Qui sommes-nous ?

Le groupe de recherche international EURUS associe des enseignants-chercheurs et archivistes de plusieurs disciplines ou spécialisations autour d’une vaste thématique : les investissements scientifiques, technologiques et financiers des grandes puissances occidentales en Russie (XVIIIe-XXe siècles).

Il fait partie des axes majeurs du Centre Roland Mousnier (UMR 8596) auquel nombre d’entre nous sommes rattachés. Sous le règne de Pierre le Grand, la venue massive en Russie de spécialistes de toutes disciplines (artisans, financiers, architectes, artistes, militaires, géologues, commerçants…) contribua à la modernisation, notamment par la construction de nouvelles villes ou l’exploitation de mines, du vaste empire.

Géographes, cartographes, archéologues ou premiers ethnologues partirent à la découverte du pays et le firent connaître en Occident. Au fil des décennies, il ne cessa d’attirer les Occidentaux désireux d’y exercer leur métier, mais aussi des spéculateurs et aventuriers. A la suite de deux colloques internationaux consacrés à ce sujet, force était de constater que les décennies précédant la Première Guerre mondiale présentaient un champ d’investigation particulièrement varié. Parmi les préparatifs, directs et indirects à la Grande Guerre, il faut nommer les investissements pour promouvoir la technologie russe, l’armement, l’amélioration les infrastructures, la création de secteurs industriels, la construction de voies ferroviaires, les expéditions scientifiques permettant de cerner le pays et d’en mesurer l’envergure. La Russie représentait pour de nombreux Occidentaux, Américains compris, toujours un paradis où l’on pouvait tester les derniers acquis de la technologie grâce à la construction de ponts et chaussées, de rails de chemins de fer (le transsibérien), de stations hydroélectriques ; l’électrification du pays donna lieu à une industrialisation croissante associée à la création de nombreuses entreprises étrangères.

L’empire russe ayant connu une forte expansion vers l’Est et le Sud-est (Caucase, Sibérie orientale, Asie centrale), il offrait des champs inédits d’investigations et d’investissements de toutes sortes grâce à la création de banques spécialisées. On assiste, au XIXe siècle, à une internationalisation de la concurrence scientifique grâce aux Académies, et à l’émergence de sociétés savantes spécialisées ; elles renouvelèrent certaines disciplines comme la géographie, l’archéologie, la zoologie, la botanique ou l’orientalisme, ou trouvèrent un premier essor dans des disciplines telles que l’anthropologie, l’ethnographie et les études préhistoriques. Ces recherches contribuèrent à une meilleure connaissance du terrain et des mentalités, autant de domaines importants pour évaluer le rôle de la Russie dans un conflit imminent. Les sociétés savantes des différents pays intensifièrent la constitution de réseaux scientifiques, notamment grâce à l’organisation de congrès ou de colloques. La circulation des savoirs, les transferts des connaissances technologiques furent aussi facilités par les expositions universelles, et les expositions de Ekaterinbourg (1886) ou de Nijnij Novgorod (1892). Si la présence étrangère diminua pendant la période soviétique, sans toutefois disparaître, une nouvelle vague de spéculateurs se manifesta pendant les années Eltsine, où les Occidentaux essayèrent de conquérir un marché où tout était à réaliser ou à restaurer. Les grandes entreprises se livraient une concurrence sans pareil pour monopoliser, par exemple, le secteur bancaire, la modernisation des transports en commun ou les télécommunications. Cette enquête collective, conçue sur la longue durée ne s’en tient pas seulement aux flux des personnes partis vers cet Eldorado que représentait la Russie, il est question d’étudier leur vie quotidienne, leur insertion dans le pays, leurs succès et échecs. Des banques de données sur les étrangers présents dans le pays aux XVIIIe, XIXe et XXe siècle sont en voie de préparation.

Une enquête démographique doit aussi révéler l’insertion de ces étrangers par exemple par des mariages mixtes ou des conversions. Il va sans dire que nous ne pouvons pas cerner la totalité de ces personnes qui comptaient aussi beaucoup d’aventuriers ; nous nous limitons donc à celles qui ont laissé des traces précises comme un édifice, un site, un monument ou des articles, ouvrages, mémoires et dont les archives représentent une source substantielle. Afin de mener cette recherche à bout, il est indispensable de nous faire connaître par un site afin de multiplier les contacts avec des collègues étrangers qui pourraient s’associer à ce vaste projet conçu sur plusieurs années.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search