G

Gahluback ● Agent consulaire à Revel (1886-1891). ● Annuaire diplomatique, 1886-1890.

Gaillard de Baccarat, Édouard Prosper, baron de Gaillard ● Né à Londres (Angleterre) le 17 juin 1798 ; mort sans descendance à Saint-Pétersbourg, Perspective Nevsky, maison Bernardaki, 84, logement 96, le 12 février 1862 (dossier de Légion d’honneur) ou 13 mars 1867. ● Professeur de droit. Inspecteur des postes du département de la Haute-Loire en 1847 ; professeur de droit ; conseiller d’État de Russie, professeur de droit à l’institut impérial de Saint-Pétersbourg (nommé avant 1860) ; il changa plusieurs fois d’adresse à Saint-Pétersbourg. ● Chevalier de la Légion d’honneur (28 avril 1847). ● Arch. nat., LH/1055/58 ; MAE, Nantes, 598PO/2/190, doss. 20.

Gaillard, père François Marie ● Né en Dordogne en 1853. ● Jésuite et historien ; il avait commencé l’étude du russe en autodidacte en 1880 ; ayant obtenu un visa pour la Russie en 1908, en séjour à Saint-Pétersbourg de juin 1909 à septembre 1911 pour travailler dans les archives russes. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 223.

Gaillot, François Louis ● Né à Chaudefonds-ssur-Layon (Maine-et-Loire) le 13 décembre 1863. ● Architecte. Ancien élève des Beaux-Arts ; il participa à la construction du pont de Billancourt, de la maison de détention de Tours et des lignes de chemins de fer Soisson-Senlis et Bressuire-La Roche-sur-Yon ; il aurait eu la direction des travaux nécessité par l’installation de l’éclairage électrique à Odessa, Varsovie et dans d’autres grandes villes de Russie ; il obtint en mars 1898 la concession pour la construction de chalets de nécessité en Russie et fonda la « Société française des chalets de nécessité en Russie », avec son frère Michel Gaillot ; président du conseil d’administration de la société et chargé de la construction des chalets ; il dut vendre un immeuble à Paris, 5, rue Nouvelle, pour faire face à des problèmes financiers. ● MAE, Nantes, 598PO/2/384.

Gaimard ● Président de la commission scientifique du Nord, parti en 1839 en expédition au Spitzberg, en Laponie, en Finlande pour visiter plus particulièrement les points où s’arrêta Louis-Philippe pendant son voyage dans le Nord en 1796 ; venu à Saint-Pétersbourg avec Lauvergne, peintre de marine et paysage, et Giraud, peintre de genre et de portrait. ● MAE, Nantes, 598PO/2/340.

Gallet-1, Pierre ● Né à Mende (Lozère) le 26 février 1765 ; marié à Louise Marie Chiboust (née en 1785), père d’André Achille Marie Gallet de Kulture (né à Morsang-sur-Seine le 17 octobre 1815) ; Bénédict Gallet de Kulture, journaliste ; Louise Bénédicte Gallet ; mort en 1836. ● Chargé de mission en Russie à la fin du règne de Catherine II, auteur d’Observations politiques sur la Russie (1801). ● Arch. nat., LH/1061/17 

Gallet-1.1 de Kulture, André Achille Marie ● Né à Morsang-sur-Seine (Essonne) le 17 octobre 1815 [fils de Pierre Gallet (1765-1836) et de Louise Marie Chiboust (née en 1785) ; frère jumeau de Bénédict Gallet de Kulture] ; marié à Paris, VIIe arrondissement, le 25 novembre 1840 à Françoise Mélanie Jacquemard (née en 1817), dont Adeleine Hélène Gallet de Kulture (1843-1919) ; mort à Paris le 20 octobre 1880, inhumé au cimetière du Montparnassa. Installé à Saint-Pétersbourg à partir de 1846, il séjourna en Russie jusqu’en 1853 ; secrétaire du prince Demidov (1855) ; secrétaire au Commissariat général de l’Exposition universelle de 1855, puis chef de cabinet du prince Napoléon, président de la Commission impériale de cette exposition ; attaché au cabinet du ministre de l’Algérie et des Colonies (1858-1860) ; sous-chef de bureau (1861) ; chef de bureau au ministère de la Marine (1864) ; conservateur en chef des archives de la Marine (1er février 1867-octobre 1871) ; chef du Bureau administratif du dépôt des cartes et plans (1871). ● Auteur de : Le Tzar et la Sainte Russie (1856). ● Chevalier de la Légion d’honneur (13 août 1863). ● Arch. nat., LH/1061/17 ; Archives de la Défense, Vincennes, Marine CC7 949. Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 297 ; Geneanet, arbre Nicopo ; Étienne Taillemite, « Les archives et les archivistes de la Marine », p. 84.

Gallet-1.2 de Kulture, Pierre Bénédict ● Né à Morsang-sur-Seine (Essonne) le 17 octobre 1815 [fils de Pierre Gallet (1765-1836) et de Louise Marie Chiboust (née en 1785) ; frère jumeau de Bénédict Gallet de Kulture ; frère jumeau d’André Achille Marie Gallet de Kulture] ; marié (1) à Louise Bouchet (1809-1877), dont Ernest Manuel Gallet de Kulture (1815-1880), et (2) à Paris, XVIe arrondissement le 17 mars 1885 à Fanny Joséphine Welker. ● Journaliste, en séjour en Russie et auteur d’articles dans le Courrier français, la Gazette des tribunaux, le Bon sens ; secrétaire de la légation argentine à Paris (consul de l’Uruguay en France). ● Auteur de : « Marie-la-folle », « La satire et le drame » (Paris, Office correspondance de De Vigny, Le livre des feuilletons, 1843, p. 27-31, p. 245-248) ; « Le pont du baiser » (Le livre des feuilletons, 1845, p. 172-176) ; « Une leçon de philosophie » (Le livre des feuilletons, 1851, 6 p.). ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 297

Gallix-1 de Mortillet, Louis Laurent Gabriel Marie (1821-1898) ● Né à Meylan (Isère) le 29 août 1821 [fils de Claude Romain Gallix de Mortillet, officier de cavalerie, propriétaire, et d’Adélaïde de Bernon de Montélégier] ; marié à Genève (Suisse) le 18 février 1852 avec Fanny Louise Stéphanie Ribert dont Adrien Galllix de Mortillet (né à Genève le 5 septembre 1853 ; mort à Paris le 20 juillet 1931) et Paul Gallix de Mortillet ; mort à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) le 25 septembre 1898 ● Ingénieur, anthropologue et historien. ● Il fit des études d’ingénieur au Conservatoire des arts et métiers de Paris (1841-1846) et enseigna par la suite la géologie et la conchyliologie au Muséum d’histoire naturelle (1846-1848) ; il contribua à divers journaux d’opposition (Le Peuple, La Réforme, La Revue indépendante, L’Almanach populaire…) ; exilé en Savoie, en Suisse et en Italie (1849-1863), il effectua le classement et catalogage des collections géologiques du muséum de Genève (1852) puis fut le responsable du muséum d’Annecy (1854-1857) et servit comme ingénieur de la Compagnie des chemins de fer lombards et vénitiens (1858-1863) ; il fonda et dirigea la revue Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme qu’il céda en 1869 à Émile Cartailhac (1864-1868) ; il participa à la création des congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques (1865-1866) ; il organisa la section préhistorique de l’exposition « L’histoire du travail » dans le cadre de l’exposition universelle de Paris sous la direction d’Édouard Lartet (1867) ; il organisa les collections préhistoriques du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, y obtint un poste d’attaché à la conservation (1868-1885) qu’il occupa jusqu’en 1885 avant d’en devenir le directeur, toujours en fonctions en 1898. ● Il participa au congrès des sciences anthropologiques de Moscou (1879). ● Il publia Le Préhistorique illustrés par son fils (1883-1885). ● Chevalier (20 octobre 1898) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1944/8. Armelle Le Goff, « Les relations entre scientifiques russes et français au prisme des archives françaises : l’exemple des anthropologues ; Armelle Le Goff, « Les dossiers des missions scientifiques à caractère anthropologique du ministère de l’Instruction publique, clefs d’accès à un corpus éclaté » ; Philippe Roux, Les « archives Mortillet » à l’Université de Sarrebruck. Parcours et stratégie scientifique de Gabriel et Adrien de Mortillet (2009) ; Nicolle, auteur de l’éloge de Gabriel Gallix de Mortillet. Notice Armelle Le Goff. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0301-8644_1901_num_2_1_6003

Gallix-1.1 de Mortillet, Adrien (1853-1931) ● Né à Genève (Suisse) le 5 septembre 1853 [fils de Louis Laurent Gabriel de Mortillet et de Fanny Louise Stéphanie Ribert] ; mort à Paris le 20 juillet 1931. ● Historien ; enseignant ; dessinateur. Il travailla dans une importante fabrique française de parfum à Moscou (1872-1874) puis artiste jongleur dans un cirque, il rentra en France en 1874 pour faire son service militaire ; très lié avec le dessinateur humoristique Emmanuel Poiré (né à Moscou en 1858) à qui il suggéra son pseudonyme Caran d’Ache (crayon en russe) ; Mortillet exécuta les dessins des planches publiées du Musée préhistorique de son père Gabriel de Mortillet (1881) ; il participa à la mission d’Ernest Chantre dans le Caucase comme dessinateur (1883) ; professeur à l’École d’anthropologie de Paris (1891). ● La bibliographie de ses œuvres est donnée dans le Trentenaire de l’École d’Anthropologie de Paris (1907) et dans sa « nécrologie », publiée par André Vayson de Pradenne dans le Bulletin de la Société Préhistorique (1931) ● Arch. nat., F/17/2946/C (dossier de mission de Chantre). Armelle Le Goff, « Les relations entre scientifiques russes et français au prisme des archives françaises : l’exemple des anthropologues » ; Philippe Roux, Les « archives Mortillet » à l’Université de Sarrebruck. Parcours et stratégie scientifique de Gabriel et Adrien de Mortillet (2009). Notice Armelle Le Goff.

Gallois, Eugène ● Né en 1852. ● Publiciste et artiste, ayant étudié la musique, la finance, la géographie et s’intéressant à la politique ; en voyage en Russie européenne (1896), au Turkestan (1898). ● Auteur d’observations, notes de voyage, aquarelles et de : Promenade en Russie: Varsovie, Saint-Petersbourg, Nijnij-Novgorod, Kieff (Lille, 1896). ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 305.

Galz de Malvisade, baron Jean Édouard Pierre de ● Né à Fauguerolles (Lot-et-Garonne) le 11 septembre 1781 [fils de Denis de Galz de Malvirade, capitaine au régiment de Vermandois, et de Françoise Antoinette Lécuillier de Beaumanoir, mariés à Fauguerolles le 10 mars 1779] ; marié à Saint-Pétersbourg le 30 juillet 1822 à Alexandrine de Svistounov (1802-1891) ; mort à Fauguerolles le 15 juin 1843. ● Diplomate. Maître des cérémonies (1806-1807) ; auditeur de première classe, sous-préfet à Bordeaux ; maître des requêtes au Conseil d’État (1814) ; secrétaire à l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg (1814) ; consul général à Saint-Pétersbourg (1819-1831). ● Baron (lettres patentes du 3 août 1824). ● Officier de la Légion d’honneur ; commandeur de l’ordre de Saint-Vladimir ; chevalier de l’Éperon d’or. ● MAE, La Courneuve, Pers 1re série cartons n° 1742 ; BnF, FM Fichier Bossu (131). Annuaire royal, 1823-1830.

Gamba, Jean François ● Né à Dunkerque (Nord) le 25 décembre 1763 ; mort à Varziké (Géorgie) le 27 mai 1833. ● Commerçant et diplomate ; après des études au collège de l’Oratoire ou Académie royale, il dirigea la maison de commerce familiale à Dunkerque ; en voyage en Europe (1817-1833) ; recommandé en 1817 par le duc de Richelieu pour effectuer un voyage d’étude en Russie méridionale et se rendit plusieurs fois dans le Caucase (1818-1824) ; consul de France à Tiflis (1823-1830) ; titré chevalier (1826). ● Auteur de récits de voyages dans les Nouvelles annales du voyage, « Voyage au Caucase », « Voyage en Russie méridionale » (Paris, 1820-1824 et du Voyage dans la Russie méridionale et particulièrement dans les provinces situées au-delà du Caucase, fait depuis 1820 jusqu’à 1824 (Paris, 1826). Annuaire royal, 1823-1830. La Russie européenne du passé composé au futur antérieur, dir. Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis, chap. 3, notes Catherine Sosnina ; Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 5

Gannal, Adolphe, Antoine ● Né en 1826. ● Médecin. Bénéficiaire à Paris le 27 août 1857 d’un passeport pour se rendre à Rostov. ● MAE, Nantes, 598PO/2/426.

Garcia, voir Viardot

Garcia-Viardot, Pauline Michèle Ferdinande (1821-1910) ● Née à Paris le 18 juillet 1821 [fille du ténor espagnol Manuel Garcia et de la cantatrice Joaquina Sitchès-Garcia ; sœur de Maria Garcia dite la Malibran (1808-1836)] ; mariée à Paris le 18 avril 1840 avec Louis Viardot, dont : Louise Viardot-Héritte (1842-1918), pianiste, compositrice et cantatrice, qui enseigna le chant au conservatoire de Saint-Pétersbourg en 1870 ; Paul Viardot (1857-1941) ; Marie-Anne Viardot (née en 1859) ; Claudine Viardot (1852-1914) ; morte à Paris le 18 mai 1910 ● Mezzo-soprano, compositrice et traductrice. ● Elle suivit ses parents en tournée et apprit le piano avec Franz Liszt (1821-1832) ; elle orienta sa carrière vers le chant et se produisit sur les grandes scènes européennes (1832-1840) ; installée à Bade, elle y organisa des matinées musicales (1860) ; elle fit ses adieux à la scène parisienne pour se consacrer à la pédagogie et la composition (1863) ; en 1871, elle s’installa définitivement à Paris où elle enseigna au Conservatoire (1871). ● Elle effectua de nombreuses tournées en Russie dès 1843 et elle fit découvrir au public européen la musique russe ; elle chanta à Saint-Pétersbourg le rôle de Zerline dans Don Giovanni de Mozart (1855) ; elle traduisit Tarass Boulba de Gogol et les Récits d’un chasseur de Tourgueniev ; elle était la grande amie de Tourgueniev et elle rencontra tous les artistes et intellectuels de son époque. ● MAE Nantes 598PO/2/480 ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p.106-107. Notice Armelle Le Goff.

Garçon, Silvain ● Né en 1846 ; marié à Pauline, dont une fille, Pauline Garçon ; petit-fils de Victoire Garçon. ● Directeur de la fabrique de gaz à Saint-Pétersbourg ; demeurant 2e district, quartier Peterbourgsky, au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Garibaldi ● Agent à Kertch, cité en 1843. ● MAE, Nantes, 598PO/2/604 ; Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Garon, Jean Marie Louis ● Comptable ; attaché à la comptabilité de la compagnie du chemin de fer transcaucasien ; chancelier substitué au consulat de France à Tiflis (1er juin-15 août 1873). ● MAE, Nantes, 598PO/2/92.

Garoutte, Georges ● Né à Kherson (Russie) le 6 septembre 1853 [de deux parents français] ; marié. Comptable (1903) de la banque Volga Krama à Bakou et conseiller du commerce extérieur à Bakou ; installé à Saint-Pétersbourg (1908). MAE, Nantes : 598PO/2/60, doss. 267 ; 598PO/2/175.

Gault ● Agronome ; en voyage au Turkestan pour des observations sur l’ethnographie, les sciences naturelles, l’urbanisme, parfois la politique (1890). ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie centrale, p. 290.

Gauthey, Marc Marius Émile ● Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 19 octobre 1841 [fils de Jean Marc Henry Gauthey (né à Lausanne, canton de Vaud, Suisse, le 4 février 1802 ; mort le 15 décembre 1854), négociant, et de Joséphine Wetzel (née à Wesserling, arrondissement de Belfort, le 16 mars 1808), mariés à Colmar le 5 juillet 1838 ; petit-fils au paternel de Jacques Louis Gauthey (mort avant 1838), marchand, et de Jacqueline Fonjulas] ; marié par contrat chez Constant Amédée Mocquard, notaire à Paris, le 17 février 1873 et à la mairie du VIIIe arrondissement de Paris le 18, à Rose Marie Joséphine Descaurier (née à Roubaix, Nord, le 30 août 1849) [fille de Jan Charles Auguste Descauriers (né en 1799) et de Clémence Adeline Lefebvre], sous-chef du bureau des archives du ministère de l’Intérieur, chevalier de la Légion d’honneur. ● Ingénieur des arts et manufactures. Après des études au Lycée Saint-Louis et à l’École centrale des arts et manufactures (1860) ; ingénieur de la maison belge Vrière-Schaken, Bruneau et Cie, à Charleroi (Belgique) qui participa à la construction de la ligne de chemin de fer Kev-Balta ; associé dans la société A. Jullien et Gauthey frères (constituée par Marc Marius Émile Gauthey, Charles Auguste Francis Gauthey et Alfred Jullien, devant Hory, notaire à Mainneville, Eure, le 5 octobre 1868, siège social à Paris, 48, rue Charlot) et cofondateur de la Société des fonderies, laminoirs et tréfileries de Rouville, spécialisée dans la fabrication et la vente des cuivres jaune, dont les cartouches en cuivre. Déjà venu à Saint-Pétersbourg ; reparti de Paris le 3 avril 1883, arrivé à Saint-Pétersbourg le 6, il y fut accueilli par Montgenet et se rendit sur les lieux des gisements de Montgenet et Cie ; directeur général de la Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale en 1883-1886, puis représentant jusqu’en 1895 de la société à Moscou et chargé des ventes ; membre de la Commission d’armement du gouverneur impérial de Russie. ● Auteur de : Sels gemmes de Bakmouth. Lac de sulfate de soude de Batalpaschinsk (Kouban). Rapport de mission, 14 mai 1883 (Paris, Impr. de Chaix, gr. in-8°, 68 p.). ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à 1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 129-131, 134-135.

Gauthier, François-Eugène ● Né à Dijon (Côte-d’Or), 5, rue du Champ-de-mars, le 12 juin 1845 [fils de François Gauthier (né en 1816), employé à la préfecture de la Côte-d’Or, et de Jeanne Julie Rabutot (née en 1820), mariés à Chnôve, Côte-d’Or le 2 septembre 1844]. ● Chancelier, consul. Licencié en droit ; avocat à la cour d’appel de Paris (1866-1880) ; servant comme lieutenant de la garde nationale de Paris (1870-1871) ; commis de chancellerie à Salonique (20 janvier 1881), au Caire (22 mars 1882), à Odessa (22 juin 1885), à Saint-Pétersbourg (12 décembre 1885) ; chancelier de 3e classe (18 juin 1888) ; chancelier à Moscou (13 octobre 1890) ; chancelier de seconde classe (31 janvier1892) ; chancelier à Budapest (26 septembre 1892) ; chancelier de première classe (21 août 1896) ; vice-consul à Novorossisk (4 mars 1900) ; consul honoraire (19 mars 1900) ; vice-consul à Monastir (4 mars 1902) ; consul de deuxième classe (1er février 1904) ; chargé du consulat de Monastir (23 février 1906) ; consul de 1re classe (1er février 1907) ; à disposition (16 avril 1907) ; admis à la retraite (10 avril 1908). ● Officier d’académie (4 mai 1889) ; officier de l’Instruction publique (27 mars 1899) ; chevalier de la Légion d’honneur (4 août 1907). ● Arch. nat., LH/1097/9. Annuaire diplomatique, 1892-1901.

Gauthiot, Robert ● Né en 1876 [fils de Simon, dit Charles Gauthiot (né à Dijon, Côte-d’Or, le 26 avril 1832 ; mort à Paris, 63, boulevard Saint-Germain, le 27 février 1905), secrétaire perpétuel de la Société de géographie commerciale, membre du Conseil supérieur des colonie, conseiller du commerce extérieur, officier de la Légion d’honneur (31 décembre 1897), officier de l’Instruction publique, grand-officier de l’ordre du Nicham Iftikar, et d’Élise Wilhelmine Langerhans ; petit-fils de François Gauthiot (né en 1799), tonnelier, et de Joséphine Lucotte (née en 1809), mariés à Dijon le 1er février 1826] ; marié, père de Marthe Gauthiot ; mort à Paris le 11 septembre 1916, des suites d’une blessure de guerre. ● Philologue ; directeur d’études adjoint à l’École pratique des hautes études ; ayant participé à des expéditions au Pamir en passant par Moscou et le Transcapien (1900, 1913). ● Auteur de : Mission au Turkestan russe et plus spécialement au Jagnob (Paris, 1913). ● Arch. nat., LH/1096/40 (Simon, dit Charles Gauthiot). Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 231.

Gautier, Théophile ● Né à Tarbes (Hautes-Pyrénées) le 31 août 1811 ; mort à Neuilly-sur-Seine le 1872. Célèbre homme de lettres. En voyage en Russie d’octobre 1858 à mars 1859. ● Auteur du Voyage en Russie (Paris, 1867). ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 313-316.

Gay, Horace ● Professeur au collège Sainte-Barbe (Paris) ; enseigne la grammaire française à la jeunesse russe (1843) ; premier touriste en Sibérie. Auteur de : Deux années d’excursions d’un Parisien devenu Moscovite (1847). ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 297.

Gay, Louis ● Artiste peintre paysagiste et photographe ; présent en Russie en 1894-1895 et 1897-1901 ; membre de la mission de Chaffanjon (1894-1895) ; installé à Blagoveshchensk en Sibérie où il fonda un comptoir commercial avec Henri Mangini et un hôtel de classe, de même qu’un orchestre à cordes (1897-1901). Un glacier découvert par G. Saint-Yves dans larégion de Sémirétché en 1897 porte le nom de Louis Gay. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 340

Gaymard ● Médecin ; membre de la commission médicale française envoyée par le gouvernement du roi pour observer le choléra-morbus à Saint-Pétersbourg et Revel (1831). ● MAE, Nantes, 598PO/2/2, doss. 22.

Geiger, François ● Négociant et marchand à Saint-Pétersbourg, associé de 1822 à 1827 à Maximin Dominique Consolat, il faisait notamment le négoce des huiles parfumées, essences d’oranges et de fleurs, de même que des huiles de table ; de retour en France dans les années 1830-1840. ● Notice Odile Caffin-Carcy.

Gellis, Pierre François Lucien ● Né à Quillon (Aude) le 28 octobre 1840 ; marié à Molikev le 26 juillet 1872 à Louise Sophie Regamey. ● Enseignant. Cité en Russie de 1867 1881 ; professeur à l’École des cadets ; professeur de langue française au gymnase militaire de Tiflis ; naturalisé sujet russe ; dit conseiller d’État au service de la Russie, demeurant à Tiflis en 1881. ● MAE, Nantes, 598PO/2/59 ; 598PO/2/63, doss. 164.

Genneret, voir Résimont de Genneret

Gérard ● Vice-consul à Revel, cité en 1843. ● Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Gérard, I. ● Ingénieur. Cité en Russie entre 1805 et 1833, chargé des travaux d’aménagement et de creusement du canal Obvodny (1816-1833). ● Les ponts de Saint-Pétersbourg, p. 155.

Gérard-0, puis Gérard de Rayneval, famille ● Famille originaire de l’Alsace, portant : « D’argent, à quatre tourteaux de gueules, posés deux et deux. »

Gérard-1 de Rayneval, François Joseph Maximilien, comte de Rayneval ● Né à Versailles (Yvelines) le 8 octobre 1778 [fils de Joseph Mathias Gérard de Rayneval, secrétaire du conseil d’État, et de Marie Adélaïde Gaucherel] ; marié à Saint-Pétersbourg au consulat de France le 14 août 1811 à Alexandrine de Wlodeck, dont : Alphonse Maximilien Gérard, comte de Rayneval (1813-1858), diplomate, qui suit ; Eugène Alexandre Gérard, dit le comte de Rayneval (né le 16 août 1814 ; mort le 31 janvier 1871), chambellan de Napoléon III, marié à Olga, princesse Cherbatov, dont trois enfants ; Adélaïde Constance Gérard de Rayneval (née le 2 novembre 1815 ; morte à Bad-Ems, Allemagne, le 19 août 1877), chanoinesse de Sainte-Anne de Munich ; Charles Aloïs Maximilien Gérard de Rayneval (né le 26 novembre 1825), diplomate ; l’abbé Joseph Eugène Ernest Gérard de Rayneval (né le 4 avril 1827 ; mort à Neuilly-lès-Dijon, Côte-d’Or, le 5 août 1878) ; mort en fonctons à San Ildefonso, Espagne, le 15 août 1836. ● Diplomate. Attaché à l’ambassade de France en Suède puis au Danemark (juin 1800) ; second secrétaire à l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg (22 décembre 1801), y assurant les fonctions de chargé d’affaires duu 7 juin 1804 au 20 septembre 1805) ; premier secrétaire d’ambassade à Lisbonne (20 septembre 1805), y assurant les fonctins de chargé d’affaires du 17 octobre 1805 au 2 octobre 1807) ; rappelé à Paris à la suite du refus du gouvernement portugais d’accepter l’ultimatum de Napoléon ; premier secrétaire à l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg (1er octobre 1807), à la suite de Caulaincourt, en poste jusqu’en 1812 ; chef de division adjoint (12 mai 1813), premier secrétaire de la délégation chargée de traiter de la paix avec la Russie et le Prusse (19 juillet 1813) ; secrétaire de légation et directeur du protocole au congrès de Châtillon (1814) ; rallié à Louis XVIII, nommé premier secrétaire d’ambassade à Londres (24 juillet 1814) ; directeur de la chancellerie au ministère des Affaires étrangères (16 décembre 1815) ; sous-secrétaire d’état des Affaires étrangères (17 octobre 1817) ; ministre plénipotentiaire en Prusse (fin 1821) ; ambassadeur en Suisse (1823-1828) ; chargé de l’intérim du ministère des Affaires étrangères (1828) ; ambassadeur à Viennee (5 octobre 1829), rappelé en France lors de la révolution de Juillet ; rallié à Louis-Philippe ; ambassadeur à Madrid (février 1832). ● Créé comte à titre personnel (ordonnance du 25 octobre 1828, sans lettres patentes) ; pair de France (11 octobre 1832). Chevalier (13 octobre 1808), grand-officier (22 mai 1825) et grand-croix (26 novembre 1829) de la Légion d’honneur ; chevalier de l’ordre impérial de la Réunion (3 novembre 1813) ; chevalier de l’ordre de Charles III. ● Jacques Henri-Robert, Dictionnaire des diplomates de Napoléon, p. 193-194.

Gérard-1.1 de Rayneval, Louis Alphonse Maximilien de, comte de Rayneval ● Né à Paris le 1er avril 1813 [fils de François Joseph Maximilien Gérard de Rayneval, diplomate, et d’Alexandrine Wlodek] ; marié à Louise Bertin de Vaux, dont deux enfants ; mort à Paris le 10 février 1858. ● Diplomate et homme politique. Chef du secrétariat au département des Affaires étrangères et chef de cabinet de Molé, président du Conseil (1836) ; chargé d’affaires à Saint-Pétersbourg en 1844-1848 (MAE, La Courneuve, MD Russie XXVI) ; ministre plénipotentiaire à Naples (1848-1849) ; ambassadeur près le Saint-Siège (1849-août 1857) ; nommé ministre des Affaires étrangères en octobre 1849, il refusa le poste ; nommé en 1857 ambassadeur à Saint-Pétersbourg, mort avant de prendre son poste. ● Chevalier (11 mai 1838), officier (7 juin 1840), commandeur (8 décembre 1849) et grand-officier (7 août 1852) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1119/74 ; MAE, PA/AP 144. Dictionnaire des ministres des Affaires étrangères, 1589-2004 (notice Laurent Theis), p. 342-434 ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 77.

Gérardin ● Médecin ; membre de la commission médicale française envoyée par le gouvernement du roi pour observer le choléra-morbus en 1831 à Saint-Pétersbourg et Revel. ● MAE, Nantes, 598PO/2/2, doss. 22.

Gibert, Jean Eugène ● Né à Paris, 157, rue Saint-Jacques, le 5 avril 1829 [fils de Jean émile Gibert (né en 1796), professeur d’humanités, et d’Eugénie Aglaé Zoé Halbedel (née en 1800)] ; marié à Olga Gibert (demeurant à Antibes), dont deux filles : Marie Anne Gibert, épouse d’Édouard Mingaud, consul général de France ; Olga Gibert ; mort à Saint-Pétersbourg le 12 juillet 1901. ● Directeur du laboratoire chimique de Saint-Pétersbourg ; directeur du Lloyd russe à Saint-Pétersbourg en 1878. ● Chevalier de la Légion d’honneur (30 juillet 1878). ● Arch. nat., LH/1130/5 ; MAE, Nantes, 598PO/2/302.

Gilbert de Voisins, vicomte Pierre Louis Ernest ● Né à Londres en 1799. ● Consul. Gérant du consulat d’Odessa (1849) ; consul à Odessa (1852-1857) ; gérant du consulat d’Erzeroum (1854). ● Chevalier de la Légion d’honneur. ● Almanach impérial 1856-1857. Annales maritimes et coloniales, vol. 32, 1857, p. 675 ; Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 58.

Gilbert, Jules Pierre ● Né à Langres (Haute-Marne) le 15 juillet 1852. ● Financier, rapatrié de Petrograd par ordre de rapatriement, 12 octobre 1916. ● MAE, Nantes, 598PO/2/23.

Gildebrat dite Bras, Marie, Adélaïde ● Née à Lyon (Rhône) le 5 janvier 1779 ; père d’une fille, Suzanne ; morte à Saint-Pétersbourg le 12 mars 1837. ● Artiste dramatique, employée par les théâtres impériaux de Saint-Pétersbourg jusqu’à sa mort. ● MAE, Nantes, 598PO/2/651.

Gille, Florian Antoine ● Né en 1801 ; mort en 1864. ● Enseignant. Invité par V. A. Joukovski comme professeur des enfants de Nicolas Ier (1825) ; mentionné dans les effectifs du ministère de l’Éducation nationale (186) ; mentionné dans les effectifs du ministère de la Cour, directeur du 1er département de l’Ermitage et bibliothécaire de la bibliothèque personnelle de l’Empereur (1836) ; directeur des « arsenaux » du palais et de Tsarskoïe Selo (1840) ; envoyé à l’étranger pour étudier les collections d’armes (1843) ; en mission d’inspection au palais des Armures de Moscou (1845) ; en voyage en Russie méridionale (1858-1859), ayant rencontré Adolphe Bergé à Tiflis (présence de lettres de Gille à Bergé dans la correspondance conservée à l’Institut des manuscrits de Tbilissi) ; membre honoraire de la Société orientale de France (1859). ● Auteur de : l’introduction historique de Antiquités du Bosphore Cimmérien, conservées au musée impérial de l’Ermitage, (Saint-Pétersbourg, 3 vol., 1854, en français et russe) ; Lettres sur le Caucase et la Crimée, (Paris, Gide, 1859) ; Le musée de l’Ermitage impérial : description des différentes collections constituant le musée avec une introduction historique sur l’Ermitage de Catherine II et sur la formation du nouvel Ermitage (Saint-Pétersbourg, 1861). ● Tunkina, PD, t. 1, p. 644 ; J. K. Pavlova, Florian Gille et l’Ermitage impérial : vie et destin (Saint-Pétersbourg, Nestor-Istorija, 2010) ; notes Édith Ybert.

Gillet, Joseph (1843-1923) ● Né à Lyon (Rhône) le 20 novembre 1843 [fils de François Gillet, industriel textile, et de Marie Pierron] ; marié en 1865 avec Mathilde Perrin, dont : Marguerite Gillet, mariée à Henri Balay ; Edmond Gillet ; Paul Gillet ; Charles Gillet ; mort à Paris le 9 avril 1923. ● Diplômé de chimie, directeur des teintures et soies Gillet à Lyon et des filiales du groupe (secteur teinturerie). En 1891, le groupe Gillet comprenait neuf usines, dont des implantations à Moscou, Londres ou Vienne ; en 1900 il racheta la fabrique de teinturerie Watremez à Ivanteevka de gouvernement de Moscou, dont il confia la direction à son neveu Émile Chatin ; en 1916, Gillet et Fils possédait 2 419 actions de la société moscovite (constituée de 4 000 actions d’une valeur de mille roubles chacune, Joseph Gillet, ses trois fils Edmond, Paul et Charles Gillet, et son gendre Henri Balay détenaient 100 actions chacun, et Émile Chatin 400) et le chiffre d’affaire montait à 3,9 millions de roubles. ● Archives d’État de Moscou, F. 54, op. 10, d. 256. Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Gillet, Rémi ● Fondateur d’une école à Odessa au xixe siècle.● Elena Polevchtchikova.

Ginestous de Vernon, Jean Marie Louise de ● Né au Vigan (Gard) le 7 juillet 1753 [fils de Jean André César de Ginestous, 1er marquis de Ginestous, capitaine au régiment de Colonel-Général-cavalerie, et de Marie Louise de Bonnail ; petit-fils au paternel de Pierre de Ginestous, seigneur d’Argentières, capitaine d’infanterie, et de Françoise Daudé] ; mort le 29 novembre 1814. ● Officier de cavalerie et chevalier de Malte. Sous-lieutenant dans Colonel-Général-cavalerie 14 octobre 1769), dans Roi-cavalerie (27 décembre 1778) ; capitaine en second (24 août 1783) ; sous-lieutenant des gardes du corps de la compagnie de Villeroy (6 juillet 1786) ; brevet de colonel (15 juin 1788) ; parti faire ses caravanes à Malte (1789-1791) ; apprès son retour en France, il rejoignit l’armée des Princes (1792) ; entré à l’armée de Condé (1er novembre 1794), incorporé dans le 2e régiment de cavalerie noble ; émigré en Russie, engagé dans l’armée russe avec le grade de major général (1798). Revenu en France à la Restauraton, lieutenant de la compagnie de Gramont aux gardes du corps du Roi (3 juin 1814) ; mort avant d’être promu maréchal de camp (1814). ● Gilbert Bodinier, Les gardes du corps de Louis XVI, p. 323.

Girard, chevalier Philippe de ● Né à Lourmarin (Vaucluse) en 1775 ; mort célibataire à Paris le 26 août 1845, en son domicile, place de la Concorde. ● Il Demeura en Pologne de 1825 à 1844. ● Chevalier de l’ordre Saint-Stanislas. ● MAE, Nantes, 598PO/2/286.

Girard-1, Maurice Simon ● Agent consulaire à Revel (1858-1881). ● Annuaire diplomatique, 1858-1881 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton 1839.

Girard-2 de Soucanton ● Agent consulaire à Revel (1885). ● Annuaire diplomatique, 1885.

Giraud ● Peintre de genre et de portrait, venu à Saint-Pétersbourg en 1839 avec Gaimard, président de la commission scientifique du Nord, et Lauvergne, peintre de marine et de paysage. ● Il s’agit peut-être de Pierre François Eugène Giraud. ● MAE, Nantes, 598PO/2/340.

Giraud, Jules Denis ● Ingénieur à la Société des forges et aciéries de la Kama, cité en 1881. ● MAE, Nantes, 598PO/2/343.

Giraud-0, famille ● Famille originaire de Tarare (Rhône).

Giraud-1, Claude Marie (1836-1904) ● Né à Tarare (Rhône) le 8 février 1836 [fils de Joseph Giraud, propriétaire et négociant et de Jenny Merlat] ; marié à Maria Nicolaevna Kakouchkine [fille d’un conseiller titulaire], dont Victor, Paul Jean et André Giraud, qui suivent, et Marie, Eugénie dite Jenny (mariée à Henri Piré, négociant en gros à Moscou) et Marguerite Giraud ; mort à Nice (Alpes-Maritimes) le 4 mars 1904. Catholique. ● Industriel dans le secteur textile). Présent en Russie de 1860 à 1904, il résida à Moscou dans le quartier Khamovniki ; l’usine de tissage de soie Claude Giraud fut fondée au sud-ouest de Moscou dans le quartier Serpoukhovski (ou quartier des tisserands) (1875) ; il obtint une médaille d’or à l’exposition universelle de Paris (1889) ; sa manufacture de soieries regroupait vers 1895 toutes les branches de fabrication de la soie et réunissait dans son enceinte, 1 300 métiers mécaniques, 80 métiers à la main et une installation complète de dévidage, ourdissage, moulinage, teinture et apprêts ; le personnel comprenait quinze contremaîtres et chefs d’ateliers, tous Français, et 2 200 ouvriers et ouvrières qui étaient logés et nourris à l’usine ; les produits fabriqués étaient principalement des articles teints en pièces, des satins, surahs, damas, des doublures et de la petite nouveauté bon marché ; les fils Giraud décidèrent en 1904 de transformer la maison en société anonyme russe sous la raison Giraud fils et la transformation fut effective en 1911 ; en 1918, comme toutes les fabriques textiles, la manufacture fondée par Claude Giraud fut nationalisée. ● Médaille d’or à l’exposition universelle de 1889 à Paris. Chevalier de la Légion d’honneur (11 février 1898) et de l’ordre de Saint-Stanislas (1897). ● Arch. nat., LH/1148/8 (dossier de légion d’honneur de Claude Marie Giraud, 1897) ; Archives historiques de Moscou, F. 16, op. 235, d. 1986, p. 3, et F. 16, op. 24, d. 1761 ; MAE, La Courneuve, 38NCOM, Correspondance commerciale Moscou, t. 6, 1890-1896, p. 289-293. Raymond Dartevelle, « Paysages et risques industriels en Russie en 1906. Expertise d’un réassureur français » ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 427 ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Giraud-1.1, Victor (1867-1950) ● Né à Moscou vers 1867 [fils de Claude Giraud et Maria Kakouchkine] ; marié à Francine Gourdiat, dont Charles, Boris, Louisette, Henri, Louis et Victor Giraud. Catholique. Industriel dans le secteur textile. Administrateur de la fabrique Claude Giraud fils ; membre du conseil syndical de l’église Saint-Louis de Moscou ; membre de la société de chasse d’Alexandre II (11 avril 1907) ; vice-président de l’Automobile Club ; il fréquentait le cercle des industriels français à Moscou (familles Siou, Brocard). ● Archives historiques de Moscou, F. 2193, op. 1, d. 26. Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Olga Melnichenko

Giraud-1.2, Paul Jean (1868-1926) ● Né à Moscou le 21 décembre 1868 [fils de Claude Giraud et Maria Kakouchkine] ; marié le 29 juillet 1891 à Moscou Isabelle Louise Brocard [fille du fabricant de parfums Henri Brocard], dont Suzanne, Germaine, Hélène, Fernande et Édouard Giraud ; mort à Paris le 29 avril 1926. Catholique. ● Industriel dans le secteur textile). À partir de 1904, il dirigea la fabrique de soieries Giraud fil ; il résidait à la fabrique dans le quartier Khamovniki ; vice-président du Conseil d’administration de la Banque de l’Union à Moscou ; administrateur de la Banque du Nord ; président de la chambre de commerce française à Moscou ; président de la société Bogatyr’ (Athlète) ; directeur de la maison commerciale Liberge ; directeur de la société de constructions d’habitations et de constructions téléphoniques ; président de l’Association française de bienfaisance de Moscou ; en 1918, la manufacture Giraud fils fut nationalisée et les Giraud furent spoliés de tous leurs biens privés ; Paul Giraud fut emprisonné puis interné au camp de travail et concentration Andronievski (1919-1920). ● Chevalier de la légion d’honneur (1912). ● Arch. nat., LH/1149/37 (dossier de légion d’honneur) ; Archives historiques de Moscou : F. 16, op. 235, d. 1986, p. 3 ; F. 2193, op. 1, d. 10 ; F. 16, op. 235, d.1986 ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Giraud-1.2.2, Germaine (1895-1982) ● Née à Moscou le 23 octobre 1895 [fille de Paul Giraud et Isabelle Brocard] ; morte à Nice (Alpes-Maritimes) le 13 mai 1982. Infirmière. Elle apprit le métier d’infirmière à l’hôpital privé pour blessés de guerre, organisé par la société Giraud fils (1914) ; dès qu’elle eut atteint l’âge légal de vingt ans, elle s’engagea dans la Croix Rouge Russe pour aller au front ; elle servit en première ligne au poste de secours n° 3 dans la région du lac Narotch, à l’ouest de Minsk (1916-1918). Décorée de la médaille de Saint-Georges (4e classe) « pour faits de guerre » (1916) ; décorée de la médaille d’argent « pour le mérite » avec le ruban de Sainte-Anne par le général Gorbatowsky, commandant de la Xe armée (1917). ● Archives de la famille Giraud. Notice Olga Melnichenko.

Giraud-1.3, André (1871-1956) ● Né à Moscou vers 1871 [fils de Claude Giraud et Marie Kakouchkine]] ; marié à Liouba de Miller, dont Georges, Léon, Margot et Tamara Giraud. Catholique. ● Industriel dans le secteur textile. Il résida en Russie jusqu’en 1920 ; administrateur de la fabrique Giraud fils ; membre de la société de chasse d’Alexandre II (11 avril 1907) ; interné au camp de travail et concentration Andronievski (1919-1920). ● Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Girodon, Victor Marie Fortuné ● Né à Lyon (Rhône) le 28 février 1836 ; marié. ● Ingénieur. Mentionné à Poti (Géorgie) en 1867. ● MAE, Nantes, 598PO/2/63, doss. 164.

Gleizes, Joseph Marie Anne Jean Antoine Auguste ● Né à Dourgne (Tarn) le 22 mars 1781 [fils de Denis Gleizes, avocat, et de Marianne Fauques, mariés à Dourgne ; frère de Jean Antoine Gleizes ; neveu de Joseph Gleizes, lieutenant au régiment de Viénois (son parrain), de l’abbé Antoine Gleizes, curé de Dourgne] ; mort le 6 avril 1863. ● Ingénieur ; polytechnicien (21 décembre 1798) ; sous-lieutenant à l’école de Metz (21 février 1801) ; lieutenant à l’état-major (21 janvier 1804) ; chargé du service du génie dans diverses places des directions de l’Intérieur (1804-1806) ; capitaine au 2e régiment de sapeur (1er juillet 1807) ; employé aux travaux du port de Kehl (1807) ; sous-directeur par intérim à Strasbourg (1808) ; capitaine au 2e régiment de sapeur, commandant la 6e brigade de mineurs (1er janvier 1809) pendant la campagne d’Autriche ; employé aux travaux de Strasbourg, puis à ceux de Goreum et de Bois-le-Duc (1810) ; passé à l’état-major (11 janvier 1811), en mission au port du Passage en Espagne (1811) ; il fit la campagne de Moscou (1812) ; capitaine de 1re classe (1er janvier 1813) ; prisonnier de guerre (1813-1814), passé au service de la Couronne impériale, attaché au Corps des ingénieurs des voies de communication et membre du cercle d’Augustin Bettancourt ; employé en chef à La Fère (1815-1816), commissionné en qualité de capitaine de 1re classe par lettres de services définitives (5 août 1816) ; colonel directeur du génie à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) en 1741. ● Chevalier (8 octobre 1812), officier (5 mai 1833) et commandeur (28 avril 1841) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1155/87 ; RGIA et RGVIA. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 101-138. Notice Dimitri et Irina Gouzévitch.

Gobert, Charles ● Né à Châlons-en-Champagne (Marne) en 1821. ● Ingénieur civil, parti en Russie à Jugels (passeport délivré le 17 juillet 1862 par la sous-préfecture de Corrèze), resté à Jugels jusqu’en 1866. ● MAE, Nantes, 598PO/2/67, doss. 104.

Gobert, Fulbert Théophile ● Né à Calais (Pas-de-Calais) le 12 septembre 1826 ; marié à Saint-Pétersbourg, à l’église catholique de Sainte-Catherine, à Sophie Brzoska, dont cinq enfants : Édouard Théophile Gobert (né à Varsovie, Pologne, hôtel d’Allemagne, rue Longue, le 13 avril 1864 ; mort le 8 septembre 1918), officier d’administration au ministère de la Guerre, chevalier de la Légion d’honneur (5 janvier 1912), marié (1) à Marie Louise Augustine Rogelet (divorce le 31 janvier 1905), dont deux enfants, et (2) le 24 janvier 1907 à Célestine Antoine, dont deux enfants ; Jeanne, Casimir, Marie et Jules Gobert ; mort à Saint-Pétersbourg le 2 juin 1901. ● Ingénieur. Élève à l’École polytechnique ; ingénieur civil (certificat d’immatriculation du 22 avril 1899) ; travaillant à la société des chemins de fer russes, puis dirigeant une entreprise française de travaux en Russie (1857-1901) ; demeurant 6, rue Petite Morskaïa en 1864 ; ayant participé à la construction de la ligne de chemin de fer Moscou-Brest et Kiev-Brest (1871) ;1873 directeur et ingénieur de la société de navigation de la Moskova, ayant participé à la construction de six barrages et de six écluses (1873) ; de retour 1877 retour à Saint-Pétersbourg en 1877 où il dirigea plusieurs affaires commerciales ; demeurant 75 Nikolaievskaya à Saint-Pétersbourg lors de son décès. ● Arch. nat., LH/1157/14 (Édouard Théophile Gobert) ; MAE, Nantes, 598PO/2/366 ; 598PO/2/378.

Gobineau, Joseph Arthur, comte de (1816-1882) ● Né à Ville-d’Avray (Hauts-de-Seine) le 14 juillet 1816 [fils de Louis de Gobineau, capitaine d’infanterie de la Garde royale, et d’Anne-Madeleine de Gercy] ; marié à Paris le 10 septembre 1846 avec Gabrielle Clémence Monnerot, dont : Diane de Gobinot ; Christine de Gobinot ; mort à Turin (Italie) le 13 octobre 1882. ● Diplomate ; journaliste ; philosophe ; romancier. Il occupa plusieurs postes diplomatiques en Europe et en Perse ; ministre plénipotentiaire au Brésil en 1868. ● Il voyagea en 1863 dans le Turkestan. ● Auteur de : Les religions et les philosophies dans l’Asie Centrale (Paris, Didier, 1865). ● Chevalier (6 février 1851), officier (1er décembre 1855) et commandeur (11 août 1868) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/3160 (indemnité comme homme de lettres) ; LH/1157/63.

Godin, Ambroise Isidore ● Marié ; mort à Kobelaky, gouvernement de Kiev, d’une maladie endémique, le 13/24 juin 1851, sans laisser de parents en Russie, sa veuve résidant en France. ● Passé en Russie en 1850 (passeport délivré à Paris le 23 mars 1850) pour diriger une fabrique de sucre appartenant à Ignace Sarnecki ou Sarnetzky. ● MAE, Nantes, 598PO/2/346.

Goldberg ● Agent consulaire à Vilnius (1895-1901). ● Annuaire diplomatique, 1895.

Goldberg, Samuel ● Né à Grobina (Létonie) le 24 mai 1863 [fils de Lewin Abraham Goldberg et d’une demoiselle Schwang, remariée à un Scheine, vivante en 1887] ; mort après 1935. ● Négociant. De confession juive. De la classe 1896, tiré au sort à Dunkerque (Nord), engagé dans le 8e régiment territorial d’infanterie (26 septembre-9 octobre 1898) ; naturalisé français le 11 janvier 1897 ; négociant importateur-exportateur depuis 1897 ; administrateur délégué du comptoir commercial d’importation et administrateur de la Société anonyme de gérance et d’armement en 1925, dirigeant la maison de commerce Samuel Goldberg, de la Bourse de commerce à Lille (Nord) et le Comptoir commercial d’importation à Paris, 42, rue Étienne Marcel, avec succursale au Havre, faisant un commerce important avec l’étranger ; demeurant 155, avenue Victor Hugo, Paris 16e en 1925 ; il fit l’objet de plaintes de la part d’un dénommé Letourneur en octobre 1935, relevant de l’action judiciaire. ● Chevalier de la Légion d’honneur (10 octobre 1925). ● Arch. nat., LH, 19800035/545/62307.

Gonellet, Charles Auguste ● Né à La Chapelle-sur-Sèvre ( ?) en 1815. ● Ingénieur civil, parti de Paris le 3 novembre 1838 pour se rendre à Moscou. ● MAE, Nantes, 598PO/2/426.

Gonzenbach, Alcémir de ● Né à Guebwiller (Haut-Rhin) en 1816. ● Ingénieur civil, parti en Russie dans la première moitié du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/426.

Gostrand, Jean ● Banquier. Conseiller d’État ; membre fondateur de la Banque Russo-Chinoise les 10 décembre 1895 et 17 janvier 1896. ● Thierry Claeys, Wen Wen, « Autour de la genèse de la Banque Russo-Chinoise : les ambitions contradictoires d’une alliance franco-russe », p. 59.

Gottschalk, Alexandre● Employé par la Grande société des chemins de fer russes jusqu’en 1863 ; naturalisé français le 21 décembre 1880. ● Thierry Claeys : « Les investissements français en Russie de 857 à 1914. Conseil, expertises et stratégies », p. 169-170 ; « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 130.

Goubert, William ● Né à Paris en 1837 [fils de Théodore Goubert et d’Élisa Jackson] ; célibataire. ● Ingénieur civil, bénéficiaire d’un passeport délivré par le consul de France à Tiflis en 1860 ; parti à Venise en 1863. ● MAE, Nantes, 598PO/2/54.

Gouge, Maurice ● Né à Champagne-sur-Seine (Seine et Marne) le 28 septembre 1888. ● Ingénieur aux Ateliers russo-baltiques à Revel ; venu en Russie en vertu d’une autorisation ministérielle en date du 24 février 1915 sans indication de durée. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24.

Gouin, Jules Édouard ● Né à Paris, 26, rue Neuve-des-Mathurins, le 27 mai 1846 [fils d’Ernest Alexandre Gouin (né à Tours, Indre-et-Loire, le 22 juillet 1815 ; mort à Paris en mars 1885), ingénieur constructeur de machines à vapeur, président du conseil d’administration de la Société de construction des Batignolles, président de la chambre de commerce de Paris, commandeur de la Légion d’honneur, et de Mathilde Rodrigues Henriques (née en 1826 ; morte à Paris en 1885), mariés au Pecq (Yvelines) ; petit-fils au maternel d’Abraham Édouard Rodrigues Henriques (né en 1797), propriétaire, demeurant 32, rue Neuve-des-Mathurins à Paris en 1846, chevalier de la Légion d’honneur, et d’une Vieyra Molina] ; marié le 22 juin 1875 à Marie Thérèse Adèle Singer (née en 1856), dont il eut : Édouard Ernest Gouin (né à Paris, 9, rue Roquépine, le 8 mai 1876 ; mort le 13 septembre 1922), ingénieur et banquier à Paris, chevalier de la Légion d’honneur (24 avril 1919), président du conseil d’administration de la Société de construction des Batignolles, administrateur de Batignolles-Châtillon, de la Compagnie des chemins de fer du Nord, de la Société générale, du Crédit mobilier français, de la Compagnie française des chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan ; Gaston Gouin ; Ernest Gouin ; Robert-Eugène Gouin ; Anna Gouin, mariée à Louis Marie Théodore Lorieux (né en 1873), ingénieur des Arts et Manufactures ; mort à l’abbaye de Royaumont, Asnières-sur-Oise, le 9 septembre 1908. ● Ingénieur et industriel. Diplômé de l’École Centrale (1869), ingénieur des Arts et Manufactures ; administrateur de la Société de construction des Batignolles (1872), qu’il dirigea à partir de 1885 ; ayant participé à la construction de la ligne de chemin de fer Poitiers-Saumur, du chemin de fer de la Seudre, du réseau entier du Bône-Guelma en Algérie et Tunisie, du canal de Pierrelatte, du chemin de fer Dakar-Saint-Louis au Sénégal, des chemins de fer en Italie, Autriche et Roumanie, des chemins de fer entre Tunis, Bône et Constantine ; en Russie d’août 1897 à mai 1901 ; chevalier de la Légion d’honneur présent en août 1897 à la cérémonie pour la pose de la 1re pierre du pont Troïtzky à Saint-Pétersbourg, aux côtés du président Félix Faure (achevé en 1901) ; ayant dirigé en 1898 l’édification des ateliers de Volynkino à Saint-Pétersbourg, en 1906-1908 la construction du pont du palais à Saint-Pétersbourg, de même que de nombreux ponts pour le Transsibérien ; régent de la Banque de France. ● Chevalier de la Légion d’honneur (29 décembre 1884). ● Arch. nat., LH/1175/48, LH/1175/52, LH/1175/63. Barjot, La Société de construction des Batignolles : des origines à la Première Guerre mondiale (1846-1914).

Goujon, Jules ● Entrepreneur ; cité en Russie entre 1883 et 1918 ; fondateur de la Manufacture de soie de Moscou avec Pierre Moussy (1881) : fondateur dans l’Oural de la Firme sidérurgique la société de Volga-Vichera (1883), devenu devient l’Usine faucille et marteau à la révolution ; cité à Moscou en 1918. ● Jean Lambert Dansette, Histoire de l’entreprise et des chefs d’entreprise en France, vol. 5.

Goujon-1, Pierre (vers 1805-1868) ● Marié le 15 juillet 1851 à Clara Julie Catherine Buis (morte 1er janvier 1855), dont Jules, Édouard et Hippolyte Goujon ; mort à Moscou en 1868. Catholique. ● Fabricant de soieries. Installé en Russie vers 1833, il fonde en 1842 une fabrique de tissage de la soie ; sa fabrique, installée rue Chabolovka à Moscou, fut rachetée vers 1880 par Hector Simonod. ● Archives historiques de Moscou : F. 16, op. 24, d. 1761 ; F. 16, op. 23, d. 1476. Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Goujon-1.1, Jules (1854-1918) ● Né à Moscou en 1854 [fils de Pierre Goujon et de Clara Buis] ; marié en juin 1917 à Marie Chélapoutine (veuve de Boris Chélapoutine, marchand et mécène) ; tué à Yalta en 1918. Catholique. ● Industriel (secteur textile). Il fonde la manufacture de soieries de Moscou avec Jean-Pierre Moussy (1881) avec la fusion des deux fabrique Goujon et Moussy, devenue Société de la manufacture de soieries de Moscou, dont il fut actionnaire et directeur ; il fonde l’Usine métallurgique de Moscou, devenue l’Usine Faucille et marteau à la révolution (1883) ; promoteur dans l’Oural de la firme sidérurgique la société de Volga-Vichera ; député de la Société boursière (1885) ; membre (1885) puis président permanent (1907-1917) de la Société des usiniers et des fabricants ; député de la Société des marchands moscovites ; président du Comité des chemins de fer de la société boursière ; domicilié en 1906 à Moscou, maison n° 16 M. Loubianka. ● Auteur de : Réglementation de journée du travail (Мoscou, 1907) ; Quelques mots sur la question d’augmentation de capital circulant dans le peuple et sur l’attraction du capital étranger en Russie (Мoscou, 1909). ● Décoré de l’ordre de Saint-Stanislas de 3e rang (1897). ● Archives historiques de Moscou : F. 16, op. 235, d. 1531 ; F. 616, op.1, d. 41. Agnès D’Angio-Barros, « La Société Schneider et Cie en Russie de 1856 à 1899 : l’ère des constructions civiles à vapeur » ; Svetlana Kuzmina, « Pierre Darcy (1870-1918), acteur majeur de l’industrie métallurgique en Russie au début du xxe siècle » ; Jean Lambert-Dansette, Histoire de l’entreprise et des chefs d’entreprise en France, vol. 5 ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Goullet, Charles Auguste ● Ingénieur civil ; mentionné entre 1839 ou 1840 et 1843 dans le gouvernement de Nijni-Novgorod. ● MAE, Nantes, 598PO/2/625.

Gourbé ou Gourlé, Henri Marius ● De la classe 1892-1894, sergent au 14e régiment territorial d’infanterie stationné à Abbeville, puis parti en Pologne vers 1910 pour être ingénieur en chef des usines de la Compagnie d’électricité à Varsovie ; mobilisé en 1914, mais exempté pour rester à son poste en Russie. ● MAE, Nantes : 598PO/2/24 ; 598PO/2/439.

Gourde, P. V. ● Arrivé en Russie avant 1873 ; responsable d’une fabrique de soie à Tashkent, puis propriétaire en 1873 d’une scierie mécanique et d’ateliers de tissage, fermée en 1874. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 386.

Gouyé, Ambroise Victor ● Né à Sées (Orne) en 1811. ● Fabricant de produits chimiques ; immatriculé au consulat de Moscou le 31 juillet 1838, puis naturalisé russe. ● MAE, Nantes, 598PO/2/536.

Gragnac, voir Carbonnier d’Arsit de Gragnac

Granderye, Maurice Céleste ● Ingénieur chimiste, préparateur à l’institut de chimie de l’université de Nancy ; employé pendant quatre ans à la fabrique Hubner de Moscou ; ingénieur chimiste à Kokhma (1910) ; sollicité pour les palmes académiques. ● MAE, Nantes, 598PO/2/660.

Graperon ou Grapperon, Jean-Baptiste Esprit ● Né en 1774 ; mort en 1848. ● Médecin, amateur d’archéologie ; 1809 diplôme de médecin de 1re classe (1809) ; entré au service de la Russie sur recommandation de Napoléon Bonaparte, servant à partir de 1810 en Crimée à Feodossia, où il organisa la lutte contre les épidémies de peste et de choléra dans diverses villes du sud ; conservateur du musée des Antiquités à Feodossia (1830-1848). ● P. D. Tunkina, t. 1, p. 641-642 ; notes Édith Ybert.

Grenard, Joseph Fernand (1866-1942) ● Né à Paris le 4 juillet 1866 [fils d’Alphonse Grenard, employé des lignes télégraphiques, et d’Eugénie Jenny Panthin] ; marié à Paris le 7 janvier 1908 à Berthe Élise Augusta Joséphine Marie Serrinjs ou Serruys ; mort à Paris le 1er avril 1945. ● Explorateur ; diplomate ● Études à l’école des sciences politiques et à l’école des langues orientales ; entré au ministère des Affaires étrangères ; vice-consul dans l’Empire ottoman, à Siwas, Erzeroum, Bosna-Seraï (1905) ; consul à Riga, Odessa et à Liverpool ; attaché commercial dans les pays du Levant (1916) ; consul général à Moscou (1917) ; chargé de mission en Pologne (1919) ; il géra la légation française de Belgrade et devint ambassadeur de France en Yougoslavie (1927). Il fit partie de l’expédition Dutreuil de Rhins (1891-1894) ; Khotan dans le Turkestan chinois devint leur camp de base mais il retourna à plusieurs reprises pour les besoins de la mission à Kächgar où il entretint d’excellentes relations avec les Russes ; il se chargea du travail préparatoire de l’édition des nombreux matériaux de l’expédition ; consul à Moscou en 1917, il se chargea de l’évacuation de la colonie française. ● Il publia les résultats de cette expédition en 1897-1898 dans l’ouvrage Mission scientifique dans la Haute-Asie, 1890-1895 (Paris, E. Leroux, 1897-1898, 3 vol.) et écrivit par la suite d’autres ouvrages sur l’Asie centrale ; également auteur de : « La dernière mission de Dutreuil de Rhins au Turkestan et au Tibet » (Le Tour du monde, 1896, 2e a.). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/2959/A-B-C (dossier de mission) ; LH, 19800035/761/86398 ; MAE, papiers Grenard ● Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du xixe siècle, II, Asie (Paris, Éd. du CTHS, 1992) ; J. Deniker, « La mission Dutreuil de Rhins dans la Haute Asie 1890-1895 » ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 208.

Grillière, Georges ● Né à Mende (Lozère) en 1868 ; mort en 1905. ● Voyageur. Engagé dans l’armée (1887) ; voyageur, parti en voyage touristique et géographique en Russie et au Proche-Orient (1899-1900). ● Auteur d’une conférence donnée à Tunis en 1901, « Voyage en Russie et Perse ». ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie centrale, p. 249.

Griner, Ferdinand ● Né en 1825. ● Ingénieur filateur à Tiflis au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/50.

Gripari ● Agent consulaire à Sébastopol à partir de 1893. ● Annuaire diplomatique, 1893.

Grisard, Jean-François Marcel ● Né à Metz (Moselle) le 2 mars 1882. ● Ingénieur forestier ; il fit ses études secondaires à l’école Réale et ses études supérieures à l’Institut forestier impérial et à l’Institut archéologique ; il demanda une dispense de service militaire pour s’inscrire à la faculté des sciences de Nancy et à l’École forestière de Nancy ; membre de l’institut archéologique de Saint-Pétersbourg (1905). ● MAE, Nantes, 598PO/2/402.

Gros, Frédéric ● Agent consulaire à Novorossisk (1891-1897) ; ingénieur des mines à la société française de Chagali Héliar à Novorossisk en 1900. ● MAE, Nantes, 598PO/2/168. Annuaire diplomatique, 1891-1897.

Grubert ● Agent consulaire à Arensbourg (Kuressaare, Estonie) en 1858-1860. ● Annuaire diplomatique, 1858-1860.

Gudin, baron Jean Antoine Théodore de ● Né à Paris le 15 août 1802 ; mort à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) le 15 avril 1880. ● Peintre officiel de la marine. Formé sous la direction de Girodet-Trioson ; en voyage en Russie en 1841. ● Auteur de croquis des manœuvres navales russes. Chevalier (1828), officier (1841) et commandeur (14 novembre 1855) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1214/30. Étienne Bénézit, Dictonnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays (1924), vol. 2, p. 503 ; Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 116, 132.

Guebhard, Alfred ● Né à Paris. ● Ingénieur, parti à Saint-Pétersbourg le 14 octobre 1859. ● MAE, Nantes, 598PO/2/5.

Guénock, comte d’Altavilla, voir Hénoque

Guérin Gustave ● Ingénieur en chef des ponts et chaussées de 2e classe par l’empereur de Russie (1860) ; directeur spécial de la construction chargé de l’intérim de la direction général de la grande société des chemins de fer russes, ligne de Moscou à Théodosie (1862). ● MAE, Nantes, 98PO/2/244.

Guérin, Honoré Bruno, dit Tropez ● Né à Saint-Tropez (Var) le 2 juin 1766, baptisé le 3 (parrain, Honoré Bruno Cauvin, bourgeois ; marraine, Marie Thérèse Clément Tour) [fils de Joseph Antoine Guérin, capitaine de navire marchand à Saint-Tropez, et de Marguerite Esmiot] ; marié à une dame russe de Constantinople ; mort après 1817. ● Entré dans la marine en 1776 ; capitaine marchand, chargé de missions nautiques et politiques par le maréchal de Castries et Vergennes sur la mer Noire, la mer Caspienne et en Perse ; émigré en 1792 ; bousculé par plusieurs Gréco-russes dans une rue de Péra le 24 septembre 1793 avec le dénommé Roubeau (peut-être Étienne François Roubaud, capitaine de tartane) ; engagé dans la marine militaire russe, servant dans la flotte de la mer Noire où il aurait obtenu le grade de capitaine de vaisseau ; enseigne de vaisseau (31 octobre 1796), embarqué sur le Tonnant (14 janvier 1797) ; lieutenant de vaisseau (3 août 1798) ; en mission en France pour Louis XVIII sous le Directoire et le Consulat ; ayant perdu 600 000 F lors des expéditions d’Égypte et de Saint-Domingue ; en inactivité (1er janvier 1816) ; capitaine de frégate en inactivité (10 juillet 1816) ; demeurant à Toulon en 1816 protégé par le comte d’Artois en 1817. ● Chevalier de la Légion d’honneur (15 juin 1804). ● Arch. nat., LH/1220/15. Frédéric d’Agay, La Provence au service du roi…, t. 2, p. 356 ; E. de Marcère, Une ambassade à Constantinople…, p. 146, 147.

Guibert, Léonce ● Né à Vesoul (Haute-Saône) le 1er juin 1858. ● Ingénieur, parti à Saint-Pétersbourg à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/682.

Guignard, Benjamin ● Né à Gex (Ain) le 25 octobre 1844. ● Médecin, il obtint un passeport délivré à Tiflis le 13 septembre 1875 (n° 654) ; cité à Tiflis le 27 février 1879, résidant à Odessa. ● MAE, Nantes, 598PO/2/63, doss. 164

Guignard-0, famille de

Guignard-1, vicomte de Saint-Priest, Guillaume Emmanuel ● Né à Constantinople le 29 avril/6 mai 1776 [fils de François Emmanuel Guignard, comte de Saint-Priest, et de Constance Wilhelmine de Ludolf, comtesse du Saint-Empire] ; mort à Laon (Aisne) le 29 mars 1814, inhumé dans la cathédrale de cette ville. ● Militaire. Après des études à Paris et Heidelberg (1790-1792) afin d’entrer dans le génie, il rejoignit en 1792 l’armée de Condé. Il passa en 1793 en Russie, fut fait officier dans le 2e corps des cadets d’artillerie et, deux ans après, lieutenant dans le régiment des gardes Semionovski, puis, lors du couronnement de Paul Ier, capitaine dans le même corps. En 1799, à la suite d’une disgrâce, il se rendit à Mitau et suivit le duc d’Angoulême comme aide de camp pendant la campagne de l’armée de Condé de 1800. Il ne fut pas rayé de la liste des émigrés à la paix de Lunéville et, à l’avènement d’Alexandre Ier, il revint à Saint-Pétersbourg et fut nommé colonel au régiment des gardes Semionovski où il commanda à partir de 1805 le bataillon de chasseurs de la garde. Il participa du côté russe à la bataille d’Austerlitz, durant laquelle son cheval fut tué ; il fut décoré de l’ordre de Saint-Georges, 4e cl. Pendant la guerre de 1806-1807, son bataillon fut renforcé de deux ailes et prit le nom de régiment des chasseurs de la garde. Il fut blessé en 1807 à la bataille de Lomitten et fut transporté à Riga puis à Mitau où le duc d’Angoulême prit soin de lui. Nommé chef du 6e régiment des chasseurs de l’armée du Danube, il participa à la guerre contre la Turquie en 1810. Il fut fait général aide de camp, chevalier de Sainte-Anne, 1re cl., et de Saint-Georges, 3e cl., et reçut des éloges de l’empereur. Chef de l’état-major du corps d’armée du prince Piotr Ivanovitch Bagration en 1812, il prit part à la bataille de la Moskova et y fut blessé d’un coup de fusil. En octobre 1812, il fut promu au rang de lieutenant général. Après la retraite des Français, il fut chargé avec son frère Louis de Saint-Priest d’organiser les hôpitaux dans la région de Vilnius. À la tête du 8e corps d’infanterie, il participa aux campagnes de 1813, s’illustra à Leipzig, prit Coblence, et reçut d’Alexandre Ier une épée enrichie de diamants ; il participa de même à la campagne du Rhin et au blocus de Mayence, puis à la campagne de France durant laquelle ses troupes prirent Reims le 12 mars 1814 ce qui lui vaut d’être promu chevalier de Saint-Georges, 2e cl. ; blessé grièvement le lendemain lors de la reprise de la ville par Napoléon et transporté à Laon, il y mourut deux semaines plus tard. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, vol. 2, p. 400.

Guignard-2, vicomte de Saint-Priest, Armand Charles Emmanuel ● Né à Constantinople le 8/20 septembre 1782 [deuxième fils de François Emmanuel, comte de SaintPriest, et de Constance Wilhelmine de Ludolf, comtesse du Saint Empire] ; marié à Moscou dans la chapelle du nonce apostolique en 1804 la princesse Sofia Alexeïevna Golitsyna (née en 1777 ; morte en Podolie, 1814), dame de la cour [fille du lieutenant général prince Alexeï Borissovitch Golitsyne et de la princesse Anna Egorovna, née princesse Grouzinskiaïa ou princesse de Géorgie ; petite-fille du souverain de Géorgie Vakhtang VI], dont : Alexis de Guignard, vicomte de Saint-Priest (né à Saint-Pétersbourg le 20 avril 1805 ; mort à Moscou le 19 septembre 1851), ministre plénipotentiaire, pair de France (1841), commandeur de la Légion d’honneur, marié le 5 mai 1827 à Paris à Antoinette de Laguiche (fille de Louis Henri Casimir, marquis de Laguiche, et d’une Cléron d’Haussonville), dont il eut un fils et deux filles ; Emmanuel de Guignard de Saint-Priest (né à Saint-Pétersbourg en 1806 ; suicidé à Rome le 6 avril 1828), cornette de régiment de hussards de la garde en 1825, auteur de caricatures, bien connu dans le milieu d’Alexandre Pouchkine qui le mentionna dans son roman en vers Eugène Onéguine (ch. 8, strophe XXVI) ; Olga Karlovna de Guignard de Saint-Priest (née en 1807 ; morte à Saint-Pétersbourg le 27 décembre 1853), mariée en 1829 au prince Vassili Andreïevitch Dolgorouki, général-major et chambellan de la cour, qui fut ministre de la Guerre et chef des gendarmes ; mort à Paris le 15 juin 1863. ● Lieutenant d’artillerie au service de la Russie, il se trouvait dans le gouvernement de Vyborg quand il prêta le serment de 1793 ; chevalier de justice du grand prieuré russe catholique de l’ordre de Malte en 1798-1799 ; gouverneur de Kherson et de la Podolie (1811) et président du tribunal de commerce à Odessa ; gentilhomme de la chambre de l’empereur de Russie, conseiller d’État actuel et chevalier des ordres russes, il hérita de sa femme, avec ses enfants, de plus de 2500 serfs et des domaines seigneuriaux considérables, dont 318 serfs dans le gouvernement de Nijni-Novgorod et 2228 serfs dans l’arrondissement de Nerekht. En 1825, ses biens immobiliers furent saisis pour dettes. Il revint en France à la mort de son père et lui succéda à la pairie par hérédité le 23 juin 1822. Il aurait vécu à nouveau en Russie à partir de 1848. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, vol. 2, p. 400.

Guignard-3, comte de Saint-Priest, Louis Antoine Emmanuel de ● Né à Paris le 6 décembre 1789 [troisième fils de François-Emmanuel, comte de Saint-Priest, et de Constance-Wilhelmine de Ludolf, comtesse du Saint Empire] ; marié à Paris le 5 mai 1817 à Auguste Charlotte Louise de Riquet de Caraman (morte le 15 avril 1849) [fille de Victor, duc de Caraman, et de Joséphine, comtesse de Mérode-Westerloo], dont il eut : Emmanuel François Marie Joseph de Guignard de Saint-Priest, duc d’Almazan, grand d’Espagne (né le 11 avril 1818 ; mort à Saint-Saëns, Seine-Maritime, le 17 mars 1894), marié le 18 mars 1841 à Louise Émilie Michel de Saint-Albin (morte à Saint-Saëns, Seine-Maritime, le 9 novembre 1878), dont il eut deux filles ; Charles Marie Ferdinand de Guignard de Saint-Priest (né le 19 janvier 1831 ; mort en Avignon, Vaucluse, le 28 juin 1871), marié à Conflans (Yvelines) le 30 juin 1859 à Éléonore Marguerite Lavergne de Cerval (morte à Neuilly), dont un fils unique ; Marie Armande de Guignard de Saint-Priest (née à Paris le 29 juin 1824), mariée le 2 mai 1863 à Ambroise Marie Ferdinand de La Forest, comte de Divonne ; il mourut au château de La Motte (Loir-et-Cher) le 27 octobre 1881. ● Militaire. Chevalier de justice au grand prieuré russe catholique de l’ordre de Malte (1798-1799) ; après plusieurs campagnes dans l’armée russe, aide de camp du duc d’Angoulême ; colonel, maréchal de camp (9.4.1815), lieutenant général (23.6.1823), ambassadeur de France (1827), député de l’Hérault (1849). ● Commandeur de Saint-Louis et de la Légion d’honneur, duc d’Almazan ; grand d’Espagne de première classe (30 septembre 1830). ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, vol. 2, p. 400-401.

Guillemin, Jules Sébastien ● Ingénieur des mines, cité à Paris le 27 janvier 1857, devant se rendre en Russie. ● Chevalier de l’ordre de Léopold. ● MAE, Nantes, 598PO/2/426.

Guillon, Amédée Henri Dominique Antoine ● Né à Parme (Italie) en 1811 [fils de Charles Benoît Guillon, ancien chef des services topographiques à Alger, et de Antoinette Paglia] ; marié à Saint-Pétersbourg, en la chancellerie du consulat en 1860 (première publication du mariage, le 22 avril 1860) à Cécile Régnier, institutrice demeurant à Saint-Pétersbourg [fille de Jean Louis Regnier, professeur, et de Marie Rose Champigneulle, demeurant ensemble à Bellevue, commune de Meudon]. ● Rentier à Paris, demeurant rue de Beaune ; comptable, nommé à Paris le 28 mars 1859 chef de la comptabilité des chemins de fer russes à Saint-Pétersbourg ; il se rendit à Moscou par la Belgique et la Prusse. ● MAE, Nantes : 598PO/2/211 ; 598/PO/218 (passeport).

Guillon, Charles François Ferdinand ● Marié à Anne Égérie Casaubon (morte à Saint-Pétersbourg le 6/18 mars 1860), dont Marie Henriette Pauline Guillon (née à Paris en 1844), mariée à Théophile Gustave Detraux. ● Employé à la grande société des chemins de fer russes en 1860. ● MAE, Nantes, 598PO/2/211.

Guillou, Joseph ● Né à Paris en 1789 ; mort à Saint-Pétersbourg en 1853. ● Flûtiste, puis éditeur. Après des études au conservatoire de musique de Paris, il devint professeur au conservatoire (1819-1929) ; soliste de l’orchestre de l’Opéra de Paris (1820) ; installé à Saint-Pétersbourg en 1830, où il résida jusqu’à sa mort ; première flûte dans l’orchestre du Théâtre impérial. ● Auteur en 1846 de L’Artiste russe, revue francophone. ● Notice Vladimir Somov.

Guilloux, Joseph Léon ● Né à Mirecourt (Vosges) le 1er octobre 1828 ; mort vers 1900. ● Ingénieur polytechnicien (X 1848), ancien élève de l’École des ponts et chaussées ; ingénieur de 3e classe(1853) ; ayant dirigé à partir de 1857 les travaux de construction de la voie ferrée reliant Endkünen et Pskov ; attaché à la compagnie des chemins de fer autrichiens en 1877 ; demeurant 25, boulevard Haussmann à Paris en 1877 ; directeur des chemins de fer roumains (1878), demeurant à Bucarest (Roumanie) ; inspecteur de 1re classe (1881) ; retiré du service (1888). ● Chevalier de la Légion d’honneur (11 août 1869) ; chevalier de l’ordre militaire de la Conception, Portugal (20 janvier 1868) ; commandeur de l’ordre de Charles III, Espagne (28 janvier 1868) ; commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique, Espagne (25 octobre 1869) ; commandeur de l’ordre de François Joseph d’Autriche (5 juillet 1874). ● LH/1243/47.

Guirard, Joseph Ivanovitch ● Représentant délégué et agent de la Société Anonyme franco-russe des houillères de Berestow-Krinka (1895-1903). ● Archive Historique d’État de Russie. Notes Tatiana Morozova.

Guisset, Jean ● Né en Corse le 17 juillet 1873 ; marié en Nouvelle-Calédonie le 6 avril 1886 à Berthe Orlandisky, dont deux fils : Antoine Guisset (né à Zongouldagh, Asie mineure le 6 janvier 1912) ; Félix Guisset (né à Allah-Verdi le 9 novembre 1912 ; mort le 25 décembre 1912). ● Industriel. Bénéficiaire d’un passeport établi à Corte le 7 juillet 1911 pour aller en Russie ; cité en 1912 comme agent de la Société industrielle et métallurgique du Caucase à Allah-Verdi. ● MAE, Nantes, 598PO/2/163.

Guyard, Julienne Eugénie Marie ● Née à Cossé-Le-Vivien (Mayenne). ● Enseignante, citée en Russie de 1894 à 1921 environ ; elle enseigna le français dans des lycées russes de Saint-Pétersbourg, du Caucase et du Turkestan à Tachkent ; sans doute rapatriée en 1921 lors de l’évacuation massive entreprise par le ministère français des Affaires étrangères. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 401.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search