L

La Barthe, comte Ferdinand de ● Né à Préveranges (Cher) en 1870 ; mort à Moscou le 10 juillet 1915. ● Philologue, traducteur et homme de lettres ; élève au gymnase de G. Gurevic à Saint-Pétersbourg (1879) ; étudiant à la faculté d’histoire et de philologie (1880) avec le professeur Veselovskij ; professeur de français à Pabianitzy en Pologne (1898-1900) ; lecteur à l’université de Tomsk (1900) ; lecteur à l’université de Kiev (1901-1909) ; soutient sa thèse à l’université de Saint-Pétersbourg (8 octobre 1906), obtient le grade de maître ès lettres ; thèse de doctorat à l’université de Kharkov (1909) ; chargé de cours à l’université de Moscou (1910). ● Prix Pouchkine pour sa traduction en russe de La chanson de Roland. ● Auteur d’une biographie de Châteaubriand (Kiev, 1905), d’un livre sur le romantisme français (1908), Le mouvement littéraire en Occident pendant le premier tiers du xixe siècle et Causeries sur l’histoire de la littérature (1914), et de nombreux articles. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 297-301.

La Baume Pluvinel, Séraphin Eugène Aymar, comte de ● Né à Paris, 20, rue de Courcelles, le 6 novembre 1860 [fils de Charles Alexandre Séraphin Victor, marquis de La Baume Pluvinel, propriétaire, et de Marie Marguerite Joséphine de Viella, propriétaire]. ● Astronome et photographe. Attaché à la mission envoyée à l’île d’Haïti en 1882 pour l’observation du passage de Vénus sur le Soleil ; chargé par le ministre de l’Instruction publique de missions à l’effet d’observer des éclipses totales du Soleil à l’île du Salut (Guyane française) en 1889, à l’île de Crète (1890), à Joal (Sénégal) en 1893, en Espagne (1900), à Sumatra (1901), en Égypte (1901), en Espagne (1905, en Crimée (juillet-octobre 1914) ; il effectua d’autres voyages scientifiques : en Russie pour observer une éclipse du Soleil et au Turkestan (es photographies ont été déposées aux archives de la Société de géographie de Paris), aux États-Unis pour assister au congrès pour les recherches solaires et plusieurs ascensions au sommet du Mont-Blanc pour les recherches sur le spectre solaire ; radiographe à l’hôpital n° 20 et à l’hôpital Beaujon (1915-1918). Auteur de quatre ouvrages sur la photographie (1889-1892) ; demeurant 26 bis, avenue Raphaël, à Paris, XVIe arrondissement, en 1923. ● Membre correspondant du Bureau des longitudes (1906) ; secrétaire général du Comité national français d’astronomie (1920) ; membre de l’Union internationale pour les recherches solaires (1904) ; secrétaire, puis président de la Commission des éclipses du Soleil à cette Union ; président de la Société astronomique de la France (1914-1919) ; secrétaire de la Commission scientifique de l’Aéro-club (1906-1921) ; secrétaire de la Société des observations des observatoires du Mont-Blanc depuis sa fondation en 1908. ● Lauréat de l’Académie des sciences, prix Jansca (1902), prix Valtz (1909) ; lauréat de la Société astronomique de France (1923) ; commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique (1905) ; médaille de l’Aéro-club (1921) ; médaille commémorative de la grande guerre. ● Chevalier de la Légion d’honneur (20 novembre 1923). ● Arch. nat., LH, 19800035/0268/35826. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, Genève, p. 338.

Labbé, Paul Auguste (1867-1943) ● Né à Arpajon (Essonne) le 23 janvier 1867 [fils d’Auguste Sylvain Labbé et de Palma Antoinette Chautroux] ; marié à Paris le 25 mai 1907 avec Claude Margueritte Henriette de Saint-Clair ; mort à Carolles (Manche) le 13 janvier 1943. ● Explorateur, linguiste, ethnologue et géographe ● Études au lycée Michelet, puis à la faculté de droit et à l’École des langues orientales où il étudia le russe ; secrétaire-général de la Société commerciale de Paris (1905-1919) ; secrétaire-général de l’Alliance française (1919-1935) ; il obtint deux prix de l’Académie française, un prix de l’Académie des sciences, ainsi que la Légion d’honneur. ● Il fut l’un des meilleurs connaisseurs de la Sibérie et du chamanisme à la fin du xixe siècle ; missionné par le ministère de l’Instruction publique, il parcourut pendant six ans la Russie, les steppes kirghises, la Sibérie, la Mongolie, la Mandchourie, le Turkestan, la région du Baïkal et l’île Sakhaline ; il en rapporta de nombreuses collections pour le Muséum, le Musée d’ethnographie et le musée Guimet (1897-1902) ; il assura la charge de commissaire au pavillon de l’Asie russe à l’Exposition universelle de 1900. ● Auteur de : « De Tomsk à Tachkent » (À travers le monde, 1898, p. 73-76, p. 145-148) ; « Voyage dans l’Oural (en Bachkirie) » (Le Tour du monde, 1900, p. 613-624) ; La Colonisation russe en Bachkirie, 1901 ; « Un Bagne russe. L’île de Sakhaline » (Le Tour du monde, 1902, p. 409-480, puis Paris, Hachette, 1903) ; Les Russes en Extrême-Orient (Paris, Hachette, 1904) ; Sur les grandes routes de Russie entre l’Oural et la Volga (Paris, O. Doin, 1905) ; « Chez les lamas de Sibérie » (Le Tour du monde, 1909, p. 313-384, puis Paris, Hachette, 1909) ; « Ce que nous pourrions faire en Russie » (Bulletin de la Société de géographie commerciale, 1915). ● Arch. nat., F/17/2979. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale. Notice Armelle Le Goff.

La Bernadière, voir Mesmin de La Bernadière

Laboulaye, voir Lefebvre de Laboulaye

Labry, Raoul Joseph Mathieu (1880-1950) ● Né à Montpeyroux (Hérault) le 1er novembre 1880 [fils de Mathieu Labry et de Marie Justine Dupin] ; marié à Orléans (Loiret) le 29 octobre 1907 avec Yvonne Joulin ; mort à Montpellier (Hérault) le 27 septembre 1950. ● Slaviste. ● Après un baccalauréat ès lettres, étudiant à la faculté des lettres de Paris ; licencié ès lettres (1901) ; agrégé des lettres (1907) ; professeur au lycée de Mâcon (octobre 1905), au lycée de Quimper (octobre 1906), au lycée de Cahors (octobre 1907-1914) ; chargé de cours de russe à la faculté des lettres de Toulouse (1913) ; détaché comme maître de conférences à l’Institut français de Saint-Pétersbourg (juillet 1914) ; capitaine interprète à l’état-major de l’armée pendant la Première Guerre mondiale ; officier d’administration de la mission médicale française en Serbie (mars 1915-février 1916) ; repassé à l’Institut français de Saint-Pétersbourg pour remplacer Jules Patouillet pendant ses congés (1916), en mission en Russie de (mars 1916-mars 1918) en qualité d’officier de liaison avec l’armée russe ; chargé « de l’étude des questions économiques en même temps que de l’organisation d’un bureau de renseignements à la chambre de commerce » lors de la mission extraordinaire d’Albert Thomas à Petrograd ; de retour en France (mars 1918-mars 1919), secrétaire général de la commission de protection des intérêts français en Russie ; inspecteur d’académie de Vendée (octobre 1919-septembre 1922) ; proviseur du lycée de Laon (16 septembre 1922-31 mars 1932). Il soutint sa thèse doctorat ès lettres en Sorbonne le 19 janvier 1929, avec pour titre Alexandre Ivanovic Herzen : 1812-1870 accompagnée de son complément Herzen et Proudhon ; chargé de cours de russe à la faculté des lettres de Lille (novembre 1931) ; professeur de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Lille (octobre 1932) ; muté en Sorbonne en octobre 1936 en tant que maître de conférences ; professeur adjoint de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Paris (janvier 1937) ; professeur titulaire de la chaire de langue et littérature russes en Sorbonne (10 juin 1942) ; chargé de mission en tant d’inspecteur général pour l’enseignement du russe dans les lycées et collèges (1945-1947) ; parti à la retraite en 1950. ● Il fréquenta à Paris, pendant ses études, les milieux d’émigrés révolutionnaires russes ; il se rendit en Russie en janvier-mars 1905 (l’année de la révolution manquée) et il y passa avec son épouse les vacances d’été en 1908, 1909 et 1912 ; il lia de nombreux contacts lors de son séjour de 1914 à 1918 à l’Institut français de Saint-Pétersbourg avec des professeurs, des journalistes, des hommes politiques, et « avec les simples, comme le portier de l’Institut français, Alexis » ; il entra en rapport avec les industriels et ingénieurs français de Russie et vit le déroulement des révolutions russes ; il y séjourna de nouveau pour ses recherches en 1922 et 1935 ; pendant la seconde guerre mondiale, à Paris, il réunit tous les samedis, une petite équipe clandestine pour former ses collègues à la langue de l’Armée rouge. ● Auteur de : L’industrie russe et la révolution (Paris, Payot, 1920) ; Une législation communiste ; recueil des lois, décrets, arrêtés principaux du gouvernement bolchevik (Paris, Payot, 1920) ; Autour du bolchevisme, Raoul Labry (La Roche-sur-Yon, 1921) ; Autour du moujik, (Paris, Payot, 1923). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/26466 et F/17/27463 (dossiers de carrière) ; AJ/16/6049 (dossier administratif de l’académie de Paris) ; LH/1420/16. ● Pierre Pascal, « Raoul Labry (1880-1950) » ; Armelle Le Goff « Les hommes et les femmes de l’Université aux Archives nationales » Notice Armelle Le Goff.

Lacarre, voir Lafutsun de Lacarre

La Chapelle, Désiré Sauveur ● Né à Rennes (Ille-et-Vilaine) en 1799. ● Consul. D’baord engagé dans l’armée ; sous-lieutenant d’infanterie (1814-1823) ; consul à Tiflis (1839) ; en congé pour maladie (1842) ; consul à Ostende, puis à Civitavecchia ; mis en disponibilité (1848). ● Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 57.

La Chaume, voir Chenard de La Chaume.

Lacoste, Jean Aurélien ● Né à Barsac (Gironde) le 15 décembre 1837 [fils de Pierre Éloi Lacoste, propriétaire, et de Marie Éliza Panau] ; mort le 15 avril 1904. ● Agent consulaire à Bakou (1881) ; vice-consul à Batoum (8 janvier 1881-1884) ; consul de 1re classe, chargé de la résidence de France à Tamatave. ● Chevalier de la Légion d’honneur (11 juillet 1891). ● Arch. nat., LH/1426/6. Annuaire diplomatique, 1879-1884.

Lacoste, Louis ● Né à Montbéliard (Doubs) le 6 janvier 1824 ; marié à Marie Virginie Loris. ● Professeur de littérature à Saint-Pétersbourg au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/613.

Lacoste, voir Bouillane de Lacoste

Lacroix, Léonce ● Marié à Marie Joséphine Émilie, dont un fils, Alexandre Émile Lafont (né à Saint-Pétersbourg, le 20 juillet 1810, baptisé à Saint-Catherine). ● Ingénieur à la société industrielle et métallurgique du Caucase, aux mines d’Allah-Verdi ; de la classe 1900, il avait obtenu une prolongation de sursis. ● MAE, Nantes : 598PO/2/126, 598PO/2/129, 598PO/2/323.

La Droitière, voir Lamé de La Droitière

La Faye, voir Planat de La Faye

La Ferrière, voir Artaud de La Ferrière

La Flize (?), de ● Médecin, libre praticien, attesté en 1831 comme médecin dans le gouvernement de Kiev à Bielocerkiev (district de Vasilkov). ● Auteur d’un Précis historique du choléra-morbus (opuscule). ● MAE, Nantes, 598PO/2/2, doss. 22.

Lafont, Charles-Philippe ● Né à Paris le 1er décembre 1781 ; mort à Tarbes (Hautes-Pyrénées) le 23 août 1839. ● Violoniste et compositeur ; élève de Pierre Rode, il quitta la France à la Révolution, voyagea en Europe, fut violoniste à la Cour du tsar à Saint-Pétersbourg ; il revint en France en 1815. ● Auteur de Romances. ● Vladimir Somov.

Laforest, Henri René ● Né à Paris, VIIIe arrondissement, le 9 novembre 1876 [fils de Louis Michel Alexis Gustave Laforest et d’Angèle Françoise Céline Lemoine]. ● Chimiste, attesté en 1902 à la Société de Chagali Héliar. ● MAE, Nantes, 598PO/2/68.

Lafutsun de Lacarre, Marie René Henrique de ● Né à Mustapha, Alger (Algérie) le 27 janvier 1852 [fils de Louis Charles Henri, marquis de Lafutsun de Lacarre (né au Château-d’Oléron, Charente-Maritime, le 14 août 1814 ; mort le 6 août 1870), officier de cuirassiers, commandeur de la Légion d’honneur, et de Marie Caroline de Bezolles (née en 1834] ; mort à Florence (Italie) le 15 avril 1904. ● Consul. Chancelier au consulat de France à Varsovie (25 février 1882-1er septembre 1882) ; consul de 2e classe à Rio de Janeiro (1895). ● Chevalier de la Légion d’honneur (16 juillet 1895). ● Arch. nat. : LH/1438/68, LH/1438/69. Annuaire diplomatique, 1890 ; Paul Gerbod, « D’une révolution à l’autre… ».

La Garde, Jules Marie de ● Consul à Moscou en 1869-1873. ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 2278. Annuaire diplomatique, 1869-1873.

Lagny, Germain de ● Mentionné vers 1840 à Saint-Pétersbourg. ● Auteur de : Le knout et les Russes, mœurs et organisation de la Russie. (1853). ● Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 155, 156.

Lagorce Adolphe Pierre ● Né à Chartres (Eure-et-Loir) le 31 juillet 1841. ● Ingénieur civil, attesté en 1882 à Tiflis. ● MAE, Nantes : 598PO/2/57 ; 598PO/2/63, doss. 164.

Lagrange, Pierre ● Juriste. Docteur en droit à l’Université de Paris, il avait aussi préparé une licence ès lettres. Avocat pendant huit ans ; auteur de diverses études sur des questions industrielles et commerciales « qui ont été très appréciés à Paris », selon une dépêche datée du 18 juin 1914 adressée au consul de France à Tiflis ; arrivé à Moscou en 1912 ; résidant à Vladicaucase en 1914, demanda une place de précepteur auprès du consul de France à Tiflis ; membre à vie de l’Alliance française. ● MAE, Nantes, 598PO/2/45.

Lagrené, Edmond Théodore Melchior de ● Né à Athènes (Grèce) le 16 février 1842 [fils de Théodose Marie Melchior Joseph de Lagrené (né à Amiens, Somme, le 14 mars 1800 ; mort le 26 avril 1862), ministre plénipotentiaire de France en Grèce, grand officier de la Légion d’honneur (8 juillet 1846), grand commandeur de l’ordre du Sauveur, chevalier de l’ordre de Charles III d’Espagne, ci-devant domicilié à Saulchoy (Somme), et de Varinka de Doubensky] ; mort à Paris, 18, rue de Matignon, le 12 février 1909. ● Consul. Entré au service en 1862 en qualité d’attaché aux archives du département des Affaires étrangères ; il fit la campagne de France comme simple soldat (1870) ; chargé en 1875 d’une mission en Sibérie (de Saint-Pétersbourg à Vladivostok) ; attaché à la légation de France à Pékin (1875-1876) ; consul intérimaire à Canton (1876-1880) ; consul à Moscou (30 mars 1880), jusqu’en 1885 ; consul de 1re clase à Carthagène, Espagne (1886) ; consul à Christiana (1887-1890) ; chargé d’affaires de France en Bolivie, consul général à La Paz (1890-1891). ● Chevalier de la Légion d’honneur (11 juillet 1891). ● Arch. nat. : LH/1443/7 ; LH/1443/11 ; MAE, La Courneuve, Pers 1re série cartons, n° 2374. Annuaire diplomatique, 1890-1901.

Laguiche, Pierre Adolphe Henri Victurnien de ● Né à Paris, 16 rue Matignon, le 15 juin 1859 [fils de Philibert Bernard, marquis de Laguiche (né en 1816), propriétaire, et de Louise Henriete Mathilde de Rochechouart-Mortemart (née en 1830), mariés à Paris le 10 avril 1850), demeurant ordinairement au château de Chaumon, à Saint-Bonne-de-Joux (Saône-et-Loire)]. ● Militaire, ingénieur. Élève à l’École polytechnique (1er novembre 1879) ; sous-lieutenant, élève à l’école de l’artillerie du génie (1er octobre 1881) ; lieutenant en 2nd (1er octobre 1883), lieutenant en 1er (26 mai 1886), engagé au 32e régiment d’artillerie (1er octobre 1883-12 octobre 1889) ; passé au 17e régiment d’artillerie (12 décembre 1889) ; capitaine en 2nd (28 décembre 1889) ; engagé au 18e régiment d’artillerie (12 juillet 1890), au 32e régiment d’artillerie (24 juillet 1890, au 23e régiment d’artillerie (3 avril 1891) ; stagiaire à l’état-major de l’armée, 4e bureau (11 novembre 1891) ; engagé au 4e régiment d’atillerie (22 mars 1893), stagiaire à l’état-major de l’armée, 4e bureau ; officier d’artillerie hors cadres (4 janvier 1894), officier d’ordonnance du général de Gallifet, membre du Conseil supérieur de la Guerre ; capitaine en 1er (6 avril 1896) ; officier d’artillerie hors cadres (20 ocotbre 1897), officier d’ordonnance du ministre de la Guerre ; officier à l’état-major particulier de l’artillerie (8 décembre 1897), officier d’ordonnance du ministre de la Guerre ; en activité hors cadres (services d’état-major) à l’ambassade de France en Autriche-Hongrie (10 novembre 1898) ; chef d’escadron au 39e régiment d’artillerie, attaché militaire à l’ambassade de France en Allemagne (13 août 1904) ; lieutenant-colonel (29 mars 1906) ; nommé à l’état-major (23 mars 1907) ; hors-cadre (25 décembre 1908) ; colonel (25 mars 1909) ; membre de l’état-major particulier de l’artillerie, directeur adjoin au Havre (26 mai 1909), à Dijon (27 septembre 1909), au 25e régiment d’artillerie (24 décembre 1909), à l’état-major d’artillerie (13 juillet 1912) ; attaché militaire à l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg (13 juillet 1912) ; général de brigade (23 septembre 1912), maintenu dans ses fonctions à Saint-Pétersbourg où il se trouvait toujours en 1913-1914. Demeurant à Paris, 20, rue de la Ville-L’Évêque, en 1921-1922. ● Chevalier (28 décembre 1897), officier (31 juillet 1913) et commandeur (12 juillet 1917) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : LH, 19800035/0232/30709 (Pierre Adolphe Henri Victurnien de Laguiche) ; 19800035/0310/41769 (dossier Léopold Edgar Piettre).

Lahure, Édouard Charles ● Né le 20 août 1845. ● Ingénieur, directeur d’une usine métallurgique ; importateur en Russie du procédé pour exploiter l’acier fusible à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/634.

Lalance, Auguste ● Né à Bonchamps (Haute Saône) en 1831. ● Ingénieur mécanicien employé en Russie ; bénéficiaire d’un passeport, pour se rendre en France, délivré par le consulat de France à Saint-Pétersbourg, le 24 décembre 1859. ● MAE, Nantes : 598PO/2/218 ; 598PO/2/426.

Lalanne, voir Chrétien Lalanne

Lallemand, Charles ● Ingénieur des mines, arrivé à Tiflis le 19 mai 1891, chargé d’une mission en Transcaspienne. ● MAE, Nantes, 598PO/2/60, doss. 266.

Lambert, Juliette ● Née à Verberie (Oise) le 4 octobre 1836 ; mariée à Edmond Adam ; morte à Callian (Var) le 23 août 1936. ● Écrivain. Citée en Russie vers 1910. Elle tenait un salon à Paris où se rencontraient les républicains de l’époque comme Gambetta, Thiers, Daudet, Clemenceau, Flaubert et même Tourgueniev. Elle fonda la Nouvelle Revue (1879-1899). ● À la suite de plusieurs voyages, elle publia les Impressions françaises en Russie (Paris, Hachette, 1912). ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 241.

Lamé de La Droitière, Gabriel (1795-1870) ● Né à Tours (Indre-et-Loire) le 22 juillet 1795 [fils de Gabriel François Lamé et de Julie Madeleine Goislard-La Droitière] ; marié en 1823 à Marie Marguerite Fortunée Bertin de Gérando [fille du naturaliste français Jacob Adolfe Bertin de Gérando], institutrice à Saint-Pétersbourg, demeurant chez la comtesse Razumovskij dont : Marie Stéphanie Lamé de La Droitière (née à Saint-Pétersbourg en 1824), mariée à Michel Eugène Lefebvre de Fourcy ; Gabriel Léon Jean Baptiste Lamé de La Droitière (né à Saint-Pétersbourg en 1826 ; Émile Lamé de La Droitière (né à Saint-Pétersbourg en 1830) ; mort le 1er mai 1870. ● Ingénieur ; enseignant. Polytechnicien (X 1814) ; élève ingénieur des mines (11 décembre 1817) ; aspirant (20 novembre 1820) ; entré avec Clapeyron, au service du gouvernement russe, désireux de fonder une école des voies de communication, par mission et congé extraordinaire, sous le ministère du duc de Richelieu (1821) ; successivement major, lieutenant-colonel et colonel du génie au corps des voies et communications de Saint-Pétersbourg ; professeur d’analyse, de mécanique, de physique, de chimie à l’école d’application de ce corps ; ingénieur de 2e classe (26 avril 1822) ; rentré à Paris (fin 1831) ; titulaire de la chaire de physique, à l’École polytechnique (1832-1844) ; ingénieur de 1re classe (29 avril 1832) ; l’un des constructeurs des deux premiers chemins de fer exécutés autour de Paris, celui de Saint-Germain et celui de Versailles (rive droite) de 1834 à 1839 ; ingénieur en chef de 2e classe (22 décembre 1836) ; élu membre de la section de géométrie à l’Académie des sciences (1840) ; chargé à l’École polytechnique des examens de sortie pour l’analyse et la mécanique (13 novembre 1844) puis pour la mécanique et les machines ; ingénieur en chef de 1re classe (23 décembre 1845) ; appelé à professer les cours de probabilités et de physique-mathématique à la faculté des sciences de Paris (10 avril 1851) ; retraité du Bureau des longitudes (1863). ● Il séjourna pendant de dix ans en Russie (1821-1831) ; membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. ● Chevalier de la Légion d’honneur sur la demande de l’ambassadeur de France le duc de Mortemart (11 janvier 1831). ● Arch. nat. : F/14/2729/2, F/17/22936 F/17/23129 (dossiers de carrière) ; LH/1459/47 ; RGIA ; RGVIA.D. Irina et Dimitri Gouzévitch : « Gabriel Lamé à Saint-Pétersbourg » ; « Des ingénieurs français au service de la couronne russe au début du xixe siècle : sources en Russie et en Ukraine ». Notice Armelle Le Goff.

Lami ou L’ami, Jules ● Représentant délégué et agent de la société anonyme en commandite par actions, sous la dénomination de « Compagnie Générale des Industries Textiles » (Allard et Compagnie) à partir de 1905. ● Archive Historique d’État de Russie. Notes Tatiana Morozova

Laming, Henri Édouard ● Né Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) le 18 janvier 1852 ; marié à Paris le 25 octobre 1876 avec Henriette Clairin, dont deux fils (nés en 1879 et 1880). ● Industriel (secteur gaz). ● Directeur d’usine à gaz à Moscou. Jean Morin, Souvenirs d’un banquier français (1875-1947) ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Lamoricière, voir Juchault de Lamoricière

Lan, Pierre ● Né à Roquevaire (Bouches-du-Rhône). ● Médecin, cité à Saint-Pétersbourg de 1815 à 1842, puis à Moscou en 1842. ● MAE, Nantes, 598PO/2/185, doss. 2547.

Lancrenon, Marie Paul Mathieu (1857-1922) ● Né à Besançon (Doubs) le 26 juillet 1857 [fils d’Antoine Auguste Lancrenon, notaire à Cromary (Haute-Saône), et de Marie Amélie Sauzay] ; mort à Paris, Ve arrondissement, le 10 juillet 1922, inhumé au cimetière du Montparnasse. ● Militaire de carrière ; ingénieur ; photographe ● Polytechnicien (promotion 1876), il fit une carrière militaire en Europe et en Afrique du nord et finit général de division d’infanterie. Amateur photographe, il rapporta de nombreux clichés de ses voyages et expéditions (Russie, Pays Baltes, Italie, Espagne, Algérie, Tunisie). Il réalisa aussi une série de clichés sur la Bretagne et des vues d’architecture industrielle et de paysages urbains (ponts, ports, etc.). Il demeura successivement à Lyon (1897) et à Paris, 103, boulevard du Montparnasse (1922) et 277, rue Saint-Jacques (1922). ● Son fonds photographique est conservé à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. ● Marc Durand, De l’image fixe à l’image animée (1820-1910)... Notice Armelle Le Goff.

Lancrenon, Marie Paul Mathieu ● Né à Besançon (Doubs) le 26 juillet 1857 [fils d’Antoine Auguste Langrenon (né à Lods, Doubs, en 1808), notaire, et de Marie Amélie Sauzay (née à Gray, Haute-Saône, en 1827)] ; marié à Anne Marie Adèle Guibert, dont : Yvonne Lancrenon, Anne Marie Lancrenon, Henri Lancrenon ; Robert Lancrenon ; mort à Paris, au Val de Grâce, le 10 juillet 1922. ● Ingénieur, officier d’artillerie et photographe amateur. Ancien élève de l’École polytechnique (1876), puis de l’École d’application de l’artillerie et du génie de Fontainebleau ; officier d’état-major (1890) ; il effectua le voyage Paris-Saint-Pétersbourg en vélocipède, la descente de la Volga en périssoire et le Caucase à pied (1891) ; chef d’état major du gouvernement militaire de Lyon en 1898-1911 ; général de brigade (1914) ; général de division (1917). Il demeurait 103, boulevard du Montparnasse à Paris lors de sa mort. ● Auteur de Trois mille lieues à la pagaie, de la Seine à la Volga (Paris, E. Plon-Nourrit et Cie, 1898). ● Chevalier (28 décembre 1899), officier (20 novembre 1914) et commandeur (12 janvier 1918) de la Légion d’honneur. ● Le fonds Lancrenon, acheté par l’État en 1987, est conservé aux Archives photographiques. Arch. nat., LH/1465/6. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 258.

Landau, Jean-Baptiste ● Marié en 1885 à Émilie Fautras, dont : Lucie Landau ; Gustave Landau ; Alice Jeanne Marie Landau ; mort en 1929. ● Ingénieur, employé de la société Batignolles ; représentant délégué et agent de la Société de construction des Batignolles à Saint-Pétersbourg (1894-1923) ; membre du conseil d’administration de la Société anonyme « Viskoza » (1909), membre du conseil d’administration de la Société anonyme des briqueteries ; membre du conseil d’administration de l’Agence technique « Vakhter et Cie » (1914-1917) ; chargé de la construction du Pont Troitski à Saint-Pétersbourg. ● Archives de Paris ; Archive historique d’État de Russie ; Archive Historique Centrale d’État de Russie ; Bibliothèque nationale de Saint Pétersbourg. Notice Tatiana Morozova.

Landau, Gustave ● Né le 9 juillet 1887 [fils de Jean Landau et de Густав Якоб Иван Иванович] ; fusillé à Smolensk le 2 janvier 1938. ● Ingénieur (promotion 1917) de l’université des Voies de communication de Saint-Pétersbourg ; directeur du département de construction des chaussées à Novgorod (1918-1923) ; directeur du département de construction des chaussées à Saint-Pétersbourg (1923-1935) ; responsable de la construction de l’autoroute Moscou-Minsk et de la construction du pont Troitski à Saint-Pétersbourg (1935-1937). ● Archives de Paris. Notice Tatiana Morozova

Landrieux, Henri Lucien ● Représentant délégué et agent de la Société générale des cirages français à Moscou, située quai Derbenevskaya à Moscou (à partir de 1888). ● Archive historique d’État de Russie. Notice Tatiana Morozova.

Lanet, Henry François Achille ● Né à Tournus (Saône-et-Loire) le 16 février 1855. ● Ingénieur. Élève de l’École Centrale ; attesté en 1892 et 1895 comme ingénieur émérite ; 1895 agent consulaire à Kertch (1895), démissionnaire dans l’année ; une demande infructueuse fut faite par l’ambassade de Saint-Pétersbourg au consulat de France à Tiflis pour rechercher ce Français et lui remettre la décoration correspondante à ses travaux. ● MAE, Nantes : 12ACN/23 ; 598PO/2/60.

Langeron, Jean Marie ● Ingénieur. Représentant délégué et agent de la Société anonyme franco-russe des Houillères de Berestow-Krinka (1905-1909). ● Archive Historique d’État de Russie. Notes Tatiana Morozova.

Langlé ● Ingénieur en chef de la société Fonderie de Lougansk au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Lannes-1, Napoléon Auguste Barbe Joseph, duc de Montebello ● Né à Paris le 30 juillet 1801 ; marié à Eleonora Mary Jenkinson (morte à Saint-Pétersbourg le 14 octobre 1860), dont notamment Louis Gustave Lannes, comte de Montebello, ambassadeur de France, qui suit ; Jean Fernand Lannes, comte de Montebello, qui suit ; mort au château de Mareuil-sur-Ay (Marne) le 18 juillet 1874. ● Diplomate et homme politique. Polytechnicien ; membre de la Chambre des pairs (1830-1833) ; diplomate (1833) ; ministre des Affaires étrangères (1839) ; ministre de la Marine (1847) ; ambassadeur de France en Russie (1858-1864) ; en séjour en Russie à l’occasion des fêtes du couronnement du tsar en 1869. ● Commandeur (28 avril 1841), grand officier (27 avril 1844), grand croix de la Légion d’honneur (30 octobre 1844) ; grand croix de l’ordre de Saint-André de Russie. ● Arch. nat., LH/1472/44 ; MAE, PA/AP 119. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 76.

Lannes-1.1, Louis Gustave, comte de Montebello ● Né à Lucerne (Suisse) le 4 octobre 1838 [fils de Napoléon Auguste Barbe Joseph Lannes, duc de Montebello (né à Paris le 3 juillet 1801), pair de France, ambassadeur de France, et d’Eleonora Mary Jenkinson (morte à Saint-Pétersbourg le 14 octobre 1860)] ; marié à Paris, XVIe arrondissement, le 26 août 1873 à Marie Louise Hortense Madeleine Guillemin (née à Paris, 28 place Saint-Georges, le 13 mai 1853 ; morte à Paris le 10 février 1950) [fille d’Augustin Armand Marie Guillemin, propriétaire, membre du Conseil supérieur de l’agriculture et du commerce, et de Louise Hortense Cheuvreux (morte à Frascati, Italie, le 28 septembre 1859)], vice-présidente de la Société de secours aux blessés militaires, chevalier de la Légion d’honneur (10 juin 1921), dont Louis Lannes, comte de Montebello ; mort à Paris, XVIIe arrondissement, 3, rue Montchanin, le 2 décembre 1907. ● Diplomate. Étudiant en droit ; attaché au département des Affaires étrangères en 1867 ; capitaine d’état-major de l’armée auxiliaire (1870-1871) ; ambassadeur de France à Constantinople en 1888 ; ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg (1891-1902), il joua un rôle essentiel dans la consolidation de l’alliance franco-russe et accueillit le 2 août 1897 le président Félix Faure lors de la pose de la première pierre du pont de la Trinité à Saint-Pétersbourg ; intime des Romanov. ● Chevalier (13 août 1867), officier (5 mai 1871), commandeur (3 janvier 1888), grand officier (16 juillet 1895) et grand croix (25 août 1899) de la Légion d’honneur. ● AN : LH/1472/42 ; LH/1472/43. Paul Gerbod, D’une révolution à l’autre: les français en Russie de 1789 à 1917, p. 605-637.

Lannes-1.2, Jean Fernand, comte de Montebello ● Fils de Napoléon Auguste Barbe Joseph Lannes, duc de Montebello (né à Paris le 3 juillet 1801), pair de France, ambassadeur de France, et d’Eleonora Mary Jenkinson (morte à Saint-Pétersbourg le 14 octobre 1860) ; marié. ● Agronome ; en voyage au Turkestan en 1890. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 347.

Lantz ● Directeur d’une usine de l’Union minière et métallurgique de Russie à Vladicaucase, il fut mobilisé en 1914, demande un sursis pour rester à son poste. ● MAE, Nantes, 598PO/2/542.

Lapeyrouse, Stanislas de ● Né le 8 juin 1824. ● Consul à Riga (18 février 1879-1881). ● MAE, La Courneuve. Pers 1re série cartons n° 2420. Annuaire diplomatique, 1879-1881.

La Piconnerie, voir Bugeaud de La Piconnerie, duc d’Isly

Larcher, Jeanne ● Fille d’un officier et épouse de l’avocat russe Herzenstein. ● Enseignante en France ; partie en 1913 au Maroc comme sœur de charité des Ambulances de l’Union des femmes de France, puis à Tachkent (1915-1921) ; sans doute rapatriée lors de l’évacuation massive entreprise en 1921 par le ministère français des Affaires étrangères. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 402.

Laserre, voir Abzac de Laserre

Laumet, Jean Alpinien Gabriel ● Né à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) le 23 avril 1870 ; marié à Paris, XVe arrondissement, le 14 novembre 1899 à Césarine Garcin-Marcon (née à Molines-en-Queyras, Hautes-Alpes, le 2 mai 1879 ; morte à Meudon, Hauts-de-Seine, le 6 août 1968), dont : Élie Gabriel Guillaume Laumet (1902-1989) ; Odette Gabrielle Guillaumette Laumet (née en 1906) ; mort en 1925. ● Cuisinier du tsar sur le Standart jusqu’en 1899 ; hôtelier-restaurateur à l’hôtel le Franco-russe, 72, boulevard de Grenelle, à Paris. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Laure-1, Marie Jean Maximin ● Fils de Claude Laure (né en 1719 ; mort le 20 janvier 1793) et de Marie Anne Raimbert (née en 1734 ; morte à Grasse le 21 décembre 1814), mariés le 1er octobre 1759 ; petit-fils au maternel de Jean Raimbert (1700-1759) et de Madeleine Jourdan (1694-1793), mariés le 28 février 1718 ; marié à Jeanne Marie Bonafons (née à Grasse) [fille de Bonafons et Catherine Consolat], dont il eut : Claude Cyprien Laure (né le 28 janvier 1798 ; mort le 16 novembre 1830), célibataire ; Léopold Étienne Laure (né en 1800 ; mort en 1876), célibataire, secrétaire particulier du préfet de Corse à Ajaccio ; mort le 17 janvier 1828. ● Négociant et agent de commerce ; venu en Russie pour se former au négoce dans la maison des frères Raimbert à Saint-Pétersbourg ; reparti en France, résidant à Grasse ; sa maison de négoce était implantée à Marseille et il disposait d’une succursale à Paris ; une lettre du 13 décembre 1804 de l’amiral Tchitchagov nous avons une toute petite idée de ses relations et de ses activités: « Monsieur, le conseiller de commerce Rouvier, qui se trouve maintenant à St Petersbourg, ayant pris connaissance du rapport que vous avez fait au comptoir du commandant en chef de la flotte de la mer Noire, relativement aux pilotes et matelots russes qui se trouvaient à Marseille, à bord du navire le Volga vient de me remettre la somme de 63 a 74 cp que j’ai déjà envoyé à Mr l’amiral Mis de Traversay pour votre remboursement. Par la lettre que Mr Rouvier m’a adressée et dont je joins ici copie, vous verrez monsieur qu’il désire que les patentes déposées chez vous soient remises à sa femme. Je vous prie en conséquence de les lui délivrer. J’ai l’honneur d’être avec considération, votre très humble et obéissant serviteur » (Archives de la famille Laure). Il représenta la maison Raimbert en France et en fut la cheville ouvrière. Les commandes vers la Russie passaient toutes par lui. ● Notice Odile Caffin-Carcy.

Laure-1.1, Léopold Étienne ● Né en 1800 [fils de Marie Jean Maximin Laure (mort le 17 janvier 1828), négociant et agent de commerce à Grasse, et de Jeanne Marie Bonafons (née à Grasse) ; petit-fils au paternel de Claude Laure (né en 1719 ; mort le 20 janvier 1793) et de Marie Anne Raimbert (née en 1734 ; morte à Grasse le 21 décembre 1814), mariés le 1er octobre 1759, et au maternel de de Bonafons et Catherine Consolat] ; célibataire ; mort en 1876. ● Envoyé en Russie fin 1822 pour son apprentissage au commerce chez Geiger et Consolat ; ayant quitté la Russie dès le mois d’août 1823 ; secrétaire particulier du préfet de Corse à Ajaccio (1831-1840). ● Notice Odile Caffin-Carcy.

Laurens, Jules Joseph ● Né à Carpentras (Vaucluse) le 26 juillet 1825 ; mort à Saint-Didier (Vaucluse) le 5 mai 1901. ● Peintre, dessinateur, graveur et musicien. Élève à l’école des Beaux-Arts de Montpellier ; en apprentissage dans l’atelier de Paul Delaroche (1842) ; parti en Asie centrale à la suite du géographe Xavier Hommaire de Hell (1846-1849) ; auteur de peintures et aquarelles aux musées de Carpentras et d’Avignon et à l’école des Beaux-Arts de Paris. ● Chevalier de la Légion d’honneur (non répertorié dans la base Léonore). ● Étienne Bénézit, Dictonnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays (1924), vol. 3, p. 52 ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, Genève, p. 330.

Laurent, Charles ● Marié à Marie Charlotte Hesbérick, dont Simonne Laurent (née le 21 août 1910). ● Demeurant 56, rue du Rome à Paris avant son départ en Russie ; ingénieur-directeur de la société des tramways et éclairage électriques de Vladicaucase. ● MAE, Nantes, 598PO/2/173.

Lauriston, voir Law de Lauriston

Lauvergne, Barthélemy ● Né à Toulon (Var) le 27 juin 1805 ; mort à Paris en 1875. ● Peintre de marine et de paysage, venu à Saint-Pétersbourg en 1839 avec Gaimard, président de la commission scientifique du Nord, et Giraud, peintre de genre et de portrait. ● MAE, Nantes, 598PO/2/340. Étienne Bénézit, Dictonnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays (1924), vol. 3, p. 56.

Lauxerrois ● Consul à Tiflis en 1847. ● Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 61.

Lavanchy, Aimé ● Originaire de Versoix (Suisse) ; mort en 1928. ● Chef de cuisine du tsar ; directeur de l’hôtel Le Chalet russe à Versoix (Suisse). ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Laveau, voir Lecointe de Laveau

Lavigne, Louise Mathilde ● Mère d’un fils naturel, Charles Louis Lavigne (né à Saint-Pétersbourg le 19 septembre 1866). ● Artiste dramatique au théâtre impérial français de Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/661.

Lavolley, Adrien Jacques Stéphen ● Né à Paris, 65, rue Montorgueil, le 20 septembre 1846 [fils de Jacques Levolley (mort à Paris le 27 août 1846) et de Marie Victorine Queneau (née en 1823)] ; mort à Nice (Alpes-Maritimes) le 11 mars 1920. ● Chancelier puis vice-consul. Employé de télégraphe (11 novembre 1867-15 mars 1882) et lieutenant de télégraphe militaire pendant la guerre de 1870-1871 ; attaché au ministère des Affaires étrangères de mars 1882 au 31 décembre 1901 ; commis de chancellerie à Odesssa ; secrétaire archiviste à l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg ; chancelier à Corfou ; chancelier à Odessa (21 septembre 1891) ; chancelier à Moscou (8 janvier 1893) ; gérant du consulat général de Moscou (13 mars 1897-1er avril 1898) ; vice-consul à Kharkov (10 octobre 1898) ; parti à la retraite le 31 décembre 1901, pour raison de santé ; installé à Cannes puis à Nice. Chevalier de la Légion d’honneur le 13 janvier 1902. ● Arch. nat., LH/1508/91. Annuaire diplomatique, 1893-1901.

Law, Jacques Alexandre Bernard, comte puis marquis de Lauriston ● Né à Pondiéchréy (Inde) le 1er février 1768 [fils de Jean Law de Lauriston, gouverneur commissaire général de tous les établissements français aux Indes orientales, et de Jeanne Carvalho] ; marié à La Fère (Aisne) le 5 décembre 1789 à Antoinette Claudine Juli Le Duc, dont : Alexandre Jean Auguste Law, comte de Lauriston (né à La Fère le 10 octobre 1790 ; mort à Paris le 27 juin 1760), pair de France, dont descendance ; Coralie Eugénie Law de Lauriston (née en 1802 ; morte le 24 avril 1891), mmariée le 25 juin 1822 à édouard Hyacinthe Armand, vicomte Hocquart ; Adolphe Napoléon Law, vicomte de Lauriston (né en 1805 ; mort le 13 mars 1867), officier de cavalerie, sans alliance ; mort à Paris, en son hôtel, place Vendôme, e 11 juin 1828, inhumé au Père-Lachaise. ● Officier d’artillerie ; diplomate. Engagé dans l’artillerie (1er septembre 1784) ; envoyé en mission au Danemark (1801) ; envoyé à Londdres porter la ratification des préliminaires de paix 4 octobre 1801) ; général de brigade (13 septembre 1802) et envoyé en mission en Allemagne ; général de division (1er février 1805) ; gouverneur général de Venise (19 décembre 1807) ; envoyé à Vienne pour participer aux négociations en vue du mariage avec l’archiduchesse Marie-Louise (1809) ; envoyé le 5 février 1811 en qualité d’ambassadeur extraordinaire à Saint-Pétersbourg pour demander à Alexandre Ier l’occupation des ports de Riga et de Revel et l’exclusion des vaisseaux anglais en Baltique ; il échoua dans sa négociation et quitta Saint-Pétersbourg le 22 juin 1812 ; il rejoignit la Grande Armée à Smolensk le 16 août 1812 et, après la prise de Moscou par Napoléon, fut chargé le 5 octobre 1812 de négocier la paix avec Alexandre Ier ; fait prisonnier à Leipzig, il fut détenu à Berlin pendant dix mois ; général en chef commandant le corps d’observation de l’Elbe (14 janvier 1813) ; rallié aux Bourbons dès 1814, capitaine lieutenant commandant la 1re division d’infanterie de la Garde royale (8 septembre 1815) ; ministre secrétaire d’État de la Maison du roi (15 novembre 1820) ; maréchal de France (6 juin 1823) ; ministre d’État et grand veneur (4 août 1824). ● Comte de l’Empire (lettres patentes du 29 juin 1808, confirmées le 3 mars 1815) ; pair héréditaire (17 août 1815) ; marquis pair héréditaire (20 décembre 1817). ● Chevalier (11 décembre 1803), commandeur (11 juin 1804) et grand-croix (29 juillet 1814) de la Légion d’honneur ; chevalier (1er juin 1814) et commandeur (3 mai 1816) de Saint-Louis ; chevalier commandeur du Saint-Esprit. ● Jacques Henri-Robert, Dictionnaire des diplomates de Napoléon, p. 236-238.

Laynine ● Ingénieur-électricien, employé dans les postes et télégraphe à Tsarkoïselo (1900-1902) ; directeur des postes et télégraphes de la Grande Konuchennaya, à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/358.

Leblond, Eugène ● Marié à Marguerite Dupasseur (sœur d’Eugène Dupasseur, directeur de la banque de Paris et des Pays-Bas). ● Ingénieur. Ancien élève de l’École centrale (1877) ; directeur de l’usine de la SCB à Volynkino (faubourg de Saint-Pétersbourg) en 1898-1901 ; représentant à partir de 1901 de la banque deParis et des Pays-Bas en Russie ; administrateur de la Société des Usines métallurgiques de Moscou (anciennement Usine Veichelt) ; administrateur dans le conseil d’administration de la Société de Sormovo (1906) ; il participa à la construction du Pont Troïitski à Saint-Pétersbourg ; demeurant 11/55, Bolshaya Morskaya à Saint-Pétersbourg et 5, Armianskipereoulok à Moscou. ● Archives historiques de Paribas ; Archive historique d’État de Russie ; Archive historique centrale d’État de Russie ; Bibliothèque nationale de Saint Pétersbourg. Notice Tatiana Morozova.

Lecointe de Laveau, Georges Étienne François ● Né à Paris le 21 avril 1783 [fils de Jean Pierre Levointe de Lavau (1725-1797), écuyer, avocat au Parlement, conseiller notaire garde note et garde scel au Châtelet de Paris, et d’Henriette Sophie de Mertz (1740-1815) ; marié (1) à Moscou le 26 janvier 1806 à Alexandrine Marie Mormann (née à Moscou le 3 juillet 1787), dont Hippolyte Charles Lecointe de Lavauv (1808-1862), marié, dont descendance, et (2) à Paris le 27 mai 1833 à Louise Augustine Cabot d’Épreville (née le 17 juillet 1796 ; morte à Dublin le 23 juin 1872), dont Marie Lecointe de Lavau (1834-1905), Madame Georges Livio, dont descendance ; mort à Villeneuve-sur-Yonne (Yonne) le 20 février 1846. ● Émigré en Russie ; professeur dans différents pensionnats éducatifs à Moscou puis associé au libraire Maurice Gérard Allart, éditeur du Bulletin du Nord à Moscou après la guerre de 1812 ; éditeur d’une revue scientifique et littéraire Le Bulletin du Nord ; secrétaire de la Société impériale des naturalistes de Moscou ; en voyage en 1819-1820 au Turkestan. Membre de 3e grade à la loge Les amis réunis de Saint-Pétersbourg (1817). ● Auteur de : Moscou avant et après l’incendie ; Guide du voyageur à Moscou (Moscou, 1824). ● Base collaborative Pierfit. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 235.

Lecureur, Léon ● Né en 1847 ; marié à Marie. ● Comptable, demeurant à Saint-Pétersbourg, district quartier Kazansky. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Leduc, voir Léouzon Leduc

Lefaivre, Alexis Albert ● Né à Versailles (Yvelines) le 20 février 1830 [fils de Joseph Alexis Lefaivre, professeur à l’École royale de Saint-Cyr, et de Catherine Mangel] ; marié à Sélestat (Bas-Rhin) le 6 juillet 1856 à Gabrielle Égérie Vatin (née en 1837) [fille d’Alexis Thomas Prosper Vatin (né en 1799), avocat], dont au moins Alexis Jules Lefaivre (né à Sélestat le 6 août 1859), consul de France, chevalier (30 décembe 1898) et officier (1er janvier 1909) de la Légion d’honneur ; mort à Versailles le 23 mars 1907. ● Consul. Chancelier de consulat en 1859 ; consul à Riga du 30 octobre 1873 au 16 août 1874 ; consul général à New York en 1882 ; ministre plénipotentiaire. Chevalier (11 octobre 1869) et officier (11 janvier 1882) de la Légion d’honneur. Demeurant 23, rue Saint-Médéric à Versailles en 1898.Arch. nat. : LH/1545/1 ; 19800035/0232/30830 ; MAE, La Courneuve, Pers., 1re série, cartons n° 2544. Annuaire diplomatique, 1873-1874.

Lefebvre de Laboulaye, Antoine Paul René ● Né le 6 juin 1833 [fils d’Édouard René Lefebvre de Laboulaye (né à Paris le 18 janvier 1811 ; mort à Paris le 25 mai 1883), juriste, homme politique, sénateur inamovible de la IIIe République, et de sa première épouse Augusta Virginie Paradis, mariés en 1832 ; petit-fils d’Auguste Lefebvre de Laboulaye (1779-1824), régisseur de l’octroi de Paris, capitaine de la Garde nationale, chevalier de la Légion d’honneur, et d’Aglaé Charlotte Martinon de Saint-Ferréol ; arrière-petit-fils de Jean-Baptiste Le Febvre de La Boulaye (1743-1820), écuyer, conseiller-secrétaire du roi, Maison, couronne de France et des finances, et d’Agnès Émilie Thérèse Savin] ; marié à Louise Eugénie Calon, dont : Charlotte Lefebvre de Laboulaye, mariée à Jean Bonnin de La Bonninière de Beaumont ; Jean Lefebvre de Laboulaye (mort pour la France) ; mort en 1905. ● Diplomate. Rédacteur au ministère des Affaires étrangères (1855) ; secrétaire d’ambassade à Bruxelles (1870) ; premier secrétaire d’ambassade à Berne (1873) ; premier secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg (1875) ; ministre plénipotentiaire à Lisbonne (1878) ; ambassadeur à Madrid (1885) ; ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg (1886-1891), il œuvra au raprochement franco-russe ; membre de la cour internationale permanente d’arbitrage de la Haye. Chevalier (1862), officier (1870), commandeur (1888) et grand officier ( ?) de la Légion d’honneur (pas de dossier dans la base Léonore). Paul Gerbod, « D’une révolution à l’autre… » ; Wikipédia, notice « Famille Lefebvre de Laboulaye ».

Lefeuvre Méaulle, Hyacinthe Aristide ● Né à Belleville-en-Saint-Hélier, Rennes (Ille-et-Vilaine) le 2 septembre 1863 [fils de Jean Marie Charles Lefeuvre (né en 1820), notaire à Rennes, et de Marie Josèphe Méaulle (née en 1827) ; petit-fils au maternel de Hyacinthe Charles Méaulle (né en 1795), avocat à la cour impériale de Rennes, ancien représentant à la Constituante, domicilié au Château Rouxère à Chatillon-en-Vandelais]. ● Licencié en droit et ancien élève de l’École des sciences politiques ; entré au service du ministère des Affaires étrangères comme attaché à la direction politique (27 décembre 1884) ; autorisé par jugement du tribunal civil de Rennes le 25 mai 1884 et décret du 27 novembre 1884 à ajouter le nom patronymique de Méaule et à s’appeler Lefeuvre Méaulle ; en poste au consulat de Kohé, Japon, (25 mars 1889) ; vice-consul archiviste à Saint-Pétersbourg (13 octobre 1890-24 juillet 1892) ; en poste au consulat de Chicago (24 juillet 1892) ; chancelier de 2e classe (17 mai 1893) ; attaché payé au cabinet du ministre (27 juin 1894) ; vice-consul à Bangkok (18 septembre 1895) ; vice-consul à Novorossisk, Caucase (5 novembre 1897-4 mars 1900) ; rédacteur au cabinet du ministre (3 mars 1901) ; consul de 2e classe (1er avril 1901) ; consul de France à Dublin (11 avril 1905) ; consul de première classe (6 février 1906) ; attaché commercial pour les pays du Levant (11 janvier 1909). ● Officier d’académie (27 janvier 1894) ; chevalier du Mérite agricole (2 août 1901) ; chevalier (4 juin 1902) et officier (15 mai 1910) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., 19800035/0358/48182. Annuaire diplomatique, 1898-1901.

Le Flô, Adolphe Charles Emmanuel ● Né à Lesneven (Finistère) le 2 novembre 1804 ; mort au château de Nec’hoat, à Ploujean (Morlaix, Finistère) le 16 novembre 1887. Ancien élève de l’école militaire de Saint-Cyr ; envoyé en Algérie ; colonel (1844), commandant le 32e régiment d’infanterie de ligne ; général de brigade (1848), commandant de la subdivision de Bône ; ministre plénipotentiaire en Russie (23 août 1848) ; élu député du Finistère à l’assemblée constituante (avril 1848) et à l’assemblée législative en mai 1849, nommé questeur ; orléaniste, opposé à Louis-Napoléon Bonaparte, banni, emprisonné à Vincennes et au fort de Ham ; expulsé de France, réfugié en Belgique, en Angleterre et à Jersey où il se noua d’amitié avec Victor Hugo ; autorisé à revenir en France en 1857 ; réintégré dans l’armée après la chute de l’Empire, réintégré dans l’armée et ministre de la Guerre (1870), démissionnaire en juin 1871 ; député du Finistère (1871-1876) ; ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg en 1871-1879, il travailla avec Alexandre II à neutraliser les ambitions de l’Allemagne ; remplacé à l’ambassade de Saint-Pétersbourg par Alfred Chanzy. ● Arch. nat., LH/1130/5 (Jean Eugène Gibert). Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 ; Jean-Yves Le Goff, Le général Adolphe Le Flo, Lesneven, 1804-Ploujean-Morlaix, 1887: promoteur de l’Alliance franco-russe, Ville de Lesneven, Musée du Léon, 1993 ;

Léger, Louis Paul Marie (1843-1923) ● Né à Toulouse (Haute-Garonne) le 13 janvier 1843 [fils de Henri Paul Léger, professeur au collège royal, et de Louise Élisa Bernaux] ; marié à Marie Adélaïde Alexandrine Bellet, dont André Léger, avocat à la cour d’appel ; Abel Léger ; mort à Paris le 30 avril 1923, obsèques civiles. ● Slaviste et linguiste. ● Après des études de lettres et de droit à Paris, il suivit les cours de Chodko ; il demanda en 1867, sans succès, à l’Instruction publique une mission pour étudier l’Exposition ethnographique de toutes les Russies, qui se tint à Moscou en 1867 ; il soutint ses deux thèses de doctorat sur « Cyrille et Méthode, étude historique sur la conversion des Slaves au christianisme » et « De Nestore rerum russicarum scriptore » (1868) ; il ouvrit avec l’appui du ministre Victor Duruy un cours libre de russe et de littératures slaves à la salle Gerson, annexe de la Sorbonne (1868) et obtint d’ouvrir un cours de russe à l’École des langues orientales (1874) ; premier professeur titulaire de la première chaire de russe à l’École des langues orientales ; premier titulaire de la chaire de langues et littératures slaves au Collège de France (1885) ; il donna des cours de russe à l’École libre des Sciences politiques (1877) et à l’École supérieure de guerre ; auteur en France de l’étude scientifique des langues et des littératures slaves, vice-président de la Société de linguistique de Paris. ● Il obtint une première mission en Russie pour effectuer des études d’histoire, d’ethnologie et d’archéologie slave en 1872 ; il arriva à Moscou le 6 juin 1872, noua énormément de contacts et devint un grand russophile ; délégué officiel du ministère pour les congrès archéologiques russes de Kiev (1874), il représenta à Moscou la France aux solennités en l’honneur de Pouchkine ou Puškin (1880) ; en mission à Odessa pour représenter la France au 6e congrès des archéologues russes (1884) et pour représenter la France aux fêtes de l’inauguration de la statue de Pouchkine (1881) ; conférencier de la « croisière » russe organisée par la Revue générale des Sciences (1897) ; représentant de la France à la solennité du centenaire de Gogol (1909) ; il compta de nombreux amis parmi les professeurs de l’université de Moscou comme Mihail Petrovic Pogodin et Fedor Ivanovic Buslaev et des écrivains comme Andrej Belyj ; il collabora pendant quarante années à la Revue du Ministère [russe] de l’Instruction publique. ● Auteur de : « Rapport sur une mission scientifique près le congrès archéologique de Kiev » (Archives des missions, 3e s.) ; Souvenirs d’un slavophile 1863-1897 (Paris, 1905) ; « Cours de Louis Léger, leçon d’ouverture au Collège de France » (Revue bleue politique et littéraire, 1885) ; Nouvelles études slaves histoire et littérature (1886) ; Russes et Slaves, études politiques et littéraires (Paris, Hachette, 1890) ; Le monde slave, études politiques et littéraires (Paris, Hachette, 1902) ; Moscou (1910) ; Nicolas Gogol (1913) ; Histoire de l’Autriche-Hongrie (1878) ; La mythologie slave (Moscou, coll. Les villes d’art célèbres, 1901) ; Souvenirs d’un slavophile (1906) ; également auteur de manuels : révision de la Grammaire russe de Reiff (1877) : Littérature russe (1892) ; Les racines de la langue russe, en collaboration avec l’un de ses élèves, le capitaine Bardonnaut (1890) ; Chrestomathie russe (1896). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. :, F/17/25832 (dossier de carrière) ; F/17/2983/A (dossier de mission), LH/1557/69 ; 20100053/43 (dossier de personnel aux Langues orientales). Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe ; Paul Boyer, « Louis Léger (13 janvier 1844-30 avril 1923) » ; Armelle Le Goff « Les missions scientifiques du ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe ». Notice Armelle Le Goff.

Le Goff, Paul Nicolas (1845 – mort après 1900) ● Né à Brest (Finistère) le 5 décembre 1845 [fils de François Marie Le Goff et de Aline Marie Anne Calvès] ; marié à Brest le 28 décembre 1868 avec Antoinette Augustine Petua ● Architecte. ● Dessinateur à la mairie de Brest lors de son mariage en 1868 ; nommé en 1877 architecte de la ville de Dole (décision jury du 24 février 1877), agréé comme architecte communal en en 1885 ; architecte à Dole (1886-1898). ● Il séjourna en Russie à partir de 1898 comme directeur des travaux dans l’entreprise Gaillot pour la construction des chalets de nécessité à Saint-Pétersbourg ; il résidait canal Catherine, n° 12, logement 46, à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/635. Notice Armelle Le Goff.

Legrand, Robert ● Banquier ; administrateur de la Banque russo-asiatique ; administrateur de la Société de bienfaisance française et de l’hôpital français de Saint-Pétersbourg ; demeurant à Saint-Pétersbourg au début du xxe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/576.

Legras, Jules Émile (1866-1939) ● Né à Passy (Yonne) le 25 mai 1866 [fils de Jean Antoine Legras, propriétaire, et d’Esther Élisabeth Goupillon] ; mort à Dijon (Côte-d’Or) le 12 mai 1939. ● Slaviste ; linguiste ● Études au lycée de Sens puis au lycée Louis Le Grand à Paris ; élève à l’École normale supérieure (1886-1889) ; en séjour à Berlin et agrégation d’allemand (1889-1890) ; professeur à la faculté de lettres de Bordeaux (1894) ; professeur de langue et de littérature russe à la faculté de lettres de Dijon (1897-1929) ; maître de conférence de langues et littératures étrangères à la Sorbonne (1929) ; professeur titulaire (1933) ; parti à la retraite en 1936. ● Envoyé par le ministère de l’Instruction publique pour une mission d’étude à Moscou, correspondant du Journal des débats (1892-1894) ; en mission pour l’Instruction publique en Sibérie pour des recherches ethnographiques et géographiques (1896-1898) ; de nouveau en visite en Sibérie comme correspondant du Temps ; mission d’études pour l’Instruction publique sur la colonisation russe en Asie (1901-1902) ; engagé dans l’armée comme volontaire et mobilisé comme officier-interprète (1915) ; envoyé en Russie en tant que conférencier militaire puis nommé lieutenant du 1er régiment, promu capitaine dans l’armée française mais détaché comme officier de 2e bureau à l’état-major du premier corps d’armée sibérien (1916-1918) ; avec l’installation du régime bolchevik, il intégra en août 1918 la mission du général Jamin en Sibérie et fut rapatrié par Mourmansk. ● Auteur de : En Sibérie (Paris, librairie Armand Colin, 1913) ; Mémoires de Russie (Paris, Payot et Cie, 1921) ; L’âme russe (Paris, Flammarion, 1934) ; il donna de nombreuses conférences et traduisit du russe en 1904 le livre de Koulomzine sur Le Transsibérien. ● Il rencontra Tchekhov et Tolstoï et se lia d’amitié avec H. Korolenko et L. Eisenmann. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/24516 (dossier de carrière) ; F/17/2983/A (1892) ; F/17/17275 (1896-1901, dossiers de mission) ; 19800035/733/83277. Georges Chabot « Jules Legras (1867-1939) » ; Pierre Pascal « Nécrologie ». Sophie Cœuré, La grande lueur à l’est. Les Français et l’Union soviétique 1917-1939 ; Olga Danilova, « Jules Legras et la polémique sur la colonisation à la fin du xixe siècle » ; Henri Moysset, « Jules Legras voyageur ; Armelle Le Goff « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe ». Notice Armelle Le Goff.

Leguillon, Théodore ● Né à Dracy (Yonne) en 1809 ; marié à A. Beaumier. ● Ingénieur civil ; bénéficiaire d’un passeport délivré à Paris le 30 juillet 1843 pour se rendre à Moscou. ● MAE, Nantes, 598PO/2/426.

Leissegues, père Louis ● Parti de France vers 1792, émigré ; arrivé en Russie vers 1804, il résida pendant seize ans en Russie ; professeur de théologie à l’Institut des Pères jésuites de Saint-Petersbourg (1804-1816), doyen de la faculté de théologie à Saint-Pétersbourg ; professeur de théologie à l’académie de Polostk (1816), doyen de la faculté de théologie à Polotsk ; de retour en France en 1820. ● MAE, Nantes, 598PO/2/647.

Le Jumeau de Kergaradec, comte Alexandre Camille Jules Marie (1841-1894) ● Né à Lorient (Morbihan) le 1er janvier 1841 [fils de Michel Charles Jules Le Jumeau de Kergaradec, comte de Kergaradec, et de Marie Anne Félicité de Montagnac de Chauvance] ; marié à Angers (Maine-et-Loire) le 1er octobre 1878 avec Henriette de Place dont : Sabine Le Jumeau de Kergaradec (1883-1914) ; Robert Le Jumeau de Kergaradec (1895-1966) ; mort à Berlin (Allemagne) le 2 octobre 1894. ● Officier de marine ; diplomate ● Nommé le 5 janvier 1891 consul général à Moscou. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : faire part de mariage AD/XXc/113, pièces 330,363 ; LH/1570/17(dossier de Légion d’honneur) ; MAE : Pers 1re série cartons n° 2212. Notice Armelle Le Goff.

Lekerissay, Léon René ● Directeur du Crédit Lyonnais à Saint-Pétersbourg (1854), demeurant 3e district, quartier Kazansky. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39.

Le Lieur de Ville-sur-Arce ● Probablement Léon Charles Le Lieur de Ville-sur-Arce (né en 1768 ; mort le 20 janvier 1820) [fils de Jean Louis Le Lieur (né le 13 février 1736), cheevalier, seigneur de Ville-sur-Arce, officier au régiment des grenadiers du roi, et de Charlotte Marguerite Julie Chapperon], officier d’artillerie, chevalier de la Légion d’honneur (LH/2788/156). ● Sous-commissaire à Kronstadt (1805-1809). ● Almanach national de la France, an XIII ; Almanach impérial, 1809. Geneanet, généalogie Guillaume de Wailly.

Lelong, Charles ● Médecin en chef de la forteresse et de l’hôpital militaire de Narva, cité en 1815 ; assesseur de collège. ● Chevalier de la Légion d’honneur (non répertorié dans la base Léonore) ; chevalier de Saint-Vladimir. ● MAE, Nantes, 598PO/2/191.

Le Marie, Louis François Marie ● Né à Concarneau (Finistère) le 28 août 1865 [fils d’Henri Le Marie et d’Élisa Marie Louise Sanoé] ; célibataire. ● Ingénieur civil. Il reçut l’autorisation du gouvernement français de voyager dans le Caucase pour un voyage d’agrément ou d’intérêts justifiés (1889-1891) ; délégué de la Société des huiles minérales de Colombes, engagé au comptoir Burkharsk à Bakou, Caucase. ● MAE, Nantes : 598PO/2/60, doss. 267 ; 598PO/2/77.

Lemme, Jules ● Marchand ; archéologue amateur. Marchand à Odessa de la 1re guilde, cité à partir de 1879 ; collectionneur d’antiquités, sa deuxième collection d’antiquités de Kertch fut achetée par le ministère de la Cour pour l’Ermitage en 1893. P. D. Tunkina, t. I, p. 649. Notes Édith Ybert.

Le Mouton de Boisdeffre, Raoul François Charles ● Né à Alençon (Orne) le 6 février 1839 [fils d’Adolphe Louis René Le Mouton de Boisdeffre (né le 11 novembre 1792 ; mort le 4 novembre 1851) et de Pierre Louise Bauny de Récy (1806-1886), mariés à Alençon le 2 juillet 1827] ; marié à Paris le 1er juin 1872 à Anne Élisabeth Marie de Lalain-Chomel (1849-1887) [fille de Léon de Lalain-Chomel (1812-1872) et d’Adélaïde Euphrasie Chomel (1820-1856)], dont Marie Le Mouton de Boisdeffre (1875-1945), et (2) à Paris le 26 décembre 1888 à Marie Anne élisabeth Chalvet (1863-1944), dont il eut : Madeleine Le Mouton de Boisdeffre (1891-1933) ; Françoise Le Mouton de Boisdeffre (1892-1988) ; Germaine Le Mouton de Boisdeffre (1895-1978) et Lucienne Le Mouton de Boisdeffre (1897-1985) ; mort à Paris, 5, quai Voltaire, le 24 août 1919. ● Militaire, diplomate. Engagé volontaire (29 octobre 1858) ; élève (5 novembre 1858), élève de 1re classe (7 avril 1859), et sergent fourrier (1er novembre 1859) à l’École spéciale militaire ; sous-lieutenant (1er octobre 1860) ; capitaine de 2e classe (12 août 1866) ; chef d’escadron à titre provisoire (25 décembre 1870) ; chef d’escadron à titre définitif (11 janvier 1871) ; lieutenant-colonel (18 juillet 1878) ; attaché (11 mars 1879), puis 1er attaché (mars 1880) à l’ambassade de France en Russie, auprès du général Chanzy, ambassadeur de France en Russie ; il se lia en Russie avec le général Nicolas Obroutchev ; commandeur de l’ordre de Sainte-Anne (1881) ; général de brigade (1887) représentant la France aux grandes manœuvres impériales russes (1890, 1892) ; conseiller d’État en service extraordinaire d’armée (19 novembre 1891) ; signataire le 17 août 1892 avec le général Obroutchev l’accord militaire qui donna naissance à l’Alliance franco-russe (17 août 1792) ; colonel (9 juillet 1882) ; ambassadeur extraordinaire de la France aux obsèques d’Alexandre III (1894) ; ambassadeur extraordinaire au couronnement de Nicolas II (1896) ; général de division, chef d’état-major général de l’armée (1896) ; démissionnaire à la suite de l’affaire Dreyfus (2 septembre 1898). Croix de l’ordre de Saint Alexandre Nevski (1896) ; chevalier (2 juin 1870), officier (24 juin 1886), commandeur (5 juillet 1893) et grand officier (10 juillet 1896) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH/1585/31. SHD (Service historique de la défense). « Notes et observations recueillies dans un voyage d’études à l’intérieur de la Russie »  ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 194-212 ; DAT, 7N1468.

Lenglet, Armand Honoré ● Né à Paris le 1er octobre 1813 ; mort l 24 mars 1889. Consul à Livrpool en 1866 ; consul général à Moscou (3 février 1869-4 mai 1870) ; consul général à Londres en 1879. ●Chevalier (26 décembre 1855), officier (14 août 1866) et commandeur (14 janvier 1879) de la Légion d’honneur. ●Arch. nat., LH/1587/34 ; Annuaire diplomatique, 1879-1881 ; MAE, Pers. 1re série, cartons, n° 2574.

Lenoir ● Chancelier au consulat de Moscou (1858-1873). ● Annuaire diplomatique, 1858-1873.

Léouzon Leduc, Louis Antoine (1815-1889) ● Né à Dijon (Côte-d’Or) le 10 décembre 1815 ; marié le 30 avril 1843 à Laure Alménaïde Caroline Noblet, dont au moins un fils (né en 1860) ; mort à Paris le 22 octobre 1889. ● Historien ; spécialiste du monde scandinave et de la Russie. ● Il voyagea à Saint-Pétersbourg en 1840 « pour le plaisir » ; devenu précepteur des enfants d’un comte suédois à Helsinski (1842), il apprit le finnois et le suédois ; il fut le premier traducteur en France du Kalevala l’épopée nationale finlandaise qu’il publia sous le titre La Finlande (1845) ; il fut chargé par le ministre Guizot de choisir, en Finlande, le porphyre rouge destiné au tombeau de Napoléon Ier (1846). Il obtint plusieurs missions de l’Instruction publique pour rechercher et transcrire les documents relatifs à l’histoire de la Russie et de la Finlande (1846-1850) ● On trouve plusieurs rapports dans son dossier de mission : « Rapport sur les lettres de Mazarin et de Richelieu conservées à la bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg » (1847) ; « Rapport sur les manuscrits concernant l’histoire de France (bibliothèque de Saint-Pétersbourg) » (1847) ; « Rapport publié sur les lettres relatives à la politique extérieure d’Henri IV, sur les papiers de Voltaire (bibliothèque de Saint-Pétersbourg) » ; Études sur la Russie et le Nord de l’Europe, récits et souvenirs (Paris, Amyot, 1853). ● Arch. nat., F/17/2984/A. Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française. Notice Armelle Le Goff.

Le Peletier d’Aunay, comte Charles Marie Stephen ● Né au château d’Aunay, à Aunay-en-Bazois (Nièvre) le 4 octobre 1840 [fils de Charles Marie Victurnien Le Peletier, comte d’Aunay, et de Marie Amable Antonie de Rouen de Bermonville ; petit-fils au paternel de Louis Étienne Hector Le Peletier, comte d’Aunay (né en 1777) et au maternel de Marie Joseph de Rouen de Bermonville (né en 1780)] ; marié à Sarita Kimball-Berdan ; mort à Aunay-en-Bazois (Nièvre) le 9 octobre 1918. ●Diplomate ; secrétaire d’ambassade de 3e classe en 1870 ; secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg (1872-1877) ; envoyé extaordinaire et ministre plénipotentiaire de la République française à Stockholm en 1885. Sénateur lors de son décès en 1918. ●Chevalier (6 août 1870) et officier (16 novembre 1885) de la Légion d’honneur. ●Arch. nat., L1594063 ; MAE, La Courneuve, PA/AP 5. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 48

Lepicard, Louis Édouard (1868-1899) ● Né à Rouen (Seine-Maritime) le 20 septembre 1868 [fils de Jules Antoine et de Marie Emma Gauvry] ; marié à Paris le 9 novembre 1899 avec Louise Honorine Savoye ; mort en décembre 1899 ● Employé industriel engagé conditionnel au 74e régiment d’infanterie de ligne et réformé par congé. ● Il obtint l’autorisation du gouvernement français de s’établir à Batoum dans le Caucase et arriva par Tiflis ; agent industriel à Batoum chez Monsieur Boulfroy (avril 1889). ● MAE, Nantes, 598PO/2/77. Notice Armelle Le Goff.

L’Eplattenier, Jules Louis Alfred ● Fils d’Alfred L’Eplattenier, un des gérants de la maison Claude-Josef Bonnet ; marié à Juliette Adèle Rebotier, dont Alfred L’Eplattenier (né à Moscou en 1913 ; mort à Grandris, Rhône, en 1920). Protestant. ● Industriel (secteur textile). Attesté en Russie des années 1880 à 1920 ; domicilié Bolchaya Yakimanka, maison de Staršinov, à Moscou ; employé de la manufacture des soieries Simonod et Cie à Moscou, dont il devint à partir de 1907 actionnaire et l’un de gérants de la société ; en 1913, il possédait 200 actions de la société Simonod et Cie (200 000 roubles), son père Alfred L’Eplattenier 690 actions (690 000 roubles) et son frère Paul L’Eplattenier 10 actions (10 000 roubles). ● Archives historiques de Moscou, F. 349, op. 1, d. 160, fol. 1-3. Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Armelle Le Goff et Olga Melnichenko.

L’Eplattenier, Paul ● Fils d’Alfred L’Eplattenier, un des gérants de la maison Claude-Josef Bonnet. Protestant. ● Actionnaire de la société Simonod et Cie (10 actions à 1000 roubles chacune). Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». ● Notice Olga Melnichenko.

Le Play, Pierre Guillaume Frédéric ● Né à Honfleur (Calvados) le 11 mai 1806 ; mort à Paris le 13 mai 1882. ● Ingénieur des mines, explorateur, économiste et sociologue. Ancien élève de l’École polytechnique (X 1825) ; professeur à l’École des mines, spécialiste de la métallurgie ; organisateur des expositions universelles de Paris en 1855 et 1867 ; il obtint des passeports pour trois voyages 1837 en Crimée, à la demande du prince Anatoli Demidov, pour organiser la partie scientifique de son expédition, et en Oural en 1844 et 1853, où il géra les usines Demidov et organisa la prospection des terrains houillers du Donetz. Pendant son expédition scientifique en Ukraine et en Crimée, il parcourut l’Oural où il étudia les procédés d’extraction des minerais et de préparation des métaux, et réorganisa les mines et les aciéries. Il fut l’auteur d’enquêtes sur les ouvriers et les populations de l’Oural, publiées en 1855 dans Les ouvriers européens. Il fut à l’origine d’expériences multiples dans les domaines des mines et de la métallurgie et en matière d’études sociales dans l’Oural avec l’ingénieur russe Péretz ; à Saint Pétersbourg, il côtoya le comte Grégoire Alexandrovitch Strogonov. Sénateur de l’Empire en 1867. ● Son fils publia en 1899 sa correspondance dans les Voyages en Europe de 1829 à 1854. ● Grand officier de la Légion d’honneur (30 juin 1867). ● Arch. nat., LH/1598/2. Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française, p. 97-100 ; Dimitri et Irina Gouzévitch ; Anatoli Nicolaïevitch, Demidov, Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie, exécuté en 1837, sous la direction de M. Anatole de Demidoff, par M. M. de Sainson, Le Play, Huot, Raffet, Rousseau, de Nordman et du Ponceau.

Lerouge, Charles Sylvain ● Né en 1825. ● Entrepreneur de travaux publics, il reçut un passeport établi le 21 août 1858 ; cité en mars-avril 1859 à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/5.

Leroy, Charles ● Valet de chambre de l’ambassadeur français, le comte de Lauriston ; déporté en Sibérie après la déclaration de guerre de la France à la Russie, arrivé et emprisonné à Irkoutsk en octobre 1812 ; libéré le 12 décembre 1814, conduit à la frontière russe par Biélostok. ● Arch. nat., F1d IV F1, « Mémoire succinct sur la mission en Russie de quatre ingénieurs français Fabre, Bazaine, Potier et Destrem ».

Leroy, Louis Alexandre (1856- ?) ● Né à Seraincourt (Val-d’Oise) le 27 février 1856. ● Comptable ● Présent comme comptable aux mines de Kioutek puis à Petrosk, Daghevta) (1883-1884), parti en Russie avec un passeport délivré à Paris le 28 décembre 1889. ● MAE, Nantes, 598PO/2/63, doss. 164.

Leroy-Beaulieu, Anatole Henri Jean-Baptiste (1842-1912) ● Né à Lisieux (Eure), 2, boulevard de Pont-Lévesque, le 12 février 1842 [fils de Pierre Leroy-Beaulieu (1798-1859), procureur du roi, avocat, maire de Lisieux et préfet, et de Marguerite Laurence Sainte-Chapelle Boudard (née en 1815), mariés à Lisieux le 13 décembre 1840 ; petit-fils au maternel de Pascal Fromage devenu Sainte-Chapelle en 1819] ; marié à Paris le 20 juillet 1870 avec Amélie Dailly dont : Anne Leroy-Beaulieu (1872-1924) ; Adélaïde Leroy-Beaulieu (1873-1904) ; Sophie Leroy-Beaulieu (1876-1962) ; mort à Paris, 27, rue Saint-Guillaume, le 15 juin 1912. ● Historien et sociologue. ● Études au lycée Bonaparte (Condorcet) à Paris ; élu en 1881 professeur d’histoire contemporaine et des affaires d’Orient à l’École libre des sciences politiques (1880-1910). ● Envoyé en Russie à partir de 1872 par François Buloz, le fondateur de la Revue des Deux Mondes, il y effectua plusieurs voyages afin de rassembler des documents sur l’organisation politique et économique des nations slaves qui firent l’objet d’une série d’articles de 1882 à 1889. ● Auteur de : L’Empire des tsars et les Russes (Paris, Hachette, 1881-1889) ; Un Homme d’État russe (Nicolas Milutine) d’après sa correspondance inédite ; étude sur la Russie et la Pologne pendant le règne d’Alexandre II (1855-1872) (Paris, Hachette, 1884) ; La France, la Russie et l’Europe (Paris, Calmann Lévy, 1888) ; Études russes et européennes (Paris, Lévy, 1897). Chevalier (29 décembre 1896) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1610/14 ; Archives de la Fédération de Russie. Charles Corbet, l’opinion française face à l’inconnue russe. Notice Armelle Le Goff.

Lesseps, Jean-Baptiste Barthélemy de ● Né à Sète (Hérault) le 27 janvier 1766 [fils du consul Martin de Lesseps (né à Bayonne, Pyrénées-Atlantiques, le 17 octobre 1730 ; mort à Saint-Nom-La-Bretèche, Yvelines, le 19 septembre 1807) et d’Anne Caysergues, mariés à Carthagène le 17 juin 1757] ; marié à Lisbonne le 16 septembre 1793 à Rose Catherine Cécile Ruffin [fille de Pierre Jean Marie Ruffin (né à Salonique le 17 août 1742 ; mort à Constantinople le 19 janvier 1824), chargé d’affaires à Constantinople, et de Françoise Stephanelli] ; il en eut douze enfants parmi lesquels : Aimée de Lesseps (née en 1794), mariée en 1822 à Pierre Geoffrois-Blanchet, consul de France à Barcelone ; Fortunée de Lesseps (1798-1845), mariée le 18-20 janvier 1820 à Charles de Lagau (né à Hambourg le 14 juillet 1796), consul général, chargé d’affaires à Tunis ; Eugénie Françoise Virginie de Lesseps (née au Palais de France à Péra, Constantinople, le 3 août 1696 ; morte dans une maison de Péra où était détenue sa famille le 23 juin 1800) ; Marie Fortunée de Lesseps (née à Constantinople le 12 novembre 1798) ; André Étienne Pierre Désiré de Lesseps (né à Constantinople le 27 juin 1800 ; mort le 3 novembre 1800) ; Louise Virginie de Lesseps (née à Marseille, au lazaret, le 30 novembre 1801 ; morte en 1876), mariée en premières noces à Joseph Gauthier et en secondes noces à Julien Le Cresne (ou Lecresne), banquier à Lisbonne ; Charles Pascal de Lesseps (né en 1807), commissaire du roi près la municipalité d’Oran en Algérie ; Hortense Maximilienne de Lesseps (née en 1809), mariée en 1829 à Antoine Aimé Blachette de Lachaud, payeur du département de Montauban ; Céleste de Lesseps (née en 1810) ; Julienne de Lesseps (née en 1812), mariée en 1846 à Hippolyte Douger ; Edmond Prosper de Lesseps (1815-1868) ; Jean de Lesseps, banquier à Paris. Barthélemy de Lesseps mourut à Lisbonne le 6 avril 1834. Frère du consul Mathieu Maximilien Prosper de Lesseps (1774-1832) et oncle du consul Ferdinand Marie de Lesseps (1805-1894), l’auteur du percement du canal de Suez. ● Consul et diplomate. Barthélemy de Lesseps parlait couramment à douze ans le russe, l’allemand, l’espagnol et le français. Il fit ses études au collège de Versailles de 1778 à 1782 puis fut chargé en 1783, à l’âge de seize ans, du vice-consulat de France à Kronstadt, près de Saint-Pétersbourg, sans recevoir d’appointements. Son père l’envoya porter des dépêches à Versailles à la fin de l’hiver 1784-1785 et il croisa en chemin à Riga le comte de Ségur qui allait prendre son poste à Saint-Pétersbourg. Il se trouvait ainsi à Versailles lors de l’organisation de l’expédition La Pérouse et y fut engagé (avec l’octroi d’un traitement de vice-consul et, en plus, la promesse de lui donner la succession de son père, afin d’obtenir le consentement de ce dernier). L’impératrice Catherine II donna l’ordre d’accueillir l’expé­dition au cas où elle accosterait sur les côtes de l’empire de Russie. Barthélemy de Lesseps fut donc embarqué en qualité d’interprète de langue russe le 1er août 1785. Au bout de vingt-six mois de navigation, on le chargea de porter en France les dépêches, journaux, cartes et dessins, « seuls fruits sauvés de l’expédition ». Il accomplit le voyage par terre « à travers des déserts glacés où il a été exposé à des périls et des souffrances continuelles ». Il Il quitta ses compagnons « dans le port d’Avatscha, ou Saint-Pierre et Saint-Paul, à l’extrémité méridionale de la presqu’île du Kamtchatka. Le 29 [septembre 1787], j’eus l’ordre de quitter l’Astrolabe ; le même jour, M. le comte de La Pérouse me remit ses dépêches et ses instructions ». Le jeune traducteur devenant moins utile pour la suite de l’expédition, le comte de La Pérouse devait estimer qu’un homme seul traverserait plus vite la Russie par voie de terre. Par prudence sans doute les documents et comptes rendus de l’expédition ne lui furent pas tous confiés. L’extraordinaire mission de Barthélemy de Lesseps est bien connue grâce au Journal historique du voyage de M. de Lesseps, consul de France, employé dans l’expédition de M. le comte de La Pérouse, en qualité d’interprète du roi ; depuis l’instant où il a quitté les frégates françoises au port de Saint-Pierre et Saint-Paul du Kamtschatka jusqu’à son arrivée en France le 17 octobre 1788 (Paris, Imprimerie royale, 1790, 2 vol. in-8°). Son Journal historique fut traduit et publié en allemand, à Riga et Leipzig, en 1791 (Svodny katalog knig na inostrannykh iazykakh, t. II, no 1719). Barthélemy de Lesseps voulait gagner la France au plus vite et exécuter à la lettre les ordres de La Pérouse : « Enfin je revis ma patrie, et le 17 octobre à trois heures après-midi, j’arrivai à Versailles ». Il reçut « l’honneur d’être présenté le même jour à Sa Majesté, qui daigna m’interroger sur diverses circonstances relatives à mon voyage, me témoigner le désir d’en connoître les détails ». À la suite de cet entretien, Lesseps fut nommé consul à Kronstadt (il en portait déjà le titre de vice-consul). Barthélemy de Lesseps resta en France jusqu’en 1792, fut pressenti pour le consulat de Saint-Pétersbourg dès le 24 septembre 1792, y fut nommé par provisions du 7 janvier 1793, avec des appointements de 17 000 lt, mais ne put rejoindre son poste. Après un séjour à Lisbonne où il se maria, Barthélemy de Lesseps revint à Marseille, qu’il quitta avec sa famille en septembre 1794 pour se rendre à Constantinople où ils arrivèrent début juillet 1795 ; en 1796, Barthélemy de Lesseps retourna en France chargé par le représentant de la France Verninac, à la demande du capitan pacha, d’obtenir des ingénieurs et des ouvriers capables de construire un bassin à Constantinople ; il partit sur une goélette turque le 15 janvier 1796 et revint à Constantinople après avoir accompli sa mission, le 28 mars 1797 ; témoin le 6 octobre 1797 au mariage de Georges Constantin Fleurat et d’Anne Péry ; incarcéré avec toute sa famille en 1798 et son beau-père Pierre Ruffin au château des Sept-Tours lors de l’expédition d’Égypte ; l’un des douze commissaires chargés de faire respecter l’ordre dans une maison proche du Palais de France à Péra, transformée en prison, et libéré le 9 octobre 1801. Le 13 ventôse an X (8 mars 1802), il fut nommé par Bonaparte commissaire général des relations commerciales et chargé d’affaires à Saint-Pétersbourg ; il resta en place jusqu’au 6 janvier 1807 où il fut expulsé en raison de la rupture des relations diplomatiques entre la France et la Russie, puis reprit ses fonctions du 2 août 1807 au 8 juin 1812 ; intendant de Moscou pendant son occupation par les troupes napoléoniennes jusqu’au 23 octobre 1812, notamment chargé de l’organisation d’une municipalité provisoire et d’une police : consul général à Lisbonne (1814), avec des appointements annuels de 20 000 F, il reçut l’ordre de rejoindre son poste en juillet 1815, devint chargé d’affaires en 1816 et resta en fonctions jusqu’à sa mort en 1834. ● Anne Mézin et Catherine Vigne, Les Français à Constantinople…, p. 455-456 ; Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski, vol. 2, p. 528-531.

Lestrelin, Achille ● Marié en 1840 à l’actrice Nymphodora Semionovna Semenox ; mort en 1864. ● Poète, auteur dramatique et romancie. Prisonnier en 1812, il resta à à Moscou, il fut employé à la rédaction du Bulletin du Nord ; revenu à Paris après 1840. Vice-président de l’Union des poètes. ● Auteur de : Les Moscovites ou Olessia. (1837) ; Les paysans russes : leurs usages, mœurs, caractère, religion, superstitions et les droits des nobles sur leurs serfs (Paris, Dentu, 1861, 190 p.). ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 205, 206.

Letaro, Aristide ● Né à Pleyben (Finistère) en 1829. ● Entrepreneur d’études, employé pour le chemin de fer allant en Belgique, Prusse et Vilna (Russie) ; bénéficiaire d’un passeport délivré à Paris le 19 mai 1857, demeurant à Paris, 24, rue du Dragon. ● MAE, Nantes, 598PO/2/218.

Leuchtenberg, voir Beauharnais

Levat, Édouard Paul Antoine David ● Né en Arles (Bouches-du-Rhône) le 26 mai 1855 ; marié à Juliette Daamen. ● Ingénieur civil des mines. Ancien élève de l’École polytechnique (X 1875) ; diplômé de l’École des mines (1877) ; membre du Conseil supérieur des colonies ; spécialiste de la prospection des mines ; envoyé en mission en 1896 en Sibérie orientale pour chercher des gisements d’or, il traversa la Sibérie et participa à la construction de la voie du Transsibérien ; de retour en Sibérie en 1898 ; passé en 1902 au Turkestan, il y mena un travail d’exploration et de prospection mais n’obtint pas l’autorisation d’y monter une société. ● MAE, Nantes, 598PO/2/50. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 391.

Levecque, Louis Clément ● Né à Lombres (Pas-de-Calais) le 5 juillet 1816 ; marié à Marie Dorat Deidol, veuve Herbert. ● Ingénieur mécanicien à Tiflis au xixe siècle.. ● MAE, Nantes, 598PO/2/49.

Levino, Jules ● Chancelier du consulat de Moscou (1863-1872). ● MAE, Nantes, 598PO/2/635. Annuaire diplomatique, 1863-1872.

Lévy, voir Calman-Lévy

L’Huilier, Léonce ● Né en 1805 ; mort en 1862. ● Interprète à la quarantaine de Kertch (1822) ; curateur du commerce avec les Tcherkesses et les Abazins dans le cadre de la mission donnée à Skassi d’organiser le commerce avec ces peuples (1824) ; membre de l’état-major de la région du Caucase, chargé de missions spéciales auprés de l’administration de Kertch-Enikale (1832) ; chargé de missions spéciales auprès du chef de la ligne défensive de la mer Noire (1843) ; directeur du service des douanes et de la quarantaine à Poti (1861) ; membre du département caucasien de la Société impériale russe de géographie (1852). ● Auteur de : Dictionnaire russe-tcherkesse ou adyghé avec une brève grammaire de cette langue, approuvé par l’Académie impériale (Odessa, 1846). ● CGVIA, fond I, chancellerie du ministère de la Guerre : del. 20249, p.9-20 ; del.14118. M. O. Kosven, « Matériaux pour l’histoire de l’ethnographie du Caucase dans la science russe », I, 1955, p. 360-361, II, 1958, p.219. Notes Édith Ybert.

Libessart, Charles de ● Consul à Riga (1816-1825). ● MAE, La Courneuve, Pers 1re série, cartons n° 2616. Almanach royal, 1816-1823.

Liège, Georges François ● Né à Limours (Essonne) le 1er juin 1824 ; marié. ● Ingénieur ; attesté en 1891 à Novorossisk (Caucase). ● MAE, Nantes, 598PO/2/60, doss. 264.

Liévin, Auguste Antonin ● Ingénieur des arts et manufactures ; attesté en 1912-1913 à Novorossisk, sous-directeur de la compagnie franco-russe des ciments de Guelendjik. ● MAE, Nantes : 598PO/2/79 ; 598PO/2/109.

Lignels ● Agent consulaire à Hangö en 1900. ● Annuaire diplomatique, 1900.

Linder ● Directeur général de la Société des forges et aciéries du Donetz à Droujkowka à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Liphart, Charles Ernest ● Né à Saint-Pétersbourg le 18 janvier 1837, baptisé en l’église réformée de Saint-Pétersbourg [fils d’Ernest Liphart, professeur de musique, et d’Elizabeth Saigel] ; marié à Saint-Pétersbourg à Caroline Stener ; mort à Paris le 8 mars 1878. ● Chancelier au consulat de France à Moscou (2 février 1873-1876). ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, cartons n° 2631. Annuaire diplomatique, 1873-1876.

Livio, Georges ● Né à Saint-Pétersbourg le 5/17 mars 1819 [fils d’Étienne François, chevalier Livio (né à Strasbourg, Haut-Rhin, le 20 octobre 1789 ; lort à Antony, Hauts-de-Seine, le 24 janvier 1880, banquier à SaintPétersbourg, t de Charlotte Cazalet (née à Saint-Pétersbourg en 1796 ; morte en 1839), mariés à Saint-Pétersbourg en 1816] ; marié à Villeneuve-sur-Yonne (Yonne) le 18 septembre 1854 à Marie Lecointe de Lavau (née à Moscou le 17 novembre 1834 ; morte à Paris, VIIe arrondissement, le 28 novembre 1905) [fille de Georges Étienne Lecointe de Lavau (1783-1846) et de Louise Augustine Cabot d’Épreville (1796-1872)], dont : René Livio (1855-1931), dont descendance ; Marguerite Livio (1863-1938), Madame Henri du Fayet de La Tour ; mort à Antony (Hauts-de-Seine) le 16 août 1899. ● Consul à Brême (1855) ; consul à Moscou (1856-1857) ; consul à Dublin (1868) ; consul à Amsterdam. Chevalier (14 août 1855) et officier (15 août 1868) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1647/3 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 2635. Almanach impérial, 1856 ; Base collaborative Pierfit. Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, p. 543.

Lobel, Alexandre de ● Marié. ● Ingénieur de la marine, membre du corps des architectes navals à Sébastopol au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/369.

Longuère, Gustave ● Né à Angers (Maine-et-Loire) en 1831. ● Ingénieur mécanicien ; bénéficiaire d’un passeport délivré à Lure le 2 août 1861 pour se rendre en Russie. ● MAE, Nantes, 598PO/2/426.

Longuy, Louis de ● Ingénieur, engagé sur le chantier du pont Troïtski à Saint-Pétersbourg en 1897-1903 ; demeurant 11, Malaïa Dvorianskaïa à Saint-Pétersbourg. ● Archive Historique d’État de Russie ; MAE, Nantes, 598PO/2/360 ; Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg. Notes Tatiana Morozova.

Lopez de Puifferas, demoiselle ● Artiste dramatique au théâtre impérial français de Saint-Pétersbourg au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/639. 

Lorey, Louis Marie Gustave (1845- ?) ● Né à Bouilly (Aube) le 15 août 1845 [fils de Louis Armand Félix Lorey, greffier de la justice de paix, et d’Angélique Peubrat]. ● Médecin des Affaires étrangères. ● Externe des hôpitaux et hospices civils de Paris (1867-1870) ; interne en médecine des hôpitaux de Paris (1870-1874) ; docteur en médecine de la faculté de Paris avec une thèse intitulée « Des vomissements de sang supplémentaires des règles, et pathogénie des hémorragies supplémentaires du flux menstruel en général » (1875) ; membre de la Société anatomique ; médaille de bronze de l’Assistance publique. ● Il fut envoyé en mission pendant l’exposition de Moscou pour étudier l’hygiène et l’alimentation des enfants dans les asiles ou les écoles maternelles de Moscou et l’organisation de l’hospice des enfants trouvés de cette ville (1891) ; son rapport fut récompensé et primé par l’Académie de médecine. ● Auteur de : L’Hospice des enfants trouvés de Moscou (“vosspitatelnidôm”). Rapport adressé à M. le ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts (Paris, Librairies-imprimeries réunies, 1892, 43 p.). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/2985/B, dossier de mission ; LH/1659/17. Notice Armelle Le Goff.

Louis, Georges ● Né à Épernay (Marne) le 21 mars 1847 [fils de Pierre Philippe Louis (né en 1813), avoué près le tribunal civil de première instance d’Épernay, et de Jeanne Constance Aimée Blanchin (née en 1823)] ; mort à Paris, 6, rue de Tournon, le 7 avril 1917 ; demi-frère de Pierre Félix Louis, dit Pierre Louÿs, avec qui il entretint une correspondance pendant une trentaine d’années. ● Diplomate. Entré au ministère des Affaires étrangères ; secrétaire du comité de législation étrangère (1877-1880) ; chef de cabinet du sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1880) ; sous-directeur (1881) ; dit consul général, sous-directeur au ministère des Affaires étrangères en 1891 ; ministre plénipotentiaire (1893) ; délégué de France à la commission de la dette publique en Égypte (1893-1902) ; sous-directeur à la direction des affaires commerciales et consulaires, directeur des consulats (1902-1904) ; ministre plénipotentiaire de 1re classe, directeur des affaires politiques et des protectorats au ministère des Affaires étrangères (1904-1907) ; conseiller d’État au service extraordinaire (1904) ; directeur des affaires politiques et commerciales (1908) ; ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg (1909-1913). ● Chevalier (11 juillet 1883), officier (20 décembre 1891), commandeur (13 juillet 1904), grand officier (4 août 1907) et grand-croix (9 juin 1913) de la Légion d’honneur. Les Carnets de Georges Louis (Paris, F. Rieder, 1926). ● Arch. nat., LH/1665/3 ; MAE, La Courneuve, PA/AP 188 ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 77.

Louzgin, de ● Conseiller titulaire à Saint-Pétersbourg, il proposa en 1831 des remèdes et préservations contre le choléra. ● MAE, Nantes, 598PO/2/2, doss. 22. 

Lumian, voir Prévost de Lumian

Lunel, Henri ● Agent consulaire à Kertch (1895). ● Annuaire diplomatique, 1895.

Lyon, Jules Jean-Baptiste Antoine ● Né à Lyon (Rhône) le 21 décembre 1834 ; marié. ● Ingénieur, attesté en 1891 à Novorossisk (Caucase). ● MAE, Nantes, 598PO/2/60, doss. 264. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search