R

Raffet, Denis Auguste Marie ● Né à Paris le 1er mars 1804 ; mort à Gênes le 11 février 1860. ● Dessinateur et lithographie. Formé dans les ateliers de Cabanel (1822), Suisse, Charlet (1824) et Gros (1829) ; membre du voyage effectué en 1837 à la suite d’Anatoli Nicolaïevitch Demidov dans la Russie méridionale et la Crimée, et auteur des planches du Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée... ; reparti en 1859 à la suite du prince Demidov pour un autre voyage en Europe. ● Étienne Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres…, 1924, 3e vol.563-564 ; Anatoli Nicolaïevitch Demidov, Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie, exécuté en 1837, sous la direction de M. Anatole de Demidoff, par M. M. de Sainson, Le Play, Huot, Raffet, Rousseau, de Nordman et du Ponceau.

Raimbert, Esprit Francois ● Né à Grasse (Alpes-Maritimes) le 20 octobre 1738 [fils de Jean Raimbert (1700-1759) et de Madeleine Jourdan (1694-1793), mariés le 28 février 1718 ; fère de Joseph Raimbert (né à Grasse, Alpes-Maritimes, le 24 mars 1719), négociantà Saint-Pétersbourg] ; célibataire ; mort à Saint-Pétersbourg le 6 février 1819. ● Négociant à Saint-Pétersbourg. Après la mort de Louis XVI, malgré les oukases de Catherine II interdisant l’introduction en Russie des marchandises françaises, la maison Raimbert maintient son activité grâce à ses relations avec les autres pays européens ; mais le blocus continental et les guerres napoléoniennes ont plus de conséquences et il faut attendre la reprise des affaires en 1815 pour voir la maison Raimbert, désormais sous la direction de Montréal, renouer avec la prospérité, grâce à des « munitions du Nord », mâtures et bordages, pour la marine française. ● Anne Mézin, Vlaidslav Rjéoutski, t. 2, p. 693 ; notes Odile Caffin-Carcy.

Rallet-1, Eugène ● Né à Château-Thierry (Aisne) le 10 septembre 1814 [fils d’Antoine Rallet, marchand-épicier, et de Marie Loise Henriette Mary] ; marié en février 1854 à une fille de Farconnet (1807-1863), avocat à Grenoble, dont il eut deux filles jumelles (nées en 1861) ; mort le 22 novembre 1865. ● Professeur de littérature française installé à Moscou vers 1840 comme enseignant à l’école Sainte-Catherine, puis fabricant de parfumerie à Moscou, avec son frère Alphonse à partir de 1843 ; revenu en France après avoir fait fortune en Russie ; cité à Cannes en avril 1865, en relation épistolaire avc Alexandre Herzen ; élu membre du conseil municipal de Biviers (Isère) le 23 juillet 1865, commune où il avait acheté le château de Serviantin. ● Autour d’Alexandre Herzen : documents inédits, pub. Marc Vuilleumier, Genève, Librairie Droz, 1973, p. 334-335.

Rallet-2, Alphonse ● Né à Château-Thierry (Aisne) le 30 janvier 1819 [fils d’Antoine Rallet, marchand-épicier, et de Marie Loise Henriette Mary] ; marié à Grenoble (Isère) le 14 février 1854 à Mathilde Farconnet [fille de Farconnet (1807-1863), avocat à Grenoble], dont Olga Rallet (née en 1855) ; mort à Biviers (Isère) le 6 septembre 1894. ● Parfumeur. Venu à Moscou dans les années 1840 pour aider son frère Eugène Rallet, universitaire et enseignant à l’école Sainte-Catherine, pour créer une fabrique de produits chimiques et de parfums en 1843 ; créateur de parfums pour fourrures en Russie, de savons de toilettes, poudres et eaux de Cologne, dont la fabrique avait été inaugurée en 1843 sous le nom Alphonse Rallet & Co., au 47, rue Viatskaïa à Moscou, depuis rebaptisée fabrique de cosmétiques Svoboda ; fournisseur de la cour de Russie depuis 1846, la fabrique se vit conférer par le tsar Nicolas Ier l’Aigle impérial, distinction suprême qu’elle obtint à quatre reprises. Il vendit en 1857 son entreprise pour retourner en France mais stipula que la société devait garder son nom, A. Rallet & Co. ● Arch. nat., MC/DC/LXII/97 (dossier de client de la société française des parfums Rallet). Autour d’Alexandre Herzen : documents inédits, pub. Marc Vuilleumier, Genève, Librairie Droz, 1973, p. 334-335 ; Daria Gridiaïeva, « Comment les Français ont-ils offert à la Russie un Siècle d’or de la parfumerie ? », Histoire, 16 janvier 2019 (https://fr.rbth.com/histoire/82200-parfumeurs-francais-empire-russe) ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 45.

Rambaud, Nicolas Alfred (1842-1905) ● Né à Besançon (Doubs) le 2 juillet 1842 [fils de Pierre François Rambaud, relieur papetier, et de Colombe Joséphine Rouget] ; marié à Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 21 août 1865 avec Marie Aline Eugénie Contal, dont cinq enfants ; mort à Paris le 10 novembre 1905. Catholique. ● Historien et slaviste. ● Après des études au lycée de Besançon puis à Louis-le-Grand à Paris, il fut reçu à l’École normale en 1861 ; agrégé de l’Université (1864) ; il enseigna l’histoire aux lycées de Nancy, de Bourges et de Colmar, fut nommé répétiteur à l’École pratique des Hautes-Études (1868) ; docteur ès lettres (1870) ; chargé de cours (1871), puis professeur (1873) à la faculté des lettres de Caen ; suppléant (1875) puis professeur (1879) à la faculté des lettres de Nancy ; appelé au cabinet de son ami Jules Ferry, devenu ministre de l’Instruction publique, il fut nommé membre de la commission des missions (1879) ; chargé de cours (1881) puis professeur d’histoire moderne et contemporaine (1884) à la Sorbonne ; conseiller général depuis 1883 et sénateur (1895) du département du Doubs ; ministre de l’Instruction publique (29 avril 1896-29 juin 1898), il reprit son enseignement après la retraite du cabinet Méline. ● Il obtint une mission de l’Instruction publique en Russie pour faire une enquête sur l’éducation des filles et le fonctionnement des gymnases féminins (1872) ; il participa au congrès archéologique russe de Kiev (1874), obtint une mission au congrès archéologique de Kazan (1877), il fut admis dans plusieurs sociétés savantes russes, notamment la Société archéologique de Moscou et la Société impériale d’histoire de Russie ; au sein de la Commission des missions, il soutint alors toutes les demandes de subventions faites par Louis Léger et intervint à pour mettre en avant l’intérêt des congrès archéologiques russes ; il reçut le couple impérial russe lors de sa visite en France (1896) ● Auteur de nombreux articles et ouvrages concernant l’histoire russe ; son Histoire de la Russie fut traduite en anglais, en allemand en croate et même en russe par une société de professeurs et de savants russes ; liste complète, non seulement de ses livres, mais de ses articles de revues, de journaux, de ses discours et conférences, dans une Notice publiée par Léonce Pingaud, Besançon, 1906 ; auteur notamment de : La Russie épique, étude sur les chansons héroïques de la Russie traduites ou analysées (Paris, Maisonneuve, 1876) ; Histoire de la Russie depuis les origines jusqu’à l’année 1877, (Paris, Hachette, 1878 ; rééditée et complétée jusqu’en 1918) ; Russes et Prussiens guerre de Sept Ans (Paris, Berger-Levrault, 1895) ; Français et Russes. Moscou et Sébastopol, 1812-1854 (Paris, Berger-Levrault, 1881, 2e éd.). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : F/17/23053 (dossier de carrière) ; AJ/16/6132 dossier administratif) ; F/17/3001 (dossier de mission) ; LH/2262/68 Légion d’honneur ; 81 AP, Fonds Rambaud (papiers personnels). Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe ; Armelle Le Goff : « Les relations entre scientifiques russes et français au prisme des archives françaises : l’exemple des anthropologues » ; « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe » ; Benoît Yvert, Dictionnaire des ministres…, p. 585. Notice Armelle Le Goff.

Rank ● Arrivé en Russie après 1831 ; employé au service de la Couronne impériale, à l’institut du Corps des ingénieurs des voies de communication ; membe du cercle d’Augustin Bettancourt. ● RGIA etRGVIA. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches, p. 101-138 ; notes Dimitri et Irina Gouzévitch.

Ratez ● Sous-commissaire puis vice-consul à Kherson (1805-1810) ; vice-consul à Taganrog (1811 à 1813). ● Almanach national de France, An XIII ; Almanach impérial, 1806-1813.

Ratti-Menton, Benoît Ulysse François, comte ● Mort à Blois (Loir-et-Cher) le 31 décembre 1879. ● Consul à Tiflis (1835) ; consul général à La Havane en 1861 ; demeurant placé du Château à Blois en 1872. ● Chevalier (1836), officier (14 octobre 1861) de la Légion d’honneur ; officier de l’ordre des saints Maurice et Lazare de Sardaigne (12 mars 1841) ; commandeur de l’ordre du Saint-Sépulcre (21 mars 1841) ; chevalier de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand (8 juin 1843). ● Arch. nat., LH/2269/85. Almanach royal, 1835.

Raucourt de Charleville, Antoine ● Né en 1789 ; mort en 1841. ● Ingénieur des ponts et chaussées ; économiste, philosophe et pédagogue. Polytechnicien (X 1809), il participa à l’agrandissement du pont de Toulon (1821-1827), auteur des projets des docks de Toulon ; passé au service de la couronne impériale, colonel et professeur de construction à l’Institut du corps des ingénieurs des voies de communication, promu au grade de colonel en 1827 ; élu membre honoraire de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg (1827), auteur du projet des docks de Sébastopol, du pont de Narva, de la protection de Saint-Pétersbourg contre les inondations. ● Auteur de : Traité sur l’art de faire de bons mortiers (1822) ; Cours normal de philosophie positive (1834). ● Membre du cercle d’Augustin Bettancourt ; inventeur de la brique creuse. Saint-Simonien avec Enfantin, il fut l’initiateur du Cercle de philosophie et d’économie politique de Saint-Pétersbourg ; créateur de l’Institut de morale universelle (1836). ● RGIA et RGVIA. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 101-138. Notes Dimitri et Irina Gouzévitch.

Ravet, Joseph Auguste ● Né à Miribel-les-Échelles (Isère) le 3 novembre 1885 ; marié vers 1910 à Denise Paris (fille de Guillaume Paris (né à Pont-du-Château, Puy-de-Dôme, le 28 septembre 1847 ; mort à Montmorency (Val-d’Oise) le 2 août 1934), confiseur d’Alexandre III, et de Marie-Louise Haste (née à Clermont-Ferrand le 11 mars 1858 ; morte à Montmorency le 15 février 1933), mariés à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 4 novembre 1876] ; mort à Sébastopol (Crimée, Russie) le 28 mai 1936, inhumé dans le cimetière militaire français de Sébastopol. ● Confiseur à Yalta, fournisseur de la cour vers 1910 ; nommé vice-consul, en charge de la garde du cimetière militaire français de Sébastopol. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Ravet, Rémy Adrien ● Né à Miribel-les-Échelles (Isère) le 6 mai 1887 ; marié à Miribel-les-Échelles le 2 avril 1913 à Marie Blanche Vachon (née à Miribel-les-Échelles le 1er janvier 1894 ; morte à Miribel-les-Échelles en 1965), dont : Adrien Ravet (né en 1915), dont J. C. Ravet ; Albert Ravet ; mort à Miribel-les-Échelles le 11 août 1965. ● Pâtissier-chocolatier à Yalta, fournisseur de la cour vers 1910 ; rentré en France vers 1924, il travailla à la chocolaterie Bonnat de Voiron (Isère). ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Ray, Claude ● Né à Bourbon-L’Archambault (Allier) le 25 décembre 1866 [fils de Claude Ray et d’Antoinette Desnoix]. ● Chimiste. Aide-chimiste, affecté au régiment d’artillerie ; autorisé par le gouvernement français à s’établir à Akhtala dans le Caucase (1887-avril 1890) en qualité de comptable et aide-chimiste. ● MAE, Nantes, 598PO/2/77. 

Raymond, Fulgence (1844-1910) ● Né à Saint-Christophe (Indre-et-Loire) le 29 septembre 1844 [fils de Raymond Créon Raymond, tisseran,d et de Justine Police] ; marié (1) à Paris le 26 mai 1868 avec Louise Rochut et (2) à Andillé (Vienne) le 25 août 1887 avec Marie-Louise Lodoiska Moreau ; mort au château de la Planche d’Andillé, près de Poitiers (Vienne) le 28 septembre 1910. ● Neurologue ● Après des études vétérinaires à Maisons-Alfort (1863), il devint officier vétérinaire dans un régiment de cavalerie puis à l’école de Saumur comme stagiaire ; chef des travaux d’anatomie et de physiologie à l’école d’Alfort (1867), bachelier ès lettres puis ès sciences ; externe des hôpitaux (1870) ; deuxième au concours de l’internat, élève de Vulpian et de Charcot (1871) ; médaille d’or de l’internat (1875) ; chef de clinique (1877) ; médecin des hôpitaux (1878) ; agrégé (1880) ; médecin à l’hospice des Incurables puis à Saint-Antoine (1884) et à Lariboisière (1890), il succéda à Jean Martin Charcot comme titulaire de la chaire de neurologie de la Salpêtrière (1894). ● Chargé d’une mission à l’effet d’étudier, dans les centres universitaires russes, les questions d’enseignement médical relatives aux maladies nerveuses (1888), il rédigea un rapport détaillé sur l’enseignement des maladies nerveuses en Russie qui contenait, en outre, un plan de la clinique des maladies nerveuses de Morosoff à Moscou et la photographie d’un jeune patient atteint d’un gliome de la moelle. ● Auteur de : L’étude des maladies du système nerveux en Russie : rapport adressé à M. le ministre de l’Instruction publique, (Paris, O. Doin, 1889). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : AJ/16/6846 (dossier de la faculté de médecine de Paris, docteur en 1876) ; F/17/3001(dossier de mission) ; LH/2273/64. Armelle Le Goff, « Les missions scientifiques du Ministère de l’Instruction publique dans l’empire russe ». Notice Armelle Le Goff.

Raymond, Georges ● Ingénieur des arts et manufactures ; directeur des usines d’Oust Vijaïkha (gouvernement de Perm), chargé par le ministère français du Commerce d’une mission sur l’industrie métallurgique du fer et de l’acier dans l’Oural à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/543. 

Rayneval, voir Gérard de Rayneval

Reading, Auguste ● Marié à Anne Cardon (morte à Moscou le 26 décembre 1823), dont : Grégoire Reading, attaché comme médecin à l’hôpital de Marie à Moscou ; Rosalie Reading (morte le 28 février 1839). ● Chirurgien à Moscou, cité dès 1823 ; chirurgien major au service de la Russie (13 janvier 1830). ● MAE, Nantes, 598PO/2/281. 

Reiset, Gustave Henri Armand, comte de ● Né à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime) le 15 juillet 1821 ; marié le 20 mai 1856 à Blanche Le Fébure de Sancy de Parabère, dont : Walbure de Reiset ; Marie Henri Florimond Joseph de Reiset (né à Darmstadt, Allemagne, le 9 mars 1863 ; mort le 16 janvier 1954), officier de cavalerie ; mort au château du Breuil à Marcilly-sur-Eure le 2 mars 1915. ● Diplomate et homme politique entré en 1840 dans la diplomatie ; premier secrétaire de l’ambassade de Russie (1852-1854) ; secrétaire de légation à Turin en 1854 ; ministre plénipotentiaire (1856). ● Chevalier (11 novembre 1848), officier (11 novembre 1850) et commandeur (10 août 1867) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH/2288/82 ; MAE, PA/AP 146. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 77.

Résimont-1 de Genneret, Jean-Baptiste de ● Armes : « D’or à la bande de gueules et au franc-quartier d’azur, chargé d’un lion d’argent ». Gentilhomme, né à Toul (Meurthe-et-Moselle) le 17 janvier 1768 (ou, selon d’autres informations, en 1766), certainement fils d’Étienne Résimont ; marié à Saint-Pétersbourg en 1807 à Sophie Frédérique Wilhelmine de Lagarde (née à Berlin le 24 juillet 1780 ; morte à Pavlovsk le 7 septembre 1853 ; inhumée près de son mari), dont il eut : Alphonse Ivanovitch Résimont (né vers 1811 ; mort après janvier 1839), ingénieur militaire, qui suit. Jean-Baptiste de Résimont mourut le 2 mars 1844 à Saint-Pétersbourg (inhumé au cimetière luthérien Volkovskoïé).● Gouverneur, puis professeur et général major du Corps des ingénieurs des voies de communication (KIPS). Jean-Baptiste de Résimont aurait été prêtre en France ou, selon d’autres sources, officier et royaliste. Il émigra lors de la Révolution et arriva en Russie vers 1792. Il résidait à Saint-Pétersbourg quand il prêta le serment de 1793. Il fut embauché en 1794 par le comte Ouktomski, vraisemblablement comme précepteur, et résida depuis dans le gouvernement de Vologda. Il enseigna ensuite jusqu’à 1800 chez les Sabloukov, puis chez les Dournovo. Il donna également à Saint-Pétersbourg des « cours particuliers de mathématiques ». Il était dit professeur de mathématiques à l’Institut des communications intérieures dans son acte de mariage (1807). Lors de la formation du Corps des ingénieurs des voies de communication, le 13 mars 1810, il y fut inscrit au grade de commandant (maïor) et nommé professeur de mathématiques appliquées à l’Institut de ce corps. Selon A. I. Delwig, Résimont aurait tiré ce poste au sort. Il bénéficia d’une réelle protection, sans doute par son ancien élève Alexandre Sabloukov (qui fut, en 1806, membre du Département des communications d’eau, puis, à partir de 1810, général-major du Corps des ingénieurs des voies de communication). Résimont parlait russe, français, anglais, allemand et italien, « maîtrisait la littérature, la mécanique et la philosophie naturelle », il était compétent en mathématiques. Il fut promu lieutenant-colonel (25 octobre 1814). En 1816-1817, il donna pour la première fois un cours abrégé de minéralogie aux officiers de l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication ; il enseigna cette matière jusqu’à sa démission (il fut remplacé en 1836 à la chaire de minéralogie par V. P. Sobolevski). Il fut membre actif de la Société impériale minéralogique. Il était déjà colonel (depuis le 17 avril 1819) quand il fut nommé, en septembre 1823, membre du Comité (plus tard du Comité scientifique) pour la publication du Journal des voies de communication (JVC). En 1824, il devint membre du Conseil et de la Conférence de l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication et adjoint du directeur de l’Institut (à partir de 1829, « de la section des études »). Il fut aussi nommé inspecteur des classes. En 1828, il assura l’intérim durant les six mois d’absence du directeur Pierre Dominique Bazaine. Il fut promu général-major le 11 (ou 14) avril 1829. En janvier-mars 1831, il prit part aux cours publics, où il fit deux conférences sur la théorie de la formation des chaînes montagneuses et l’activité volcanique. Il fut nommé du 7 septembre au 6 décembre 1834 directeur de l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication par intérim. Il démissionna en octobre 1836. En 1829, il inventa des filtres d’eau portatifs, qui furent acceptés par la Commission des projets et des devis. Pour l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication, il créa le projet du cabinet lithologique avec une collection des matériaux russes de construction en pierre. Il avait la réputation d’être un bon pédagogue instruit, plein d’esprit et de gentillesse, mais ayant « un penchant vers le cléricalisme » et des singularités. Dans le rapport de l’année 1829 du chef des gendarmes Benkendorf, il fut qualifié de « nul, âpre au gain et avide ». À partir d’avril 1822 (et, probablement, jusqu’à sa démission), il vécut « près du pont Oboukhov au Corps des voies de communication » (l’ancien palais Ioussoupov avec ses services). Auteur de : « Tableau chronologique, historique et géographique avec deux cartes de l’Empire de Russie », Saint-Pétersbourg, 1800, 90 f. (RNB, Mss fr., Q. IV, no 165, dédié à Alexandre Alexandrovitch Sabloukov, ingénieur, élève de Résimont) ; « Tableau des événemens les plus remarquables de l’histoire de Russie suivi d’une description topographique de ce vaste Empire, S. Pétersbourg, année 1800 » (RGB, fonds 95, dos. 1457, ce manuscrit était destiné à Nikolaï Dmitrievitch Dournovo, un élève de Résimont, futur aide de camp d’Alexandre Ier et de Nicolas Ier) ; « О службе и трудах ген.-лейтенанта Бетанкура », ЖПС, 1826, кн.1, с. 26-44 ; « Notice historique sur le général de Bétancourt », Journal des voies de communication, Saint-Pétersbourg, 1826, no 1, p. 39-49 ; « Возражения на замечания, помещенные в Военном журнале 1827 года no 1, касательно сравнительной таблицы Французских и Русских мер, находящейся в Журнале путей сообщения », ЖПС, 1827, кн. 9, с. 65-74 ; « Observations relatives à deux notes insérées dans le journal des sciences militaires (année 1827, no 1), au sujet de l’évaluation des mesures Françaises et Russes annexée au Journal des voies de communication », Journal des voies de communication, 1827, no 9, p. 56-64 ; Précis du cours de minéralogie, enseigné à l’Institut des Voies de Communication, Saint-Pétersbourg, 1828. ● Chevalier de l’ordre Saint-Vladimir, 4e cl. (25 octobre 1814) ; décoré de l’ordre Saint-Stanislas, 1re cl. (17 juin 1831) et de l’ordre Sainte-Anne, 1re cl. (26 juin 1833). ● RGIA et RGVIA. Notice Dimitri et Irina Gouzévitch. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917) ; Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, vol. 2, p. 705-707.

Résimont-1.1, Alphonse Ivanovitch ● Né vers 1811 [fils de Jean-Baptist Résimont de Genneret et de Sophie Frédérique Wilhelmine de Lagarde] ; mort après janvier 1839. ● Ingénieur militaire et enseignant. À l’issue de l’examen (6 juin 1826) de l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication, il fut promu enseigne le 2 juin 1827, sous-lieutenant le 4 juin 1828, lieutenant (16e promotion de l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication). Au cours de l’été 1827, il fit un stage sous la direction du colonel Adam qui s’occupait de la construction de ponts à Saint-Pétersbourg. En 1829-1830, il suivit le cours public de mécanique d’air et de physique mathématique d’Ostrogradski. En 1829, et postérieurement il fut répétiteur de l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication. À la fin des années 1820 et au début des années 1830, il enseigna avec Ianouchevski dans la 2e classe et donna des cours de mathématiques spéciales et de statique synthétique sous la direction du professeur G. Lamé ; il enseigna aussi la géodésie en 4e classe ; il fut nommé professeur adjoint au Corps des ingénieurs des voies de communication le 24 mars 1836, ayant le grade de major ; en 1835-1837, il dirigea la construction du pont Nijne-Lebiaji au-dessus de la Lebiajia Kanavka à Saint-Péters bourg (d’après le projet de Pierre Dominique Bazaine) ; il démissionna le 24 janvier 1839 pour des raisons de famille. ● Notice Dimitri et Irina Gouzévitch. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917).

Reumaux, François ● Ingénieur ; directeur de la Société minière de Goloubovka au début du xxe siècle ; de la classe 1893, lieutenant au 3e régiment territorial d’artillerie lourde. ● MAE, Nantes : 598PO/2/24 ; 598PO/2/439. 

Réveillon ou Revillier, Albert ● Né en 1846 ; marié ; père de : Olga Révillon ; un fils. ● Ingénieur des ponts et chaussées ; engagé en 1899 par le gouvernement russe pour participer à la construction du chemin de fer transcapien ; agent de la société minière et de rails de Novorossisk ; demeurant à Saint-Pétersbourg, 3 district quartier Kazansky, puis Vassili Ostrov 5, ligne n°36. Son épouse le rejoignit et accueillit de nombreux voyageurs dans sa maison à Ashkhabad. ● MAE, Nantes : 598PO/2/39 ; 598PO/2/350. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 303. 

Revuz, Pierre Marie ● Né à Cluses (Haute Savoie) en 1815. ● Ingénieur. Demeurant à Paris, rue du faubourg Montmartre, il se rendit à Saint-Pétersbourg par la Belgique et la Prusse, avec un passeport délivré à Paris le 23 août 1860. ● MAE, Nantes, 598PO/2/218.

Rheins, Ernest ● Né le 18 juin 1841. ● Commis à la chancellerie du consulat de France de Tiflis le 5 juillet 1869 puis du 6 août 1875 jusqu’en 1881 ; vice-consul à Batoum. ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 3460. Annuaire diplomatique, 1879-1892.

Rhins, voir Dutreuil de Rhins

Ricard de Montferrand, Henri Louis Auguste Léger ● Né à Paris le 23 janvier 1786 ; mort à Saint-Pétersbourg le 10 juillet 1858 ; catholique. ● Architecte diplômé de l’école d’architecture de Paris, Charles Percier le fit rentrer à l’Académie des beaux-arts en 1806 ; architecte de la cour de Russie (1816-1858) ; architecte en 1834 du pont Jaune, ancêtre du pont Pevtcheski ; également architecte de la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg, du manège de Moscou, de la cathédrale de la Transfiguration à Nijni-Novgorod ; demeurant 86, quai de la Moïka à Saint-Pétersbourg. ● Chevalier (11 janvier 1831), officier de la Légion d’honneur (18 avril 1841). Arch. nat., LH/2318/15. Notice Eléna Dogadaéva.

Richelieu, voir Vignerot du Plessis, duc de Richelieu

Riffe de ● Mort à Saint-Pétersbourg le 1er avril 1846. ● Ancien élève de l’École centrale Saint-Antoine à Paris ; professeur de langue française sous l’Empire, substitut du procureur pour le tribunal de 1re instance de Versailles ; parti en Russie, professeur de langue française à Saint-Pétersbourg (1820-1846). ● MAE, Nantes, 598PO/2/350.

Ripart, François-Xavier ● Né à Pesme (Haute-Saône) le 14 juillet 1786. ● Architecte ; attesté en 1862 comme architecte du synode russe de Tiflis. ● MAE, Nantes, 598PO/2/94.

Ripert de Monclar, Joseph Anne Amédée François de ● Né à Paris le 31 mai 1844 [fils d’André Victor Amédée de Ripert d’Artaud de Monclar (1807-1871), propriétaire, et de Clémentine Jerningham (1814-1864)] ; marié en Allemagne le 1er mars 1908 à Françoise de Ripert-Artaud de Montauban ; mort au château d’Allemagne, près de Riez (Alpes-Maritimes) le 19 janvier 1921. Licencié en droit (1864) ; élève à l’École des chartes ; attaché à la direction politique des Affaires étrangères (1866-1873) ; consul de 2e classe à Tiflis (13 juin 1873-13 mars 1877) ; de nouveau diplomate en 1891 ; ministre plénipotentiaire de 1re classe en 1901. Chevalier (10 août 1867), officier (31 décembre 1897) et commandeur (1er août 1901) de la Légion d’honneur. Arch. nat., LH/2331/25 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série cartons, n° 2937. Annuaire diplomatique, 1879-1901.

Riquette, Jean Pascal ● Né à Paris le 8 avril 1770 [fils de Gaspard Riquette, maître pâtissier rue Saint-Martin à Paris puis charcutier à la suite de son frère Joseph, et de Marie-Madeleine Chassagne (morte en 1781)] ; marié à Paris le 26 pluviôse an XII (16 février 1804) à Jeanne Marie Pierre (née à Chassepierre, Luxembourg, le 15 février 1779), sans descendance de ce mariage ; mort à Paris, 29, rue Taitbout, le 20 janvier 1838. ● Maître d’hôtel de Talleyrand (1797), auteur d’un « poulet à la Joséphine » en l’honneur de l’épouse du Premier Consul ; collaborateur de Carême ; chef des cuisines lors de l’entrevue de Tilsit (26 juin-7 juillet 1807) ; nommé maître d’hôtel du tsar Alexandre Ier en 1807 ; parti à Saint-Pétersbourg en 1808, jusqu’en 1816 au moins ; revenu en France au service de Talleyrand, qu’il suivit à Londres en 1830-1834, puis revenu définitivement à Paris, au 29, rue Taitbout. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Riss, François Dominique ● Né en 1768 à Strasbourg (Bas-Rhin) [sans doute fils de Jean François Riss], catholique, marié après 1788 à Élisabeth Ivanovna N., dont il eut : Théodore Riss ; François Riss ; Anne Riss ; Caroline Riss ; mort à Moscou le 10 mars 1858. ● Libraire. François Riss serait arrivé à Moscou comme domestique de la demoiselle Blaire, une riche Alsacienne, qui regagna la France sous la Restauration. Selon certaines sources, avant d’aller en Russie, il serait passé par Vienne et Varsovie et aurait séjourné quelque temps en terres tchèques. À son arrivée à Saint-Pétersbourg en 1787, il fut commissionnaire des frères Gay, libraires français, avant d’être inscrit le 5 juin 1788 comme « hôte étranger » et marchand de la 3e guilde au registre des habitants de la ville de Saint-Pétersbourg avec un capital de 1025 roubles (il reçut la caution des marchands Joseph Greck et de Jean Nadervel, et produisit deux passeports, le premier délivré le 2 novembre 1787 par l’ambassadeur de France à Vienne, le marquis de Noël, qui indiquait que le libraire Riss se rendait à Saint-Pétersbourg, et le second, du 9/20 novembre 1787, délivré par l’ambassadeur de Russie à Varsovie, le comte de Stackelberg, qui portait : « Il va à Saint-Pétersbourg pour être commis du libraire Gay » (originaux dans le dossier). Riss habitait à cette époque dans la maison no 64, 1re partie Admiralteïskaïa, à Saint-Pétersbourg. Il résidait dans le Ve arrondissement de Moscou quand il prêta le serment de 1793. Il vivait en mars 1796 dans la maison de François Courtener quand il partit pour un voyage à l’étranger. Il s’installa ensuite comme libraire à Moscou vers 1795 et tint avec Joseph Sossay une librairie, rue Petrovka, à côté de la rue du Pont des maréchaux-ferrants, dans une maison achetée à Egor Kaiser ; en août 1795, ils annoncèrent le premier arrivage de livres étrangers. Riss faillit être expulsé de Russie en 1803 pour avoir commandé des livres interdits. Il faisait aussi du commerce à Saint-Pétersbourg, en 1799, dans la maison des Skavronski, no 6, quai de la Moïka. Il aurait été chassé de Saint-Pétersbourg en 1810. En 1811, il possédait une maison dans la partie Tverskaïa de Moscou. Il avait été inscrit en 1799 à la 1re guilde marchande à Moscou avec un capital de 16 100 roubles et s’y trouvait toujours inscrit en 1811 ; après la guerre, au moment du recensement de 1815, il était inscrit à la 3e guilde marchande. Il aurait été, selon ses contemporains, le plus grand libraire français de Moscou au début du xixe siècle et on l’appelait « le coq de la librairie française ». Il ne vendait pas que des livres, mais également d’autres produits, comme la moutarde. Il publia le catalogue de ses livres mais insérait rarement des publicités dans le journal Supplément au catalogue de Riss et Saucet libraire dans la Petrowka (Moscou, s.d.), 8 p. in-8o. La légende veut qu’il ait remis les clés de la ville de Moscou à Napoléon lors de l’arrivée des troupes françaises en 1812. Il fut le parrain de Catherine-Caroline Courtener, fille du libraire François Courtener, le 9 décembre en l’église catholique des Saints-Apôtres-Pierre-et-Paul à Moscou. ● Anne Mézin, Vladislav Rjeoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p. 715-716.

Robert, Louis Eugène ● Né à Meudon (Hauts-de-Seine) le 6 décembre 1806 ; mort à Sézanne (Seine-et-Marne) le 28 mai 1882. ● Docteur en médecine, géologue et naturaliste ; membre de la commission scientifique française d’Islande et du Groënland ; en voyage en Russie en 1839 comme membre de la commission scientifique du Nord (instituée en 1835 par le ministre français de la Marine), passé à Arkhangelsk et à la Nouvelle-Zemble où il fit des observations géologiques, botaniques et physiques, et à Saint-Pétersbourg ; maire de Meudon (Hauts-de-Seine) en 1870-1871. ● Auteur en 1840 des Lettres sur la Russie à S. E. M. de Struve. ● MAE, Nantes, 598PO/2/336. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, p. 96-97.

Robillard, Hippolyte (1804-1888) ● Peintre portraitiste et photographe ● Il émigre en 1842 en Russie ; il est engagé par le ministère des Finances, au département des industries et manufactures pour organiser des relevés photographiques ; il crée avec succès son propre atelier de photographie ; il entre à l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg (1850) ; faillite et prison pour dettes (1860) ● RGALI fonds n°2425 ; Arch. nat., BB/11/641 dossier 1051X6. Notice Armelle Le Goff.

Robin, Marius Louis ● Né à Paris, XIXe arrondissement, le 9 septembre 1879 [fils d’Hector Léon Robin et de Julie Désirée Parelle]. ● Ingénieur. Il fit des études de chimie ; maréchal des logis chef (22 juin 1904) ; ingénieur, directeur des mines d’Allah-Verdi au Caucase (1913-1915). ● MAE, Nantes, 598PO/2/97.

Rocca, Félix de ● Spécialiste de l’histoire russe, auteur de : Sulle industrie principali della Russia (Rome, 1884, in-8°, 233 p.) et Les Assemblées politiques dans la Russie ancienne : les zemskié sobors (Paris, L. Larose, 1899, in-8°, 191 p.). En voyage en Russie en 1895, il publia De l’Alaï à l’Amou-Daria, voyage à travers la Transcaucasie, la Transcaspienne, la Boukharie, le Ferghanah et les régions prépamiriennes de l’Alaï, du Caratéghine et du Darvaz (Paris, P. Ollendorff, 1896, in-12). Svetlana Gorshenina, Explorateurs…, p. 295.

Roch, Louis Joseph ● Né à Solemont (arrondissement de Montbéliard, Doubs) ; marié, père d’une fille. Docteur en médecine, officier de santé et chirurgien, parti de France le 15 août 1828 avec l’autorisation du gouvernement et sur l’appel du gouvernement russe ; enregistré sur les registres de l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg le 13 décembre 1828, entré au service du comte Tyszievoi (ou Tyskiewiez ou Tyszkiewicz), maréchal de la noblesse du gouvernement de Kiev. MAE, Nantes, 598PO/2/340.

Rochechouart, Casimir Louis Victurnien de, 11e duc de Mortemart, prince de Tonnay-Charente ● Né à Paris le 20 mars 1787 [fils de Victurnier Jean-Baptiste de Rochechouart, duc de Mortemart (1752-1812) et d’Adélaïde de Cossé-Brissac ; marié à Virginie de Sainte-Aldegonde (née à Paris le 30 août 1789 ; morte à Meillant le 26 décembre 1878) |[fille de François Balthazar, comte de Sainte-Aldegonde, et d’Anne Joséphine du Bouchet de Sourches de Tourzel], dont il eut six enfants ; mort à Neauphle-le-Château 1er janvier 1875). ● Officier de dragons ; diplomate. Émigré en 1791 avec sa famille et élevé en Angleterre ; engagé dans les gendarmes d’ordonnance (1803) ; sous-lieutenant de dragons (10 février 1806) ; lieutenant (1er octobre 1807) ; capitaine (26 juillet 1809) ; officier d’ordonnance (12 février 1811) ; engagé dans la campagne de Russie ; baron de l’Empire (1812) ; rallié à Louis XVIII (1814) ; pair de France (4 juin 1814) ; capitaine-colonel de la compagnie des Cent-Suisses (7 juin 1814-30 décembre 1818) ; commandant des gardes à pied ordinaires du corps du roi (30 décembre 1818-20 août 1830) ; président du collège électoral de Haute-Vienne ; major général de la garde nationale de Paris (14 octobre 1815) ; maréchal de camp (22 novembre 1815) ; ambassadeur de France en Russie (avril 1828-janvier 1830) ; lieutenant général (24 décembre 1828) ; nommé Premier ministre le 29 juillet 1830, il ne put se faire recevoir à la Chambre ; émigré au Luxembourg ; passé au service de Louis-Philippe ; envoyé à Saint-Pétersbourg le 5 janvier 1833 comme ambassadeur extaordinaire avec pour mission de faire reconnaître le nouveau régime par Nicolas Ier, en fonctions jusqu’en 1833 ; admis à la retraite (8 juin 1848), relevé de la retraite (31 août 1849) ; commandant de la 19e région militaire (Bourges) ; placé dans la section de réservé (28 décembre 1852). ● Chevalier (1er octobre 1807), officier (3 novembre 1813), commandeur (22 janvier 1816) et grand officier (17 août 1822) de la Légion d’honneur ; chevalier de Saint-Louis (25 août 1814) ; chevalier des ordres du roi (30 mai 1825). ● Arch. nat, LH/2361/12. Benoît Yvert, Dictionnaire des ministres, p. 164-165.

Rochelle, voir Roux de Rochelle

Rode, Jacques Pierre Joseph ● Connu sous le nom de Pierre Rode. Né à Bordeaux (Gironde) le 16 février 1774 ; marié à Berlin (Allemagne) le 10 septembre 1814 à Sophie Wilhelmine Caroline Verona (1791-1878) [fille de Barthélemy Verona (1740-1813), artiste peintre, et de Sophie Perrin (1753-1828), dont Nathalie Rode (1815-1878) et Edmon Pierre Jean Rode (1816-1883) ; mort au château de Bourbon, près de Damazan (Lot-et-Garonne), le 25 novembre 1830. ● Compositeur et violoniste. Arrivé à Paris en 1787, élève de Fauvel et de Viotti ; en voyage en Europe en 1790-1799 ; engagé en 1799 comme soliste à l’Opéra de Paris et professeur au Conservatoire ; auteur en collaboration avec Baillot et Kreutzer de la Méthode de violon du Conservatoire (1803) ; violon-solo de la musique du Premier Consul (1800) ; passé en Russie avec Boildieu, installé à Saint-Pétersbourg en 1804-1809, violoniste du tsar. Auteur de nombreuses pièces pour violon ; atteint d’une paralysie évolutive à partir de 1809 ; installé à Vienne en 1811, où il créa la Sonate pour violon n° 69 en sol majeur écrite pour lui par Beethoven, puis à Berlin en 1813-1819, où il publia ses vingt-quatre caprices, études pour le violon, avant de revenir en France. Il avait formé Joseph Böhm (1795-1876) qui fut lui-même professeur du fameux violoniste Joseph Joachim (1831-1909). ● Geneanet, Alain Garric ; La France et les Français en Russie…

Rohr, Jean Geoffroi ● Né en 1815 ; mort en 1889. Protestant. ● Enseignant et pasteur. Après des études de théologie à Stasbourg, il devint en 1838 précepteur à Paris, puis s’installa à Saint-Pétersbourg en 1838 comme précepteur et missionnaire, puis à Moscou en 1852. ● Auteur d’Un missionnaire républicain en Russie (Paris, Amyot, 1852, 3 vol.). ● Autour d’Alexandre Herzen : documents inédits, pub. Marc Vuilleumier, Genève, Librairie Droz, 1973, p. 334 ; Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française, p. 146-149. 

Rossignol, Paul Auguste ● Né à Carmaux (Tarn) le 12 janvier 1889. ● De la classe 1909, réformé en 1911 par le conseil de révision du département du Tarn, d’après le certificat établi par le médecin du chemin de fer de la station Tchousssovaya et visé par la police locale sur l’avis du Gouverneur de Perm ; ingénieur de la société Péroune à Saint-Pétersbourg ; déclaré impropre au service armé ou auxiliaire en 1916. ● MAE, Nantes : 598PO/2/24 ; 598PO/2/542.

Rothstein, Adolf ● Banquier. Membre fondateur de la Banque Russo-Chinoise les 10 décembre 1895 et 17 janvier 1896. ● Thierry Claeys, Wen Wen, « Autour de la genèse de la Banque Russo-Chinoise : les ambitions contradictoires d’une alliance franco-russe », p. 59.

Rottermund ● Agent consulaire à Libau (1861-1879). ● MAE, La Courneuve, Pers., 1re série, carton 2162. Annuaire diplomatique, 1861-1879 ; Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Roubaud, Franz Alexïevitch ● Né à Odessa le 15 juin 1856 [fils d’Honoré Fortuné Alexis Roubaud, libraire à Odessa, et de Madeleine Senèque, couturière] ; mort à Munch le 13 mars 1828. ● Peintre, spécialisé dans les scènes de bataille et les panoramas. Formé à l’école de dessin d’Odessa (1865-1877) puis à l’Académie des beaux-arts de Munich (1878-1883) ; de retour en Russie, il exécuta pour le musée de Tiflis une série de toiles sur l’histoire des guerres caucasiennes en 1885-1895 ; professeur de dessin à l’Académie de Saint-Pétersbourg ; parti en Allemagne en 1912 et mort dans l’oubli. ● Auteur de : Le Siège de Sébastopol (avec une équipe, 1904) ; La Bataille de Borodino (Musée de l’Artillerie, Saint-Pétersbourg, 19111). ● Médaille d’or à la Grande exposition d’art de Berlin (1895). ● Olga Sugrobova-Roth et Eckart Lingenauber, Franz Roubaud: catalogue raisonné-Werkverzeichnis (Cologne, Vam Ham Art Publications, 2013).

Roubaud, Jean ● Originaire de Marseille (Bouches-du-Rhône). ● Marchand et libraire. Négociant à Marseille, il ouvrit à Odessa vers 1814 un magasin de nouveautés où il vendait des livres et journaux, du vin et du fromage ; fait citoyen d’honneur de la ville d’Odessa. ● Notes Elena Polevchtchikova.

Rouiller, Charles Louis ● Né en 1814 ; mort en 1858. ● Biologiste français qui prit la nationalité russe ; chef du département de zoologie de l’université de Moscou, il fonda la première école de zoologistes-évolutionnistes, qui développa les idées des scientifiques français Jean-Baptiste Lamarck et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. ● Archives de l’Académie des sciences de Russie (fonds Anatole Bogdanov, biologiste).

Roussalier, Abraham ● Agent consulaire à Arkhangelsk (1843-1880). ● Annuaire diplomatique, 1858-1880. Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Rousseau ● Membre du voyage effectué en 1837 à la suite d’Anatoli Nicolaïevitch Demidov dans la Russie méridionale et la Crimée. ● Anatoli Nicolaïevitch, Demidov, Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie, exécuté en 1837, sous la direction de M. Anatole de Demidoff, par M. M. de Sainson, Le Play, Huot, Raffet, Rousseau, de Nordman et du Ponceau.

Rousset ● Consul à Riga, cité en 1885-1889. ● Annuaire diplomatique, 1885-1889.

Roussy ● Professeur de français à l’Iinstitut des demoiselles nobles, à l’École militaire, au 5e gymnase, à l’École de commerce du ministère des Finances à Saint-Pétersbourg ; fondateur du groupe de l’alliance française à Kiev au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/576.

Roux de Rochelle, Jean-Baptiste Gaspard de ● D’une famille de Provence, installée en Franche-Comté au xve siècle, portant « D’azur à trois têtes de léopard d’or, 2 et 1 ». Né à Lons-le-Saunier (Jura) le 28 mars 1768 [fils de Guillaume François Roux de Rochelle, commandant de bataillon au régiment des grenadiers royaux, et de Gasparine Breney, mariés en 1771] ; marié à Joséphine Bonaventure Adélaïde Mareschal de Longeville [fille de François Emmanuel Désiré Mareschal de Longeville et de Jeanne Françoise de Chaillot], dont Jules Victor Emmanuel Roux de Rochelle, secrétaire d’ambassade ; mort à Paris le 13 juin 1849. Sous-lieutenant au régiment de Champagne (1791) ; employé au ministère des Affaires extérieures (1796) ; directeur au ministère des Affaires étrangères (1807) ; ministre plénipotentiaire à Hambourg (1827), aux états-Unis (1829) ; consul à Moscou (8 janvier 1843) ; revenu en France avant 1849. Chevalier de la Légion d’honneur. Annuaire royal, 1843. Annales maritimes et coloniales, vol. 32, 1857, p. 675 ; Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger », p. 85 ; Général J. T. de Mesmay, Dictionnaire historique, biographique et généalogique des anciennes familles de Franche-Comté, t. III, p. 222, Versailles, Mémoires et documents, 2006 (rééd.).

Ruffin, Thomas François Joseph ● Né à Constantinople vers 1776 [fils de Pierre Jean Marie Ruffin (1742-1824), chargé d’affaires de France à Constantinople, et de Françoise Stefanelli (1751-1807)] ; marié vers 1810, sans l’autorisation paternelle à Euphrosine Berillon (morte à Seyde en octobre 1818) dont il eut au moins trois enfants : Marie Euphrosine Ruffin (née à Constantinople le 17 août 1810 ; inhumée le 29 août 1810) ; Françoise Aline Ruffin (née à Constantinople le 18 juillet 1811 ; inhumée le 28 septembre 1811) ; Delphine Françoise Pierrette Ruffin (née à Constantinople le 1er février 1813 ; morte avant 1825) ; mort à Constantinople le 26 janvier 1825 (ses héritiers furent les enfants de sa sœur). ● Consul de France. Il passa sa jeunesse à Constantinople et fit plusieurs voyages en Grèce et aux îles de l’Archipel ; il se mit sous la protection de la Prusse en septembre 1798 pour ne pas être emprisonné à cause de l’expédition d’Égypte, et quitta Constantinople avant la libération de son père ; sous-commissaire des relations commerciales à Saint-Pétersbourg (1801-1806), où son beau-frère Barthélemy de Lesseps était consul ; de retour à Paris (1806-1810) ; consul à Varna (12 janvier 1810) ; vice-consul à Seyde (1816) ; consul à Saint Jean d’Acre (1819) ; consul à Beyrouth (9 août 1821), avec 9 000 F d’appointements annuels, ne put se rendre à son poste faute d’un barat de la Porte, de retour à Constantinople. ● Chevalier de la Légion d’honneur (1er mai 1821). ● MAE, Nantes : Const., état civil, 51 EC 2* (naissances, 18 août 1810, 24 juillet 1811, 1er février 1813) ; 2 Mi 2192, Const., sér. F, actes chanc., inv., vol. 4, 1816-1861, fol. 138, dossiers 274 et 295 (successions de Pierre et Thomas Ruffin). Auguste Boppe, Les consulats du Levant, t. 3, p. 47-48 ; Henri Dehérain, Orientalistes…, vol. 1, p. 210, 211, 244-247 ; vol. 2, p. 86, 96-100, 205, 210 ; Marie de Testa, Antoine Gautier, Drogmans et diplomates…, p. 186.

Ruinart de Brimont, Antoine François, dit Tony ● Né à Reims (Marne), rue d’Oignon, le 22 avril 1793 [fils de François Jean Irénée Ruinart, 1er vicomte de Brimont (né à Reims, Saint-Michel, le 30 septembre 1770 ; mort à Reims le 6 janvier 1850), négociant en vins, maire de Reims (1821-1828), qui accueillit Charles X lors de son couronnement, conseiller général et député de la Marne (1816-1821, 1824-1827), anobli par lettres patentes du 21 juin 1817, vicomte héréditaire par lettres patentes du 17 mars 1827 (institution de majorat, terres de Prouvais, Marne), et de Marie Élisabeth Brigitte Garvey ou O’Garvey (née à Rouen, Seine-Maritime, le 4 mai 1770 ; morte à Paris le 13 mai 1835), mariés à Rouen, Saint-Éloi, le 17 novembre 1790 ; petit-fils au paternel de Claude Ruinart (né à Brimont, Marne, le 20 octobre 1731 ; mort à Reims le 2 mai 1798), négociant en vins, échevin de Reims, avocat, président de l’administration de l’Hôtel-Dieu de Reims, marié à Reims, Saint-Symphorien, le 6 mars 1764 à Hélène Héloïse Françoise Tronsson du Coudray (née à Reims, Saint-Symphorien, 22 mai 1745 ; morte à Reims le 12 mars 1825 [fille de Nicolas Tronsson, seigneur du Coudray, né vers1708 et mort après 1764, négociant, conseiller échevin de Reims, et de Marie-Magdelaine Sutaine, morte avant 1764, qui s’étaient mariés à Reims en 1735), et au maternel de Robert O’Garvey d’Aughnagonn (né en 1734 ; mort à Rouen en 1776, lui-même fils de de James O’Garvey et de Mary Murphy), négociant à Rouen, paroisse Saint-Éloi, juge consul à Rouen, d’une famille originaire du comté de Down en Irlande, naturalisée française en 1730, marié avant 1770 à Mary Plowden (née en Angleterre, comté de Shropshire, en 1741 ; morte à Reims le 11 octobre 1828), fille de William Ignatius Plowden, écuyer, et de Frances Dormer) ; arrière-petit-fils au paternel de Nicolas Irénée Ruinart (né à Reims le 4 avril 1697 ; mort à Reims le 21 avril 1764), drapier puis négociant en vins, fondateur de la maison de champagne Ruinart (1729), mariés à Reims, Saint-Symphorien, le 28 septembre 1728 à Marie Saubinet (née à Reims le 9 juin 1697 ou 2 septembre 1699 ; morte à Reims le 18 avril 1766)]. Il épousa à Paris Cécile Louise Modeste Pelletier de Saint-Michel (née à Torcy, Seine-et-Marne, le 27 juillet 1809 ; morte à Paris le 25 juillet 1889) [fille de Jean Louis Michel Pelletier de Saint-Michel (né en 1770 ; mort après 1736)], dont il eut : Marie François Roger Ruinart de Brimont (né à Chatou, Yvelines, le 13 juillet 1833 ; mort à Paris le 28 juin 1923), marié à Marie Louise Stéphanie du Suau de La Croix (née à Paris le 1er avril 1837 ; morte à Paris le 9 juin 1899), dont descendance ; Michel Marie Robert Ruinart de Brimont (né à Paris le 10 mars 1836 ; mort à Paris le 11 février 1892), officier d’infanterie, chvalier de la Légion d’honneur (26 novembre 1870), marié à Paris le 20 mai 1867 à Thérèse Charlotte Cousin de Montauban de Palikao (née à Mostaganem, Algérie le 5 février 1842 ; morte à Drémil-Lafage, Haute Garonne, le 13 juillet 1912), dont descendance ; Jacques Marie Gaston Ruinart de Brimont (né à Paris le 11 février 1838 ; mort aux Damps, Eure, le 28 juin 1899), marié à Paris le 16 mars 1868 à Pauline Emma Penniman (née à New York, États-Unis d’Amérique, le 17 janvier 1840 ; morte à Paris le 7 février 1869), dont descendance. Il mourut à Paris, 19, avenue de la Reine Hortense (actuelle rue de l’Élysée), le 12 février 1866. ● Vice-consul à Hull ; vice-consul à Moscou (1823), puis à Dublin. À son retour en France, il s’établit comme propriétaire et rentier à Chatou (Yvelines), dont il fut le maire en 1848-1852 (une avenue de la commune porte son nom, avenue de Brimont) ; également domicilié à Paris, au 12, rue du Bac, en 1836, et au 19, avenue de la Reine Hortense (actuelle rue de l’Élysée) en 1866. ● Chevalier de la Légion d’honneur (dos. manquant). ● Arch. nat. : BB/11/292, dossier n°3062 B7 (changement de nom, Ruinart en Ruinart de Brimont, 2 juin 1829) ; LH/2425/43 (Michel Marie Robert Ruinart de Brimont). Annuaire royal, 1823 ; https://www.ccomptes.fr/fr/biographies/ruinart-vicomte-de-brimont-jean-arthur ; notes de M. Antoine de Brimont. Patrice de Gmeline, Ruinart. La plus ancienne maison de champagne, de 1729 à nos jours, p. 70.

Ruminy, voir Deyme de Ruminy

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search