D

Daiglon, François Joseph ● Né le 21 janvier 1825. ● Mentionné à Katchalin au milieu du xixe siècle comme « conseiller technique » et inspecteur ; conseiller titulaire de l’empereur, inspecteur de 1re classe près la navigation du Don, premier arrondissement des voies de communication de l’Empire au port de Katchalin terre des cosaques du Don, gouvernement de Saratov. ● MAE, Nantes, 598PO/2/286.

Daigremont, Jules Achille ● Né à Lille (Nord), place Saint-André, le 28 février 1827 [fils de Joseph Honoré Désiré Daigremont (né à Cambrai, Nord, paroisse Saint-Martin, le 16 novembre 1790), qui avait terminé sa carrière comme général de division, membre du comité des fortifications, grand officier de la Légion d’honneur (7 novembre 1855), et de Célestine Mélanie Lambert (née à Valenciennes, Nord, en 1796) ; petit-fils au paternel d’Octave Joseph Daigremont, marchand mercier, et d’Alexandrine Désirée Queulin] ; marié en 1850 à Sophie Martelet (morte avant 1894), dont deux enfants ; mort à Tours (Indre-et-Loire) le 31 mai 1898. ● Ingénieur. Polytechnicien (X 1845) ; ingénieur des ponts et chaussées ; ingénieur ordinaire de 3e classe (15 octobre 1850) ; au service des travaux du Rhin (1851-1853) ; à la compagnie des chemins de fer de l’Est (août 1853-juillet 1857) ; ingénieur ordinaire de 2e classe (1er juillet 1854) ; au service de la compagnie des chemins de fer lombards, devenue en 1865 la compagnie des chemins de fer de la Haute Italie, entreprise contrôlée par la Maison Rothschild (juillet 1857-mai 1870) ; désigné par le ministère de la Guerre en 1870 par les grandes compagnies de chemins de fer pour organiser le corps des chemins de fer à l’armée du Rhin ; envoyé en février 1870 en mission d’exploration par le Comité central de la Société Générale ; directeur de la Société anonyme franco-russe, constituée en février 1872, devenue en avril 1873 la Société minière et industrielle (deux programmes principaux : la canalisation et l’installation du touage de la Moskova qui s’avère peu rentable ; création d’un vaste charbonnage dans le sud-ouest du bassin du Donetz à Rutcenko ; et chargé d’études en France, Italie, Espagne ; demeurant 96, boulevard Hausmann à Paris (1896) ; ingénieur ordinaire de 1re classe (1er février 1879), attaché au service des chemins de fer exécutés par l’État (1er juillet 1879), en résidence à Limoges (1879), à Tours (1889) ; ingénieur en chef de 1re clase des ponts et chaussées. ● Chevalier (22 avril 1863), officier de la Légion d’honneur (7 janvier 1894). ● Arch. nat., LH/647/41, LH/647/45 ; MAE, Nantes, 598PO/2/319. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 364-366.

Dallery ● Consul à Moscou (1881-1882). ● MAE, Pers 1re série cartons, n° 1133-1134 ; Annuaire diplomatique, 1881-1882.

Dalmas, Honoré Joseph ● Mort à Saint-Pétersbourg en 1829. ● Ténor récruté probablement à Paris en 1798 ; éditeur de musique (1802) ; éditeur de la revue musicale Le Troubadour du Nord, étant un des premiers traducteurs des œuvres d’Alexandre Pouchkine en français ; éditeur de partitions des marches militaires de la Garde impériale russe et des hymnes et chansons maçonniques (1804-1809) ; auteur d’un catalogue de ses éditions comportant plus de mille cinq cents titres (1815). ● Franc-maçon, membre de plusieurs loges maçonniques à Saint-Pétersbourg ; secrétaire au Sphinx (1812-1817) ; grand secrétaire des travaux en français à la Grande Loge Provinciale (1815-1817), secrétaire à La Palestine, Les Amis du Nord, Le Phénix (1818). ● Anne Mézin et Vladislav Rjéouski, vol. 2, p. 212-213 ; notes Vladimir Somov, Vladislav Rjéoutski.

Daloz, Eugène ● Né à Paris, 319, rue Saint-Honoré, le 19 décembre 1835 [fils d’Alphonse Jean-Baptiste Daloz (né en 1800), notaire, et de Julie Henriette Herminie Petitniaud] ; mort à Paris XVIIe arrondissement, 7, rue Denis Poisson, le 5 février 1924. ● Consul de 1re classe à Malte (1882) ; consul à Odessa (18 novembre 1882-19 mai 1885) ; consul général. ● Chevalier de la Légion d’honneur (4 juillet 1882). ● Arch. nat., LH/649/58 ; MAE, Pers 1re série cartons, n° 1136 ; Annuaire diplomatique, 1890-1892.

Darcy, Pierre Julien ● Né à Paris, 70, rue de Chaillot, le 3 avril 1870 [fils d’Henry Darcy (né à Troyes, Aube, le 21 octobre 1840, l’un des fondateurs de l’Union des industries métalliques et minières ; mort le 25 novembre 1926), président de la Compagnie des forges de Châtillon, Commentry et Neuves-Maisons, président de la Compagnie des Mines des houilles de Blanzy, président du Comité central des houillères de France, maître des requêtes au Conseil d’État, préfet des Vosges, du Pas-de-Calais et des Alpes-Maritimes, etc., commandeur de la Légion d’honneur (14 janvier 1922), et d’Adèle Élisabeth Hély d’Oissel (née en 1844) ; petit-fils au paternel d’Hugues Jean Darcy (né en 1807 ; mort à Gouville, près Dijon, Côte-d’Or, le 6 juin 1880), préfet de l’Aube et du Gard, officier de la Légion d’honneur (29 avril 1847), et d’Eugénie Vuitry] ; mort à Moscou, Russie, « dans les geôles de Moscou », d’une hémorragie cérébrale à l’hôpital de la prison de Boutyrskaia, le 23 décembre 1918. ● Industriel. Bachelier ès lettres et ès sciences ; engagé conditionnel, officier de réserve ; ayant commencé sa carrière à l’usine Saint-Jacques de Montluçon (1892) ; nommé le 2 mai 1896 administrateur et attaché au comité de direction à Paris de la Société métallurgique de l’Oural-Volga (dépôt de bilan en 1900) ; président de la société russe issue de la réorganisation de la société française de l’Oural-Volga (1904) ; président du cartel Prodometa regroupant quatorze sociétés métallurgiques pour la vente des tôles (1910) ; créateur d’un consortium de trois sociétés métallurgiques : Oural-Volga, Donetz-Urievka et Providence russe ; président du conseil d’administration de onze sociétés anonymes par actions et administrateur de la Banque du Nord (1906-1910) et de la banque Russo-asiatique (1910-1917) ; demeurant en 1913 à Saint-Pétersbourg, 20 Galernaïa (adresse à Paris, 3, avenue Matignon), représentant de la Banque de l’union parisienne ; vice-président, puis président de la chambre de commerce russo-française de Saint-Pétersbourg (à la création de laquelle il avait participé) ; vice-président de la société de bienfaisance de Saint-Pétersbourg ; vice-président de l’alliance française. ● Chevalier de la légion d’honneur (24 juillet 1912). ● Arch. nat. : LH/659/16, LH/659/26 ; LH/659/31 ; MAE, Nantes, 598PO/2/319. À la mémoire de Pierre Darcy, Henry Darcy, Gérard Darcy (Paris, Gauthier-Villars et Cie, 1926, 147 p.) ; Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à 1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 145 ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 494-513.

Darricau, Joseph ● Né à Peyrehorade (Landes) le 30 mai 1867 ; marié (1) à Bordeaux (Gironde) le 23 mai 1889 à Églantine Mont, et (2) à Agen (Lot-et-Garonne) le 1er juillet 1901 à Louise Barandou (née à Fontenay-Rohan, Deux-Sèvres, le 13 août 1869 ; morte à Armuré, Deux-Sèvres, le 30 mars 1890) ; mort à Bordeaux (Gironde) le 19 juin 1917. ● Pâtissier des cours de Portugal, d’Espagne puis de Russie (1897-1900) ; pâtissier de la maison Darricau à Bordeaux. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Daubrée, Gabriel Auguste ● Né à Metz (Moselle) le 25 juin 1814 ; mort le 29 mai 2896. ● Ingénieur du corps des mines ; inspecteur général des mines ; directeur de l’École des mines et professeur au muséum d’histoire naturelle ; parti à Saint-Pétersbourg en 1873 pour assister en qualité de délégué de l’Institut, de l’École des mines et du Muséum d’histoire naturelle au 100e anniversaire de l’Institut impérial des mines ; inspecteur général de 1re classe des mines ; membre de l’Institut. ● Chevalier (10 décembre 1849), officier (2 août 1858) et commandeur (11 août 1869) et grand-croix (11 juillet 1881) de la Légion d’honneur ; commandeur de la l’ordre de la Couronne de chêne, Pays-Bas (2 août 1860) ; commandeur de l’ordre de la Rose, Brésil (17 décembre 1868) ; commandeur du l’ordre du Christ, Portugal (17 décembre 1868). ● Arch. nat., LH, 666/7 ; MAE, Nantes, 598PO/2/628.

Dauchy, Charles Antoine Titus, dit Antoine Titus ● Né vers 1780 ; marié le 15 décembre 1853 à Anne Maître (veuve Sauvageot), fabricante de cristaux d’éclairage rue de Bondy à Paris ; mort vers 1860. ● Danseur et chorégraphe ; danseur à l’opéra de Paris (1794-1810), au théâtre de la Porte-Saint-Martin, puis à Berlin (1824-1832) ; maître de ballet à Saint-Pétersbourg de 1832 à 1849, remplcé par Jules Perrot. ● Il mit en scène La Laitière suisse (1832), La Sylphide (1835) ; Le Diable boiteux (1839) ; Gisèle (1842). ● Dictionnaire de la danse. Maria Zhiltsova, « Jules Perrot à Saint-Pétersbourg, une nouvelle approche romantique dans le ballet ».

Daudon, Lucien Marc ● Né à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) le 23 janvier 1870 [fils de Jean Daudon et d’Élisabeth Dhaussy]. ● Ingénieur-constructeur chef de gare, à la Compagnie du Nord ; comptable ; arrivé dans le Caucase (1903) ; attesté en 1914 ingénieur-constructeur (constructions en ciment armé) à Tiflis (1909-1914). ● MAE, Nantes : 598PO/2/84 ; 598PO/2/100 ; 598PO/2/101 ; 598PO/2/439.

Dauvergne, Henri ● Explorateur, chasseur, naturaliste ; en voyage au Turkestan russe en 1888-1889. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale…, p. 163.

Davallon, Jean ● Né à Lyon (Rhône). ● Publiciste. Il publia le 1er avril 1820 le premier journal d’Odessa, le Messager de la Russie méridionale ; devenu agronome, il ouvrit une bergerie à côté d’Odessa. ● Notes Elena Polevchtchikova.

David ● Ancien élève de l’École polytechnique ; ingénieur sur le chemin de fer Moscou-Théodosie au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/350.

David, Louis Valdemar Constantin ● Né à Saint-Pétersbourg en 1853, de parents français ; marié à Adèle Trapp. ● Architecte à Moscou ; bénéficiaire le 17 janvier 1884 d’un passeport délivré à Moscou pour se rendre en France. ● MAE, Nantes, 598PO/2/480.

Deferville, voir Faivre

Defforges, Gilbert Étienne (1852-1915) ● Né à Roanne (Loire) le 15 mars 1852 [fils de Benoît Auguste Defforges, horloger, et de Marie Monin] ; marié à Paris le 9 août 1876 à Marie Constance Bourgeois, dont cinq enfants parmi lesquels un fils Eugène Robert Defforges (1896-1945) officier de marine, résistant mort en déportation ; mort à Orléans (Loiret) le 28 mars 1915 et déclaré « mort pour la France ». ● Astronome. École polytechnique (X 1870) ; sous-lieutenant (1872) ; lieutenant (1874) ; capitaine (1877) ; chef de bataillon (1888) ; correspondant du Bureau des longitudes (1889) ; lauréat de l’Institut (1894) ; lieutenant-colonel (1895) ; colonel (1899) ; général de brigade (1905) ; général de division (1900) ; il participa en 1882 sous la direction de F. Perrier à la mission envoyée en Floride pour observer le transit de Vénus. Son nom est lié à la construction du premier observatoire à Tachkent (construit entre 1869 et 1874) ; en mission en Russie et Asie pour des études sur les lois de la pesanteur (1891). Auteur de : Observations du Pendule Observations de pendule, Mémorial du dépôt général de la guerre, XV, (Paris, 1894). Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/2953 (dossier de mission) ; LH/687/24.
 ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 340. Notice Armelle Le Goff.

Degas, Lucien ● Ingénieur ; en voyage dans le Caucase en vue du rachat des mines de cuivre de Chagali-Héliar (1909), puis ingénieur à la Société d’industrie minière de Chagali-Héliar ; passé àTiflis ; résidant à Paris 17e, 28, place Saint Ferdinand. ● MAE, Nantes, 598PO/2/72, 598PO/2/81.

Dejardin, Léon Adolphe ● Né à Cambrai (Nord), 5, rue Saint-Lazare, le 3 juillet 1842 [fils de Marc François Clément Dejardin (né en 1800), propriétaire à Cambrai, et de Zoé Lemort (née en 1807)] ; marié à New York, USA, le 28 avril 1877 à Sophie Ackermann (née à New York) [fille d’Alsaciens français] ; mort à Paris, 18, avenue de La Bourdonnais, le 6 février 1912. ● Diplomate. Nommé chancelier de 2e classe du consulat général de Saint-Pétersbourg (décret du 2 août 1873) ; gérant du consulat (15 septembre 1873-7 février 1874) ; chancelier (8 février 1874-25 novembre 1876) ; consul de 2e classe à Hong-Kong en 1884 ; consul de France à Melbourne en 1889 ; ministre plénipotentiaire. ● Chevalier (12 juillet 1884), officier de la Légion d’honneur (3 mai 1889). ● Arch. nat., LH/692/42 ; MAE, Pers. 2e série n° 444 ; Annuaire diplomatique, 1879-1890.

Delabarre, Hector Louis Édouard ● Né à Crécy-la-Chapelle (Seine-et-Marne) le 8 février 1844. ● Consul de 2e classe à Moscou (27 avril 1878), à Bâle, Suisse (23 janvier 1880). ● Chevalier de la Légion d’honneur 12 juillet 1880. ● Arch. nat., LH/693/66 ; MAE, Pers 1re série cartons, n° 1206 ; Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Delacroix, Pierre Henri ● Né à Angers (Maine-et-Loire) le 23 octobre 1832 [fils de Pierre Delacroix, commis greffier de la justice de paix du second arrondissement d’Angers, et de Modeste Vincente David, mariés le 21 novembre 1831] ; mort centenaire. ● Chancelier de consulat. Licencié en droit ; commis de chancellerie à Florence (16 août 1876), à Gênes (15 janvier 1879) ; chancelier de 3e classe à Tampico (5 octobre 1880, non installé), à Tripoli de Barbarie (1er juillet 1881) ; chancelier de 2e classe à Palerme (17 décembre 1885), officier d’académie (31 décembre 1885), ayant reçu en 1887 la médaille d’honneur pour son dévouement pendant l’épidémie de choléra à Palerme ; chancelier de 2e classe à Alexandrie (18 juin 1888) ; chancelier de 1re classe du consulat de France à Alexandrie (20 janvier 1890) ; gérant du consulat de Tiflis (4 août-13 octobre 1900). ● Chevalier de la Légion d’honneur (13 juillet 1896). ● Arch. nat., LH/695/41 ; Annuaire diplomatique, 1898-1901.

Delage, Émile ● Né le 23 août 1890. ● Titulaire d’un doctorat de lettres (1930 doctorat de lettres) ; envoyé par la chambre de commerce de Bordeaux à l’exposition de Moscou (1891) ; recteur de l’université de Clermont-Ferrand (1944). ● Paul Gerbod, « Chez les Russes », Revue d’études slaves, 1985, vol. 57, p. 605-654.

Delagier, Henri ● Géomètre ; engagé le 1er mars 1900 par la Société industrielle et métallurgique du Caucase, chargé du service des plans avec un engagement de trois ans, aux appointements de 160 roubles par mois, son contrat fut résilié en 1901 ; maître mineur à Decazeville (1901). ● MAE, Nantes, 598PO/2/125.

Delarue, Daniel ● Probablement entré dès la fin du xviiie siècle au service de la Russie ; assesseur de collège au service de la Russie et surveillant au port de Kazan (1806) ; conseiller aulique, employé pour des missions extraordinaires (1814-1824) ; directeur des archives du département d’inspection de l’état-major général (1820-1824) ; fonctionnaire de la 5e classe 1817. ● Présent à une séance de la loge Élisabeth à la Vertu de Saint-Pétersbourg (1817) ; membre de 2e grade de la loge Pierre à la Vérité (1817-1820). ● Notice Vladislav Rjéoutski.

Delcassé, Théophile Pierre ● Né à Pamiers (Ariège), rue Sainte-Hélène, le 1er mars 1852 [fils de Laurent Delcassé (1826-1889), maître de dessin, et d’Anne Rivière (1829-1857)] ; marié le 26 octobre 1887 à Jenny Geneviève Wallet (née en 1853), veuve du député Gaston Massip, dont au moins Charles Eugène Henri Jacques Delcassé (né à Foix, Ariège, le 30 juin 1891 ; mort le 26 juillet 1918), sous-lieutenant de chasseurs, chevalier de la Légion d’honneur (26 septembre 1914) ; mort à Nice (Alpes-Maritimes) le 21 février 1923. ● Publiciste ; homme politique ; diplomate. Dit rédacteur à La République française, chargé de la rubrique internatonale, et au Paris en 1887 ; député de l’Ariège (1889-1919) ; sous-secrétaire d’État au Commerce, à l’Industrie et aux Colonies, chargé des Colonies (17 janvier-2 décembre 1893) ; ministre des Colonies (30 mai 1894-25 janvier 1895) ; ministre des Affaires étrangères (28 juin 1898-6 juin 1905), à l’originie de l’évacuation de Fachoda par le commandant Marchand (1898), instigateur du rapprochement avec la Russie et de l’alliance franco-russe ; ministre de la Marine (2 mars 1911-20 janvier 1913) ; ambassadeur de France en Russie (1913-1914) ; ministre de la Guerre (9 juin-13 juin 1914) ; ministre des Affaires étrangères (26 août 1914-13 octobre 1915). ● Chevalier de la Légion d’honneur (16 juillet 1887). Franc-maçon, membre de la loge La Fraternité latine de Foix (janvier 1886). ● Arch. nat. : LH/707/100 ; LH/707/98. Dictionnaire des ministres des Affaires étrangères…, p. 438-446 (notice Martin Hotte) ; Benoit Yvert, Dictionnaire des ministres (1789-1989), p. 431-433.

Deloche, Nicolas Henri ● Né à Saint-Pétersbourg le 28 juillet 1852. ● Professeur de physique à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/47.

Delorme, Claude ● Médecin dans le gouvernement de Volkynie à Berditchev ; il fit une demande de naturalisation en novembre 1736. ● MAE, Nantes, 598PO/2/2, doss. 19.

Delsart, Émile ● Né le 14 octobre 1836. ● Chancelier à Odessa (13 mars 1877-17 juillet 1880). ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 1241. Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Demange, Jean-Baptiste (1789- ?) ● Né à Paris le 28 juillet 1789 Paris ; mort après 1818. ● Orientaliste ; enseignant. Élève du baron Sylvestre de Sacy ; employé à l’Imprimerie royale en qualité de vérificateur des langues orientales et gardien du cabinet des poinçons et matrices. Il lui fut accordé la permission de remplir auprès du ministère des Relations étrangères de la Russie la place d’interprète des langues orientales ; professeur d’arabe et l’arménien au gymnase de Saint-Pétersbourg (1818). ● Arch. nat., BB/11/127/2, doss. 8422B3. ● Lorraine de Meaux, La Russie et la tentation de l’Orient ; Lorraine de Meaux, Histoire de l’Orientalisme en Russie au xixe siècle. Notice Armelle Le Goff.

Demanne, E. ● Artiste dramatique, il jouait au théâtre impérial français de Saint-Pétersbourg ; demeurant 5, Petite Morskaïa à Saint-Pétersbourg au xixe siècle.● MAE, Nantes, 598PO/2/358.

Demay, Henri ● Catholique. Industriel dans le secteur textile). Actionnaire de la société Simonod et Cie y possédant une action à 1000 roubles, et membre de l’inspection de contrôle de même société ; il résidait à Moscou, Ostojenka, 10-12 rue Štatnyi. ● Archives historiques de Moscou, F. 349, op.1, d. 160, fol.1-3. Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Demond, Arthur Marie René Amédée ● Architecte, il se rendit à Saint-Pétersbourg, avec un passeport délivré le 24 février 1859. ● MAE, Nantes, 598PO/2/5.

Demonet, Joseph ● Né à Landange (Meurthe-et-Moselle) en 1819. ● Ingénieur employé à la Grande société des chemins de fer russes ; il revint en France avec un passeport délivré à Moscou le 19 mars 1860. ● MAE, Nantes, 598PO/2/480.

Denoix, Stéphane ● Chancelier à Moscou (1860-1862). ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 1252. Annuaire diplomatique, 1860-1862.

Denormandie, Louis Jules Ernest ● Né à Paris le 6 août 1821 [fils d’Augustin Louis Ernest Denormandie (né en 1789), avoué près le tribunal de première instance de la Seine, et de Victorine Pierre Ferdinand Bonnet ; petit-fils au maternel de Louis Ferdinand Bonnet (né en 1750), bâtonnier de l’ordre des avocats, député, chevalier de la Légion d’honneur] ; mort le 28 janvier 1902. ● Banquier. Avoué près le tribunal de première instance de la Seine (août 1851) ; président de la Chambre des avoués (août 1867) ; premier adjoint au maire du VIIIe arrondissement de Paris pendant le siège de Paris (7 novembre 1870) ; maire par arrondissement du VIIIe arrondissement de Paris (janvier-juillet 1871) ; député de la Seine (2 juillet 1871) ; de nouveau président de la Chambre des avoués (août 1871 et août 1875) ; sénateur inamovible décembre 1875) ; président du Comptoir national d’escompte de Paris (C. N. E. P.) et de la Banque de l’Indochine ; membre fondateur en 1883 de la Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, puis de la Banque Russo-Chinoise les 10 décembre 1895 et 17 janvier 1896, à qui 100 actions furent attribuées. Chevalier de la Légion d’honneur (13 avril 1876). ● LH/733/66. Thierry Claeys, Wen Wen, « Autour de la genèse de la Banque Russo-Chinoise : les ambitions contradictoires d’une alliance franco-russe », p. 59 ; Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 132, 142.

Depret-1, Camille ● Originaire de Belgique, né en 1829 ; mort en 1894. ● Riche négociant, exerçant les fonctions de consul de Belgique à Moscou dans les années 1850. ● Autour d’Alexandre Herzen : documents inédits, pub. Marc Vuilleumier, Genève, Librairie Droz, 1973, p. 334-335.

Depret-1.1, Philippe Bruno Charles ● Né à Moscou le 28 avril 1859 [fils de Camille Depret, négociant, consul de Belgique, et de Colombe Anna Hélène Dixio] ; mort à Moscou le 9 novembre 1900 ; catholique, baptisé à la paroisse Saint-Louis-des-Français le 16 mai 1859. ● Officier de cavalerie ; élève à l’école spéciale militaire (29 octobre 1879) ; sous-lieutenant, élève de cavalerie (23 septembre 1881) ; lieutenant au 13e régiment de dragons (12 février 1886) ; capitaine au 27e régiment de dragons (11 octobre 1892) ; capitaine de réserve au 28e régiment de dragons (21 décembre 1892) ; négociant en vins= à Moscou (1893). ● Chevalier de la Légion d’honneur (4 septembre 1897), décoré à Saint-Pétersbourg par le président Félix Faure le 24 août 1897. ● Arch. nat. : F/12/5314-5320 ; LH/736/37. La France et les Français en Russie…, p. 47.

Desfossé, Alexandre ● Né à Orléans (Loiret) en 1796. ● Chimiste, il se rendit à Saint-Pétersbourg en passant par Strasbourg ou Metz (passeport du 23 novembre 1835) et obtint un autre passeport en 1836, pour Saint-Pétersbourg, via Francfort et Berlin. ● MAE, Nantes, 598PO/2/218.

Desfosses ● Médecin major de 1re classe et chirurgien ; chargé en 1916-1917, par le gouvernement roumain, d’organiser l’évacuation de blessés roumains vers la Russie, par l’intermédiaire de la Croix-Rouge russe. ● MAE, Nantes, 598PO/2/503, 261.

desFossés, voir Chaumette des Fossés

Deshayes, Charles Adrien Nicolas Joseph ● Mort à Fontainebleau (Seine-et-Marne), 217, rue Grande, le 31 décembre 1874. ● Professeur de littérature et d’histoire de France à Saint-Pétersbourg (1846) ; membre de l’Institut de Sainte-Catherine ; doyen des membres du comité français de bienfaisance dont il était le secrétaire depuis 1837 ; ● Auteur d’une Trilogie en vers, ainsi que d’une étude historique et littéraire sur Madame de Maintenon. ● Chevalier de la Légion d’honneur (12 février 1870). ● Arch. nat., LH/749/15 ; MAE, Nantes, 598PO/2/46.

Desimon, Andrej Francovic ● Né en 1806 ; mort en 1879. ● Militaire. Entré au Corps des pages, il servit dans le régiment Preobrazenski et fut envoyé au Caucase en 1828 ; engagé pour la pacification de la Pologne ; fonctionnaire chargé de missions spéciales auprès de l’administration principale de Géorgie (1838) ; directeur de la chancellerie de l’administration principale de Transcaucasie (1841) ; vice-gouverneur de la Géorgie et de l’Imérétie (1842) ; directeur de la chancellerie de la vice-royauté de Géorgie (1846-1847) ; entré au conseil du vice-roi de Géorgie (1859) ; de retour à Saint-Pétersbourg, nommé membre de la Commission des requêtes adressées à l’empereur (1870) ; membre de la section caucasienne de la Société impériale russe géographie. ● Auteur des Données historiques sur les communes libres de la province de Kouba, constituant actuellement le district de Samur, sur les Lezgins de cette région (1839). ● Décoré de l’ordre de Sainte-Anne, 4e classe, pour sa bravoure en Pologne, puis de la 1re classe (1860) ; décoré de l’ordre de Saint-Stanislas (1857). ● CGVIA, Fonds del. 18488. Akty Kavkazskoj, Archeograficeskoj kommissii, t. X, Tiflis, 1885, p. XX ; M. O. Kosven, « Matériaux pour l’histoire de l’ethnographie du Caucase dans la science russe », II, 1958, p. 174. Notice Édith Ybert.

Despine, Jean-Baptiste ● Né en Savoie ; marié, père d’au moins un fils. ● Devenu Français par l’annexion de la Savoie pendant la Révolution française ; chirurgien-dentiste ; ayant perdu sa nationalité française (4 juin 1829) ; attaché l’empereur Alexandre ; conseiller à la cour ; professeur des Collèges. ● MAE, Nantes, 598PO/2/2, doss. 19 ; 598PO/2/365 ; 598PO/2/616.

Despréaux de Saint-Sauveur, Louis Félix Jacques François ● Né à Paris le 28 avril 1792 [fils et petit-fils de commis des Affaires étrangères ; neveu de Pétigny, secrétaire général de la Chancellerie de France et premier commis des Affaires étrangères sous Louis XVI] ; marié (1) à Henriette Lalan, dont, Louis Émile Eugène Despréaux de Saint-Sauveur (né à Odessa, Russie, le 11 juin 1836 ; mort le 19 décembre 1881), consul de 1re classe à Messine, chevalier de la Légion d’honneur (12 juillet 1881), et (2) à Caroline Victorine Didier, dont Victor Félix Émile Despréaux de Saint-Sauveur (né à Paris le 13 juin 1852 ; mort à Paris le 12 décembre 1932), fonctionnaire au ministère de l’intérieur depuis le 13 juin 1852, ayant terminé sa carrière comme sous-directeur au ministère de l’Intérieur, retiré le 1er février 1931, et directeur adjoint de la Société d’assistance pour les aveugles, chevalier (31 décembre 1897) et officier de la Légion d’honneur (12 juillet 1919) ; mort à Paris le 11 novembre 1876. ● Consul. Élève au Prytanée de La Flèche puis à l’école des jeunes de langue ; drogman chancelier à Naples de Romanie en 1817 ; passé à Constantinople en 1821 à la suite de l’ambassadeur Latour-Maubourg ; consul aux Dardanelles (1831) ; consul à Odessa (1834) ; dit président tutélaire de consulat de France à Odessa et consul de France à Corfou (1836) ; consul à Corfou (1836-1847) ; consul à Alep, cité en 1847 ; à la retraite (5 mai 1848) ; demeurant 25, boulevard de Bonne Nouvelle à Paris en 1872. Auteur des Excursions en Crimée et sur les côtes de Circassie au mois de juillet 1836 (Paris, 1837, 87 p., et manuscrit à Vincennes, Archives de la Guerre, Mémoires et Reconnaissances, n° 1495, 99 folios). Chevalier (30 avril 1831) puis officier (11 avril 1847) de la Légion d’honneur ; membre de l’ordre du Sauveur de Grèce. ● Arch. nat. : AE/B/III/290, pièce 140 ; LH/756/55 et LH/756/59 (Louis Félix Jacques François Despréaux de Saint-Sauveur) ; LH/756/58 (Louis Émile Eugène Despréaux de Saint-Sauveur) ; LH/756/59 (Louis Félix Jacques François Despréaux de Saint-Sauveur) ; Almanach royal, 1835. Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », janvier-juin 1978, p. 61.

Dessain ou Dessein, François Émile ● Artiste peintre, mentionné à Saint-Pétersbourg en 1844, puis à Moscou en 1848. ● MAE, Nantes, 598PO/2/616.

Destouches, Madame ● Sage-femme, mentionnée sur un acte du 20/8 février 1839, à Saint-Pétersbourg. MAE, Nantes, 598PO/2/1.

Destrem, Jean Antoine Maurice, dit Destrem le jeune ● Né à Fanjeaux (Aude) le 31 juillet 1788 [fils de Hugues Destrem, négociant et premier consul de Fanjeaux, et d’Anne Albarel ; frère cadet de Marie Anne Jean Antoine Destrem (né à Fanjeaux le 16 juillet 1785 ; mort le 11 novembre 1859), élève à l’École polytechnique (1804), à l’École des ponts et chaussées (1806), ingénieur en chef du département de la Vienne, chevalier de la Légion d’honneur (26 avril 1844) ; Arch. nat., LH/761/14] ; mort en 1855. ● Ingénieur ; ancien élève de l’école polytechnique (1804) ; ingénieur des ponts et chaussées polytechnicien ; élève de 1re classe du génie ; envoyé en Russie en 1810, avec les ingénieurs Fabre, Potier et Bazaine, à la demande faite fin 1809 par le prince Alexandre Kourakin, ambassadeur extraordinaire de Russie ; arrivé à Saint-Pétersbourg ; engagé par le prince Georges de Holstein-Oldenburg, directeur général du Génie des communications intérieures, avec un grade correspondant à celui de France ; lieutenant-colonel en Russie, envoyé en 1810 en mission à Odessa avec le duc de Richelieu, gouverneur général des trois gouvernements de Kherson, de Tauride et d’Ekaterinostov (1810) ; chargé dans un premier temps de plusieurs missions : construire la route allant de Kherson à Odessa ; concevoir des machines pour nettoyer des alluvions les ports d’Odessa et de Kherson ; créer les routes allant de l’intérieur de l’Empire russe avec la Bessarabie, d’une part, et la Crimée d’autre part, ce qui impliquait de rectifier la montée de Beritsov auprès du Dniepr (passage emprunté chaque année par les cent mille chariots transportant le sel extrait des lacs situés près de Pericop à l’intérieur de l’Empire russe), de créer un pont mobile et submersible sur l’Ingoulitz à Davidovbrod (en raison de crues violentes de ce cours d’eau), et de prévoir un autre pont sur l’Ingoutatz à Élisabethgrad (pour la communication avec la Bessarabie, projet confié à Destrem le jeune qui proposa un pont en bois d’une seule travée d’environ 40 mètres) ; également chargé de travailler à l’embellissement de la ville d’Odessa ; chargé au début de 1812 de nouveaux projets : un port de commerce à Eupatosie, une route à travers les montagnes de la partie méridionales de la Russie, la conduite des eaux douces venant du Dniestr à l’intérieur d’Odessa et l’érection des fontaines qu’elles devaient alimenter ; mis à la disposition du comte de Lauriston, ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg, en mars 1812 ; arrivé à Saint-Pétersbourg le 28 avril 1812, démissionnaire de ses fonctions sur ordre transmis par le comte de Lauriston le même jour ; ayant quitté l’uniforme russe le 23 juin 1812, à la suite de la déclaration de guerre de la France à la Russie ; faute de passeport pour sortir de Russie, conduit avec les trois autres ingénieurs français sur ordre de l’empereur Alexandre à Iaroslavl (Sibérie), en captivité avec maintien des appointements versés par la Russie et une gratification de 1 000 roubles pour le voyage (11 juillet 1812) ; logé à Iaroslavl dans un logement de la couronne russe, ayant « la ville pour prison » ; transféré à Pochetzhugne (10 août 1812) ; de nouveau transféré le 31 août 1812, arrivé à Irkoutsk le 3 novembre 1812 et emprisonné dans des conditions très rudes ; sans appointements ni ressources jusqu’au 4 mai 1813 ; libéré le 17 février 1815 grâce à l’ordre de rappel en France obtenu par le général de Bétancourt ; parti à pied avec les trois autres ingénieurs prisonniers le 20 février 1815, arrivé à Kazan le 12 mars 1815 et à Saint-Pétersbourg le 17 avril 1815 où il se mit sous la protection du comte de Noailles, ambassadeur de Louis XVIII ; ayant repris l’uniforme russe pendant les Cent-Jours ; resté au service de la Russie ; membre du Cercle Augustin Bettancourt, servant comme colonel au corps du génie des voies de communication de l’Empire de Russie en décembre 1825, demeurant à Saint-Pétersbourg. ● Auteur de la traduction en français des œuvres de Krylov ; créateur du Journal des voies de communication. ● Membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg ; décoré de la croix de Saint-Vladimir 4e classe (28 mai 1812) ; chevalier (1er mai 1821), puis officier de la Légion d’honneur. (11 janvier 1831). ● Arch. nat. : LH/761/10 ; F1d IV F1, « Mémoire succinct sur la mission en Russie de quatre ingénieurs français Fabre, Bazaine, Potier et Destrem » ; RGIA et RGVIA. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 101-138 ; notes Dimitri et Irina Gouzévitch.

Detraux Théophile Gustave ● Fils de Pierre Louis Detraux (mort le 25 septembre 1840) et de Marie Eugénie Lefebvre ; marié à Saint-Pétersbourg le 28 juin/10 juillet 1860 à Marie Henriette Pauline Guillon (née à Paris en 1844) [fille de Charles François Ferdinand Guillon, employé à la grande société des chemins de fer russes, et de Anne Égérie Casaubon (morte à Saint-Pétersbourg le 6/18 mars 1860)], avec pour témoins pour le marié, Alexandre Philippe Gottschallh (29 ans, ingénieur à la grande société des chemins de fer russes) et Auguste Blum (48 ans, ingénieur civil, dans la même société). ● Probablement ingénieur● MAE, Nantes, 598PO/2/211.

Deux Bertin, Joseph ● Ingénieur, de la classe 1906 ; directeur d’une usine de Louga (société des fonderies de Louga), où une grande quantité de matériaux et de creusets y étaient fabriqués pour les usines de guerre ; pour éviter que ces matériaux ne tombent entre les mains des ennemis, Deux Bertin fut chargé d’organiser l’évacuation de l’usine de Louga avec ses produits dans l’Oural vers 1916. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24.

Deyne de Ruminy, Henri ● Né à Paris le 8 avril 1852 [fils de Laurent Deyne et de Marie Thérèse de Ruminy] ; célibataire en 1886. ● Médecin dentiste. Bénéficiaire d’un passeport délivré le 4 septembre 1866 pour voyager en Russie ; engagé volontaire au 6e bataillon de chasseurs à pied, demeurant alors à Paris 69, rue Neuve-des-Petits-Champs ; « en 1870, je rentrais sous-officier au 9e bataillon de chasseurs à pied envoyé à Orléans où j’ai été blessé, puis à Blois où j’ai de nouveau été blessé, renvoyé dans mes foyers par décision du 6 mars 1871 avec le grade de sous-lieutenant » (598PO/2/39) ; en voyage à l’intérieur de la Russie à partir d’août 1872 puis de nouveau à partir d’août 1883 pour se rendre dans le Caucase pour affaires d’intérêts ; installé comme dentiste à Koutaïssi. ● MAE, Nantes : 598PO/2/61, doss. 230 ; 598PO/2/39 ; 598PO/2/170.

Didelot, Charles ● Danseur et chorégraphe ; maître de ballet à Saint-Pétersbourg de 1801 à 1812, à Londres de 1812 à 1816, puis de nouveau à Saint-Pétersbourg de 1816 à 1837 ; chorégraphe des fêtes de la cour à Pavlovsk, pour Apollon et Daphné (1802), Médée et Jason (1808), Psyché et l’Amour (1812) ; 1817 Flore et Zéphir (1817), Apollon et les Muses (1818), et Prisonnier du Caucase (1823), d’après l’œuvre de Pouchkine. ● Maria Zhiltsova, « Jules Perrot à Saint-Pétersbourg, une nouvelle approche romantique dans le ballet ».

Didio, Jean Oscar (1842-1911) ● Né à Munster (Bas-Rhin) le 28 août 1842 [fils de François-Xavier Désiré Didio, notaire, et de Marie-Françoise Baffrey] ; père de Robert Didio, ingénieur de l’école technique de Moscou ; mort à Nice (Alpes-Maritimes) en avril 1911. ● Architecte. Installé à Moscou, il dessina en 1889 le monument élevé par la colonie française en mémoire des soldats français tombés en Russie en 1812 dont l’idée avait été émise en 1885 ; il dessina la manufacture Sioux ; il fut engagé par l’administration de l’exposition française à Moscou pour restaurer le palais Khodynsky (1890) ; conseiller du commerce extérieur de la France. ● Journal officiel de l’exposition française à Moscou (Paris, 1890) ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; Le Mémorial des Vosges. Notice Armelle Le Goff et Olga Melnichenko.

Dietz, Édouard ● Né à Mulhouse (Haut-Rhin) en 1814. ● Ingénieur du matériel de la station des chemins de fer du Dauphiné, il se rendit à Saint-Pétersbourg pour ses affaires (passeports fait à Colmar le 23 décembre 1843, et à Grenoble, le 29 juillet 1862). ● MAE, Nantes : 598PO/2/218 ; 598PO/2/480.

Dietz-Monnin, Charles (1826-1896) ● Né à Barr (Bas-Rhin) le 13 septembre 1826 [fils de Charles-Frédéric Dietz et de Marie Pabst] ; marié à Paris le 10 février 1853 avec Adèle Monnin ; mort à Paris le 6 janvier 1896. ● Industriel dans le secteur quincaillerie et horlogerie ; homme politique. ● Après des études à Nancy et à Strasbourg, il entra dans l’entreprise de quincaillerie et d’horlogerie Japy (1853) et devint l’un des associés de l’entreprise (1863) ; vice-président de la Chambre syndicale de la quincaillerie (1866), puis président (1869) ; député de la Seine (1871-1876) puis sénateur inamovible (1882) ; président du tribunal de commerce de la Seine , il s’investit en qualité d’organisateur dans plusieurs expositions, Philadelphie (1876), Amsterdam (1883), Anvers (1885), Paris (1889) et Moscou (1891). ● Avant 1891, il s’était rendu quatre fois à Saint-Pétersbourg et deux fois à Moscou ; vice-président de la Commission supérieure de l’exposition française à Moscou (1891), il guida l’empereur et l’impératrice de Russie dans leurs visites. ● Grand-croix de l’ordre Saint-Stanislas de Russie. ● Journal de l’exposition française à Moscou en 1891 (Moscou, 1891, n° 2) ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Armelle Le Goff et Olga Melnichenko.

Dieulafoy, Auguste Marcel (1844-1920) ● Né à Toulouse (Haute-Garonne) le 3 août 1844 [fils de Joseph Marie Armand Jules Dieulafoy, négociant, et de Thérèse Eugénie Damien] ; marié à Paris le 14 mai 1870 à Jane Magre (1851-1916) ; mort à Paris le 24 février 1920. ● Archéologue ; ingénieur. Polytechnicien (X 1863) ; ingénieur des ponts et chaussées. Il traversa l’Empire russe lors de ses missions pour la Perse. Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/14/11472 (dossier de carrière, cessation en 1907) ; F/21/2285, dossier 35,1881 ; F/17/2956/A (dossier de mission) ; LH/776/37 ; MAE, Nantes, 598PO/2/74, doss. 187. Notice Armelle Le Goff.

Dippel, William ● Agent consulaire à Viborg (1885-1901). ●AD 1895-1901.

Dislère, Paul ● Ingénieur de la marine et officier du génie maritime ; secrétaire du conseil des travaux, chargé de visiter les établissements de la marine russe à Nikolaïev, et d’étudier l’organisation de l’arsenal et le mode de construction des gardes côtes au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/531.

Dizien, Charles ● Comptable du chantier du pont Troitski (1897-1903) à Saint-Pétersbourg. SPB 18, Archive Historique d’État de Russie. ● Notes Tatiana Morozova Djukusso.

Dobret, Jean-Claude ● Né à Villey (Meurthe-et-Moselle) le 8 août 1793 ; mort en 1868 ou 1869. ● Militaire ayant fait la campagne de Leipzig ; installé comme banquier en Russie. ● MAE, Nantes, 598PO/2/416.

Domenget, Théodore ● Né à Perpignan (Pyrénées-Orientales) le 17 juin 1821 ; mort le 17 février 1894. ● Ingénieur des ponts et chaussées, bénéficiaire à Saint-Pétersbourg d’un passeport du 30 mars 1861 pour se rendre en France ; ingénieur ordinaire de 1re classe, en poste à Toulouse, puis à Lyon (où il est cité en 1877). ● Chevalier de la Légion d’honneur (11 août 1866). ● Arch. nat., LH/786/38 ; MAE, Nantes, 598PO/2/480.

Doriol, Joseph ● Né à Blaye (Gironde) le 9 mars 1769 [fils de Pierre Doriol, maître en chirurgie, et d’Anne Paule Chapuzot] ; mort le 31 mars 1829. ● Militaire puis consul. Engagé dans l’armée au 5e régiment de hussards (24 pluviôse an 2) ; sous-lieutenant (15 floréal an 7) ; capitaine (1er fructidor an 10), en poste au 8e régiment de hussards jusqu’en 1805 ; commissaire général des relations commerciales au consulat général de Sardaigne (2 pluviôse an 13) ; consul général à Naples (10 février 1809) ; consul général d’Odessa (27 septembre 1815), en poste jusqu’en 1819 ; en congé à Paris en février 1818. ● Chevalier de la Légion d’honneur (5 août 1804). ● Arch. nat., LH/792/61 ; Almanach royal, 1816-1819.

Dorville, Eugène ● Inspecteur général des télégraphes de la Grande Société des chemins de fer russes, parti en Russie en passant par la Prusse, avec un passeport délivré au consulat général de France à Varsovie le 12 septembre 1861. ● MAE, Nantes, 598PO/2/218.

Dosé, Henri Jean ● Né à Saint-Pétersbourg le 4 mars 1824, de parents français ; marié à Louise Poirier. ● Ingénieur à Tiflis. ● MAE, Nantes, 598PO/2/57.

Douay, Édouard ● Né à Lagny (Seine et Marne) en 1854. ● Ingénieur, demeurant à Paris, 3, place Saint-André-des-Arts ; parti à Saint-Pétersbourg en passant par Francfort et la Prusse, avec un passeport délivré à Paris le 7 décembre 1898. ● MAE, Nantes, 598PO/2/218.

Doublet de Ferrière ● Chancelier au consulat de Moscou en 1859. ● Annuaire diplomatique, 1859.

Doublet de Persan, Bozon Charles Hippolyte Thimoléon, marquis de Persan ● Né à Paris, 6, petite rue Porte verte, le 21 septembre 1846 [fils d’Alexandre Henry Georges Doublet de Persan (né le 19 juin 1816 ; mort en 1887), propriétaire, et de Xavière Honorine Jacqueline de Preissac d’Esclignac (née en 1827), mariés à Paris le 29 avril 1845 ; petit-fils au paternel de Geoffroy Charles Antoine Doublet de Persan (1775(1834) et de Caroline Aimée Alexandrine d’Espinay-Saint-Luc (née 1787), et au maternel de Philippe, duc d’Esclignac et de Fimarconlomagne de Preissac (1790-1873) et de Georgine de Talleyrand (1801-1868)] ; marié à Januaria de Magaihaens Araguaya (née le 2 août 1853 ; morte à Rio de Janeiro, Brésil, le 27 avril 1928), dont : Juanaria Doublet de Persan (née en 1884) ; Charles Doublet de Persan, marquis de Persan (1887-1962) ; Marguerite Appoline Marie Doublet de Persan (1890-1974), Madame Louis Maurice Eschasseriaux ; mort en 1928. ● Consul général à Varsovie (6 avril 1897). ● AD 1901 ; Base collaborative Pierfit.

Doublier, Francis ● Né en 1878 ; mort en 1948. ● Opérateur des frères Lumière, en voyage en Russie en 1896 et 1900 ; auteur le 15 mai 1896 du premier reportage cinématographique sur le couronnement du tsar Nicolas et de la présentation du tsar au peuple russe. ● Notice Natalia Balandina.

Dru, Léon Victor Edmond (1836-1904) ● Né à Paris le 10 mars 1836 [fils de Philippe Antoine et de Napoléon Charlotte Pauline Cleray] ; marié à Paris le 17 mars 1872 avec Victorine Léontine Geibel ; mort à Vez (Oise) le 28 avril 1904. Catholique. ● Ingénieur des mines, géologue et hydrologue (secteur minier). Spécialiste des puits artésiens et auteur d’études hydrographiques et géologiques remarquées ; associé à Louis-Georges Mulot et Fils et à son frère Saint-Just Dru ; à la mort de Mulot, il fonda avec son frère la maison Dru frères qui continua l’œuvre des puits artésiens, spécialement en Russie (1872) ; il accompagna Ferdinand de Lesseps dans une mission ayant pour objet l’étude de l’intercommunication des chotts tunisiens ; il présenta au congrès international de Venise un projet de percement de l’isthme de Malacca (1881) ; membre de plusieurs sociétés nationales dont la Société nationale d’agriculture ; maire de Vez (Oise) ; il légua son château de Vez et des collections à l’État français et une somme lui permettant de racheter le château d’Azay-le-Rideau. ● Chargé de mission par le gouvernement russe (1882), il publia en 1884 un rapport sur les eaux minérales du Caucase et projeta la création d’un canal entre le Don et la Volga (1884) ; commissaire de la section française à l’exposition de Moscou (1891). ● Auteur de : La société civile franco-russe d’études du canal du Don au Volga. Programme d’un canal entre le Don et la Volga: mémoire à l’appui du projet (Paris, impr. G. Chamerot, 1886). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch.nat.,LH/807/62. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 282 ; Journal de l’exposition française à Moscou en 1891 (Moscou, 1891, n° 11) ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; notes Catherine Sosnina. Notice Armelle Le Goff et Olga Melnichenko.

Dubail de Courte, Pierre Marie Georges ● Agent consulaire à Bakou (1894). ● Annuaire diplomatique, 1894 ; MAE La Courneuve, Pers 1re série, carton n° 1354.

Dubail, Ferdinand Alexis Henry ● Né à Livry-Gargan (Seine-et-Oise) le 8 juin 1862 [fils d’Henry Jules Dubail (né en 1827), négociant, et de Marie Joséphine Aglaé Poisson (née en 1840)] ; mort 7, rue de la Chaise, Paris 7e, le 27 juin 1907. ● Consul. Licencié en droit ; attaché autorisé à la direction politique du ministère des Affaires étrangères (19 février 1883) ; en mission en Allemagne, en Orient, aux Baléares (1887-1889) ; vice-consul à Tampico (25 octobre 1890) ; vice-consul à Bakou (27 janvier 1894) ; gérant du consulat d’Odessa (10 septembre 1894-24 février 1898) ; consul à Riga (19 septembre 1898) ; vice-consul à Jersey (3 avril 1901). Officier d’Académie (25 avril 1895) ; chevalier de la Légion d’honneur (12 juillet 1902). ● Arch. nat., LH/808/84 ; Annuaire diplomatique, 1895-1901.

Dubief, Eugène Étienne ● Né à Paris, 1, rue Chaptal, le 15 juillet 1851 [fils de François Dubief, horloger, et d’Antoinette Mazerolles] ; mort à Versailles (Yvelines) le 9 août 1910. ● Consul. Membre de la garde nationale mobile de la Seine ; secrétaire général de la direction de la presse au ministère de l’Intérieur, puis chef du service de la presse départementale (16 mai 1878-30 décembre 1880) ; secrétaire de la Ligue française de l’enseignement (juillet 1886-février 1893) ; vice-consul à Sierra Leone (16 janvier 1894) ; vice-consul à Rocotchouk (22 février 1897) ; vice-consul à Bakou (31 octobre 1798) ; consul de 2e classe (18 octobre 1902) ; consul à Djeddah (21 octobre 1902) ; consul à Jersey (1er janvier 1905-1909) ; consul de 1re classe (31 décembre 1907). ● Chevalier de la Légion d’honneur (31 décembre 1909). ● Arch. nat., LH/810/53 ; Annuaire diplomatique, 1899-1901.

Dubois de Montpéreux, Frédéric ● Né à Motiers (Suisse) en 1798 [fils de Charles Dubois, négociant, et de Marie Anne L’Hardy] ; marié en 1839 à Thérèse D., veuve ; mort à Peseux (Suisse) le 7 mai 1850. ● Archéologue, géologue et géographe ; maître de français à Saint-Gall (1817-1819) ; précepteur en Courlande (1819-1821) ; intendant en Lituanie (1821-1829) ; il voyagea en Pologne en 1825 et 1829 ; étudiant à l’université de Berlin (1829-1831), élève de l’helléniste August Boeckh, du géographe Carl Ritter, du géologue Léopold von Buch et du naturaliste Alexandre de Humboldt ; en voyage solitaire d’exploration dans la Russie méridionale (1831-1834), il publia le Voyage autour du Caucase, chez les Tcherkesses et les Abkhases, en Colchide, en Géorgie, en Arménie et en Crimée (1839-1843, 6 vol., atlas de planches), récompensé par le prix de la Société de géographie de Paris ; il donna des cours d’archéologie à l’académie de Neuchâtel, dès sa création en 1838, titulaire de la chaire créée en 1843 ; auteur de fouilles à Cressier (canton de Neuchâtel, Suisse),où il découvrit la « villa de Colombier » et s’intéressa aux monuments médiévaux de la principauté ; après la suppression de l’académie de Neuchâtel en 1848, il se consacra à l’étude archéologique de la collégiale de Neuchâtel (Les Antiquités [ou Monuments] de Neuchâtel, 1852) ; ami de Ferdinand Keller et Arnold Escher de la Linth, il légua ses collections et sa bibliothèque à la ville de Zurich. ● Dictionnaire historique de la Suisse (notice Du Bois de Montperreux, Frédéric), http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/d/D31450.php ; notes Catherine Sosnina.

Dubourg-Neuville ● Artiste dramatique, mentionné en 1857 et 1865 au théâtre Michel à Saint-Pétersbourg ; blessé au cours d’une représentation en 1765, il dut cesser le travail. ● MAE, Nantes, 598PO/2/416.

Dubreuil ● Chancelier au consulat de Tiflis (1895). ● Annuaire diplomatique, 1895.

Dubreuilh, Charles ● Né en 1864. ● Banquier ; il commençaé sa carrière dans les agences de la Société Générale de Périgueux, Bergerac et Lyon ; directeur des agences d’Anvers puis de Marseille 1910 à 1913 ; nommé en 1910 directeur de la Banque russo-asiatique, membre du « Pravlenie » de l’établissement bancaire ; en fonctions jusqu’en 1913. ● Archives historiques de la Société Générale. La France et les Français en Russie…, p. 95.

du Brux, Paul Célestin Augustin ● Né à Jamoigne (grand-duché du Luxembourg, alors possession autrichienne) en 1770 ; père de Gustave du Brux (né en 1793). ● Archéologue. Engagé dans l’armée, sous-lieutenant au régiment des chasseurs des Alpes (1784) ; émigré en 1792, passé à l’armée de Condé ; parti avec l’armée de Condé en Russie en 1797, resté au dépôt de Volhynie lors du retour de l’armée de Condé en Allemagne ; démissionnaire en 1800 ; entré au service de la Russie (1810-1835), établi à Kertch, nommé intendant des salines impériales ; encouragé en 1816 par le duc de Richelieu et le comte de Langeron, il entreprit des fouilles archéologiques dans la région de Kertch ; il contribua en 1818 à l’accueil du tsar lors de sa visite de Kertch ; conservateur du musée des Antiquités de Kertch (1820), constitué en partie du fruit de ses travaux ; il découvrit en 1830 la tombe scythe de Koul-Oba dans les environs de Kertch ; lié à Pouchkine, au consul d’Odessa Taitbout de Marigny ; décoré de la croix de Saint-Louis (1817) ; noble du gouvernement de Volhynie (13 août 1835). ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 387 ; Jean-Pierre Gavignet, Everardo Ramos, Véronique Schiltz, « Paul Du Brux, Koul-Oba et les Scythes : présence de Paul Du Brux dans les archives françaises », Journal des savants, 2000, n° 2, p.323-374. Notes Édith Ybert.

Dubuit, Charles Paul ● Né à Mulhouse (Haut-Rhin) le 13 mars 1841 [fils de Rodolph Jean Charles Dubuit (né à Wesserling, Haut-Rhin, en 1810), négociant, et de Louise Antoinette Sengenwald (née en 1814). ● Sous-ingénieur de 2e classe de la marine en 1841 ; en poste à Toulon en 1871 ; en poste au Havre en 1875-1880, demeurant 23, place de l’Hôtel de ville ; parti à Saint-Pétersbourg le 6 octobre 1880 ; de retour en France en 1883 (passeport pour la France délivré à Saint-Pétersbourg le 17 août 1883) ; il demanda en 1886 la permission d’effectuer un nouveau séjour temporaire en Russie. ● Chevalier de la Légion d’honneur (5 juin 1871). ● Arch. nat., LH/392/48, LH/818/54 ; MAE, Nantes, 598PO/2/480.

Ducerf, Benoît Joannès ● Né à Ozolles (Saône-et-Loire) le 9 mai 1870 ; marié à Attignat-Oncin (Savoie) le 4 mai 1901 à Eugénie Antoinette Guillon-Cottard (née à Attignat-Oncin le 20 juin 1881 ; morte à Villeurbanne, Rhône, le 31 juillet 1927, dont il eut Germaine Blanche Louise Ducerf (1902-1984) ; mort à Villeurbanne le 13 juin 1941 ; grand-père maternel de l’animateur de télévision Jacques Martin. ● Cuisinier du tsar ; restaurateur à L’Universel à Lyon, place des Terreaux (1912-1928). ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Duclos, Charles Alexandre ● Né à Paris en 1758. ● Propriétaire d’un magasin de produits cosmétiques à Saint-Pétersbourg (1801) ; toujours cité à Saint-Pétersbourg dans les années 1810 ; franc-maçon, membre ou visiteur des loges Élisabeth, Les Amis réunis, Le Sphinx, Le Chapitre du Phénix. ● Notice Vladislav Rjéoutski.

Ducloux, Nicolas ● Cité à Saint-Pétersbourg de 1797 à 1819 ; assesseur de collège (1797) ; 1799 nommé membre des comptoirs d’escompte des billets à ordre et des marchandises et membre du comptoir d’assurance (1799) ; conseiller aulique (1803) ; conseiller d’État (1807) ; franc-maçon, membre en 1816 des loges Les Amis Réunis de Saint-Pétersbourg (exclu en 1818-1819 pour cause de son absence) et le Sphinx qu’il fréquentait en 1815. ● Notice Vladislav Rjéoutski.

du Couëdic, Thomas Marie Louis ● Né en 1801 ; mort en 1829. ● Ingénieur ; élève à l’École polytechnique (X 1817) ; entré au service de la Couronne impériale, dans le corps des ingénieurs des voies de communication ; membre du cercle d’Augustin Bettancourt. ● RGIA et RGVIA. La France et les Français en Russie…, p. 101-138 ; notice Dimitri et Irina Gouzévitch.

Ducousso, Georges ● Agronome, en mission au Turkestan en 1890. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 347.

Ducret, François ● Originaire de Besançon (Doubs) ; frère de Paul Ducret ; mort en Russie en 1812 pendant la retraite de l’armée française. ● Émigré, directeur d’une maison d’éducation avec son frère. Il résidait dans le IXe arrondissement de Moscou quand il prêta le serment de 1793 ; paroissien de Saint-Louis-des-Français à Moscou en 1798. Il fonda avec son frère une maison d’éducation qui fonctionna jusqu’à la retraite de la Grande Armée en 1812. ● RNB, Mss, fonds en diff. langues, F-II, 27/1, f. 134, Saint-Louis-des-Français de Moscou, confessions, 1798. SPbZ, 1793, n°49.

Ducret, Paul ● Né à Orgelet (Jura) en 1774, frère de François Ducret ; mort à Passenans (Jura) en 1858. ● Littérateur et moraliste. En 1792, il se rendit avec son frère François en Russie. Il résidait dans le IXe arrondissement de Moscou quand il prêta le serment de 1793 ; paroissien de Saint-Louis-des-Français à Moscou en 1798. Il fonda avec son frère une maison d’éducation qui fonctionna jusqu’à la retraite de la Grande Armée en 1812. Il rentra en France en 1808 et devint secrétaire du préfet de Côte-d’Or en 1814, puis vérificateur des contributions indirectes de 1815 à 1819. Il avait acheté à son retour en Russie une grande maison de vignerons à Passenans et y employa jusqu’à vingt-six personnes sur le domaine. Lors de la révolution de 1917, les descendants des anciens élèves des frères Ducret se souvinrent de leurs liens avec cette famille jurassienne : la maison de Passenans devint ainsi un des relais de l’émigration russe blanche en France, comme en témoigne un registre en possession des propriétaires actuels. ● Auteur de : Legs d’un homme de bien à ses enfants, à ses amis, ou Pensées et maximes sur le bonheur et la vertu (Lons-le-Saulnier, impr. de Courbet, 1843, in-18, 180 p.) ; La Russie et l’Esclavage, dans leur rapport avec la civilisation européenne, ou de l’influence de la servitude sur la vie domestique des Russes ; sur leur existence civile, morale et politique, et sur les destinées de l’Europe (Paris, P. Blanchard, 1822, 2 vol., in-8°). ● RNB, Mss, fonds en diff. langues, F-II, 27/1, f. 134, Saint-Louis-des-Français de Moscou, confessions, 1798. SPbZ, 1793, n°49. Dantès, reprint 1971, p. 48 ; Thiébaud, 2002.

Ducrocq, Georges ● Né à Lille (Nord) en 1874 ; mort à Paris le 30 sepembre 1927. Voyageur et littérateur. Membre de la Société de géographie de Paris ; il visita le Caucase, le Turkestan russe (en 1899), et l’Extrême-Orient (en 1901), étant accompagné Louis Marin. ● Auteur de : Du Kremlin au Pacifique (Paris, 1905, in-8°, 147 p., fig.). ● Paul Gerbod, « D’une révolution à l’autre: les Français en Russie de 1789 à 1917 », Revue des études slaves, 1985, vol. 57, p. 605-654.

du Croissy d’Aspic, Hippolyte ● Mort en 1873. ● Naturalisé russe à Saint-Pétersbourg (1821), employé dans la Banque commerciale nationale ; interprète dans le Corps des ingénieurs des voies de communication (1824) ; chargé de mission spéciale auprès du district douanier d’Astrakhan (1834) ; envoyé en Tanscaucasie puis à Odessa (1838) ; adjoint du directeur de la circonscription douanière de Transcaucasie (1843) ; membre du conseil de l’administration centrale et de l’administration de la circonscription douanière de Transcaucasie et de la quarantaine (1853,) ; envoyé par le prince Bagrjatinskij en Mingrélie (1857) où il conseilla de faire passer la région sous le contrôle direct de la Russie ; entré au conseil du vice-roi (1859) ; promu conseiller secret (1860) ; au service du vice-roi (1867), affecté à l’organisation de l’administration civile. Auteur des « Notes de service en français et en russe sur la Mingrélie » (échanges avec le vice-roi, le général Barijatinski en 1857, Akty Kavkazskoj Archeograficeskoj kommissii, t. 12, Tiflis, 1904, p. 273-320). ● Décoré de l’ordre de Sainte-Anne (1851) ; membre de la section caucasienne de la Société impériale russe de géographie, membre du comité de cette Société (1853). ● Zapiski Koirgo, Courte description des principales voies commerciales de communication en Transcaucasie, t. 1, 1852, p. 143-166 ; Zapiski Koirgo, Le commerce du fer en Caucase, t. 2, 1853, p. 44-55 ; Akty Kavkazskoj Archeograficskoj kommissii, t. 10, Tiflis, 1885, p. XX ; K. A. Borozdin, Zakavkazskie vospominanija. Mingrelija i Svanetija, 1854-1866 (Mémoires de Transcaucasie. La Mingrélie et la Svanétie), Saint-Pétersbourg, 1885, p. 122, 156-186 ; Édith Ybert.

Duflos de Saint-Amand, Robert ● Consul à Riga, nommé le 8 janvier 1843 ; toujours en fonctions en 1857. ● Chevalier de la Légion d’honneur. ● Annuaire royal, 1843 ; Annales maritimes et coloniales, vol. 32, 1857, p. 675 ; Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger », p. 85.

Dufour, Alexandre ● Né en 1841. ● Comptable, demeurant à Saint-Pétersbourg, 1 district quartier Vassilievsky. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Dufour, François Louis ● Né à Lyon (Rhône) le 5 novembre 1851. ● Ingénieur. Élève de l’École centrale à Paris ; cité à Bakou, Caucase en 1885-1902 ; directeur de la fabrique française d’huiles minérales de graissage à Bakou (maison mère à Clichy). ● MAE, Nantes, 598PO/2/43 ; 598PO/2/61, doss. 230 ; 598PO/2/63, doss. 164 ; 598PO/2/68.

Dujardin Beaumetz, Jean François Paul ● Né à Paris, rue Saint-Benoît, le 12 novembre 1846 [fils de Thaddée Urbain Hippolyte Dujardin Beaumetz (né en 1801), docteur en médecine, et de Clémence Le Père (née 1811)] ; mort à Paris XVIe, 6, villa Herran, le 3 janvier 1919. ● Ingénieur civil ; attaché aux laboratoires de chimie de Guignet et Fremy (1864) ; préparateur du cour de géologie au muséum d’histoire naturelle de Paris (1867) ; ingénieur aux mines et hauts-fournaux de Mières et Guires Asturies, Espagne (1868) ; ingénieur de la Société des houillères et donderie de l’Aveyron (1871) ; ingénieur à la Société métallurgique de la Vienne, directeur de l’usine de Montmorillon, Vienne (1872) ; ingénieur civil à Paris (1878), envoyé en mission à l’étranger, notamment par le ministère des Affaires étrangères en 1880 pour un voyage d’études à Tiflis ; secrétaire général de la Société des Mines de Carmaux (1883), puis ingénieur conseil dans la même société ; délégué du Comité central des houillères de France, administrateur de la Société des houillères de Dombrova, administrateur délégué de la Compagnie nationale des chemins de fer à voie étroite, et administrateur dans les compagnies d’assurance la Foncière, en 1891. ● Auteur de : Histoire graphique de l’industrie houillère de France depuis 1865 ; Histoire graphique de l’industrie houillère de Belgique depuis 1865 ; Histoire graphique de l’industrie houillère en Angleterre depuis 1865 ; Guide du mineur à l’Exposition ; Le matériel et les procédés de l’exploitation des mines à l’Exposition universelle. ● Trésorier et secrétaire adjoint du Comité d’installation de la classe 48 et secrétaire trésorier du congrès des mines et de la métallurgie à l’exposition universelle de 1889 ; membre de la Société des ingénieurs civils de l’industrie minérale, de la Société de statistique. ● Médaille d’or à l’exposition universelle de 1889 ; chevalier de la Légion d’honneur (11 juillet 1891). ● Arch. nat., LH/839/59 ; MAE, Nantes, 598PO/2/67, doss. 86.

Dujardin-Beaumetz, Georges Sainfort (1833-1895) ● Né à Barcelone (Espagne) le 27 novembre 1833 [fils d’Octave Dujardin-Beaumetz, employé à l’administration de la guerre à Paris et d’Hélène Duval son épouse] ; marié à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) à Fanny Léonie Jean, dont Édouard Loys Dujardin-Beaumetz, médecin (1868-1947) ; mort à Paris le 15 février 1895. ● Médecin. Docteur en médecine ; médecin des hôpitaux parisiens à l’hôpital Cochin. Il obtint une mission en Russie pour étudier l’enseignement et les progrès de la thérapeutique (1888. ● Auteur d’un grand nombre d’ouvrages surtout consacrés à la thérapeutique dont : L’Hygiène thérapeutique, gymnastique, massage, hydrothérapie, aérothérapie, climatothérapie, Paris, O. Doin, 1888 ; Union des femmes de France. Reconnue d’utilité publique. Séance solennelle d’ouverture des cours et conférences le 21 novembre 1888. Conférence sur l’hôpital-Lazaret des dames de la Croix-rouge à St-Pétersbourg, par M. le Dr Dujardin-Beaumetz,… Paris, 29, rue de la Chaussée-d’Antin, 1889, in-8°, une pièce consultable sur Gallica). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/2957/C (dossier de mission) ; AJ/16/6797 (faculté de médecine de Paris) ; F/17/23295/B ; LH/839/58. Françoise Huguet, Les professeurs de la Faculté de médecine de Paris : dictionnaire biographique : 1794-1939, (donne 1896 comme date de décès) ; Index biographique des membres des associés et des correspondants de l’Académie de médecine, 1820-1990 Notice Armelle Le Goff.

Dulin, Clémence ● Née à Paris en 1827. ● Artiste dramatique ; artiste au théâtre impérial français de Saint-Pétersbourg, revenue en France en 1874 avec un passeport délivré le 11 mai 1874. ● MAE, Nantes, 598PO/2/480.

du Loup ou Duloup, Charles ● Né à Maisons-Laffitte (Yvelines) le 19 juillet 1864. ● Il prêta le serment de fidélité à la Russie le 11 septembre 1894 ; conseiller d’État ; gouverneur des enfants du grand-duc Constantin ; professeur à l’académie générale d’état-major, à l’Académie et à l’école du génie militaire, à l’École navale, au Corps des pages de l’Empereur, au lycée impérial Alexandre ; auteur 1896 auteur du rapport au ministre de l’instruction publique sur l’enseignement de la langue française en Russie à Saint-Pétersbourg (1896) ; condamné à quatre ans de travaux forcés pour tentative de viol, libéré le 27 mai 1910. ● MAE, Nantes, 598PO/2/454.

du Marais, baron Émile ● Né en 1869 ; mort en 1924. ● Ingénieur civil des mines (1891) ; élève à l’École nationale supérieure des Mines (1890-1894) ; ingénieur attaché aux études financières au Crédit Lyonnais à Paris (1895) ; ayant entrepris de nombreux voyages (1896-1898) ; en séjour pendant trois mois en Russie (juin-octobre 1895) ; envoyé en mission en Russie où il dirigea les affaires financières du Crédit Lyonnais (1898-1907). ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 387.

Dumas, Alexandre (1802-1870) ● Né à Villers-Cotterêts (Aisne) le 24 juillet 1802 (5 thermidor an X) [fils de Thomas Alexandre Davy de la Pailleterie né à Saint-Domingue, général d’armée et de Marie-Louise-Élisabeth Labouret [fille de Claude Labouret, aubergiste], dont Alexandre Dumas, dit Dumas fils, marié en première noces à Nadesjda von Knorring (1826 ; morte le 2 avril 1895), veuve du prince Alexander Naryschkine ; mort à Puys, près de Dieppe (Seine-Maritime) le 5 décembre 1870. ● Écrivain. Il fit un voyage de dix mois dans l’Empire russe (juin 1858-janvier 1859), étant invité par le comte Alexandre Kouchelev-Bezborodko, un des hommes les plus riches de Russie (descendant du Bezborodko, secrétaire d’État de Catherine II et chancelier sous Paul Ier), au mariage de sa belle-sœur, Alexandra Krol, qui épousait le spirite Home rencontré en Italie ; Dumas et le couple Kouchelev-Bezborodko arrivèrent en Russie dans la seconde quinzaine de juin 1858 ; il résida à Saint-Pétersbourg au palais comte Bezborodko ; il fréquenta aussi son ami Dmitri Narychkine, époux de l’actrice Jenny Falcon ; il fit le tour de la Russie d’Europe et du Caucase ; étroitement surveillé par la police russe ; il a fait connaître au grand public Pouchkine, Lermontov et Nekrassov. ● Auteur des Impressions de voyage en Russie. De Paris à Astrakan, (Bruxelles, 1860). Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : LH/842/2 ; AD/Xxc/205, pièce 3, fol. 287. Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 311-313 ; André Pierre « Le voyage de Dumas père en Russie ». Notice Armelle Le Goff.

du Mesnil de Maricourt, comte Louis François ● Né à La Haye (Pays-Bas) le 2 avril 1806 ; mort en 1865. ● Consul de France à Stettin (1844), à Chypre, à Jérusalem, à Moscou (1860-1866). Chvalier de la Légion d’honneur (27 avril 1844). ● Arch. nat., LH/844/87 ; Annuaire diplomatique, 1860-1866 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 2748. Lucie Bonato et Marie Emery, Louis Dumesnil de Maricourt : un consul pour la France (1806-1865).

Dumont, Aristide ● Ingénieur des ponts et chaussées, chargé en 1892 par la municipalité de Bakou de faire un projet d’adduction d’eau dans la ville par la dérivation de la Koura (contrat signé le 1er février 1893). ● MAE, Nantes, 598PO/2/540.

Dumont, Henri Marie Jean ● Né à Paris. ● Ingénieur et agent industriel, parti en mai 1901 en mission en Russie avec un passeport délivré à Paris le 22 février 1901. ● MAE, Nantes, 598PO/2/59.

du Pille, André Jacques Auguste ● Né au château de Bertichères (Laillery, Oise), le 7 octobre 1763 [fils d’André Jacques Louis du Pille, chevalier, seigneur, baron de Labrosse, et de Marie Charlotte de Fontette] ; mort le 6 décembre 1842. ● Gentilhomme de la chambre du Roi ; sous-lieutenant des gardes du corps ; en voyage avec le comte de Charnacé en Russie en 1835, passé par Moscou, Tiflis, Taman et Odessa et ayant traversé l’Imérétie ; capitaine de cavalerie, membre de la chambre des députés en 1826. ● Chevalier de la Légion d’honneur (29 octobre 1826). ● Arch. nat., LH/2161/29. Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 57.

Duplessis, Léon ● Consul à Helsingfors, Finlande (27 janvier 1894-10 octobre 1898). ● Annuaire diplomatique, 1894-1901.

du Ponceau ● Membre du voyage effectué en 1837 à la suite d’Anatoli Nicolaïevitch Demidov dans la Russie méridionale et la Crimée. ● Anatoli Nicolaïevitch, Demidov, Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie, exécuté en 1837, sous la direction de M. Anatole de Demidoff, par M. M. de Sainson, Le Play, Huot, Raffet, Rousseau, de Nordman et du Ponceau.

Dupont, Victor Henri ● Né à Deuil (Seine-et-Oise) le 15 décembre 1865. ● Licencié ès sciences, histoire et géographie de la faculté de Paris ; parti en Russie. ● MAE, Nantes, 598PO/2/63, doss. 164.

Duportal, Pierre Jean Louis ● Né à Toulouse (Haute-Garonne) en 1814. ● Gérant d’une société industrielle à Paris parti le 3 septembre 1864 pour se rendre à Perm. ● MAE, Nantes, 598PO/2/480.

Dupré de Saint-Maure, Jean Pierre Émile ● Né à Carcassonne (Aude) le 10 juin 1772 [fils de Nicolas Dupré de Sainte-Maure] ; mort à Perreuse (Yonne) le 22 juillet 1854. Conseiller au parlement de Paris (1789) ; entré ensuit dans l’armée ; député de l’Aude (1807-1811) ; sous-préfet de Beaune (Côte-d’Or) en 1813 ; en voyage pendant trois ans en Russie à partir de 1819. ● Auteur de : Anthologie russe, suivie de poésies originales (Paris, J. J. Trouvé, 1823, 264 p., in-4°) ; Le Coup de pistolet chargé à poudre [Texte imprimé], dialogue entre un vieux classique et un jeune romantique, par l’Ermite en Russie (Paris, Dénain, 1829, in-8°, 16 p.) ; L’Hermite en Russie, ou Observations sur les moeurs et les usages russes au commencement du xixe siècle (Paris, Pillet aîné, 1829, 3 vol.) ; Pétersbourg, Moscou et les provinces, ou Observations sur les moeurs et les usages russes au commencement du xixe siècle (Paris, Pillet aîné, 1830, 3 vol., XII-368, 360 et 335 p.). ● BnF, catalogue. Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 123-127, 143-146 ; Dictionnaire des parlementaires français.

Dupuis, Adolphe ● Né à Paris en 1825 ; marié. ● Artiste dramatique ; immatriculé au consulat de Saint-Pétersbourg le 1er octobre 1860 ; cité à Paris en août 1861 ; il obtint un nouveau passeport pour se rendre à Saint-Pétersbourg le 11 mars 1873. ● MAE, Nantes, 598PO/2/480.

Dupuis, Jules ● Ingénieur, chef du service de l’entretien dans la société l’Union minière et métallurgique de Russie au début du xxe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Durand, Louis Christophe ● Né à Montluçon (Vienne). ● Artiste dramatique, parti de Paris le 16 septembre 1814 pour se rendre à Vienne, puis à Saint-Pétersbourg où il joua au théâtre impérial français. ● MAE, Nantes, 598PO/2/480.

Durand, Raimond ● Consul à Varsovie (1827-1835). ● Annuaire royal, 1827-1835.

Duroy, Paul Louis Édouard ● Né à Ambérieu (Ain) le 29 août 1883 [fils de Paul Charles Miche Duroy (né à Metz, Meuse), employé au chemin de fer, et de Marie Élisabeth Bardoux, ayant tous deux opté pour la nationalité française] ; marié à Saint-Étienne (Loire) le 12 janvier 1905 à Luce Marie Palle ; mort à Paris, XVIIe arrondissement, 9, rue Daubigny, le 22 janvier 1952. ● Ingénieur des mines (École des mines de Saint-Étienne) ; cité en 1913 comme vice-directeur des mines d’Allaverdi (actuelle Arménie), ayant longtemps séjourné en Caucase, et déjà utilisé par la mission militaire française auprès de Denikine ; lieutenant du 2e régiment de génie (1914-1917) ;agent consulaire à Bakou (1920), puis en poste au consulat de Tiflis et Vladicaucase, jusqu’en 1928 ; directeur général de la société d’Héraclée (1922-1930) à Zongouldak (Turquie) en 1930 ; demeurant 189, rue de Courcelles à Paris 17e en 1932. ● Chevalier de la Légion d’honneur (13 mars 1930). ● Arch. nat., LH, 19800035/0014/1808 ; MAE, Nantes, 12 ACN/23 ; 598PO/2/84, 97.

Durrieux, Alcée ● Médecin ; en voyage avec ses amis médecins Trenel et René Fauvelle en 1899-1900 à Moscou puis au Turkestan. Auteur de Samarkand la bien gardée (Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1901). ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 312.

du Ruy, Paul ● Né en 1841 ; marié à Henriette Quesnelles [fille de Sophie Quesnelles], dont : Antoinette, Madeleine, Suzanne et Laurent du Ruy. ● Ingénieur, directeur des usines franco-russes à Saint-Pétersbourg à la fin du xixe siècle ; demeurant à Saint-Pétersbourg, 2 district quartier Kolomensky. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39. 

Dussert, Charles Antoine ● Né à Paris en 1813. ● Artiste dramatique, cité à Paris le 15 juillet 1851, allant à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/656.

Dutacq, Jules ● Professeur au corps des pages de l’Empereur de Russie ; demeurant rue Serguiefkaïa, à Saint-Pétersbourg. ● Décoré des ordres de Sainte-Anne et Saint-Stanislas. ● MAE, Nantes, 598PO/2/365.

Dutrait, Arthur ● Né à Genève (Suisse), 218, rue de la Machine de l’Île, le 20 février 1844 (fils de Gabriel Gustave Eugène Dutrait (né en 1818), avocat, et de Jeanne Colette Vincent (née en 1817)] ; mort le 23 novembre 1916. ● Chancelier puis consul. Licencié en droit ; employé à titre auxiliaire à la chancellerie du consulat de Genève (23 septembre 1871) ; commis de chancellerie (16 février 1874) ; chancelier de 3e classe à Riga (28 novembre 1878), non installé ; chancelier de 3e classe à Genève (27 décembre 1879) ; chancelier de 2e classe (5 juin 1882) ; chancelier de 1re classe (17 décembre 1885) ; vice-consul (31 janvier 1892) ; consul de 2e classe (31 janvier 1892), cité en 1894 comme chargé de la chancellerie du consulat de France à Genève. ● Chevalier de la Légion d’honneur (31 juillet 1894). ● Arch. nat., LH/882/1 ; Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Dutreuil de Rhins, Jules Léon (1846-1894) ● Né à Lyon (Rhône) le 2 janvier 1846 [fils de Jean-Denis Dutreuil de Rhins, commis-négociant, et de Jeanne Félicie Blondart] ; assassiné à Torn-Boumdo au Tibet le 5 juin 1894 ● Géographe, et explorateur. Il sortit de l’École de la marine marchande ; officier de marine ; il partit pour l’Annam, où il fit ses premières observations et ses premiers relevés (1876) ; chargé de dresser une nouvelle carte de l’Indochine (1881) ; il partit en mission dans l’Ouest africain, avec Savorgnan de Brazza (1883) ; il travailla au dépôt des cartes et plans de la Marine où il poursuivit ses travaux sur la géographie de l’Asie centrale et orientale (1884-1890) ; convaincu que les problèmes géographiques ne pourraient être résolus que sur le terrain, il obtint une mission en Haute-Asie et s’adjoignit Fernand Grenard (1891) ; la mission se déroula essentiellement au Tibet où il fut assassiné. Avant de parvenir à la frontière chinoise et de pouvoir se diriger vers le Tibet, la mission de Dutreuil de Rhins dut traverser les territoires du Caucase, de l’Ouzbékistan et du Turkestan sous autorité russe ; il obtint des passeports et des facilités de circulation (attestation le 4 février 1891 à Saint-Pétersbourg par Nikolaï Nikolaïevitch Obrutchev, chef de l’état-major général de l’armée impériale de la Russie) ; tout au long de leur périple, les deux explorateurs purent compter sur l’appui précieux et la bienveillance des autorités locales russes en particulier les autorités consulaires de Kächgar ; il traversa l’empire russe et fournit une complète cartographie des territoires traversés. Les résultats de cette expédition furent publiés en 1897-1898 par Fernand Grenard, Mission scientifique dans la Haute-Asie 1890-1895 (Paris, E. Leroux, 1897-1898, 3 vol.). ● Auteur de L’Asie centrale (1889). ● Arch. nat., F/17/2959/A-B-C (dossier de mission) ; MAE Nantes 598PO/2/60, doss. 265. Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècle, II, Asie ; J. Deniker, « La mission Dutreuil de Rhins dans la Haute Asie 1890-1895 » ; Fernand Grenard, « La dernière mission de Dutreuil de Rhins au Turkestan et au Tibet » ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 208. Notice Armelle Le Goff.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search