M

Macé, Achille ● Né à Soligny-la-Trappe (Orne). ● Médecin à Moscou, bénéficiaire d’un passeport du 2 juin 1851 pour quitter la Russie où il se trouvait depuis 1849. ● MAE, Nantes, 598PO/2/188, doss. 3876. 

Macquart, abbé Jean Nicolas ● Né en 1752 ; mort en 1831. ● Prêtre catholique ; aumônier et professeur de philosophie aux lycées de Reims ; émigré, precepteur du prince Volkonski, il prit la direction de l’établissement fondé à Saint-Pétersbourg par l’abbé Nicolle lorsque ce dernier partit à Odessa. ● Paul Gerbod, « D’une révolution à l’autre : les Français en Russie de 1789 à 1917 », p. 605-620. 

Macqueron ● Agent consulaire à Nijni-Novgorod (1899-1900). ● Annuaire diplomatique, 1899-1900.

Maiffredy ● Vice-consul à Riga en 1830. ● Annuaire royal, 1830.

Maillet, Henri ● Né à Paris le 11 mai 1868. ● Ingénieur dans l’entreprise française Allard, cité en 1917, Dollfus et Wiriot, responsable de la construction des tunnels sur la ligne de chelin de fer de la mer Noire à Soukhoum (Caucase). ● MAE, Nantes, 598PO/2/101.

Mailly-Chalon, Humbert Andrien, comte de ● Né à Paris le 23 octobre 1853 [fils d’Anselme Antoine René de Mailly d’Haucourt, comte de Chalon (1827-1870) et de Valérie Renée de Maupeou (1829-1887)] ; marié en août 1886 à Marie Jeanne Augustine Renée de Morell, dont Élisabeth de Mailly-Chalon (1891-1952) ; mort à Fontaine-Chaalis (Oise) le 19 février 1921. ● Explorateur. En voyage et chasse avec Benoist-Méchin en Asie Centrale et Sibérie en 1880-1883. ● Notes Armelle Le Goff. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 281.

Maison, Nicolas Joseph, marquis et maréchal ● Né à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) le 19 décembre 1771 [fils de Joseph Maison, bourgeois, et de Marie Geneviève Guiard ; petit-fils au maternel de Thomas Guiard (mort avant 171) et de Marie Marguerite Montigny] ; marié à Madeleine Weydold, dont trois fils (parmi lesquels Eugène, vicomte Maison (1806-1885), maître de requêtes au conseil d’État, dont postérité), et une fille ; mort à Paris le 13 février 1840, inhumé au Père-Lachaise ; son nom est gravé sous l’Arc-de-Triomphe. ● Général de la Révolution ; maréchal (Charles X) ; ministre, diplomate. Engagé dans la garde nationale d’Épinay-sur-Seine en 1791, puis passé aux volontaires de Paris et dans l’armée ; capitaine (1er août 1792) ; général de brigade (10 février 1806) ; général de division (21 août 1812), il fit la campagne de Russie ; rallié aux Bourbons en 1814, fidèle pendant les Cent-Jours ; commandant du corps expéditionnaire en Morée (1828-1829) ; maréchal de France (22 février 1829), il reçut la mission d’accompagner Charles X à Chebourg après son abdication ; rallié à Louis-Philippe ; ministre des Affaires étrangères (2-17 novembre 1830) ; ambassadeur à Vienne (4 novembre 1830) ; ambassadeur en Russie (1833) ; ministre de la Guerre (30 avril 1835-6 septembre 1836) ; retiré de la vie publique. ● Baron de l’Empire (2 juillet 1808) ; comte de l’Empire (14 août 1813) ; pair de France (4 juin 1817) et marquis (31 juillet 1817). ● Chevalier (5 février 1804), officier 14 juin 1804), commandeur (22 novembre 1808), grand officier (28 septembre 1813) et grand-croix (22 juillet 1814) de la Légion d’honneur ; grand-croix de Saint-Louis (30 sepembre 1818). ● Arch. nat., LH/1698/41. Benoit Yvert, Dictionnaire des ministres (1789-1989), p. 156 ; Dictionnaire des ministres des Affaires étrangères, 1589-2004, p. 289-291.

Maisonnier ● Chimiste. ● Préparateur chimiste de la société Brocard et Cie à Moscou à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439. 

Maistre, Joseph de ● Né à Chambéry (Savoie) le 1er mai 1753 ; père d’un fils, officier des chevaliers-gardes d’Alexandre Ier ; mort à Turin (Italie) le 26 février 1821 ; frère de Xavier de Maistre. Magistrat, homme politique sarde et écrivain français ; en résidence entre 1802 et 1817 en Russie, envoyé par le roi de Sardaigne comme ambassadeur à Saint-Pétersbourg. ● Auteur de : Les soirées de Saint-Pétersbourg (1821). ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 102-108. 

Maistre, Xavier de ● Né à Chambéry (Savoie) en 1764 ; marié en 1817 à Sophie Zapriajskaïa, apparentée aux Stroganov (sœur de la belle-sœur de Pouchkine) ; mort à Saint-Pétersbourg en 1852 ; frère de Joseph de Maistre. ● Militaire. Venu en Russie avec son frère avec son frère en 1802 ; capitaine de l’armée russe, il servit dans l’armée de Souvorov ; il prit part à la guerre contre Napoléon, puis quitta l’armée en 1816 avec le titre de général major. Portraitiste de la haute société, entré comme membre honoraire à l’Amirauté, il devient directeur de musée ; franc-maçon membre de la loge La Palestine. ● Auteur de : Les prisonniers du Caucase et Prascovie ou la jeune Sibérienne (1815). ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 106. 

Maître, André ● Réalisateur de cinéma, collaborateur de la société Pathé, délégué en Russie pour tourner les films sur la vie russe (1907) ; il collabora à La princesse Tarakonava (1910) et à Anna Karénine (1911). ● Notes Natalia Balandina.

Malavergue, Alexis ● Né à Paris en 1835. ● Ingénieur des mines ; directeur des mines à Petrosk (Daghevtaz), cité en 1886. ● MAE, Nantes, 598PO/2/61, doss. 230.

Malinvaud, Henri ● Ingénieur des mines. Formé à l’École des mines de Saint-Étienne. Membre du voyage effectué en 1837 à la suite d’Anatoli Nicolaïevitch Demidov dans la Russie méridionale et la Crimée. ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 121.

Malvisade, voir Galz de Malvisade

Manaud, Charles ● Agent de la Compagnie de navigation Paquet pour le Caucase, la Perse et le Turkestan en 1920-1924, il fit le lien entre Charles Bonin, ministre plénipotentiaire à Téhéran et les agents diplomatiques français au Turkestan. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 407. 

Maniglier, père Auguste ● Né à Doussard (Haute-Savoie) le 19 décembre 1874 ; mort à Lorgues (Var) le 17 août 1958. ● Religieux catholique assomptionniste. Entré en 1892 entre chez les Assomptionnistes, il étudia en Turquie et à Jérusalem ; ordonné prêtre (1899) ; enseignant à Plodiv (Bulgarie) en 1900-1905 ; vicaire français de la paroisse internationale Notre Dame de l’Assomption à Odessa (1905-1920) ; curé en 1913 de l’église Saint-Pierre dont il mena la construction. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 215 ; Les Assomptionnistes et la Russie (1903-2003).

Manziarly, Étienne de, devenu Manziarly, Stephan Stepahnovitch de ● Né à Paris, 32, rue de l’Oratoire du Louvre, le 15 avril 1755 [fils d’Étienne de Manziarly de Dellinyestie (d’origine austro-hongroise, né vers 1818, et de Désirée Aimée de Binder Kriegelstein] ; marié à Odessa à Irmingard ou Irma Auguste Pauline Luther (née à Moscou le 25 juillet 1878 ; morte à Paris, 50, rue Jacob, le 26 janvier 1956) [fille d’Otto Dietrich Waldemar Luther et d’Adélaïde Louise Constance Hertzer], dont : Geneviève de Manziarly de Dellinyestie (née à Kharkov le 27 février 1897), mariée à Georges Porter ; Alexandre Étienne Valdimir de Manziarly de Dellinyestie (né à Kharkov le 27 juillet 1898), industriel, chevalier de la Légion d’honneur et Croix de guerre ; Marcelle de Manziarly de Dellinyestie (née à Kharkov le 13 octobre 1899), pianiste, compositeur, chef d’orchestre et enseignante ; Yolande de Manziarly de Dellinyestie (née à Malakhowka le 1er juillet 1903) ; mort à Nice (Alpes-Maritimes), 17, avenue Auber, le 10 février 1921. ● Ingénieur des mines ; conseiller de cour ; directeur administratif en Russie de la Société des sels gemmes et houilles de la Russie méridionale, dans laquelle il était entré en 1884, demeurant à Karlomofka quand il reçut en 1891 les pleins pouvoirs pour liquider le bail d’exploitation des lacs salés et des gisements houillers situés près de Batalpachinsk, qui avait été conclu le 12 octobre 1879 par Montgenet et Cie ; installé à Kharkov en 1896 ; de retour en France en 1904, nommé en 1905 directeur de la Société des sels gemmes et houilles de la Russie méridionale, avant d’être nommé en 1910 ingénieur-conseil puis administrateur. ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à 1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 135, 140-141, 144, 153-155.

Marcou-Mutzner, Herman ● De la classe 1894 ; sursis d’appel en 1916 ; directeur intérimaire de l’hôpital français de Petrograd, attaché au consulat de France. ● MAE, Nantes, 598PO/2/24.

Maréchal, Casimir ● Né à Metz (Moselle) en 1828. ● Ingénieur civil, autorisé à partir pour Saint-Pétersbourg le 3 juin 1861. ● MAE, Nantes, 598PO/2/5.

Maret, Louis Constant ● Né à Domont (Seine-et-Oise) en 1834 ; marié à Petrosk le 22 mai 1886. ● Ingénieur des mines ; bénéficiaire d’un passeport délivré le 28 décembre 1883 à Paris pour la Russie ; en séjour en Russie en 1883-1886 ; envoyé comme directeur des mines à Kioutek puis à Petrosk (Daghevtaz). ● MAE, Nantes : 598PO/2/61, doss. 230 ; 598PO/2/63, doss. 164.

Mariani, Jean-Baptiste Félix ● Né à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) le 26 novembre 1834 [fils de Joseph Mariani (né en 1775), négociant à Bayonne, et de Marthe Adèle Etcheverry] ; mort à Rome, Palais Farnèse, le 18 janvier 1890. ● Consul. Attaché au ministère des Affaires étrangères (1856) ; élève-consul à Gênes (1863-1868) ; gérant du consulat général de France à Naples en 1868-1869 ; consul à Bahia (février 1869-1870) ; en convalescence de la fièvre jaune (décembre 1870) ; capitaine d’état-major au titre auxiliaire (janvier 1871), puis aide de camp du général de Langouriau (février-mars 1871) ; gérant du consulat de France à Cagliari (juillet 1871) ; consul de 2de classe à Moscou (20 février 1873-1877) ; ministre plénipotentiaire de 2e classe ; chargé d’affaires à Munich en 1882). ● Chevalier (14 janvier 1872) et officier (20 février 1882) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1739/39 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 2747. Annuaire diplomatique, 1873-1877.

Maricourt, voir du Mesnil de Maricourt

Marie de Saint-Ursin ● Médecin militaire. Premier médecin de l’armée du Nord ; médecin du gouvernement près le Xe arrondissement ; rédacteur général de la Gazette de Santé après le passage en Russie ; médecin en chef de l’hôpital royal et militaire de Calais (arrivé fin 1816) ; ayant séjourné à Saint-Pétersbourg où il demeura au n°5, maison, Weber perspective Nevski. ● MAE, Nantes, 598PO/2/295. 

Marie, Charles Jules Lucien ● Né le 25 décembre 1848. ● Chancelier à Odessa (2 janvier 1888-21 septembre 1891). ● Annuaire diplomatique, 1894-1901.

Marigny, voir Taitbout de Marigny

Marin d’Arbel, Gustave Auguste ● Né le 5 février 1802 ; mort le 14 septembre 1878. ● Précepteur. Élève de l’École des chartes (8 mai 1824-1836) ; précepteur dans la maison du prince Serge Gagarine du futur jésuite Ivan Gagarine (1840-1841), puis intendant des terres de Gagarine l’aîné ; auteur de notices adressées à l’Empereur sur les méthodes de guérir le choléra et léducation publique. ● Véra Miltchina.

Marin, Louis ● Né à Faulx (Meurthe-et-Moselle) le 7 février 1871 [fils de Louis Marin (né en 1841), notaire, et de Jeanne Augustine Vigneron (née en 1851)] ; marié ; mort à Paris, 166, rue de l’Université, le 23 mai 1960. ● Homme politique, anthropologue et professeur d’ethnographie. Formé à l’École d’anthropologie créée par Louis Broca ; professeur à l’École d’anthropologie (1894) ; avocat (1890-1910) ; en voyage en 1899 et 1901 avec ses amis et collègues Collenot, Ducrocq et, Guérin, il visita le Caucase et le Turkestan (1899), puis traversa la Sibérie et se dirigea vers la Chine du nord et la Corée (1901) ; capitaine des Forces françaises de l’intérieur (1940-1945) ; agent de la direction des études et recherches au ministère de la Guerre en 1945. Professeur au Collège libre des Sciences sociales et directeur de l’École d’anthropologie en 1953. Député de Meurthe-et-Moselle (1905-1940, 1944-1951) ; conseiller général de Meurthe-et-Moselle (depuis 1901) ; président du conseil général de Meurthe-et-Moselle (1934-1951) ; ministre des Régions libérées (29 mars-13 juin 1924) ; ministre des Pensions (23 juillet 1926-10 novembre 1928) ; ministre de la Santé publique et de l’Éducation physique (9 février-8 novembre 1934) ; ministre d’État (8 novembre 1934-23 janvier 1936 et 10 mai-16 juin 1940). Il demeurait 95, boulevard Saint-Michel à Paris, Ve arrondissement, entre 1953 et 1960. ● Auteur de manuscrits déposés à Bibliothèque nationale de France : « Résumé du voyage de Louis Marin de Moscou à Vladivostok, juillet-octobre 1901 », 7 liasses dactylographiées (207 + 348 fol.), formats divers, 1896-1924. Lettres de Georges Ducrocq, compagnon de voyage de Louis Marin, à M. Marin père: Agram (Zagreb), 5 septembre 1896 ; “Visite à la frontière thessalienne”, publiée dans “l’Echo de Paris” du 22 mars 1897 (7 feuilles) ; lettres de Russie, 16 août 1897; Varsovie, 12 septembre 1897; Constantinople, 14 août 1899 ; Bordjom, séjour d’été des Caucasiens, 5 septembre 1899 ; Tiflis, 22 septembre 1899 ; Hoch, 10 octobre 1899 ; Bokhara, 15 novembre 1899 ; Bakou, 25 novembre 1899 (lettre à Mle Bassereau) ; Moscou, 21 juillet 1901; Missovhia, au bord du lac Baïkal, 26 août 1901; sur l’Amour, 4 septembre 1901; à bord du Baron Korf, sur le bas Amour, 26 septembre 1901; Vladivostok, 7 octobre 1901; Koundoulina, petit trou mandchou sur la ligne de Karbin à Port-Arthur, 17 octobre 1901; Pékin, 18 novembre 1901; Pékin, 19 novembre 1901; Che fou, 4 décembre 1901; liste des publications de Georges Ducrocq (1 feuille dactylographiée) ; portraits de Louis Marin et Georges Ducrocq en 1901 ; photo de Louis Marin et Georges Ducrocq au milieu d’un groupe ; 12 photos des confins sibéro-mandchous ; photo rehaussée de couleurs d’une paysanne russe en Sibérie ; relation anonyme du séjour de Louis Marin et Georges Ducrocq en Russie en 1897 (4 feuilles dactylographiées) ; extraits de la correspondance adressée par Georges Ducrocq à Louis Marin durant ses voyages en Italie et Sicile (1898, 1899, 1907, 1914), en Angleterre et Irlande (1898), en Espagne (1899 et 1901), au Luxembourg et en Alsace (1900, 1904), en Suisse, Italie, Savoie (1907), au Danemark (1908), en Algérie (1912), en Tunisie (1914), en Suisse (1917), en Perse (1919-1921), à l’armée du Levant (1923-1924) ; lettres de Louis Marin à ses parents lors de ses voyages en Allemagne (1893, 3 pièces), au retour d’un voyage en Algérie et en Tunisie (1894, 2 pièces), d’Allemagne (1894, 2 pièces), d’Anvers (1895, 1 pièce), de Porto (1er novembre 1904, 1 pièce manuscrite) ● Membre de l’Institut. Médaille d’or de la Résistance. Chevalier (16 octobre 1945, 26 juin 1946) et officier (4 février 1953). ● Arch. nat., 19800035/0335/45187. Dictionnaire de biographie française ; Dictionnaire illustré des explorateurs français du xixe siècle : Asie (Numa Broc), 1992 ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 229 ; Benoît Yvert, Dictionnaire des ministres…, p. 536.

Marionnet, Jean Charles ● Marié à Louise Audebert (morte en novembre 1858), dont il n’eut pas enfant ; mort à Saint-Pétersbourg le 11 janvier 1858. ● Dessinateur industriel ; garde sédentaire, attaché au bureau de l’inspection de Chateauroux (1854) ; brigadier sédentaire attaché au bureau du conservateur à Bourges (1855) ; appelé au service de la Grande Société des chemins de fer russes suite à la décision de son conseil d’administration (20 août 1858) ; dessinateur de 3e classe à la division des travaux de la direction générale à Saint-Pétersbourg (traitement annuel de mille roubles), parti en 1858 avec sa femme (frais de voyage payés le 20 septembre 1858) ; demeurant 4, rue des Officiers, à Saint-Pétersbourg (3e section du 2e quartier). ● MAE, Nantes, 598PO/2/260.

Marix, Arthur ● Né en 1840 ; célibataire. ● Directeur de la fabrique française de margarine à Saint-Pétersbourg ; demeurant district Louvorafsky, quartier Vassilievsky au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39. 

Marizy, Charles Eugène ● Né à Villers-aux-Bois (Pas-de-Calais). ● Ingénieur. De la classe 1891 (Châlons-sur-Marne) ; ingénieur à la Société de la Providence russe à Sartana qui fabriquait des rails et du matériel de guerre destiné à l’armée et à la flotte russe ; chargé de la construction d’une batterie de fours à coke à récupération à Louveka ; mobilisé en 1914 comme cavalier au 6e escadron territorial des trains des équipages militaires à Châlons-en-Champagne. ● MAE, Nantes : 598PO/2/24 ; 598PO/2/439.

Markowitch, Benoît Édouard ● Ingénieur civil des mines en mission en Russie au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/141. 

Marmier, Jean Marie Xavier ● Né à Pontarlier (Doubs) le 22 juin 1808 [fils de Jean François Xavier Marmier (né en 1778), receveur des douanes, et de Marie Gabrielle Honorine Maillot] ; mort à Paris le 11 octobre 1892. ● Homme de lettres, voyageur et traducteur des littératures européennes du Nord ; bibliothécaire à Besançon ; professeur de littérature étrangère à Rennes ; bibliothécaire au ministère de l’Instruction publique ; parti en voyage à Moscou et Saint-Pétersbourg en 1842, il y rencontra le grand-duc héritier, le ministre de l’instruction publique S. S. Ouvarov, Gogol, Tourgueniev, Herzen, le poète Khomiakov ; il fut reçu à Moscou par le prince Viazemski ; conservateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris (1846) ; professeur de littératures au Collège de France ; directeur de la Revue germanique. Membre de l’Académie française (1870). Chevalier et officier (24 mai 1873) de la Légion d’honneur. ● Auteur de : Lettres sur la Russie, la Finlande, la Pologne (Paris, 1848) ; Voyages et Littérature (1862) ; Nouvelles du Nord (1882). ● LH/1747/18 .Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 103-105. 

Marrot, Henri Maurice ● Fils de Nicolas Ernest Marrot (né en 1834 ; mort à Épinay le 11 février 1888), propriétaire, et de Henriette Bourdon ; marié à Saint-Pétersbourg à Rose Françoise Azibert (née à Saint-Pétersbourg en 1871, baptisée à la paroisse française de l’église catholique de Sainte-Catherine), mariage célébré le 16 septembre 1899. Ingénieur à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/668. 

Martin ● Agent à Eutaporie, cité en 1843. ● Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Martin, Charles ● Agent consulaire à Eupatoria (1893), encore cité en 1901. ● Annuaire diplomatique, 1893-1901.

Martin, Joseph ● Né à Vienne (Isère) en 1849 ; mort à Margullan, dans le Turkestan russe le 23 mai 1892. ● Ingénieur des mines, topographe, géologue ; en résidence en Russie de1879 à 1886, il se consacra à l’étude de la Sibérie orientale et de l’Asie centrale ; au service topographique de l’état-major (1879-1886) ; envoyé en 1879 par le Général Hall faire une étude dans le district du fleuve Léna ; en mission d’étude sur les gisements de métaux précieux de la région d’Oussourijsk (1880) ; au service de E. M. Bazilevski, propriétaire de mines à Olokhma sur la Léna (1881) ; en voyage de prospection (1882-1886) au cours desquels il étudia la géologie, la géographie et l’ethnographie, et réunit une importante collection de pierres et métaux précieux et semi-précieux. Il avait réuni une importante documentation, conservée à la Société de géographie de Paris. ● Médaille d’or de la Société de géographie de Paris ; médaille d’or de la Société impériale russe d’anthropologie et d’ethnologie ; croix de Sainte-Anne et Saint-Stanislas ; membre de la société française de géographie. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 250. 

Martin, Marius François ● Né à Marignane (Bouches-du-Rhône) le 11 août 1830 ; marié à Crest (Drôme) à Catherine Pauline Vincent (née à Crest le 19 juin 1825 ; morte à Marignane le 5 juillet 1905), mère de Pauline Eulalie, dite Juliette (née à Marseille le 14 décembre 1847), reconnue par Marius François Martin, mariée (1) à Victor Jean Barberich (né à Smyrne, Turquie ; mort à Marignane le 16 juin 1898) et (2) à Marignane le 9 mars 1902 à Théophile Joseph Cadenel (né à Marignane le 27 avril 1862), maire de Marignane en 1917-1919 ; mort à Marignane le 5 avril 1903. Il était l’oncle de Charles Joseph Olivier, chef des cuisines impériales de 1914 à 1917, dont la mère née Marie Félicie Charlotte Martin était sa sœur. ● Cuisinier. Parti en Russie vers 1850 ; cuisinier à la cour de Russie, affecté sous le règne de Nicolas Ier à la résidence impériale de Tiflis ; en 1865, il reprit avec son épouse l’hôtel du Caucase à Tiflis, situé place Erevan. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Masclet, Hippolyte ● Né à Douai (Nord) en 1768 ; marié en 1804 à Glafira Alymova (morte en 1816) ; mort vers 1849 ; frère du chanoine Masclet, évêque coadjuteur de Minsk. ● Homme de lettres et traducteur. Après des études à Louis-Le-Grand, il émigra et fit une carrière militaire en Russie ; professeur au corps des Mines de Moscou ; membre honoraire de la Société littéraire de Moscou ; traducteur de Krylov et de Khemnister ; chambellan à la cour de Russie ; membre honoraire de la société littéraire de Moscou. ● Auteur d’une Ode sur le mariage de S. A. I. Mgr le grand-duc Alexandre Pavlovitch (1793) ; il publia la première traduction des fables de Krylov (1828) et un recueil des traductions de Khemnister (1830), et contribua à faire connaitre la littérature russe en France. ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 197-198. Notes Vladislav Rjéoutski.

Masclet, Hippolyte, Ode sur le mariage de S. A. I. Mgr le grand-duc Alexandre Pavlovitch, 1793.

Massieu, Isabelle ● Née en 1844 ; morte en 1932. ● En mission scientifique en 1896-1897, elle traversa le Turkestan russe, la Sibérie et le Caucase. Elle tenait un salon à Paris ; médaille d’or de la société de géographie de Paris. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 217.

Masson de Blamont, Charles François Philibert ● Né à Blamont (Doubs) le 22 janvier 1761 [fils de Pierre Nicolas Masson, greffier de la justice seigneuriale de Blamont, et de Marie-Catherine-Emmanuelle Masson (né à Clairegoutte, Haute-Saône, 1736) ; le petit-fils de Pierre Masson (mort à Glay, Doubs), procureur fiscal de la seigneurie de Blamont, et de sa seconde épouse Judith Louis, d’une part ; et de Henri Masson, pasteur, et d’Anne-Catherine Bouthenot, d’autre part ; frère cadet de Pierre Conrad Masson]. Marié en 1795 à la baronne Rosen, livonienne, dont il eut : Olga Masson, née en septembre 1796 ; elle connut le jeune Alexandre Pouchkine qui lui consacra des vers. Il mourut, empoisonné, à Coblence (Rhénanie-Palatinat) le 3 juin 1807. ●Militaire, précepteur et écrivain. Il aurait fait un apprentissage en horlogerie en Suisse, à la Chaux-de-Fonds, avant d’aller à Neuchâtel et à Bâle. Il y entra en relation avec une société des gens de lettres. Il y composa des vers dont certains furent publiés. Ces débuts littéraires lui permirent de trouver une place de précepteur dans une famille prussienne, chez le comte de Lehndorf. Il rejoignit vers 1786 en Russie son frère aîné, officier au service de la Russie. Il fut admis fin 1786 au Corps des cadets nobles de l’artillerie et du génie, certainement grâce à la protection du directeur du Corps, P. I. Melissino (dont la nièce était mariée à son frère aîné) ; il fut nommé sous-officier de la garde en 1787 et lieutenant au même Corps des cadets en 1788. Masson enseigna la géographie et fit paraître en 1789 un Cours mémorial de géographie, qui fut utilisé dans les études : Cours mémorial de géographie, ou Méthode facile et agréable de faire l’inspection des cartes, en formant le goût des jeunes gens : à l’usage du Corps Impérial des Cadets Nobles, Saint-Pétersbourg, de l’Imprimerie du corps, 1789, [12], 48 p. in-8° (2e éd. ; 1re éd. à Berlin, 1787) ; la préface est écrite par Cuinet d’Orbeil qui dévoile le nom de l’auteur). En 1788, à l’occasion d’une visite au Corps des grands-ducs Alexandre et Constantin, il signa un panégyrique qui fut publié et qui semble annoncer l’évolution prochaine de sa carrière, Торжество на прибытие их императорских высочеств государей великих князей Александра Павловича и Константина Павловича при Артиллерийском и инженерном шляхетном кадетском корпусе 4 августа 1788 г. Творение г. Массона де Бламон, перевод г. Шиповского. СПб., печ. в Имп. тип., 1788, texte en russe et en français, traduction de Grigori Chipovski, futur membre de l’Académie des sciences. En effet, en 1789, il fut recommandé par Melissino au comte Nikolaï Ivanovitch Saltykov (1736-1816), président du collège de la Guerre, éducateur des grands-ducs, et devint ensuite son secrétaire pour la correspondance étrangère et précepteur de ses fils. Nommé capitaine de dragons en 1789 puis aide de camp de Saltykov, il obtint rapidement les galons de major en second dans un des régiments de la garde et se vit confier une mission à Bayreuth, Stuttgart et Karlsruhe pour annoncer dans les cours allemandes la naissance de la grande-duchesse Anna Pavlovna, petite-fille de Catherine II. En 1790, il participa à la guerre contre la Porte ottomane et fut le témoin de la prise d’Ismaïl. Il passa ainsi huit ans dans la famille du comte Saltykov et résida pendant ce temps dans le palais impérial. À cette époque il s’adonna aux travaux de belles lettres et traduisit notamment un poème de Stepan Stepanovitch Djounkovski (1762-1839) : Alexandrovo ou les jardins de Son Altesse Impériale monseigneur le grand duc Alexandre Pauloide : Poème dédié à Sa Majesté Impériale Catherine Seconde impératrice et autocratrice de toutes les Russie. Traduit du Russe [Saint-Pétersbourg, De l’Imprimerie de l’Académie Impériale des sciences], 1793 (réédité en 1794), [4], 15 p. in-4o. Ce poème fut consacré aux jardins conçus selon les vœux et les indications de l’impératrice entre Tsarskoïé Selo et Pavlovsk, d’après une allégorie composée par Catherine II, le conte sur le tsarévitch de Chlore, 1782. Comme l’écrit E. Liamina, Masson « avait un penchant pour les comparaisons méthaphoriques détaillées, les tableaux poétiques recherchés, compliqués, parfois sans goût ni clarté ». L’appui de Saltykov lui valut le poste de professeur de mathématiques auprès des grands-ducs, aux côtés du général Protassov et du baron Osten-Sacken qui s’occupaient du reste de leur éducation. Il aurait même établi des rapports annuels sur les progrès des grands-ducs dans les études pour les soumettre à l’impératrice. Ce fut à cette époque que Masson fut nommé secrétaire des commandements du grand duc Alexandre Pavlovitch, futur empereur, et inscrit au régiment de grenadiers d’Ekaterinoslavl. Il perdit la faveur dont il jouissait au moment de l’avènement de Paul Ier. Ses idées et son engagement pour la France républicaine, d’une part, la faveur que lui témoignait Saltykov, d’autre part, causèrent son expulsion et celle de son frère en décembre 1796. Sa femme et sa fille ne purent pas le suivre et restèrent en Russie. Engagé dans un premier temps comme officier dans les régiments français cantonnés dans la République helvétique, Masson de Blamont ne revint en France qu’en 1799 (ou en 1800). Il termina sa carrière et sa vie en qualité de secrétaire général de la préfecture de Rhin-et-Moselle. Il était membre associé à l’Institut de France. Les Masson gardèrent un fort ressentiment envers ces dignitaires russes qui pendant longtemps les avaient protégés mais n’osèrent pas parler en leur faveur au moment de leur expulsion. Ce fut en 1797 que Masson de Blamont exposa pour la première fois ses griefs à l’opinion publique dans la revue Minerve (Ernstliche Aufforderung und Bitte, an die, in russischen Diensten gestandenen Herren von Masson). ● Son nom devint célèbre après la publication, en 1800, de ses Mémoires secrets sur la Russie, et particulièrement sur la fin du règne de Catherine II et sur celui de Paul Ier (Paris, Pougens, t. I-II, 1800 ; t. III, 1802). Suivirent des traductions en allemand (Geheime Nachrichten über Russland, deux traductions sorties à Paris), en anglais (Secret memoirs of the court of Saint-Petersburg, à Londres, trois éditions), en danois, avec des rééditions (Amsterdam, Paris, etc.) Cet ouvrage très polémique devait susciter de fortes réactions. En effet, dans sa préface Masson de Blamont annonçait que son but était « de livrer au public des remarques et des anecdotes plus intéressantes sur un pays et une nation qui méritent d’être bien connues et qui sont dignes d’un meilleur gouvernement. […] Je prétends écrire des mémoires utiles, et non une satire ou un panégyrique ». Les Mémoires secrets, qui tenaient du pamphlet, rendirent le major Masson célèbre, ce qui compensa en partie cette « terrible désillusion personnelle chez un caractère particulièrement vindicatif » (Corbet) qu’était pour lui l’expulsion de Russie et la fin abrupte de sa carrière brillante. Les Mémoires furent pendant longtemps interdits de publication en Russie. L’envoyé russe à Berlin transmit le livre à Saint-Pétersbourg qui essaya de prendre des mesures pour limiter les dégâts. En 1802, le poète allemand Kotzebue fit paraître L’Année la plus remarquable de ma vie, suivie d’une Réfutation des Mémoires secrets sur la Russie (Paris, BuissonBertrandet-Levrault-Mongie, 1802). Cet écrit d’une cinquantaine de pages était très critique : « Cet ouvrage a fait beaucoup plus de bruit qu’il ne le méritait, écrivait Kotzebue. On a cru, et l’on croit peut-être encore que son auteur a puisé toutes les relations qu’il donne, tous les faits qu’il avance, dans des sources bien authentiques ; voilà ce qu’il est important de réfuter. […] M. M… a répandu son venin » et « possède cet art de rapporter les caquets avec un air important ». Toute son œuvre n’était selon Kotzebue qu’un « édifice hardi de mensonges et de perfidies ». En 1802, quelques mois après la Réfutation, parut un Examen de trois ouvrages sur la Russie, Voyage de M. Chantreau, Révolution de 1762, Mémoires secrets, par l’Auteur du Voyage de deux Français au nord de l’Europe (Fortia de Piles). L’ouvrage, assez court, consacrait quelques dizaines de pages à la critique des ouvrages mentionnés dans le titre, sans animosité ni insultes, toujours sur un ton mesuré et avec le plus d’objectivité possible. En 1802 toujours, « C. F. Ph. Masson, ci-devant major en premier, au service de la Russie, et secrétaire des commandemens du Grand-Duc Alexandre-Pavlovitch », fit paraître sa réponse à Kotzebue, intitulée Lettres d’un Français à un Allemand, servant de réponse à Mr. De Kotzebue, et de supplément aux mémoires secrets sur la Russie (une préface et vingt-deux lettres, Coblence, 1802). Le major Masson y réfutait les allégations de Kotzebue, selon un plan précis : les origines et l’histoire de Kotzebue en Russie, sa propre expérience dans l’empire russe, et enfin son jugement sur la Russie, réaffirmant ses Mémoires secrets. Masson répondit aussi à Fortia de Piles dans Un mot à l’auteur de l’Examen de trois ouvrages sur la Russie. Masson de Blamont est aussi l’auteur de : La Nouvelle Astrée, ou les aventures romantiques du temps passé, traditions publiées par Ch.-Fr.-Ph. Masson (Montbéliard, impr. P. Hoffmann, 1893, in-16, 158 p. ; rééd. octobre 1987, éditions Cêtre, Besançon) ; Les Helvétiens, en huit chants, avec des notes historiques, par Charles-François-Philibert Masson (Paris, C. Pougens, an VIII, in-8o, XXXII-315 p.), poème sur la guerre entre les Suisses et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. ● Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie au siècle des Lumières, vol. 2, p. 583-584. 

Masson, Étienne ● Né en 1860 ; mort en 1945. ● Membre de la Société de géographie de Paris ; greffier en chef au tribunal de commerce de Versailles ; en voyage dans le Turkestan russe (1892), entrepris grâce à ses relations avec Mingeon, conservateur des antiquités orientales au Louvre, pour le compte de la Chambre de commerce de Lyon, en vue de l’Exposition coloniale de 1894 ; il acheta des antiquités au cours de ce voyage, avec l’aide du général d’état-major russe Annenkov et du colonel Andreiev, et rencontra le Français Lessat, qui résidait à Boukhara. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 376.

Massonnet, Léon ● Cuisinier du tsar Alexandre II. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Maubeuge, A. de ● Professeur et capitaine d’artillerie. Élève de l’École polytechnique ; licencié en sciences mathématiques et en sciences physiques et chimiques ; agrégé des sciences mathématiques (1874) ; professeur de mathématiques au lycée Saint-Louis ; capitaine d’artillerie de la garde nationale mobile (1868) ; attesté en 1879-1880 à Byalistock; puis en 1910 à Kertch ; capitaine au 1er régiment de l’artillerie de l’armée territoriale ; professeur de mathématiques à l’Institut des demoiselles nobles de Byalistock (gouvernement de Grodno), puis à Kertch (Tauride). ● MAE, Nantes, 598PO/2/188, doss. 2164. 

Maudru, Pierre ● Né à Saint-Pétersbourg en 1786 [fils de Jean-Baptiste Maudru du Bocage (né à Mirecourt, Vosges, en 140 ; mort après 1808). ● Professeur à l’École normale du département de la Seine ; cité à Moscou en 1802, comme directeur d’un pensionnat à Moscou ou rédacteur dans les bureaux officiels ou secrétaire d’une famille riche, les Schlatter. ● Auteur des Éléments raisonnés de la langue russe (1808). ● Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 52-53 ; Anne Mézin, Vladislas Rjéoutski, vol. 2, p. 587 (Jean-Baptiste Maudru du Bocage), Pierre ou Piotr Maudru et Paul Maudru du Bocage, p. 589.

Mauduit, Antoine ● Né à Paris en 1775. ● Architecte et urbaniste. Après des études à l’Académie royale d’architecture de Paris, il servit dans les troupes du Génie chargées de l’aménagement urbain en Russie ; architecte de l’empereur Alexandre Ier ; membre du Comité pour les édifices et travaux hydrauliques (1809-1827), il travailla en qualité d’urbaniste au projet de percement de nouvelles rues et à l’aménagement de places en 1824 proposa à Alexandre un projet pour protéger Saint-Pétersbourg des inondations ; architecte de la cathédrale Saint-Isaac à Saint-Pétersbourg, il reconstruisit le théâtre Bolchoï Kamenny à Saint-Pétersbourg en 1818 ; il participa aux travaux d’embellissement de Saint-Pétersbourg et traça les plans des places du Sénat, du cours de l’Amirauté, du Palais d’Hiver, du palais du grand duc Michel ; il rédigea un projet pour réaliser un port à Smolensk. ● Auteur de : Mémoires sur l’église de Saint-Isaac ; Découvertes dans la Troade ; Dissertations sur les monuments de la Plaine de Troie et la position de cette ville (Saint-Pétersbourg, Betancourt, Rossi, 1839). ● MAE, Nantes, 598PO/2/297. Notice Zoya Yurkova.

Mauduit, Hyacinthe Hippolyte de ● Né vers 1800. ● Militaire puis journaliste. Engagé dans l’armée, élève à Saint-Cyr ; capitaine d’infanterie, démissionnaire en 1830 ; fondateur du journal La Sentinelle de l’Armée (1835-1850) ; auteur d’un traité d’organisation militaire (1834) ; ayant pris parti pour Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851, auteur d’une brochure encensant le coup d’État ; envoyé au Caucase par Napoléon III. ● Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 62.

Maurice, Auguste ● Né le 27 octobre 1817. ● Chancelier à Varsovie (25 novembre 1874-1881). ● MAE, Pers. 1re série, carton n° 2810. Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Max, Édouard ● Né en 1833. ● Ingénieur, demeurant à Saint-Pétersbourg, 1er district, quartier Vassilievsky au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39. 

Mayer, Simon ● Juif. Banquier, titulaire d’un passeport français enregistré au consulat de France à Saint-Pétersbourg en date du 17/29 septembre 1870, n° 1018 ; directeur de la banque de Sibérie à Irkoutsk (1873), il obtint en 1878 l’autorisation d’exploiter des mines d’or grâce à l’intervention de l’ambassade tout en étant le chargé d’affaires de la maison de Banque Günzburg pour ses mines d’or. ● MAE, Nantes : 598PO/2/295 ; 598PO/2/314.

Mazon, André Auguste (1881-1967) ● Né à Paris le 7 septembre 1881 [fils de Charles Albin et de Marie-Pauline Élise Mallet] ; marié à Paris le 18 janvier 1909 avec Cécile Ernestine Jeanne Roche ; décédé à Paris le 13 juillet 1967 ● Universitaire et slaviste. Il organisa et développa les études slaves en France. Études à la Sorbonne, à l’École des Langues orientales vivantes et à l’École des Hautes Études ; diplômé de la IVe section de l’École des Hautes Études en 1908, avec un travail sur la morphologie du verbe russe ; il suivit ensuite des cours à l’université de Prague ; lecteur en Russie à l’université de Kharkov (1905-1909) ; secrétaire à l’’Institut des langues orientales à Paris (1909-1914), il soutint ses thèses de doctorat en 1914 la principale étant d’histoire littéraire et intitulée « Un maître du roman russe, Ivan Gontcharov », l’autre complémentaire de sa thèse de l’École des Hautes Études, étant consacrée aux emplois des aspects du verbe russe ; engagé dans armée d’Orient pendant la guerre, il y organisa un corps d’interprète ; professeur à l’université de Strasbourg (1919-1923) ; cofondateur de la Revue des études slaves (1921) ; professeur au Collège de France jusqu’à sa retraite (1923-1951) ; à partir de 1937, il dirigea l’Institut de langues slaves à Paris et en devint président d’honneur en 1959 ; vice-président du Comité international des slavistes (1958-1967). ● Il effectua de nombreux séjours en Russie (1905-1909) avec un poste de lecteur à l’université de Charkov ; il fut envoyé par le ministère des Affaires étrangères en mission en Russie pour recueillir des documents concernant la révolution russe (1917-1919) ; membre correspondant de l’Académie de Moscou (1923). ● Auteur de : Manuscrits parisiens d’Ivan Tourguénev (Paris, H. Champion, 1930) ; Un maître du roman russe, Ivan Gontcharov (1812-1891) (Paris, E. Champion, 1914) ; Lexique de la guerre et de la révolution en Russie. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/25446 (dossier de carrière) ; 19800035/882/3412 ; bibliothèque de l’Institut de France, fonds André Mazon ● Pierre Gonneau (dir.), André Mazon et les études slaves. Notice Armelle Le Goff.

Meissonier, Joseph ● Né à Toulon (Var) en 1793 ; mort après 1834. ● Enseignant en Russie de 1819 à 1834 ; précepteur à Odessa (1819) ; précepteur à Mirgorod (1821), puis professeur de langue française à Karkov dans l’institut des demoiselles nobles (1821) ; délégué pour cet institut à Moscou (1824) ; toujours professeur à Karkov avec le titre de conseiller honoraire (1834). ● MAE, Nantes, 598PO/2/188, doss. 713.

Mellier ● Libraire et éditeur ; associé à Saint-Pétersbourg au libraire Dufour en 1861 dont il prit la succession en 1863 ; éditeur du journal français Le Grelot. ● MAE, Nantes, 598PO/2/646.

Mello, voir Tardif de Mello

Melon, Samuel Alfred ● Né à Caen (Calvados) le 9 décembre 1848 [fils d’Édouard Prosper Melon (né en septembre 1817), pasteur de l’église réformée de Caen, et de Magdeleine Louise Mathilde Bianquis (née en 1820), mariés à Nîmes, Gard, le 7 novembre 1844] ; protestant. ● Consul. Engagé volontaire (1870) ; chancelier à Varsovie (14 novembre 1885) ; vice-consul, chargé de la chancellerie de Saint-Pétersbourg (14 avril 1892-23 juillet 1892) ; consul à Bucarest (1901) ; retiré du service en 1909 ; demeurant à Nice, 18, avenue Sévigné, en 1924. Chevalier (31 décembre 1900) puis officier de la Légion d’honneur (10 juillet 1924). ● Arch. nat., LH/1821/10. Annuaire diplomatique, 1890-1901.

Menetret, Edmond André Fortuné ● Ingénieur civil. Ingénieur-constructeur à Tiflis puis entrepreneur à Tauris (Perse), attesté en 1902 en Russie jusqu’en 1909 ; de retour à Paris (1909). ● MAE, Nantes : 598PO/2/63 ; 98PO/2/72.

Ménétries, Édouard (1802-1861) ● Né à Paris le 2 octobre 1802 ; mort à Saint-Pétersbourg le 10 avril 1861. ● Zoologue. ● Il abandonna ses études de médecine pour l’entomologie ● Sur la recommandation de Cuvier, il participa en 1822-1824 comme zoologiste à une expédition russe au Brésil conduite par le baron Georg Heinrich von Langsdorff (1774-1852) ; il fut engagé comme conservateur des collections de zoologie à l’Académie des sciences (1826) ; il donna aussi des leçons de sciences naturelles à l’Institut Smolny pour jeunes filles nobles et dans d’autres écoles à Saint-Pétersbourg ; membre de l’expédition dans le Caucase organisé par le général Emmanuel, membre de l’Académie (1829) ; nommé conservateur de la collection entomologique lors de l’ouverture du musée zoologique de l’Académie des sciences (1831) ; il fut élu membre-correspondant de l’Académie des sciences (1855) ; membre fondateur de la Société entomologique russe (1860) ; il travailla en lien avec de nombreux savants et académiciens russes dont un grand scientifique de Sibérie Alexander Theodor von Middendorff (1815-1894). ● Auteur de nombreux travaux sur les lépidoptères et les coléoptères particulièrement sur les espèces de Sibérie et de Russie ; en 1831, il publia le Catalogue raisonné des objets de zoologie recueillis dans un voyage au Caucase et jusqu’aux frontières actuelles de la Perse. Ses collections sont conservées au muséum de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. ● Arch. nat., fonds du Muséum d’histoire naturelle, AJ/15/670. ● Biographie sur le site de l’Institut de zoologie de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg ; Armelle Le Goff, « La France et les Français en Russie au xixe siècle, les ressources des Archives nationales ». Notice Armelle Le Goff.

Menier, Denis Alexis ● Médecin oculiste, au service de l’empereur Alexandre Ier. ● MAE, Nantes, 598PO/2/471.

Mérimée, Henri ● Né à L’Aigle (Orne) le 20 avril 1807 ; mort à Rome en 1870. ●Écrivain. En voyage en Russie en 1839-1840, passé par Moscou et Saint-Pétersbourg. ●Auteur de : Une année en Russie, lettres à Mr Saint Marc Girardin (Paris, librairie d’Amyot, rue de la Paix, 1847, in-12). ● Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française, p. 107-108. 

Mesmin de La Bernadière ● Né à Auvigeant (Vienne) en 1832. ● Ingénieur, se rendant en France, par le consulat de France à Saint-Pétersbourg, avec un passeport du 24 octobre 1859. ● MAE, Nantes, 598PO/2/218.

Meudon (Hauts-de-Seine) : Robert, Louis Eugène

Meusnier, François ● Né à Tours (Indre-et-Loire) le 20 août 1791. ● Médecin et chirugien dans l’armée française ; installé comme médecin à Taganrog (février 1823) ; agent consulaire à Taganrog, cité jusqu’en 1834. Membre de 1re classe de l’ordre du Soleil persan, décoré par le shah d’Iran. ● MAE, Nantes : 598PO/2/184 ; 598PO/2/227 ; 598PO/2/604. Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Meyer, Émile ● Né Mulhouse (Haut-Rhin) en 1809 ; marié à Colmar le 11 mai 1833 à Sophie Steinbach. ● Chimiste, bénéficiaire d’un passaport délivré à Colmar le 11 mai 1833 pour se rendre à Moscou ; il succéda en 1846, avec Émile Zundel, à son beau-frère Jean Steinbach, et prit la direction de la fabrique d’indiennes à Moscou. ● MAE, Nantes, 598PO/2/417.

Meyer, Georges ● Opérateur de cinéma et collaborateur de la société Pathé ; délégué en Russie pour tourner les films sur la vie russe (1907), il filma Léon Tolstoï à Iasnaïa Poliana ; consultant des opérateurs et photographes de la cour impériale de Russie. ● Notice Natalia Balandina.

Meyer, Théodore Charles Constant ● Né à Dresde (Allemagne, Saxe) le 6 mai 1839 [fils de Jean Antoine Constant Meyer, sujet français, chef de cuisine à la légation française de Saxe, et de Catherine Françoise Julie Voisin] ; marié à Marie Antoinette Catherine Bergue (morte après 1914) ; mort à Versailles (Yvelines), 10, rue Saint-Louis, le 2 mai 1914. ● Chancelier au consulat de Varsovie (24 octobre 1868), en poste jusqu’à la guerre de 1870 ; chancelier du consulat de Saint-Pétersbourg (25 novembre 1877-27 décembre 1879) ; en mission à Foutchéou, Tananarive et Singapour (1880-1883) ; consul de 1re classe à Tiflis (6 novembre 1883-22 décembre 1888) ; en congé à Paris en novembre 1887 ; consul général à Moscou (22 décembre 1888) ; ministre plénipotentiaire de 1re classe ; demeurant 25, rue Humboldt, Paris, XIVe arrondissement, en 1902. ● Chevalier (31 juillet 1879), puis officier (15 juillet 1902) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/1856/37 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, cartons n° 2882 ; MAE, Nantes, 598PO/2/417. Annuaire diplomatique, 1879-1901.

Meynier, Gustave ● Né à Nantua (Ain) ; mort en mai &862. ●Médecin ; envoyé avec Louis d’Eichtal en mission scientifique confiée par le ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics pour se rendre dans les contrées riveraines du fleuve Amour (Sibérie orientale) dans le but de se procurer des cocons de vers à soie du chêne ; à Saint-Pétersbourg pendant l’hiver 1861 avec Louis d’Eichtal avec qui il partit en Sibérie en mars 1861 ; arrêtés par d’effroyables tempêtes, ils se réfugièrent à Irkoust où ils furent très bien reçu par les officiers russes et la population locale partout où ils passèreent mais il succomba aux fatigues du voyage en mai 1862.  ● MAE, Nantes, 598PO/2/339. Journal de l’Ain, 10 juin 1861 et 12 mai 1862.

Mezo Kovesd, voir Ujfalvy de Mezo Kovesd

Michau ● Agent consulaire à Rostov-sur-le-Don (1895-1901). ● Annuaire diplomatique, 1895-1901.

Michault, Henry Jean ● Physicien, installé à partir de 1814 à Varsovie. ● MAE, Nantes, 598PO/2/293.

Michel, Auguste ● Parfumeur chez les Brocard à Moscou, inventeur à l’occasion du 300e anniversaire des Romanov en 1913 du parfum « Le Bouquet », qui devint le parfum de l’impératrice. Tatiana Bondareva-Koutarenkova, « Henri Brocard, le roi français de la parfumerie russe », Histoire, 8 avril 2016 (https://fr.rbth.com/art/histoire/2016/04/08/henri-brocard-le-roi-francais-de-la-parfumerie-russe_582989).

Michel, Xavier ● Né à Epfig (Bas-Rhin) le 4 février 1777 ; marié, père de sept enfants, Louis, Charles, Édouard, Maximilien, Caroline, Josephine et Émilie Michel. ● Médecin dans l’armée russe en 1811-1814 ; bénéficiaire d’un certificat d’immatriculation délivré à Saint-Pétersbourg en 1842 ; médecin à Radzivilov puis à Meseritch, district de Rovno, dans le gouvernement de Volhinie (26 juin 1858). ● MAE, Nantes : 598PO/2/627 ; 598PO/2/629.

Miéville, David ● Libraire à Odessa au xixe siècle. ● Notes Elena Polevchtchikova.

Milliot, Benjamin Antoine (1832-1902) ● Né à Constantinople le 14 décembre 1832 [fils d’Antoine Jean Honoré Milliot (mort à Bône, Algérie, le 29 septembre 1846), négociant à Tiflis en Géorgie, et de Marie Rosalie Glaizal] ; marié (1) à Issy-Les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) le 21 novembre 1868 avec Thérèse Claire Christine Chodzko et (2) à Hyères (Var) le 26 juin 1877 avec Adeline Louise Ginet, dont sept enfants (un des fils Louis Alexandre Milliot (1885-1961), professeur à la faculté de droit de Paris) ; mort à Herbillon, Bône (Algérie) le 31 juillet 1902. ● Médecin. ● Ancien étudiant de l’Académie médico-chirurgicale de Saint-Pétersbourg ; chef de clinique à la faculté de Kiev, médecin (principal de 2e classe ou nadvornyj sovetnik) ; il demanda l’autorisation d’exercer les fonctions de médecin de l’armée russe sans perdre la qualité de Français et en reçut l’autorisation par décret du 9 septembre 1861 ; il revint définitivement en France pour prendre part à la campagne franco-allemande de 1870-1871 en sa qualité de chirurgien ; en raison de la valeur de ses titres, il fut autorisé à postuler à Paris au grade de docteur en médecine sous la condition de subir le cinquième examen définitif et de soutenir une thèse ; le diplôme de docteur en médecine de la faculté de Paris lui fut accordé après soutenance de sa thèse (23 décembre 1871) ; il fut nommé médecin de colonisation (1880) et partit pour l’Algérie. ● Membre de diverses sociétés médicales de France et de Russie, Milliot publia de nombreux articles dans les journaux de médecine russes et français, notamment dans le Medicinskij Vestnik (Courrier médical de Saint-Pétersbourg) et dans la Gazette médicale de Paris. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : BB/11/790,n°6458X7 (autorisation de servir en Russie), AJ/16/6823/1 (dossier d’étudiant en médecine de la faculté de Paris ; LH/3242 ; MAE, Nantes, 598PO/2/258. Armelle Le Goff, « La France et les Français en Russie au xixe siècle, les ressources des Archives nationales ». Notice Armelle Le Goff.

Mistler, Jean ● Né en 1798. ● Écuyer et médecin vétérinaire ; arrivé à la fin de l’année 1829 à Saint-Pétersbourg, il se présenta au bureau des étrangers pour le renouvellement de son titre de séjour début 1830 ; au service du comte O’ Rourke, commandant le régiment des Tatars (1833-1836). ● MAE, Nantes, 598PO/2/284.

Moisson ● Consul à Riga en 1835. ● Annuaire royal, 1835.

Moisson, Charles ● Né en 1863 ; mort en 1943. ● Opérateur des frères Lumière, il travailla avec eux sur la conception du prototype de la « Cinématographe Caméra » ; il fit deux voyages en Russie en 1896 et 1899 et réalisa le 14 mai 1896 le premier reportage cinématographique sur le couronnement du tsar Nicolas et de présentation du tsar au peuple russe. ● Notice Natalia Balandina.

Molinari ● Agent consulaire à Kiev en 1881. ● Annuaire diplomatique, 1881.

Monclar, voir Ripert de Monclar

Mondehare, Gaston-André ● Né le 14 juillet 1854. ● Chancelier à Riga du 9 juin 1886 au 24 août 1887. ● Annuaire diplomatique, 1887-1890.

Monier, Auguste ● Chirurgien des grenadiers de la garde en France ; chirurgien dans la terre du propriétaire Gaudabt Halinsky district de Tscharicov (ou Czérekov), gouvernement de Mohilev, au xixe siècle. ● Chevalier de la Légion d’honneur (pas de dossier dans la base Léonore). ● MAE, Nantes, 598PO/2/293.

Monnier, Jean Marie Albert Marcel ● Né à Paris le 9 février 1853 [fils de Louis François Frédéric Alexandre Monnier, propriétaire, et de Siméonne Élisabeth Clerc (née en 1823)] ; mort à Jeurre (Jura) le 15 septembre 1918. ● Voyageur, photographe et journaliste. En voyages d’études de 1874 à 1893 ; correspondant du journal Le Temps ; médaille d’or de la Société française de géographie en 1894, dont il devint un des membres, il effectua un voyage de quatre ans à travers l’Asie, et se rendit dans le Turkestan en 1897-1898. ● Membre de l’Académie de Besançon. ● Auteur des Itinéraires à travers l’Asie levés au cours du voyage accompli durant les années 1895, 1896, 1897, 1898 sur l’initiative et pour le compte du journal “le Temps” ; publiés sous le patronage de la Société de géographie, avec le concours du ministère, de l’Instruction publique et des beaux-arts (Paris, Plon-Nourrit, 1900, 248 p., in-16, atlas gr. in-fol.) ; également auteur de : L’Auberge du Soleil-d’or, comédie en 1 acte, en vers, (Paris, troisième Théâtre-français, 26 février 1878 ; Paris, Tresse, 1878, in-18, 33 p.) ; Un Printemps sur le Pacifique. Îles Hawaï (Paris, Plon, 1885, in-16, V-275 p., pl., carte) ; Des Andes au Para : Équateur-Pérou-Amazone (Paris ; E. Plon, Nourrit, 1890, IV-443 p.-[1] f. de pl.-[2] f. de dépl. ; ill., cartes) ; France noire (Côte d’Ivoire et Soudan). Mission Binger (Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1894, XII-299 p, in-8°) ; Mission du capitaine Binger à la Côte d’Ivoire et au Soudan (Bondoukou, Kong, Djimini, Diammala), 1892. Catalogue des photographies prises par M. Marcel Monnier, membre de la mission, exposées à l’École des beaux-arts (Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1892, in-8°, 39 p.) ; La boucle du Niger (Paris, Plon, 1897, 32 p., fig., cartes ; in-8°) ; Le drame chinois : juillet-août 1900 (Paris, F. Alcan, 1900, 173 p. ; in-16) ; De France en Suisse à travers le Jura méridional. Saint-Claude et ses environs. Le Col de la Faucille. Le Pays des Lacs et le Hérisson (Lons-le-Saunier, impr. Lucien Declume, 1920, in-8°, 32 p.). Chevalier de la Légion d’honneur (3 août 1894). ● Arch. nat., 19800035/0205/26855 ; BnF : Correspondance, notes, pièces diverses ayant trait à la publication des Itinéraires à travers l’Asie de Marcel Monnier, juin 1899-décembre 1901 (17 pièces) ; collection de photos et de cartes. Bnf, catalogue général ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 306. 

Monnier, Paul ● Mort avant 1875. ● Ingénieur hydrographique de 1re classe en 1841 ; chef du service électrique et du bureau d’étude de la Société de la rrovidence russe à Sartana, spécialement chargé de la fabrication des rails et du matériel de guerre destiné à l’armée et la flotte russe. ● Officier de la Légion d’honneur le 28 avril 1841. ● Arch. nat., LH/2791/105 ; MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Monset ● Agent consulaire à Vladivostok en 1897-1901. ● Annuaire diplomatique, 1897-1901.

Montaigne de Poncins, vicomte Edmond de ● Né le 25 mars 1866 [fils du comte Gabriel Léon de Montaigne de Poncins (1832-1896) et de Pierrette Noémie Perier du Palais) ; marié le 22 octobre 1903 à Marie Aurélie Marguerite de Biencourt ; mort le 3 septembre 1937. ●Chasseur et explorateur. Il se rendit en Russie en 1893-1894 au Pamir, pour y pratiquer la chasse et faire des observations scientifiques sur le régime hydraulique des fleuves, sur les montagnes et les glaciers et sur la météorologie des hautes montagnes du Pamir. ● Auteur des Chasses et explorations dans la région des Pamirs (Paris, Augustin Challamel, 1897, 258 p.), pour lequel il fut récompensé par une médaille d’argent de la Société de géographie de Paris. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 214. 

Montferrand, voir Ricard de Montferrand

Montgenet, comte Alfred de ● Peut-être issu de la famille Montgenet ou Mongenet de Franche-Comté. Mort à Simferopol (Crimée) en juin 1890. ● Industriel et financier. Attaché à la légation de France à Téhéran dans les années 1870, il donna sa démission et s’installa à Simferopol où il contribua au développement de cette ville ; il constitua en 1882 une société en commandite simple, Montgenet et Cie (statuts du 12 avril 1882, 220 000 F de capital), pour expertiser des concessions comportant du sulfate de soude naturel et de houilles anthraciteuses et lignites fossiles à Tcherkessk dans le Nord-Caucase, et de sels gemmes à Waldiskawkas (gouvernement d’Iekaternoslav), dont Montgenet était le seul associé responsable et gérant, avec huit commanditaires français (Ernest Denormandie ; Louis Alexandre Calley de Saint-Paul de Sinçay ; Auguste Alexandre Calley de Saint-Paul de Sinçay, Paul Buquet, Marie Charles Vernance, marquis d’Abzac de Mayae, le vicomte Marie Albert Georges de Froissard de Broissia, Henri Marie du Bois de Jancigny et Frédéric de Soubeyran) ; par acte passé le 15 juin 1883 devant Dufour, notaire à Paris, la société en commandite simple Mongenet et Cie fut transformée en société anonyme sous la raison Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale (capital social, 6 millions de francs, divisé en 12 000 action de 500 francs chacune ; siège social, 39, rue La Boétie à Paris) avec en autres le concours de l’ingénieur Jules Adolphe Alquié, directeur du chemin de fer Moscou-Varsovie. ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à 1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 124-129.

Montpéreux, voir Dubois de Montpéreux

Montréal-1, Antoine ● Né à Fréjus (Var) ; marié à Marie Claire Raimbert (née le 22 janvier 1735) [fille de Jean Raimbert (1700-1759) et de Madeleine Jourdan (1694-1793), mariés le 28 février 1718], dont il eut : Félix Emmanuel et Jean Joseph Montréal. ● Négociant à Saint-Pétersbourg. ● Notes Odile Caffin-Carcy.

Montréal-1.1, Jean Joseph ● Né à Grasse (Alpes-Maritimes) [fils d’Antoine Montréal (né à Fréjus, Var) et de Marie Claire Raimbert (née le 22 janvier 1735)] ; marié à Saint-Pétersbourg le 10 septembre 1792 à Marie Thérèse Gallois. ● Commis chez ses oncles Raimbert à Saint-Pétersbourg puis négociant (1774-1780) ; chancelier du consulat par intérim. ● Notes Odile Caffin-Carcy. Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, vol. 2, p. 611.

Montréal-1.2, Félix Emmanuel ● Fils d’Antoine Montréal (né à Fréjus, Var) et de Marie Claire Raimbert (née le 22 janvier 1735). ● Négociant en Russie ; à la tête de la maison Raimbert à partir de 1815, associé à Defarge, homme de confiance d’Esprit François Raimbert. ● Notes Odile Caffin-Carcy.

Montussant, voir Fondet de Montussant

Morel, abbé Gustave ● Né à Ban-de-Laveline (Vosges) le 21 mars 1872 ; mort à Toula (Russie) le 11 octobre 1905. ● Prêtre catholique. Étudiant au séminaire de Saint-Dié (1889-1894), il passa une licence de mathématiques et de théologie à l’École des Carmes à Paris ; ordonné prêtre (1895) ; il soutint sa thèse de doctorat en 1897 puis fut nommé en 1902 professeur à l’Institut catholique de Paris ; en voyage en Angleterre et en Allemagne de 1903 à 1905, il fit trois longs voyages en Russe où il mourut ; il travailla à l’unité des chrétiens et fit une enquête sur les églises d’Orient. ● Auteur de « La théologie de Khomiakov », Revue catholique des Églises, février 1904, p. 58-65. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 226 ; Jean Calvet, L’abbé Gustave Morel, professeur à l’Institut catholique de Paris (Paris, 1907, 337 p.).

Morel, Jean-Valentin ● Né en 1794 ; mort en 1860. ● Orfèvre ; il travailla d’abord dans l’atelier de François Régnault-Nitot, le joaillier de Napoléon, puis avec Jean-Baptiste Fossin et son fils ; 1842-1848 sinstallé avec son fils Jean Prosper Morel, il fonda à Paris la maison Morel et Cie (1842-1852) ; en 1848-1852, il développa ses affaires en Angleterre et fit un voyage de quatre mois en Russie ; il y fournit plusieurs pièces d’orfèvrerie au comte Demidov, au prince Radziwil, au comte Nesselrode et au prince Kocubev, et rencontra le tsar Nicolas Ier. ● Arch. nat., F/12/5217. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 322-325.

Morel, Marie Paul Robert (1881-1946) ● Né à Fontaines-Saint-Martin (Rhône) [fils de Marie Théodose Morel, ingénieur civil, et Marguerite Germain de Montauzan ; neveu d’Ennemond Morel, industriel lyonnais] ; mort à Lyon (Rhône). Catholique. ● Industriel (secteur textile). Attesté en Russie de 1903 à 1914 ; domicilié à Moscou, Arbat, 8, rue Krivo-Kolennyi ; agent de la filiale de Veuve Guérin Fils à Moscou à partir de 1903 et un des actionnaires de la société Simonod et Cie, puis membre de l’inspection de contrôle de la même fabrique (1913) ; il fréquentait les familles des industriels moscovites tels que les Siou, Giraud et Brocard ; directeur des affaires textiles de Veuve Guérin fils (1930). ● Archives historiques de Moscou, F. 349, op. 1, d. 160, fol. 1-3 ; https://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr&p=robert&n=morel&oc=8. Serge Chassagne, Veuve Guérin et Fils, Banque et soie, une affaire de famille, Saint-Chamond-Lyon (1716-1932) (Lyon, Édition BGA Permezel, 2012) ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; Jean Morin, Souvenirs d’un banquier français (1875-1947). Notice Olga Melnichenko.

Moret-0 de Blaramberg, famille ● Famille originaire de Lille (Nord) où elle portait le nom de Van Blarenbergue, devenu Morel puis Moret de Blaramberg. Geneanet, base collaborative Pierfit ; notes Édith Ybert

Moret-1 de Blaramberg, Jean ● Né à Karlsruhe (Allemagne) en 1772 [fils naturel de Jean Paul Morel ou Moret de Blaramberg (né à Lille, Nord, en 1725 ; mort à Hanau, Hesse, Allemagne en 1797) et de Marguerite Betzeraz ; petit-fils soit de Jacques Guillaume van Blarenbergue (1691-1742), peintre, soit de Marie Claire Hélène van Blarenbergue et d’un sieur Morel, peintre] ; marié à Moscou en 1798 à Caroline de Courtenay (morte en 1818), dont il eut : Nathalie Moret de Blaramberg (née en 1799) ; Alexandre Moret de Blaramberg (né en 1802) : Hélène Moret de Blaramberg (née en 1804) ; Zénaïde Moret de Blaramberg (née en 1806-1886), mariée à Juan Manuel Tomas d’Aquino de Prat ; Michel Moret de Blaramberg (né en 1808), qui suit ; Élise Moret de Blaramberg (née en 1810) ; Vladimir Moret de Blaramberg (né en 1811), qui suit ; Jean Moret de Blaramberg, qui suit ; mort à Odessa, Ukraine, le 12 janvier 1832. ● Archéologue, collectionneur ; engagé dans l’armée de Hollande (1786) ; passé dans l’armée anglaise (1795) ; nommé procureur du tribunal commercial d’Odessa sur proposition du duc de Richelieu (1797-1798), il servit dans l’administration d’Odessa de 1810 à 1824, puis à la chancellerie de N.P. Roumiantsev ; premier directeur des musées des Antiquités d’Odessa (1825) et de Kertch (1826) ; membre correspondant de l’Académie des Sciences de Berlin (1830). ● Le livre du recteur de l’Académie de Genève, (dir. Sven Stelling-Michaud), Genève, Droz, 1966, t. 2, notices biographique des étudiants (par Suzanne Stelling-Michaud), p. 228 ; P. D. Tunkina, t. 1, p. 637 ; notes Édith Ybert.

Moret-1.5 de Blaramberg, Michel ● Né en 1808 [fils de Jean Moret de Blaramberg (1772-1931) et de Caroline de Courtenay, mariés à Moscou en 1798] ; mort après 1868. ● Militaire, archéologue, dessinateur ; membre correspondant de la Société d’Histoire et d’Antiquités d’Odessa (1842) ; directeur du musée de Kertch (1844) ; consulté par Gille pour la préparation des Antiquités du Bosphore cimmérien conservées au musée impérial de l’Ermitage (1854, texte français et russe, 3 vol.).

Moret-1.7 de Blaramberg, Vladimir ● Né à Sébastopol, Crimée, Russie, le 1er janvier 1811 [fils de Jean Moret de Blaramberg (1772-1931) et de Caroline de Courtenay, mariés à Moscou en 1798] ; marié à Pulchérie Ghika (née en 1800 ; morte à Bucarest, Roumanie, le 28 février 1879) [fille de Démètre Alexandre Ghika (1724-1807) et de Maria Razu], dont il eut : Alexandrina Moret de Blaramberg (1936-1914), mariée à Joan Grigore Ghika (1800-1881), dont descendance ; Constantin Moret de Blaramberg, marquis de Blaramberg (né à Bucarest, Roumanie, le 27 décembre 1839 ; mort à Bucarest le 11 octobre 1914), préfet de police, marié à Maria Beleanu, dont descendance ; mort en 1846. ● Ingénieur des ponts et chaussées et militaire (ayant atteint le grade de colonel) ; antiquaire.

Moret-1.8 de Blaramberg, Jean ● Fils de Jean Moret de Blaramberg (1772-1931) et de Caroline de Courtenay, mariés à Moscou en 1798 ; marié à Hélène Mavromikhali (de Simferopol, Crimée). ● Militaire. Lieutenant général russe dans le Caucase et en Perse ; ingénieur topographe à Orenbourg (1841-1856) ; directeur du département des cartes de l’état-major général à Saint-Pétersbourg (1856-1867).

Morgan, Jacques Jean Marie de ● Né à Huisseau-sur-Cosson (Loir-et-Cher) le 3 juin 1857 [fils d’Eugène de Morgan (né en 1830), propriétaire, et de Louise Marie Caroline Henriette de Calonnes] ; marié ; mort à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 12 juin 1924. ● Ingénieur des mines et archéologe. En voyage d’exploration dans la presqu’île de Malacca (1884) ; en poste à Akhtala au Caucase (1886) ; en mission scientifique dans l’Arménie russe et le Caucase (1888), où il effectua des fouilles archéologiques ; en mission scientifique en Perse, au Kurdistan et en Louristan (1889-1891), auteur de fouilles archéologiques et de travaux géographique, géologiques et linguistiques ; directeur général du service des musées, fouilles et antiquités en Égypte (1892-1896) ; demeurant au Caire en 1896, en mission d’exploration en Haute-Égypte (1896), notamment à Kom Ombo (BnF, collection de photographies) ; membre de l’expédition au Bahr-Bela-Mâ et au Sinaï (1896) ; délégué général en Perse du ministère de l’instruction publique, il se rendit en Perse et organisa pour la France le service des antiquités de la Perse (1897) ; en voyage d’exploration en Perse et en Turquie d’Asie (1898-1905), il fouilla les ruines de Suse et en rapporta de nombreuses antiquités destinées au Musée du Louvre ; rédacteur de la convention passée entre la France et la Perse au sujet des antiquités et des fouilles (1900). Demeurant à Croissy-sur-Seine, 1, rue Dormeuil, en octobre 1906. ●Auteur de nombreuses publications scientifiques, dont : Mémoire sur les terrains crétacés de la Scandinavie (Paris, F. Savy, 1882, in-fol., 47 p. et 2 pl.) ; Rapport sur les mines de cuivre, de plomb et d’argent, d’Achtala, Caucase (Paris, Imprimerie de Chaix, 1886, 50 p.-II f. de pl., fig., in-4°) ; Rapport de Jacques Morgan sur sa mission en Perse et dans le Louristan, communiqué à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dans la séance du 8 janvier 1892 (Paris, Imprimerie nationale, 1892, p. 189-200, in-8°) ; Mission scientifique en Perse (Paris, E. Leroux, 1894-1904, 5 t., in-4° et in-fol.) ; Fouilles à Suse, 1897-1898 (Paris, E. Leroux, 1899, in-8°, 49 p., fig. et planche ; extrait de la Revue archéologique) ; « Note sur les anciens vestiges de la civilisation susienne » (Revue Assyrenne, VII, 1, 1909. 1-10, I pl.) ; Essai sur les nationalités (Paris, Berger-Levrault, 1917, in-8°, 137 p.) ; Contre les barbares de l’Orient, études sur la Turquie.. (Paris, Berger-Levrault, 1918, in-8°, X-267 p.) ; Karagueuz Effendi. Le Chah du Mahboulistan, histoire orientale (Paris, Le Livre, 1923, in-16, 199 p.) ; « L’Égypte et l’Asie aux temps antéhistoriques » (Journal d’Asie, 1923, II, p. 117-159). Fondateur des Mémoires de la Délégation en Perse (8 vol. gr. In-4°, déjà publiés en 1906). ●Chevalier (11 juin 1892), officier (30 décembre 1895) et commandeur (9 mars 1906) de la Légion d’honneur. Arch. Nat., 19800035/0205/26882 ; MAE, Nantes, 598PO/2/57.

Morin, Jean-Baptiste Marie (1875-1947) ● Né à Paris VIe arrondissement, 27, rue Madame, le 17 janvier 1875 [fils de Louis Jules Morin, banquier, et de Marie Julie Henriette Petit] ; marié à Moscou, consulat de France,  le 7 mai 1904 avec Jane Louise Eugénie Warin [fille d’Émile Louis Auguste Warin (1849-1914), directeur d’une usine de tricotage à Moscou, et d’Eugénie Tellier], dont Denyse Morin (née le 25 février 1905) ; mort en 1947. Catholique. ● Banquier. Employé de la Société Générale à Paris (1895) puis à Lorient (1896) ; employé de la direction des agences étrangères du Crédit Lyonnais à Paris (1898) ; en poste à Moscou (1898-1914, 1919-1920) ; successivement élève inspecteur à la Société Générale, fondé de pouvoir de l’agence de Moscou du Crédit Lyonnais, directeur de l’agence à Istanbul (Turquie), directeur des agences d’Égypte, président de la Chambre de commerce française d’Istanbul, président de la Chambre de commerce d’Alexandrie ; vice-président de la Société de bienfaisance de l’alliance française ; administrateur du lycée français d’Alexandrie ; trésorier de l’hôpital européen ; ancien président de l’Association des anciens combattants, ancien député de la nation. Il travailla à l’agence du Crédit Lyonnais de Moscou (1898-1914), de nouveau à Moscou (1919-1920) où il fréquenta les familles des industriels français moscovites tels que les Siou, Giraud, Laming, Brocard ; son ami proche était Robert Morel, employé de Veuve Guérin Fils à Moscou. ● Auteur des Souvenirs d’un banquier français, 1875-1947, (Paris, Denoël, 1984). ● Médaille militaire ; chevalier de la Légion d’honneur (24 juillet 1934) pour ses mérites, « 44 ans de pratique professionnelle et de services militaires ». ● Arch. nat., 19800035/1304/50620 ; Archives historiques de Moscou, F. 2193, op. 1, partie 6, église catholique de Saint-Louis, 1904, p. 375. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; 387Roger Nougaret, « Le Crédit Lyonnais, acteur et témoin de la présence française en Russie (1878-1920) ». Notice Olga Melnichenko.

Morny, Charles Auguste Louis Joseph de ● Né à Paris le 21 octobre 1811 (acte de naissance) [fils d’Auguste Jean Hyacinthe Demorny, propriétaire à Saint-Domingue et demeurant à Villetaneuse, et de Louise-Coralie Fleury] ou à Saint-Maurice (Suisse) le 15 septembre 1811[il serait le fils naturel du comte de Flahault et d’Hortense de Beauharnais ; petit-fils naturel de Talleyrand et demi-frère de Napoléon III] ; marié à Saint-Pétersbourg le 19 janvier 1857 avec la princesse Sophie Troubetskoï (1838-1896) [fille de Serge Vassiliévitch Trobetskoï et de la comtesse Catherine Moussine-Pouchkine], suivante de l’impératrice, dont quatre enfants ; mort à Paris le 10 mars 1865, inhumé au Père-Lachaise. ● Militaire, industriel, homme politique ; collectionneur. Orléaniste. Fondateur de la Compagnie du chemin de fer du Grand Central ; député du Puy-de-Dôme (9 juillet 1842) ; président du conseil général du Puy-de-Dôme (1852-1865) ; ministre de l’Intérieur (2 décembre 1851-22 janvier 1852), l’un des principaux instigateurs et organisateur du coup d’État du 2 décembre 1851, démissionnaire après la nationalisation des biens des Orléans ; président du Corps législatif (12 novembre 1854) ; ambassadeur en Russie (7 septembre 1865. Créateur de Deauville et du Vésinet. ● Créé duc de Morny par décret du 8 juillet 1862. ● Chevalier (13 janvier 1837), grand-croix (10 juillet 1854) de la Légion d’honneur ; chevalier de l’ordre de Saint-André. Arch. nat., C/0/67. Gerda Grothe, Le Duc de Morny (Paris, Fayard, 1966, 375 p.) ; Benoît Yvert, Dictionnaire des ministres (1789-1989), p. 283.

Mortier, Adolphe Édouard Casimir, duc de Trévise ● Né au Cateau-Cambrésis (Nord) le 13 février 1768 [fils d’Antoine Charles Joseph Mortier, militaire, député du tiers-état aux états généraux, et de Marie Anne Joseph Bonnaire] ; marié à ève Anne Hymmès (1779-1855), dont il eut quatre enfants ; mort à Paris dans l’attentat de Fieschi le 28 juillet 1835. ● Militaire ; diplomate. Engagé dans la garde nationale (14 juillet 1789) à Dunkerque et au Cateau-Cambrésis ; entré au 1er bataillon de volontaires du Nord (1791), il participa aux campagnes de la Révolution ; général de brigade (23 février 1799) ; général de division (25 septembre 1799) ; commandant de la Garde consulaire (1803) ; maréchal de l’Empire (1804) ; duc de Trévise (2 juillet 1808) ; engagé dans la campagne de Russie ; auprès de l’Empereur pendant les Cent-Jours ; gouverneur de la 15e région militaire, Rouen (1816) ; député du Nord ; ambassadeur de France en Russie (1830-1833) ; président du Conseil et ministre de la Guerre (18 novembre 1834-20 février 1735). ● Grand aigle (2 février 1805) et grand chancelier (28 juillet 1835) de la Légion d’honneur ; ordre du Saint-Esprit (1825). ● Arch. nat., C/0/41. Benoît Yvert, Dictionnaire des ministres, p. 165-166.

Mortillet, voir Gallix de Mortillet

Moscetti, Carlo ● Agent consulaire à Taganrog de 1874 à 1887. ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, cartons n° 3035. Annuaire diplomatique, 1874-1887.

Motréal-0, famille ● Famille originaire de Provence.

Mourier, Jean ● Professeur de français des enfants du vice-roi du Caucase, le grand-duc Mihail Nikolaevic, à Tiflis ; fondateur à Tiflis une revue française Le Caucase illustré, mensuel financé grâce à la publicité (1889-1891), suivie en 1899-1901 d’une deuxième série du Caucase illustré (collection complète du Caucase illustré à la bibliothèque de Tiflis). ● Auteur de : Les arts industriels au Caucase (Tiflis, 1880) ; La Mingrélie, ancienne Colchide (Odessa, 1883) ; Contes géorgiens des xviie et xvioie siècles (Tiflis, 1885) ; L’archéologie au Caucase (Paris, 1887) ; Guide au Caucase (Tiflis, imprimerie de Liberman, 1891) ; L’art au Caucase (C.Bulens, 1912). ● M .O. Kosven, « Matériaux pour l’histoire de l’ethnographie du Caucase dans la science russe », III, 1962, p. 160-161. Notice Édith Ybert.

Moussy, André ● Fils de Jean Pierre Moussy, industriel du textile à Moscou, et d’Anne Goujon. ● Administrateur en 1914 de la Manufacture de soieries de Moscou. ● Notice Olga Melnichenko.

Moussy, Jean Pierre ● Marié à Anne Goujon, veuve de François Théodore Dole (née à Vignieu, Isère, le 25 avril 1833), dont : Camille Moussy (né à Moscou le 26 septembre 1870) ; André Moussy ; Georges Moussy. ● Industriel (secteur textile). Marchand de 2e guilde à Moscou, il y ouvrit une fabrique de soieries en 1872 ; avec les héritiers de Pierre Goujon, il fonda la Société de la manufacture de soieries de Moscou en 1881, qui obtint la même année le droit de représenter les armoiries de l’État ; une deuxième fabrique fut ouverte en 1906 à Kiržač de Guberniâ (Vladimir) ; domicilié à la Manufacture de soieries de Moscou, partie Lefortov, quartier 2, maison Kalachnikov ; à la veille de la Première Guerre mondiale, le capital de base de la fabrique s’élevait 3,25 millions de roubles (13 000 actions à 250 roubles chacune), la fabrique employait 3 250 ouvriers et était administrée par Jules Goujon, André Moussy et A. Meyer. ● Archives historiques de Moscou : F. 16, op. 24, d. 1761 ; F. 16, op. 23, d. 1476 ; F. 349, op. 1, d. 385, fol. 13 ; MAE, La Courneuve, 38NCOM, Correspondance commerciale Moscou, t. 6, 1890-1896, fol. 291. Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; Roger Nougaret, « Le Crédit Lyonnais, acteur et témoin de la présence française en Russie (1878-1920) ». Notice Olga Melnichenko.

Murat, prince Achille ● Né à Bordentown, New Jersey, USA, le 2 janvier1847 [fils de Lucien Napoléon Charles Murat (né à Milan le 16 mai 1803 ; mort à Paris le 10 avril 1878), 3e prince Murat, prince de Pontecorvo (1812), grand-maître du Grand Orient de France (1851-1861), et de Caroline Frazel (1810-1879), mariés à Bordentown, New Jersey, USA, le 17 août 1931 ; petit-fils au paternel de Joachim Murat (1767-1815), aide de camp du général Bonaparte en Italie, roi de Naples, et de Caroline Bonaparte (1782-1839)] ; marié à Paris le 13 mai 1868 à la princesse Salomé Davidovna Dadiani (née à Gordi, Russie, le 13 octobre 1848 ; morte à Paris le 23 juillet 1913) [fille de la dernière souveraine de Mingrélie, Catherine Tchavtchavadzé], dont il eut Lucien Murat (1870-1833), marié en 1897 à Marie de Rohan-Chabot (1876-1951), lui-même père d’Achille Murat (1898-1987) ; il se suicida d’un coup de revolver à Chkadouache le 25 février 1895. ● Propriétaire, viticulteur. Installé dans un palais (détruit par un incendie en 1895) à Zougdidi, capitale de la Mingrélie (Géorgie), au château de Salkhino et au relais de chasse de Chkadouache, construit entre 1876 et 1878, dont il avait dessiné les plans ; il possédait 25 000 ha de terres en Mingrélie et produisait du vin, le vin Oldjalèche, médaillé d’or à Paris en 1900. La famille Murat fut chassée de Mingrélie lors de la Révolution russe. ● Notes Fabien Gandrille.

Mure d’Azir, Natal Henry ou Henri Noël ● Né à Gières (Isère) le 2 septembre 1752 [fils de Jean Pierre Mure (né à Gières le 3 octobre 1713 ; mort le 19 janvier 1780), bourgeois de Gières, secrétaire greffier de la communauté des bourgeois de Gières, et de Françoise Daru (morte à Gières le 6 octobre 1764)] ; marié à La Canée le 28 décembre 1792 à Marie Sponty Leftero, dont il eut un fils, Ange Henry Mure ; mort à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 15 juillet 1826. ● Consul. Commis dans les bureaux de l’intendance de Languedoc ; il rejoignit son frère Jean-Baptiste au Caire pour y apprendre l’arabe (1777) ; vice-consul au Maroc (28 janvier 1779), arrivé à Salé en juin 1781 ; chargé de l’intérim du consulat (1782-1786) ; en congé en France (1786) ; consul à Tripoli de Syrie (provisions du 27 août 1786) ; consul à La Canée (provisions du 6 octobre 1787), cité dans l’état des Français de 1789 ; consul à Larnaca, Chypre (1796), arrivé à son poste en août 1796 ; à la suite de l’expédition d’Égypte, envoyé à Nicosi avec les autres Français, débarqué à Smyrne avec son épouse, et prisonnier sur parole pendant deux ans ; de retour en France, nommé commissaire général des relations commerciales à Odessa (16 septembre 1802), en fonctions jusqu’en 1812 ; consul général à Tripoli de Barbarie (12 septembre 1814), avec 10 000 F de traitement, confirmé par décret impérial du 29 août 1815 ; retiré le 1er juillet 1824 avec 6 000 F de pension de retraite. ● Chevalier de la Légion d’honneur (15 juin 1804), officier de la Légion d’honneur (26 mars 1825). ● CC Const. : AE/B/I/444, fol. 22-24v ; AE/B/I/448, fol. 147-153v, 154-156v, 181-182v, 293-296v ; AE/B/III/290, pièces 82, 108, 109, 112, 116, 202 ; Arch. nat., LH/1968/23. Amaury Faivre d’Arcier, Les oubliés de la Liberté…, p. 53 ; Anne Mézin, Les consuls de France…, p. 461-462.

Musté ● Exploitant de loupes de noyer sur le cours supérieur de l’Amoudarya au xixe siècle. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 342. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search