N

Nalade, Alexandre Hugues Antoine ● Consul de France à Saint-Pétersbourg, cité en 1841. ● Arch. nat., LH/2318/15 (Auguste Ricard de Montferrand).

Nardin, Anatole ● Né à Paris en 1829 ; mort à Saint-Pétersbourg en septembre 1875. ● Chimiste et professeur de langues. ● MAE, Nantes, 598PO/2/311.

Nedats, Constantin de ● Médecin en chef de l’hôpital et du régiment de la garde de Finlande. Auteur d’un Tableau de la composition des aliments et des boissons. ● MAE, Nantes, 598PO/2/629.

Neubauer, Adolphe (1832-1907) ● Né à Baia Mare, actuel Nagybana (Roumanie), le 12 mars 1832 ; mort à Londres (Royaume-Uni de Grande-Bretagne) le 6 avril 1907 ● Lexicologue et bibliographe ; bibliothécaire ; orientaliste, spécialiste de culture et de civilisation hébraïques. ● Demeurant à Paris depuis 1857, il émigra en Grande-Bretagne (1865) ; bibliothécaire à la Bodleian Library, Oxford (1868-1899) ; professeur d’hébreu médiéval, à l’Oxford University (1884-1900) ; il vécut ensuite à Vienne en Autriche (1901-1906). ● Il obtint une mission de l’Instruction publique pour étudier à la bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg les manuscrits hébreux particulièrement les manuscrits Karaïtes (1863-1864). Auteur du Rapport sur une mission à Saint-Pétersbourg, Rapport sur les manuscrits caraïtes de la bibliothèque de Saint-Pétersbourg. ● Arch. nat., F/17/2995/A. Notice Armelle Le Goff.

Neuville, Dominique Eugène ● Né à Lisbonne (Portugal) le 24 juillet 1849 [fils de Charles Neuville, marchands de nouveautés à Lisbonne, et d’Aline Callier]. ● Consul de seconde classe à Gibraltar (1885) ; consul à Moscou (20 avril 1886-21 décembre 1888). Chevalier de la Légion d’honneur (7 juillet 1885). ● Arch. nat., LH/1983/26 ; Annuaire diplomatique, 1890-1901.

Ney, Napoléon Joseph Marie Mercédès Jean Paul ● Né à Paris47, avenue des Champes-Élysées, le 9 juin 1849 [fils de Michel Napoléon Simon Ney et de Julie de Mesvres (née à Tours, Indre-et-Loire, en 1824) ; petit-fils du maréchal Ney] ; mort le 22 novembre 1900. ● Militaire et voyageur. Élève à l’École spéciale militaire ; capitaine d’infanterie, quand il quitta l’armée en 1883 ; en voyage dans toute l’Europe (1883-1887) ; passé Amérique pour l’inauguration de la statue de la Liberté (1887) ; en Russie en 1888-1889, il fut envoyé au Turkestan russe pour l’inauguration du Transcapien avec le marquis de Voguë et le général Niox (1888). ● Auteur de : En Asie centrale à la vapeur. La mer Noire, la Crimée, le Caucase, la mer Caspienne, les chemins de fer sibériens et asiatiques, inauguration du chemin de fer transcapien, l’Asie centrale, Merv, Boukhara, Samarkand.Notes de voyage (Paris, Garnier frères, 1888 ; préface de Pierre Véron). Fondateur du Racing Club et membre de la Ligue de l’enseignement. ● Chevalier de la Légion d’honneur (24 juin 1871) ; officier d’Académie. ● Arch. nat., LH/1984/19. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 375.

Nicolle, abbé Charles Dominique ● Né à Pavilly (Seine-Maritime) le 4 août 1758 ; mort le 2 septembre 1835. Frère de Gabriel-Henri Nicolle (né à Fresquienne, Seine-Maritime, le 23 mars 1767, mort à Paris le 8 avril 1829), fondateur du journal l’Éclair pendant la Révolution, puis libraire-éditeur, fondateur avec son frère du lycée Sainte-Barbe. ● Prêtre, enseignant. L’abbé Nicolle continua ses études (commencées au collège de Rouen) au collège Sainte-Barbe à Paris où il enseigna par la suite dès 1782 et où il se trouvait être préfet des études au début de la Révolution. Il refusa la constitution civile du clergé, ne prêta pas le serment imposé aux ecclésiastiques et partit en émigration avec le fils de l’ambassadeur de France à Constantinople, le comte de ChoiseuL-Gouffier. L’abbé Nicolle fonda à Saint-Pétersbourg un institut qui devint l’asile des prêtres français exilés (Septavaux, Gohier, Surrugues, Fromont notamment) et un établissement éducatif recherché par la meilleure noblesse de Russie. Il y avait vingt élèves et six professeurs dans cette pension en 1800. Quelque temps après l’ouverture de l’Institut, il fut fermé temporairement à cause d’une épidémie. L’abbé Nicolle trouva alors refuge chez les princes Dolgorouki. En 1811, il fut nommé par l’empereur Alexandre visiteur des églises catholiques de la Russie méridionale. Il assista le duc de Richelieu, gouverneur général des mêmes contrées, et participa à la création du lycée Richelieu d’Odessa, dont il écrivit les statuts sous le titre : « Établissement du Lycée Richelieu à Odessa, fondé par Oucase de S. M. l’Empereur de toutes les Russies en date du 2 mai 1817 ». Nommé directeur du lycée, il en fut renvoyé le 3 janvier 1820 par oukase impérial, à la suite de la dénonciation d’un des professeurs du lycée qui l’accusait de prosélytisme. On lui reprochait également son opposition à la Société biblique. Il versa tout son salaire au Lycée pour l’établissement d’une bibliothèque. Ayant quitté la Russie en 1817, il fut nommé aumônier de Louis XVIII, il repartit pour un séjour de quelques mois à Odessa. Il rentra définitivement en France en 1820. En 1821, il entra au conseil de l’Instruction publique et nommé recteur de l’Académie de Paris. Il participa à l’achèvement du lycée Saint-Louis, à la fondation du collège Sainte-Barbe (lycée Rollin) et à l’établissement du concours de l’agrégation pour les professeurs. La révolution de 1830 mit fin à sa carrière. Il devint vicaire général à Paris et fut nommé membre du Conseil pour l’œuvre des orphelins du choléra. Il était franc-maçon, membre de la loge la Palestine en 1816, à Saint-Pétersbourg, et d’une loge à Lausanne. Auteur d’un Plan d’éducation, ou Projet d’un collège nouveau (Paris, 1833, in-8° ; 5 planches). ● Décoré de l’ordre de Sainte-Anne ; chevalier de la Légion d’honneur. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, vol. 2, p. 629-630

Nignon, Édouard ● Né à Nantes (Loire-Atlantique) le 9 novembre1865 [fils de Pierre Nignon et d’Anne Le Rhun] ; marié (1) à Paris, IVe arrondissement, le 16 septembre 1888 à Joséphine Lucas (née en janvier 1863), dont Marcel Édouard Nignon (1889-1914), et (2) à Moscou (Russie) le 22 août 1901 à Marie-Antoinette Simonot (née en 1877), dont Berthe Marie Nignon (1902-1908) ; mort à Bréal-sous-Montfort (Ille-et-Vilaine) le 30 octobre 1934. ● Cuisinier à Moscou ; restaurateur chez Larue à Paris ; restaurateur-négociant à Paris à partir de 1896, toujours en fonctions en 1921 ; conseiller du commerce extérieur de la France (1911) ; commissaire et administrateur du bureau de bienfaisance du VIIIe arrondissement pendant la guerre de 1914-1918 ; fondateur d’un orphelinat pour les orphelins de la guerre ; conseiller de la ligue nationale pour l’exposition française (20 juillet 1920) ; demeurant en 1921 à Paris, 1, place de la Madeleine, et 27, rue Royale. ● Auteur de : Heptaméron des gourmets ; Cuisine du xxe siècle ; collaborateur à divers ouvrages culinaires. ● Médaille d’honneur à l’exposition de Gand ; hors concours à l’exposition de Gand et membre du jury ; grand prix hors concours à l’exposition de San Francisco. Officier du mérite agricole ; chevalier des Palmes académiques ; médaille de la Mutualité ; chevalier de la Légion d’honneur le 8 janvier 1921. ● Arch. nat., 19800035/567/64568. Notice Nicolas de La Bretèche.

Noailles, comte Antonin Claude Dominique Just de ● Né à Paris le 22 août 1777 [fils de Louis Philippe Marie Antoine de Noailles (1752-1834), prince de Poix, et d’Anne Louise Marie de Beauvau (1750-1834) ; marié le 11 mai 1703 à Mélanie de Talleyrand-Périgord [fille d’Archambaud Louis Joseph, duc de Talleyrand-Périgord (1762-1838), lieutenant général des armées du roi, et de Madelaine Hennriette Sabine Olivier de Senozan-Viriville (1764-1794)], dont : Charles Philippe Henri de Noailles (1808-1854) ; Charles Antonin de Noailles (1811-1852) ; Amédée Adélaïde Louis de Noailles (1812-1860), secrétaire d’ambassade ; Alexandrine Léontine Marie Sabine de Noailles (1819-1870), mariée à Charles Henry Lionel Widdrington Standish (1823-1883) ; mort à Paris le 1er août 1846. VIIe prince de Poix (1834), duc de Mouchy, duc de Poix. ● Diplomate. Chambellan de Napoléon Ier (1806) ; comte de l’Empire (27 septembre 1810) ; rallié à Louis XVIII, commandant une compagnie de la Garde nationale de Paris (1814) ; ambassadeur en Russie (1815-1819) ; président du grand collège de la Meurthe (1824), député de la Meurthe (1824-1827). Commandeur de la Légion d’honneur (13 août 1814) ; chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis (13 août 1814) ; chevalier du Saint-Esprit (30 mai 1825) ; chevalier de l’ordre de la Toison d’or. ● Arch. nat., LH/1994/5. Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaires des parlementaires français.

Noetzlin, Jacob Charles Édouard ● Né à Bâle (Suisse) le 1er janvier 1848. ● Baquier. Représentant de la Banque de Paris et des Pays-Bas ; membre fondateur de la Banque Russo-Chinoise les 10 décembre 1895 et 17 janvier 1896 ; administrateur de la Banque Russo-Chinoise en 1896, à qui 100 actions furent attribuées ; dit en 1910 administrateur de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Chevalier (29 décembre 1903) et officier (24 novembre 1910) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH, 19800035/0193/25156 ; Thierry Claeys, Wen Wen, « Autour de la genèse de la Banque Russo-Chinoise : les ambitions contradictoires d’une alliance franco-russe », p. 59.

Nordman, de ● Membre du voyage effectué en 1837 à la suite d’Anatoli Nicolaïevitch Demidov dans la Russie méridionale et la Crimée. ● Anatoli Nicolaïevitch, Demidov, Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie, exécuté en 1837, sous la direction de M. Anatole de Demidoff, par M. M. de Sainson, Le Play, Huot, Raffet, Rousseau, de Nordman et du Ponceau.

Normand, Alfred Nicolas (1822-1909) ● Né à Paris le 1er juin 1822 [fils de Louis Éléonore Normand (né en 1780), architecte, et de Marie Jeanne Lecat (née en 1791)] ; marié à Paris le 24 novembre 1855 à Franziska Catherine Hélène Reinganum, dont : Charles Normand, architecte ; Paul Normand, architecte ; Robert Normand, capitaine du génie ; une fille, Madame Albert Cayla ; mort à Paris, 51, rue des Martyrs, le 2 mars 1909, inhumé au Père-Lachaise. ● Architecte et photographe. Élève architecte à l’École des beaux-arts (1842) ; grand prix de Rome (1846) ; pensionnaire à la Villa Médicis (1847-1852), il y rencontra en 1851 Flaubert et Du Camp qui lui montra les calotypes qu’il rapportait de son voyage en Orient et l’initia à la photographie ; en lien avec le cercle des photographes du Caffé Greco ; inspecteur des travaux de la Ville de Paris (1852) ; inspecteur général des édifices pénitentiaires (1861) ; il pratiqua le gélatino-bromure d’argent entre 1887 et 1891 et fut l’auteur de quelque 3 500 clichés sur support souple, pris à l’occasion de voyages d’étude en Tunisie, Égypte, Russie, Suède, Danemark, Empire austro-hongrois, Suisse et Italie. ● Ses négatifs sur papier, conservés par la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, ont été déposés au musée d’Orsay. ●Il avait reçu plusieurs récompenses aux expositions universelles entre 1855 et 1878. Membre de l’Académie des beaux-arts. Chevalier (17 août 1860) et officier (16 août 1900) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/2002/39. Marc Durand, De l’image fixe à l’image animée (1820-1910)… Notice Armelle Le Goff.

Nothon, J. ● Ingénieur ; présent en Russie en 1916 ; directeur gérant de la Société anonyme des forges et aciéries de la Kama à Tchoussovaïa, gouvernement de Perm. MAE, Nantes, 598PO/2/337. 

Noulens, Jean-Baptiste Joseph Eliacin ● Né à Bordeaux (Gironde) le 29 mars 1864 [fils de Joseph Eliacin Jean Marie Noulens ; mort à Sorbets (Gers) le 9 septembre 1944. ● Homme politique, diplomate. Licencié en droit ; diplômé de l’écle des sciences politiques. Engagé conditionnel (novembre 1882), sous-lieutenant de réserver (1888), lieutenant (1895), libéré en 1907. Auditeur au Conseil d’État (1888-1896) ; maître des requêtes (1902) ; député du Gers (1902) ; sous-secrétaire d’état à la Guerre (3 novembre 1910-1er mars 1911) ; ministre de la guerre (9 décembre 1913-8 juin 1914) ; ministre des Finances (13 juin-26 août 1914), il fit adopter la loi du 15 juillet 1914 créant un impôt général sur le revenu ; ambassadeur de France en Russie (juin 1917-juillet 1919), il quitta Petrograd lors de la signature du traité de Brest-Litovsk (3 mars 1918) et continua sa mission à Arkhangelsk ; président des missions alliées en Pologne (janvier-mai 1919) ; premier expert français à la conférence de la paix pour les questions politiques et économiques (1919) ; ministre de l’Agriculture (20 juillet 1919-19 janvier 1920) ; mis en disponibilité comme ambassadeur (décembre 1920) ; sénateur du Gers (janvier 1920-décembre 1923) ; président de la chambre de commerce franco-polonaise (1920) ; conseiller du commerce extérieur (1926) ; chargé par le ministère du commerce de la présidence d’une mission économique en Pologne (juin 1929). ● Chevalier de la Légion d’honneur (10 septembre 1929) ; commandeur du Mérite agricole. ● Arch. nat., LH, 19800035/0034/4381. Benoit Yvert, Dictionnaire des ministres (1789-1989), p. 557-558.

Nystedt ● Agent consulaire à Helsingfors (1877-1881). ● Annuaire diplomatique, 1877-1881.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search