P

Paisseau, Lambert ● Militaire ; en voyage en 1898 dans le Turkestan envoyé comme observateur par le gouvernement français, il envoya au ministère de Affaires étrangères un compte-rendu sur la situation à la frontière russo-afghane et sur le tracé du chemin de fer transcapien. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 165. 

Paléologue, Georges Maurice ● Né à Paris le 13 janvier 1859 [fils d’Alexandre Paléologue (1824-1866) et de Frédérique de Ridder (née en 1828), mariés en 1851 ; mort célibataire à Paris, 16, rue de Téhéran, le 18 novembre 1944, inhumé au cimetière de Passy. ● Diplomate, historien et essayiste. Attaché au ministère des Affaires étrangères (6 août 1880) ; secrétaire d’ambassade par intérim à Tanger (7 février-15 mai 1883) ; secrétaire de 3e classe à Rome (22 mai 1885) ; adejoint à la mission spéciale en cheine et en Corée (5 août 1885) ; attaché péyé à la direction polique (1er novembre 1886) ; commis principal (18 juillet 1889) ; secrétaire d’ambassade de 2e classe (12 août 1891) ; sous-chef du cabinet du ministre (10 décembre 1892) ; chargé des fonctions d’attaché payé à la direction politique (13 janvier 1893) ; chef adjoint du cabinet du ministre, du personnel et du secrétariat (4 décembre 1893) ; secrétaire de 1re classe, rédacteur à la direction politique (22 mai 1894) ; ministre de la commission permanente du stage (2 janvier 1895-24 août 1900) ; délégué du ministre près la Cour de cassation (7 janvier-3 juin 1899), près le conseil de guerre de Rennes (31 juillet-9 septembre 1899) ; membre de la commission chargée d’étudier les questions relatives aux édifices diplomatiques et consulaires (15 mai 1901) ; ministre plénipotentiaire de 2e classe, sous-directeur adjoint (2 décembre 1901) ; membre de l’ambassade extraordinaire à Madrid pour le mariage du roi d’Espagne (juin 1906) ; chargé de l’agence et consulat général à Sofia (29 janvier 1907) ; ministre plénipotentiaire de 1re classe (20 décembre 1908) ; envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Sofia (12 mai 1909) ; directeur des affaire politiques et commerciales (25 janvier 1912) ; ambassadeur de France en Russie (1914-1917), arrivé à Saint-Pétersbourg le 16 février 1914 ; critiqué pour son suivi des événements ; secrétaire général du ministère des Affaires étrangères dans le cabinet Millerand ; élu à l’Académie française (7 juin 1958). ● Collaborateur à la Revue des Deux Mondes ; auteur de : La Russie des tsars pendant la Grande Guerre (Paris, Plon-Nourrit, 1921-1923, 3 vol., 377, 346 et 356 p.), réédité sous le titre Le crépuscule des tsars (Paris, Mercure de France, 2007, 704 p.) ; Le roman tragique de l’empereur Alexandre II (Paris, Plon-Nourrit, 1923, 255 p.) ; Alexandra Feodorowna, impératrice de Russie (Paris, Plon, 1932, 255 p.) ; Guillaume II et Nicolas II (Paris, Plon, 1935, 249 p.) ; Alexandre Ier, un tsar énigmatique (Paris, Plon, 1937, 315 p.) ; Les précurseurs de Lénine (Paris, Plon, 1938, 247 p.) ; L’Écroulement du tsarisme (Paris, Flammarion, 1939, 159 p.) ; Aux portes du jugement dernier. Élisabeth-Féodorowna, grande-duchesse de Russie (1940 Paris, Plon, 1940, II-239 p.). ● Chevalier (2 mai 1893), officier (17 août 1901), commandeur (17 février 1913) et grand officier (8 septembre 1920) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/2039/7 ; MAE, La Courneuve, PA/AP 133. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 77.

Panassie, Louis Marie Antoine ● Né à Decazeville (Aveyron) le 26 juin 1860 [fils d’Antoine Henry Panassie (né en 1831), notaire, et de Marie Claire Stéphanie OctavieAlbrespic (née en 1837)]. ● Ingénieur des mines. Élève de l’École nationale supréieure des mines ; engagé conditionnel au 17e régiment de dragons pendant un an ; créateur de l’exploitation des mines de manganèse au Caucase (1887-1906) ; prospecteur en France et en Russie ; auteur de travaux de recherche de pétrole en Russie ; président de la Société forestière de l’Aveyron ; directeur et propriétaire d’une fabrique de pâtes alimentaires à Capdenac ; président du Bureau de bienfaisance de Livinhac-le-Haut ; dit industriel à Villefranche-de-Rouergue en 1925. ● Chevalier le l’ordre du Mérite agricole (1910) ; chevalier de la Légion d’honneur (14 janvier 1925). ● Arch. nat., LH, 19800035/0263/35035 ; MAE, Nantes, 598PO/2/57. 

Paris, Denis Guillaume ● Peut-être fils de Guillaume Alexis Paris (né à Liège en 1756 ; mort à Saint-Pétersbourg vers 1839), compositeur et chef d’orchestre à la Société philharmonique de Saint-Pétersbourg. ● Directeur de la troupe française de l’opéra de Saint-Pétersbourg au xixe siècle. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, vol. 2, p. 642.

Paris, François ● Né en 1878 ; catholique. ● Chargé de mission en Russie de mars 1916 à avril 1920, il fut à l’origine de l’implantation d’une église pour les employés des entreprises minières de Makiïvka (Donetz), qui obtint le statut de paroisse française en 1916 ; de retour en France après la révolution russe. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 217. 

Paris, Guillaume ● Né à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme) le 28 septembre 1847 ; marié à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 4 novembre 1876 à) Marie-Louise Haste (née à Clermont-Ferrand le 11 mars 1858 ; morte à Montmorency le 15 février 1933), dont Denise Paris, marié à Joseph Auguste Ravet ; mort à Montmorency (Val-d’Oise) le 2 août 1934. ● Parti en Russie en 1881 ; contremaître à Simferopol à l’usine de confiserie Abrikossof fils, fournisseur officiel de la cour de Russie. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Paris, Louis Antoine ● Né à Épernay (Marne) le 4 août 1802 ; mort à Épernay le 4 septembre 1887 ; frère du mèdiéviste Paulin Paris. ● Bibliothécaire et archiviste. Bibliothécaire archiviste de la ville de Reims puis d’Epernay ; il participa à la fondation de l’Académie des sciences et belles lettres de Reims ; en séjour pendant trois ans en Russie, professeur au Gymnase impérial de Moscou ; dit secrétaire d’académie en 1846. ● Auteur en particulier de : Histoire de Russie, depuis le commencement de la monarchie jusqu’à nos jours (Paris, 1832, 107 p.) ; auteur de la traduction La chronique de Nestor (1834) ; La Russie, la Pologne et la Finlande (1835). ● Chevalier de la Légion d’honneur (6 mai 1846). ● Arch. nat., LH/2053/7. Charles Corbet, l’opinion française face à l’inconnue russe, p. 209. 

Parran, Alphonse ● Né à Saint-Hyppolyte-du-Fort (Gard) le 26 juillet 1826 [fils de Jean paul Parran, propriétaire, et de Célina Louise Françoise Lacombe de Mandiargues] ; mort à Paris le 1er avril 1903 ; protestant. ● Ingénieur. Entré à l’École Polytechnicien (octobre 1846) ; ingénieur ordinaire des mines (7 décembre 1852) et professeur de géologie et de minéralogie à l’École des mines de Saint-Étienne (1852-1857) ; chargé du sous-arrondissement minéralogique d’Alais, Gard (1857), il participa aux opérations de sauvetage aux houillères de Lable (Gard) lors de leur inondation en 1862 ; sollicité par Paulin Talbot pour monter et diriger l’exploitation des mines de Mokta-El-Hadid en Algérie (1864) ; il coopéra avec l’ingénieur Rocard à la création du port de Bénisag et des exploitations des minerais de fer à la Tafna, département d’Oran (1879) ; ingénieur en chef des mines (1er janvier 1881) ; organisateur de la Société de Krivoï-Rog (mines de fer, de houille et hauts fourneaux dans le gouvernement de Kherson), à la demande du Russe Pohl (1881) ; président de la Société géologique de France (1884) ; en mission à Gasa (Tunisie) pour étudier les gisements de phosphate de chaux (1896), il coopéra à la fondation de la Société des phosphates et du chemin de fer de Gafsa (1897) ; fondateur de l’École alsacienne à Paris. ● Chevalier (6 octobre 1861), puis officier (29 décembre 1898) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH/2057/22. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 370. 

Parrot-1, Georges Frédéric ● Né à Montbéliard (Doubs) en 1766 ou 1767 [fils de Jacques Parrot, maître bourgeois juré] ; marié à Karlsruhe en 1789, père de deux fils, dont Frédéric Parrot, qui suit ; mort en Finlande en 1852, inhumé à Saint-Pétersbours. ● Après des études à Montbéliars, il s’installa à Stuttgard ; entré au service du comte d’Héricy, gentilhomme normand protestant, il s’installa en 1795 en Livonie et devint précepteur des enfants du prince Karl von Sieves (Sievers ?) ; il passa en 1796 à Riga ; conseiller d’Alexandre Ier, il réorganisa en 1802 l’université de Dorpat (Tartu, dans les provinces baltes) qui avait été fermée à la suite des guerres du Nord en 1710, où il occupa la chaire de physique ; passé à Saint-Pétersbourg, reçu en 1826 membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg et en devint recteur, puis vice-directeur en 1837 ; nommé conseiller d’État en 1840. Chevalier des ordres de Sainte-Anne et de Saint-Vladimir. ● MAE, Nantes, 598PO/2/191, doss. 2921. Anne Mézin, Valdislav Rjéoutski, vol. 2, p. 643-644.

Parrot-1.2. Frédéric ● Fils du conseiller d’état Parrot ; marié à Henriette Parrot, sa cousine. ● Géographe et enseignant. Professeur à Dorpat, connu pour des voyages scientifiques ; auteur de la première ascension du mont Ararat en Arménie (5156 m). ● MAE, Nantes598PO/2/191, doss. 2921.

Pascal, Joseph Eugène ● Architecte, diplômé de l’École d’architecture de Paris ; bénéficiaire d’un passeport pour se rendre en Russie, il demanda la nationalité russe en 1820 ; architecte au comité des constructions de Moscou (1820) ; chargé de mission scientifique en Crimée par l’Académie des sciences (1821) ; entré au Comité des batiments et travaux hydrauliques de Saint-Pétersbourg (1823) ; attaché à la commission de l’église Saint-Isaac comme dessinateur puis comme maître maçon (1825), il participa aux travaux de sa construction jusqu’en 1843 ; membre de l’Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg (1835) ; conseiller honoraire (1839) ; concepteur de la Colonne Alexandrine ; membre du cercle d’Augustin Bettancourt. ● Arch. nat., LH/2318/15 (Auguste Ricard de Montferrand). Notice Alexandre Kviatkovski, Véra Bondarchuk.

Pasquier, Armand ● Né à Brétigny-sur-Orge (Essonne) le 13 décembre 1858. ● Ingénieur. Bachelier ès lettres et ès science ; 1878 diplômé de l’École des mines de Saint-Étienne (1878) ; ingénieur civil pendant deux ans, engagé comme ingénieur pour les Houillères et Fonderie de l’Aveyron, puis pendant quatre ans dans les aciéries de la Loire ; au service de la Société des forges et aciéries de Huta Bankovka (1884-1900), successivement chef de service puis ingénieur en chef ; directeur gérant de la Société des forges et aciéries du Donetz (1900) ; il contribua à la création d’écoles primaires, d’une bibliothèque et d’un théâtre et fut un soutien de l’alliance franco-russe. ● N Médaille de collaborateur pour l’exposition universelle à Paris (1900) ; ordre de Saint-Stanislas (1901) ; proposé en 1906 pour être décoré de l’ordre de Sainte-Anne. ● MAE, Nantes, 598PO/2/425. 

Patenotre, Charles Amand ● Né à Allouville-Belefosse (Seine-Maritime) en 1799. ● Docteur en médecine ; il se vit délivrer à Saint-Pétersbourg en 1864 un passeport l’autorisant à se rendre en France en passant par l’Autriche, l’Allemagne et la Suède. ● MAE, Nantes, 598PO/2/25. 

Patouillard, Auguste René Gaston Antoine ● Né à Toulouse (Haute-Garonne), 52, boulevard Napoléon, le 13 novembre 1867 [fils de Jean Marie Édouard Patouillard (né en 1830), voyageur de commerce, et de Maria Anna Isabelle Augusta Thioulouze (née en 1841)] ; mort le 14 avril 1957. Architecte diplômé par le gouvernement ; premier grand prix de Rome (1895) ; il effectua en 1897-1898 avec l’architecte V. Chabrol le revêtement architectural et la décoration du pont de la Trinité (Troïtzky) à Saint-Pétersbourg ; médaille de deuxième classe (1900) ; médaille d’honneur (1904) ; membre du jury de l’école des Beaux-arts, membre du jury du concours du prix de Rome (1907) ; architecte de l’École des beaux-arts de Nancy (au concours), des annexes du ministère de la Marine, avenue de Suffren à Paris (au concours), des travaux d’agrandissement de l’Institut national agronomique, du groupe scolaire rues Vulpian,Corvisart et Paul Gervais (XIIIe arrondissement de Paris), des monuments à Gustave Larroumel au Palais royal à Paris, à Fromantin à La Rochelle, à Pallade et à Cantainzène en Roumanie ; exposant hors concours à l’exposition de Liège (1905) ; exposant hors concours à l’exposition de Londres, groupe II, section de sculpture (Vue perspective de l’île Tibérine à Rome, restaurée, Vue de l’arc de Septime Sévère à Rome, et porte de la Librairia dans la cathédrale de Sienne), et architecte des deux portes monumentales de Wood Lane et Uxbridge road à l’exposition de Londres (1908) ; il avait ses bureaux à Paris au 84, rue du Rocher, et demeurait 35, rue de Berne, en 1910 ; se déclarant en 1910 architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, architecte de la ville de Paris, membre de la commission des logements insalubres de la ville de Paris, membre de la Société centrale des architectes français ; auteur de la restauration de la porte Tibérine à Rome ; il termina sa carrière comme inspecteur général des bâtiments civils. ● Médaille d’honneur au Salon des artistes français ; membre du jury du Salon des artistes français. Officier d’académie (1901) ; chevalier, 3e classe, de l’ordre russe de Saint-Stanislas (1904) ; chevalier (16 mai 1910), puis officier (29 janvier 1937) de la Légion d’honneur. Arch. Nat., 19800035/0128/16251. Les ponts de Saint-Pétersbourg…

Patouillet, Jules Philippe Eugène (1862-1942) ● Né à Monthelie (Côte-d’Or) le 5 mai 1862 [fils de Claude Patouillet, instituteur, et d’Anne Julie Thirion] ; marié avec Louise Gigout (1867-1955) ; mort à Volnay (Côte-d’Or) le 28 octobre 1942. ● Universitaire, enseignant et slaviste. Après des études à Dijon au lycée et à la faculté de lettres, il réussit l’agrégation de grammaire (1886) ; agrégé de lettres (1890) ; professeur au lycée Michelet ; diplômé de russe à l’École des langues orientales (1902) ; envoyé en Russie pour deux missions pédagogiques en 1912 ; directeur de l’Institut français de Saint-Pétersbourg (1913-1919) ; fondateur de l’institut français de Prague (1920) ; chargé de cours de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Lyon (1921) ; titulaire de la chaire (1922) ; à la retraite en 1932. ● Chargé d’une mission gratuite en Russie à l’effet de poursuivre des recherches de bibliographie relatives à l’histoire littéraire comparée de la France et de la Russie (juillet-septembre 1912) ; chargé par le ministère de l’Instruction publique russe de présider et de diriger un congrès des maîtres de français de la circonscription scolaire de Kazan (3-21 août 1912) ; directeur de l’Institut français à Saint-Pétersbourg, il établit des liens personnels et organise des relations scientifiques méthodiques avec les savants russes, donna de nombreuses conférences et fut invité en 1917 par la faculté de philologie de Petrograd à donner un cours public et à ouvrir un séminaire (1913-1919) ; il s’occupa à son retour de l’aide aux savants et réfugiés russes en France ; il obtint une mission scientifique en URSS en 1927. ● Auteur de : Ostrovski et son théâtre de mœurs russes (Paris, Plon, 1912) ; Le théâtre de mœurs russe des origines jusqu’à Ostrovski 1672-1850 (Paris, 1912). ● Chevalier de Sainte-Anne de Russie (1912) ; chevalier (20 juillet 1914) puis officier (31 juillet 1937) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/23460 (maître auxiliaire) ; F/17/24267 (dossier de carrière) ; AJ/16/6110 (dossier administratif de l’Académie de Paris) ; 19800035/561/63976 (Légion d’honneur). Marcelle Ehrhard, André Mazon, Jules Patouillet. Notice Armelle Le Goff.

Paumier ● Ingénieur en chef pour la société des chemins de fer russes sur la ligne Moscou-Nijni-Novgorod au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/237.

Pauton, Pierre ● Ingénieur civil, il participa en février 1857 à l’installation de l’éclairage au gaz à Saint-Pétersbourg ; cité à Moscou en 1859. ● MAE, Nantes, 598PO/2/373. 

Pelissier ● Ingénieur aux mines de Doubonvaïa Balka dans le gouvernement de Kherson (circonscription du consulat de France à Odessa) ; directeur technique de la Compagnie française Denetz, spécialisée dans l’extraction de minerais de fer à Ekaterinoslav en Ukraine entre 1908 et 1918 ; lieutenant, mis en sursis en 1916 ; également agent du service consulaire français, il se déplaça dans toute la région orientale de la Russie pour des missions diplomatiques à Vladicaucase, Tsaritsyne, Krasnovodsk et Bakou ; agent consulaire temporaire à Ekaterinoslav et Krasnovodsk (1918). ● MAE, Nantes, 598PO/2/24. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 405.

Pelissier, Charles ● Né à Terrasson (Dordogne) le 18 juillet 1872. ● Ingénieur des chemins de fer, cité en Russie jusqu’en 1871 environ. ● MAE, Nantes, 598PO/2/376. 

Pellogati ● Agent consulaire à Marioupol (1864-1887). ● Annuaire diplomatique, 1864-1875.

Pellzer, Robert ● Agent consulaire à Narva (1875-1887). ● Annuaire diplomatique, 1875-1887.

Péreire, Isaac Rodrigues ● Né à Bordeaux (Gironde) le 25 novembre 1806 ; mort au château d’Armainvilliers, Gretz, Seine-et-Marne, le 12 juillet 1880. ● Banquier ; en 1835, il fonda avec son frère Jacob Émile Péreire (né à Bordeaux le 3 décembre 1800 ; mort le 6 janvier 1875), la Compagnieie du chemin de fer de Paris à Saint Germain ; créateur de la ville d’Arcachon (1850) ; fondateur du Crédit Mobilier (1852) ; il participa aux opérations immobilières liées à la modernisation de Paris ; il possédait de nombreuses entreprises dans les chemins de fer ; en mission à Saint-Pétersbourg en août 1856 , les frères Péreire créèrent en octobre 1856 la Grande Société des chemins de fer russe (CGSCFR) dont les statuts furnt approuvés par le tsar, qui construisit la ligne Saint-Pétersbourg-Varsovie et la ligne Moscou-Nijni-Novgorod ; en relation avec les ingénieurs des mines Enfantin, Lamé, Clapeyron et Flachat. Lié au Saint-Simonisme. ● Officier de la Légion d’honneur (13 août 1863). ● Arch. nat., LH/2096/57. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917, p. 463 

Pernet, Louis ● Né en 1814. ● Bénéficiaire en 1846 d’un passeport pour la Russie, afin d’accompagner Eugène Robert pendant son voyage. ● Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française, p. 96-97, 147. 

Perraudin, Théodore ● Né le 18 février 1849. ● Ingénieur des mines ; demeurant en Russie à Dembrowo (gouvernement de Petrokov) en 1886-1906 . Décoré de l’ordre de Saint-Stanislas (1906). ● MAE, Nantes, 598PO/2/660. 

Perrault, Jules Joseph ● Lecteur au lycée Demidov de Iaroslav puis lecteur de littérature française à l’université de Saint-Pétersbourg ; traducteur des poésies de Lermontov au xixe siècle. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 449. 

Perraut, Louis ● Ingénieur ; chef de service dans la Société de l’Union minière et métallurgique de Makiïvka et directeur des mines au début du xxe siècle. ●MAE, Nantes, 598PO/2/439. 

Perreau, Claude Louis ● Marié à Berthe Jacoutot, dont Claude Achille Perreau (né en janvier 1903). ●Ingénieur, attesté en 1902 à la Société des tramways et éclairages électriques de Vladicaucase. ●MAE, Nantes : 598PO/2/63, doss. 407 ; 598PO/2/175. 

Perrin ● Comptable ; attesté en Russie en 1862, et sans doute arrivé avant 1853 ; chef de la comptabilité de l’exploitation des chemins de fer russes à Kowno ; il déclara en 1862 vouloir rentrer à Paris. ● MAE, Nantes, 598PO/2/184, doss. 48. 

Perrot, Jules Joseph ● Né à Lyon (Rhône) le 18 août 1810 : marié en 1835 à Carlotta Grisi. ● Danseur, chorégraphe. Après avoir appris à danser dans une école privée de Lyon, il partit en Angleterre et travailla à Londres comme chorégraphe et danseur ; venu à Paris 1823, engagé au théâtre de la Gaîté, et entré dans la classe d’Auguste Vestris ; passé au théâtre de la porte Saint-Martin (1827) ; admis à la troupe de l’Opéra (1830) ; parti en 1835 en tournée en Europe (Naples,Vienne, Munich, Milan) ; engagé au théâtre de la Renaissance à Paris (1839) ; en séjour à Londres où il occupait le poste de maître de ballet de sa Majesté en 1841-1849 ; installé à Saint-Pétersbourg en 1848, où il signa un contrat avec les théâtres impériaux ; maître de ballet des théâtres impériaux (1848-1859) ;1860 ayant quitté ses fonctions en 1860, il quitta la Russie le 23 février 1861. S’étant beaucoup inspiré de l’artiste Charles Mazurier, il subit l’influence de Frédéric Lemaître ; il travailla avec les deux directeurs des théâtres, Alexandre Gédéonov et Andréi Saburov, ainsi que le décorateur en chef et machiniste des théâtres impériaux Andréi Roller. ● Il mit en scène une vingtaine de ballets : L’Illusion d’un peintre, Catarina la fille d’un brigand, Esmeralda (1848) ; La Filleule des fées (1850) ; La Naïde et le Pêcheur (1851) ; La Guerre des femmes (1852) ; Gazelda ou les Tsiganes (1853) ; Faust (1854) ; Armide et la Vivandière (1856) ; L’Île des muets (1857). ● Maria Zhiltsova, « Jules Perrot à Saint-Pétersbourg, une nouvelle approche romantique dans le ballet ».

Perrot, René ● Marié. ● Ingénieur ; installé à Bakou (Caucase) depuis plusieurs années en 1891, il y géra en 1906 le vice-consulat de France par intérim. ● MAE, Nantes, 12 ACN/23. 

Perroud, Édouard Joseph Louis ● Né à Constantinople (Turquie) le 16 septembre 1859 [fils d’Henri Perroud (né à Rome), commerçant à Constantinople, et de Virginie Ottoni (née à Cospoli) ; petit-fils au paternel de Joseph Perroud] ; mort après février 1926. ● Consul de France. Commis de chancellerie à l’agence et consulat général de France au Caire (16 mai 1884) ; secrétaire archiviste (24 octobre 1888) ; en poste à Gênes (15 janvier 1891) ; chancelier de troisième classe (21 septembre 1891) ; faisant fonctions de secrétaire archiviste à Constantinople (24 septembre 1891) ; chancelier de seconde classe (31 janvier 1892) ; chancelier à Odessa (8 janvier 1893) ; nommé à Santiago du Chili (17 août 1897), non installé ; chancelier à Sofia (7 novembre 1897) ; vice-consul (25 décembre 1897) ; gérant du vice-consulat de Varna (27 mai 1900-25 janvier 1901), de Roustchouk (1er octobre-15 novembre 1902) ; vice-consul à Kharpout (13 septembre 1903), à Angora (23 février 1906) ; consul de deuxième classe (20 décembre 1908) ; gérant du vice-consulat de Venise (17 mars 1914-11 janvier 1916) ; chargé du vice-consulat de Venise (12 janvier 1916) ; chargé d’affaire à Saint-Domingue (11 ocotbre 1916) ; mis à la retraite (23 août 1919). Demeurant à Marseille en février 1926. ● Chevalier de la Légion d’honneur (5 septembre 1919). ● Arch. nat., 19800035/0262/34903. Annuaire diplomatique, 1893-1896.

Persan, voir Doublet de Persan

Perthes, voir Boucher de Crèvecoeur de Perthes

Pessereau, Eugène ● Entrepreneur de travaux publics ; logé chez Pauline Lemaire, à Saint-Pétersbourg, n° 56, Perspective Nevski (xixe siècle). ● MAE, Nates, 98PO/2/238.

Petipa-1, Michel Victor Marius Alphonse ● Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 11 mars 1818 ; marié (1) en 1854 à Maria Sourovchtchikova, dont Marie Petipa (née à Saint-Pétersbourg le 17 octobre 1863), et (2) à Liouboc en 1876 à Leonidovna dont six enfants ; mort à Gourzout (Crimée) le 14 juillet 1910. ● Danseur, maître de ballet et chorégraphe. Après des études avec Auguste Vestris, en séjour à Bruxelles, Bordeaux, Nantes, Paris, Amérique du Nord (1835-1843) ; engagé au Théatre royal de Madrid (1843-1846) ; bénéficiaire d’un passeport délivré à Paris le 25 mai 1847 pour se rendre à Saint-Pétersbourg ; installé à Saint-Pétersbourg de 1847 jusqu’à sa mort ; engagé comme premier danseur au Ballet impérial (1847) ; chorégraphe en chef (1862) ; maître de ballet (1869), créant ses propres chorégraphies au théatre Mariinski ; directeur de l’École impériale de danse (1855-1887), il y créa Le Corsaire (1858) ; Faust (1867) ; Don Quichotte (1869) ; La Bayadère (1877) ainsi que de nombreux ballets avec le compositeur Tchaïkovski : 1890 La Belle au bois dormant (1890) ; Casse-Noisette (1892) ; Le Lac des cygnes (1895) ; parti à la retraite en 1904. ● Arch. nat., F/7 ; MAE, Nantes, 598PO/2/593. 

Petipa-1.1, Marie ● Née à Saint-Pétersbourg le 17 octobre 1863 [fille de Michel Victor Marius Alphone Petipa (1818-1910), danseur et chorégraphe, et de Maria Sourovchtchikova, marié en 1854] ; mariée à un M. Girard. ● Artiste ; employée par les théâtres impériaux de Saint-Pétersbourg ; immatriculée au consulat de Saint-Pétersbourg en 1911 (n° 49). ● MAE, Nantes, 598PO/2/426.

Petitpied, Henri François ● Né à Besançon (Doubs), 16, rue Saint-Pierre, le 3 février 1868 [fils de Jules François Petitpied (né à Mirepoix, Ariège, en 1816 ; mort à Poitiers, Vienne, rue de la REgratterie, le 18 décembre 1874), colonel au 20e régiment d’artillerie, héros de la Crimée, défenseur de Strasbourg, commandeur de la Légion d’honneur (11 août 1869), et d’Élisabeth Joachim (née à Champagneulle, Meurthe, en 1837)] ; marié à Mirepoix (Ariège) le 5 août 1899 à Marie Henriette Marceline Françoise Sabatier. ● Chancelier à Varsovie (1er décembre 1900) ; consul de 1re classe à Rotterdam. ● Chevalier de la Légion d’honneur (15 janvier 1920). ● Arch. nat., LH/2130/17, 19800035/1214/4016 ; AD 1900-1901.

Peyre, Paul Sébastien ● Né à Alès (Gard). ● Ingénieur en chef des houillères de Berestev (territoire des cosaques du Don) ; mobilisé en 1914 comme sergent dans le 15e bataillon territorial du génie à Avignon. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439. 

Pierronne ● Agent consulaire à Ekaterinoslav à partir de 1895. ● Annuaire diplomatique, 1895-1901.

Piettre, Léopold Edgar ● Né à Saint-Quentin (Aisne) le 11 avril 1861 [fils de Léopold Thémistocle Gustave Marie Piettre, voyageur de commerce, et de Sophie Laure Leduc]. ● Consul. Commis de chancellerie à Hambourg (31 décembre 1884), à San Francisco (15 janvier 1887), à Chicago (29 mars 1988) ; secrétaire archiviste à Montevideo (31 décembre 1991) ; commis de chancellerie à Cardiff (20 juin 1893) ; chancelier de 2nde clase (24 novembre 1893) ; chancelier à Lima (28 juin 1894), à Buenos Aires (17 août 1897), à Cardiff (28 mai 1898) ; chancelier de 1re classe (30 juin 1898) ; chancelier à Varsovie (2 novembre 1898), à Budapest (4 mars 1900) ; gérant du vice-consulat de Novorossisk (9 mars-4 mai 1900) ; gérant de la chancellerie de Vienne (24 mai 1901) ; chancelier à Vienne (6 octobre 1901) ; consul honoraire (11 décembre 1901) ; consul de 2e classe (15 octobre 1906) ; chargé du vice-consulat d’Alicante (16 avril 1907) ; consul à Cordoba (4 mars 1909) ; consul à Saint-Pétersbourg (2 juillet 1912) ; consul de 1re classe (16 janvier 1913) ; en congé en janviers 1914, demeurant à Paris, 31 rue Vaneau ; revenu à Saint-Pétersbourg fin janvier 1914. Président du comité français de propagande à l’exposition internationale des alcools à Vienne (mars 1904). ● Officier d’académie (27 mars 1899) ; chevalier (1er août 1902), officier du Mérite agricole (avril 1905) ; officier de l’instruction publique (1er mai 1911) ; chevalier de la Légion d’honneur (31 décembre 1913). ● Arch. nat., LH, 19800035/0310/41769 ; Annuaire diplomatique, 1899-1901.

Pigny, voir Ferry de Pigny

Piltier ● Docteur en médecine à Karlofska, district de Constantinople, gouvernement de Poltava, au xixe siècle. ●MAE, Nantes, 598PO/2/336. 

Pina, de ● Peut-être Joseph de Pina (né en 1861) ou Gabriel de Pina (né en 1862) [fils de Georges François Arthus de Pina, diplomate, et d’Eugènie Verhaegen]. ● Chancelier au consulat de Tiflis (1899-1900). ● LH/2163/4. Annuaire diplomatique, 1899. Notes de Gilles de Font-Réaulx.

Pina de Saint-Didiers de ● Probablement Joseph (né en 1861) ou Gabriel (né en 1862) , fils de Georges François Arthus de Pina de Saint-Didier, diplmate, et d’Eugénie Verhaegen ; petit-fils d’Appolinaire Bruno François Humbert de Pina de Saint-Didier (né à Bourg-de-Péage, Drôme, le 9 octobre 1825 ; mort le 10 mars 1900), capitaine de vaisseau, officier de la Légion d’honneur, et de Sophie Marie Françoise Giraud (1840-1884), mariés à Beaumont-Monteux (Drôme) le 4 septembre 1862. ● Chancelier au consulat de Tiflis (1899-1900). ● LH/2163/4. Annuaire diplomatique, 1899. Notes Gilles de Font-Réaulx.

Pina, Emmanuel de ● Né en 1814 [fils de Calixte de Pina et d’Olympe du Vivier] ; marié à Camille Julian, fille d’un riche exploitant viticole de l’Hérault ; mort en 1887. ● Page à la cour de Charles X ; engagé après la chute de Charles X dans l’armée russe dans le régiment Samostkhi ; il prit part aux campagnes contre les Circassiens de 1835 à 1837 ; camarade de Georges d’Anthès, l’assassin supposé de Pouchkine, ce qui l’obligea à s’enfuir de Russie pour la France puis l’Espagne où il combattit un temps dans les troupes carlistes. ● Notice de Gilles de Font-Réaulx.

Pinart, Alphonse Louis (1852-1911) ● Né à Bouquinghem, Marquise (Pas-de-Calais) le 26 février 1852 [fils de François Léon Pinart, maître de forges, et de Louise Joséphine Céline Livorel] ; marié (1) à San Francisco (États-Unis) le 10 mai 1880 à Zélia Maria Nuttall, dont une fille Nadine Pinard, et (2) à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) le 26 février 1907 avec Jeanne Andrée Lucie Combret ; mort à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) le 23 février 1911. ● Linguiste ; ethnologue ● Spécialiste du continent américain, il séjourna à Saint-Pétersbourg et à Moscou pour recopier de la documentation sur les peuples du détroit de Béring en partie pour lui-même, en partie sur commande de l’historien américain Georges Bancroft (1873 et 1874) ; lié avec Basile Bensengre, médecin, secrétaire général de la Société des médecins de Moscou, membre de la Société d’anthropologie de Moscou, auquel il apporta son diplôme de membre correspondant de la Société d’anthropologie de Paris. ● Notice Armelle Le Goff.

Pingaud, Édouard ● Né à Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) le 8 avril 1844 [fils de Gabriel Pingaud (né en 1804), brasseur à Semur, et Claudine Bornet, mariés à Beaune vers 1831] ; marié à Marie Anne Gottschalk ; mort à Paris, XVIIe arrondissement, 12, rue des Fermiers, le 3 novembre 1912. ● Consul. Chancelier à Riga (24 octobre 1868) ; chancelier à Breslau (30 décembre 1872-31 juillet 1876) ; cité en 1889-1890 en qualité de consul de France à Saint-Pétersbourg ; consul de France à Dusseldorf (1889). Chevalier de la Légion d’honneur 29 octobre 1889). ● Arch. nat., LH/2166/53 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 3313. Annuaire diplomatique, 1879-1881 ; ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 130.

Piré, Henri ● Né à Mutzig (Bas-Rhin) en 1853 ; marié en 1885 à Eugénie Giraud [une des filles de Claude et Marie Giraud], dont : Thérèse Piré (née en 1893) ; Serge Piré (né en 1895) ; Madeleine Piré (né en 1898) ; Juliette Piré. ● Commerçant en gros (secteur textile). Présent en Russie de 1883 à 1905 ; avec Oscar Tetzner il fonde la maison commerciale en nom collectif Piré et Tetzner, qui s’occupait du commerce en gros de fils de coton et de laine ; propriétaire du Castel Piré à Nice, 57, boulevard Carnot (1902). ● Olga Melnichenko « La Belle Époque à Nice pour les industriels français de Moscou (de la fin du xixe siècle au début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Pitra, Monseigneur Jean-Baptiste François (1812-1889) ● Né à Champforgeuil (Saône-et-Loire) le 1er août 1812 ; mort à Rome (Italie) le 9 février 1889. ● Prêtre ; religieux bénédictin de l’abbaye de Solesmes puis cardinal romain ● Il partit en Russie sur l’ordre du pape étudier la liturgie et les canons de l’Église orientale ; chargé d’une mission scientifique et littéraire en Russie par le gouvernement français à l’initiative du ministre de l’Instruction publique, il visita les bibliothèques de Moscou et de Saint-Pétersbourg (1859-1861) ; il prôna des relations plus étroites avec les églises d’Orient ● Arch. nat. : F/17/2997 (dossier de mission) ; F/17/3204 (dossier de souscription) ; MAE, Nantes, 598PO/2/325. ● Lucien Taupenot « Jean-Baptiste Pitra, chercheur et cardinal originaire de Champforgeuil ». Notice Armelle Le Goff.

Planat de La Faye, Auguste ● Fils de Guillaume Planat, prote d’imprimerie, et d’Henriette Choquet, demeurant rue Saint-Jacques, paroisse Saint-Benoît en 1784 ; frère cadet de Louis Planat de La Faye (né à Paris le 3 mai 1784 ; mort le 23 avril 1864), officier d’ordonnance de Napoléon, officier de la Légion d’honneur (28 septembre 1861). ● Reçu le 20 décembre 1809 au poste de secrétaire de l’Ermitage, adjoint du directeur François-Xavier Labensky , en fonctions jusqu’en 1816, au mois ; auteur du Livret de la galerie impériale de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg (en français). ● Arch. nat., LH/2175/62 (Nicolas Louis Planat de La Faye). La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 306.

Pléneau, Jean Paul (1869-1949) ● Né à Bordeaux (Gironde) le 11 février 1869 [de parents non nommés, reconnu par Marie-Noémie Pléneau, tailleuse en robes, le 18 mars 1869] ; marié à Bordeaux à Jeanne Catherineau en 1899 ; séparé au bout de deux ans, il épousa Camille Coronado le 20 septembre 1915 ; mort à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) le 16 février 1949. ● Ingénieur des arts et manufactures ; professeur à l’Institut libre de Bazas en Gironde (1899) ; membre des expéditions antarctiques du docteur Charcot (1903-1905) ; ingénieur géologue. Chargé d’obtenir l’autorisation du gouvernement russe pour faire des recherches sur les gisements d’amiante dans les districts de la Sibérie, proches de la frontière de la Mongolie, pour le compte d’une entreprise française ; en mission bénévole en Sibérie pour poursuivre des recherches géologiques et ethnographiques (1907), il séjourna par la suite pendant trois ans en Russie pour créer des usines d’aviation (1915-1917) ; président du comité du refuge français de Moscou. Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/2998 et F/17/17283 (dossiers de mission) ; 19800035/1228/41626 (Légion d’honneur) ; MAE Nantes 598PO/2/568. Notice Armelle Le Goff.

Pluchart-1, Alexandre ● Marié, père d’Adolphe Pluchart, éditeur. ● Imprimeur. Apprenti-imprimeur, émigré en Allemagne au moment de la Pévolution ; imprimeur en Russie à partir de 1806, chargé de la publication du Journal du Nord puis directeur de l’imprimerie du Sénat ; il fonda ensuite sa propre entreprise et publia plusieurs éditions gravées et lithographiques ; il publia en 1812 les Lettres sur Odessa, de Charles Sicard. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 290. 

Pluchart-1.1, Adolphe ● Fils d’Alexandre Pluchart, imprimeur à Saint-Pétersbourg. ● Propriétaire d’une des plus importantes maisons d’édition de Saint-Pétersbourg. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 290.

Poiré, Emmanuel, dit Caran d’Ache ● ● Né à Moscou en 1858 [petit-fils d’un soldat de la Grande Armée] ; marié à Paris le 22 janvier 1891 à Henriette Azimont [nièce de l’actrice Cécile Azimont], sans descendane ; mort à Paris, rue du Faubourg-Saint-Honoré, le 25 février 1909, inhumé à Clairefontaine-en-Yvelines. ● Dessinateur, caricaturiste. Émigré en France à sa majorité en 1879 pour faire son service militaire et recouvrer la nationalité française qui avait été perdue par son père ; il avait adopté le pseudonyme Caran d’Ache à la suggestion d’Adrien Gallix de Mortillet. Auteur de nombreux dessins humoristiques dont le fameux « Un dîner en famille », lors de l’affaire Dreyfus. ● Notice Armelle Le Goff.

Polge, Albert Jules ● Géomètre à la Société française et italienne des houillères de Dombrowa (Pologne) ; de la classe 1909, affecté au régiment d’infanterie stationné à Avignon. ● MAE, Nantes : 598PO/2/24 ; 598PO/2/349.

Polignac, comte Heraclius Auguste Gabriel de ● Né à Montpellier (Hérault) en 1788 ; mort à Fontainebleau (Seine-et-Marne) en 1871. ● Militaire. Admis au service de la Russie par Alexandre Souvorov en 1796, il le quitta dès 1797 ; reprit du service comme lieutenant au régiment de grenadiers Pavlovski (1803) ; engagé dans les guerres contre Napoléon en 1806-1807 et en 1812 ; colonel (1813) ; commandant le régiment d’Apcheron (1814) ; démissionnaire du service russe en 1818 ; de nouveau engagé au service de la Russie, gouverneur en 1823 de la Société décembriste du Sud mais partit pour la France la même année où il fut nommé intendant du palais royal de Fontainebleau ; général de brigade et en fin de carrière. ● Membre de 3e grade de la loge des Amis Réunis de Saint-Pétersbourg en 1810. ● Chevalier, officier puis commandeur de la Légion d’honneur (non répertorié dans la base Léonore). ● Notes Vladislav Rjéoutski.

Pomière ● Ingénieur en chef dans la Grande société des chemins de fer russes au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/494.

Pommayrac, Jean Louis Camille de ● Né à Paris, 51, rue Saint-Lazare, le 7 juin 1850 [fils de Pierre Paul Emmanuel de Pommayrac (né en 1810), artiste peintre, et de Lucie Hortense Mancel (née en 1816), mariés à Boulogne-sur-Mer, Pas-de-Calais, le 31 juillet 1836 ; frère de Pierre Alfred de Pommayrac (né à Florence (Italie) le 6 décembre 1838 ; mort le 12 octobre 1917), colonel de cavalerie, chevalier (3 août 1875), officier (29 décembre 1891) et commandeur (11 juillet 1898) de la Légion d’honneur] ; mort à Messine en décembre 1908, au cours du trembrelement de terre. ● Consul. Licencié en droit ; engagé volontaire pour la durée de la guerre de 1870 ; administrateur des affaires indigènes en Cochinchine (novembre 1874-28 mars 1881) ; chancelier de 3e classe à Tunis (20 juillet 1881), à Galatz (29 juillet 1882, non installé), à Hong Kong (15 juin 1883), à Shanghaï (15 juillet 1884), à Santiago du Chili (27 août 1886) ; chancelier de 2nde classe à Milan (1er décembre 1886) ; chancelier de 1re classe (31 jnavier 1892) ; vice-consul à San Jose de Costa Rica (15 juin 1892, non intallé), à Bakou (8 septembre 1892), à Sassari (27 janvier 1894), à Echefou (23 décembre 1895) ; consul de 2nde classe (22 mai 1896) ; gérant du consulat de Manille (25 avril-17 octobre 1901 et 18 janvier-7 mars 1902), consul de 1re classe (23 juin 1904), nommé à Bahia (25 juin 1904) ; consul à Rosario (1906) ; en séjour à Paris en avril 1907 et à Vichy en mai 1907 ; consul à Messine (1907-1908), mort en fonctions. ● Chevalier de la Légion d’honneur (30 décembre 1906). Chevalier de la Légion d’honneur (30 décembre 1906). ● Arch. nat. : LH/2194/5 ; LH/2194/6. Annuaire diplomatique, 1893-1901.

Pommier, Louis Édouard ● Né à Menton (Alpes-Maritimes) le 9 décembre 1865. ● Professeur de littérature française à Saint-Pétersbourg à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/468.

Poncelet, Jean Victor ● Né en 1788 ; mort en 1867. ● Ingénieur militaire ; polytechnicien (X 1807) ; prisonnier de guerre au camp de Saratov dans les années 1812 et suivantes ; fondateur de la géométrie prospective au cercle d’Augustin Bettancourt. ● RGIA et RGVIA ; notice Dimitri et Irina Gouzévitch. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917)…, p. 101-138.

Poncet, Henri Lucien ● Né à Bourg-en-Bresse (Ain) le 28 janvier 1850 à Bourg-en-Bresse ; marié à Saint-Pétersbourg vers 1877 à Louise Élisabeth Fouque (née à Saint-Pétersbourg le 31 octobre 1855 ; morte à Levallois-Perret, Hauts-de-Seine) le 5 novembre 1931 [fille de Fouque, cuisinier à Saint-Pétersbourg] ; mort en 1908. ● Chef de cuisine à la cour de Russie sous les ordres d’Eugène Krantz puis sous les ordres de Pierre Cubat (1897-1908). ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Poncins, voir Montaigne de Poncins

Pontevès, voir Sabran de Pontevès

Pontzen, Émile Mathieu ● Né à Paris, XVIe arrondissement, le 8 septembre 1878 [fils d’Ernest Pontzen (né à Pesth, Hongrie en 1838 ; mort à Paris le 13 octobre 1913), ingénieur des ponts-et-chaussées, et de Rose Léonie Hirtz (1844-1927) ; marié à Paris, XVIe arrondissement, le 26 octobre 1908 à Marguerite Hélène Bloch (1885-1927), dont il eut Hélène Denise Pontzen (née en &910) ; Marie Louise Ginette Pontzen (née en 1914) ; mort à Paris, XVIe arrondissement, le 16 décembre 1979. ● Ingénieur ; polytechnicien (X 1899), ancien élève de l’École des mines ; président de la société Podrâdcik [dont 75 % du capital était détenu par la Société générale d’entreprises fondée en 1908 par Alexandre Giros (1867-1937) et Louis Loucheur (1870-1932)] et implantée en Russie à partir de 1912. ● Geneanet, généalogie Arielc. 1La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches, p. 443.

Potet, Pierre ● Né à Montigny-sur-Vingeanne (Côte-d’Or) le 28 septembre 1830 ; marié le 25 janvier 1862 à Marie Honorine Pitet ; mort à Mornay (Saône-et-Loire) le 7 mai 1878. ● Maître d’hôtel du tsar Alexandre II. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Potier, Charles Michel ● Né en 1785 ; mort en 1855. ● Ingénieur des ponts et chaussées ; polytechnicien (X 1805) ; enseignant. Élève de 1re classe du génie ; envoyé en Russie en 1810, avec les ingénieurs Fabre, Bazaine et Destrem, à la demande faite fin 1809 par le prince Alexandre Kourakin, ambassadeur extraordinaire de Russie ; arrivé à Saint-Pétersbourg ; engagé par le prince Georges de Holstein-Oldenburg, directeur général du Génie des communications intérieures, avec un grade correspondant à celui de France, considéré comme capitaine en Russie ; resté à Saint-Pétersbourg sous les ordres du général de Bétancourt comme professeur à l’Institut destiné à la formation du corps de génie des communications intérieures ; le 13 mars 1812, le comte de Lauriston, ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg, annonça verbalement à Fabre et Potier que les quatre ingénieurs français servant en Russie étaient désormais mis à sa disposition ;; devant se démettre de ses fonctions en Russie et demander son congé sur ordre de l’Empereur le 14 avril 1812 ; ayant quitté l’uniforme russe le 23 juin 1812, à la suite de la déclaration de guerre de la France à la Russie ; faute de passeport pour sortir de Russie, conduit avec les trois autres ingénieurs français sur ordre de l’empereur Alexandre à Iaroslavl, en captivité avec maintien des appointements versés par la Russie et une gratification de 1 000 roubles pour le voyage (11 juillet 1812) ; logé à Iaroslavl dans un logement de la couronne russe, ayant « la ville pour prison » ; transféré à Pochetzhugne (10 août 1812) ; de nouveau transféré le 31 août 1812, arrivé à Irkoutsk le 3 novembre 1812 et emprisonné dans des conditions très rudes ; sans appointements ni ressources jusqu’au 4 mai 1813 ; libéré le 17 février 1815 grâce à l’ordre de rappel en France obtenu par le général de Bétancourt ; parti à pied avec les trois autres ingénieurs prisonniers le 20 février 1815, arrivé à Kazan le 12 mars 1815 et à Saint-Pétersbourg le 17 avril 1815 où il se mit sous la protection du comte de Noailles, ambassadeur de Louis XVIII ; il reprit l’uniforme russe pendant les Cent-Jours ; resté définitivement en Russie au service de la couronne impériale, au corps des ingénieurs des voies de communication, il termina sa carrière avec le grade de général ; directeur du corps des ingénieurs des voies de communication (1834-1836) ; membre du cercle d’Augustin Bettancourt. ● Décoré de la croix de Saint-Vladimir 4e classe (23 mars 1812). ● Arch. nat., F1d IV F1, « Mémoire succinct sur la mission en Russie de quatre ingénieurs français Fabre, Bazaine, Potier et Destrem » ; RGIA et RGVIA ; notes Dimitri et Irina Gouzévitch. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 101-138

Pouger, Paul ● Né à Alès (Gard) en 1833 ; marié. ● Ingénieur ; attesté en 1886 à Kmirila. ● MAE, Nantes, 598PO/2/61, doss. 230. 

Poulain, Léon Pierre Octave ● Né à Pont-Leroy (Loir-et-Cher) le 11 octobre 1870 [fils de Léon Achille Mars Poulain, négociant, demeurant à Paris, et de Berthe Clémentine Heuzé] ; marié à Saint-Pétersbourg le 4 octobre 1901 à Joséphine Marie Kuenemann (née à Saint-Pétersbourg le 24 décembre 1879) [fille de Georges Louis Kuenemann, négociant, et de Eugénie Helmer, qui demeuraient à Saint-Pétersbourg, Wassili-Ostroff, rue des cuirs n°38]. ● Ingénieur civil à Saint-Pétersbourg, où il demeurait Wassili-Ostroff, 8e, ligne n°19. ● MAE, Nantes, 598PO/2/669. 

Poulletier de Verneuil, Philippe Édouard ● Né à Paris le 13 février 1805 ; mort à Paris, 76, rue de Varenne, le 29 mai 1873. ● Naturaliste, géologue et paléontologue ; il effectua des voyages scientifiques en Europe en 1840 ; sur l’invitation de l’empereur de Russie, il accompagna Murchison et Keyserling dans une voyage d’étude de la géologie de la Russie. ● Auteur de The geology of Russia in Europe and the Ural mountains (1842). Chevalier de la Légion d’honneur (6 mai 1846) ; commandeur des ordres de Sainte-Anne et de Saint-Vladimir. Membre de l’Institut (élu membre libre de l’Académie des sciences en 1854) ; membre de la Royal Society (1860) ; l’un des fondateur de l’Œuvre des écoles d’Orient ou Œuvre d’Orient (1856). Il légua sa collection paléontologique à l’École des mines de Paris. ● LH/2212/46. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 284 ; Joachim Barrande, « Collection paléontologique de M. Édouard de Verneuil léguée à l’École des mines de Paris », Annales des Mines, 7e série, t. IV, 1873.

Pradel, Georges Maurice ● Marié. ● Ingénieur-chimiste ; dîplomé de l’Institut de chimie appliquée de Paris ; attesté en 1911-1914 comme ingénieur-chimiste à la Société industrielle et métallurgique du Caucase à Allah-Verdi. ● MAE, Nantes : 598PO/2/106 ; 598PO/2/109. 

Pradère Niquet, Fernand Eugène ● Né à Nantes (Loire-Atlantique), place du Pilori, le 9 mars 1890 [fils d’Eugène Frédéric Pradère Niquet, capitaine au long cours, et d’Angélina Louise Béatrey ; probablement petit-fils au paternel d’Alexandre Onésime Pradère Niquet (né à Saint-Servan, Ille-et-Vilaine, le 21 septembre 1825 ; mort en novembre 1928), agent comptable de la marine, chevalier de la Légion d’honneur (5 juillet 1883), et d’Élisabeth Thédeville, mariés à Brest le 28 octobre 1853, et au maternel de Louis Eugène Béatrey, pharmacien à Nantes, place du Pilori ; arrière-petit-fils au paternel d’Ange Édouard Pradère Niquet (né à Saint-Pierre, Terre-Neuve, en 1786), officier de marine, et d’Anne Élisabeth Gautier (née en 1785)]. ● Consul. Gérant du consulat de Riga (25 décembre 1880-17 mars 1881) ; chancelier à Varsovie (1er septembre 1882-14 novembre 1885) ; consul de seconde classe ; consul à Helsingfors (27 mars 1900). ● Chevalier de la Légion d’honneur. ● AN : 19800035/0207/2718 ; Annuaire diplomatique, 1890-1901.

Prévost-1 de Sansac de Traversay, Jean-Baptiste ●Né au Grand-Céron, Martinique, le 24 juillet 1754 (il fut ondoyé le 26 juillet suivant à Saint-Thomas du Diamant et baptisé à son arrivée en France en l’église paroissiale de Saint-Martin de Plibou le 14 octobre 1759) [fils de Jean-François Prévost de Sansac de Traversay, entré dans la marine en 1741, chevalier de Saint-Louis en 1756, capitaine des vaisseaux du roi en 1765, commandant la compagnie des cadets des colonies à Rochefort en 1769, commandant en second à Saint-Domingue en 1775, et de Claire du Quesne de Longbrun, mariés en l’église Saint-Thomas du Diamant, Martinique, le 3 mars 1753 ; petit-fils de Jean Prévost de Sansac de Traversay (né en 1685 ; mort à Rochefort, Charente-Maritime, en 1773), ancien officier de cavalerie présent aux batailles d’Oudenarde et de Malplaquet, et de Henriette Duquesne-Guiton, descendante de Jacob Duquesne, frère du lieutenant général Abraham Duquesne et de Jean Guiton (1585-1654), maire de La Rochelle, qui tint tête à Richelieu, mariés en 1719, d’une part ; et de Pierre du Quesne, chevalier de Longbrun (1689-1764) et d’Élisabeth de Châtillon, d’autre part]. Il épousa en premières noces le 1er septembre 1783 à Saint-Louis de Rochefort Marie-Magdeleine de Riouffe (née vers 1761 ; morte à Rotchensalm, Finlande, « d’une suite de couches », le 9 mars1796, inhumée au cimetière des Finnois de Cumin) [fille du chef d’escadre Jean Joseph de Riouffe et de Marie-Magdeleine Dières de Montplaisir], dont : Claire Prévost de Sansac de Traversay (née le 28 août 1785 ; morte en 1842), mariée (1) au contre-amiral Leontovitch, dont elle eut un fils (Alexandre Leontovitch) ; remariée (2) au comte de Tiesenhausen et (3) au comte Rozanov ; Jean François (dit Alexandre l’aîné) Prévost de Sansac de Traversay (1791-1850) ; Angélique Caroline Marie Pulchérie Constance Prévost de Sansac de Traversay (née en 1793 ; morte à Saint-Pétersbourg le 21 avril 1795, inhumée le 24 dans le cimetière de l’île Vassilievski, en présence de Pierre Rusalovski (?) et de François Jeunebaud) ; Alexandre (dit le cadet) Prévost de Sansac de Traversay (né le 6 mars 1796 ; mort en 1866). Remarié le 7 mai 1800 à Frediskhamn avec Louisa Ulrika Bruün (née à Frediskhamn le 24 décembre 1779 ; morte en 1820 [fille du baron Karl Bruün et d’Élisabeth Fabricius, luthérienne], Jean-Baptiste de Traversay eut plusieurs enfants dont : Théodore (Fiodor) Prévost de Sansac de Traversay (né en 1803) ; Marie (Malinka) Prévost de Sansac de Traversay (1807-1871), dame d’honneur de l’impératrice. Jean-Baptiste de Traversay mourut à Romanchina (Russie) le 7/19 mai 1831. ● Officier de marine ; homme politique au service de la Russie. Ancien élève de l’École des gardes de la marine de Rochefort où il avait été admis le 12 janvier 1766, promu enseigne de vaisseau le 1er octobre 1773, Jean-Baptiste Prévost de Sansac de Traversay participa à la guerre d’Indépendance américaine au commandement, notamment, de la frégate l’Aigrette. Il fit vingt-deux prises au cours de plusieurs campagnes et reçut pour récompense en 1781, à l’âge de trente-cinq ans, le grade de capitaine de vaisseau, la croix de Saint-Louis (remise par Louis XVI) et celle de l’ordre de Cincinnati (créé par le général Washington). Il fut promu major de vaisseau en 1786, avec rang de capitaine de vaisseau. Cherchant un officier pour lui succéder comme commandant de la flotte de la Baltique, le prince de Nassau-Siegen proposa le nom de Traversay à Catherine II. Le marquis fut recommandé à Catherine aussi par le maréchal de Castrie, ministre de la marine. Louis XVI donna son autorisation et, en décembre 1790, le marquis de Traversay quitta la France, laissant sa famille en Suisse, et gagna Saint-Pétersbourg au printemps 1791. Aussitôt promu au grade de capitaine avec rang de général-major, il reçut le commandement de l’escadre à voiles et à rames de la flotte de la Baltique basée à Kronstadt. Ce fut dans ce port qu’il se lia d’amitié avec les frères Prévost de Lumian. Pendant l’été, Traversay fut invité par l’impératrice à Tsarskoïé Selo. Il resta en Russie jusqu’à la fin des manœuvres d’été au cours desquelles il fut nommé contre-amiral. En décembre 1791, il rejoignit sa famille en Suisse et participa aux actions militaires des royalistes. À Coblence, il s’engagea dans le corps royal de Marine (9e compagnie d’infanterie) formé par les émigrés, mais ce corps fut licencié l’année suivante. Le 28 juillet 1794, il regagna la Russie avec son épouse et ses trois enfants. Il reprit du service en 1795 comme contre-amiral et commandant du port de Rotchensalm en Finlande et de la flotte à rames (chaloupes canonnières) basée dans ce port ; il devait aussi superviser la construction du port et sa défense où furent employés des ingénieurs français. Il inspecta les signalisations du golfe de Finlande jusqu’à Vyborg et en établit un long rapport. En 1797, il fit acte de sujétion à la Russie. La même année, il fut fait vice-amiral et chevalier de l’ordre de Sainte-Anne, 1re cl. (30 novembre 1797). Amiral de la flotte russe (14 mars 1801), il organisa la défense du littoral de la mer Baltique contre l’escadre britannique en 1801. Il fut nommé commandant en chef de la flotte de la mer Noire le 21 mai 1802, commandant des ports de Sébastopol, de Nicolaïev et de Kherson, et enfin gouverneur militaire de Sébastopol et Nicolaïev. Son activité à ces postes lui valut en 1803 les félicitations de l’empereur avec qui il correspondait directement. Sous son gouvernement la ville de Nicolaïev s’était dotée en 1803 d’un Dépôt de cartes avec une bibliothèque et un cabinet de curiosités, et en 1804, d’une école de mousses ; la police de Nicolaïev fut organisée sous sa surveillance et avec sa participation ; Traversay se battit pour la réouverture du Corps des cadets de la mer Noire pour les enfants d’officiers de la marine et de nobles de cette région ; il fortifia Sébastopol menacé par les Turcs, etc. En 1804, il fut décoré de l’ordre de Saint-Alexandre-Nevski pour la défense des îles Ioniennes. La prise de la forteresse turque d’Anapa en avril 1807 lui valut un autre ordre, Saint-Vladimir, 1re cl. (10 juillet 1807). Rappelé 21 juillet 1809, il fit ensuite fonction de ministre de la Marine après le départ de l’amiral Tchitchagov. Jean-Baptiste de Traversay fut nommé ministre de la Marine effectif par oukase du 22 novembre 1811, membre du Conseil d’État (1er janvier 1810) et sénateur ; il reçut la même année les insignes en diamants de l’ordre de Saint-Alexandre-Nevski. Il fut le principal organisateur de la défense maritime de Saint-Pétersbourg et du golfe de Finlande durant la guerre de 1812. En sa qualité de ministre, il fut le premier occupant de la nouvelle Amirauté construite sur les plans de Zakharov ; il donna une grande impulsion aux chantiers de construction navale de Saint-Pétersbourg et à l’élaboration de nombreux règlements de la marine ; il fut l’un des instigateurs des expéditions maritimes vers l’Arctique et l’Antarctique, continent que les Russes furent les premiers à atteindre (notamment l’expédition de Bellingshausen et de Lazarev en 1819-1821 au cours de laquelle furent découverts des îles et un archipel qui porte le nom Archipel du marquis de Traversay, et des expéditions de Golovine, Litke, Anjou, Wrangel, etc.). En 1814, à Paris, Alexandre Ier fit son éloge auprès de la comtesse Auguste de Traversay, belle-sœur du ministre. Souffrant et accablé par la mort de sa seconde épouse, Traversay voulut donner sa démission mais Alexandre Ier la refusa et pendant quelque temps le ministère fut installé dans sa propriété de Romanchina au sud de Saint-Pétersbourg. Ce fut là, en août 1821, qu’il reçut de l’empereur l’ordre de Saint-André (l’ordre le plus prestigieux de Russie). Ce fut aussi à Romanchina que fut signé par Alexandre Ier et son ministre le décret pour le partage des îles Kouriles avec le Japon et qu’ils étudièrent ensemble la délimitation des frontières de l’empire russe avec le continent américain. Le marquis de Traversay fut démis de ses fonctions de ministre de la Marine le 29 mars 1828 par Nicolas Ier qui lui conserva ses charges de membre du Conseil d’empire et de sénateur, après l’avoir décoré de l’ordre de Saint-Georges, 4e cl., et lui avoir remis l’insigne de trente ans de service dans la marine russe. Le marquis de Traversay fut inscrit en 1811 avec ses enfants au registre de la noblesse de Voronej. L’empereur Alexandre Ier lui aurait proposé le titre de prince russe qu’il aurait décliné. Ses services furent aussi récompensés par l’octroi des terres dans le gouvernement de Penza, district de Krasnoslobodsk, avec deux villages et 2 253 serfs. En 1813, il avait acquis une maison et plus de 15 000 hectares de terres à Romanchina, dans le gouvernement de Saint-Pétersbourg, district de Louga, comprenant trois villages et près de 200 serfs, où Alexandre Ier lui rendit de nombreuses visites. Parmi les historiens russes et ukrainiens les opinions sur le rôle de Traversay divergent : F. F. Vesselago, B. N. Zoubov, N. I. Berezovski, V. D. Dotsenko, B. N. Tiourine et D. N. Kopelev ont donné une appréciation très réservée de son activité, alors que D. M. Afanassiev, I. Kovalenko et L. L. Levtchenko en avaient une opinion plutôt positive. Les archives de la marine russe à Saint-Pétersbourg (RGA VMF) conservent plusieurs documents du marquis (correspondance, journaux intimes, etc.) qui sont réunis dans un fonds. ● Recherches de Madame du Châtenay. Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p. 681-684.

Prévost-1.1 de Sansac de Traversay, Jean-François, dit Alexandre Ivanovitch l’aîné ● Né au Plan de Moudon le 10 mars 1791, baptisé le 19 mars suivant en l’église catholique de Notre-Dame-des-Champs de Surpierre, diocèse de Lausanne [fils de Jean-Baptiste Prévost de Sansac de Traversay et de Marie-Magdeleine de Riouffe,] ; marié en premières noces N. Iazykova, dont il eut : Ivan Prévost de Sansac de Traversay (né en 1822 ; mort après 1857), lieutenant au 44e équipage de la flotte ; Sophie Prévost de Sansac de Traversay ; Louvia Prévost de Sansac de Traversay ; Anna Prévost de Sansac de Traversay (née le 22 septembre/4 octobre1824) mariée le 14/26 juin 1843 au colonel Alexander Otto von Moller (né le 8-20 mai 1815 ; mort le 21 mai/2 juin 1864) ; remarié avec Marguerite Karlovna Helmann (connue par ses œuvres de bienfaisance dans le gouvernement d’Arkhangelsk), dont il eut au moins : Léonide Prévost de Sansac de Traversay (1836-1891), général major, commandant du régiment des cuirassiers de la garde, sans descendance de son mariage avec C. Melgounov ; Alexandre Prévost de Sansac de Traversay (1840-1886), officier de la garde impériale ; Constantin Prévost de Sansac de Traversay (né en 1842 ; mort le 19 février 1850) ; Nicolas Prévost de Sansac de Traversay (1844-1880), sans postérité ; Marie Prévost de Sansac de Traversay (1848-1914), mariée au prince W. Amilakvari, dont postérité. Il mourut à Arkhangelsk le 10 février 1850 et fut inhumé à Kazan. ● Officier de marine. Bénéficiant d’une faveur de Catherine II, Alexandre Ivanovitch de Traversay reçut le 20 mars 1796 le titre de midshipman attribué précédemment à son frère cadet qui était mourant. Il participa, encore enfant, avec son père à bord du Rotchensalm, aux manœuvres des escadres de la flotte de la Baltique dans le golfe de Finlande. Il fut affecté en 1810 à l’équipage des gardes par décision d’Alexandre Ier. En 1811, il s’empara de la corvette turque Chaguin-Guireï qui croisait sur la mer Noire et en reçut le commandement qu’il garda jusqu’à 1814. En 1815, à Nikolaïev, faisant partie de l’équipage des gardes, il commanda le 58e équipage de la flotte. Il fut ensuite promu en 1817 capitaine en second et nommé commandant du port de Kherson. Sénateur (1823), il fut nommé président du bureau de l’amirauté de Kazan, président de la chambre de la cour d’assises de Kazan, vice-directeur du département des constructions navales et président du palais de justice criminelle, et enfin, en 1834, gouverneur de la province de Kazan. Il avait été nommé par Nicolas Ier conseiller d’État le 28 avril 1833 et conseiller d’État actuel le 25 mai 1834. Commandant général du port d’Arkhangelsk et gouverneur civil et militaire le 20 avril 1842, il fut promu contre-amiral en 1843 et vice-amiral le 22 août 1848 (insigne de cinquante ans de services). ● Il était encore décoré de l’ordre de Sainte-Anne, 2e cl., de l’ordre de Saint-Georges, 4e cl., de l’ordre de Saint-Vladimir, 3e cl. (1839) et de l’ordre de Saint-Stanislas, 1re cl. (1847). ● Recherches de Madame du Châtenay. Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p. 681-684.

Prévost-1.2 de Sansac de Traversay, Alexandre Ivanovitch, le cadet ● Né à Kotka en Finlande le 6 mars 1796, baptisé à l’église catholique Sainte-Catherine-d’Alexandrie de Saint-Pétersbourg le 19 mars suivant (marraine : l’impératrice Catherine II remplacée par le major général d’artillerie Jean Prévôt de Lumian) [fils de Jean-Baptiste Prévost de Sansac de Traversay et de Marie-Magdeleine de Riouffe] ; marié en premières noces à Alexandra Spafarieff dont il eut : Marie Prévost de Sansac de Traversay (née à Revel en 1822 ; morte en 1900), femme de lettres, mariée à Alexandre Patkoul (né à Tsarskoïé Selo en 1817 ; mort en 1841), général major, aide de camp de l’empereur, dont postérité ; Aline Prévost de Sansac de Traversay (né en 1824), mariée à A. Beckmann, dont postérité ; Varvara Prévost de Sansac de Traversay ; Élisabeth Prévost de Sansac de Traversay ; Anna Prévost de Sansac de Traversay ; Nicolas Prévost de Sansac de Traversay ; Alexandre Prévost de Sansac de Traversay. De son second mariage, il eut : Alexandre Prévost de Sansac de Traversay (né en 1852) ; Olga Prévost de Sansac de Traversay (née en 1856), artiste peintre, sans postérité ; et plusieurs autres enfants. Il mourut en 1866 et fut inhumé à Revel. ● Officier de marine. En 1812, après les accords entre la Russie et l’Angleterre, Traversay cadet embarqua sur le Boreï qui faisait partie de l’escadre russe qui partit en Angleterre afin de participer au blocus continental. Il servit ensuite sur les Trois Hiérarques qui participa au blocus de l’île de Batz face à Roscoff. Il revint en Russie en 1814, à la suite du vice-amiral Crown. Il fut décoré le 16 décembre de la même année de la médaille d’argent de la prise de Paris. Il fut envoyé en 1818 à deux reprises en Espagne avec des dépêches pour Ferdinand VII et fut décoré de l’ordre de Charles III. Il participa à bord de l’Azov au combat de Navarin contre la flotte turco-égyptienne le 8 octobre 1827 ; il y fut blessé ; il fut ensuite nommé aide de camp de Nicolas Ier. Nommé commandant du 1er équipage finlandais (27e équipage de la flotte) en 1837, il fut promu général major à la retraite en 1843. ●Il était décoré des ordres de Saint-Vladimir, 4e cl., de Sainte-Anne, 2e cl., de Saint-Georges, 4e cl., et de Saint-Sauveur (par le roi de Grèce). Recherches Madame du Châtenay. Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 681-684.

Prévôt de Lumian, Jean Augustin ● Né à Valréas (Vaucluse) en 1757 ou 1758 [fils d’un maréchal de camp, directeur de l’artillerie de Provence] ; mort à Saint-Pétersbourg le 10 novembre 1822. ● Militaire, servant en France puis en Hollande, où il dirigea les fortifications ; passé en 1788 au service de la Russie, colonel au corps du génie chargé de mettre Kronstadt « en état de défense » ; attaché à la personne du prince de Nassau (1790) ; général de brigade (1791), chargé de former un corps d’artillerie de trois mille hommes dont il fut nommé chef, ainsi que des compagnies de sapeurs et d’ouvriers ; général major d’artillerie (1793) ; exclu du service par Paul Ier (1798) ; membre du Comité scientifique militaire pour la partie du génie (1812-1819). ● Membre avec le grade de maître en chaire ou vénérable de la loge Les Frères Réunis de Saint-Pétersbourg (qui existait depuis 1802) ; membre honoraire de loges maçonniques de Saint-Pétersbourg, président et grand maître du chapitre de la loge Chapitre du Phénix. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p. 684-685.

Promio, Alexandre ● Né à Lyon (Rhône) le 9 juillet 1868 ; mort en 1927. ● Opérateur de cinéma des frères Lumière ; en voyage en 1896-1897, il se rendit en mai 1896 à Saint-Pétersbourg puis à Moscou pour la première projection de cinéma, en juin 1896 à la foire de Nijni-Novgorod, et juillet 1896 il organisa une projection spéciale du couronnement pour la famille du tsar ; en 1897, il accompagna le président Félix Faure en visite officielle à Saint-Pétersbourg pour la pose de la première pierre du pont de la Trinité. ● Jean-Claude Seguin, Alexandre Promio ou les énigmes de la lumière. Notes Natalia Balandina.

Proust, Achille Adrien (1834-1903) ● Né à Illiers (Eure-et-Loir) le 18 mars 1834 [fils de François Valentin Proust, marchand épicier, et de Catherine Virginie Torcheux] ; marié à Jeanne Clémence Weill, dont Marcel Proust, écrivain, et Robert Proust, médecin agrégé de la faculté de Paris ; mort à Paris le 26 novembre 1903. ● Catholique. Médecin. Après des études à la faculté de médecine de Paris, externe (1856), interne (1859) et agrégé en médecine (1866) ; médecin des hôpitaux (1872) ; professeur à la faculté de médecine de Paris, chaire d’hygiène (1885-1898). ● Missionné en 1869 comme médecin par le gouvernement français pour étudier la marche du choléra sur les bords de la mer Caspienne, dans la Russie méridionale et en Perse, il arriva à Saint-Pétersbourg en août 1869. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/25891 (dossier de carrière, pension de réversion pour sa veuve) ; LH/2233/38 ; MAE, Nantes : 598PO/2/49 ; 598PO/2/67, doss. 86. Notice Armelle Le Goff.

Provost, Eugène ● Né en 1878. ● Banquier ; aide-comptable (1894), successivement employé aux agences de Rennes, Rouen et Paris de la Société Générale ; passé aux services centraux (1901) ; inspecteur (1910) puis directeur de l’inspection à la Banque russo-asiatique (1910-1918). ● Archives historiques de la Société Généale. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches, p. 94.

Pugni ● Musicien ; chef de musique à Saint-Pétersbourg au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/657. 

Pugno, Stéphane Raoul ● Né à Montrouge (Val-de-Marne), 32, rue de la Gaîté, le 23 juin 1852 [fils de Stéphane Pugnon (né en 1829)] ; marié à Marie Fischer, dont une fille, Madame Georges Delaquys ; mort à Moscou, Hôtel Métropole, le 3 janvier 1914. ● Pianiste et compositeur. Élève au Conservatoire de musique (1865) ; premier prix de piano (1866) ; organiste et maître de chapelle à Saint-Eugène (1872-1892) ; professeur d’harmonie au Conservatoire de Paris (1892) ; il entreprit en 1894 une carrière internationale ; professeur de piano au Conservatoire de Paris (1896) ; passé en 1904 à Saint-Pétersbourg ; auteur d’opéras-comiques (Ninella, 1882 ; Le Sosie, 1887 ; Le Valet de cœur, 1888), de la féérie La Fée Cocote (1881), d’opérettes (A qui la trompe, 1877), de ballets (Les Papillons, 1881 ; Viviane, 1886 ; Le Chevalier aux fleurs, 1895) et un oratorio (La Résurrection de Lazare, 1779) ; mort lors d’une tournée en Russie avec la cantatrice Nadia Boulanger. Domicilié à Gargenville (Seine-et-Oise) au moment de son décès. ● Chevalier de la Légion d’honneur (17 juillet 1897), de l’ordre d’Isabelle la Catholique, de la Couronne de chêne de Hollande, de l’ordre national des beaux-arts d’Espagne ; officier de l’ordre de Léopold de Belgique ; commandeur de l’ordre de San Thiago de Portugal, de l’ordre du Metjidié, de la Couronne de Roumanie, des Sciences, Lettres et Arts de Portugal. ● Arch. nat., LH/2239/9. Notes Vladimir Somov.

Puifferas, voir Lopez de Puifferas

Puisant de Juzennecourt, Léon François ● Né à Juzennecourt (Haute-Marne) le 11 avril 1846 [fils de Théodore Puisant de Juzennecourt (né en 1808), négociant, et de Zélie Alexandrine Lamadeleine (née en 1822)] ; mort à Savone le 3 décembre 1905. ● Chancelier à Riga (1875-1877) ; chancelier de 1re classe à Stuttgart ; vice-consul à Savone au moment de son décès. ● Chevalier de la Légion d’honneur (1er août 1901). ● Arch. nat., LH/2239/66. Annuaire diplomatique, 1875-1877.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search