F

Fabin, Abraham ● Probablement le fils de Jean-Baptiste Fabin. ●Vice-consul à Kronstadt, cité en 1843. ● Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Fabin, Jean-Baptiste ● Né à Lunéville (Meurthe-et-Moselle) le 18 février 1794 [fils de Nicolas François Fabin, négociant, et de Jeanne Georges (née en 1761)] ; probablement le père d’Abraham Fabin ; mort le 19 mars 1861. ● Employé à a chancellerie du consulat général de France à Saint-Pétersbourg pendant huit mois en 1819 ; agent consulaire à Kronstadt (1er octobre 1820) ; en France en 1826 pour un congé d’un an ; vice-consul de France à Kronstadt (19 mars 1827) ; confirmé comme vice-consul honoraire à Kronstadt (24 août 1828). ● Chevalier de la Légion d’honneur (31 mars 1837). ● Arch. nat., LH/919/4 ; Annuaire royal, 1830.

Fabre, Alexandre ● Né en 1782 ; mort en 1844. ● Ingénieur des ponts et chaussées polytechnicien (X 1801) employé au service de la couronne impériale (corps des ingénieurs des voies de communication), ayant le grade de général ; faisant partie du cercle d’Augustin Bettancourt. ● RGIA ; RGVIA ; La France et les Français en Russie…, p. 101-138. Notice Dimitri et Irina Gouzévitch.

Fabre, Andrej Jakovlevic ● Né en 1789 ; mort en 1863. ● Employé au trésor de Tauride (1804-1807) ; responsable des forêts de Crimée (1808-1809) ; employé dans la chancellerie du gouverneur de Crimée (1819) ; procureur en Crimée (1825) ; naturalisé russe (1848) ; gouverneur civil d’Ekaterinoslav (1847-1857). Membre fondateur de la Société d’histoire et d’antiquités d’Odessa (1839) ; membre de la société russe de géographie il s’intéressait aux antiquités de Crimée et de la presqu’île de Taman (1852). Auteur de : Dostopamjatnejsie drevnosti i soediinennye snimi vospominja, ou Antiquités les plus remarquables et mes souvenirs à leur sujet (Odessa, 1859). P. D. Tunkina, t.1, p. 663. Notes Édith Ybert.

Fabre, Jean ● Né vers1788 ; mort après 1838. ● Ingénieur des ponts et chaussée ; envoyé en Russie en 1810, avec les ingénieurs Potier, Bazaine et Destrem, à la demande faite fin 1809 par le prince Alexandre Kourakin, ambassadeur extraordinaire de Russie ; venu à Saint-Pétersbourg et engagé par le prince Georges de Holstein-Oldenburg, directeur général du Génie des communications intérieures, avec un grade correspondant à celui de France ; lieutenant-colonel en Russie, resté à Saint-Pétersbourg sous les ordres du général de Bétancourt comme professeur à l’Institut destiné à la formation du corps de génie des communications intérieures ; le 13 mars 1812, le comte de Lauriston, ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg, annonça verbalement à Fabre et Potier que les quatre ingénieurs français servant en Russie étaient désormais mis à sa disposition ; décoré de la croix de Sainte-Anne 2e classe (23 mars 1812) ; il dut se démettre de ses fonctions en Russie et demander son congé sur ordre de l’Empereur le 14 avril 1812 et quitta l’uniforme russe le 23 juin 1812, à la suite de la déclaration de guerre de la France à la Russie ; faute de passeport pour sortir de Russie, il fut conduit avec les trois autres ingénieurs français sur ordre de l’Empereur Alexandre à Iaroslavl, en captivité avec maintien des appointements versés par la Russie et une gratification de 1 000 roubles pour le voyage (11 juillet 1812) ; logé à Iaroslavl dans un logement de la Couronne russe, ayant « la ville pour prison » ; transféré à Pochetzhugne (10 août 1812) ; de nouveau transféré le 31 août 1812, arrivé à Irkoutsk le 3 novembre 1812 et emprisonné dans des conditions très rudes ; sans appointements ni ressources jusqu’au 4 mai 1813 ; libéré le 17 février 1815 grâce à l’ordre de rappel en France obtenu par le général de Bétancourt ; parti à pied avec les trois autres ingénieurs prisonniers le 20 février 1815, arrivé à Kazan le 12 mars 1815 et à Saint-Pétersbourg le 17 avril 1815 où il se mit sous la protection du comte de Noailles, ambassadeur de Louis XVIII ; ayant repris l’uniforme russe pendant les Cent-Jours. ● Arch. Nat., F1d IV F1, « Mémoire succinct sur la mission en Russie de quatre ingénieurs français Fabre, Bazaine, Potier et Destrem ». La France et les Français en Russie…, p. 101-138 (Dimitri et Irina Gouzévitch).

Fages de Chaulnes, Marie Régis Adrien Guillaume de ● Né au Puy-en-Velay (Haute-Loire), 15, rue Haute-Ville, le 6 juillet 1858 [fils de Louis Jules de Fages de Chaulnes (né en 1830), propriétaire, et de Marie Adrienne Caroline de Miribel (née en 1834)] ; mort à Paris 13e, 29, rue de la Santé, le 12 avril 1912. ● Chancelier puis consul. Licencié en droit ; attaché autorisé au ministère des Affaires étrangères (24 mars 1884) ; élève chancelier (1er janvier 1886), en poste à La Nouvelle-Orléans, Swansea et Shanghaï ; chancelier de 3e classe (10 mai 1890), en poste à Batavia ; chancelier de 2e classe (31 janvier 1892), en poste à Varsovie (14 avril 1892) ; vice-consul (12 août 1893) ; attaché au bureau du chiffre au ministère des Affaires étrangères ; chargé de la chancellerie à Saint-Pétersbourg (23 juin 1897-1er juillet 1900) ; consul de France de 2e classe (1er juillet 1900) ; admis à prendre part aux travaux du service du contentieux (juillet 1900) ; attaché payé au service du protocole (7 juillet 1902) ; consul général à Varsovie. ● Chevalier de la Légion d’honneur (29 décembre 1903). Arch. nat., LH/924/33. Annuaire diplomatique, 1893-1901.

Fages, Eugène ● Né en 1862. ● Chef-comptable à la Société des forges et aciéries de la Kama à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/343.

Faivre, Eugénie Lucile Françoise, dite Fernande Deferville ● Morte à Saint-Pétersbourg le 22 juin 1897. ● Artiste lyrique, engagée par le théâtre ou jardin de l’Aquarium à Saint-Pétersbourg au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/360.

Farges, voir Blanchard de Farges

Faucher ● Consul à Riga (1856-1857). ● Almanach impérial, 1856-1857.

Favre, Georges-André ● Agent consulaire à Arensbourg (1879-1881). Annuaire diplomatique, 1879-1881 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton 1577.

Féraud, M. ● Ingénieur-conseil ; recruté par l’Omnium, ayant pour mission de veiller à la bonne marche de l’entreprise et des filiales en Russie (vers 1903) ; nommé commissaire aux comptes de la société russe de Makiïvka ; en mission à Kharkov. ● Archives historiques SG, boîte 3043. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 77.

Ferrandin-Gazan, J. Guillaume ● Né en1792 ; mort après 1826. Ingénieur et géographe ; polytechnicien (X 1811) ; passé au service de la couronne impériale de Russie, Corps des ingénieurs des voies de communication ; membre du cercle d’Augustin Bettancourt. RGIA et RGVIA ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 101-138 ; notice Dimitri et Irina Gouzévitch.

Ferrette ● Ingénieur ; chef de station électrique aux mines de Krivïrog ; chef des stations mécanique et électrique ; mobilisé en 1914, mais exempté pour rester à son poste en Russie. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Ferrière, voir Doublet de Ferrière

Ferron, Pierre Louis Auguste, comte de La Ferronays ● Né à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) le 4 décembre 1777 [fils d’Emmanuel Henri Eugène Ferron, comte de La Ferronays, maréchal de camp, et de Marie Anne Perrine Adélaïde Fournier de Bellevue] ; marié à Klagenfurt le 23 février 1802 à Albertine Louise Marie Charlotte du Bouchet de Sourches de Montsoreau (née à Marly-la-Ville le 25 octobre 1782 ; morte à Baden-Baden le 15 novembre 1848) [fille d’Yves Marie du Bouchet de Sourches, comte de Monsoreau, officier de cavalerie, et de Marie Charlotte Françoise Lallemant de Nantouillet], dont il eut sept enfants ; mort à Rome le 17 janvier 1842. ● Militaire ; diplomate. Engagé dans l’armée ; émigré, passé dans l’armée de Condé (1792) ; passé en Angleterre, officier d’ordonnance puis aide de camp du duc de Berry ; passé au service de la Suède pendant l’Empire, revenu à Londres au service du duc de Berry avec qui il débarqua à Cherbourg en 1814 ; maréchal de camp (1814) ; pair de France (17 août 1815) ; ambassadeur au Danemark (1817) ; ambassadeur en Russie (1819-1827) ; ministre des Affaires étrangères (4 janvier 1828-24 avril 1829) ; lieutenant général 51828) ; ambassadeur à Rome (février 1830). Il refusa de se rallier à Louis-Philippe. ● Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français.

Ferry, Claude Joseph ● Né en 1757 ; mort en 1845. ● Ingénieur des mines ; examinateur à l’École Polytechnique ; passé au service des Demidov, envoyé en mission technique dans l’Oural. ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 284, 432. Notes Dimitri et Irina Gouzévitch.

Ferry-1 de Pigny ● Marié à une Russe ; père ou frère de l’architecte Ferry de Pigny. ● Professeur et traducteur de français en Russie, cité à Saint-Pétersbourg en 1820-1830. ● Auteur des traductions du russe en français de : Description de Pékin.., traduit du chinois en russe par le Révérend Hyacinthe (Saint-Pétersbourg, impr. de Ch. Kray, 1829, in-8°, XVI-177 p.) ; Description des hordes et des steppes des Kirghiz-Kazaks ou Kirghiz-Kaïssaks, par Alexis de Levchine (traduite du russe, par Ferry de Pigny, revue et publiée par E. Charrière,Paris, Imprimerie royale, 1840, in-8°, 515 p., planches, plan, carte et musique) ; Ivan Wyjighine, ou Le Gil Blas russe, par Thadée de Bulgarine (Paris, C. Gosselin, 1829, 4 vol., in-12) ; Les conteurs russes ou Nouvelles, contes et traditions russes, par Boulgarine, Karamzine, Narejni, Pogodine, Orlof.. etc., traduits du russe par M. Ferry de Pigny et M. J. Haquin (Paris, C. Gosselin, 1833, in-8° ; 376 p.). ● Bénéficiaire d’un titre de gentilhomme du gouvernement de Saint-Pétersbourg et de conseiller d’État. ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 188, 203.

Ferry-2 de Pigny ● Architecte ; demeurant Petite Sadawaya, n°2/17, logement 12, à Saint-Pétersbourg au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/649.

Fertoret, Georges François ● Né à Lyon (Rhône) le 14 mai 1868. ● Ingénieur aux ateliers russo-baltiques à Revel. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24.

Finot, baron Antoine Bernard Adolphe ● Né à Tulle (Corrèze) le 23 septembre 1821 [fils du baron Antoine Bernard Finot (né à Dijon, Côte-d’Or, le 1er septembre 1780, baptisé à Saint-Jean ; mort à Paris le 10 janvier 1844), préfet du Cher, de l’Isère, chevalier (15 mars 1814), puis officier (28 octobre 1828) de la Légion d’honneur), demeurant au château de Langé (Indre), et de Claire Garaud (morte après 1844) ; petit-fils au paternel d’Antoine Bernard Finot (né à Dijon le 2 décembre 1750), conseiller à la cour des comptes de Dijon, procureur au parlement de Dijon, chevalier de la Légion d’honneur (26 octobre 1814), et de Marie Anne Antoinette Lejéas ; arrière-petit-fils au paternel d’Antoine Finot, receveur des deniers patrimoniaux de Dijon, et de Marguerite Dechaux]. ● Consul. Étudiant en droit à Paris en 1844 ; consul à Tiflis (29 mars 1856) ; consul de 1re classe (28 mai 1864) ; chargé de la gestion du consulat général à Varsovie (18 avril 1865) ; consul général à la même résidence (5 juin 1869). ● Chevalier de la Légion d’honneur (11 août 1762) ● Arch. nat. : LH/975/9 ; LH/975/10 ; LH/975/11 ; MAE La Courneuve, Pers. 1re série cartons n° 1603 ; Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Finot-Finkelhaus, Jean ● Né à Pinezov (Pologne) le 26 mai 1856, sous le nom de Finkelhaus ; mort à Paris, 10, avenue Bugeaud, XVIe arrondissement, le 25 avril 1922/mai 1922. ● Homme de lettres ; directeur de la Revue mondiale ; président de la Fédération des veuves et orphelins de guerre ; président de l’Alarme ; président de la Société Shakespeare ; vice-président de l’Union des familles françaises et alliées, frères et sœurs de guerre. Autorisé à porter le nom Finot-Finkelhaus par décret du Conseil d’État n° 951×99. ● Chevalier (26 juillet 1896) puis officier (2 mars 1906) à titre étranger de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/975/20.

Fischer, Octave ● Mort à Paris, sans laisser de parents connus, le 25 novembre 1858. ● Architecte à Théodosie. ● MAE, Nantes, 598PO/2/268.

Flachat-1, Eugène ● Né en 1802 ; marié à Eugénie Cécile Félicité Pijeard (née à Anvers en 1805), dont Jules Flachat (né à Paris le 22 octobre 1829 ; mort le 7 juin 1890), ingénieur civil ; mort en 1873. ● Ingénieur civil ; dirigeant les travaux de forage de puits artésiens près d’Odessa (1830-1831) ; ayant créé une école de forage à Odessa ; membre du cercle d’Augustin Bettancourt. ● Chevalier de la Légion d’honneur (29 avril 1847). ● Arch. nat., LH/978/8. RGIA ; RGVIA. La France et les Français en Russie…, p. 101-138 ; Notes Dimitri et Irina Gouzévitch.

Flachat-1.1, Jules ● Né à Paris le 22 octobre 1829 [fils aîné d’Eugène Flachat, lié aux Pereire, et d’Eugénie Cécile Félicité Pijeard (née à Anvers en 1805)] ; mort le 7 juin 1890. ● Ingénieur. Ancien élève de l’École centrale (1851) ; employé aux compagnies de Strasbourg à Bâle et des chemins de fer de l’Est, puis comme ingénieur à la Compagnie de l’Ouest pour la construction des remises et ateliers de Batignolles et de Clichy ; ingénieur spécialiste de la construction des chemins de fer ; parti à Saint-Pétersbourg (1857-1860), attaché à la Société des chemins de fer russes, il y participa à la construction de la gare et des ateliers de chemin de fer et à divers projets industriels ; ingénieur du gouvernement à la Guadeloupe (1864-1866), félicité par le ministre de la Marine pour sa conduite après l’ouragan de 1865 qui dévasta la colonie, ayant exploré l’isthme du Darien en Amérique centrale avec l’autorisation du ministre de la Marine ; ingénieur chargé de l’étude de diverses lignes pour la Compagnie de Charente et de la construction de 130 km de voies ferrées de La Roche-sur-Yon à La Rochelle et Rochefort ; en congé à partir du 1er septembre 1870, ayant pris part aux travaux de défense de Paris, d’abord comme chef d’un corps de mineurs volontaire, puis comme commandant du corps du génie volontaire reconnu par le gouvernement (1871) ; demeurant à Revigny (Meuse), rue du Moulin, en 1878 ; installé en Espagne en 1880 pour y exercer sa profession d’ingénieur civil ; possédant un pied-à-terre à Rochefort-sur-Mer, 23 rue de la Filanderie en 1880-1884 ; en séjour à La Guayra du 6 septembre au 31 décembre 1883, y étant passé sur les bâtiments de la Compagnie générale transatlantique, de Saint-Nazaire ; bénéficiaire le 8 avril 1887 d’un passeport délivré par le consul de France à Salonique, Sainte-Marie, pour aller en France par la Serbie et l’Autriche. ● Chevalier de la Légion d’honneur (27 juillet 1871). ● Arch. nat., LH/978/11 ; MAE, Nantes, 598PO/2/5. La France et les Français en Russie…, p. 465.

Flanchet, Arthur ● Ingénieur employé de la société Batignolles ; employé comme ingénieur en chef du chantier du pont Troïtski (pont de la Trinitéà à Saint-Pétersbourg (1897-1903) ; demeurant 3, Divenskaya av. à Saint-Pétersbourg. ● Archive Historique d’État de Russie ; notice Tatiana Morozova.

Flandin, Marie Eugène Joseph Amédée ● Chargé du vice-consulat de Batoum (10 septembre 1891-15 janvier 1894). ● MAE La Courneuve, Pers 1re série, cartons n° 1611. Annuaire diplomatique, 1892-1894.

Fleuret ● Marié à Anne Joseph Petit ; mort avant 1821. ● Architecte ; professeur d’architecture et de fortification à l’école militaire de Paris ; architecte au service de l’empereur Paul ; sa veuve écrivit le 20 août 1821 à l’ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg pour faire parvenir au gouvernement impérial une réclamation sur des ouvrages réalisés par son mari et qui n’auraient pas été payés. ● MAE, Nantes, 598PO/2/230.

Fleury Jacques Édouard ● Né à Isigny (Calvados) en 1795 ; marié, son épouse vivait ; mort à Moscou le 16 juin 1843. ● Ingénieur mécanicien ; parti de France pour la Pologne (1837) ; employé en Russie en 1841-1843, demeurant en « hôtel garni », chez M. Gautier Vonisinsky, n° 98 en face de l’église d’Isaac, à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/183, doss. 2756.

Fleury, comte Émile Félix ● Né à Paris le 23 décembre 1815 ; marié, père de trois enfants ; mort à Paris le 11 décembre 1884, inhumé au Père-Lachaise. ● Militaire. Proche de Napoléon III (qui avait connu dans sa jeunesse à Londres), il participa à la préparation et à l’exécution du coup d’État du 2 décembre 1851 ; colonel et aide de camp de Napoléon III ; premier écuyer puis grand écuyer de la couronne (1862) ; général de division (1863) ; membre du Sénat impérial (1865) ; ambassadeur en Italie ; ambassadeur en Russie (1869-1870) ; exilé en Suisse à la chute de l’Empire. ● Auteur notamment de : Souvenirs (Paris, 1897-1898) ; La France et la Russie en 1870 (Paris, 1902). ● Chevalier (3 janvier 1842), officier (20 août 1849), commandeur (19 mars 1858) et grand officier (13 août 1859) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/983/49. Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français ; Paul Gerbod, « D’une révolution à l’autre : les Français en Russie de 1789 à 1917 », Revue des études slaves, 1985, vol. 57, p. 605-620.

Fleury, François ● Né à Sélestat (Bas-Rhin). ● Bibliothécaire. Cité en Russie à partir de 1806 environ ; bibliothécaire du comte Razoumovsky (1844), puis au jardin botanique de Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/183, doss. 2786.

Fleury, Jean François Bonaventure ● Né à Vasteville (Manche) le 14 février 1816 [fils de Sébastien Bonaventure Fleury, laboureur (né en 1776), et de Madeleine La Tour] ; marié, père d’une fille, Alice Fleury, connue sous le pseudonyme de Henri de Gréville, auteur de romans sur des sujets russes ; mort à Gréville-La Hague en 1894 ou 1899. ● Pédagogue, journaliste, savant, poète. Directeur du journal de Cherbourg (1837) ; venu à Paris en 1841 pour collaborer à différentes publications ; en séjour en Russie de 1857 à 1894 ; venu en Russie pour travailler comme précepteur dans une famille (1857) ; enseignant depuis 1858 la langue et la littérature dans les établissements d’éducations supérieurs de Saint-Pétersbourg : École de droit (1865), faculté des lettres (lecteur en langue française à l’université de Saint-Pétersbourg, 1872), cours pédagogiques, instituts (lycée de garçons à Saint-Pétersbourg, établissements de jeunes filles) ; critique littéraire et théâtral au journal de Saint-Pétersbourg (1873), pendant treize ans, dans lequel il publia un feuilleton hebdomadaire sur les pièces de théâtre jouées à Pétersbourg en français et italien ; dit doyen de la colonie française de Saint-Pétersbourg en 1891 ; demeurant à Paris en août 1891. ● Auteur de : La grammaire en action (1re édition en 1864, neuf éditions) ; Krylov et ses fables, (Paris, 1869) ; Histoire élémentaire de la littérature française (1re éd. 1871, douze éditions) ; Rabelais et ses œuvres (2 vol. in-8°) et la Littérature orale de la Basse-Normandie (1 vol. in-16), récompensés par l’Académie française. ● Conseiller d’État en Russie, commandeur des ordres de Saint Anne et Saint Stanislas ; chevalier de la Légion d’honneur (11 juillet 1891). ● Arch. nat., LH/984/3. Notice Charles de Saint-Julien, Sergey Vaslov.

Fondet de Montussant ● Né à Arlay (Jura). ● Professeur de français en Russie (1894-1924) ; directeur des écoles françaises de Moscou. ● Paul Gerbaud, « D’une révolution à l’autre : les Français en Russie de 1789 à 1917 ».

Fontaine, Julien Arsène Adolphe ● Ingénieur, bénéficiaire d’une autorisation du gouvernement français à voyager dans le Caucase pour affaires ; cité à Berne le 29 mai 1914 ; attesté en 1917 comme ingénieur à l’entreprise Allard-Dollfus et Wiriot, dirigeant la construction de tunnels aux chemins de fer de la mer Noire, à Novorossisk et Gagry (Caucase), dès septembre 1914. ● MAE, Nantes, 598PO/2/93.

Fontaine, Paul Eugène ● Né à Paris en 1858 ; marié. ● Ingénieur, attesté en 1886 dans la province de Tiflis. ● MAE, Nantes, 598PO/2/61, doss. 230.

Fontaine, Pierre Paul ● Ingénieur ; de la classe 1890, sergent au régiment territorial d’infanterie stationné à Chalon-sur-Saône ; ingénieur en chef de la Société française et italienne des Houillères de Dombrowa (Pologne). ● MAE, Nantes : 598PO/2/24 ; 598PO/2/439.

Fontanier, Victor ● Né à Saint-Flour (Cantal) en 1796 ; mort à Civitavecchia, Italie, en 1857. ● Après des études de pharmacie, élève à l’école Normale (1814) ; élève à l’école des Naturalistes Voyageurs (1819) ; parti au Levant pour une mission de sciences naturelles (1821) ; gérant provisoire du vice-consulat de Trébizonde jusqu’en 1833 ; après son départ, on apprit que Fontanier avait fait des dettes (3 000 francs envers le drogman, 8 000 piastres envers le consul d’Angleterre), qu’il avait exaspéré ses collègues et s’était rendu coupable d’une grave indiscrétion en communiquant au consul de Sardaigne les instructions qu’il avait reçues du gouvernement français sur la conduite à tenir envers les autorités russes en Géorgie, alors que ce consul entretenait depuis longtemps d’étroites relations avec les mêmes autorités ; admis dans la carrière consulaire (1834). ● Auteur de : Voyages en Orient entrepris par ordre du gouvernement français (Paris, 1829-1834, 3 vol.) ; « De l’état actuel des Lesgis, peuple circassien » (Annales européennes, Journal de la Société de Fructification, VIII, 1825, p. 59-69) ; « Notice sur les Lesghis » (Bulletin de la Société de géographie, 2e sér., I, avr. 1834, p. 229-237). ● BnF, catalogue général.

Forestier, Louis ● Né en 1892 ; mort à Moscou en 1954, enterré au cimetière d’Ostankino. ● Directeur de la photographie, engagé comme collaborateur en 1908 par Léon Gaumont pour filmer des aéroplanes ; 1910 invité en 1910 par Alexandre Khanjonkov à rejoindre la Compagnie en Russie, ayant participé au tournage du premier long métrage russe la défense de Sébastopol ; travaillant pour le Mossoviet à Moscou (1920). ● Auteur de mémoires, Le grand muet (1945). ● Notice Natalia Balandina.

Forgues ● Agent commercial à Irkoutsk (1899-1901). ● Annuaire diplomatique, 1899.

Fornier, Édouard ● Né en février 1851. ● Chancelier à Tiflis (12 décembre 1880). ● Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Fournier ● Opticien à Saint-Pétersbourg, cité en 1858-1859. ● MAE, Nantes : 598PO/2/270 ; 598PO/2/331.

François, Jean Jules ● Né à Bar-le-Duc (Meuse) le 13 juin 1808 ; mort le 13 septembre 1890. ● Ingénieur des mines ; chargé des arrondissements minéralogiques de l’Ariège, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales (1834-1843) ; mars 1848 attaché au comité consultatif d’hygiène public en France; ingénieur en chef des mines, chargé du service des travaux d’amélioration des eaux minérales françaises (avril 1848) ; inspecteur général des mines, chargé du service des eaux minérales (février 1866) ; membre du jury international de l’exposition universelle (1867) ; membre titulaire du comité consultatif d’hygiène public de France (juillet 1868) ; chargé de l’inspection de la division minéralogique du sud-Est (juin 1868-juin 1872) ; inspecteur général des mines de 1re classe (juin 1872) ; chargé en 1874 d’une mission dans le Caucase à la demande du grand-duc Michel, pour l’amélioration des eaux minérales du Caucase ; en séjour en Russie en 1874-1876, ayant fait trois voyages dans le Caucase (passeport délivré en juillet 1875 par l’ambassade de France à Tiflis) ; arrivé le 1er août 1875 à Piatigorsk ; de retour à Paris le 14 mai 1876. ● Officier de la Légion d’honneur (10 septembre 1859). ● Arch. nat., LH/1027/40 ; MAE, Nantes : 598PO/2/92 ; 598PO/2/119 ; 598PO/2/145 ; 598PO/2/483.

Frandin, Hippolyte ● Père de Joseph Hippolyte Frandin (né à Girgenti, Sicile, Italie, le 3 janvier 1852, diplomate. ● Agent consulaire à Helsingfors (1858-1861). ● Arch. nat., LH/1029/39 (Joseph Hippolyte Frandin) ; MAE La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 1691. Annuaire diplomatique, 1858-1861.

Fréou Jean ● Demeurant à Marseille en 1897, bénéficiant d’une prolongation de sursis ; sous-lieutenant au 112e régiment d’infanterie, affecté à partir de 1916 à la Société du Standard russe de Grozny (société pour l’industrie du naphte) et à la chaudronnerie Gerinvov et Fréou, à Grozny. ● MAE, Nantes : 598PO/2/131 ; 598PO/2/139.

Fricero, Joseph ● Né à Nice (Alpes-Maritimes) le 4 décembre 1807 [fils de Philippe Fricero et de Marie Marthe Cochois ; probablement frère de Thomas Fricero (né à Nice le 19 avril 1806 ; mort le 27 février 1878), ingénieur de l’École des ponts et chaussées, chevalier de la Légion d’honneur (13 août 1865)] ; marié à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 3 janvier 1849 à Joséphine Koberwein, peintre [fille naturelle du tsar Nicolas Ier et de Marianne Koberwein], dont quatre fils : Alexandre Fricero (né à Odessa en 1850 ; mort à Nice en 1904), filleul du tsar Alexandre II, officier de l’armée et de la marine impériales russes ; Nicolas Fricero (né à Nice en 1853 ; mort à Grasse en 1884), filleul du star Nicolas Ier, officier de la marine impérial russe, diplomate; Michel Ange Fricero (né à Nice en 1858 ; mort à Nice en 1914), commissaire de police ; Emmanuel Fricero (né à Nice en 1861 ; mort au Mans, Sarthe, en 1880) ; mort à Nice le 26 septembre 1870. ● Artiste-peintre, formé à Nice dans l’atelier de Paul-Émile Barberie ; en séjour à Florence (1825), en Espagne et en Algérie (1830-1831), en Italie, Rome, Sicile et Tunisie (1842-1843), en Belgique, Danemark, Suède (1844) ; passé en Russie, fut présenté à la famille impériale, donna des cours de dessin à la fille naturelle de Nicolas Ier, s’étant lié d’amitié avec le prince Gregorievitch Gagarine, ami de Pouchkine et intime de Nicolas Ier, lors de son séjour à Nice en 1847, puis il s’en alla en Macédoine, Turquie et Palestine (1847-1849). ● Arch. nat., LH/1037/104 (Thomas Fricero). Jacques Ferrand, Descendances naturelles des souverains et grands-ducs de Russie, de 1762 à 1910répertoire généalogique.

Fries, Albert ● Né à Mulhouse (Haut-Rhin) en 1809. ● Chimiste à Colmar, ayant obtenu le 31 juillet 1839, un passeport pour se rendre à Moscou. ● MAE, Nantes, 598PO/2/474.

Frossard, Joseph Félicien ● Né à Thann (Haut-Rhin) en 1879 ; marié, père de plusieurs fils, dont un mort au champ d’honneur en 1940 ; mort à Clarens, près de Montreux, le 28 août 1955. ● Ingénieur-chimiste ; élève à l’École de chimie de Mulhouse (1896) ; en Russie en 1902-1914 ; entré au laboratoire des usines Zundel à Moscou, engagé en 1902 par Félix Bunder ; sous-directeur aux établissements Procho-Roff-3 Montagnes à Moscou (1905) ; chargé de la direction générale technique des établissements N. N. Konchine à Serpoukov (1907) ; chargé de la direction technique des établissements Albert Hubner et Danilowka à Moscou (1913) ; en mission militaire en 1915 ; de retour en France, engagé come volontaire dans l’armée française, affecté au matériel chimique de guerre et au ministère de l’Armement, responsable de l’ensemble des usines allemandes confisquées sur le territoire français ; directeur de la Compagnie nationale des matières colorantes (1919) ; président directeur général de Winnica (1939). ● Chevalier (1916) et officier (1921) de la Légion d’honneur. ● Association amicale des anciens de l’École normale supérieur de chimie de Mulhouse, Annuaire, 1955, p. 15-16.

Frouin, Luc Martial ● Né à Guingamp (Côtes-d’Armor) en 1805. ● Dentiste, arrivé en Russie en 1845. ● MAE, Nantes, 598PO/2/536.

Fulgence, Ernest de ● Chancelier de 3e classe à Tiflis (10 mars 1882) ; gérant du vice-consulat de Batoum (12 août 1884-8 juillet 1885). ● MAE La Courneuve, Pers 1re série, cartons n° 1715. Annuaire diplomatique, 1892.

Fusil dite Jullien, Henriette ● Née à Toulouse (Haute-Garonne). ● Artiste dramatique, engagée au théâtre français de Saint-Pétersbourg ; demeurant rue des Grandes Écuries, n° 7, à Saint-Pétersbourg au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/360.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search