U

Ujfalvy de Mezo Kovesd, Charles-Eugène Valentin Samuel de (1842-1904) ● Né à Vienne (Autriche) le 18 mai 1842 [fils de Samuel Ujfalvy de Mezo Kovesd, capitaine pensionné, et de Thérèse de Huszar] ; marié à Paris le 29 avril 1868 à Marie Clarisse Virginie Bourdon (née à Chartres en 1845 ; morte en 1904) ; mort à Florence (Italie) le 31 janvier 1904. ● Ethnologue, explorateur et linguiste. Docteur en philosophie ; après une carrière militaire en Autriche-Hongrie, il s’installa en France où il contribua à faire connaître la littérature, l’histoire et la poésie hongroise (octobre 1866) ; professeur d’allemand au lycée de Versailles (1868) ; il obtint l’agrégation d’allemand et fut nommé au lycée Henry IV(1871) ; professeur à l’École militaire de Saint-Cyr et au lycée Stanislas (1872), chargé du cours d’histoire et de géographie de l’Asie centrale à l’École des langues orientales (1874) ; naturalisé exceptionnellement par décret du 11 octobre 1878 ; professeur au lycée Janson-de-Sailly à Paris, parti à la retraite en 1892. ● Il fut envoyé par le ministère de l’Instruction publique en Sibérie et en Asie Centrale pour une mission anthropologique, ethnographique, linguistique et archéologique (1876) ; il apprit le russe et entreprit des fouilles avec des anthropologues et des géographes russes ; il participa à l’exposition du musée temporaire des missions ethnographiques, de janvier à mi-mars 1878, et fit don de ses collections au nouveau musée ethnographique ; il présenta ses travaux au congrès anthropologique de Moscou (1879) ; il obtint une mission dans la Russie méridionale, la Perse, le Turkestan, le plateau de Pamir pour des études géographiques, anthropologiques, ethnographiques, archéologiques, d’histoire naturelle (1879-1882), pour laquelle il se fit adjoindre Gabriel Bonvalot, jeune dessinateur-topographe, et Guillaume Capus, jeune botaniste élève au Muséum du professeur Decaisne, et fut accompagné de son épouse, Marie Bourdon, mais la dissension s’installa parmi les explorateurs et Ujfalvy, quitta précipitamment Tachkent au cœur de l’hiver et rentra à Paris, arguant que les autorités russes l’avaient empêché de pénétrer dans le Turkestan à cause de la guerre ; des bruits fâcheux sur ses rapports avec les autorités et les savants russes circulèrent, d’autant plus que les deux jeunes missionnaires, protégés par le gouverneur du Turkestan, continuaient avec succès leurs recherches ; un compte-rendu sévère des ouvrages précédents d’Ujfalvy par D. Ivanov parut dans la Gazette du Turkestan, journal officiel de Tachkent ; il repartit en mission à ses frais dans l’Asie centrale et fit don d’une collection à l’État (1882-1888) Il se lia avec de nombreux savants russes lors de sa première mission. ● Auteur de : Leçon d’ouverture d’un cours de géographie historique et politique de l’Asie centrale à l’École des langues orientales vivantes, faite le 20 novembre 1878 (Paris, E. Leroux, 1878) ; Les Bachkirs, les Vêpses et les antiquités finno-ougriennes et altaïques, précédés des résultats anthropologiques d’un voyage en Asie centrale (Paris, E. Leroux, 1880) ; Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan… (Paris, E. Leroux, 1878-1880, 6 vol.). ● Membre de la Légion d’honneur ; membre correspondant de la Société de géographie de Saint-Pétersbourg ; membre de la Société d’anthropologie de Moscou.Arch. nat. : F/17/3011 (dossier de mission) ; AJ/16/1555 (dossier administratif), 20100053/58 (dossier de personnel aux Langues orientales), BB/11/1392/B, dossier 2247×76 (dossier de naturalisation), LH/2640/64 (Légion d’honneur) ; MAE, Nantes, 598PO/2/249. Armelle Le Goff, « les dossiers des missions scientifiques à caractère anthropologique du ministère de l’Instruction publique, clefs d’accès à un corpus éclaté». Notice Armelle Le Goff.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search