersbourg le 14 avril 1855. ● Ingénieur civil en télégraphie ; arrivé à Saint-Pétersbourg en 1853 ; auteur de deux travaux de télégraphie exécutés pour le compte du gouvernement russe. ● Membre de 4e classe de l’ordre de Saint-Vladimir. ● MAE, Nantes, 598PO/2/215.

Chatin, François Émile (1869-1949) ● Né à Lyon (Rhône) le 3 juillet 1869 [fils d’Hugues Chatin, médecin et d’Émilie Gillet ; petit-fils au maternel du teinturier François Gillet ; neveu de Joseph Gillet, industriel lyonnais et un des propriétaires de la fabrique Watremez à côté de Moscou entre 1900 et 1918] ; marié à Marmagne (Côte-d’Or) le 28 juillet 1897 à Laure Marie Marthe de Montgolfier, dont Henriette Marie Chatin ; mort à Lyon le 9 juillet 1949. ● Industriel (secteur teintures textiles). Dirigeant de la fabrique de teinturerie Watremez ; ami d’Alfred L’Eplattenier, dirigeant de la fabrique Simonod et Cie ; il résidait à Ivanteevka (gouvernement de Moscou) où il était propriétaire d’une maison ; membre du conseil de la paroisse Saint-Louis-des-Français à Moscou ; membre du Conseil de l’école Saint-Philippe ; nommé officier d’Académie par décret du 1er août 1914 du ministère de l’Instruction publique en tant que vice-président de l’Association de bienfaisance de Moscou. ● Arch. dép. Rhône, recensement, 1872 ; Arch. municipales Lyon, 2E1022, p. 195-196. H. Joly, Les Gillet de Lyon, Librairie Droz SA, Genève, 2015 ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Chaudoir, baron Stanislas Ivanovitch de ● Né en 1790 ; mort en 1858. ● Numismate, collectionneur de monnaies antiques et russes ; entré dans l’administration de l’Éducation nationale ; membre correspondant de l’Académie des sciences (1836) ; 1er adjoint du président de la Commission kiévienne pour le tri des actes anciens (1843). ● Membre de la Société pétersbourgeoise des archéologues-numismates (1874) : prix Demidov de l’Académie des sciences pour son ouvrage publié en français, Aperçu sur les monnaies russes et sur les monnaies étrangères qui ont eu cours en Russie depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours (Saint-Pétersbourg, 1835) et en russe Obozrenie russkih deneg i innostrannyh monet, upotrebljannyh v Rossii s drevnyh vremen (Saint-Pétersbourg, 1837-1841). ● Il possédait une importante collection de livres, de monnaies russes et étrangères, qui fut vendue à l’Ermitage et à la Grande-Bretagne. ● Tunkyna, PD, t. 1, p. 657-658. Notice Édith Ybert.

Chaulnes, voir Fages de Chaulnes

Chaumettes des Fossés, Jean-Baptiste Gabriel Amédée ● Né à Paris le 18 juin 1782 [fils de Nicolas Louis Chaumette des Fossés et de Geneviève Duval) ; mort en mer le 4 octobre 1841. ● Taducteur ; voyageur. Après des études au collège de Navarre, entré en 1799 à l’école des jeunes de langue à Paris, où il apprit l’arabe, le turc et le persan sous la direction de Marcel et de Sylvestre de Sacy ; envoyé à Constantinople le 20 octobre 1802, comme jeune de langue de 1re classe, reparti le 20 décembre 1803 ; chancelier interprète à Bucarest (1804) ; chancelier du consulat général en Bosnie (25 juillet 1807), auteur d’une enquête sur le pays publiée à Berlin en 1812, Voyage en Bosnie dans les années 1807 et 1808, 1 vol., in-8, VIII-155 p. (rééd. à Paris, 1822) ; chargé de la gérance du consulat de Stettin (6 septembre 1810) ; consul titulaire à Stettin (31 décembre 1811), arrêté le 17 mars 1813, prisonnier jusqu’au 20 mai 1814 ; rédacteur de la division commerciale du ministère des Affaires étrangères (1814) ; consul à Göteborg (15 décembre 1815) ; membre de l’académie des Sciences de Stockholm ; chevalier de l’Étoile polaire ; commandeur de l’ordre de Wasa ; auteur d’un Essai sur le commerce la Norvège (publié à Lima en 1827, in-8, 88 p.) ; rappelé à Paris et mis en disponibilité sur sa demande (décembre 1822) ; en voyage au cap Nord, en Laponie, Arkhangelsk, Saint-Pétersbourg et de retour à Göteborg le 2 avril 1825 ; envoyé en mission à Lima par le ministre de la Marine (31 décembre 1825), nommé inspecteur général du commerce français au Pérou (22 février 1826) ; consul général à Lima (11 avril 1827), rappelé en juillet 1829, en fonctions jusqu’à l’arrivée de son successeur en mai 1830 ; commandeur des ordres du Pérou et de Bolivie ; resté au Pérou jusqu’en 1841, il décida de se rendre aux États-Unis en passant par Panama, et mourut en mer au cours du voyage de Panama à New York. ● Paul Renouard, Catalogue des livres imprimés et manuscrits composant la bibliothèque de M. Chaumette des Fossés, vente publique à Paris, novembre 1842. Gustave Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langue ou ‘Arméniens’ à Louis-le-Grand », Revue des Études arméniennes, t. 3, 1923, p. 9-46 ; Michaud, Biographie universelle…, 1843, t. 8, p. 41-43.

Chauvet ● Commerçant dans le secteur textile. Gérant de succursale de la société Veuve Guérin fils vers 1905 (où ?). ● Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; Jean Morin, Souvenirs d’un banquier français, 1875-1947 (Paris, Denoël, 1984). Notice Olga Melnichenko.

Chauvet, Charles ● Médecin ● Ancien chef de clinique à la faculté de médecine et de pharmacie de Lyon, chargé d’une mission scientifique en Russie en 1893, particulièrement à Saint-Pétersbourg, Moscou et Kiev pour étudier la fréquence, les causes et le traitement de la neurasthénie. ● Le Salut public, journal de Lyon, 13 février 1893. Notice Armelle Le Goff.

Chauvet, Victor ● Dentiste, installé à Saint-Pétersbourg, district Polioustrovski au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Chauvigné, Adolphe ● Né à Tours (Indre-et-Loire) le 1er janvier 1863 ; marié à Loubov Loukranov (1867-1903), dont il eut cinq enfants, parmi lesquels l’aînée Xenia Chauvigné (1893-1979) ; mort à Saint-Pétersbourg, d’une pneumonie, le 13 février 1917 (Russie). ● Cuisinier du tsar Nicolas II. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Chayet, Camille Joseph Alexandre ● Né à Fourchambault (Nièvre) le 24 septembre 1862 [fils de Charles Alexandre Chayet (né à Paris le 16 janvier 1818 ; mort le 11 janvier 1895), directeur des forges de Fourchambault, chevalier de la Légion d’honneur (12 juillet 1862), deuxième adjoint au maire, et de Josehéine Adélaïde Mourret (née en 1831), dont également Jean Auguste Paul Chayet (né à Fourchambault le 1er octobre 1855), inspecteur général des finances, officier de la Légion d’honneur (19 février 1919)] ; marié à Jeanne Thérèse Éléonore Destailleur dont : Joseph Hippolyte Maurice Chayet (né à Smyrne le 24 juin 1893 ; mort le 15 septembre 1966), diplomate, officier de la Légion d’honneur (12 avril 1947) ; René Charles Alfred Chayet (né à Smyrne le 27 octobre 1896), chevalier de la Légion d’honneur. ● Licencié en droit ; service militaire au 37e régiment d’artillerie à Bourges (12 novembre 1881-12 novembre 1882) ; sous-lieutenant d’artillerie de réserve (1884) ; attaché au ministère des Affaires étrangères (1887) ; détaché à Direction politique (14 février 1887-15 février 1889) ; consul suppléant (7 décembre 1889) ; attaché à la Résidence générale à Tananarive (5 mars 1890), à Smyrne (1er septembre 1892) ; consul de seconde classe (29 février 1896) ; consul à Trébizonde (23 juin 1897), à Helsingsfors (10 octobre 1898), à Tiflis (27 mars 1900), toujours à Tiflis en 1905 ; consul de première classe (12 décembre 1902) ; consul à Dusseldrof (1908). ● Chevalier de la Légion d’honneur (31 décembre 1904) . ● Arch. nat. : LH/513/50 ; 19800035/451/60375 ; 19800035/677/77680 ; 19800035/1166/33106 ; Annuaire diplomatique, 1898-1901.

Cheftel, Fernand Lucien Jean Joseph ● Né le 12 juin 1879 ; marié à Marthe Lucienne Renault ; mort le 4 mai 1965. ● Pâtissier à la cour de Russie. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Chéhian, A. ● Médecin du consulat de France et de l’hôpital militaire de Tiflis au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/140.

Chénard de La Chaume, Léon Arnold ● Né le 4 septembre 1826. ● Vice-consul à Batoum (4 mai 1885-1887) ; vice-consul à Libau (1889) ; consul à Tiflis (1889-1891). ● Annuaire diplomatique, 1887-1891 ; MAE, La Courneuve, Pers 1re série, carton n° 2261.

Chennevière, Édouard ● Ingénieur ; dit en 1902 ingénieur de la Société des tramways et éclairages électriques de Vladicaucase. MAE, Nantes, 598PO/2/63, doss. 407.

Chenot, Charles Adrien Eugène ● Né à Saponcourt (Haute-Saône) en 1834. ● Ingénieur civil ; bénéficiaire d’un passeport délivré à Paris le 8 juin 1863 pour aller à Tagil dans le gouvernement de Perm. ● MAE, Nantes, 598PO/2/413.

Chenu, Gustave Charles Thomas Marie ● Né le 14 juin 1833. ● Attaché au ministère des Affaires étrangères ; consul de France à Moscou (21 janvier 1885). ● Chevalier de la Légion d’honneur (30 décembre 1863). ● Arch. nat., LH/517/16 ; MAE, Pers 1re série cartons, n° 921.

Chéreau, Jean Pierre ● Né en 1810. Ingénieur civil, bénéficiaire le 2 avril 1840 d’un passeport pour se rendre à Moscou, en passant par le Havre. MAE, Nantes, 598PO/2/5.

Chervin, Claudius Félix Arthur (1850-1921) ● Né à Lyon (Rhône) le 30 avril 1850 [fils de Claudius Chervin, dit l’aîné (1824-1930), pédagogue qui, après s’être intéressé à l’éducation des sourds-muets, s’occupa de celle des bègues, s’installa à Paris et fonda l’institution des bègues de Paris (1867), puis fut le directeur de l’enseignement mutuel, et de Félicie Petiot] ; marié (1) à Thizy (Rhône) le 29 juillet 1872 avec Marie-Antoinette Chervin (1850-1874) et (2) à Paris le 5 novembre 1881 avec Louise Suzanne Henriette Guyonnet ; mort subitement à Salamanque (Espagne) le 27 juin 1921, alors qu’il se rendait à Porto pour représenter l’Association française pour l’avancement des sciences, au congrès international des associations espagnoles et portugaises ● Médecin ; statisticien ; anthropologue ● Il termina ses études à Paris et fut reçu docteur de la faculté de médecine de Paris (1878) ; il s’adonna dès l’âge de vingt-quatre ans aux travaux les plus ardus de statistique et devint l’un des membres les plus laborieux et les plus écoutés de la Société de statistique de Paris (1874) ; après ses études de médecine, Arthur Chervin s’associa à l’œuvre de son père et devint à Paris directeur de l’Institut des bègues (à partir de 1878) ; membre de la Société d’anthropologie de Paris depuis le 15 février 1877, il en devint le président en 1901 ; président de la Société de statistiques de Paris (1904) ; membre fondateur à la Société préhistorique française (1904) ; membre de la commission des voyages et missions et du comité des travaux historiques et scientifiques au ministère de l’Instruction publique. Il obtint en 1878 du ministère de l’Instruction publique une mission pour étudier le bégaiement en Russie et en dresser la statistique et y séjourna six mois ; il profita de ce séjour pour faire des fouilles archéologiques dans la région de Saint-Pétersbourg et de Moscou en compagnie des savants russes Ivanovski, Bensengre et Donnagrev ; il représenta la Société d’anthropologie de Paris à l’exposition d’anthropologie de Moscou en 1879 ● Arthur Chervin laisse une œuvre considérable comprenant, outre ses grands travaux sur la statistique, un très grand nombre d’articles sur la parole et le bégaiement parus, principalement, dans les revues médicales ; auteur notamment de : « Sur des fouilles exécutées en Russie » (Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, a. 1879, vol. 2, n° 1, p. 526-529) ; « Sur des crânes provenant des Tumulus de Russie » (Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, a. 1879, vol. 2, n° 1, p. 602-604). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH 19800035/244/32502 (dossier de Légion d’honneur) ; archives de la SAP au MNHN. Notice Armelle Le Goff.

Chevalier de Saint-Robert, Jean Louis Marcel ● Né à Grenoble (Isère) le 16 février 1815 ; mort le 20 juillet 1889. ● Consul. Cité comme attaché à la légation du Brésil en 1847 ; consul à Odessa (1861). Chevalier (22 mars 1847) et officier (9 août 1864) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/522/75 ; Annuaire diplomatique, 1861-1864.

Chevallier, G. ● Ingénieur des mines ; membre avec l’ingénieur Corvée de la mission chargée d’étudier la présence de mines de fer et l’opportunité de créer une vaste usine sidérurgique dans les monts Altaï en Sibérie (1893). ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 379.

Choiseul-Gouffier, Antoine Louis Octave comte de (1773-1840) ● Né à Paris le 13 septembre 1773 [fils de Gabriel, comte de Choiseul-Gouffier, diplomate, et d’Adélaïde-Louise de Gouffier] ; marié (1) à Saint-Pétersbourg en janvier 1798 Victoire, comtesse Potocka (née en 1779 ; morte à Moskera 5 novembre 1823 ou 1826) [fille du comte Stanislas Félix Potocki, général en chef, seigneur richissime, propriétaire de nombreux domaines dans les gouvernements de Kiev, de Podolsk, de Volhynie et de 108 000 serfs] (qui se remaria avec le général d’infanterie russe A. N. Bakhmetiev (1774-1841), gouverneur de la Bessarabie, gouverneur général de différentes villes, membre du conseil d’État), dont il eut : Vera de Choiseul-Gouffier, mariée à un Stolypine ; Édouard de Choiseul-Gouffier (mort en 1827), colonel au régiment des hussards de la garde de l’archiduc Ferdinand, marié en 1822 à la princesse Varvara Grigorievna Golitsyna (1802-1837), demoiselle d’honneur à la cour de Russie, fille du prince Grigori Sergueïevitch Golitsyne (1779-1848), chambellan actuel, sénateur, gouverneur de Penza, et de la comtesse Ekaterina Ivanovna Sollogoub ; Alexandre-Octave de Choiseul-Gouffier (1802-1872), marié à Elena Sveïkovskaïa ; Arthur de Choiseul-Gouffier (1805-1838), marié à Wanda Nesseliowska, aide de camp du gouverneur général de Saint-Péters bourg le comte Miloradovitch ; Mathilde Joséphine de Choiseul-Gouffier (1806-1862), mariée au prince Sergueï Danilovitch Koudachev, chef de la noblesse du gouvernement de Kherson, gouverneur de Kiev, chambellan, dont dix enfants (parmi les descendants, Nikolaï Alexandrovitch Berdiaev, célèbre philosophe russe). Octave de Choiseul-Gouffier se remaria en 1818 avec Sophie Clémence Victoire, comtesse Tiesenhausen (née à Vilnius ; morte à Nice le 21 mai 1878), dont Alexandre Vladislas Ignace Octave de Choiseul-Gouffier (1823-1896), filleul de l’empereur Alexandre Ier, marié à Sophie Czapska, dont postérité. Octave de Choiseul-Gouffier mourut à Florence le 4 novembre 1840. Militaire. Octave de Choiseul-Gouffier commença à servir comme garde du corps de Louis XVI. En Russie, il fut d’abord inscrit au régiment de la garde Izmaïlovski avec le rang de lieutenant puis, en 1794, au régiment des grenadiers à cheval. Il participa à la prise de Varsovie sous le commandement d’Alexandre Vassilievitch Souvorov en 1795, fut promu au rang de colonel et décoré de l’ordre de Saint-Georges, 4e cl. Muté au régiment des chevaliers de la garde, il quitta le service militaire après son mariage, avec le rang de conseiller aulique. Commandeur de famille du grand prieuré catholique de Russie de l’ordre souverain de Saint-Jean de Jérusalem, présent à Saint-Pétersbourg en 1799, il fut doté d’une commanderie qui devint une source importante de revenus. Chambellan russe en 1812, comte-pair de France héréditaire (ordonnance du 31 août 1817, admis le 13 mars 1819), il fut autorisé en 1817 par l’empereur Alexandre Ier à « siéger dans la chambre des pairs de France avec conservation du titre de chambellan de la cour de Russie ». Il démissionna en 1827 et fut rayé de la liste des chambellans. Franc-maçon, il était membre de 3e grade de la loge à dominante étrangère des « Amis Réunis » à Saint-Pétersbourg en 1816 et en 1820. Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 181-182 ; Vladislav Rjéoutski, « Les Français dans la franc-maçonnerie russe au siècle des Lumières : hypothèses et pistes de recherche »

Cholet, comte Armand Pierre de ● Né à Paris, VIIIe arrondissement, 23, rue de l’Arcade, le 26 avril 1864 [fils d’Henry, vicomte de Cholet (né en 1830), propriétaire, et de Marie Charlotte Armande Lucie du Pouget de Nadaillac (née en 1843), propriétaire, mariés à Paris, 7e arrondissement] ; marié (1) le 11 juillet 1892 à Christine Clothilde Bordères Seillière [fille d’Ernest Bordères Seillière (1823-1886) et de Clotilde de Landrian de Fisson du Montet], dont il eut au moins un fils, François de Cholet, et (2) Marie Thérèse du cor de Duprat (née le 9 février 1884 ; morte le 9 janvier 1973), dont une fille, Armande de Cholet (née en 1923) ; mort le 9 mai 1924. ● Engagé volontaire dans l’armée de terre (27 octobre 1882) ; élève à l’École spéciale militaire (30 octobre 1882) ; sous-lieutenant aux chasseurs à pied (1er octobre 1884) ; lieutenant d’infanterie (29 février 1888) ; en voyage avec Casenave, également militaire, dans le Turkestan, envoyé comme observateur par le gouvernement français sur la frontière russo-afghane (1887-1888) ; démissionnaire (22 août 1892) ; lieutenant d’infanterie de réserve (20 décembre 1892) ; capitaine d’infanterie de réserve (18 octobre 1895) ; au service d’état-major (19 août 1897) ; capitaine d’infanterie territoriale au service d’état-major (9 mars 1901) ; démissionnaire (14 avril 1910) ; capitaine d’infanterie de réserve, service d’état-major (4 août 1914) ; délégué du Service de la voie de O, 60 au G.A.R. en décembre 1914 ; chef de bataillon de réserve (11 août 1918). ● Auteur de : Excursion en Turkestan et sur la frontière russo-afghane (Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1889, 280 p.) ; Étude sur la guerre bulgaro-serbe (Paris, L. Baudoin, 1891, 198 p.). ● Membre du Jockey-club, du cercle de la rue Royale et de la Société hippique ; chevalier de la Légion d’honneur au titre de la Réserve et de l’Armée territoriale (3 décembre 1914) ; chevalier de l’ordre du Mejjidié de Turquie (6 décembre 1889) ; officier de l’ordre de l’Osmanié-ré (12 février 1892) ; chevalier de l’ordre de Léopold de Belgique (12 février 1892) ; chevalier de l’ordre de François Joseph d’Autriche (11 avril 1892). ● Arch. nat., LH/530/48. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 161.

Chollet, Louis ● Né à Paris vers 1842 ; mort à Saint-Pétersbourg le 20 janvier 1912. Catholique. ● Homme de lettres et officier d’académie, demeurant à Paris, 8, rue Coypel en 1910 ; bénéficiaire d’un passeport établi le 1er juillet 1910 pour se rendre à Saint-Pétersbourg ; demeurant 10, perspective de Wladimir, logement 47, chez M. Goutchine. ● MAE, Nantes, 598PO/2/332.

Chopin ● Directeur d’usine à Saint-Pétersbourg, cité en 1859. ● MAE, Nantes, 598PO/2/449.

Chopin, M. ● Propriétaire d’une usine fabriquant de la fonte de fer et de cuivre à Saint-Pétersbourg ; associé en 1859 avec M.de Servan. ● MAE, Nantes, 598PO/2/449.

Chopin-0, famille

Chopin-1, Jean Louis Théodore ● Né à Paris ; marié à Marie, dont : Jean-Marie Chopin (1796-1871), écrivain et traducteur ; Jean Chopin (1798-1870), historien et ethnologue ; Henri Frédéric Charles Albert Chopin (1804-1880), peintre. ● Déjà installé à Saint-Pétersbourg en 1793 ; cité à Lübeck en 1804. ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, 1967, p. 384-386 ; Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p 183-184.

Chopin-1.1, Jean-Marie ● Né à Saint-Pétersbourg en 1796 [fils de Jean Louis Théodore Chopin, sculpteur] ; mort à Paris, VIe arrondissement, 52, rue Saint-Placide, le 15 février 1871 ; frère du peintre Henri Frédéric Charles Albert Chopin (1804-1880), élève de Gérard Gros. ● Homme de lettres et traducteur ; il fut pendant une dizaine d’années secrétaire et bibliothécaire du prince Kourakine, ancien ambassadeur de Russie auprès de Napoléon ; précepteur de français, il devint un des maîtres d’Odoïevski ; en voyage dans le Caucase (1830) ; récompensé par le gouvernement russe d’une tabatière en or ; conseiller d’État. ● Auteur notamment de : Coup d’œil sur Pétersbourg (Paris, Ponthieu, 1821, 241 p.) ; De l’État actuel de la Russie, ou Observations sur ses mœurs, son influence politique et sa littérature, suivies de poésies traduites du russe (Paris, Collin de Plancy, 1822, 242 p.) ; Dithyrambe sur l’inondation de Saint-Pétersbourg (Paris, Dondey-Dupré père et fils, 1824, 8 p.) ; Russie (en collaboration avec César Famin et Eugène Boré, Paris, Firmin Didot frères, 1838, 2 vol., réédité en 1857) ; Révolutions des peuples du Nord (Paris, W. Coquebert, 1841-1842, 4 vol. in-8°) ; traducteur de : La Fontaine des pleurs, poème de M. Alexandre Pouschkin, traduit librement du russe (Paris, Dondey-Dupré père et fils, 1826, 40 p.) ; Essai sur l’organisation de la tribu dans l’Antiquité, par Mikhail Semenovich Kutorga (Paris, Firmin Didot, 1839, 261 p.) ; Choix de nouvelles russes de Lermontov, Pouchkine, von Wiesen (Paris, Reinwald, 1853, III-339 p., rééd. 1873) ; à son retour en France, il collabora avec Héreau à la Revue encyclopédique. ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, 1967, p. 384-386 ; Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p 183-184.

Chopin-1.2, Jean ● Né à Saint-Pétersbourg en 1798 [fils de Jean Louis Théodore Chopin, sculpteur] ; mort à Saint-Pétersbourg le 5 août 1870. ● Historien et ethnologue. Il fit sans doute ses études en France et revint en Russie vers 1820 ; chargé par le gouverneur du Caucase en 1829 de la description de cette région ; chef des la direction des impôts et du patrimoine national au Caucase(1833) ; de retour à Saint-Pétersboug, attaché au ministère du patrimoine national (1838) ; conseiller de collège (1845). ● Auteur de Исторический памятник состояния Армянской области в эпоху ее присоединения к Российской Империи [Aperçu historique de l’état de la région d’Arménie à l’époque de son annexion par l’empire de Russie], Санкт-Петербург, тип. Академии наук, 1852, pour lequel il reçut le prix Demidov. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p 184.

Chopin-1.3, Henri Frédéric Charles Albert ● Né à Lübeck (Allemagne) en 1804 ; mort à Paris en 1880. ● Peintre d’histoire et de genre ; pensionnaire de l’Académie des beaux-arts de Saint-Péterbourg (1816-1818) puis de l’école des beaux-arts de Paris (1821) ; grand-prix de Rome (1821) ; de retour à Paris vers 1835. ● Agréé à l’Académie des beaux-arts de Russie vers 1848. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p 183-184.

Chrétien Lalanne, Léon Louis ● Né à Paris le 3 juillet 1811 ; mort le 12 mars 1892. ● Ingénieur ; élève de l’École polytechnique (1829), et de l’École des ponts et chaussées (1834) ; envoyé en mission en Russie pour étudier les richesses en combustible minéral (1837) ; inspecteur général des ponts et chaussée, du corps auxiliaire du génie militaire en 1871 ; inspecteur général de 1re classe des ponts et chaussées, directeur de l’école des ponts et chaussées, membre de l’Institut (1881). ● Chevalier (26 avril 1846), officier (28 juin 1856, commandeur (22 janvier 1871) et grand officier (18 janvier 1881) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/536/36. Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 121.

Circourt, comte Adolphe de ● Né à Bouxières-aux-Chênes (Meurthe) le 22 septembre 1801 ; marié à Berne en 1830 avec Anastasia Sémionovna Khlioustina ou Klustine (née à Moscou en 1808 ; morte à Paris le 9 mars 1863) [fille de Simon Klustine, officier supérieur de l’armée russe, et de Véra Tolstoï] ; mort le 17 novembre 1879. ● Haut fonctionnair et diplomate. Chef de cabinet de La Bourdonnaye puis de celui de Polignac (1829-1830) ; il fit de nombreux voyages de Saint-Pétersbourg à Moscou ; en résidence en Suisse en 1830, puis en voyage en Europe avec son épouse, pour visiter l’Italie, la Russie et l’Allemagne ; de retour en France en 1837 ; chargé d’affaires à Berlin (1848) ; sa femme tint dès 1852 un salon à Paris, rue des Saussaies, et dans sa villégiature de La Celle-Saint-Cloud, aux Bruyères, fréquenté par des hommes de lettres russes et français . ● Collaborateur de la Revue universelle, la Revue contemporaine, la Revue britannique ; auteur de divers ouvrages et articles, dont un portrait de Lamartine (publié sous le titre « Un portrait inédit de Lamartine », La Grande Revue, 1931, p. 246-254), avec qui il était très lié. ● Membre de la Massachussets Historical Society. ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 193-197.

Clapeyron, Benoît Paul Émile ● Né à Paris, 342, rue Saint-Martin, le 26 janvier 1799 (fils de Claude Clapeyron, négociant, et de Marie Agathe Godde] ; marié à Paris le 7 janvier 1834 à Mélanie Bazaine [fille de Pierre Dominique Bazaine, sœur du maréchal de France François Achille Bazaine et de l’ingénieur Pierre Dominique Adolphe Bazaine] ; mort à Paris, 21, rue de la Chaussée-d’Antin, le 28 janvier 1864. ● Ingénieur. Élève chez les oratoriens de Juilly ; élève à l’École polytechnicien (1815-1818), à l’École des mines de Paris (1818-1820) ; ingénieur du Corps royal des Mines, titularisé le 20 septembre 1821 ; parti avec son condisciple Gabriel Lamé à Saint-Pétersbourg en 1820, ingénieur de 1820 à 1831 au service de la Couronne impériale de Russie au corps des ingénieurs des voies de communication, avec le grade de colonel (1833) ; ayant mené les travaux de creusement et d’aménagement du canal Obvodny ; membre du Cercle d’Augustin Bettancourt ; membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg ; de retour en France en 1830 ; professeur à l’École des mines de Saint-Étienne (1832-1834) ; ingénieur à la compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain (1836), il travailla au tracé de la ligne de chemin de fer de Paris au Pecq et aux projets des lignes de chemin de fer du nord et du midi ; Saint-Simonien ; auteur de travaux sur la notion d’ellipsoïde des contraintes, sur la théorie du calorique ; auteur du théorème et équation de Clapeyron ;. Chevalier (11 janvier 1831), officier de la Légion d’honneur (5 août 1857). ● Arch. nat., LH/541/42. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 101-138 (D. Gouzévitch et I. Gouzévitch) ; notice Wikipédia.

Clausel, Roger ● Originaire de Provence, né vers 1870. ● De la classe militaire 1891 à Orange ; ingénieur des mines ; ingénieur à la Société des charbonnages de Tcherbonovska. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24, 598PO/2/439.

Cloquet ● Chirurgien ; membre en 1831 de la commission médicale française envoyée par le gouvernement de Louis-Philippe pour observer le choléra-morbus, à Saint-Pétersbourg puis en Allemagne. ● MAE, Nantes, 598PO/2/22. ● Il s’agit peut-être de Germain Jules Cloquet (né à Paris le 18 décembre 1790 ; mort le 23 février 1883), membre de l’Académie des sciences, commandeur de la Légion d’honneur le 11 août 1860 (Arch. nat., LH/555/33).

Cochet, Ladislas Marien Théodore ● Né à Varsovie, Pologne, le 27 juin 1820 ; mort le 27 février 1904. ● Consul de France à Varsovie (18 décembre 1864) ; consul de France à Odessa (13 avril 1861) ; chevalier de la Légion d’honneur (14 août 1866). ● Arch. nat., LH/558/15 ; MAE La Courneuve, Pers. 1re série cartons, n° 988. Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Cognard ● Marié, père de plusieurs enfants en 1870. Chirurgien-dentiste de l’empereur de Russie à Saint-Pétersbourg. MAE, Nantes, 598PO/2/310.

Colas, Stella Nancy ● Artiste dramatique à Saint-Pétersbourg au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/413.

Colleau, Oscar ● Né le 4 août 1826 ; mort le 5 avril 1890. ● Consul de France à Veracruz ; consul de 1re classe à Moscou (13 mars 1877-27 avril 1878). Chevalier de la Légion d’honneur (17 novembre 1862). ● Arch. nat., LH/566/53.

Collet, Amable Désiré ● Docteur en médecine ; arrivé en Russie en 1815, après la seconde abdication de Napoléon Ier ; envoyé en mission à Yampol, dans le gouvernement de Podolie, pour lutter contre le choléra (décembre 1831) ; chargé du service médical de deux hôpitaux temporaires à Berditchev (Ukraine) lors d’une épidémie de choléra (1847-1848). ● MAE, Nantes, 98PO/2/263.

Collignon ● Agent consulaire à Nijni-Novgorod (1897-1898). ● Annuaire diplomatique, 1897-1898.

Collignon-1, Charles Étienne (1802-1885) ● Né le 16 mai 1802 à Metz ; marié à Louise Caroline Lesage dont Romain Charles Édouard Collignon, qui suit ; mort à Paris le 6 décembre 1885. Catholique ● Ingénieur. Polytechnicien (X 1821) ; député de l’arrondissement de Sarrebourg (1845-1848) ; ingénieur en chef des ponts et chaussées (1854) ; conseiller d’État en 1872. Choisi en 1857 pour l’étude et la direction du nouveau réseau des chemins de fer russes, installé à Saint-Pétersbourg où il demeura jusqu’en 1862. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. ; F/14/2195/1 et 2966 (dossier de carrière) ; LH/568/58 (dossier de Légion d’honneur) ; RGIA ; RGVIA ; MAE, Nantes, 598PO/2/218. Dimitri et Irina Gouzévitch, « Des ingénieurs français au service de la couronne russe au début du xixe siècle : sources en Russie et en Ukraine » ; Jean-Baptiste Sébastien Krantz, « Notice sur la vie et les travaux de Charles-Étienne Collignon, inspecteur général des ponts et chaussées » ; notice Armelle Le Goff.

Collignon-1.1, Romain Charles Édouard (1831-1913) ● Né à Laval (Mayenne) le 28 mars 1831 [fils de Charles Étienne Collignon, ingénieur des ponts et chaussées (X 1821), et de Louise Caroline Lesage] ; marié à Aline Blaise dont Amélie Collignon ; mort à Paris le 11 août 1913. ● Ingénieur. Polytechnicien (X 1849) ; ingénieur en chef des ponts et chaussées (1878). Parti à la suite de son père Charles Etienne Collignon en 1857 pour l’étude et la direction du nouveau réseau des chemins de fer russes, il participa à la construction des voies ferrées Saint-Pétersbourg-Varsovie et Moscou-Nijni-Novgorod (1857-1862) ; il poursuivit sa carrière en France. ● Auteur de : Les chemins de fer russes de 1857 à 1862 (Paris, Dunod, 1864) ; Les chemins de fer russes de 1857 à 1862, atlas (Paris, Dunod, 1868, 2e éd.) ; Les chemins de fer russes de 1857 à 1862 : études sur la Russie (Paris, Dunod, 1868) ; différentes études sur les chemins de fer russes ; cours, mémoires et traités de mécanique. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/568/96 ; RGIA ; RGVIA ; MAE, Nantes, 598PO/2/218. Dimitri et Irina Gouzévitch, « Des ingénieurs français au service de la couronne russe… » ; Édouard Collignon, Titres scientifiques de M. Édouard Collignon, Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de 1ère classe… (Paris, Gauthier-Villars, 1883). Notice Armelle Le Goff.

Collin, Alphonse ● Libraire à Odessa au xixe siècle. ● Notes Elena Polevchtchikova.

Collin, Emilia ● Née en 1864. ● Arrivée en 1880 en Russie pour enseigner le français dans la famille du vice-gouverneur du Ferghana, le général Medynski, dont elle devint par la suite la secrétaire personnelle ; elle rencontra en 1891 Léon Dutreuil de Rhins et en 1892 Joseph Martin, qu’elle devait soigner dans ses derniers jours et écrire les lettres. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 400.

Comacle Pierre ● Né au Creusot (Saône-et-Loire) le 19 septembre 1865. ● Mentionné comme chimiste à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/682.

Combré ou Combray, Raymond ● Ingénieur ou industriel. Agent de la Société anonyme des extraits de chêne en Russie (1901-1904), il avait obtenu en 1898 le privilège en Russie du mode de fabrication des extraits de chêne ; cité à Kiev. ● Archive Historique d’État de Russie ; notes Tatiana Morozova

Compagnoni, Clément ● Médecin à Koutaïssi (Géorgie) ; déclaré insoumis pour n’avoir pas répondu à l’appel en 1914. ● MAE, Nantes, 598PO/2/542.

Compagnoni, Étienne ● Professeur à Koutaïssi (Ukraine) ; déclaré insoumis pour n’avoir pas répondu à l’appel en 1914. ●MAE, Nantes, 598PO/2/542.

Compagnoni, Ivan ● Pharmacien à Koutaïssi (Ukraine) ; déclaré insoumis pour n’avoir pas répondu à l’appel en 1914. ●MAE, Nantes, 598PO/2/542.

Compagnoni, Joseph ● Ingénieur à Koutaïssi (Ukraine) ; déclaré insoumis pour n’avoir pas répondu à l’appel en 1914. ●MAE, Nantes, 598PO/2/542.

Compère, Thomas Joseph ● Né en 1785 ; mort avant septembre 1847. ● Ingénieur. Polytechnicien (X 1805) ; entré au service de la Couronne impériale, au Corps des ingénieurs des voies de communication ; membre du Cercle Augustin Bettancourt. ● RGIA et RGVIA. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p.101-138. Notes Dimitri et Irène Gouzévitch.

Comte, Joseph François Amédée ● Né à Salettes (Drôme ou Haute-Loire) le 19 mars 1882. ● Professeur de français à partir d’août 1912 à l’école commerciale de Kazan. ● Décoré des Palmes académiques en 1913. ● MAE, Nantes, 598PO/2/576.

Consolat, Maximin Dominique ● Né en Provence et baptisé (au Bar ?) le 4 août 1785 (parrain, Claude Bourgeois, son oncle, et marraine, Françoise Raimbert, veuve Lauvergne) [fils de Cyprien Consolat (originaire du Bar) ; mort le 12 mars 1821) et de Françoise Laure (1761-1794) ; petit-fils de Claude Laure (né en 1719 ; mort le 20 janvier 1793 et de Marie Anne Raimbert (née en 1735 ; morte à Grasse le 21 décembre 1814) ; arrière-petit-fils de Joseph Raimbert (1700-1759) et de Madeleine Jourdan (1694-1793), mariés le 28 février 1718] ; marié à Marseille en 1824 à Zoé Clothilde Maurel, dont il eut : Gaspard Alexis Consolat (1825-1831) ; Léonille Joséphine Consolat (1827-1828) ; Esther Consolat (1828-1880), mariée en 1854 à François Isidore Gilles (1808-1900), dont trois enfants ; Marie Justine Consolat (née en 1829) ; P. S. V. Consolat (1831-1831) ; Jules Consolat (mort en 1877), marié à Paris en 1861 à Marie Gibé ; Léon Marie Consolat (1833-1834) ; Adélaïde Louis Consolat (1835-1835) ; Léontine Marie Consolat (1837-1859), mariée en 1855 à Victor Renaudin (1828-1894) ; mort à Marseille, 26, boulevard de Longchamp, le 29 juillet 1858. ● Négociant. Parti de France le 12 août 1800 pour se rendre à Berlin puis à Saint-Pétersbourg, auprès son grand-oncle Esprit François Raimbert ; négociant à Constantinople, travaillant dans la maison Raimbert avec son grand-oncle Esprit François Raimbert et son cousin Emmanuel Montréal entre 1815 et 1822 environ, puis avec François Geiger, sous la raison Geiger et Consolat ; il quitta définitivement Saint-Pétersbourg le 25 novembre 1823, après vingt-trois ans de résidence en Russie ; il continua pendant quelques années ses relations commerciales avec la maison Geiger et Consolat, qui garda comme Maximin Laure comme principal intermédiaire et l’un de ses premiers fournisseurs en huiles parfumées, essences d’oranges et de fleurs, et huiles de table ; en 1825, la maison Geiger et Consolat consentit un prêt au duc de Raguse pour les dépenses à supporter lors du sacre du tsar Nicolas Ier ; en mars 1827, Maximin Dominique Consolat céda ses parts à son associé qui resta seul à la tête de la maison de négoce, sous la raison Fr. Geiger et Cie (ce dernier continua à se fournir auprès de Maximin Laure jusqu’à sa mort en 1828, puis pendant quelques années auprès de son fils Léopold Étienne Laure, avant de lui-même revenir en France) ; installé comme négociant à Marseille en 1824 ; second adjoint au maire de Marseille (14 août 1830) ; directeur des postes de Marseille (22 août 1830) ; maire de Marseille (11 septembre 1831), confirmé par ordonnance royale du 14 décembre 1832, il dut pendant son premier mandat faire face au mouvement fomenté par les Carlistes, remédier au mauvais état des finances de la ville et combattre deux épidémies de choléra ; lors de son second mandat, il commença en 1838 les travaux du canal de la Durance sous la direction de Montricher (finis en 1849), il introduit l’éclairage à gaz dans la ville, fit achever le Prado, le percement du boulevard National (alors appelé d’Orléans), la construction de la halle des Capucins (actuelle Bourse du Travail) et la création de la police de sûreté ; redevenu conseiller municipal (1843), retiré de la vie publique en 1848 ; président de la commission du canal, il fut à l’honneur lors de la fête inaugurale de l’arrivée des eaux sur le plateau de Longchamp ; une rue porte son nom à Marseille. ● Chevalier (21 juillet 1832) et officier (8 mai 1835) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/581/91 Encyclopédie des Bouches-du Rhône, t. XI, Marseille, 1913 (biographie de Maximin Dominique Consolat). Notice Odile Caffin-Carcy.

Corot, Pierre ● Célibataire. ● Photographe à Saint-Pétersbourg, demeurant district quartier Moscovsky à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Corot, Pierre ● Né à Torcy (Côte-d’Or) le 14 mars 1788 [fils de François Corot, recteur d’école à Torcy, et de Reine Mear] ; mort le 31 octobre 1866. ● Engagé comme soldat le 10 juin 1807 ; sergent, il fit la campagne de Russie et fut blessé d’une balle au bras le 7 septembre 1812 à l’affaire de la Moskova. Chevalier de la Légion d’honneur (28 novembre 1831). Arch. nat., LH/594/21.

Corvée, François Louis ● Né à Seurre (Côte d’Or) en 1864 ; marié à Aimée Mauguin dont il eut : René Joseph Corvée (né au Creusot le 3 septembre 1888 ; mort à Ojie, Saône-et-Loire, le 1er mars 1967), marié à Gray (Haute-Saône) le 9 février 1914 à Marcelle Joséphine Martin, officier d’artillerie, chevalier de la Légion d’honneur (27 décembre 1923) ; Roger Louis Corvée (né au Creusot le 8 mai 1892 ; mort le 11 octobre 1966), marié le 15 octobre 1923 à Laure Marie Antoinette Pruneau, officier d’artillerie, chevalier de la Légion d’honneur (18 janvier 1933). ● Ingénieur ; diplômé des Arts et Métiers (1882) ; ingénieur au Creusot (Saône-et-Loire) à partir de 1884 ; ingénieur aux aciéries du Donetz (1896-1900) ; ingénieur conseil de la Banque internationale de commerce de Saint-Pétersbourg (1900-1903) ; directeur technique de l’usine de Makiïvka. ● Arch. nat., LH, 19800035/862/1346 (René Joseph Corvée) ; 19800035/678/77765 (Roger Louis Corvée). La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 375.

Cottavoz, Marius Hippolyte ● Né à Vif (Isère) le 6 mai 1872 [fils de Désiré Cottavoz (né en 1844), cafetier à Vif, et d’Émilie Samuel (née en 1846)] ; marié ; mort le 5 septembre 1944. ● Ingénieur ; étudiant à l’École d’ingénieur de Saint-Étienne et à École des arts et métiers d’Aix (promotion 1888) ; installé en Russie en 1899 ; agent consulaire à Ekaterinoslav (1904-1918) ; ingénieur électricien et directeur de la société d’électricité à Ekaterinoslav, directeur des tramways de la ville, administrateur de nombreuses sociétés tant françaises qu’étrangères dans le Donetz ; ayant contribué à l’organisation des fabrications de guerre dans le bassin du Donetz, et coopéré à l’opposition de l’avance des troupes allemande en Ukraine ; arrêté par les autorités militaires, interné pendant quatre mois en Allemagne ; il empêcha les Français du gouvernement d’Ekaterinoslav d’être molestés par les autorités bolcheviques ; chargé de mission en Russie méridionale en 1919 ; revenu en France, demeurant 86, rue du Ranelagh, Paris 16e en 1920 ; directeur de la Société commerciale, industrielle et financière pour la Russie (3, rue d’Antin, Paris 2e). ● Chevalier de Saint-Stanislas 3e classe (1910) ; chevalier de la Légion d’honneur (9 mai 1919). ● Arch. nat., LH, 19800035/10/1210 ; MAE, Nantes, 12 ACN/23 et 598PO/2/660.

Cotteau, Edmond (1833-1896) ● Né à Châtel-Censoir (Yonne) le 15 novembre 1833 [fils d’Edmond Cotteau (1794-1874) et de Marie Caroline Duru (1797-1851)] ; mort à Paris le 5 décembre 1896. ● Journaliste et reporter géographique ; dessinateur. Engagé comme reporter au journal Le Temps (1876) ; il multiplia les voyages, en publia les récits et fut engagé par la revue Le Tour du Monde ; en voyage en Amérique (1876-1877) et en Inde (1878-1879) ; il fit aussi un voyage entre Paris et le Japon, passa en Europe centrale, la Sibérie, se rendit jusqu’au Japon et revint par la Chine et l’Indochine (6 mai-7 août 1881) ; il effectua aussi un tour du monde par mer en 1884. ● Auteur de : De Paris au Japon à travers la Sibérie, voyage exécuté du 6 mai au 7 août 1881 (Paris, Hachette, 1883). ● Notice Armelle Le Goff.

Coudère, Simon ● Né à Béziers (Hérault). ● Médecin attaché depuis 1780 au prince Baratinski, qu’il accompagna à Riga, Pleskov, Moscou, Saint-Pétersbourg où il se trouvait en 1809 ; une demande de renseignements de la part de sa famille fut faite en 1824, mais le consul général de France à Saint-Pétersbourg ne trouva aucune trace du séjour dans la capitale de Simon Coudère. ● MAE, Nantes, 598PO/2/297.

Coudert de Bosse ● Habitant à Moscou, il fit les fonctions de vice-consul à Moscou à la suite de Pierre Martin après le départ de ce dernier en 1788. Ce fut grâce à lui que les Français avaient pu obtenir en 1789 la paroisse Saint-Louis-des-Français. ● https://fr.wikipedia.org/wiki/Ambassade_de_France_en_Russie

Coulibeuf de Blocqueville, Henri de ● Aventurier, mercenaire ; mentionné au Turkestan en 1860-1861, capturé par des nomades dont il étudia les mœurs. ● Auteur de : Notice sur les nomades du Turkestan (Paris, impr. de E. Martinet, 1865, 19 p., in-8°). ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 351.

Couppier, Claude Henri Jules (1823-1860) ● Né à Tain-l’Hermitage (Drôme) le 24 juin 1823 [fils de Claude Joseph Marie Philibert Couppier, avocat, et de Zoé Constance Saint-Romme de Roybon] ; mort à Amélie-les-Bains (Pyrénées-Orientales) le 14 avril 1860. ● Chimiste, photographe. Calotypiste et photographe, membre de la Société française de photographie, spécialiste de vues stéréoscopiques sur verre albuminé, il pratiquait également le négatif papier. Il demeura successivement à Paris : 15, rue Saint-Victor (vers 1855) ; 21 bis, rue de la Contrescarpe-Saint-Marcel (1860) ; associé à Sarrault en 1859, il propose à sa clientèle plus de deux cents vues de France et d’Algérie et une série sur la Russie ; pas d’indication sur son séjour en Russie. ● Auteur de vues exposées chez Abazaer. ● Marc Durand, De l’image fixe à l’image animée (1820-1910)… Notice Armelle Le Goff.

Courcolles, Jules Ernest ● Né à Versailles (Yvelines) ; sans descendance ; mort à Saint-Pétersbourg le 6/18 février 1867. ● Professeur de français à l’académie ecclésiastique catholique et assesseur de collège à Saint-Pétersbourg ; demeurant dans la maison de l’académie ecclésiastique catholique à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/190, doss. 9.

Courte, comte Louis Antoine Marie Joseph Henri de ● Né le 3 octobre 1858. ● Vice-consul à Batoum (1894-1897). ● Annuaire diplomatique, 1895-1901.

Courte, voir Dubail de Courte

Coutouly, Charles Henri Guillaume de ● Né à Saint-Pierre-le-Vieux (Seine-Maritime) le 24 février 1847 [fils de Charles de Coutouly (né au château de Kanngard, Sölleröd, Danemark, le 25 août 1805 ; mort à Saint-Valéry-en-Caux, Seine-Maritime, le 29 juillet 1846), pasteur de l’Église réformée à Maubeuge (1830-1835) et à Luneray (1835-1846), et d’Henriette Suzanne Louise Serre de Lucadou (née à Paris le 13 décembre 1814 ; morte à Tours, Indre-et-Loire, le 11 avril 1891), mariés à Genève le 10 août 1835 ; petit-fils au paternel de Pierre Charles de Coutouly (1760-1805) et d’Élisabeth Monod (1769-1850), mariés au Danemark le 17 février 1802, et au maternel de Charles Pierre Serre de Lucadou (1798-1832) et d’Anne Catherine Pallard (née en 1801)] ; marié le 20 janvier 1879 à Sarah Pozzi, dont une fille Tamara de Coutouly (née en 1880) ; mort en 1911. ● Consul. Licencié-ès-lettres ; élève de l’École des chartes ; consul de 2e classe à Tiflis (11 mai 1880), à Düsseldorf, Allemagne (1er février 1881), à Fernambouc (20 septembre 1881, non installé), à Saint-Pétersbourg (23 janvier 1882), à La Canée (19 février 1885), à Gibraltar (20 avril 1886), au Cap (18 novembre 1887) ; consul de 1re classe (16 juin 1888) ; en disponibilité sur sa demande (27 septembre 1890) ; consul à Panama (27 mars 1892). Chevalier de la Légion d’honneur (9 juillet 1892). ● Arch. nat., LH, 19800035/0128/16160 ; Geneanet, généalogies de Bourelly et de Jean Hervé Favre ; Annuaire diplomatique, 1879-1901.

Crémont, Pierre ● Né à Aurillac (Cantal) le 18 juin 1784 [fils d’Antoine Crémont, serpent au chapitre de Saint-Géraud à Aurillac] ; mort à Tours (Indre-et-Loire) en mars 1846. ● Violoniste et compositeur ; élève au Conservatoire de musique de Paris (1799-1803), mentionné comme soliste dans un orchestre en Allemagne, en Pologne et aux Pays Baltes en 1798-1800) ; maître de chapelle du tsar Alexandre Ier (1802), puis premier violon et directeur du Théâtre français de Moscou (1803-1812) ; auteur de plusieurs opéras (1803-181), détruits dans l’incendie de Moscou ; parti en tournée en Scandinavie (1813) ; de retour à Paris, il prit la direction de l’orchestre de l’Odéon (1815-1830) ; installé à Moulins (Allier) en 1830, puis à Lyon (1833) comme premier chef du Grand Théâtre de Lyon ; directeur de la Société philharmonique de Tours (1839). ● Auteur d’œuvres pour cordes, dont un quatuor à cordes dédié à Pierre Baillot (1815) et des opéras comiques. ● Membre de l’Académie royale de Musique de Suède (1830). ● La France Littéraire, Paris, 1836 ; Revue de la Haute Auvergne (1985-1987, notice André Muzac ; décembre 2012, notice Emmanuel Resche) ; Revue et gazette musicale de Paris, vol. 6, 1839 ; notes Guillaume Nicoud.

Cresson, Fortuné ● Né à Arques (Pas-de-Calais, ou Arques-la-Bataille, Seine-Maritime) le 16 juillet 1874 ; marié à Hélène Jeftanowitch, dont il eut un fils Jacques Cresson (né en 1924) ; mort en 1945. ● Médecin-chirurgien interne des hôpitaux de Paris ; médecin à l’hôpital français de Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/176. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 223

Crèvecoeur de Perthes, voir Boucher de Crèvecoeur de Perthes.

Crochemore, Ernest Léon ● Né à Grasville-Sainte-Honorine (Seine-Maritime) le 21 novembre 1871. ● Ingénieur aux Ateliers russo-baltiques, venu en Russie en vertu d’une autorisation ministérielle du 15 juillet 1915 sans indication de durée. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24.

Croizier, voir Baudier de Croizier de Saint-Segraux

Crussy, Victor ● Né à Sedan, rue Bastion de Turenne (Ardennes) le 26 septembre 1821 [fils de Jacques Crussy (né en 1788), ouvrier charpentier, et de Marie Anne Hussen] ; mort le 19 mai 1898. ● Ingénieur civil ; ayant obtenu à Paris le 19 mai 1857 un passeport pour se rendre à Vilna ; auteur de plusieurs donations en faveur de la ville de Sedan (une donation en 1877 d’une maison d’une valeur de 10 000 F pour être affectée spécialement à la création de la première école laïque de filles de Sedan ; en 1888, une somme de 125 000 F pour la construction d’une école maternelle et d’une crèche municipale ; en 1891, une somme de 50 000 F pour l’édification d’une école maternelle avec cantine scolaire sur la place Saint-Vincent-de-Paul ; en 1891, 50 000 F pour la création sur la place Hussan d’une école laïque de fille ; en 1892, 10 000 F pour la Société de secours mutuels des ouvriers de Sedan ; en 1892, 10 000 F à la Caisse de retraite des ouvriers de Sedan ; allocations annuelles faites à l’œuvre utile des fourneaux économiques ; dotation annuelle de 500 F pour l’entretien et le fonctionnement de la cantine scolaire de la place Saint-Vincent-de-Paul ; 1893, 500 F pour les victimes de l’explosion du générateur de la machine à vapeur de la manufacture de Messieurs Auguste Robert et fils) ; dit ancien entrepreneur de travaux publics en 1893. ● Chevalier de la Légion d’honneur (29 juillet 1893). ● Arch. nat., LH/637/50 ; MAE, Nantes, 598PO/2/426.

Cubat, André ● Né à Alet-les-Bains (Aude) le 24 février 1850 [fils de Mathieu Cubat (né à Villar-Saint-Anselme, Aude, le 14 avril 1818), boucher, aubergiste, limonadier, et d’Anne Apolonie Brutinel (née à Alet-les-Bains le 7 février 1811 ; morte le 31 mai 1858) ; frère de Pierre Cubat, chef des cuisines impériales en Russie] ; marié le 10 août 1875 à Jeanne Barthe (née à Thiviers, Dordogne). ● Propriétaire et directeur d’un restaurant à Saint-Pétersbourg. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Cubat, Jean Pierre, dit Pierre ● Né à Alet-les-Bains (Aude) le 15 juin 1844 [fils de Mathieu Cubat (né à Villar-Saint-Anselme, Aude, le 14 avril 1818), boucher, aubergiste, limonadier, et d’Anne Apolonie Brutinel (née à Alet-les-Bains le 7 février 1811 ; morte le 31 mai 1858) ; frère d’André Cubat, restaurateur à Saint-Pétersbourg] ; marié (1) à Saint-Pétersbourg, Sainte-Catherine d’Alexandrie, à Marie Marthe Martin (née à Paris, Ier arrondissement, en 1849 ; morte à Saint-Pétersbourg le 5 juin 1912) [fille d’Eugène Martin et de son épouse, née Lacatte], et divorcés en août 1908, dont seize enfants parmi lesquels huit survécurent : Mathieu André Cubat (né à Saint-Pétersbourg le 28 février 1876 ; mort à Marseille, Bouches-du-Rhône, le 13 décembre 1922), marié le 4 mars 1919 à Marseille à Marie Joséphine Vidal (née à Marseille le 23 octobre 1870) ; Marie Louise Cubat (née à Saint-Pétersbourg le 30 avril 1880), mariée à Paris, VIIIe arrondissement, le 27 décembre 1900 à Charles Ernest Beaupère (né à Prunay-le-Guillon, Eure-et-Loir, le 12 août 1868) ; Pierre Alexandre Cubat (né à Saint-Pétersbourg le 30 avril 1881 ; mort à Luçay-le-Mâle, Indre, le 11 octobre 1945), marié vers 1880-1881 à Catherine Boyé ; Lucien Louis Cubat né à Alet-les-Bains le 7 août 1884 ; mort à Alix, Rhône, le 15 décembre 1964), marié (1) à Carcassonne, Aude, le 22 mars 1908 à Thérèse Blanche Charlotte Jagmet (née à Bordeaux, Gironde, le 28 décembre 1891), divorcé par jugement du tribunal civil de Toulouse, Haute-Garonne, le 7 janvier 1919, et (2) à Lyon, VIe arrondissement le 15 octobre 1955 à Rosa Emma Maria Montegut (née à Monlaur-Bernet, Gers, le 15 août 1900) ; Anna Marie Cubat (née à Saint-Pétersbourg le 24 janvier 1888 ; morte à Perpignan, Pyrénées-Orientales, le 3 avril 1971), mariée le 4 janvier 1908 Jean Elie Marius Pierre Fornier (né le 3 janvier 1885 ; mort à Perpignan le 22 janvier 1971) ; Élisabeth Marthe Cubat (née à Saint-Pétersbourg le 22 février 1889), mariée à Alet-les-Bains le 29 mars 1910 à Jules Etienne Maurice Casaubon (né à Figeac, Lot, le 28 mai 1878), divorcée par sentence du tribunal civil de Toulouse le 7 juillet 1925 ; Alexandre Pierre Cubat (né à Saint-Pétersbourg le 20 juillet 1891 ; mort au champ d’honneur à Quesnoy-en-Santerre, Somme, le 30 octobre 1914). Pierre Cubat n’eut pas de descendance de son second mariage à Paris, XVIIe arrondissement, le 24 septembre 1910 avec Joséphine Marie Marguerite Vassard (née à Eu, Seine-Maritime, le 14 mars 1877 ; morte à Neuilly-sur-Seine, Hauts-de Seine, le 17 octobre 1959) [fille de Joseph Florentin Vassard (né à Fréauville, Seine-Maritime, le 19 mars 1847 ; mort avant 1902), mariés au Mesnil-Réaume, Seine-Maritime, le 29 janvier 1876 à Maria Mathilde Emilia Octavie Leguillier (née à Contoire-Hamel, Somme, le 9 février 1858 ; inhumée à Fresnoy-Folny, Seine-Maritime), qui se remaria à Paris, XVIIe arrondissement, le 4 septembre 1902 à Louis Prosper Bouché (né à Mareuil-sur-Fay, Marne, le 15 décembre 1850 ; suicidé à Tilport, Seine-et-Marne, en avril 1904), artiste peintre], modiste à la cour de Russie. Pierre Cubat mourut et fut enterré à Alet-les-Bains le 6 octobre 1922. ● Chef des cuisines impériales de Russie sous Alexandre II, Alexandre III et Nicolas II. En apprentissage de cuisinier-pâtissier à Carcassonne (Aude) ; venu à Pari, engagé au Café anglais, boulevard des Italiens, sous la direction du chef Adolphe Dugléré ; parti à Saint-Pétersbourg vers 1867, il travailla d’abord au restaurant Chez Borrel, à Saint-Pétersbourg, puis servit comme maître d’hôtel chez le comte Paul de Fersen, la grande-duchesse Marie et enfin le prince Bariatinski, grand écuyer de la cour, qui le recommanda en 1873 et le fit entrer au service de la cour comme chef des cuisines impériales ; à la suite d’un différend avec Alexandre III, il rentra en France en 1882, investit la fortune accumulée en Russie dans les vignes et se lança dans le négoce du vin. Ruiné par le phylloxéra, il retourna en 1887 à Saint-Pétersbourg où il ouvrit le Café de Paris. Revenu à Paris, il y ouvrit en 1894 un restaurant dans l’ancien hôtel particulier de la marquise de Païva, 25, avenue des Champs Élysées. En 1896, à l’occasion de sa visite à Paris pour la pose de la première pierre du pont Alexandre III, Nicolas II proposa à Cubat de revenir travailler à son service à la cour de Russie et en mars 1897, Cubat rejoignit Saint-Pétersbourg pour la troisième fois pour y rester jusqu’en janvier 1914. ● Élevé à la dignité de Kamer-fourrier, il fut aussi nommé grand-officier des ordres russes de Sainte-Anne et de Saint-Stanislas ; officier de l’ordre Victoria ; croix de Genève ; Commandeur du Cambodge. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Custodis, Alphonse ● Ingénieur, installateur de cheminées industrielles, fondateur en 1899 ou 1900 et directeur de la Société anonyme Alphonse Custodis ; demeurant 52 Kazanskaya (Saint-Pétersbourg?). ● MAE, Nantes, 598PO/2/581.

Cuverville, voir Cavelier de Cuverville

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search