S

Sabatier, Pierre Justin ● Né à Toulouse (Haute-Garonne) le 12 juillet 1792 ; marié, père d’au moins un fils ; mort à Paris le 17 décembre 1869. ● Numismate. Élève à l’École militaire de Saint-Cyr ; engagé dans la campagne d’Allemagne en 1813 ; fidèle à l’Empereur, réfugié en Hollande en 1815 ; en résidence en Russie pendant quarante ans ; administrateur des biens de A. N. Demidov (1834-1856) ; demeurant à Saint-Pétersbourg 1844, il s’y fit connaître comme collectionneur-numismate de monnaies romaines et byzantines ; membre de la Société d’histoire et d’antiquités d’Odessa en 1848 ; il vendit en 1853 au comte S. G. Stroganov sa collection de pièces byzantines. Il quitta la Russie en 1856 et publia des livres à Bruxelles et Paris. ● Auteur de : Souvenirs de Kertsch et chronologie du royaume de Bosphore (Saint-Pétersbourg, 1849) ; Iconographie d’une collection choisie de cinq mille médailles romaines, byzantines et celtibériennes (Saint-Pétersbourg, 1847). ● P. D. Tunkina, t. 1, p. 657-658 ; notes Édith Ybert.

Sabran de Pontevès, Jean-Baptiste Elzear Marie Charles, comte de Sabran ● Né à Grignols (Gironde) le 17 septembre 1851 [fils de Joseph Léonide de Sabran de Pontevès, comte de Sabran (nné en 1811), et d’Aélaïde Bone Gabrielle de Pons] ; marié à Fanny Marie Alix Hainguerley (morte avant 1912) ; mort à Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire) le 5 mai 1912. ● Militaire et voyageur. Il effectua en 1884 un premier voyage en Asie et retourna en 1888, de même qu’au Turkestan russe, en compagnie du lieutenant François Gabriel Henri Verdet ; chef d’escadron au 1er régiment de chasseurs en 1894. Propriétaire du château de Cazeneuve à Préchac (Gironde). ● Auteur de : Notes de voyage d’un hussard. Un raid en Asie, Paris, C. Lévis, 1890. ● Chevalier de la Légion d’honneur (26 décembre 1894). ● Arch. nat., LH/2200/1. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 284.

Sainson, de ● Membre du voyage effectué en 1837 à la suite d’Anatoli Nicolaïevitch Demidov dans la Russie méridionale et la Crimée. ● Anatoli Nicolaïevitch Demidov, Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie, exécuté en 1837, sous la direction de M. Anatole de Demidoff, par M. M. de Sainson, Le Play, Huot, Raffet, Rousseau, de Nordman et du Ponceau.

Saint-Amand, voir Duflos de Saint-Amand

Saint-Didier, voir Pina de Saint-Didier

Sainte-Aldegonde, Charles, Camille, Joseph, Balthazar de, comte de Sainte-Aldegonde ● Né à Paris, rue de Bourbon, le 6 juin 1787 [fils de Pierre François Balthazar, comte de Sainte-Aldegonde, officier supérieur de gendarmerie, et d’Anne Louise Joséphine de Bouchet de Sourches : petit-fils au paternel de François Balthzar Joseph Guislain, comte de Sainte-Aldegonde, de Genech, baron de Rosimbois] ; mort en le 23 novembre 1852. ● Ingénieur militaire. Élève à l’École polytechnique (20 novembre 1807) ; élève sous-lieutenant à l’école d’application de Metz (1er janvier 1809) ; lieutenant au 6e régiment d’artillerie à cheval (juillet 1809), a fait la campagne de Wagram sous les ordres du maréchal Davoust ; capitaine d’artillerie (juin 1812), a fait la campagne de Russie (1812), blessé d’un coup de mitraille à la jambe gauche à la bataille de la Moskova ; engagé dans la campagne de Saxe (1813) ; chef d’escadron d’état-major (septembre 1813), engagé dans la campagne de France en qualité d’aide de camp du maréchal Ney, blessé d’une balle à la tête à l’attaque du château de Brienne ; colonel (9 septembre 1814) ; aide de camp honoraire du duc d’Orléans (juillet 1814) ; mis à la demi-solde (novembre 1817), avec 2 750 F de traitement à compter du 1er janvier 1819 ; au service de la couronne impériale de Russie, suite de sa Majesté Impériale ; colonel ; général ; membre du Cercle Augustin Bettancourt ; membre du voyage effectué en 1837 à la suite d’Anatoli Nicolaïevitch Demidov dans la Russie méridionale et la Crimée. ● Chevalier (2 septembre 1812), officier (19 février 1814), commandeur (1er mai 1821) et grand officier (5 mars 1832) de la Légion d’honneur ; chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis (11 octobre 1814). ● Arch. nat., LH/2443/4 ; RGIA et RGVIA ; notes Dimitri et Irina Gouzévitch. Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 121 ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 101-138.

Sainte-Marie, Jean de ● Chirurgien major et sous inspecteur à l’Académie impériale de chirurgie de Moscou au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/632. 

Saint-Julien, Charles de ● Né en 1802 ; mort à Paris le 4 avril 1869. ● Homme de lettres ; journaliste. Bénéficiaire d’un passeport russe de 1828 à 1863 ; rédacteur en 1828-1830 du journal de littérature et de théâtre Le Furet, qui donnait des comptes rendus des spectacles donnés par la troupe française de Saint-Pétersbourg ; lecteur de littérature française à l’université de Saint-Pétersbourg où il enseigna la littérature et le style (1830-1840) ; nommé bibliothécaire au musée Roumiantsov (1840-1846) ; reçu membre correspondant de l’Académie de Saint-Pétersbourg en 1846 avec le titre de conseiller de la cour ; en séjour en France en 1846-1851, il collabora à la Revue des deux mondes ; de retour en Russie en 1851 pour accomplir un grand voyage de Moscou au Caucase, il devint le rédacteur littéraire au Journal de Saint-Pétersbourg (1853-1855) ; correspondant à Saint-Pétersbourg du journal Indépendance belge (1857) ; il fréquenta le salon de la comtesse de Laval où il croisa Pouchkine. ● Auteur de : un cours de littérature française (1834) et divers ouvrages pédagogiques ; « Lettre à un ami d’Allemagne sur les sociétés de Pétersbourg (1819) : un inédit français », publié par A. D. Ulybyšev, Revue des études slaves (2010, 81-4, p. 551) ; Livre de lecture pour la langue française (1840) ; Guide du voyageur à Saint-Pétersbourg ; Voyage pittoresque en Russie (Paris, 1853) ; Voyage en Sibérie (1854). ● Charles Corbet, L’opinion française…, p. 242-244, 290-292. Notes Natalia Spéranskaia.

Saint-Léger, Jean-Maurice de ● Représentant, délégué et agent de la Compagnie des eaux et du gaz de Rostov sur le Don, à partir de 1890. ● Archive Historique d’État de Russie. Notes Tatiana Morozova.

Saint-Léon, Arthur ● Né à Paris en 1843. Artiste, chorégraphe ; maître de ballet à Saint-Pétersbourg (1859-1869) ; chorégraphe de : Le Petit Cheval bossu (1864) ; Le Poisson doré (1866). ● MAE, Nantes, 598PO/2/594. Maria Zhiltsova, « Jules Perrot à Saint-Pétersbourg, une nouvelle approche romantique dans le ballet ».

Saint-Paul de Sinçay, voir Calley de Saint-Paul de Sinçay

Saint-Robert, voir Chevalier de Saint-Robert

Saint-Saëns, Camille ● Né à Paris le 9 octobre 1835 [fils de Jacques Joseph Victor Saint-Saëns (1798-1835) et de Françoise Clémence Collin (1809-1888)] ; marié en 1875 à Marie-Laure Truffot (1855-1950) [fille de Rodrigues Philippe Truffot, également maire du Cateau-Cambrésis], dont deux fils morts en bas-âge ; mort à Alger le 19 décembre 1921. ● Pianiste, organiste, compositeur. Invité à Saint-Pétersbourg par la Société russe de musique (novembre 1875) ; auteur de la Danse macabre ; de retour à Saint-Pétersbourg en novembre 1887 où il joua le Capriccio sur des thèmes populaires russes et danois, dédié au tsar Alexandre et à l’impératrice, et donna trois autres concerts. Ami de Liszt, Pauline Viardot et Berlioz ; élu à l’Académie des beaux-arts (1881). ● Auteur prolifique, dont notamment Samson et Dalila (1877), Le Carnaval des animaux (1886). ● Bibliographie abondante.

Saint-Sauveur, voir Despréaux de Saint-Sauveur

Saint-Segraux, voir Baudier de Croizier de Saint-Segraux

Saint-Thomas-1, Auguste de ● Né vers 1781-1782 ; marié à Marie Essner ou Estner dont : Vladimir de Saint-Thomas (né en 1829) ; Élisabeth de Saint-Thomas ; mort en 1851. ● Enseignant et bibliothécaire. Élève à Saint-Louis à Paris ; il aurait servi dans l’armée de Napoléon ; précepteur dans différentes maisons russes à Saint-Pétersbourg et à Moscou, en particulier du fils du général Borozdine (1817) ; lecteur de français à l’université de Saint-Pétersbourg (1819-1820) ; éditeur de jounaux, le Furet et le Miroir (1831) ; bibliothécaire du musée Roumiantsov ; directeur de la Bibliothèque publique à Tiflis, professeur de français dans l’institution des jeunes filles nobles de Tiflis (1843) ; naturalisé russe (1845) ; bibliothécaire à la bibliothèque publique de Tiflis (1850) ? ● Auteur de la traduction de l’Histoire de l’Empire de Russie de Karamzine, sous le titre Histoire de Russie (8 t., Paris) ; éditeur de romans à Paris (1819). ● Archives de la Chancellerie du vice-roi du Caucase, dossier 2596, affaire n°4 ; Tbilissi, Institut des manuscrits, fonds Vejderbaum, n°1651, p. 14v. Charles Corbet, L’opinion française…, p. 120-121 ; N. M. Speranskaïa, « Le journal pétersbourgeois, le Furet/le Miroir (1829-1833) », Nezavisimyj filologiceskij zurnal, n°94, 2008. Notes Édith Ybert.

Saint-Thomas-1.1, Vladimir de ● Né en 1829 [fils d’Auguste de Saint-Thomas, journaliste et littérateur, et de Marie Essner ou Estner]. ● Numismate de formation, il fit les fonctions de bibliothécaire à la bibliothèque publique de Tiflis (1850-1857) ; conseiller titulaire, en service dans la chancellerie de l’administration civile du vice-roi en qualité d’interprète du français (pour les écrits) à la chancellerie diplomatique ; membre du département caucasien de la Société impériale russe de géographie (1852). ● Le Calendrier du Caucase de 1857, Tiflis, 1856, p. 517. Notes Édith Ybert.

Saint-Ursin, voir Marie de Saint-Ursin

Saint-Yves, Georges Marie Émile ● Né à Ismalia (Égypte) le 7 janvier 1867 [fils de Charles Saint-Yves et d’Adèle Pallu] ; mort après 1929. ● Explorateur, géographe, archéologue et homme de lettres. Service militaire au 64e régiment de ligne à Ancenis (1887-1888) ; déclaré en faillite par le tribunal de commerce de Tunis (25 mai 1889), réhabilité de droit ; chargé de mission par le ministère des Colonies en Sibérie et au Turkestan russe (1897) pour étudier la colonisation russe en Asie, procéder à des études hydrométéorologiques, réunir des collections de poissons et découvrir des glaciers et, étant accompagné par le lieutenant Bourgoin, rencontrer la mission russe de Kozlov et Kaznakov (1899), récompensé du prix Charles Grad, de la Société de Géographie de Paris, et le prix Gay, de l’Académie des sciences ; en mission en Chine pour l’Institut, récompensé du prix Garnier de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; conférencier à la section de géographie aux congrés des Sociétés savantes, au comité Dupleix (1921-1929) et à la Semaine coloniale à Marseille, Nice et Nîmes (1928) ; officier d’Académie (1897). Auteur de : La Littérature amoureuse. Inde, Orient, Grèce (Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1887, In-18, XXXII-268 p.) ; À la cravache ! (Paris, E. Dentu, 1889, 223 p.) ; Les Pertes du commerce de Marseille, de la rupture de la paix de Nimègue à la paix de Ryswick (1688-1698) (Paris, Impr. nationale, 1897, in-8°) ; L’Expédition de M. de La Haye à Madagascar (1670-1671), avec J. Fournier Paris, Impr. nationale, 1900, in-8°, 20 p.) ; Les Campagnes de Jean d’Estrées dans la mer des Antilles (1676-1678) (Paris, Impr. nationale, 1901, in-8°, 40 p.) ; Les Iles Seychelles en 1791 (Paris, Impr. nationale, 1901, in-8°, 8 p.) ; À l’assaut de l’Asie, la conquête européenne en Asie (Tours, Mame et fils, 1901, in-8°, 398 p.) ; Les Consulats du Levant et leurs origines (Paris, Impr. nationale, 1901, in-8°, 8 p.) ; Notes pour servir à l’histoire de la marine au xviie siècle. Quelques capitaines des flottes de Louis XIV (Paris, Impr. nationale, 1901, in-8°, 24 p.) ; Madagascar en 1767 et 1768, d’après les papiers du gouverneur Dumas (Paris, Impr. nationale, 1901, in-8°, 20 p.) ; Les Antilles françaises et la correspondance de l’intendant Patoulet (Paris, Hôtel de la Société nationale d’acclimatation, 1902, in-4°, 17 p.) ; L’Océanie (Tours, Mame et fils, 1902, 398 p.) ; Documents inédits sur l’administration de la Compagnie française des Indes orientales, ses assemblées générales de 1665 à 1684. avec J. Chavanon (Paris, Impr. nationale, 1903, in-8°, 30 p.) ; Contes cruels des steppes (Paris, E. Flammarion, 1928, in-12, 249 p.) ; Les Mystérieuses cités des sables (Paris, J. Tallandier, 1930, in-16, 220 p.). Il demeurait rue Lacapelle à Montauban (Tarn-et-Garonne) en 1929. Membre de la Société de géographie de Marseille. Chevalier de la Légion d’honneur (24 juillet 1929). Arch. nat., LH, 19800035/1430/65518. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 299.

Sallé, Nicolas Henri ● Ingénieur, géométre et mécanicien, ancien expert de la ville de Paris (1816-1824) ; attesté entre 1849 et 1860 comme expert au Caucase ; en 1853, il rencontra Olga Karlovna de Guignard de Saint-Priest (née en 1807 ; morte à Saint-Pétersbourg le 27 décembre 1853), mariée en 1829 au prince Vassili Andreïevitch Dolgorouki, général-major et chambellan de la cour, ministre de la Guerre et chef des gendarmes ; toujours à Odessa en 1860. ● MAE, Nantes : 598PO/2/46 ; 598PO/2/206.

Samokich-Soudkovskaïa, voir Bénard

Samouilson ● Médecin, demeurant à Saint-Pétersbourg, 24 Sadovia ; parti le 31 mai 1901 pour Kertch. MAE, Nantes, 598PO/2/345. 

Sartori, Omer Antoine Arnaud ● Mort célibataire à Saint-Pétersbourg le 11 septembre 1849, catholique. ● Sous-inspecteur ou assesseur à l’université impériale de Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/304. 

Saucerotte, Joseph Victor ● Né à Lunéville (Meurthe-et-Moselle) [fils de Nicolas Saucerotte (1741-1814), chirurgien en chef des armées, lithotomiste en chef des hopitaux de Lorraine et de Bar, et d’Ursule Multzer (1743-1828)] ; marié à Marie Louis Honorée Folly (1775-1857), dont il eut : Ursule Zélie Saucerotte (née en 1798) ; Françoise Victoire Reine Saucerotte (née en 1803) ; Antoine Constant Saucerotte (1805-1884), médecin ; mort à Lunéville après 1845. ● Chirurgien-dentiste, formé à la faculté de Paris ; bénéficaire d’un passeport délivré à Paris le 8 juillet 1814 pour aller à Saint-Pétersbourg ; conseiller de cour, il devint le chirurgien-dentiste des tsarines Marie (veuve de Paul Ier) et Elisabeth (femme d’Alexandre Ier). De retour à Lunéville en 1820. ● MAE, Nantes, 598PO/2/594 ; Alain Garric, « Essai de généalogie », Geneanet.

Sauron, Jean François* ● Agent consulaire à Arensbourg de 1862 à 1877. ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 3673. Annuaire diplomatique, 1862-1877.

Sauron-1, Jean François ● Père de Jean-Baptiste Sauron (1816-1876) ; mort à Odessa en 1843. ● Industriel. Installé à Odessa en 1798 avec son oncle, industriel du bois ; marchand de la 1re guilde en Crimée en 1793 ; à la suite de la confiscation de l’entreprise familiale, il entreprit des études en droit et s’installa à Odessa comme avocat ; chancelier bénévole du consulat de France à Odessa de 1816 à 1833. ● Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 57-58.

Sauron-1.1, Jean-Baptiste ● Né à Odessa le 17 octobre 1817 [fils de Jean François Sauron (mort à Odessa en 1843) ; mort par suicide à Odessa le 4 novembre 1876, à la suite d’opérations financières hasardeuses. Libraire à Odessa et aussi négociant de vins ; chancelier du consulat de France à Odessa (1854-1876). ● Chevalier de la Légion d’honneur (12 août 1860). ● Arch. nat., LH/2465/31. Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 57-58 ; Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, t. 2, p. 754 ; notes Elena Polevchtchikova.

Sauvage, Jean Louis ● Médecin et chirugien ; chirurgien major du 126e régiment de ligne, fait prisonnier en 1812 ; toujours présent en Russie en 1830 ; en Lithuanie, à Witebsk et Kotowiczyce en 1831. ● MAE, Nantes : 598PO/2/216 ; 598PO/2/264.

Sauvaire, Henri Joseph Auguste ● Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 14 juin 1849 [fils de Jean Maurice Catherine Sauvaire (né en 1807), commerçant, et d’Anne Désirée Sauvaire (née en 1829] ; mort à Odessa le 6 novembre 1904. Consul de France à Odessa (31 août 1893). Chevalier de la Légion d’honneur (4 septembre 1897). Arch. nat., LH/2467/59 ; MAE, La Courneuve : Pers 1re série carton n° 3675 ; Pers. 2e série, carton n° 1400. Annuaire diplomatique, 1894-1901.

Sauvion, Ernest ● De la classe d’âge de 1891. ● Directeur des distilleries de cognac des « Apanages » à Prikoumsky, gouvernement de Stavropol ; affiché comme déserteur au consulat de France à Tiflis dont il est ressortissant (inscrit sur la liste des insoumis). ● MAE, Nantes, 598PO/2/90.

Savigny, de ● Professeur de littérature française et latine à l’université de Chankov au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/632. 

Schaeffer, Édouard ● Ingénieur mécanicien, parti en 1864 en Russie ; installé à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/302.

Schinz, R. ● Ingénieur ; négociant en pompes et machines, demeurant 52 Fontanka, à Saint-Petersbourg au xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/355.

Schirlin, Xavier ● Né à Hochstatt (Haut-Rhin) le 17 janvier 1872. ● Ingénieur électricien ; après un stage de deux ans à la direction du génie au ministère de la guerre, il se rendit en Russie ; à partir de février 1897, il dirigea un bureau technique à Saint-Pétersbourg ; il demeurait en 1904, 55, Nikolaiefskaya, à Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/355.

Schirmer, Louis Alexis ● Né à Bourogne (Territoire de Belfort) en 1855 ; marié le 9 juillet 1883 avec Albertine Kochl. ● Comptable à Héricourt (Haute-Saône), fabrique Richard, il bénéficia d’un passeport délivré le 27 septembre 1879 pour se rendre en Russie ; attesté en 1880-1886 en qualité de comptable à Tiflis. ● MAE, Nantes : 598PO/2/61, doss. 230 ; 598PO/2/63, doss. 164. 

Schlumberger, Ernest ● Industriel (secteur textile). Directeur technique de la fabrique Émile Zundel à Moscou (1873) ; après la mort d’Émile Zundel en 1874, il devint l’homme de confiance de la famille, gérant et actionnaire de la société Émile Zundel à laquelle il versa 20 000 roubles ; en 1890, il possédait 35 actions à 1 500 roubles chacune. ● Archives historiques de Moscou, F. 774, op. 1, d. 123. Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Schmidt ● Agent consulaire à Arensbourg, Estonie, de 1862 à 1870 puis de 1874 à 1877 ; agent consulaire à Libau en 1891-1901. ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton, n° 3696. Annuaire diplomatique, 1862-1877.

Schneider-1, Joseph Eugène ● Né en 1805 ; marié (1) à Félicie Constance Élisabeth Adélaïde Lemoine dont il eut Henri Adolphe Eugène Schneider (1840-1898), qui suit, et (2) en janvier 1857 à une princesse russe. ● Maître de forge. Avec son frère Adolphe Schneider (1802-1845), Eugène Schneider fonda en 1836 la société en commandite Schneider et Cie au Creusot ; en 1856-1861, la société Schneider reçut commande d’appareils à moteurs pour la corvette Bajan, la frégate Swetlana et le yatch Etendard ; en 1857-1861, elle assura la fourniture de matériel, en particulier des tôles et locomotives ; en 1867-1877, après l’exposition universelle de 1867 elle dut founir des locomotives aux chemins de fer russes. Eugène Schneider était lié à Frédéric Le Play. ● La France et les Français en Russie…, p. 460 et suiv. 

Schneider-1.1, Henri Adolphe Eugène ● Né au Creusot (Saône-et-Loire) le 10 décembre 1840 [fils de Joseph Eugène Schneider, maître de forge, et de Félicie Constance Élisabeth Adélaïde Lemoine] ; mort en 1898. ● Industriel. En 1872-1878, la société Schneider assura la fourniture à la Russie de locomotives, tenders, rails, bandages en acier ; en 1888-1899, elle reçut des commandes pour l’armement. ● Chevalier de l’ordre de Sainte Anne (2e classe) le 15 mars 1874 ; chevalier (30 juin 1867) et officier (20 octobre 1878) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/2484/26. La France et les Français en Russie…, p. 466 et suiv.

Schneider-2-1, Paul Henry ● Né au Mesnil-le-Roi (Yvelines) le 11 juillet 1841 [fils de François Antoine Adolphe Schneider (né en 1803), maître de forge au Creusot, chevalier de la Légion d’honneur, et de Stéphanie Valérie Aignan (née en 1813)] ; marié à Jenny Fortunée Josèphe Thérèse Maniez ; mort à Paris, VIIIe arrondissement, 4, place des Saussaies, le 3 juin 1916. Il était le neveu de Joseph Eugène Schneider et le cousin d’Henri Aldophe Eugène Schneider. ● Industriel. Reçu le 31 octobre 1861 à l’École militaire spéciale de Saint-Cyr ; en apprentissage pendant plusieurs années aux mines du Creusot ; engagé en 1871 comme cavalier au 1er régiment de chasseurs, décoré de la médaille militaire (décret du 7 février 1871) « pour son engagement corps à corps le 18 janvier 1871 » dans la bataille de Buzenval ; par la suite administrateur-directeur de la Société nouvelle des houillères de l’Aveyron, président de la Compagnie minière de Douchy (Nord), fondateur et président de la Société lyonnaise des schistes bitumeux, président de la Compagnie minière de Courrières (Pas-de-Calais) et président de la Société des mines d’Alby (Tarn), sociétés qui employaient en 1895 quelque 8 000 ouvriers ; il avait institué pour le groupe des caisses de retraite et de secours, des essais de participation aux bénéfices et des institutions humanitaires diverses. Il avait créé « un courant important d’exportation de France en Russie, par steamers de Dunkerque à Kronstadt pour l’approvisionnement en houille de la marine impériale et des chemins de fer russes » ; en 1891-1892, il représenta les exploitants miniers du Nord et Pas-de-Calais à Saint-Pétersbourg ; en 1892, il négocia des marchés avec l’Amirauté russe, les aciéries du bord de la Neva et la Grande Société des chemins de fer russes ; en 1893 un tiers de l’approvisionnement du charbon de la Baltique est français ; commissaire délégué à l’esposition universelle de Chicago, puis vice-président des comités 15 et 16 à l’exposition universelle d’Anvers, récompensé en son nom personnel et pour ses sociétés d’un grand prix et de 24 médailles d’or. Il reçut deux médailles du ministère de l’Intérieur « pour des sauvetages dans des circonstances périlleuses ». ● Chevalier de la Légion d’honneur (7 mai 1895). ● Arch. nat., LH/2484/55. La France et les Français en Russie…, p. 473.

Schnitzler, Jean Henri ● Né à Strasbourg (Haut-Rhin) le 1er juin 1802 ; mort le 19 novembre 1871. ● Historien. Précepteur en Russie (1823-1829) puis au séminaire protestant de Strasbourg. ● Auteur de : Essai d’une statistique générale de l’Empire de Russie, accompagné d’aperçus historiques (Paris-Strasbourg, F. G. Levrault, 1829, 494 p.) ; Tableau statistique, géographique et historique de toutes les Parties de la Monarchie Russe prises isolément (Paris, Jules Renouard Librairie, Saint-Pétersbourg, J. Brief, libraire-éditeur ; Leipzig, Librairie Weygand, 1835, 744 p.) ; Description de la Crimée surtout du point de vue de ses lignes de communication. Monographie géographique et topographique (Paris et Strasbourg, Vve Berger-Levrault et fils, 1855, 175 p.) ; Les institutions de la Russie depuis les réformes de l’empereur Alexandre II (Paris, Vve Berger-Levrault et fils, 1866, 2 vol., 495 et 524 p.). Membre de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. ● Chevalier de la Légion d’honneur. ● Thierry Claeys, « La Société des sels gemmes et soudes naturelles de la Russie méridionale, de 1882 à 1918, un exemple d’une réussite industrielle », p. 123.

Segali ● Agent consulaire à Vilnius (1891). ● Annuaire diplomatique, 1891.

Ségur-Dupeyron, Pierre de ● Mort à Anvers (Belgique) le 8 avril 1869. ● Consul. Fondateur en juillet 1829 avec Prosper Mauroy de la Revue des Deux-Mondes ; entré en fonctions au ministère du Commerce (1831) ; inspecteur des établissements sanitaires de France (1835-1860) ; consul à Bucarest, à Damas et Belgrade ; consul général à Varsovie (1855-1862). ● Auteur de l’Histoire des négociations commerciales et maritimes des règnes de Louis XIV et de Louis XV (Paris, E. Thorin, 1867-1873, 3 vol. (III-525, 520, 655 p.). ● Officier de la Légion d’honneur (pas de mention dans la base Léonore). ● Annuaire diplomatique, 1870 ; Annuaire impérial, 1856-1857 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 3715.

Sejourné ● Ingénieur ordinaire des ponts et chaussés de 1re classe ; chargé en 1888 d’une mission d’étude dans le Caucase. ● MAE, Nantes, 598PO/2/61, n° 235.

Semen, Auguste René ● Né à Paris en 1781 [fils de René Louis Semen (né en 1753), maître graveur, et de Thérèse Bellanger (morte en 1828), mariés le 14 octobre 1776 ; petit-fils d’André Semen, marchand mercier ; arrière-petit-fils de Noël Semen (né le 28 mai 1671 ; mort le 19 octobre 1743) et de Marie Levassort] ; marié à Adèle Melez dont il eut Marie Semen ; Alexandre Semen, marié en 1920 à Charlotte Bouvat dont Louise, Franz et Georges Semen ; remarié à Antoinette Élisabeth Constans dont Auguste Semen ; mort à Lunéville (Meuthe-et-Moselle) le 8 mars 1862. ● Imprimeur, libraire et éditeur ; d’abord fondeur de caractères et apprenti-imprimeur chez l’imprimeur-libraire Hugues Barbou (1800) ; parti en Russie, directeur de l’imprimerie Vsevolozskij avant sa reprise par l’État pour la Direction générale des écoles et son transfert à Saint-Pétersbourg (1809-1817) ; en résidence surveillée à Nijni-Novgorod (1812-1814) ; engagé à l’imprimerie du Saint-Synode où il occupait la fonction d’inspecteur des travaux typographiques (1818-1857) ; fondateur en 1818 de sa propre imprimerie qu’il dirigea jusqu’en 1845, il obtint le droit de s’affilier à l’Académie impériale médico-chirurgicale de Moscou. Il publia de nombreux ouvrages de belles-lettres, d’histoire, de médecine, publia les livres d’écrivains russes contemporains comme Pouchkine, Baratynskij, Davydov. Placé au rang civil de 6e classe (1836) ; anobli par l’Empereur (1837). ● Décoré de l’ordre de Saint-Stanislas, de l’ordre de Sainte Anne, 3e classe (1846) et 2e classe (1853), de l’ordre de Saint Vladimir (1856). ● Franc-maçon, membre de loge la Palestine, avec Sergeevic Vsevolozskij, Alekseevic Polevog, Galitsyne. ● Geneanet, généalogie Gilles Chatelain ; CGIAM ; Anna Markova « Auguste-René Semen, imprimeur, éditeur et marchand-libraire parisien à Moscou », La France et les français en Russie…, p. 263-283.

Senet, Jacques de ● Maire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ; membre de la Société d’agriculture du département de la Seine ; directeur du jardin botanique à Odessa. ● La Russie européenne du passé composé au futur antérieur ; notes Elena Polevchtchikova.

Senovert, Étienne François de ● D’une famille originaire du Vivarais portant De gueules à deux chevrons d’or. Né à Toulouse (Haute-Garonne) le 2 juillet 1753 [fils de François Ignace de Senovert de Cintres (né à Tournon, Ardèche, en 1723), écuyer, avocat au parlement de Toulouse, capitoul (1778-1781), et de Marie Jeanne de Lavaysse, mariés à Toulouse ; petit-fils au maternel de David de Lavaysse, seigneur de Poujoulet (1688-1768) et d’Antoinette de Faure] ; marié à Paris en 1802 à Élisabeth Tichborn, dont il eut Stéphanie de Sénovert, marié à Saint-Pétersbourg le 15 novembre 1817 à Pierre Dominique Bazaine (1786-1838), ancien élève de l’École politechnique, ingénieur des ponts et chaussées, envoyé en Russie en 1809 ; mort à Honfleur (Calvados) en 1831. ● Ingénieur militaire ; formé à l’école du génie de Mézières où il était entré 10e sur 61 (1774-1777) ; émigré ; passé au service de la couronne impériale de Russie ; entré au corps des ingénieurs des voies de communication, promu au grade de général, il dirigea le corps de 1810 à 1824 ; membre du cercle d’Augustin de Betancourt, inspecteur de l’Institut du corps du génie des voies de communications. ● RGIA ; RGVIA. A. Birembaut, « Un économiste oublié : Étienne-François de Senovert (1753-1831) » ; Geneanet, généalogie Hélène Parey ; Dimitri et Irina Gouzévitch, La France et les Français en Russie…, p. 101-138 ; Nouveau nobiliaire de France, t. 3, p. 502.

Seran, Aristide de ● Ingénieur civil ; passé en Russie où il mena entre 1858 et 1860 de nombreux projets (sans aucune certitude quant à leur aboutissement) ; il prit en 1859 la direction d’une usine à Saint-Pétersbourg appartenant au sieur Chopin et créa une société chargée du pavage de la ville de Saint-Pétersbourg, avec Servan chargé de la codirection des travaux ; il signa la même année aussi uncontrat pour obtenir la concession pour la construction d’une ligne de chemin de fer entr Saratov et Strétinsk ; inventeur avec Cauchois d’un procédé de cémentation des fers bruts et du cuivre ; il demeurait 25e ligne Vassili Ostrov à Saint-Petersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/449.

Serena, voir Hartog Morgensthein

Sergier, Adam Édouard ● Né à Paris en 1810. ● Ingénieur, il se rendit à Saint-Pétersbourg et à Nijni-Taguilsk, muni d’un passeport délivré à Paris le 2 mai 1845 ; il demeurait à Paris, rue de la Fontaine au Roi. ● MAE, Nantes, 598PO/2/218.

Servan, Michel Aristide de ● Né à Paris en 1817 ; mort à Saint-Pétersbourg le 5 septembre 1859, du choléra, inhumé au cimetière de Smolensky. ● Ingénieur civil ; demeurant à Saint-Pétersbourg, quartier de la Litaine, 3e section, maison Schlander. ● MAE, Nantes, 598PO/2/313.

Servereau, Alphonse ● Ingénieur chef du bureau d’étude de la Société d’union minière et métallurgique de Russie à Makiïvka, Ukraine dans les années 1900. ● MAE, Nantes : 598PO/2/313 ; 598PO/2/439.

Sicard, Charles ● Dit Sicard aîné. ● Négociant à Odessa. Auteur des Lettres sur Odessa (Saint-Pétersbourg, impr. Pluchart et comp., 1812, in-12, 145 p.). ● Notes Elena Polevchtchikova.

Simon, Antony ● Ingénieur à l’usine électrique de Saint-Pétersbourg ; mobilisé en 1914, il ne répondit pas à l’appel et fut déclaré insoumis. ● ● MAE, Nantes, 598PO/2/542.

Simonod, Hector (1839-1919) Né à La Tour-du-Pin (Isère) en 1839 ; marié à Moscou le 8 septembre 1900 avec Alexandra Ossipova (de la petite bourgeoisie moscovite, orthodoxe), dont : Anatole Simonod ; Valérie Simonod ; Émile Simonod ; mort à Nice (Alpes Maritimes) le 28 janvier 1919. Catholique. ● Industriel (secteur textile) ; propriétaire-rentier. Présent en Russie de 1880 à 1912 ; il installa une première fabrique de tissage de la soie (1880) puis ouvrit sa deuxième fabrique dans un village, à Bessédy, dans la contrée de Bogorodsk, la région des tisserands moscovites (1888) ; il possédait aussi une verrière dans le gouvernement de Moscou ; l’école Saint-Philippe fondée au sein de l’église Saint-Louis-des-Français recevait chaque année une somme de la part de la société Simonod et Cie ; membre du Conseil du patronage des écoles ; fondateur et président de la société de surveillance des chaudières à vapeur et membre de sociétés de bienfaisance ; domicilié à la fabrique de soieries Simonod et Cie, 4, rue Dournovski, à Moscou (1880-1888), puis au 36, rue Chabolovka (1889-1912) ; propriétaire à Nice de la villa dite Simonod construite vers 1905, dans le lotissement de la Petite Afrique, par l’architecte Jean Bovis, de Beaulieu-sur-Mer, puis de la villa « La Charmeraie », boulevard des Arènes de Cimiez à Nice (vers 1912). ● Archives historiques de Moscou : F. 16, op. 235, d. 4321 ; F. 16, op. 28, d. 901 ; F. 349, op. 1, d. 83, fol. 23 ; F. 349, op. 1, d. 160, fol. 1-3 ; Archives départementales des Alpes-Maritimes : 402 Q 4/1075, fol. 149-156 (acte de maître Amici, 5 mai 1905) ; 402 Q 4/1347, fol. 81v-92v (acte de maître Giletta de Saint-Joseph, 7 et 8 mai 1912). Olga Melnichenko : « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; « La Belle Époque à Nice pour les industriels français de Moscou (de la fin du xixe siècle au début du xxe siècle) » ; Roger Nougaret, « Le Crédit Lyonnais, acteur et témoin de la présence française en Russie (1878-1920 »). Notice Olga Melnichenko.

Sincay, voir Calley de Saint-Paul de Sinçay

Siou-1, Adolphe (1825-1886) ● Né à Paris le 15 décembre 1825 [fils de Claude Philippe Edmond Cocusse puis de Gesvrolles, garde du corps de Louis XVIII et de Constance Louise Siou] ; marié en octobre 1853 à Moscou avec Clarisse Célestine Christophe (dont six enfants) ; mort à Paris le 18 juillet 1886. ● Industriel (secteur parfum) et (secteur confiserie). Marchand confiseur, il ouvrit un magasin de confiseries rue Tverskaïa à Moscou en 1855 ; en 1861, il élargit sa production et construisit une nouvelle fabrique ; en 1881, Louis, Charles et Adolphe Siou fondèrent la société A. Siou et Cie ; en 1900, la maison Siou possédait des magasins à Moscou, Saint-Pétersbourg, Kiev et Varsovie ; ses usines, installées à proximité du parc Petrovski, produisaient des confiseries, de articles de bureaux et de cosmétique comme les parfums et les savons, faisant travailler quelque 1 200 ouvriers et 200 employés sous la direction de Vernier et des frères Prat ; en 1913, l’entreprise reçut le titre de « fournisseur de la Cour de l’Empereur » ; elle était sous contrat dans une société française de parfum ; nationalisée en 1918, la fabrique devint la fabrique d’État de confiserie n° 3 et fut nommée en 1920 par le Moscou City Council Bolchevik. En 1992, lors de la première vague de nationalisation Danone acheta le groupe. ● Sophie Hasquenoph, Les Français de Moscou et la révolution russe (1900-1920 ; Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; Roger Nougaret, « Le Crédit Lyonnais, acteur et témoin de la présence française en Russie (1878-1920). Notice Armelle Le Goff et Olga Melnichenko.

Siou-1.2, Charles Adolphe (1857-1928) ● Né à Moscou le 8 mars 1857 [fils d’Adolphe Siou, parfumeur, et de Célestine Clarisse Christophe] ; marié à Paris le 25 octobre 1885 avec Marguerite Jeanne Eugénie Charles, dont Jeannine Siou (1898-1915) ; mort à Paris le 23 novembre 1928. ● Industriel ; parfumeur ; confiseur. ● Directeur commercial de l’usine Siou à Moscou ; président de la société française de bienfaisance de secours de Moscou ; membre du comité d’administration des fondations françaises de Moscou. Membre de la Légion d’honneur, décoré par Président de la République lors de son voyage à Moscou en 1914. ● Arch. nat., 19800035/251/33454 (dossier de légion d’honneur). Olga Melnichenko, « Les Français dans la vie économique russe : le cas des entrepreneurs textiles (fin du xixe-début du xxe siècle) » ; Roger Nougaret, « Le Crédit Lyonnais, acteur et témoin de la présence française en Russie (1878-1920). Notice Armelle Le Goff et Olga Melnichenko.

Sollier, Louis Paul Isidore ● Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) en 1819. ● Docteur en médecine ; bénéficiaire le 10 septembre 1859 d’un passeport délivré par le consulat de France à Saint-Pétersbourg pour se rendre en France visé à Genève et dans tous les ports français de la Méditerranée ; cité à Marseille en octobre 1859. ● MAE, Nantes, 598PO/2/5. 

Soucanton, voir Girard de Soucanton.

Soupey, Henry Lucien ● Ingénieur civil. Ancien élève de l’École centrale Ingénieur civil, parti à Moscou avec un passeport du 3 octobre 1859. ● MAE, Nantes, 598PO/2/5.

Steinbach-1, Jean Jacques ● Né à Mulhouse (Haut-Rhin) en 1801 ; frère de Jean-Georges Steinbach. ● Chimiste ; délivré de ses obligations professionnelles à Colmar le 14 janvier 1841, associé dans la fabrique Steinbach à Moscou. ● MAE, Nantes, 598PO/2/413.

Steinbach-2, Jean Georges ● Né à Mulhouse (Haut-Rhin) en 1809 ou 1810 ; frère de Jean Jacques Steinbach. ● Chimiste ; apprenti chez le filateur et indienneur François Joseph Blech dans sa fabrique Blech Frères et Cie à Mulhouse ; engagé en 1833 comme chimiste-coloriste dans la fabrique de toiles peintes de Georges Frauenfelder à Moscou, il prit en 1834 la direction de l’entreprise au décès de G. Frauenfelder ; délivré de ses obligations professionnelles à Colmar le 14 novembre 1833, engagé à Moscou par le manufacturier Samuel Baumberger ; reparti en 1836 à Mulhouse il succéda à son frère à la direction de l’entreprise Fraunenfelder ; il céda en 1846 la direction de l’entreprise à Émile Zundel et Émile Meyer ses beaux-frères. ● MAE, Nantes, 598PO/2/413. Raymond Dartevelle, « Paysages et risques industriels en Russie en 1906, l’expertise d’un réassureur ».

Stern, Jacques Salomon Antoine ● Né à Paris, 24, rue Chauchat, le 23 janvier 1839 [fils d’Abraham Jacob dit Antoine Stern (né en 1806), banquier, et de Fanny Speyer (née en 1824)] ; marié à Sophie Alexandrine Croizette (morte avant 1902) ; mort à Paris, 22, avenue du Bois de Boulogne, le 11 août 1902. ● Banquier. Membre avec son frère Louis Stern de la garde à cheval pendant le siège de Paris (1871) ; Membre fondateur de la Banque Russo-Chinoise les 10 décembre 1895 et 17 janvier 1896, à qui 100 actions furent attribuées. Chevalier de la Légion d’honneur (24 février 1874) ; député des Basses-Alpes ; président du conseil d’administration de la Compagnie des chemins de fer du sud de la France. ● Arch. nat., LH/2549/68. Thierry Claeys, Wen Wen, « Autour de la genèse de la Banque Russo-Chinoise : les ambitions contradictoires d’une alliance franco-russe », p. 59.

Strolz, baron Alexandre Nicolas Fernand de ● Né le 2 juin 1832 [fils du baron Jean-Baptise Alexande de Strolz (né à Belfort le 6 août 1771 ; mort le 27 octobre 1841), lieutenant général des armées, chevalier (27 mars 1804), officier (9 novembre 1814) et commandeur (23 mai 1825) de la Légion d’honneur, et de Rose Louise Éléonore Virginie Boinet (morte en 1848) ; petit-fils de Pierre Louis Strolz et de Marie Claire Schmitt] ; marié à Marie Amélie Coquard. ● Vice-consul à Riga du 12 mars 1890 au 27 janvier 1894. ● Arch. nat., LH/2555/70 ; MAE, La Courneuve, Pers 1re série, carton n° 818 ; https://www.ancestry.com/search/?name=Nicolas+Alexandre+Fernand_de+Strolz ; Annuaire diplomatique, 1894.

Sundan, G.-W. ● Vice-consul à Helsingforts (Helsinski), cité en 1843. Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search