V

Vachez, Albert Louis Henri ● Né le 13 février 1868. Chancelier à Tiflis (27 décembre 1900). ● Annuaire diplomatique, 1900-1901.

Vacquier ● Agent consulaire à Sébastopol (1883-1884). ● Annuaire diplomatique, 1883-1884.

Vadon-1, François Alexandre ● Né le 29 janvier 1829 ; père d’Alexandre Vadon (né à Kerson en 1872), ingénieur et industriel ; mort à Odessa. ● Ingénieur mécanicien ; agent consulaire à Nikolaïev (1895-1901) puis à Kherson après la suppression de l’agence consulaire ; propriétaire d’ateliers de construction de navires à Kherson. ● MAE, Nantes, ACN12/23. Annuaire diplomatique, 1898-1901.

Vadon-1.1, Alexandre ● Né à Kherson en 1872 [fils de François Alexandre Vadon]. ● Industriel et ingénieur constructeur. Ancien élève de l’École centrale ; il accomplit son et service militaire dans l’artillerie à Valence ; agent consulaire à Kherson (1908-1910) ; directeur des ateliers de construction de navires à Kherson appartenant à son père. ● MAE, Nantes, 12ACN/23. 

Valade 1 ● Chancelier d’ambassade, consul honoraire à Saint-Pétersbourg de 1835 à 1843 au moins. ● Annuaire royal, 1835-1843.

Valade 2 ● Consul à Moscou en 1843-1857. ● Chevalier de la Légion d’honneur. ● Annales maritimes et coloniales, vol. 32, 1857, p. 675.

Valbezen, Eugène Anatole de ● Né à Paris le 29 août 1815 [fils naturel de Mademoiselle de Besenval, il passa son enfance sous la tutelle de la famille Talleyrand] ; mort le 17 mai 1885. ● Consul à Calcutta en 18(3 ; consul général à Anvers en 1861 ; consul général à Varsovie (1863-1865) ; littérateur, collaborateur à la Revue des Deux Mondes, sous le pseudonyme de Major Fridolin et auteur de : La malle de l’inde (nouvelles, 1857) ; Les Anglais et l’Inde (Revue des Deux Mondes, 1857, t. 6) ; « Les Progrès matériels de l’Inde anglaise » (Revue des Deux Mondes, 1875, t. 7). ● Chevalier (12 août 1853) et officier de la Légion d’honneur (13 août 1861). Ses papiers et lettres manuscrites furent vendus à Drouot le 14 mars 2012 par Lafon Castandet (https://www.gazette-drouot.com/telechargement/catalogue?venteId=11866). ● Arch. nat., LH/2662/72 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 4000. Annuaire diplomatique, 1863-1865.

Vallat, Charles, vicomte de ● Né à Montpellier (Hérault) le 30 janvier 1816 [fils de Frédéric de Vallat, propriétaire à Montpellier, et de Joséphine Barthélemy] ; marié à Cécile Reynaud (1826-1918) [fille de Louis Barthélemy, baron Reynaud (1806-1883), banquier, maire de Sède (1842-1848), député de l’Hérault, officier de la Légion d’honneur, fondateur de Louis Reynaud et Cie, et d’Amélie Reynaud (née 1805), mariés en 1825 ; petite-fille de Charles-Antoine Reynaud (1764-1842), receveur principal des douanes royales à Sète, et de sa seconde épouse, Rose Bonjean (1769-1831)], sans descendance ; mort le 7 août 1884. ● Consul à Panama (1849), à La Corogne (1851) ; consul à Saint-Pétersbourg (1856-1859) ; consul général à Barcelone (1863). ● Chevalier (19 décembre 1849), officier (21 octobre 1851) et commandeur (14 août 1863) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat. : LH/2665/24. Annuaire impérial, 1856-1859.

Vallois ● Chancelier au consulat de Tiflis (1896-1898). Annuaire diplomatique, 1896-1898.

Vaquier Paul Aristide ● Né en 1839. ● Aéronaute ; demeurant à Saint-Pétersbourg, district quartier Kalomensky dans la seconde moitié du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39. 

Vavasseur, Charles Louis ● Né à Villecresnes (Val-de-Marne) le 20 novembre 1831 ; marié à Marie Marceline Chevrier (née à Karlsruhe, Allemagne, le 17 novembre 1841 ; morte à Vouvray, Indre-et-Loire, le 11 janvier 1888), dont Charles Henri Vavasseur (né à Saint-Pétersbourg le 23 juillet 1867 ; mort à Vouvray le 3 février 1950), viticulteur, maire de Vouvray (1908-1944), député d’Indre-et-Loire (1919-1924) ; mort à Vouvray le 29 novembre 1893. ● Fourrier de la chambre de l’empereur, prédécesseur de Louis Bérenger. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Veillet Dufrêche, Paul Mathurin ● Né à Paris, 26, rue Louis-le-Grand, le 10 janvier 1857 [fils de Paul Marie Veillet Dufrêche (né en 1815), banquier, et d’Augustine Louise Guibet (née en 1829), mariés à Saint-Servan, Ille-et-Vilaine, le 16 mai 1854] ; mort à Paris le 22 avril 1920. ● Licencié en droit ; attaché à la direction des consulats au ministère des Affaires étrangères (9 juin 1878) ; détaché au cabinet du ministre (février 1880) ; secrétaire adjoint pour les négociations commerciales avec la Suède (30 juin 1880) ; commis principal à la direction des affaires commerciales et consul de 2e classe hors cadres (19 octobre 1885) ; secrétaire adjoint à la conférence internationale des câbles sous-marins (mai 1886) ; consul de 1re classe hors cadres (31 décembre 1891) ; consul à Salonique (18 février 1893) ; consul général à Moscou (25 juin 1897) ; consul général à Trieste (1er janvier 1905), toujours en poste en 1907. ● Chevalier (8 janvier 1894) et officier (4 août 1907) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH/2683/7 ; Annuaire diplomatique, 1897-1901.

Verdier de Latour, dit Verdier-Latour, Michel François Edmond de ● Né à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 4 janvier 1824 [fils d’Étienne Junius de Verdier de Latour (né à Clermont-Ferrand le 31 août 1895 ; mort à Riom, Puy-de-Dôme, le 25 avril 1861), avocat, maire de Clermont-Ferrand (1843-1848), bâtonnier du barreau de Clermont-Ferrand (1849), conseiller à la cour de Rennes puis à celle de Riom, chevalier de la Légion d’honneur ; petit-fils de Michel François Verdier de Latour et de Jeanne Petit de Montséjour] ; mort le 7 décembre 1879. Consul à Riga (1859-1862) ; consul à Birmingham (1862). Chevalier de la Légion d’honneur (11 août 1862). Arch. nat., LH/2688/60 ; MAE, La Courneuve, Pers. 1re série, carton n° 4065. Annuaire diplomatique, 1859-1862.

Verdier, Jean Marie Félix ● Né à Aurillac (Cantal) le 8 octobre 1867. ● Industriel, installé à Saint-Pétersbourg à la fin du xixe siècle. ● MAE, Nantes : 598PO/2/474 ; 598PO/2/682. 

Vernes, Auguste Charles Théodore ● Né à Lyon (Rhône) le 17 juin 1786 [fils de Jacques Louis Vernes (1751-1823) et de Marie Anne Philippine Périer (née à Damiatte, Tarn, le 18 janvier 1757 ; morte à Paris le 6mars 1844) ; petit-fils au paternel de Pierre Vernes (1724-1788) et de Charlotte Dorothée Goy (1732-1816), et au maternel de Charles Périer (1710-1791) et de Jeanne Gaillard (1725-1771)] ; marié à Anne Louise Grivel (1789-1842) [fille d’Isaac Louis Grivel, banquier], dont il eut : Philippine Adèle Vernes (1812-1891), mariée en 1834 à son oncle Félix Vernes (1801-1881) ; Philippe Louis Vernes (1815-1906), pasteur aux Batignolles, Paris ; Françoise Marie Vernes (1824-1879) ; mort à Paris, Passy, le 9 décembre 1858, enterré au Père-Lachaise. ● Banquier ; censeur de la Caisse d’épargne de Paris (1823), puis vice-président (1844) ; deuxième sous-gouverneur de la Banque de France (15 décembre 1832-1er août 1857) ; membre du consistoire de Paris ; envoyé par la Banque de France en Russie pour régler l’achat de rente française par le gouvernement russe. ● https://www.genealogieonline.nl/genealogie-hoffet/I2611.php. La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches…, p. 23.

Vernet, Émile Jean Horace ● Né à Paris, aux Galeries du Louvre, le 30 juin 1789 [fils d’Antoine Charles Horace, dit Carle Vernet (né à Bordeaux, Gironde, le 14 août 1758 ; mort à Paris le 17 novembre 1836), peintre d’histoire, et de Catherine Françoise Fanny Moreau (née le 15 février 1770 ; morte en 1821) ; petit-fils au paternel du peintre Claude Joseph Vernet, et au maternel de Jean Michel Moreau (né à Paris le 26 mars 1741 ; mort à Paris le 30 novembre 1814), dessinateur et graveur au Cabinet du Roi, et de son Académie de peinture et de sculpture, et de Françoise Nicole Pineau (1740-1812) ; filleul de son grand-père maternel et de Monsieur, frère du Roi, et de Marguerite Émilie Félicité Moreau, épouse de Jean François Chalgrin, premier architecte du Roi] ; marié le 15 avril 1811 à Louise Pujol (née à Paris le 15 septembre 1789 ; morte le 29 août 1859) [fille de Pierre Pujol (1753-1817), tailleur de la Reine, Jeanne Henriette Vanzut (1759-1812)], dont : Marie Henriette Vernet (née en 1812 ; mort vers 1855), marié à Rome vers 1835 au peintre Adolphe Yvon (1817-1893) ; Louise Vernet (née le 23 avril 1814 ; morte 17 décembre 1845), mariée le 28 janvier 1835 au peintre Paul Delaroche (1797-1856) ; mort à Paris le 17 janvier 1863. ● Peintre d’histoire. Élève à l’atelier de François André Vincent ; prix de Rome (1810) ; directeur de l’Académie de France à Rome (1829-1834) ; en voyage en Orient et en Algérie (1839) ; en voyage à Saint-Pétersbourg en 1836 ; de nouveau en séjour en Russie du 11 juin 1842 à 1843. ● Auteur de nombreuses toiles actuellement conservées à l’Ermitage dont : La défense des Polonais devant Varsovie ; La Revue de la garde aux Tuileries (commande de Nicolas Ier, 1838) ; Portrait de Nicolas Ier (1841) ; également auteur de : Lettres intimes de Mr Horace Vernet pendant son voyage en Russie, 1842-1843 (Paris, Leipzig, Wolfang Gerhard, 1856, in-8°, 60 p. ; publiées auparavant dans la Presse, « Voyage en Russie »). ● Médaillé d’honneur de l’Exposition universelle de Paris en 1855. Membre de l’Institut. Commandeur (8 mars 1842), grand-officier de la Légion d’honneur (7 décembre 1862). Arch. nat., LH/2692/9. Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française, p. 115-117.

Verneuil, voir Poulletier de Verneuil

Vernon, voir Ginestous de Vernon

Verstraete, Maurice Paul Alfred ● Né à Ris-Orangis (Essonne), 24, avenue Victoria, le 23 juin 1866 [fils d’Émile Henri Verstraete (né en 1836), référendaire au sceau de France, et d’Émilie Sophie Ranchon] ; marié à Louise Blachez ; mort à Paris, 43, rue Boissière, le 13 décembre 1955. ● Diplomate et banquier. Licencié ès-lettres et licencié en droit ; attaché à la Direction commerciale du ministère des Affaires étrangère (23 janvier 1888) ; détaché à la Direction politique du ministère des Affaires étrangères (1er février 1888-1er février 1889) ; vice consul (19 janvier 1892 ; pour prendre rang du 10 novembre 1891), à Chicago (8 juin 1892) ; secrétaire de la commission française à l’exposition colombienne (31 mars 1893) ; à Moscou (18 octobre 1894) ; consul suppléent (25 octobre 1894, pour prendre rang du 10 novembre 1891) ; consul de seconde classe (17 août 1895) ; chargé d’une mission à l’exposition de Nijni-Novgorod (1896) ; secrétaire d’ambassade honoraire, attaché à l’ambassade de France en Russie (1er avril 1897) ; chargé d’une mission commerciale à Saint-Pétersbourg (15 mai 1897) ; administrateur de la banque Russo-chinoise (8 juillet 1899) ; consul de 1re classe (27 juillet 1899) ; consul général (pour prendre rang du 27 juillet 1902), en disponibilité (2 octobre 1901) ; administrateur délégué de la Banque du Nord à Saint-Pétersbourg (10 octobre 1901), toujours en fonctions en 1906 ; demeurant 24, rue Serguievskaya à Saint-Pétersbourg en 1906 ; adjoint du président du Conseil de la Banque Russo-Asiatique (qui résultait de la fusion en 1910 de la Banque Russo-Chinoise et de la Banque du Nord) installée à Saint-Pétersbourg en 1916-1917 ; entré au Conseil de la Société anonyme du commerce et de l’industrie de l’Asie occidentale. ● Auteur de : La Russie industrielle, étude sur l’exposition de Nijni-Novgorod (Paris, Hachette, 1897, in-8°, II-320 p.) ; L’Oural (Paris, Hachette, 1899, in-8°, 262 p.) ; Mes cahiers russes, l’ancien régime, le gouvernement provisoire, le pouvoir des Soviets (Paris, éd. Georges Crès et Cie, 1920, in-8°, 363 p.). ● Officier d’Académie (31 janvier 1894) ; chevalier (2 avril 1894) et officier (24 janvier 1906) de la Légion d’honneur. Annuaire diplomatique, 1895-1901 ; Archives historiques Société Générale, boîte 81294 ; Arch. nat., LH, 19800035/0114/14382 ; MAE, Nantes, 598PO/2/622. Thierry Claeys, Wen Wen, « Autour de la genèse de la Banque Russo-Chinoise : les ambitions contradictoires d’une alliance franco-russe », p. 61 ; Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 397 (M. E. Vestrat).

Vever, Jean-Baptiste Eugène Henri ● Né à Metz (Moselle) le 16 octobre 1854 [fils de Jean Jacques Ernest Vever (né à Metz en 1824), bijoutier à Metz puis à Paris, et de Barbe Gabrielle Daras (née à Metz en 1826) ; petit-fils au maternel de Jean-Baptiste Daras (né en 1797), potier d’étain à Metz, demeurant à Metz, rue du Plat-d’étain] ; marié en 1881 à Jeanne Monthiers ; mort en 1942. ● Bijoutier-joaillier, amateur d’art et collectionneur ; directeur à la suite de son père de la maison Vever (joaillerie, bijouterie, orfèvrerie, pièces d’art, émaux), ancienne maison Marret et Baugrand, 19, rue de la Paix en 1881 et suivit des cours à l’École des beaux-arts et à l’École des arts décoratifs ; membre du conseil administratif de l’Union centrale des arts décoratifs (1899) ; collectionneur d’art européen, japonais, islamique ; présent à l’exposition française à Moscou (juillet-septembre 1891), puis en voyage de Saint-Pétersbourg à Nijni-Novgorod, Bakou, Tiflis et Samarkand, et auteur d’un Carnet de voyage (1891) ; membre de toutes les œuvres corporatives de la bijouterie, orphelinat, maison de retraite pou les vieux ouvriers ; vice-président de la classe 53 (reliure) aux expositions universelles ; membre du Conseil des musées nationaux ; vice-président de la chambre syndicale de la bijouterie, joaillerie et orfèvrerie de Paris, dit honoraire en 1939. Demeurant rue La Boétie en 1938. Grand prix à l’exposition universelle (1900) ; hors concours à l’exposition de Londres (1908). ● Auteur de Mémoires. ● Chevalier (31 décembre 1898) et officier (31 octobre 1938) de la Légion d’honneur. ● Arch. nat., LH, 19800035/0260/34601 ; Henri Vever, Papers, série 1, “Diaries, 1878-1901”, Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution. Henri Vever : champion de l’Art nouveau ; La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 245-260. 

Viallate, Jules Anne Alexandre Achille ● Né à Paris le 11 avril 1865 [fils de François Achille Viallate de Villemarie (né à Nîmes, Gard, le 20 septembre 1831 ; mort à Paris, 41, rue Saint-Georges, le 15 février 1917), officier de cavalerie puis publiciste, chevalier de la Légion d’honneur (22 décembre 1866), et d’Alexandrine Gourgeew]. ● Figurant sur la liste du tirage de la classe 1885 dans le département de la Seine ; étudiant en médecine à Saint-Péterbsourg. ● Arch. nat., LH, LH/2704/19 ; MAE, Nantes, 598PO/2/677.

Viard, André ● Né en 1759 ; mort en 1834. ● Cuisinier du comte Louis-Philippe de Ségur en Russie. ● Notice Nicolas de La Bretèche.

Viardot, Louis (1800-1883) ● Né à Dijon (Côte d’or) le 31 juillet 1800 [fils de Louis Viardot et de Marie-Anne-Joséphine Crétenet] ; marié à Paris le 18 avril 1840 avec Pauline Garcia, dont quatre enfants ; mort à Dijon le 5 mai 1883. ● Directeur de théâtre, écrivain, traducteur et critique d’art. Il se consacra à la carrière de son épouse et la suivit dans ses tournées notamment en Russie ; il collabora avec Ivan Tourgueniev pour faire connaître la littérature russe en France. ● MAE, Nantes, 598PO/2/480 (passeport délivré à Paris le 21 septembre 1843 pour lui et son épouse). Notice Armelle Le Goff.

Vigée, Élisabeth Louise, Mme Vigée Le Brun ● Née à Paris le 16 avril 1755 [fille de Louis Vigée (mort à Paris le 9 mai 1767), peintre et portraitiste à l’Académie Saint-Luc, et de Jeanne Maissin (née à Neuilly-sur-Seine ; morte le 9 avril 1800) ; mariée à Paris, Saint-Eustache, le 11 janvier 1776 à Jean-Baptiste-Pierre Le Brun (né à Paris en 1748-mort à Paris le 7 août 1813) [fils de Pierre Le Brun], qui demanda et obtint le divorce le 15 prairial An II (3 juin  1794), afin de protéger ses biens à cause de l’émigration de son épouse ; elle en eut : Jeanne JulieLouise Le Brun (née à Paris en février 1780), mariée à Gaëtan Nigris. Élisabeth Louise Vigée Le Brun mourut à Paris dans sa résidence de l’Hôtel Le Coq, rue Saint-Lazare, le 31 mars 1842 ; elle fut inhumée au cimetière de Louveciennes. ● Peintre, portraitiste. Élevée dans un couvent du faubourg Saint-Antoine, elle témoigna dès son plus jeune âge d’un goût pour la peinture encouragé par son père dont l’œuvre de pastelliste mérite d’être mieux connue. Après le décès précoce de Louis Vigée, sa fille trouva dans sa palette un moyen de subvenir aux besoins de sa mère et son jeune frère Étienne. Malgré le remariage de sa mère, elle continua à contribuer à la survie économique de la famille. Elle reçut les leçons de Briard et de Davesne, fut protégée par les peintres Doyen et Vernet, et fut l’amie de Rosalie Boquet (Mme Filleul) et d’Émilie Vernet (Mme Chalgrin). Sa réputation s’établit bientôt, cautionnée par l’académie de Saint-Luc en 1774. En 1778, elle réalisa son premier portrait de la reine Marie-Antoinette d’après nature. Son mariage avec Jean-Baptiste Le Brun, peintre, grand connaisseur et marchand d’art, lui permit de compléter sa formation. Entre 1781 et 1783, elle exposa au salon de la Correspondance et fut en 1783 reçue à l’Académie royale de peinture et de sculpture, malgré les réticences de Jean-Baptiste Pierre, alors directeur. Proche d’Hubert Robert, elle fréquenta avec lui la propriété de Mme Le Comte et de Watelet, le célèbre Moulin-Joli. Sa carrière connut alors plusieurs années de succès artistiques et mondains, son salon musical était prisé de l’aristocratie la plus raffinée, le ministre Calonne, le comte de Vaudreuil, des financiers en vue. Pour la commande du portrait de la Reine et ses enfants (exposé au salon de 1787), elle demanda les conseils de David. En septembre 1789, inquiétée et harcelée, elle se réfugia chez l’architecte Brongniart, puis quitta Paris en compagnie de sa fille Julie : elle transforma cette émigration en Italie en voyage d’étude. Elle séjourna à Rome accueillie par Ménageot, et à Naples. Elle fut reçue par les académies de Rome, de Parme, de Bologne et de Florence. Après une tentative de retour en France par Turin, elle apprit que son nom avait été ajouté à la liste des émigrés en 1792. Accompagnée d’Auguste Louis Rivière, peintre et miniaturiste, beau-frère de son frère Étienne Vigée, elle se rendit à Vienne où elle portraitura l’aristocratie polonaise. Le 19 avril 1795, sur les conseils de l’ambassadeur russe à Vienne, Andreï Kirillovitch Razoumovski, elle partit pour la Russie où elle espérait consolider sa fortune. Au début du mois de juillet 1795, elle arriva par la route de Peterhof à Saint-Pétersbourg. Valentin Ladislas Esterhazy l’introduisit auprès de Catherine II. Elle fut reçue par Lampi, peintre officiel de la cour. La commande des portraits des grandes-duchesses, filles de Paul, constitua une première épreuve qui se solda par un semi-échec : le goût des ornements à la grecque prôné par Élisabeth Vigée Le Brun était associé dans l’esprit de l’impératrice aux idées révolutionnaires. Catherine II, dans une lettre à Grimm du 8 novembre 1795, évoqua les fillettes transformées par Mme Le Brun « en deux vilaines petites Savoyardes coiffées en bacchantes avec des grappes de raisin », habillées « de tuniques gros rouge et violette ». Et l’impératrice conclut : « en un mot, non seulement la ressemblance est manquée, mais encore les deux sœurs sont tellement défigurées, qu’il y a des gens qui se demandent laquelle est l’aînée, laquelle la cadette ». Grimm n’est cependant pas de l’avis de l’impératrice. Le portrait majestueux d’Élizabeth Alekseïevna, épouse d’Alexandre, obtint plus de succès, mais Catherine II mourut avant d’avoir passé la commande officielle de son propre portrait tant souhaitée par l’artiste. Les liens d’amitié noués avec la famille Stroganov facilitèrent son intégration dans la société pétersbourgeoise. Chaleureusement accueillie par la princesse Ekaterina Fiodorovna Dolgoroukaïa, appréciée de la comtesse Varvara Nikolaïevna Golovina, de la comtesse Anna Ivanovna Tolstaïa, et de la princesse Natalia Kourakina dont elle réalisa les portraits, elle se vit fêtée, reçue, l’hiver dans les salons, l’été aux îles. Sa clientèle russe fut considérable et elle put demander des cachets élevés. Bien qu’elle utilisât selon les vœux de sa clientèle quelques formules éprouvées pour la composition des portraits (poses près d’un décor de cascade, « l’amour maternel », hommes enveloppés d’un mantelet), elle saisit toujours la particularité des physionomies. Pendant la période russe, l’excellence d’une technique picturale accomplie dans l’observation des maîtres italiens donnait à l’artiste la pleine possession de ses moyens. Élisabeth Vigée Le Brun inscrivit sur sa liste quarante-sept portraits russes auxquels il faudrait ajouter des pastels et d’autres portraits non recensés. Si elle retrouvait avec plaisir des Français en Russie, l’artiste semble avoir fait preuve de prudence vis-vis des cercles d’émigrés : elle revit le duc de Richelieu, la marquise Charles Louis Ducrest de Villeneuve et son époux, Beaumont, le marquis d’Autichamp, et fut accueillie dans le salon de la bonne Elizaveta Petrovna Divova, « le petit Coblenz ». L’année 1800 fut une année mouvementée : elle apprit la mort de sa mère (le 9 avril à Neuilly), son nom fut rayé de la liste des émigrés. Le 16 juin, grâce à Alexandre Stroganov, président de l’Académie des beaux-arts de SaintPéters bourg, elle fut reçue membre de cette Académie. Le 31 août, sa fille Julie épousa le secrétaire du comte Grigori Ivanovitch Tchernychev, Gaëtan Nigris. Ce mariage ruina ses espoirs d’établissement pour Julie en même temps qu’il compromit sa fortune. Convaincue d’avoir été l’objet d’une manipulation, elle passa l’hiver à Moscou où elle exécuta quelques portraits. Triste et profondément déçue, elle revint à Saint-Pétersbourg qu’elle décida de quitter au printemps 1801, en compagnie de M. de Rivière. Sur le chemin du retour, elle séjourna en Prusse et entra dans Paris en janvier 1802. Jean-Baptiste Le Brun, son ex-époux, l’accueillit fastueusement. Malgré sa participation au salon de 1802, où elle exposa le portrait de Stanislas Poniatowski, elle ne s’adapta pas à la société nouvelle, se réfugia à l’automne à Meudon, puis décida de partir pour l’Angleterre en 1803 après la paix d’Amiens. À Londres, elle obtint de nombreuses commandes, dont celle du portrait du prince de Galles. Après le retour en France de sa fille, elle regagna Paris en 1805 où elle logea à l’hôtel Le Brun. Elle reçut son unique commande du gouvernement napoléonien, le portrait de Caroline Murat. Elle fit deux voyages d’agrément en Suisse en 1807 et 1808, au cours desquels elle peignit des paysages au pastel et rencontra Mme de Staël. Gaëtan Nigris retourna en Russie en 1808, mais son épouse resta à Paris. Les relations entre mère et fille restèrent tendues. En 1809, l’artiste acquit une vaste demeure à Louveciennes, elle y reçut l’été et l’hiver à Paris. Jean-Baptiste Le Brun, après avoir joué un rôle dans la création du Museum, mourut en 1813. Sa succession laissa un lourd passif qui acheva de compromettre la situation financière de Julie. Celle-ci décéda à son tour d’une pneumonie lors de l’été 1819. Étienne Vigée, frère de l’artiste, devenu alcoolique, connut une triste fin en 1820. Entourée de ses nièces, Caroline Rivière, née Vigée, et Eugénie Tripier-Le Franc, née Le Brun, Mme Le Brun continua à donner une soirée deux fois par mois. Toujours royaliste de conviction, elle offrit à la chapelle de l’infirmerie Marie-Thérèse, édifiée par Céleste de Chateaubriand en l’honneur de la fille de Louis XVI, l’orpheline du Temple, un portrait de Marie-Antoinette en Assomption, réalisé vers 1817. Elle présenta au salon de 1824 le superbe portrait du fils de la comtesse Tolstaïa. En 1829, elle composa pour la princesse Natalia Kourakina, un premier récit autobiographique sous forme épistolaire, puis, elle rédigea elle-même un manuscrit de ses Souvenirs, dont le style fut, par endroits, probablement corrigé par Aimé-Martin. Ces mémoires furent publiés en trois volumes entre 1834 et 1835 et réédités en 2008 et 2015 sous le titre Souvenirs, 1755-1842 (Paris, Honoré Champion, présentation et annotations par Geneviève Haroche-Bouzinac, 866 p.). ● Portraits faits à Saint-Pétersbourg (d’après ses Souvenirs) : Madame Dimidoff, née Strogonoff ; La princesse Menzicoff jusqu’à mi-jambe, tenant son enfant ; La comtesse Potocka, en pied, couchée sur un très grand divan, tenant une colombe sur son sein… ; La jeune comtesse Schouvaloff (en buste) ; Les deux grandes duchesses Hélène et Alexandrine ; La grande duchesse Élisabeth en, arrangeant des fleurs dans une corbeille (de même que deux copie à mi-corps avec les mains, et deux grands bustes avec une main) ; La grande duchesse Anne (deux portraits à mi-corps) ; La comtesse de Scawroska (deux bustes) ; La comtesse de Strogonoff, tenant son enfant ; Le comte de Strogonoff, à mi-jambes ; La comtesse Sammacloff avec ses deux enfans près d’elle ; La comtesse Apraxine (grand buste) ; La princesse Isoupoff, à mi-jambes ; Le prince Isoupoff (le fils) ; La comtesse de Worandsoff (buste) ; La comtesse Golowin, avec une main ; La comtesse Tolstoy, à mi-jambe, appuyée sur un rocher près d’une cascade ; La princesse Alexis Kourakin, et le prince son mari ; Le roi de Pologne (deux grands bustes, l’un en costume Henri IV et l’autre avec un manteau de velours) ; La petite nièce du roi de Pologne, jouant avec un petit chien ; La princesse Michel Galitzin (grand buste) ; La comtesse Dietricten, et le comte son mari ; La princesse Bauris Galitzin, presque en pied, à mi-jambes ; Milord Tabot (buste) ; La princesse Sapia passé le genou, dans avec un tambour de basque ; La fille de la princesse Isoupoff ; Madame Koutousoff (buste) ; Le baron de Strogonoff ; Mademoiselle Kasisky (sœur de la princesse Belloseski) ; La princesse Alexandre Galitzin ; Madame Kalitcheff ; Le comte Potocki ; Le comte Litta ; La princesse Viamenski ; Le jeune prince Bariatinski (grand buste) ; Le prince Alexandre Kourakin (deux bustes) ; Portrait de Madame Vigée Le Brun jusqu’aux genoux, en noir, tenant sa palette pour l’Académie de Saint-Pétersbourg. ● Anne Mézin, Vladislav Rjeoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p. 819-821.

Vignerot du Plessis, Armand Emmanuel Sophie Septimanie de, duc de Richelieu ● En Russie : Emmanouil Ossipovitch ; comte de Chinon, puis duc de Fronsac et de Richelieu. De la famille Vignerot, devenue Vignerot du Plessis-Richelieu par substitution de nom et d’armes opérée en faveur d’Armand Jean de Vignerot (1629-1715), petit-neveu du cardinal de Richelieu par sa grand-mère née Françoise du Plessis (morte 1615), sœur du cardinal. Armes : « D’argent à trois chevrons de gueules ». Né à Paris le 25 septembre 1766 [fils de Louis Antoine Sophie du Plessis-Richelieu, titré de Fronsac (né le 4 février 1736 ; mort à Paris le 4 février 1791), gentilhomme de la chambre du roi en survivance de son père, et d’Adélaïde-Gabrielle de Hautefort (morte le 4 ou 6 février 1767), mariés le 25 février 1764 ; petit-fils au paternel de Louis-François-Armand du Plessis, duc de Richelieu et de Fronsac (né à Paris 13 mars 1696 ; mort à Paris 8 août 1788), maréchal de France, et d’Élisabeth Sophie de Lorraine (morte le 2 août 1740), mariés le 7 avril 1734, et au maternel d’Emmanuel Dieudonné, marquis de Hautefort, ambassadeur de France, et de Fran çoise Claire d’Harcourt] ; marié à Paris le 4 mai 1782, à l’âge de 15 ans, Rosalie Sabine de Rochechouart qui n’en avait que 12 (morte au château de Courteilles, Eure, le 8 décembre 1830) [fille d’Emery Louis Roger de Rochechouart, marquis de Faudoas, et de Mélanie Charlotte Henriette de Courteilles], dont il n’eut pas de postérité. Il mourut à Paris le 17 mai 1822. Militaire et homme politique. Élève au collège du Plessis à Paris, Armand de Vignerot du Plessis de Richelieu y fit d’excellentes études en langues (allemand, anglais, italien et russe) qu’il approfondit au cours des nombreux voyages qu’il effectua dans sa jeunesse. Il partit en Italie au lendemain de son mariage et revint en France en 1784 où il entra comme sous-lieutenant au régiment des Dragons de la reine ; en 1785, il obtint une place de premier gentilhomme de la chambre. En 1786-1787, il était membre de loges mavçonniques en France. En 1787 il demanda au roi la perv-mission d’entrer comme volontaire à l’armée russe qui était en guerre contre les Turcs, mais il essuya un refus. Il continua à voyer mais se trouvait à Paris au moment des journées d’octobre 1789. Il obtint alors du roi la permission de se rendre à Vienne. Alors qu’il séjournait chez les princes de Ligne père et fils, où se trouvait également le comte de Langeron à l’automne 1790, il apprit que l’armée russe (où servait son cousin Ro ger de Damas) se préparait à soutenir le siège d’Ismaïl (il rapporta l’épisode dans son Journal de mon voyage en Allemagne, commencé le 2 septembre 1790). Sur un coup de tête, Ligne, Langeron et Richelieu firent leurs bagages le 12 novembre. Le 22, ils étaient déjà à Bender, à l’état-major de l’armée russe, où ils retrouvèrent le comte Roger de Damas qui les hébergea. Ils participèrent tous ensemble au siège d’Ismaïl le 21 décembre 1790. Le bonnet de Richelieu fut traversé par une balle, sa botte déchirée, son pantalon en morceaux. Pour son courage il reçut la croix de Saint-Georges, 4e cl., ainsi qu’une épée d’or avec une inscription flatteuse de Catherine II « À la bravoure ». Richelieu prolongea un peu son séjour à Bender afin de permettre au prince Charles de Ligne de se remettre d’une blessure, et finalement le 21 janvier 1791 ils rentrèrent ensemble à Vienne. Obligé de regagner la France pour régulariser sa situation et régler ses affaires après la mort de son père, Richelieu se vit accorder le 1er août 1791 un passeport par l’Assemblée nationale. Un an plus tard le 26 mai 1792, Nikolaï Ivanovitch Novikov se fit son avocat et présenta à Paris un mémoire ou directoire pour ne pas se voir qualifié d’» émigré », dans la mesure où Richelieu était simplement entré au service de la Russie. Il demanda aussi à ce que ses biens ne fussent pas confisqués. Il se trouvait au service de la cour au moment de la fuite du roi en 1791, puis séjourna en compagnie de son ami Langeron à Vienne (il s’y serait rendu avec une mission secrète du roi) et à Saint-Pétersbourg, où ils jouirent des faveurs de Catherine II. Le portrait qu’en dressa Langeron dans ses Mémoires est très flatteur : « une âme ardente, une soif indicible de gloire, une tête bien organisée et un cœur pur. […] Il avait beaucoup des qualités de son grand-père et pas un seul de ses vices. » Le duc de Richelieu écrivit lui-même : « je m’efforçai à me donner dans mon maintien, mes occupations, mes paroles, dix ans de plus que mon âge, à tromper la nation russe en lui faisant croire qu’il existait un Français mesuré dans ses manières, modéré dans ses discours, approbateur plutôt que frondeur. » Richelieu reçut le grade de colonel (alors qu’il était major dans l’armée du roi). Il eut aussi la faveur d’être invité par Catherine II aux « petits Ermitages », soirées au palais avec quelques invités de marque. Vers la fin de l’année 1792, l’impératrice lui confia une mission auprès des émigrés français près du Rhin, porter 60 000 ducats à Condé pour l’entretien de l’armée, et surtout lui proposer de s’installer sur les bords de la mer d’Azov. Richelieu serait gouverneur de cette colonie, Esterhazy inspecteur des travaux et Condé général inspecteur. Le projet fut refusé par les émigrés et vite abandonné. Mais ce contact avec les Français royalistes incita Richelieu et Langeron à participer aux campagnes des Pays-Bas et du Rhin de 1793-1794. Catherine II leur fit sentir tout son mépris à leur retour en Russie et elle ne les admit plus dans sa société intime. Richelieu se plaignit de cette humiliation dans deux lettres au comte Andreï Kirillovitch Razoumovski, alors ambassadeur à Vienne, datées des 1er janvier et 17 juillet 1795. Il accusa d’ailleurs le comte Esterhazy d’avoir intrigué contre lui. Richelieu décrit l’atmosphère à Saint-Pétersbourg dans ses lettres : l’attitude hautaine et méprisante du favori comte Zoubov, la servilité des courtisans devant lui, etc. Invité par le feld-maréchal le comte Roumiantsev à entrer dans le régiment des cuirassiers du Grand Aigle qui se trouvait en Volhynie, il chercha longtemps à être affecté officiellement à son nouveau lieu de service. Il rejoignit finalement son régiment près de Doubno en Volhynie. Peu de temps après Richelieu fut nommé à la tête de son régiment. En 1797, il fut promu au grade de major-général et nommé chef du régiment des cuirassiers. Il retourna en France en 1801. Revenu à Saint-Pétersbourg en 1802, il fut bien accueilli par Alexandre Ier qui lui octroya un domaine en Courlande. Grâce à l’intercession de l’empereur, il fut rayé des listes des émigrés et autorisé à rester en Russie. En 1803, Richelieu fut nommé gouverneur d’Odessa et, deux ans après, gouverneur de la région de la Nouvelle Russie composée des provinces de Kherson, d’Ekaterinoslav et de Tauride. La ville d’Odessa grandit vite sous Richelieu. Le gouverneur baissa les impôts pour développer le commerce. Odessa devint un des grands carrefours de la mer Noire. Son idée d’en faire un port franc fut réalisée plus tard par son successeur, le comte de Langeron. Richelieu ouvrit plusieurs écoles dont un institut pour les enfants de la noblesse transformé, sous la direction de l’abbé Nicolle, en lycée qui porta plus tard le nom de Richelieu. Le duc de Richelieu fit venir des colons, y compris d’Alsace, pour peupler la région de Novorossiisk. Les étrangers contribuèrent beaucoup à la prospérité de ce vaste territoire, entre autre la famille Rouvier, de Marseille, qui y développa l’élevage du mérinos. Ce fut également sous Richelieu que des cépages y furent apportés de France et que la production de vin y fut développée. Son parent, le comte de Rochechouart, s’occupa de l’organisation des peuplements des cosaques dans cette région. En 1812, une épidémie fit rage à Odessa ce qui obligea Richelieu, au lieu de participer à la guerre contre Napoléon, de s’occuper de l’organisation de la quarantaine. Il revint à Paris en octobre 1814, entra à l’Académie française, s’exila pendant les Cent Jours, refusa en août 1815 le ministère de la Maison du roi mais devint ministre des Affaires étrangères et président du Conseil en 1815. Il prit une part déterminante dans la signature du traité de paix du 20 novembre 1815 et dans son application. Le duc de Wellington vanta ses qualités de négociateur : « La parole du duc de Richelieu vaut un traité. » Louis XVIII accepta sa démission le 29 décembre 1818. Il reprit ses voyages, fut rappelé aux affaires comme président du Conseil des ministres en 1820 mais fut contraint de démissionner peu après, en 1821. Son éloge funèbre fut prononcé à l’Académie française le 28 novembre 1821 par Dacier, son successeur, et par Villemain ; il le fut à la chambre des pairs par le cardinal de Bausset. ● Chevalier (29 décembre 1817), officier (13 mai 1820) et commandeur 24 août 1821) de la Légion d’honneur. Le duc de Richelieu reçut par l’ordonnance du 4 juin 1814 un titre de pair à vie, confirmé à titre héréditaire par l’ordonnance du 10 août 1815, et un titre de duc et pair héréditaire par l’ordonnance du 31 août 1817, confirmée, sur promesse d’institution d’un majorat de pairie par lettres patentes du 20 décembre 1817, avec autorisation de transmission à ses neveux Chapelle de Jumilhac, et règlement d’armoiries : « D’argent à la croix de gueules ; à l’écusson d’argent à trois chevrons de gueules posé en abyme ». ● LH/2180/20. Anne Mézin, Vladislav Rjeoutski, Les Français en Russie…, t. 2, p. 821-823.

Villiers, Frédéric de ● Médecin à Kronstadt au service de la marine russe, cité le 23 juin 1832. ● MAE, Nantes, 598PO/2/388. 

Villot, Georges Paul ● Né en 1829 ; marié à Olga X. ● Directeur des téléphones à Saint-Pétersbourg, 1er district, quartier Admiralteisky ; demeurant 3e district, quartier Kazansky dans la seconde moitié du xixe siècle. ● MAE, Nantes, 598PO/2/39. 

Vincens, Charles Petrovitch ● Représentant et agent de la Société anonyme des mines de Doubobaia Balka (1893-1909). ● Archive Historique d’État de Russie. Notes Tatiana Morozova.

Vinchon, Jean ● Né en 1884. ● Médecin ; en voyage en Asie centrale en 1907 avec son parent Henri René d’Allemagne, il y prit de nombreuses photos ; par la suite, il devint un éminent psychiatre et fut président de la Société d’histoire de la médecine. ● Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie Centrale, p. 304.

Vinot, Thomas ● Né à Breviandes (Aube) en 1809 ; mort à Moscou le 19 janvier 1861 ; catholique. ● Ingénieur civil ; il participa à la construction des Saint-Lazare et Saint-Cloud (1840-1845) ; en charge de l’entretien des deux lignes entre Saint-Germain et Paris et Versailles rive droite ; bénéficiaire à Paris le 7 janvier 1860 d’un passeport pour aller à Varsovie, en qualité de conducteur des ponts et chaussées pour la Grande société des chemins de fer russes de Saint-Pétersbourg. ● MAE, Nantes, 598PO/2/574. 

Vintenon, Albert ● Ingénieur, il travailla en 1897-1904 à la construction du pont Troïtski ; demeurant à Saint-Pétersbourg 2, Malaya Posadskaya. ● Bibliothèque nationale de Saint-Pétersboourg ; Archive historique d’État de Russie. Notes Tatiana Morozova.

Vioche, Auguste Marcel ● Né à Langres (Haute-Marne) le 10 juillet 1875 [fils de Charles Auguste Vioche et de Germinie Célestine Thévenin] ; marié le 19 novembre 1904 à Camille Lucie Poncet, sans profession (née à Saint-Pétersbourg) [fille de Lucien Henri Poncet, maître d’hôtel de l’empereur), demeurant à Saint-Pétersbourg au Palais d’Hiver. ● Dentiste à Saint-Pétersbourg, Joukowskaya, n° 47. ● MAE, Nantes, 598PO/2/669. 

Vivier, abbé L. ● Curé de Saint-Louis-des-Français, cité en 1859. Arch. nat., LH/736/37 (dossier Philippe Bruno Charles Depret).

Vivier, Marie Joseph Édouard ● De la classe 1891 (centre de recrutement de Grenelle) ; ingénieur à la société métallurgique du Donetz-Yourievka dans les années 1900. ● MAE, Nantes : 598PO/2/24 ; 598PO/2/439.

Voilquin, Suzanne ● Née en 1801 ; mariée en 1825 à Eugène Voilquin ; morte en 1877. ● Brodeuse, sage-femme, journaliste ; elle rejoignit en 1830 le mouvement Saint-Simonien ; directrice du journal La tribune des femmes (1832-1834) ; en séjour en Russie en 1839-1846. ● Auteur de : Mémoires d’une saint-simonienne en Russie (1839-1846), Paris, 1966, éd. Maïté Albistur et Daniel Armogathe. ● La France et les Français en Russie, nouvelles sources et approches (1815-1917), p. 29. 

Voisins, voir Gilbert de Voisins

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search