J

Jacqueline ● Ingénieur ; mentionné en Russie en 1860 comme ingénieur de la grande Société des chemins de fer russes. ● MAE, Nantes, 598PO/2/334.

Jacquemart, Charles François Adolphe ● Chancelier au consulat de Varsovie (1858-1859). ● Annuaire diplomatique, 1859-1868 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 2142.

Jacquot ou Jacot, Joseph Paul Louis (1798-1863) ● Né à Paris en 1798 ; marié à Saint-Pétersbourg le 27 mai 1830 à Catherine Pauline Charmot, dont Frantz Auguste Jacot (1838-1903), pasteur à Paris, fondateur de la paroisse et du temple dit de Port-Royal, qui a « la particularité d’être intégré à un immeuble d’habitation. De dimensions modestes, il est de style néo-roman. La nef est éclairée en son haut par une verrière zénithale “belle époque”. Son ornementation néo-byzantine renvoie au séjour de la famille du pasteur Jacot à Saint-Pétersbourg, où le père du pasteur était de marchand de bois de Sibérie. Les magnifiques bancs en bois qui garnissent le temple et les boiseries de la grande sacristie sont en chêne de Sibérie » ; mort en 1863. Membre de la religion évangélique réformée. ● Architecte. Entré en 1812 à l’école des Beaux-arts ; cité dès 1823 à Saint-Pétersbourg ; professeur d’architecture à l’institut des Ponts et Chaussées (1823-1838) ; ayant participé à la construction de l’édifice de l’état-major en 1826, à l’édification du Cirque anglais, près du pont Siméon en 1827, à la grande salle de la Philarmonie en 1837, et à de nombreux immeubles d’habitation à Saint-Pétersbourg ; membre du cercle d’Augustin Bettancourt ; propriétaire d’une maison à l’angle des rues Bolshaya Morskaya et Kirpitchnij Pereulok. ● Chevalier de plusieurs ordres. ● MAE, Nantes, 598PO/2/1 ; Base deRoland Gennerat au sujet des pasteurs des différentes églises de la Fédération protestante de France (2003) et du site de la paroisse protestante de Port-Royal. Notice Armelle Le Goff et notes Ksenia Beloüs.

Jacquot, Nicolas Paul Fernand ● Ingénieur ; directeur de l’usine de dynamite d’Ablon, puis de la fabrique de dynamique de Sablino près de Saint-Pétersbour dans les années 1910. ● MAE, Nantes, 598PO/2/576.

Jagerschmidt, Charles Georges ● Né à Paris le 5 juin 1820 ; marié, père de trois enfants ; mort le 10 mai 1894. ● Diplomate. Entré dans la carrière consulaire en 1845, attaché au consul général de Beyrouth ; secrétaire de légation au Maroc ; consul à Odessa (1858-1860) ; sous-directeur (1861) puis directeur à la direction des consulats et affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères ; premier plénipotentiaire français pour la convention internationale de Genève relative à l’amélioration du sort des militaires blessés (1864) ; membre des conférences télégraphiques internationales à Paris et à Vienne (1865) ; représentant le gouvernement français dans les conférences qui ont amené la conclusion avec la Russie le 1er avril 1874 d’un traité de commerce et de navigation, d’une convention consulaire, d’une convention pour le règlement des successions ; représentant du gouvernement français dans les conférences monétaires internationales tenues à Paris en 1875, 1876, 1878 et 1879 ; représentant du gouvernement français dans la conférence internationale du mètre tenue à Paris en 1875 ; ministre plénipotentiaire de 1re classe (1881) ; retiré du service le 16 avril 1881 ; plénipotentiaire français aux négociations pour la conclusion avec la Suisse en juin 1881 et février 1882 de cinq conventions pour le raccordement de chemins de fer et pour régler les rapports commerciaux de la zone frontière de la Haute-Savoie avec le canton de Genève, la signature de la convention du 31 mars 1883 pour la protection de la propriété industrielle, et la signature de la nouvelle convention littéraire entre la France et l’Allemagne en juin 1883 ; chargé en 1885 de la négociation avec le gouvernement anglais au sujet des pêcheries de Terre-Neuve ; administrateur de la Compagnie des chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée ; demeurant 24, rue de l’Arcade à Paris. ● Chevalier, officier (13 août 1861) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1348/28 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n°2147. Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Jasson, Louis Joseph ● Né à Valence (Drôme) en 1864 ; mort à Voskrecenskoe-Selo (Karaklis), suite à une pleurésie, le 28 septembre 1905. ● Ingénieur, mentionné en Russie en 1890-1905, y étant propriétaire de deux concessions minières, situées respectivement à Michti Yourt et près de Karsk ; mentionné comme ingénieur des mines à Tanzout ; bénéficiaire en 1890-1900 d’un permis de recherche des mines dans la région de Karaklis ; propriétaire d’une concession pétrolière à Tiflis, en faillite en 1900. ● MAE, Nantes : 598PO/2/57 ; 598PO/2/63, doss. 404.

Jauffret-1, Jean-Baptiste Clair (1766-1824) ● Né à La Roquebrussanne (Var) en 1766 ; marié à Marie Rosalie de Vitry (veuve de M. Deloynes), dont Alexandre Jauffret (1791-1853), professeur de langues et traducteur de russe, et un autre enfant ; mort près de Saint-Pétersbourg le 28 août 1824. Frère de Monseigneur André Jauffret, évêque de Metz et aumônier de Napoléon Ier. ● Pédagogue. Enseignant laïc de la congrégation de l’Oraoire au collège de Joyeuse puis de Riom ; venu à Paris en 1787, précepteur jusqu’en 1789 du dernier fils du marquis de Malleyssie ; nommé en 1791 à l’Institut des sours-muets de Paris où il se lia avec l’abbé Sicard ; réfugié à Orléans en 1792-1795, il y fit la connaissance de l’helléniste Ansse de Villoison ; revenu à Paris en 1795, il suivit les cours de l’abbé Sicard, qui le forma à sa théorie grammaticale et à sa méthode d’éducation des sourds-muets, et fonda à Paris, rue Saint-Jacques puis dans le Marais, en 1802 avec son soutien une école pour enfants sourds dont la pédagogie était directement inspirée de sa méthode d’instruction des sourds ; nommé en novembre 1809, sur les recommandations de l’abbé Sicard et de Haüy, par l’impératrice Marie de Russie à la tête de l’institut des sourds-muets de Saint-Pétersbourg. Arrivé en Russie en 1810, il développa cet établissement qui passa en quatorze ans de 9 à 48 élèves. Membre de l’Institut ; chevalier de Saint-Vladimir de 4e classe (1813) ; conseiller de la cour (1815). ● Bruno Jauffret, Denis Zavaritski, Jean-Baptiste Jauffret, pédagogue novateur et instituteur de sourds-muets à Saint-Pétersbourg (Paris, L’Harmattan, 2021).

Jauffret-1.1, Alexandre ● Né en 1791 [fils de Jean-Baptiste Jauffret (1766-1824), pédagogue, et de Marie Rosalie de Vitry] ; mort en 1856. ● Professeur de français à l’institut Smolny à Saint-Pétersbourg ; auteur en 1819 de la traduction de l’Histoire de l’Empire de Russie, de Karamzine, sous le titre Histoire de Russie. ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 120.

Jaurès, Constant Louis Jean Benjamin ● Né à Paris, 10, rue Martel, le 3 février 1823 [fils d’Auguste Jaurès, négociant, et d’Adélaïde Got] ; mort à Paris le 13 mars 1889. ● Officier de marine ; diplomate. Enseigne de vaisseau (1er novembre 1845) ; lieutenant de vaisseau (8 mai 1850) ; engagé dans la guerre de Crimée ; capitaine frégate (26 août 1861) ; capitaine vaisseau (22 mai 1869) ; nommé par Gambetta général de division du 21e corps d’armée de terre (20 novembre 1870) ; député du Tarn (2 juillet 1871) ; sénateur (1876) ; vice-amiral (31 octobre 1878) ; ambassadeur de France en Espagne (décembre 1878-février 1882) ; ambassadeur de France en Russie (1882-1883) ; ministre de la Marine (22 février 1889), mort en fonctions. ● Chevalier (7 octobre 1853), officier (22 avril 1869), commandeur (5 septembre 1877) et grand-croix (12 juillet 1887) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1358/28. Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français.

Jaurez-Sponville, Nicolas Marie Anatole ● Né en Toscane en 1837, de parents français. ● Ingénieur des mines ; bénéficiaire d’un passeport, délivré à Paris le 16 juillet 1857 ; de retour en France, bénéficiaire d’un autre passeport délivré par le consulat de France à Saint-Pétersbourg, le 13 août 1858 (vu au consulat général de Russie à Paris « bon pour la Russie » le 6 mai 1859) ; blessé le 17 décembre 1876 lors d’un accident qui eut lieu sur la ligne du Rhône au Mont-Cenis, exploitée par la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée pour le compte de l’État, il intenta un procès contre la compagnie pour obtenir des indemnités ; ingénieur en chef-directeur des mines et houillères du Nord de l’Oural (1879) ; ancien président de la Société de bienfaisance française de Saint-Pétersbourg ; demeurant à Saint-Pétersbourg, 2e district, quartier Admiralteisky. ● MAE, Nantes : 598PO/2/39 ; 598PO/2/218 (passeport) ; 598PO/2/229 (testament) ; 598PO/2/255 ; 598PO/2/413.

Jean, Marcellin de ● Chancelier au consulat de Riga (1862-1864). ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 2162.

Jeandel, Eugène ● Né à Metz (Moselle) le 16 septembre 1842 ; marié avec une Russe. ● Peut-être frère de Joseph Xavier Jeandel (né à Metz le 25 octobre 1854 ; mort au Mans, Sarthe, le 23 juin 1928) [fils de François Xavier Dominique Jeandel (né à Dieppe, Seine-Maritime, le 11 juin 1918 ; mort le 17 juillet 1905), élève de l’École polytechnique (1839), chef d’escadron d’artillerie, officier de la Légion d’honneur (21 avril 1874 ; Arch. nat., LH/1361/11), et de Charlotte Émilie Béatrix Octavie Hussenot (née en 1830) ; petit-fils au paternel de Xavier Jeandel, sous-officier d’artillerie, et de Marguerite dite Victorine Mabru, et au maternel de Jacques auguste Marcel Hussenot (né en 1800), artiste peintre], chef d’escadron, officier de la Légion d’honneur (12 janvier 1916 ; Arch. nat., LH/1321/14). ● Ingénieur, présent en Russie à partir de 1876 ; employé dans plusieurs sociétés françaises de travaux publics à Odessa, à Saint-Pétersbourg et à Taganrog ; ayant particité vers 1890 aux travaux d’aménagement du port de Taganrog ; demeurant à Taganrog, sur la forteresse, maison Karew, n° 8. ● MAE, Nantes, 598PO/2/615.

Joffriaud, Charles ● Sans doute marié à Mastride (née vers 1852 ; morte à Saint-Pétersbourg le 21 septembre 1909). ● Ingénieur mécanicien ; cité à Saint-Pétersbourg en novembre 1876 quand il déposa un brevet sous le n° 6262 pour une durée de dix années ; débouté par la justice russe pour une plainte pour usurpation de son brevet à Saint-Pétersbourg, il porta réclamation devant l’ambassadeur de France le 10 mai 1903. ● MAE, Nantes, 598PO/2/333.

Joffriaud, Louis ● Ingénieur, associé aux sieurs de Servan et Chopin, il prit à ses frais et au nom de De Servan un privilège pour l’exploitation du procédé de cémentation inventé par De Servan et en obtint le privilège le 6 décembre 1858 ; demeurant pont Kakouchkine, maison Wouïtsch, à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/449.

Joulin, Georges Léon ● Né à Tours (Indre-et-Loire), 25, rue de l’Ancienne Intendance, le 7 juin 1838[fils de Casimir Joulin (né en 1805), négociant à Tours, et de Victoire Adèle Thomas (née en 1805), marié à Azay-le-Rideau]. ● Ingénieur. Élève à l’École polytechnique ; entré au service comme élève commissaire des poudres (1er octobre 1850) ; commissaire adjoint (1863) ; en mission en Belgique et dans le nord de la France pour l’étude de la fabrication du salpêtre de conversion et des poudres de vente ; en mission en Prusse en 1864 pour l’étude des mines et de l’industrie des postasse de Straßfurt, ayant reçu une lettre de félicitations ; sous-ingénieur (1er janvier 1866) ; ingénieur (1er janvier 1869) ; attaché au ministère de la Guerre de France, envoyé en Russie en 1873 par le ministre de la Guerre pour y étudier la fabrication des poudres de guerre, il y visita de plusieurs établissements et fonderies dans le cadre de l’étude de la métallurgie des métaux à canon (acier, fonte et bronze) et de la fabrication des cartouches métalliques, puis envoyé en Prusse, en Autriche et en Italie en 1874 pour le même objet, ayant reçu une lettre de félicitations ; de retour en France en décembre 1873, pour affaires urgentes ; ingénieur directeur (12 juillet 1875), chargé du projet d’établissement de construction de la fabrique de coton poudre au Moulin-blanc ; ingénieur de 1re classe (1er janvier 1877) ; ingénieur en chef de 2e classe (1er janvier 1879) ; en mission en Allemagne à trois reprises (1881-1883) ; en mission à deux reprises à la dynamiterie de Paulilles (1887) ; ingénieur en chef de 1re classe (1er octobre 1892) ; directeur de la poudrerie nationale de Toulouse en 1893. ● Chevalier (12 juillet 1879), officier de la Légion d’honneur (27 décembre 1893) ; officier d’Académie (1881) ; commandeur de l’ordre de Saint-Stanislas de Russie (1883). ● Arch. nat., LH/1380/37 ; MAE, Nantes, 598PO/2/229.

Jourdain, Marie Auguste Pierre ● Né à Poitiers (Vienne) le 12 juillet 1885 [fils de Jean Auguste Jourdain et de Marie Eulalie Louis Pechon]. ● Géomètre. Résidant à Tiflis, géomètre à la Société industrielle et métallurgique du Caucase, poste d’Allah-Verdi, gouvernement de Tiflis ; ingénieur et directeur des mines de Chagali-Héliar-Station Chagali, chemin de fer de Kars (gouvernement de Tiflis) ; inscrit sur les tableaux de recensement de la classe 1905 à Poitiers (voir journal n° 121). ● MAE, Nantes : 598PO/2/107 ; 598PO/2/121.

Jourdain, Maurice Frédéric ● Né à Louviers (Eure) en 1842. ● Ingénieur civil, bénéficiaire d’un passeport délivré à Paris le 20 janvier 1870 pour se rendre à Saint-Pétersbourg ; de retour en France, avec un passeport délivré par le consul de France à Saint-Pétersbourg le 7 juillet 1871. ● MAE, Nantes : 598PO/2/218 ; 598PO/2/413.

Journolleau, Louis Claude ● Ingénieur ; représentant délégué et agent de la Société française de forage et recherches minières (brevets Raky) en 1899-1909 ; demeurant 55, Nikolaiewskaya à Saint-Pétersbourg. ● Archive Historique d’État de Russie ; MAE, Nantes, 598PO/2/368. Notes Tatiana Morozova.

Juchault de Lamoricière, général Christophe Louis Léon ● Né à Nantes (Loire-Atlantique) le 5 février 1806 [fils de Christophe, Sylvestre, Joachim Juchault de Lamoricière (né en 1774), propriétaire, et de Louise Sophie Désirée Robineau de Bougo (née en 1784)] ; marié le 21 avril 1847 à Marie Améie Gaillard de Ferré d’Auberville (1827-1905) [fille de Louis Adolphe Gaillard de Ferré d’Auberville, et de Marie Paule Sophie de Montagu Beaune], dont quatre enfants ; mort au château de Plouzel (Somme) le 11 septembre 1865. ● Militaire ; homme politique ; diplomate. Élève à l’École polytechnique (1824) ; engagé dans l’expédition d’Alger (1830) et resté en Algérie ; affecté au corps des zouaves ; capitaine (1er novembre 1830) ; au bureau des affaires arabes (1833) ; colonel (1837) ; maréchal de camp (21 juin 1841) ; lieutenant général (9 avril 1843) ; gouverneur par intérim en Algérie (1845-1847) ; député de la Sarthe (1846) ; ministre de la Guerre (28 juin-20 décembre 1848), vice-président de l’Assemblée législative ; ambassadeur extraordinaire en Russie (juillet 1849) ; exilé après le coup d’État du 2 décembre 1851, opposé à Louis Napoléon Bonaparte ; revenu en France, passé au service de la cause pontificale en 1860. ● Commandeur de la Légion d’honneur (14 juillet 1844). ● LH/1385/48. Benoît Yvert, Dictionnaire des ministres (1789-1989), p. 273.

Jules, Bernard ● Né à Louvain (Belgique) en 1833. ● Ingénieur à Tiflis dans les années 1860. ● MAE, Nantes, 598PO/2/50.

Jullien, voir Fusil

Julvécourt, vicomte Paul de ● Né en 1807 ; marié en Russie à Lidi Nicolaïevna Vsevolojskaïa, Russe, dont une fille (née en Russie) ; mort en 1845. ● Romancier. Parti en Italie en 1830 où il résida neuf mois et en rapporta Mes souvenirs de bonheur, ou neuf mois en Italie (Paris, 1832), recueil de lettres dédiées à Charles Nodier ; parti ensuite en Bohême, puis en Russie où il arriva vers 1833, pour y résider pendant sept ans, avec quelques voyages en France ; membre du même cercle que Circourt et légitimiste, il tenait son quartier général à Sokovolo, près de Serpoukhov, chez Zénaïde Sergueievna Divov. ● Auteur de : Autour du monde (Paris, L. F. Hivert, 1834, avec Jules de Saint-Félix) ; La Balalayka. Chants populaires russes et autres morceaux de poésie (Paris, Delloye, Desmé et cie, 1837), livre de traductions de poésie russe ; Le Faubourg Saint-Germain moscovite, t. 1, Nastasie, t. 2, Les Russes à Paris (Paris, Hippolyte Souverain, 1842), dont les tomes 3 et 4, Le Chevalier-garde et La Bohémienne de Nijnev, ne furent pas écrits, à cause de la mort prématurée de Julvécourt ; Fleurs d’hiver (1842, poésie) ; auteur de la traduction de : La Dame de Pique (de Pouchkine) ; Le Yataghan (Paris, Baudry, 1843, nouvelle de Nicolaï Pavlov). ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française… ; Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 190-192, 202-209 ; Hélène Henry, « Paul de Julvécourt (1807-1845), entre la France et la Russie », La Revue russe, a. 1993, 5, p. 15-26.

Juzennecourt, voir Puissant de Juzennecourt

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search