T

Tachousin, Ephrosin ● Né en 1787 ; mort en 1838. ● Ingénieur, au service de la couronne impériale de Russie au corps des ingénieurs des voies de communication ; membre cercle d’Augustin Bettancourt. ● RGIA et RGVIA. Dimitri et Irina Gouzévitch, La France et les Français en Russie…, p. 101-138.

Taitbout de Marigny, chevalier Jacques Victor Édouard ● Né en 1793 [fils d’Alexis Eustache Victor Taitbout de Marigny (né à Paris, baptisé à Saint-Landry le 22 juillet 1732 ; à Caffa en Crimée en 1807) et de sa troisième épouse Jeanne Madeleine Klein de Querville (morte à Saint-Tropez, Var, en 1812) ; petit-fils d’Alexis Jean Eustache Taitbout de Marigny de Fontenelle de La Milarche (né à Paris le 5 juillet 1695 ; mort après 1778), consul de France, et de Marie Jeanne Taitbout (née à Paris le 9 juin 1711 ; morte à Alger le 11 mars 1738), mariés à Paris, Saint-Jean-de-Grève le 26 avril 1730] ; mort en 1852. ● Négociant et diplomate. Chancelier de l’agence de France à Théodosie (1810) ; il participa en 1818 participe à une expédition sur la côte nord-ouest de la mer Noire ; consul des Pays-Bas à Odessa en 1830. ● Auteur de : Voyage en Circasie (Bruxelles, Dekeyn, 1821 et Odessa, Mieville, 1836) ; Plan des golfes, baies, ports et rades de la mer Noire, (Odessa, 1830) ; Portulan de la mer Noire et de la mer d’Azov, ou Description des côtes de ces deux mers, à l’usage des navigateurs (Odessa, Impr. de la Ville, 1830, in-16, V-170 p.) ; Plans de golfes, baies, ports et rades de la mer Noire et de la mer d’Azov, levés, recueillis ou corrigés par É. Taitbout de Marigny (Odessa, impr. de A. Braun, 1830, petit in-fol., oblong, 35 pl.) ; Note imprimée sur les rochers Karavia et l’écueil du cap Yagniche-Takil à l’entrée du détroit de Kertch (Crimée), imprimée à Odessa (1 feuillet) et carte manuscrite d’un banc découvert en mars 1829 dans la baie de Baltchik, en Bulgarie, le tout envoyé par E. Taitbout de Marigny, agent des Pays-Bas en Mer noire (6 août 1830, le premier publié dans le Bulletin de la Société de géographie, 1re série, 14, p. 146-147) ; Three voyages in the Black sea to the coast of Circassia, including descriptions of the ports and the importance of their trade with sketches of the manners, customs, religion.. of the Circassians (London, J. Murray, 1837, in-8°, XVI-303 p., planche, carte, fig. au titre, musique) ; « Pilote de la mer Noire et de la mer d’Azov », extrait de l’Hydrographie de la mer Noire et de la mer d’Azof (Constantinople, impr. de A. Koromila et P. Caspalli, 1850, in-8°, -180 p.) ; Atlas de la mer Noire et de la mer d’Azov (Odessa, impr. de L. Nitzsche, 1850, in-fol., oblong, 36 pl.) ; Hydrographie de la mer Noire et de la mer d’Azov, description topographique et archéologique de leurs côtes depuis les temps anciens jusqu’à nos jours (Trieste : impr. du Lloyd autrichien, 1856, in-8°, VI-170 p.). ● BnF, catalogue général. Auguste Boppe, Les consulats du Levant, t. 3, p. 55 ; Anne Mézin, Les consuls de France…, p. 557-559.

Talleyrand-Périgord, baron Charles de ● Né le 8 novembre 1821 [fils d’Alexandre Daniel, baron de Talleyrand-Périgord, préfet, et d’Élisa Alix Sara, elle-même probablement fille naturelle de Charles Maurice de Talleyrand] ; marié le 11 juin 1862 à Véra Bénardaky, dont il eut deux filles ; mort le 29 février 1896. ● Diplomate. Envoyé et ministre plénipoteintiaire près le roi de Sardaigne, signataire du traité de Turin (24 mars 1860) qui rattacha la Savoie et le comté de Nice à la France ; ministre de France à Berlin (1863) ; ambassadeur en Russie (1864-1869). Sénateur du Second Empire (2 octobre 1869). ● Chevalier (19 octobre 1844), officier (27 septembre 1846), commandeur (1er août 1857) et grand officier (28 juin 1860) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. LH/2565/35. Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français.

Tardan-1, Vincent ● Père de Charles Tardan. Protestant. ● Viticulteur à Chabeau près d’Odessa ; fondateur de la colonie de Chabeau qui perdit son autonomie en 1871 et passa sous la juridiction des autorités russes ; il fréquenta Pouchkine. Annuaire de l’association des anciens élèves de l’École nationale supérieure de chimie, 1955, p 15-16.

Tardan-1.1, Charles ● Fils de Vincent Tardan, vigneron à Chabeau près d’Odessa. ● Auteur de la Culture des vignes (Odessa, 1874). ● Annuaire de l’association des anciens élèves de l’École nationale supérieure de chimie, 1955, p 15-16.

Tardif de Mello ● Il séjourna en Russie comme étudiant puis précepteur de 1840 à 1854. Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe, p. 304 ; Histoire intellectuelle de l’empire de Russie.

Taris, Étienne Léon Marius ● Né à Montpellier (Hérault) le 26 mai 1881 [fils de Charles Taris (né en 1857), menuisier, et de Mélanie Cat (née en 1852), accoucheuse] ; mort le 9 février 1966. Ingénieur ; ancien élève de l’École polytechnique (1901) ; engagé volontaire (1901), sous-lieutenant de génie (1903), lieutenant (octobre 1905), démissionnaire (avril 1907) ; chargé de mission en Asie centrale et au Caucase du ministère des Colonies en 1912, passé à l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg où il donna une conférence le 5 janvier 1912, « De Nijni-Novgorod à Constantinople. Peuples et richesses du bassin de la Volga et du Caucase » (La Géographie, n° 25, 1912, p. 67-70) ; directeur de la Société d’études des forces motrices en France ; arrivé à Tiflis en mai 1912, dit en 1913 représentant fondé de pouvoirs de la Société d’études des forces motrices ; il voyagea dans le Turkestan russe et aurait quitté Bakou pour la France le 10 juillet 1914, étant chargé par le ministère du Commerce et de l’Industrie d’une mission d’études sur la question cotonnière au Caucase ; il rassembla des renseignements sur les possibilités de réduire les zones désertiques du bassin de l’Aral par l’irrigation de la région. Il demeurait 28, avenue Charles Floquet, Paris VIIe en 1921 ; résistant pendant la Seconde guerre mondiale. Auteur de : L’automobile et les armées modernes (1908) ; Les moteurs d’aviation (1911 ; rééd. 1913 avec Émile Berthier) ; La Russie et ses richesses (Paris, P. Roger, 1912, 252 p.) ; « Les recherches pétrolières dans la métropole et les colonies et notre indépendance nationale », Chronique Coloniale, 30 Juin 1937, p. 161-165, 4 fig. Croix de guerre (3 mars 1919) ; chevalier de la Légion d’honneur (4 février 1921). Arch. nat. : 19800035/710/80997 ; GR 16 P 562338 ; MAE, Nantes : 598PO/2/109 ; 598PO/2/134. Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie centrale, p. 324

Tay Toussaint, Dominique Antoine ● Né en 1868 ; marié à Sabine Marie Augustine Guitton (née en 1879), dont Hugues Marie Gabriel Tay Toussaint (né à Tchoussovïa le 23 novembre/6 décembre 1912). ● Ingénieur ; directeur général de la Société des forges et aciéries de la Kama à Tchoussovïa, gouvernement de Perm. ● MAE, Nantes, 598PO/2/343.

Tchoussovïa, gouvernement de Perm : Tay Toussaint, Dominique Antoine

Tellier, Henri ● Né en 1880. ● Banquier, fondé de pouvoirs du Crédit Lyonnais à Saint-Pétersbourg et chef du personnel au début du xxe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/542. 

Téremin ou Théremin, François ● Né en 1801 ; mort en 1872. ● Ingénieur des voies de communication ; émigré, passé au service de la couronne impériale, membre du corps des ingénieurs des voies de communication. Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication (1819-1823) et du cercle d’Augustin Bettancourt. ● RGIA et RGVIA. Dimitri et Irina Gouzévitch, La France et les Français en Russie…, p. 101-138.

Terjianantz, Jacques ● Docteur en médecine de la faculté de Paris ; médecin à Paris ; attesté en 1889-1905 comme médecin de la Société française de bienfaisance ; médecin examinateur de la compagnie new-yorkaise The mutual life insurance à Tiflis (30 novembre 1905). ● Chevalier de la Légion d’honneur (pas de dossier conservé aux Archives nationales). ● MAE, Nantes : 598PO/2/74 ; 598PO/2/79.

Terra, Ernest ● Chef comptable de la Société industrielle et métallurgique du Caucase à Allah-Verdi, cité en 1912. ● MAE, Nantes, 598PO/2/160.

Terrier, Louis ● Né à Champagnier (Isère) ; mort le 17 février 1909. ● Agent consulaire à Kiev (1887). ● MAE, Nantes, 598PO/2/562. Annuaire diplomatique, 1887.

Terteren Toupet, Joseph Étienne ● Ingénieur principal de la société métallurgique de Taganrog ; mobilisé en 1914 comme caporal au 64e régiment d’Infanterie à Nevers. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Tessier, Émile ● Ingénieur en chef de la Société d’électricité d’Ekaterinoslav (société qui distribuait l’énergie électrique à de nombreuses maisons de la région, capitaux français) ; mobilisé en 1914 au 3e régiment d’artillerie à pied, dispensé afin de rester à son poste en Russie. ● MAE, Nantes : 598PO/2/24 ; 598PO/2/439.

Tetzner, Oscar (-1906) ● Né en Alsace ; mort à Moscou en 1906. ● Industriel (secteur textile). Arrivé en Russie en 1883, il fonda à Moscou avec Henri Piré la maison commerciale au nom collectif Piré et Tetzner, qui s’occupait du commerce en gros de fils de coton et de laine. Olga Melnichenko, « La Belle Époque à Nice pour les industriels français de Moscou (de la fin du xixe siècle au début du xxe siècle) ». Notice Olga Melnichenko.

Teule, Jules Charles ● En voyage dans le sud de l’Empire russe dans les années 1830. Auteur des Pensées et notes critiques extraites du Journal de mes voyages dans l’empire du Sultan de Constantinople, dans les provinces russes, géorgiennes et tartares du Caucase et dans le royaume de Perse, (Paris, 1842, 2 vol.). Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil, à la lumière des dépêches des consuls français », Cahiers du Monde russe et soviétique, XIX (1-2), janvier-juin 1978, p. 5-65, p. 56.

Théis, baron Charles Constant de ● D’une famille originaire du Dauphiné, portant « De gueules, à deux fasces engrillées d’argent », installée à Chauny (Aisne) dès le xvie siècle. Né en 1804 [fils d’Alexandre Étienne Guillaume, baron de Théis (né à Nantes, Loire-Atlantique, le 13 décembre 1765 ; mort à Paris le 24 décembre 1842), conseiller de préfecture, maire de Laon, préfet de la Haute-Vienne, chevalier (6 novembre 1814) et officier (23 mai 1825) de la Légion d’honneur ; petit-fils de Marie Alexandre de Theïs, avocat au Parlement, ancien maître particulier de la ville de Nantes, nommé procureur du roi à Chauny le 12 novembre 1772, démissionnaire en juin 1774, retiré à l’Aventure, à Autreville, près Chauny, et d’Anne Marguerite Quillau ; arrière-petit-fils de Charles Claude de Théis (mort avant 1865), avocat au Parlement, et de Marie Catherine Leture, et de Joseph Quillau, négociant à Paris] ; mort à Paris, 74, rue de Lille, le 2 mars 1874. ● Consul. Élève consul (1831), en poste à Leipzig, à Gênes ; consul à Varsovie (1843-1857) ; consul général à Tunis, il s’y adonna aux recherches archéologiques, explora les ruines de Carthage et y recueillit une curieuse collection d’antiquités ; consul général à Anvers ; consul général et chargé d’affaires à Venise où il se trouvait en 1862. ● Retiré au château de l’Aventure à Chauny, il y créa un musée d’objets décoratifs (émaux de Limoges, faïences italiennes, françaises et hollandaises, vitraux de Venise et de Bohême, sculptures en bois, en ivoire, en marbre, porcelaines de Chine, Japon et Saxe, armes et monnaies anciennes, meubles du xvie siècle, tableaux, tapisseries, miniatures, bijoux… (Abbé Caron) ; voir Catalogue des objets d’arts et de haute curiosité composant la Collection de feu M. le baron de Theïs). ● Commandeur de l’ordre de la Couronne de fer d’Autriche ; commandeur de l’ordre des Saints Maurice et Lazare ; commandeur de la Légion d’honneur (10 octobre 1862). ● Arch. nat. : C/0/79 ; C/0/80. http://memchau.free.fr/famille_de_theis.htm. Annuaire royal, 1843. Annales maritimes et coloniales, vol. 32, 1857, p. 675 ; Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger ».

Thénaud ● Médecin ; parti en Russie en 1861 pour se placer au service du comte Souvarov ; arrêtée à la douane à l’entrée en Russie en possession d’une malle contenant un fusil de chasse, trois pistolets et son sabre de la garde nationale de France, il demanda l’intervention des autorités françaises. ● MAE, Nantes, 598PO/2/343.

Thibaut, père Joannés ● Né en 1872 ; mort en 1938. ● Religieux assomptionniste (1891) ; après des études en Orient, il fut ordonné prêtre en 1900 ; enseignant dans l’Empire ottoman ; collaborateur des Echos d’Orient (1907-1913) ; aumônier à Odessa (1907-1911) ; il travailla ensuite de 1911 à 1914 sur les origines de la musique byzantine à Saint-Pétersbourg et présenta ses recherches lors d’une conférence le 24 février 1912 au Conservatoire impérial de Saint-Pétersbourg ; membre de la Société archéologique russe de Constantinople ; il publia en 1913 le résultat de ses travaux en Russie. ● La France et les Français en Russie…, p. 224. 

Thiou, Jean Frédéric ● Né à Paris en 1820 ; marié le 24 mai 1849 à Louise Victoire Badran (morte en 1884) ; mort à Livadia (Crimée, Russie) en 1875. ● Cuisinier du tsar. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Thiriet, Jean-Claude (1818-1891) ● Né à Saint-Dié (Vosges) ; marié à Anne Marie Bacara ; mort à Moscou le 12 août 1891, au refuge de Sainte Daria. Catholique. ● Graveur. Il possédait un atelier de gravure à Moscou. ● Archives historiques de Moscou, F. 2193, op. 1, d. 26. Notice Olga Melnichenko.

Thomas de Thomon, Jean François de ● Né à Berne (Suisse) le 1er avril 1759 (ou 1760), son père qui allait s’engager dans le régiment Royal-Suisse l’amena très jeune à Paris. Il épousa sans doute vers 1798 Sophie-Claire Saint-Léger. Il mourut à Saint-Pétersbourg 21 août 1813, et fut inhumé dans le cimetière luthérien Smolenskoïé, plus tard les cendres furent transférées à la Nécropole du xviiie siècle à la Laure Alexandro-Nevski. Sa femme mourut vers 1746 et fut inhumé à coté de son mari. ●Architecte et dessinateur. Jean-François de Thomas de Thomon entra à l’Académie d’architecture en 1777 et étudia chez Julien-David Le Roy (1724-1803), l’un des pionniers du néo-classicisme hellénisant. Il se présenta en 1780 au concours pour le prix de Rome mais ne fut pas retenu. Il tenta de nouveau sa chance au concours en 1785 mais ne fut que troisième, derrière Jean-Charles Moreau (futur Karl Ritter von Moreau) et Fontaine. Il se rendit ensuite à Rome, sans doute en 1788, avec ses propres moyens, comptant sur ses talents de dessinateur pour survivre ; il n’était pas pensionnaire mais s’arrangea pour être logé comme externe au palais Mancini, jusqu’à ce qu’on y mît bon ordre. Thomas y rencontra LouisFrançois Cassas et put prendre connaissance de sa documentation graphique, ce qui ne fut pas sans influence sur les motifs que Thomas devait plus tard emprunter à l’architecture et à la sculpture monumentale de l’Égypte pharaonique. Il visita les galeries de peinture à Rome et traduisit le traité de peinture de Léonard de Vinci, de même que des écrits relatifs à l’œuvre de Poussin et de Rubens ; le tout fut ensuite réuni à son propre traité de peinture qu’il publia en 1809 à Saint-Pétersbourg. Thomas séjourna également à Florence et à Naples. En 1790, il se rendit à Venise, en 1791 à Vienne où il prit le nom de Thomas de Thomon (il s’appelait jusqu’alors Thomas). Il entra au service du prince Nicolas Esterhazy (1765-1833), général d’artillerie et diplomate (peut-être grâce à l’introduction du comte d’Artois, voir Charles X), il signa son contrat le 1er novembre 1794 et s’y para des titres d’» ancien Architecte, Ingénieur, élève et médailliste de l’Académie Royale, inspecteur des Batimens du Roy à Fontainebleau et Architecte de S. A. R. le Comte d’Artois ». Les projets d’architecture qu’il présenta au prince Esterhazy restèrent sur le papier et au début de 1798, Thomas de Thomon demanda la permission de le quitter pour passer en Russie. Le prince Esterhazy le présenta au prince Dimitri Golitsyne qui le fit engager par son frère Alexandre pour des travaux dans son domaine de la province de Smolensk (probablement Dmitri Vassilievitch, 1759-1829, et son frère Alexandre Vassilievitch Golitsyne, 1764-1843). Il passa ensuite à Hambourg avec son épouse et débarqua à Riga en mars 1799 : il s’y fit passer pour un noble français émigré qui fuyait la Révolution. Il se fixa à Saint-Pétersbourg où il présenta, dès 1800, un projet pour la construction de la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan. Il y fut admis à l’Académie des beaux-arts l’année suivante, y devint professeur d’optique (1810). Il enseigna aussi, à partir de 1811, au Corps des ingénieurs de voies de communication. Il fut logé à l’Académie des beaux-arts et y disposa de sept chambres, au 17 quai de l’Université. ● Auteur de plusieurs hôtels du centre de Saint-Pétersbourg, dont les hôtels particuliers de la comtesse de Laval, sur le quai des Anglais, et de Severin, il dessina dès 1804 les plans de la Bourse maritime (le plan fut adopté par l’empereur le 26 février 1804), édifice périptère dorique construit à la pointe est de l’île Vassilievsli à la bifurcation des deux principaux bras de la Neva, qui devint un lieu privilégié de promenade pour les Pétersbourgeois. Thomas de Thomon présenta pas moins de six projets au conseil de l’Académie qui lui prodigua des instructions d’ordre technique et fonctionnel, tout en approuvant les côtés artistiques des différents projets. Son projet n’était pas sans rappeler celui de bourse conçu par J.-L. Carbon pour le concours de 1788 où il obtint le 2e prix. Le rapporteur A. D. Zakharov, architecte de l’Amirauté, l’incita notamment à amplifier le volume et l’écartement des colonnes rostrales. L’ensemble de la pointe de l’île Vassilievski fut inauguré le 15 juillet 1814 après la mort de l’architecte. Il demanda (sans doute en 1811) à être nommé architecte inspecteur du bâtiment de la Bourse afin d’assurer la conservation de ce monument dans son intégrité. « C’est la même grâce que S. M. I. m’avait fait lors de l’achèvement du Grand Théâtre ». Il s’agit de l’opéra reconstruit en 1805 par Thomas de Thomon selon le plan adopté par l’empereur le 9 février 1802, ce qui lui valut le titre d’architecte de la cour. Ce théâtre appelé « Bolchoï Kamenny » brûla dans la nuit du 1er janvier 1811 ; il se trouvait sur l’emplacement de l’actuel Conservatoire de Saint-Pétersbourg (place Téatralnaïa, 3). En décembre 1811, Alexandre Ier le créa chevalier de l’ordre de Saint-Vladimir, ce qui lui conférait l’accession à la noblesse faute d’être bien né, et lui fixa un traitement annuel de 2000 roubles « convertible en pension et réversible à son épouse ». Il fournit en 1805 des dessins pour le théâtre et des magasins de vivres militaires à Odessa ; il construisit également les entrepôts de l’île au Lard ou magasins des suifs (démolis en 1914), le petit temple funéraire de Pavlovsk à la mémoire de Paul Ier ou mausolée à « l’époux bienfaiteur » (1808), et quatre fontaines en granit sur la route de Tsarskoïé Selo. Il utilisa des dessins de plusieurs de ses confrères parisiens, des années 1780, qu’il agrémenta de paysages et qu’il put ainsi réaliser en Russie. ● Il laissa de nombreuses eaux-fortes et aquarelles, dont en particulier : L’Empereur Trajan donnant audience à toutes les nations au milieu des places publiques, à Rome ; Le Temple de Jupiter ; Vue intérieure de souterrains égyptiens (peinte en 1799) ; Un Ermite ; Un Philosophe ; Vitruve occupé des chefs-d’œuvre d’Athènes ; effet de nuit ; Un Poète qui écrit la ville de Jules César ; Philoctète dans l’île de Lemnos ; Une Tempête ; Intérieur d’un péristyle qui précède un temple de Jupiter ; Un Intérieur de catacombe égyptienne ; Une Grotte de Neptune ; Une Retraite sacrée où se baignent les nymphes. ● Auteur de : Recueil des façades des principaux bâtiments construits à St-Pétersbourg et dans les différentes provinces de Russie par Thomas de Thomon, architecte de l’empereur (Saint-Pétersbourg, 1806) ; Traité de peinture, précédé de l’origine des arts, dédié à S. M. I. l’impératrice Élisabeth Alexiewna, par Thomas de Thomon, architecte de S. M. I. l’empereur Alexandre Ier, et professeur à l’Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (Saint-Pétersbourg, 1 vol. in-8°). On lui reprocha d’avoir présenté comme étant de lui des projets d’architecture qui provenaient manifestement des travaux des lauréats de l’Académie de Paris entre 1780 et 1785. Boris Lossky le qualifia de la manière suivante : « homme de peu de scrupule, artiste de talent exceptionnel ». ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, notice Thomas de Thomon, t. 2, p. 784-785.

Thomas, Charles Auguste Prosper ● Né à Epinal (Vosges) en 1802 ; mort en 1891. ● Secrétaire du comte Lévachov à Kiev (1842), il partit ensuite enseigner la littérature française à l’université de Kazan où il rencontra le conseiller d’État Von Fuchs, ancien recteur de l’université de Kazan ; à son retour en France, il devint avocat ; républicain, il auraut été élu en 1877 maire de Remiremont et aurait démissionné de ses fonctions en 1880 (un Roger Thomas, maire de Remiremont de 1871 à 1874 et de 1876 à 1878). ● Auteur de : Souvenirs de Russie (Épinal, Gley, 1844, in-8°, 105 p.) ; Catéchisme de l’homme libre (Paris, C. Hingray, 1848, in-8°, 14 p.). ● Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française…, p. 289.

Thomon, voir Thomas de Thomon

Thyss, Jean Jacques ● Né en 1816 ; marié. ● Ingénieur chimiste, arrivé à Bakou le 1er mai 1879 ; agent consulaire à Bakou (1885-1886). ● MAE, Nantes : 598PO/2/61, doss. 230 ; 598PO/2/70. Annuaire diplomatique, 1885-1888.

Titus, voir Dauchy

Tollet-1, Augustin ● Marié à Armelle Grener, dont : Édouard Tollet (né à Tiflis le 1er mars 1843) ; Auguste Eugène Tollet (né à Tiflis le 13 août 1851). ● Cité à Tiflis en 1843-18511.

Tollet-1.1, Édouard ● Né à Tiflis le 1er mars 1843 [fils d’Augustin Tollet et d’Armelle Grener] ; marié ; mort après 1907. ● Industriel, attesté en 1907 à ● Tiflis. MAE, Nantes : 598PO/2/61, doss. 230 ; 598PO/2/63, doss. 164 ; 598PO/2/91.

Tollet-1.2, Auguste Eugène ● Né à Tiflis le 13 août 1851 [fils d’Augustin Tollet et d’Armelle Grener] ; marié à Catherine Laure Léontine Richard. ● Ingénieur des arts et manufactures ; en fonctions à Tiflis jusqu’en 1878, demeurant 4 rue des Salalaques, bénéficiaire le 21 novembre 1878 d’un passeport délivré au consulat de Tiflis ; installé à Paris, Ve arrondissement, demeurant 11, rue des Étoiles, puis 4, rue Decamps, Paris XVIe. ● MAE, Nantes : 598PO/2/63, doss. 164 ; 598PO/2/86 ; 598 ; PO/2/100 ; 598PO/2/57.

Topinard, Paul (1830-1911) ● Né Parmain-Jouy-le-Comte (Seine-et-Oise) le 4 novembre 1830 [fils de Pierre AntoineTopinard, marchand carrier, et de Marie-Antoinette Pauline Dufilho] ; marié à Paris le 8 avril 1861 avec Marie Duvivier ; mort à Paris le 20 décembre 1911. Catholique ● Médecin et anthropologue. ● Docteur en médecine (1871) ; il travailla avec Paul Broca comme préparateur, à son laboratoire des Hautes Études (1872). ● Il participa au congrès des sciences anthropologiques de Moscou (1879). ● Son manuel, L’Anthopologie (C. Reinwald, 1876), préfacé par Paul Broca, connut du succès en Russie où il fut traduit ; il noua de nombreux contacts avec les savants et anthropologues russes comme Anatolij Petrovitch Bogdanov (1834-1896), zoologiste et anthropologue russe, président de la Société impériale des amis des sciences naturelles, d’anthropologie et d’ethnographie de Moscou. ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : AJ/16/6795 (dossier de la faculté de médecine de Paris, docteur en médecine en 1860) ; F/17/23171 (dossier de carrière comme directeur adjoint au laboratoire des hautes études) ; LH/2613/30 (Légion d’honneur) ; Armelle Le Goff : « Les relations entre scientifiques russes et français au prisme des archives françaises : l’exemple des anthropologues » ; Les dossiers des missions scientifiques à caractère anthropologique du ministère de l’Instruction publique, clefs d’accès à un corpus éclaté ». Notice Armelle Le Goff.

Toucon Pierre ● Né à Cierp (Haute Garonne) le 19 mai 1831. ●Opticien ; bénéficiaire d’un passeport délivré au consulat de France de Lisbonne le 20 janvier 1864 pour se rendre en Russie ; toujours attesté à Tiflis en 1868. ●MAE, Nantes, 598PO/2/63, doss. 164 ; 598PO/2/81.

Tour, comte de ● Né le 28 février 1826. ● Consul de seconde claisse à Moscou du 27 décembre 1861 au 21 décembre 1867. ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 3955. Annuaire diplomatique, 1879-1881.

Tournachon dit Nadar, Paul Armand (1856-1939) ● Né à Paris le 8 février 1856 [fils de Gaspar Felix Tournachon dit Nadar et d’Ernestine Constance Lefevre] ; mort à Paris le 1er septembre 1939. ● Agent de l’entreprise d’appareils photographiques Eastman et Kodak. ● Il voyagea au Turkestan russe (1890) ; nommé officier d’académie à la suite de l’exposition de Saint-Pétersbourg (1905). ● Auteur de 1284 photographies qui sont conservées à la Photothèque de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (Paris). ● Membre de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., 19800035/0261/34783 (dossier de Légion d’honneur). Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p.339 ; Marc Durand, De l’image fixe à l’image animée (1820-1910)… Notice Armelle Le Goff.

Tournay, Théodore ● Né à Spa (Belgique) en 1765 [fils de Philippe Tournay et de Marie Catherine Pierret] ; marié à Saint-Pétersbourg, Sainte-Catherine-d’Alexandrie, le 9 janvier 1799 à Henriette Marie Knorre (née à Saint-Pétersbourg en 1774) [fille d’André et Jeanne Knorre], Allemande ; mort en 1842. ● D’abord aubergiste à Saint-Pétersbourg (1799), puis cuisinier à Moscou chez le gouverneur de Moscou Fiodor Rostopchine, qui le renvoya en 1812 ; relégué à Tobolsk, puis installée à Perm et à Kazan, où il ouvrit une confiserie. ● Anne Mézin, Vladislav Rjéoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p. 7, 793.

Touttée, Robert ● Ingénieur des les usines de la Société anonyme des forges et aciéries de Huta Bankowa à Dombrowa ; fait prisonnier par les Allemands en 1915. ● MAE, Nantes, 598PO/2/439.

Tramasure-1, Benjamin Adolphe de ● Né le 26 décembre 1833 [fils d’Albert Jean de Tramasure (1802-1870) et de Marie Philippine Priem (1799-1846) ; petit-fils de Jean-Baptiste Marie de Tramasure (1748-1833) et de Jeanne Josèphe de Menim] ; marié, père de David de Tramasure (né en 869). ● Chancelier au consulat de Tiflis de 1852 à 1873 ; auteur en 1855 d’une « note sur le Caucase ». ● MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, cartons n° 3967. Annuaire diplomatique, 1859-1873. Michel Lesure, « La France et le Caucase à l’époque de Chamil… » ; Geneanet, généalogie M. Sechehaye.

Tramasure-1.1, David de ● Né probablement à Tiflis en 1869 [fils de Benjamin de Tramasure, ancien chancelier du consulat de France à Tiflis]. ● Étudiant en médecine, il partit en voyage en Russie dans les années 1890. MAE, Nantes, 598PO/2/57. 

Tranchand, Gabriel ● Ingénieur. Il participa aux fouilles de Ninive pour le compte du gouvernement russe, pendant quatre ans, et fut le collaborateur de Victor Place (1818-1875), vice-consul à Mossoul (1851) ; il utilisa pour la première fois la photographie sur un chantier archéologique en prenant de nombeux clichés (ou calotypes) des opérations. ● MAE, Nantes, 598PO/2/660 ; https://archeologie.culture.fr/khorsabad/fr/campagnes-victor-place

 

Trapanes Seyh ● Agent consulaire à Åbo (1880 à 1887). Annuaire diplomatique, 1880-1887.

Traversay, voir Prévost de Sansac de Traversay

Tripet ou Tripet de Saint-Ceray, Eugène François ● Né en 1816 ou 1817 ; marié à à Saint-Pétersbourg à Alexandra Fedorovna de Skrypitzine ((1818-1895), dont Oleg (ou Onègue Eugène) Tripet Skrypitzine (né à Paris le 25 avril 1848 ; mort à Cannes, Alpes-Maritimes, en 1935), officier de cavalerie, peintre et conservateur du musée Fragonard à Grasse, chevalier de la Légion d’honneur ; mort en 1896. Vice-consul à Moscou en 1843 ; Dit rentier en 1848 et demeurant 2 rue de la Ville-l’évêque à Paris ; fondateur avec son épouse en 1849 de la Colonie russe à Cannes (la Petite Russie), ils étaient très liés avec Prosper Mérimée. Chevalier de la Légion d’honneur (26 janvier 1843). ● Arch. nat., 19800035/0261/34787. Nouvelles archives du commerce et de l’industrie agricole et manufacturière…, t. XXXI, 1843, « État général des consuls généraux, consuls et agens consulaires de France à l’étranger », p. 85.

Tselschouline ● Agent consulaire à Helsingfors en 1869. ● Annuaire diplomatique, 1869.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search